Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre XIII. De la relation du mari et de la femme

Texte intégral

Brookline, septembre 1837

Ma chère sœur,

1[…] Dans les classes aisées de la société, et celles qui jouissent d’un certain confort, les femmes ne sont pas obligées de fournir de grands efforts physiques ; de plus, elles sont protégées de beaucoup de mauvais traitements corporels par l’opinion publique et l’heureuse influence du christianisme. Pourtant, elles endurent une dose considérable de souffrance en silence, à cause de l’exigence de soumission des femmes aux opinions et aux caprices de leur mari. Aussi sont-elles fréquemment amenées à feindre pour arriver à leurs fins. Très tôt, on leur apprend que faire semblant de céder est la seule façon de régner. Lamentable sophisme ! Je désapprouve cet état d’esprit, particulièrement contraire à la dignité de la femme. Si elle doit se soumettre, qu’elle le fasse ouvertement, honorablement, non pas pour obtenir ce qu’elle veut, mais par devoir chrétien. Mais qu’elle fasse attention à la façon dont elle laisse son mari guider sa conscience. Concernant tous les sujets d’ordre moral et religieux, elle est tenue de penser et d’agir par elle-même. Là où la confiance et l’amour existent, une épouse parle tout naturellement avec son mari comme elle le ferait avec sa meilleure amie, de tout ce qui lui tient à cœur, et l’échange d’opinions se fait en toute liberté. Mais elle n’est pas plus tenue de se soumettre à son jugement que lui au sien. Ils sont au même niveau quant aux droits humains, également soumis à l’autorité de Dieu, responsables devant lui, et lui seul.

  • 1 Siège de Washington, capitale des États-Unis qui n’appartient à aucun des États de l’Union.

2Je suis parfois stupéfaite et peinée devant la servitude des femmes, et le peu d’idée que beaucoup semblent avoir de leur propre existence morale et de leurs responsabilités. Il n’est pas rare qu’une femme à qui l’on demande de signer une pétition pour l’abolition de l’esclavage dans le District of Columbia1, ou bien de devenir membre d’une association dont le but est de contribuer à anéantir l’esclavage en Amérique, ou encore de toute autre grande cause réformiste, réponde « mon mari n’est pas d’accord ». Elle confond ses droits et devoirs avec ceux de son mari, faisant ainsi de celui-ci en quelque sorte son sauveur et son roi, et rejetant le Christ comme Souverain Rédempteur. […]

3Mais les femmes, aux plus bas échelons de la société, souffrent énormément de la brutalité de leur mari, pour autant que j’aie pu l’observer. Pendant de nombreuses années, je me suis rendue, à la fois par devoir et par vocation, dans les demeures de la pauvreté et du malheur, et j’ai été stupéfaite de voir quel traitement les femmes reçoivent de la part de ceux qui se disent leur protecteur. C’est la force brute, la loi de la violence, qui règne la plupart du temps chez l’homme pauvre, et sa femme n’est guère autre chose que la bonne à tout faire. Elles sont moins soumises au contrôle de l’opinion publique, aux contraintes de l’éducation, et ne bénéficient pas de l’aide et de l’influence exercées par une société raffinée. C’est la religion, lorsqu’elle existe quelque part, qui remplit ces fonctions-là ; mais la véritable cause de l’avilissement et des souffrances de la femme dans le mariage se trouve dans la notion erronée de son infériorité par rapport à l’homme, et jamais celle-ci n’aura d’estime ni pour elle-même ni pour les autres, tant que n’est pas réduite à néant une opinion aussi contraire à la sagesse et à la clémence de Dieu […].

4Si l’homme est fait pour gouverner la femme, alors il doit être son Dieu et l’opinion dont un homme m’a récemment fait part est parfaitement correcte : « Selon moi », disait-il, « le plus haut niveau d’excellence qu’une femme peut atteindre, c’est d’adorer son mari. » C’était un professeur de théologie, et sa femme est belle et intelligente. Il ne faisait que dire tout haut ce que des milliers pensent et font. Les femmes ont une dette envers Milton qui a donné à cette notion fausse « confirmation à valeur d’évangile ». Son Ève est parée de toutes les grâces, pour gratifier le regard admirateur de son mari ; mais il semble qu’il ait doté la mère de l’humanité du minimum d’intelligence, juste assez pour comprendre son infériorité supposée par rapport à Adam, et pour céder sans résistance à son seigneur et maître. Voici les paroles que Milton fait dire à Ève s’adressant à Adam :

  • 2 John Milton, Paradise Lost, livre IV, vers 635-638.

« Mon créateur et maître, à ce que tu commandes
J’obéis sans hésiter ; ainsi Dieu l’a ordonné –
Dieu est ta loi, toi la mienne : cette sagesse seule
Est le plus heureux savoir de la femme
Et c’est à sa louange. »2

5Cette faribole sentimentale tant admirée est farcie d’absurdité et de perversité. Si c’était vrai, le commandement de Jéhovah aurait dû être le suivant : l’homme n’aura pas d’autres dieux que moi, et la femme pas d’autres dieux que l’homme.

6La thèse de l’infériorité de la femme et de la soumission au mari qui en découle s’appuie essentiellement sur certains passages des Épîtres de Paul. Je vais examiner ces passages, en partant premièrement de l’idée que l’ancienneté d’opinions établies à partir d’une mauvaise interprétation ne m’impressionne pas : ce sont les opinions de juges intéressés, et ce n’est pas du simple fait qu’ils ont été considérés avec vénération génération après génération que je dois avoir un respect particulier à leur égard. Bien loin d’être le cas, j’étudie chaque opinion établie par les siècles avec la même liberté, et l’examine avec autant d’attention, que si elle datait d’hier. Mon éducation m’a appris à penser par moi-même, et c’est là un privilège que je ne cesserai jamais de mettre en pratique. Deuxièmement, malgré mon adhésion entière au témoignage de l’apôtre Paul sur lui-même : « Je n’ai été en rien moindre que les plus excellents apôtres » [2 Corinthiens, 11, 5], je pense tout de même que son esprit subissait l’influence des préjugés juifs concernant les femmes, comme celui de Pierre et des apôtres concernant l’impureté des gentils. […]

  • 3 Matthew Henry (1662-1714), exégète biblique et auteur de An Exposition of the Old and New Testamen (...)

7Dans 1 Corinthiens, 11, 3, après avoir loué les convertis corinthiens qui gardent les « enseignements » ou « traditions » comme c’est indiqué en marge, l’Apôtre dit : « Je veux que vous sachiez que le chef de tout homme, c’est le Christ, et que le chef de la femme, c’est l’homme, et que le chef du Christ, c’est Dieu. » Éphésiens, 5, 23 est un passage similaire : « parce que le mari est le chef de la femme, comme aussi le Christ est le chef de l’Église ». Je passe là-dessus en faisant simplement remarquer que Dieu et le Christ ne font qu’un. « Moi et le Père, nous sommes un » [Jean, 10, 30] et il ne peut y avoir d’infériorité là où il y a indivisibilité. Les commentaires sur ces textes et d’autres semblables illustrent de façon frappante les idées que les hommes entretiennent de leur propre supériorité, je prends comme exemple les explications que donne Henry3 de 1 Corinthiens, 11, 5 :

  • 4 Dans la lettre IV, Sarah insiste sur la traduction de helpmate par « partenaire », établissant ain (...)

« Pour comprendre ce texte, il faut savoir que dans les pays d’Orient, avoir la tête couverte ou voilée indiquait soit la honte soit la soumission, contrairement à nos coutumes où aller nu-tête est signe de sujétion, et se couvrir signe de supériorité et de pouvoir. […] L’homme est à l’image et à la gloire de Dieu, le représentant de la glorieuse domination et de la souveraineté de Dieu sur le monde. C’est l’homme qui est placé à la tête de cette création inférieure, où il est à l’image de Dieu. La femme, pour sa part, est la fierté de l’homme : elle le représente. Elle a pouvoir sur les créatures inférieures, bien sûr, et elle est de nature humaine, et par là même est aussi le représentant de Dieu, mais c’est de seconde main. Elle est à l’image de Dieu dans la mesure où elle est à l’image de l’homme. L’homme fut créé le premier, et fait chef de la création d’ici-bas, la femme fut créée à partir de l’homme, et resplendit d’une partie de sa gloire. […]. C’est la femme qui fut créée pour l’homme, afin d’être son aide4, et non l’homme pour la femme. Ainsi elle fut, naturellement, assujettie à lui, parce que créée pour lui, pour son usage, son service et son confort. »

8Nous pouvons voir dans la citation ci-dessus comment même des hommes très bien entretiennent des idées dégradantes sur les femmes. […] Henry met la femme au même niveau que les bêtes qui, elles, furent créées pour l’usage, l’aide et le confort de l’homme ; selon ce commentateur, c’est le seul dessein de la création de la femme. L’idée que l’homme, en tant qu’homme, est supérieur à la femme fait preuve d’une absurdité si grossière que je me demande réellement comment un intellectuel peut l’accepter comme étant d’origine divine. La seule raison que je trouve à cela, c’est la passion du pouvoir qui caractérise la créature corrompue et déchue qu’est l’homme. S’il est vrai qu’il est tellement meilleur qu’elle, simplement parce qu’il est homme, et cela indépendamment de ses pouvoirs moraux et intellectuels, alors, en vertu de sa seule virilité, tout homme est supérieur à toute femme. L’homme qui laisse ses capacités morales et ses pouvoirs intellectuels sombrer dans des appétits sensuels est toujours, en tant qu’homme, par la simple conformation de son corps, un être plus honorable que la femme dont les pouvoirs intellectuels sont cultivés au plus haut degré et dont la ressemblance à Jésus-Christ se manifeste par une vie et une conduite irréprochables. […]

9Henry va encore plus loin : « Car le mari est la tête de sa femme. La métaphore vient du corps physique, la tête, étant le siège de la raison, de la sagesse, de la connaissance et la source du sens et du mouvement, l’emporte en excellence sur le reste du corps. » Donc si Dieu a donné à l’homme tout pouvoir sur la femme, ce dernier doit être en mesure de la sauver, et de répondre pour elle de tous les péchés qu’elle commet sous son autorité. Terrible responsabilité. Les maris se sentent-ils capables et désireux de l’endosser ? Et qu’advient-il de la déclaration solennelle de Jéhovah ? « Écoutez ceci, vous, tous les habitants du monde, petits et grands, riches et pauvres » ; « Ils ne peuvent se racheter l’un l’autre, ni donner à Dieu le prix de leur rançon, car le rachat de leur âme est cher et l’homme n’en a pas les moyens » [Psaumes, 49, 2-8].

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

Notes

1 Siège de Washington, capitale des États-Unis qui n’appartient à aucun des États de l’Union.

2 John Milton, Paradise Lost, livre IV, vers 635-638.

3 Matthew Henry (1662-1714), exégète biblique et auteur de An Exposition of the Old and New Testament.

4 Dans la lettre IV, Sarah insiste sur la traduction de helpmate par « partenaire », établissant ainsi une parfaite égalité entre l’homme et la femme.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site