Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Lettres à Catherine E. Beecher, Letters to Catherine E. Beecher, 1838

Extrait de la « Lettre pastorale de l’Association des Églises congrégationalistes du Massachusetts »

« Pastoral letter of the General Association of the Congregational Churchesof Massachusetts », publiée le 28 juillet 1837 et reproduite dans The Liberator, le 11 août 1837

Texte intégral

  • 1 Le congrégationalisme, héritier du protestantisme calviniste des puritains du xviie siècle en Nouv (...)

Le clergé congrégationaliste1 condamna, par une lettre envoyée le 28 juillet 1837 à toutes les paroisses, les femmes abolitionnistes qui s’exprimaient en public. Les sœurs Grimké, qui avaient entrepris une tournée de conférences sur l’esclavage, étaient particulièrement visées par cette réprobation. Dans cette lettre, le clergé insistait sur la place de la femme, assignée à résidence dans la sphère privée.

*

1Nous voudrions attirer votre attention sur les dangers qui, actuellement, risquent de grandement meurtrir la réputation des femmes, et de façon irréversible.

2Les devoirs et l’influence qu’il est convenant pour une femme d’exercer sont clairement indiqués dans le Nouveau Testament. Ces devoirs et cette influence sont discrets et d’ordre privé, mais aussi la source d’un grand pouvoir. Lorsque l’influence, douce, modeste, apaisante de la femme s’exerce pleinement sur la pensée rigoureuse de l’homme, la société en perçoit les effets de mille manières. Le pouvoir de la femme est dans sa soumission, il découle de la prise de conscience de la faiblesse que Dieu lui a donnée pour la protéger, et qui lui réserve les domaines de la vie où se forme le caractère des personnes et de la nation. Les femmes ont une certaine influence sociale lorsqu’elles encouragent la piété et les grandes œuvres de bienfaisance chrétienne, toutes choses que nous ne saurions trop recommander. Nous apprécions leurs prières et leurs efforts non ostentatoires pour promouvoir la cause religieuse chez nous et au-dehors, pour faire les classes d’instruction religieuse, pour orienter vers le pasteur, qui saura les instruire, les personnes qui se posent des questions d’ordre religieux, et pour toutes ces initiatives qui conviennent à la pudeur de leur sexe. Nous espérons vivement que la femme se dévouera toujours plus pour ces tâches de piété et d’amour.

3Mais lorsque, en réformateur public, elle prend la place et adopte le ton d’un homme, les attentions et la protection que nous lui accordions ne semblent plus nécessaires : nous nous mettons sur la défensive à son encontre, elle renonce au pouvoir que Dieu lui a donné pour la protéger, et sa personnalité se dénature. Si la vigne, dont la force et la beauté viennent de cette façon qu’elle a de s’appuyer sur le treillage et de dissimuler en partie ses grappes, se met en tête de prendre l’indépendance et le caractère dominateur de l’orme, non seulement elle va cesser de porter des fruits, mais elle va, dans la honte et le déshonneur, tomber en poussière. Nous ne pouvons donc que regretter la conduite déplacée de ceux qui encouragent des femmes à prendre part de manière choquante et ostentatoire aux mouvements de réforme, et qui tolèrent que des personnes de ce sexe s’oublient au point de se discréditer en prenant des rôles de conférenciers et d’enseignants.

Notes

1 Le congrégationalisme, héritier du protestantisme calviniste des puritains du xviie siècle en Nouvelle-Angleterre, se caractérisait encore au xixe siècle par un conservatisme et une grande rigueur dogmatiques.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site