Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Lettres à Catherine E. Beecher, Letters to Catherine E. Beecher, 1838

Lettre XIII. Remarques diverses – conclusion

Texte intégral

Holliston, Mass., le 23 octobre 1837

Chère amie,

1Tu parais penser qu’éduquer les jeunes enfants de notre nation est plus particulièrement la tâche des femmes. Mais pourquoi, je pose la question, pourquoi sont-elles, davantage que les hommes, censées remplir cette sacro-sainte fonction ? Je crois que dès qu’on aura compris ce que sont les droits des femmes, nos frères verront et sentiront qu’il y va de leur devoir de collaborer avec nous, dans cette noble et sainte mission […]. Je sais que certains estiment que ce travail est en dessous de la dignité de l’homme, mais quelle énorme erreur ! […] Je crois que le temps viendra où le métier d’enseigner aux jeunes enfants sera considéré comme la fonction la plus honorable qu’un homme puisse remplir. Si c’est une corvée d’instruire ces petits, alors les hommes doivent porter une partie du fardeau ; si c’est un privilège et un honneur, eh bien ! nous les invitons généreusement à partager cet honneur et ce privilège avec nous. […]

2Le débat sur les droits de l’esclave a ouvert la voie à la discussion d’autres droits, en conséquence de quoi tous les jougs finiront par être brisés, les opprimés, à quelque niveau que ce soit, seront libérés, ce sera l’émancipation la plus glorieuse que le monde ait jamais vue, le début de cette liberté que Jésus a donnée à son peuple. […]

3Après t’être efforcée de montrer que la femme n’a pas de droit moral à se servir de son droit de pétition en faveur de l’esclave abattu et sans voix ; que se mêler, de quelque façon que ce soit, à l’agitation que suscitent les principes antiesclavagistes dans ce pays n’est pas de son ressort, non plus que devenir membre d’une société abolitionniste, etc., etc., tu proposes de dire à nos sœurs ce qu’elles ont à faire pour mettre fin au système de l’esclavage. Eh bien, ma chère amie, à quoi revient tout ce que tu dis, sur des pages et des pages ? Que les femmes doivent exercer leur influence en privé, calmer les passions sur le sujet, et éteindre toute flamme de compassion dans le cœur de leur père, leur mari, leurs frères et leurs fils. Illusion funeste ! Est-ce que des femmes chrétiennes voudront suivre de tels conseils ?

4T’es-tu jamais demandé ce qu’un esclave penserait de ton livre s’il pouvait le lire ? Te rends-tu compte que du début à la fin, pas un mot de compassion à son égard n’est tombé de ta plume ? Rappelle-toi, je te prie, toutes ces heures que tu as passées à l’écrire ! Est-ce qu’une seule larme de pitié a jamais humecté ton papier ? T’es-tu jamais senti le cœur gros de compassion pour ta sœur enchaînée ? […] Considère la réception donnée à ton livre par les apologistes de l’esclavage. Que signifient les louanges enthousiastes avec lesquelles ils l’ont accueilli ? […]

5Ton livre, je le crains, aurait aussi bien pu s’écrire sans un cœur de femme. Il manifeste un intellect supérieur mais paralysé et fasciné par les sortilèges d’un opportunisme mondain. Où, mais où donc, dans ses pages, sont les débordements d’une âme submergée par la réalisation des crimes atroces de notre nation, et la nécessité d’un repentir immédiat ? Adieu ! […] Pardonne-moi si je t’ai causé du tort et prie pour celle qui se considère ta sœur, à toi liée, en solidarité féminine,

A. E. Grimké

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site