Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre IV. Relations des sexes en société

Texte intégral

Andover, le 27 juillet 1837

Chère amie,

1Avant d’aborder le sujet de l’oppression que l’homme, son protecteur, exerce sur la femme depuis toujours et partout dans le monde, permets-moi de te soumettre quelques considérations sur les relations qu’entretiennent les deux sexes en société. La quasi-totalité de ces relations est, selon moi, défavorable à l’homme et à la femme en tant qu’êtres moraux doués d’intelligence. Nous nous côtoyons et nous nous fréquentons en gardant constamment à l’esprit ce sentiment pesant que nous appartenons à deux sexes différents ; et, plutôt que de nous considérer mutuellement à la seule lumière de l’immortalité des créatures, notre esprit reste captif de cette idée qui lui a été inculquée très tôt et avec acharnement, à savoir que nous ne devons jamais oublier la différence entre masculin et féminin. Il s’ensuit que nos relations, au lieu de bénéficier d’une certaine élévation et d’un certain raffinement, sont généralement calculées de façon à provoquer et à maintenir les tendances les plus basses de notre nature. Je pense que rien n’a plus contribué à détruire la véritable dignité de la femme, que le fait que l’homme l’aborde toujours comme il le ferait une femelle. L’idée qu’on puisse la rechercher en tant que créature intelligente, en tant que don du ciel, dont la fréquentation peut réjouir, améliorer et élever son compagnon, et qu’elle puisse à son tour recevoir les bienfaits qu’elle accorde, ne se présente que rarement à elle. Au contraire, l’homme s’adresse presque toujours à la faiblesse de la femme. Par la flatterie, en accédant à ses désirs, il cherche à se faire une place dans son cœur ; et lorsqu’il a gagné son amour, il l’instrumentalise pour son plaisir à lui – elle devient la prestataire de son confort temporel. Il se dote d’une gouvernante, dont l’activité principale se tient à la cuisine ou à la nursery. Et pendant qu’il sort et jouit de tous les moyens de se cultiver en frottant son intellect à des esprits cultivés, sa femme se voit condamnée à trouver presque toute son instruction dans les livres, si elle a le temps d’en consulter, et sinon dans ses propres méditations, pendant qu’elle s’occupe de ces tâches domestiques nécessaires au confort de son seigneur et maître.

  • 1 La Septante est une des plus anciennes versions de la Bible en grec.
  • 2 L’Apôtre : antonomase courante pour Paul.

2Il semble évident que personne, considérant d’un regard de philosophe chrétien le dessein de Dieu en créant la femme, ne peut croire qu’elle accomplit pleinement ce dessein. La traduction littérale du terme helpmate est « partenaire », pour elle tout comme pour lui ; c’est ainsi qu’on le trouve dans la Septante1, et manifestement cela signifie une compagne. Alors je crois qu’il sera impossible à la femme d’occuper la position que Dieu lui a assignée tant que ses frères ne la côtoieront pas comme une égale en tant qu’être moral et qu’elle n’aura pas perdu, grâce à la dignité de sa nature immortelle et au fait qu’elle porte comme eux l’image et l’inscription de son Dieu, l’idée même qu’elle est de sexe féminin. Comme le dit si bien l’Apôtre2 : « Vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ : il n’y a ni Juif ni Grec ; il n’y a ni esclave ni homme libre ; il n’y a ni homme ni femme, car vous tous êtes un dans le Christ Jésus » [Galates, 3, 28]. Tant que nos relations ne sont pas assainies par l’indifférence quant à l’appartenance sexuelle, tant que nous ne nous élèverons pas au-dessus des idées médiocres et sordides dans lesquelles nos échanges d’opinions et de sentiments en société comme au foyer se trouvent englués, nous ne pourrons jamais tirer le moindre bénéfice de notre compagnie mutuelle, alors que le dessein de notre Créateur est que nous le fassions. L’homme a infligé une indicible blessure à la femme en lui faisant miroiter sa nature animale, et en reléguant son être moral et intellectuel loin derrière. La femme s’est elle-même infligé une blessure en acceptant d’être ainsi considérée ; et maintenant il est de son devoir de se relever de cette position où l’homme, et non Dieu, l’a placée, et de réclamer les droits sacrés et inaliénables dont son Créateur l’a investie, en tant qu’être moral et responsable.

3Et si c’étaient ces idées-là, si désobligeantes eu égard à la nature de la femme, qui avaient suscité la remarque que l’on trouve dans la Lettre pastorale ? « Nous déplorons tout particulièrement la profonde familiarité et les conversations dissipées que les femmes entretiennent concernant des choses “qu’il n’est pas séant de nommer” et à cause desquelles la pudeur et la délicatesse qui font le charme de la vie domestique, tout en constituant le véritable pouvoir de la femme, sont détruits. » Comme il est étonnant que la conception que l’homme a de la femme soit aussi basse, qu’il ne puisse pas percevoir qu’elle peut bien parler de tout sujet relatif à l’amélioration de l’espèce humaine, sans se départir le moins du monde de cette pudeur qui est l’une de ses plus grandes qualités ! Serait-ce dans le but d’insinuer que la femme devrait avoir plus de pudeur que l’homme ? Je réprouve totalement cette idée. Ou bien est-ce qu’on suppose que la femme ne peut pas s’occuper des souffrances, conséquences de ces choses mêmes que la Lettre pastorale décrète qu’il ne faut pas nommer, dans un but de réforme morale, sans risque de contamination de la part de ceux qu’elle est amenée à fréquenter ?

4C’est là une position fausse qui, je présume, vient de la distinction, toujours entretenue, entre masculin et féminin. La femme qui se met en avant, revêtue de la panoplie de Dieu, pour tenter d’endiguer une marée d’injustice et de souffrance qu’elle voit envahir notre pays, ne se met pas à sa tâche d’amour en tant que femme. Elle y va comme la digne messagère de Jéhovah, et tout ce qu’elle fait et dit doit être fait et dit sans distinction de sexe. Il est de son devoir de communiquer avec tous ceux qui peuvent et veulent bien l’aider à sauver ses compagnons de création, hommes et femmes, de l’anéantissement qui les attend.

5Bien loin de perdre la moindre parcelle de sa pureté d’esprit, la femme, en rendant visite, dans leurs misérables demeures, aux pauvres victimes du vice, en parlant avec elles, en parlant d’elles, acquiert de plus en plus de noblesse et de délicatesse dans ses sentiments et ses idées. En essayant d’extirper de l’esprit des autres la malaria de la pollution morale, son propre cœur s’en trouve purifié, et son âme s’élève plus près de son Dieu pour communier avec lui. Une telle femme est infiniment mieux qualifiée pour remplir les devoirs d’épouse et de mère que celle qu’une fausse délicatesse conduit à éviter ses frères et sœurs déchus, et à s’interdire de nommer ces péchés qui, elle le sait, existent, mais qu’elle est trop raffinée pour s’efforcer d’éliminer, en action comme en parole. Une telle femme, dis-je, sait, lorsqu’elle entre dans la relation matrimoniale, que Dieu a voulu cette relation, non pas pour la ravaler au niveau de la création animale, mais pour magnifier le bonheur et la dignité de ses créatures. Une telle femme aborde la tâche importante de donner à ses enfants une éducation selon les instructions et les mises en garde de Dieu, son âme emplie de la grandeur des êtres qui lui sont confiés. Elle voit en ses enfants des créatures à l’image de Dieu, et elle s’en occupe avec respect, les traitant toujours comme des êtres moraux et responsables. Son esprit étant noble et purifié, elle ne peut qu’inculquer à ses enfants la vraie religion qui leur fera respecter les commandements de Dieu. Au lieu de s’occuper sans relâche à assouvir les appétits de leurs sens, elle leur apprend à être modérés en toutes choses. Elle peut parler avec ses enfants de tout sujet relatif à leur devoir envers Dieu, attirer leur attention sur ces vices qui abaissent la nature humaine au rang de l’animal, sans pour autant souiller son esprit ou le leur. Elle se considère et apprend à ses enfants à se considérer comme des êtres moraux qui, dans leurs relations avec leurs frères humains, perdent le côté animal de leur nature d’homme ou de femme, dans la reconnaissance de cet esprit immortel par lequel Jéhovah les a bénis et enrichis.

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

Notes

1 La Septante est une des plus anciennes versions de la Bible en grec.

2 L’Apôtre : antonomase courante pour Paul.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site