Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre XI. L’habillement des femmes

Texte intégral

Brookline, septembre 1837

1[…] De tout temps et dans tous les pays, la femme a été l’objet de moquerie et de plaisanteries de la part de son seigneur et maître. Si elle essayait, comme lui, de perfectionner son esprit, elle se voyait ridiculisée comme pédante et expulsée du temple de la science et de la littérature à coups de satires grossières et de sarcasmes vulgaires. Si elle cédait à la pression des circonstances et, voulant échapper à la monotonie de son existence, allait chercher quelque réconfort dans une salle de théâtre ou de bal, en se parant de fleurs et de bijoux pendant que son esprit était vide et son cœur sans joie, elle restait malgré tout la cible privilégiée des flèches du mot d’esprit, de la satire et de la cruauté. […]

2Il faut cependant reconnaître que, même si nombreuses sont les femmes qui méritent de sévères critiques, il en existe beaucoup d’autres dont l’élévation d’esprit et l’engagement dans la cause de l’humanité gagnent notre respect et notre admiration.

3L’une des plus frappantes caractéristiques de notre époque est cette propension à un élargissement universel du savoir au sein de toutes les communautés protestantes. Et l’engagement de la femme dans les grandes causes morales de notre temps a fait plus pour sa promotion que toute autre chose. Nous serions stupéfiés de voir d’un seul coup d’œil le travail, la patience, l’application, le courage manifesté par la femme pour faire avancer les causes de la réforme morale, la lutte contre l’esclavage, etc. Cependant même ces nobles préoccupations qui leur confèrent une certaine noblesse ne viennent pas à bout d’une certaine vanité personnelle. Beaucoup de celles qui militent pour ces grandes et belles réformes observent avec un intérêt passionné les phénomènes toujours changeants de la déesse mode, et n’ont rien à envier aux papillons de la salle de bal en matière de bouclettes, de fleurs artificielles, de broderies et de froufrous. Plus d’une femme se met aux travaux d’aiguille avec une application sans faille, afin d’obtenir de l’argent pour faire avancer une cause charitable, et en même temps elle dépense en colifichets plus de trois fois ce qu’elle gagne grâce à sa couture, alors qu’elle pourrait verser cette somme dans les caisses du Seigneur, et se donner un peu de temps libre pour cultiver son esprit, ou aller visiter les pauvres et les affligés plus souvent qu’elle ne peut le faire en l’occurrence.

4Je sens bien que je demande beaucoup en attirant l’attention de mes sœurs sur ce sujet. Je sais qu’on le juge frivole, et qu’on dit beaucoup de choses sur les vêtements à la mode, l’élégance, le charme, sans y accorder d’importance. Mais je n’arrive pas vraiment à croire cela. Si nous nous laissons tenter par les caprices du caméléon de la mode, ou par un accoutrement sophistiqué et extravagant, c’est que notre esprit doit être considérablement soucieux de gratifier la vanité de notre personne.

5De crainte que l’on ne suppose, parce que je suis quaker, que je voudrais faire adopter un uniforme, je dirai que je n’ai pas de préférence pour ce costume particulier, mis à part le fait qu’il est simple et pratique, et je n’ai pas le moindre désir de l’imposer à la place d’un vêtement plus commode. Mais je persiste à croire qu’un des obstacles majeurs à la promotion de la femme au même niveau de droits humains, de dignité morale, de progrès intellectuel que celui de son frère, celui où Dieu l’a placée et où il voulait qu’elle joue son rôle de créature immortelle, c’est son goût pour la toilette. […]

6Mais même les hommes qui se tiennent, en ce qui concerne leur propre personne, au-dessus de ces vanités puériles sont néanmoins toujours prêts à les encourager chez les femmes. Ils savent que tant que nous consentirons à nous habiller comme des poupées, nous ne pourrons jamais prétendre être à la hauteur de la tâche et de la fonction desquelles ils veulent nous éloigner ; alors ils sont contents de nous accorder de petits plaisirs dérisoires, confirmant ainsi leur dessein de nous tenir hors d’une sphère qui est la nôtre, tout en nous privant de droits essentiels. […]

7Pour nous donner une idée à peu près correcte de la façon dont nous devrions nous habiller, demandons-nous ce que nous penserions si nous voyions des ministres de Dieu venir s’adresser à leur auditoire avec des boucles à pendeloques aux oreilles, des bagues rutilantes aux doigts, une couronne de fleurs artificielles au front, et le reste à l’avenant. Si ce n’est pas bien pour un pasteur, ce n’est pas bien non plus pour toute personne qui se dit chrétienne. Dieu ne fait pas de distinction entre les devoirs moraux et religieux des pasteurs et ceux des gens ordinaires. […]

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540