Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction


Texte intégral

1Ces lettres, au nombre de quinze, furent publiées, sous le titre « Letters on the Province of Women », dès juillet 1837 dans le journal antiesclavagiste New England Spectator, puis rassemblées en un seul ouvrage publié en 1838 à Boston par les éditions Isaac Knapp. Ne concernant pas directement notre propos, les lettres portant sur la condition des femmes en Europe, en Asie et en Afrique ne sont pas traduites ici ; elles reprennent en partie les arguments de Lydia Maria Child1 dans Brief History of the Condition of Women, in Various Ages and Nations (New York, C. S. Francis, 1835). Celles que nous avons retenues font plus directement réponse à la publication, le 28 juillet 1837, de la « Lettre pastorale de l’Association des Églises congrégationalistes du Massachusetts »2.

2Sarah puisa ses raisonnements dans la Bible mais aussi dans les écrits de John Locke et de Thomas Jefferson. Tout au long de ces lettres se déclinent, se mêlent et se renforcent les uns les autres des arguments chrétiens et philosophiques3.

Notes de bas de page

1 Lydia Maria Child (1802-1880) fut abolitionniste, écrivain, et soutint dès le début le mouvement pour les droits des femmes.

2 Voir le document précédent, texte 7.

3 Voir P. R. Durso, The Power of Woman. The Life and Writings of Sarah Moore Grimké, chapitre 5.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.