Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre I. L’égalité première de la femme

Texte intégral

Amesbury, le 11 juillet 1837

Chère amie,

1Alors que je m’apprête à faire suite à ta demande de m’exprimer sur ce qu’est la sphère féminine, j’ai le sentiment que je m’aventure en terre pratiquement inconnue et que je vais avancer des arguments contredisant une opinion publique erronée ainsi que l’interprétation déformée des Saintes Écritures, qui prévaut absolument partout. Mais je suis à la recherche de la vérité ; et aucun obstacle ne m’empêchera de mener ma quête, parce que je crois que toute nouvelle découverte relative aux desseins de Jéhovah quant à la femme améliorera sensiblement notre sort à toutes ici-bas. Il est impossible de mener à bien notre destinée sans comprendre à quoi nous sommes destinées. Impossible d’accomplir notre devoir à moins de comprendre en quoi il consiste ; et même de profiter de nos privilèges, si l’on ignore ce qu’ils sont.

  • 1 La version de la Bible en grec.

2Pour l’étude de ce sujet important, je ne veux dépendre, pour déterminer la sphère de la femme, que de la Bible, car je crois que tout ce qui a été écrit sur ce sujet est le résultat d’idées fausses sur les simples vérités révélées dans la Bible, et cela à cause d’erreurs de traduction dans de nombreux passages des Saintes Écritures. Mon esprit s’est entièrement dégagé de tout le respect superstitieux qui entoure la version anglaise de la Bible. Les traducteurs de la version du roi Jacques n’étaient vraiment pas inspirés. Je prends donc comme référence l’original1, car, oui, celui-ci fut inspiré, et je prétends également juger par moi-même de ce que veulent dire les auteurs inspirés, car je pense que c’est le devoir sacré de chacun d’étudier les Saintes Écritures pour et par soi-même, avec l’aide du Saint-Esprit, et non pas de se laisser imposer l’opinion d’un homme ou de plusieurs.

3Considérons tout d’abord la femme au moment où elle fut créée. « Et Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Et Dieu créa l’homme à son image ; il le créa à l’image de Dieu ; il créa l’homme et la femme » [Genèse, 1, 26-27]. À aucun endroit de cette sublime description de la création de l’homme (terme générique qui désigne l’homme et la femme) ne se trouve la moindre suggestion d’une différence entre eux. Ils furent tous deux créés à l’image de Dieu ; il leur fut donné à tous deux pouvoir sur toutes les autres créatures, mais pas pouvoir l’un sur l’autre. Créés en parfaite égalité, ils étaient censés gérer ce que leur Créateur leur avait confié, en parfaite harmonie et avec amour.

4Passons maintenant à la récapitulation de la création de l’homme : « Et l’Éternel Dieu façonna l’homme avec la poussière de la terre. Il insuffla dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint un être vivant » ; « Et l’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide qui lui corresponde » [Genèse, 2, 7 ; 2, 18]. L’ensemble de la création regorgeait d’êtres animés naturellement capables d’affection, et c’est toujours vrai ; ce n’était donc pas simplement pour donner à l’homme une créature susceptible de l’aimer, de lui obéir, de l’admirer, car tout cela, les animaux pouvaient le faire et le faisaient en effet. C’était pour lui donner une compagne, à tous égards son égale ; qui, comme lui, avait toute sa liberté d’action, douée d’intelligence et dotée d’immortalité ; pas simplement pour partager avec lui les plaisirs de la chair, mais capable de partager tous ses sentiments en tant qu’être moral et responsable. Si cela n’avait pas été le cas, comment aurait-elle pu être sa partenaire ? J’entends ceci comme s’appliquant non seulement aux signataires d’un contrat de mariage, mais aussi à tous les hommes et toutes les femmes, parce que je crois que Dieu a prévu pour la femme un partenariat avec l’homme en toute œuvre bonne et parfaite. Elle était une partie de lui-même, comme si Jéhovah avait voulu rendre l’unicité et l’identité de l’homme et de la femme parfaite et totale ; et lorsque l’œuvre glorieuse de leur création fut terminée, « les étoiles du matin chantèrent ensemble et tous les fils de Dieu éclatèrent de joie » [Job, 38, 7].

5Nos premiers parents ne profitèrent pas longtemps de leur bonheur. Il semblerait qu’Ève, d’après ce qui est raconté, se promenait seule sous les tonnelles du paradis, lorsque le serpent l’aborda. D’après sa réponse à Satan, il est évident que l’ordre de « ne pas manger le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin » fut donné à tous les deux, bien que ce soit le mot homme qui fut utilisé dans l’interdiction énoncée par Dieu. « Et la femme dit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point, et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez » [Genèse, 3, 3]. À ce moment, la femme fut soumise à la tentation par un être qu’elle ne connaissait pas. Elle était accoutumée à la compagnie de son partenaire bien-aimé, en communion avec Dieu et les anges ; mais elle ignorait vraisemblablement tout d’une quelconque intelligence satanique. Elle fut bernée par la subtilité du serpent. Et « elle vit que l’arbre était bon à manger, et qu’il était un plaisir pour les yeux, et que l’arbre était désirable pour rendre intelligent ; et elle prit de son fruit et en mangea » [Genèse, 3, 6].

6Nous voyons ensuite Adam se rendre coupable du même péché, non par l’entremise d’un agent surnaturel, mais par celle de son égale, un être, il le savait, qui était susceptible de transgresser le commandement divin, car il sentait bien que lui-même était libre de ses actions et que seuls l’exercice de la foi et l’amour envers son Créateur le retenaient de désobéir. Si Adam avait fait de tendres reproches à son épouse, s’il s’était efforcé de la guider vers le repentir au lieu de partager sa faute, je serais davantage encline à accorder à l’homme la supériorité dont il se targue ; mais au vu des faits tels qu’ils sont exposés par le divin historien, il me semble qu’il y eut pour le moins autant de faiblesse du côté d’Adam que du côté d’Ève. Ils ont tous deux perdu leur innocence, et par conséquent le bonheur, mais non l’égalité.

  • 2 « Qui aura versé le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé, car Dieu a fait l’homme à so (...)

7Voyons maintenant comment s’est conduit ce couple de pécheurs lorsque Jéhovah les a interrogés sur leur faute. Ils ont tous deux franchement confessé leur culpabilité. « L’homme répondit : C’est la femme que tu as mise à mes côtés qui m’a donné de ce fruit et j’en ai mangé. […] Et la femme répondit : Le serpent m’a trompée et j’en ai mangé » [Genèse, 3, 12-13]. Et le Seigneur Dieu dit à la femme : « Tu seras soumise à ton mari, et lui dominera sur toi » [Genèse, 3, 16]. On voit clairement que cela ne faisait pas allusion à la soumission de la femme à l’homme parce que le même mode d’expression est utilisé pour parler d’Abel à Caïn [Genèse, 4, 10-12]. La vérité c’est que la malédiction, comme on l’appelle, qui fut prononcée par Jéhovah envers la femme, est une simple prophétie. L’hébreu, comme le français, n’a qu’un seul mot pour exprimer le « sera » et le « devra être ». Nos traducteurs habitués à exercer une domination sur leurs femmes, et aveuglés par un jugement perverti ont, tout naturellement, mais je pense sans beaucoup de discernement ni de gentillesse, traduit « devra être » au lieu de « sera », et ainsi converti une prédiction à Ève en un commandement à Adam ; car on remarquera que cela s’adresse à la femme et non à l’homme. La conséquence de la chute fut une lutte immédiate pour le pouvoir, et Jéhovah a prédit qui gagnerait l’ascendant ; mais comme il les a créés à son image, et que cette image n’a manifestement pas disparu avec la chute – comme il est souligné dans Genèse, 9, 62, c’est l’argument qui explique pourquoi un homme n’a pas le droit de prendre la vie de son prochain –, il n’y a pas de raison de supposer que le péché a créé une distinction entre eux en tant qu’êtres moraux, doués d’intellect et responsables. […]

8Je maintiens ma position. Dieu nous a créés égaux ; il nous a créés libres ; c’est lui, notre Roi et notre Juge, qui nous donne la loi et à lui seul la femme doit se soumettre, et à lui seul elle doit rendre compte de l’utilisation des talents que son Père aux cieux lui a confiés.

9Aucun autre n’est son maître, même pas le Christ.

Bien à toi, pour la cause des opprimés, en toute solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

Notes

1 La version de la Bible en grec.

2 « Qui aura versé le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé, car Dieu a fait l’homme à son image. »

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site