Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre VIII. De la condition des femmes aux États-Unis

Texte intégral

Brookline, 1837

Ma chère sœur,

1[…] Dans la première partie de ma vie, le sort m’a placée parmi les papillons du beau monde ; et de ce genre de femmes, je suis bien obligée de dire, à partir de mon expérience et de mes observations, que leur éducation est lamentablement déficiente. On leur apprend à considérer le mariage comme la seule chose indispensable, la seule voie vers la distinction. Et donc, attirer l’attention et gagner les prévenances des hommes, par leurs charmes physiques, est la préoccupation principale des jeunes filles élégantes. Il leur vient rarement à l’esprit que les hommes peuvent être attirés par leurs acquis intellectuels, parce qu’elles trouvent que lorsqu’il existe une supériorité mentale de la femme, alors on évite sa compagnie, considérant qu’elle outrepasse les limites de « la sphère qui est la sienne », laquelle, selon elles, est de s’habiller, de danser, de mettre au mieux sa personne en valeur, de lire les romans dont on parle dans la presse et qui contribuent plus à détruire sa personnalité en tant que créature rationnelle que toute autre chose. Les femmes du monde se considèrent, et sont considérées par les hommes, comme de jolis joujoux ou simplement comme des instruments de plaisir. La vacuité spirituelle, le manque de cœur, la frivolité qui résultent nécessairement de cette façon biaisée et dégradante de jauger la femme ne peuvent être pleinement cernés que par celles qui ont participé à cette extravagance de la vie mondaine et qui s’en sont détachées en entendant la voix de Jésus-Christ, invitant leur âme lasse et lourde à venir à lui et apprendre de lui, afin qu’elles puissent trouver quelque chose à la hauteur de leur esprit immortel, et de leurs capacités intellectuelles, afin qu’elles puissent connaître le dessein élevé et sacré de leur création, et se consacrer au service de Dieu, et non, comme c’est le cas, au plaisir de l’homme.

2Il y a, dans ce pays, une autre catégorie de femmes plus nombreuses encore qui, en raison de leur éducation ou des circonstances, n’appartiennent pas à ces cercles mondains, mais qui sont élevées dans l’idée, dangereuse et absurde, que le mariage est une sorte de promotion, et qu’être capables de tenir la maison de leur mari, de lui rendre la vie confortable, est la raison de leur existence. La plupart des choses qu’elles font, disent et pensent se rapportent à cette situation, et le mariage est trop souvent ce que l’on fait miroiter aux jeunes filles comme condition sine qua non du bonheur humain et de l’existence sur terre. Je crois vraiment que c’est dans ce but, avant tout, que sont formées la majorité des filles. On en trouve la preuve dans l’éducation très imparfaite qu’elles reçoivent, le peu de peine que l’on prend en vue de cultiver leur esprit une fois qu’elles ont quitté l’école, le peu de temps accordé à la lecture, et dans l’idée qui leur est constamment inculquée, que si les soins du ménage doivent être assurés avec une ponctualité scrupuleuse à certains moments, l’amélioration de leurs capacités intellectuelles n’est qu’une considération secondaire, bonne à servir d’occupation aux heures creuses. Dans la plupart des familles, on considère qu’il est infiniment plus lourd de conséquences d’interrompre une jeune fille en train de faire une tarte ou un gâteau, que de l’interrompre lorsqu’elle étudie. Il est évident que ce mode d’éducation élève à leurs yeux la nature animale au-dessus de la nature intellectuelle ou spirituelle, et apprend aux femmes à se considérer comme des outils indispensables pour la bonne marche du moteur domestique, mais aussi qu’elles n’ont, pour les hommes, que peu de valeur comme compagnes intelligentes.

3Surtout, n’allez pas penser, à partir de ces remarques, que je considère que les femmes doivent dédaigner d’apprendre à tenir un ménage. Au contraire : je crois que bien savoir gérer un ménage est une chose indispensable dans l’éducation d’une femme, car si la maîtresse de maison, mariée ou non, s’acquitte de sa tâche complètement et intelligemment, le bien-être de la famille s’en trouve accru de façon considérable, sans parler d’énormes économies de temps et d’argent. Non, mon seul grief provient de ce que notre éducation consiste presque exclusivement en opérations culinaires et autres manipulations. J’espère voir le jour où les femmes n’auront plus à passer la plus grande partie de leur temps précieux à bien disposer les couverts sur une table, où leurs maris cesseront d’être aussi regardants là-dessus et encourageront leurs épouses à consacrer une part de leur temps à cultiver leur esprit, même si le prix à payer est un dîner de pommes de terre au four, ou de pain beurré. […]

  • 1 Il s’agit du propre frère de Sarah, Thomas S. Grimké (1786-1834), très impliqué dans le mouvement (...)

4On admet que l’influence des femmes sur l’esprit et le caractère des enfants des deux sexes est beaucoup plus importante que celle des hommes. Ceci étant dans l’ordre naturel des choses, les femmes devraient être préparées par leur éducation à remplir leurs devoirs sacrés de mères et de sœurs. S’exprimant sur ce sujet, un écrivain américain, récemment disparu1, dit en se référant à un article de la Westminster Review :

« Je suis entièrement d’accord avec cet auteur qui approuve très fortement l’éducation des filles, et il y a longtemps que je suis persuadé que le sujet non seulement mérite mais exige absolument une totale reconsidération. Le système dans son ensemble doit, selon moi, être restructuré. Nous ne nous sommes pas assez penchés sur ces facteurs importants que sont l’utilité et le devoir. Mon point de vue est que les femmes devraient avoir accès à tout ce qu’il y a de mieux dans l’éducation que reçoivent actuellement les hommes (à l’exception des mathématiques et des langues anciennes), et, j’en suis persuadé, beaucoup plus qu’on a jamais tenté de le faire. Donnez-moi quantité de mères et de sœurs pieuses et instruites et je ferai plus pour révolutionner un pays, dans ses inclinations religieuses et morales, ses manières, les qualités de sa société, et sa culture intellectuelle, que je ne le ferais en l’espace de deux ou trois fois le même temps, avec un nombre similaire d’hommes bien éduqués. Je ne peux m’empêcher de penser que la condition misérable de la plupart des gens dans les vieilles communautés traditionnelles est due en grande partie à la déchéance des femmes. »

5L’autre façon qu’a l’opinion commune de manifester que les femmes sont inférieures aux hommes et qui pèse très lourdement sur les classes laborieuses, et, de fait, sur tous ceux qui sont obligés de gagner leur vie, avec leur tête ou leurs bras, se trouve dans la disproportion de la valeur accordée au temps et au travail des hommes et des femmes. Un homme dont la profession est d’enseigner peut toujours, je crois, obtenir un salaire plus élevé qu’une femme – même s’il enseigne les mêmes matières et n’est en rien supérieur à la femme. Je sais que c’est le cas dans les internats et autres écoles de ma connaissance, et c’est ainsi dans toutes les professions exercées tout aussi bien par des hommes que des femmes. Ainsi dans le métier de tailleur, un homme gagne deux, voire trois fois plus qu’une femme pour la confection d’un gilet ou de pantalons, même si le travail de l’un et de l’autre a la même qualité. Dans les métiers qui sont spécifiques aux femmes, le temps de travail vaut la moitié moins que celui des hommes. Une femme qui fait des lessives travaille aussi dur qu’un scieur de bois, qu’un débardeur de charbon, et pourtant, la plupart du temps, sa journée ne lui rapporte guère plus de la moitié de ce qu’ils gagnent par jour. La piètre rémunération que les femmes perçoivent pour leur travail a attiré l’attention de quelques philanthropes, et j’espère que cela va continuer jusqu’à ce qu’on trouve un remède à cette énorme injustice. Je connais une veuve, restée seule avec quatre ou cinq enfants à nourrir, dans l’impossibilité de s’absenter parce qu’elle doit s’occuper de ses petits, obligée de gagner sa pauvre subsistance en fabriquant des chemises en toile grossière pour 12 cents et demi pièce, ou en lavant des vêtements pour lesquels ses riches employeurs la paient 12 cents et demi la douzaine. Toutes ces choses montrent bien le peu de cas qui est fait de la femme. Cette opinion contraire à la Bible a une conséquence plus désastreuse encore : les femmes, étant habituées depuis leur plus jeune âge à se considérer comme des créatures inférieures, ne possèdent pas l’estime d’elles-mêmes qu’engendre l’égalité, et donc, lorsque leur vertu est mise à mal, elles cèdent plus facilement à la tentation, avec l’idée qu’elles sont honorées plutôt qu’abaissées par leurs relations avec un être supérieur.

  • 2 James Herbert Gholson (1798-1848) fut membre de la Chambre des représentants de Virginie de 1824 à (...)

6Il y a, dans ce pays, une autre catégorie de femmes que je ne puis évoquer, sans éprouver la plus grande honte et la plus profonde tristesse. Je veux parler de nos femmes esclaves. Nos villes du Sud sont submergées par une vague de souillure, la vertu des femmes esclaves est entièrement à la merci de tyrans irresponsables, des femmes sont achetées et vendues sur nos marchés aux esclaves pour satisfaire la lubricité de ceux qui se disent chrétiens. Si, dans nos États esclavagistes, malgré son avilissement et son ignorance, une femme veut préserver sa vertu intacte, on l’oblige à obéir soit par une récompense soit par le fouet, et si elle ose résister au séducteur, sa vie, selon la loi de certains États, peut être et, c’est arrivé, a été sacrifiée à la furie d’une passion déçue. Là où de telles lois n’existent pas, le pouvoir dont le maître est nécessairement investi sur tous ses biens laisse l’esclave sans défense entièrement à sa merci, et à cause de cela, les souffrances à la fois physiques et mentales de certaines sont intenses. En 1832, M. Gholson2 déclara à la Chambre des représentants de Virginie qu’« il avait vraiment l’impression de posséder ses esclaves. Il avait récemment acheté quatre femmes et dix enfants, et pensait avoir fait une très bonne affaire » ; car il supposait qu’ils faisaient partie de ses biens au même titre que ses « juments poulinières ». Mais même si des lois existaient aux États-Unis, comme à Athènes dans l’Antiquité, pour protéger les femmes esclaves, elles seraient nulles et non avenues, parce que le témoignage d’une personne de couleur n’est pas admis contre un Blanc, et ce, dans tous les tribunaux des États esclavagistes. À Athènes, si une femme esclave avait un grief pour atteinte à la pudeur, elle pouvait demander protection au temple, et exiger de changer de propriétaire ; ce genre de plainte n’était jamais découragé ni négligé par le magistrat. Dans l’Amérique chrétienne, l’esclave n’a aucun refuge pour échapper à la cruauté et à la lubricité débridées.

7À propos de l’état de la moralité dans le Sud, S. A. Forrall dit : « Les négresses, quand elles sont jeunes et avenantes, sont souvent utilisées par le planteur, ou ses amis, pour satisfaire les désirs de leurs sens. C’est là souvent matière à spéculation, car si la progéniture, mulâtre, est jolie fille, elle rapportera 800 ou 1000 dollars au marché de La Nouvelle-Orléans. Il n’est pas rare de voir un père chrétien vendre sa propre fille, ou le frère sa propre sœur. » Voici reproduit par le N. Y. Evening Star ce qui fut publié dans The Picayune, un journal de La Nouvelle-Orléans : « Une très belle jeune fille, appartenant au domaine de John French, un homme de jeu décédé à La Nouvelle-Orléans, a été vendue il y a quelques jours pour la coquette somme de 7000 dollars. Un célibataire assez laid du nom de Gouch, membre du conseil d’une des municipalités, fut l’acquéreur. La fille est une brune, remarquable par sa beauté et son intelligence, et il y eut une concurrence acharnée entre les acheteurs. Elle finit cependant par se laisser persuader d’accepter Gouch qui lui avait fait des promesses princières. » Je ne rajouterai qu’un seul des nombreux témoignages sur la condition dégradante des femmes esclaves et la débauche sudiste. Il provient de la lettre d’information de l’Union du Kentucky, œuvrant pour le progrès religieux de la race de couleur. 

« Nous ne pouvons parler de la nature des femmes dans la population noire sans un sentiment de très grande honte. Pareille condition de corruption morale et d’indifférence à une réputation de pureté et de vertu ne se trouve qu’en dehors des frontières de la chrétienté. Qu’un tel état de la société existe dans une nation chrétienne se proclamant la plus éclairée de la terre, état qui persiste sans attirer particulièrement l’attention alors que nous l’avons constamment sous les yeux et dans nos familles mêmes, est un phénomène moral à la fois injustifiable et scandaleux. »

8La femme de couleur n’est pas seule à souffrir : la pureté morale de la femme blanche est profondément souillée. Ayant l’habitude de voir la vertu de sa sœur esclave sacrifiée sans hésitation ni remords, elle finit par regarder sans horreur les crimes de séduction et de relations illicites, et bien qu’elle ne soit pas personnellement concernée par la culpabilité, elle perd ce qui est un des plus solides remparts de la vertu : sa foi en l’innocence des personnes de son sexe tout autant qu’en celle de l’autre sexe. Elle côtoie quotidiennement des hommes qu’elle sait être dépravés, et souvent, dans son propre cercle domestique, elle est contrainte d’être le témoin de ces querelles et de ces jalousies immondes et écœurantes qui ont déshonoré et ravagé la famille d’Abraham. En plus de tout cela, les femmes esclaves subissent toutes les sortes d’humiliations et de cruautés que la barbarie la plus vicieuse peut infliger : elles sont dévêtues de façon indécente, parfois attachées et sévèrement fouettées, parfois prostrées à terre pendant que leur corps dénudé est mordu par le scorpion qu’est le fouet. […]

9Est-ce qu’une femme américaine peut regarder ces scènes de débauche et de cruauté, croiser les doigts sans rien faire et déclarer : « L’esclavage ne me concerne pas » ? Elle ne le peut pas sans être coupable.

10Je ne peux finir cette lettre sans dire quelques mots des bénéfices que tireraient les hommes, tout autant que les femmes, des opinions que je défends relatives à l’égalité des sexes. De nos jours, beaucoup de femmes se font entretenir, dans l’oisiveté et l’extravagance, grâce à l’activité de leur mari, leur père ou leurs frères qui se tuent à la tâche, dans la comptabilité, l’imprimerie, ou d’autres travaux pénibles, pendant que leur femme et leurs filles ne font rien pour subvenir aux besoins de la famille, et semblent penser que la seule chose qu’elles ont à faire c’est de dépenser les revenus durement gagnés de leurs amis masculins. Je déplore profondément cet état de choses, car je crois que si les femmes étaient conscientes de leurs responsabilités pour suppléer à leurs besoins ou ceux de leur famille, elles y gagneraient en force de caractère et en dignité, et cela les amènerait à plus de véritable compréhension pour leur mari qu’elles n’en manifestent généralement – compréhension qui trouverait à s’exprimer en actes et en paroles. Nos frères peuvent rejeter ma doctrine, parce qu’elle va à l’encontre de l’opinion commune, et parce qu’elle blesse leur amour-propre ; mais je crois que finalement, ils trouveraient leur compte dans l’égalité des sexes, et réaliseraient que cette femme qui est leur égale a infiniment plus de valeur que celle qui était leur inférieure, en tant qu’être moral et intellectuel.

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

Notes

1 Il s’agit du propre frère de Sarah, Thomas S. Grimké (1786-1834), très impliqué dans le mouvement de réforme des mœurs et de l’éducation. Sarah avait beaucoup d’admiration et d’affection pour ce frère aîné qui l’avait encouragée et aidée à s’instruire dans son enfance, même s’il conservait certains préjugés qu’elle choisit d’ignorer ici.

2 James Herbert Gholson (1798-1848) fut membre de la Chambre des représentants de Virginie de 1824 à 1828, et de 1830 à 1838.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site