Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre III. De la Lettre pastorale de l’Association des Églises congrégationalistes du Massachusetts

Texte intégral

Haverhill, juillet 1837

Chère amie,

  • 1 La « Lettre pastorale de l’Association des Églises congrégationalistes du Massachusetts », du 28 j (...)
  • 2 Cotton Mather (1663-1728), pasteur et penseur puritain de Nouvelle-Angleterre, auteur de très nomb (...)

1La dernière fois que je t’ai écrit, je n’avais pas vu la Lettre pastorale de l’assemblée générale1. Depuis, je l’ai eue entre les mains et remets donc à plus tard mon projet sur la condition des femmes dans les différentes parties du monde, pour commenter ce document ahurissant. Je suis sûre que lorsque les esprits des hommes et des femmes s’émanciperont de l’emprise de la superstition et des « traditions masculines », les sentiments exprimés dans la Lettre pastorale seront considérés comme tout aussi sidérants que les opinions de Cotton Mather2 et autres hommes distingués de leur époque sur la sorcellerie ; et qu’un groupe d’hommes d’Église se réunisse pour tenter de prouver que la femme n’a pas le droit d’« ouvrir la bouche en faveur de ceux qui sont privés de parole » ne semblera pas moins extraordinaire que ne l’est aujourd’hui le fait que des juges aient eu à siéger à un procès de sorcières, et à condamner à mort le plus sérieusement du monde neuf personnes et un chien pour sorcellerie.

2Mais revenons-en à la lettre. Elle dit ceci : « Nous voudrions attirer votre attention sur les dangers qui, actuellement, risquent de grandement meurtrir la réputation des femmes, et de façon irréversible. » Je me réjouis qu’ils aient attiré l’attention de notre sexe sur ce point, parce que je crois que si la femme se penche là-dessus, elle découvrira vite qu’un danger est imminent, mais qu’il provient d’une source totalement différente de celle que redoute l’assemblée – le danger qui vient de ceux qui, ayant si longtemps tenu les rênes d’un pouvoir usurpé, ne tiennent pas à nous voir investir le domaine dont Dieu, en nous créant, voulait que nous nous occupions, et qui se sont ligués pour anéantir l’esprit immortel de la femme. Je me réjouis, parce que je suis persuadée qu’il suffirait de se pencher sur les droits de la femme, et sur ceux des esclaves, pour qu’ils soient compris et établis, et cela même par certains de ceux qui essaient actuellement d’étouffer le désir irrépressible de liberté mentale et spirituelle qui irradie le cœur de beaucoup qui n’osent l’avouer.

3« Les devoirs et l’influence qu’il est convenant pour une femme d’exercer sont clairement indiqués dans le Nouveau Testament. Ces devoirs et cette influence sont discrets et d’ordre privé, mais aussi la source d’un grand pouvoir. Lorsque l’influence, douce, modeste, apaisante de la femme s’exerce pleinement sur la pensée rigoureuse de l’homme, la société en perçoit les effets de mille manières. » Personne ne désire plus que moi voir la femme évoluer dans la sphère que son Créateur lui a destinée, et je crois que l’en avoir déplacée a introduit la confusion dans le monde. Il est donc primordial pour elle et pour toutes les créatures douées de raison de savoir quels sont exactement ses devoirs et ses privilèges en tant qu’être responsable et immortel. Il a été fait référence au Nouveau Testament et je suis prête à en respecter les décisions, mais il m’incombe de m’insurger contre les erreurs de traduction de certains passages, dues aux hommes qui ont fait le travail, et aussi contre les interprétations dénaturées des hommes qui se sont chargés de les commenter. J’ai tendance à penser que lorsqu’on nous fera l’honneur de nous autoriser à étudier le grec et l’hébreu, nous serons en mesure de fournir quelques interprétations de la Bible sensiblement différentes de celles dont nous disposons actuellement.

4Le Seigneur Jésus explique les devoirs de ses disciples dans son sermon sur la montagne. Il pose les grands principes qui devraient les guider, sans aucune distinction de sexe ou de condition. […] Je prends tous ses commandements les uns après les autres, et je m’aperçois qu’il donne les mêmes aux femmes et aux hommes, sans jamais une seule référence à la distinction que l’on s’acharne à faire de nos jours entre les vertus masculines et féminines : voilà un exemple de ces « traditions des hommes » antichrétiennes qui sont enseignées à la place des « commandements de Dieu ». Les hommes et les femmes ont été créés égaux ; les uns comme les autres sont des êtres moraux et responsables, et tout ce qu’un homme peut faire de bien, une femme peut le faire aussi.

5Mais l’influence de la femme, selon l’assemblée, s’exerce dans l’intimité et doit rester discrète ; sa lumière n’est pas censée briller devant les hommes comme celle de ses frères ; elle doit au contraire se laisser passivement mettre sous le boisseau par les seigneurs de la création, comme ils se désignent eux-mêmes, de peur que d’aventure il n’apparaisse que le monde ressente les effets favorables des rayons de sa chandelle. Et donc, sa lumière éteinte sera, selon eux, plus utile que si elle était installée sur un chandelier. « Son influence est source d’un grand pouvoir. » C’est là le langage flagorneur de l’homme qui a remplacé le fouet comme moyen de tenir la femme sous la contrainte. Il épargne son corps ; mais la guerre qu’il mène contre son esprit, son cœur, et son âme est pour elle, en tant qu’être moral, tout aussi destructrice. Monstrueuse et antichrétienne est la doctrine qui prétend assujettir la femme à l’homme ! Où, dans toutes les Saintes Écritures, cela est-il enseigné ? Hélas ! La femme a trop bien retenu la leçon que l’homme s’est acharné à lui apprendre. Elle a renoncé à ses droits les plus précieux et s’est contentée des privilèges que l’homme a bien voulu lui accorder. Il a affublé la créature que Dieu lui a donnée comme compagne de toutes sortes de colifichets, l’a engagée à faire de la séduction de sa personne sa préoccupation, a encensé sa vanité et en a fait l’instrument de son plaisir égoïste, un jouet plaisant à regarder et un objet distrayant pour meubler ses loisirs. « Règne par l’obéissance, dans la soumission sera ton pouvoir », autrement dit, apprends à être hypocrite, fais semblant de te soumettre, et tu l’emporteras : tel est le code de moralité domestique que l’on enseigne à la femme.

6Le poète chante avec des accents pathétiques la beauté de la subordination de la femme à l’homme, et voilà qu’il nous en provient encore un écho de la part de ceux qui font profession d’enseigner la religion de la Bible. Dieu dit : « Finissez-en avec l’homme, dont le souffle est dans ses narines, car de quelle valeur est-il ? » [Ésaïe, 2, 22]. Et l’homme de dire, faites-moi confiance. Dieu dit : « Il nous enseignera ses voies » [Ésaïe, 2, 3]. Et l’homme de dire, croyez-le si vous voulez, je vous instruirai. Cette doctrine de subordination par rapport à l’homme est totalement en contradiction avec la doctrine de la Bible où je ne trouve rien qui ressemble à la douceur féminine, ni au sérieux de l’homme : l’un et l’autre reçoivent le même commandement de cultiver les fruits de l’Esprit, l’amour, la douceur d’esprit, la gentillesse, etc.

7Mais voici ce qu’on nous dit : « Le pouvoir de la femme est dans sa soumission, il découle de la prise de conscience de la faiblesse que Dieu lui a donnée pour la protéger. » S’il est fait référence à la faiblesse physique, je concède volontiers la supériorité ; si c’est la force brute que réclament mes frères, je leur laisse avec grâce tout l’honneur qu’ils désirent ; mais s’ils veulent dire par là que la faiblesse intellectuelle et morale appartient à la femme, davantage qu’à l’homme, je démens formellement une telle accusation. L’homme a, autant que faire se peut, étouffé nos capacités intellectuelles, et diminué notre sens moral par ses propres interprétations de ce que sont nos devoirs ; mais nulle part Dieu ne dit qu’il a créé la moindre différence entre nous en tant qu’êtres doués d’intelligence et de sens moral.

8« Nous apprécions », poursuit l’assemblée, « leurs prières et leurs efforts non ostentatoires pour promouvoir la cause religieuse chez nous et au-dehors, pour orienter vers le pasteur, qui saura les instruire, les personnes qui se posent des questions d’ordre religieux. » À ce stade, plusieurs points réclament notre attention. Si les prières et les efforts faits en public sont nécessairement ostentatoires, alors « Anne, la prophétesse qui ne quittait pas le temple, mais servait Dieu en jeûnes et en prières, nuit et jour, et parlait du Christ à tous ceux qui attendaient la rédemption » [Luc, 2, 36-37], faisait des efforts ostentatoires. Et puis l’apôtre Paul encourage les femmes à faire des efforts ostentatoires pour propager l’Évangile quand il leur donne des directives sur la façon de se présenter lorsqu’elles prient ou prêchent en public.

  • 3 Voir Ésaïe, 31, 1.

9Mais la femme a le droit d’orienter ceux qui se posent des questions d’ordre religieux vers les pasteurs qui les instruiront. Cela suppose que tous les pasteurs sont plus compétents pour être des guides spirituels que la femme. Je rejette cela complètement. J’ai beaucoup trop souffert de l’enseignement de l’homme pour orienter vers lui quiconque aurait besoin d’instruction. Le Seigneur Jésus dit : « Venez à moi et laissez-moi vous instruire » [Matthieu, 11, 28-29]. Il n’envoie ses disciples auprès d’aucun homme ; et si la femme est choisie comme instrument privilégié pour éveiller un pécheur à sa condition désespérée, elle n’a nullement le droit de proposer d’autre guide que le Christ ; tout ce qu’elle a à faire, c’est adresser le questionneur repentant à « l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde » [Jean, 1, 29]. Davantage d’âmes se sont probablement égarées en descendant chercher du secours en Égypte3, et en mettant leur confiance en l’homme au début d’une expérience religieuse, qu’à cause de toute autre erreur. Au lieu de la requête adressée à Dieu – « Conduis-moi dans ta vérité, et enseigne-moi, car tu es le Dieu de mon salut » [Psaumes, 25, 5] –, au lieu de s’appuyer sur les précieuses promesses – « Quel est l’homme qui ne place pas sa confiance en l’Éternel ? C’est Lui, le Seigneur, qui lui enseignera le chemin qu’il doit choisir » [Psaumes, 25, 12] –, on demande au nouveau converti de s’adresser à l’homme, comme si celui-ci était à la place de Dieu, et que ses instructions étaient essentielles pour avancer sur le droit chemin. […] Le devoir des hommes et des femmes, à qui Dieu a ordonné de prêcher les insondables richesses du Christ à un monde en perdition, est de conduire les âmes au Christ, et non aux pasteurs, pour leur instruction.

10L’assemblée générale dit que « lorsque, en réformateur public, elle prend la place et adopte le ton d’un homme, les attentions et la protection que nous lui accordions ne semblent plus nécessaires : nous nous mettons sur la défensive à son encontre, et sa personnalité se dénature ». Là encore, on retrouve cette notion contraire à la Bible, qu’il y aurait une différence entre les devoirs des hommes et des femmes en tant qu’êtres moraux ; que ce qui est une vertu chez l’homme est un vice chez la femme ; et que les femmes qui osent obéir à l’injonction de Jéhovah, « Crie à pleine voix, ne te retiens pas, élève la voix telle une trompette pour dénoncer les transgressions de mon peuple » [Ésaïe, 58, 1], risquent de perdre la protection de leurs frères. Si c’est là tout ce qu’ils font, alors ce ne sera pas une punition pour nous ; notre confiance est dans le Seigneur Jéhovah, et en lui est la force éternelle. La devise d’une femme engagée dans la grande œuvre de réforme publique devrait être : « L’Éternel est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte ? L’Éternel est la force de ma vie, de qui aurais-je peur ? » [Psaumes, 27, 1]. Elle doit ressentir, si elle ressent correctement ces choses, qu’elle s’acquitte d’une des tâches importantes qui lui échoient comme à tout être responsable, et que sa personne, loin de se « dénaturer », reflète exactement la volonté de Celui, et lui seul, à qui elle est redevable pour les talents et les dons qu’il lui a confiés. Quant à la jolie petite comparaison qui apparaît dans la Lettre pastorale : « Si la vigne, dont la force et la beauté viennent de cette façon qu’elle a de s’appuyer sur le treillage et de dissimuler en partie ses grappes, se met en tête de prendre l’indépendance et le caractère dominateur de l’orme », etc., je remarquerai simplement qu’il se peut très bien que cela s’accorde à l’imagination du poète, qui chante les yeux pétillants, et les lèvres de corail, et les chevaliers en armure, mais il ne me semble pas convenir à la dignité d’un corps chrétien de vouloir établir, en contradiction avec les Écritures, une telle distinction entre les hommes et les femmes. Ah ! combien de femmes ont compris, avec ce pouvoir ainsi exercé à tort sur elles et qu’on appelle gentiment de la protection, que ce sur quoi elles s’appuient n’était au mieux qu’un roseau cassé, et souvent un harpon.

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

Notes

1 La « Lettre pastorale de l’Association des Églises congrégationalistes du Massachusetts », du 28 juillet 1837, était très critique à l’égard de William Lloyd Garrison et des sœurs Grimké, sans toutefois les nommer. L’assemblée désapprouvait particulièrement la prise de parole publique de femmes pour la cause abolitionniste.

2 Cotton Mather (1663-1728), pasteur et penseur puritain de Nouvelle-Angleterre, auteur de très nombreux ouvrages théologiques. Il croyait en l’action de Satan sous forme de possession diabolique et eut une influence déterminante dans les condamnations qui suivirent les procès des sorcières de Salem (1692).

3 Voir Ésaïe, 31, 1.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site