Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Lettres à Catherine E. Beecher, Letters to Catherine E. Beecher, 1838

Lettre XII. Les droits de l’humanité ne sont pas fondés sur le sexe

Texto completo

East Boylston, Massachusetts, le 2 octobre 1837

Chère amie,

1[…] Ma recherche sur les droits de l’esclave m’a menée à une meilleure compréhension des miens. J’ai découvert que la cause antiesclavagiste était l’école de moralité de notre pays – l’école au sein de laquelle les droits humains sont plus complètement examinés, mieux compris et enseignés que dans aucune autre. C’est là qu’un grand principe fondamental prend un nouvel essor et s’illumine, d’innombrables rayons partant de cette lumière centrale et irradiant tout autour. Les êtres humains ont des droits, parce que ce sont des êtres moraux ; les droits de tous les hommes découlent de leur nature morale ; et comme tous les hommes possèdent la même nature morale, ils ont par essence les mêmes droits. L’esclave peut être dépouillé de ces droits mais ceux-ci ne peuvent disparaître. […] Donc si les droits sont enracinés dans la nature même de notre être moral, l’aléa du sexe ne donne pas à l’homme, davantage qu’à la femme, de droits et de responsabilités plus élevés. […]

2La normalisation des devoirs simplement en fonction du sexe, plutôt que du principe fondamental d’être moral, a conduit à toute une série de calamités découlant de la doctrine antichrétienne de vertus masculines et de vertus féminines. Avec cette doctrine, l’homme est devenu le guerrier, s’est revêtu d’austérité et des divers traits que l’on attribue généralement à sa qualité d’homme. De son côté, on a appris à la femme à s’appuyer sur un bras de chair, à s’asseoir telle une poupée parée d’or, de perles et de luxueux atours, pour faire admirer ses charmes physiques, pour, comme un enfant gâté, recevoir des caresses et des attentions, ou alors on a fait d’elle une bonniche pour le confort de son maître et seigneur. […] Ce principe a donné à l’homme le droit d’exercer tyrannie et égoïsme, vanité et arrogance, lubricité et violence. Il a enlevé à la femme ses droits fondamentaux, le droit de penser, de s’exprimer et d’agir sur toute question d’ordre moral, comme peuvent le faire les hommes, le droit de partager leurs responsabilités, leurs risques et leurs travaux […].

3Je ne reconnais de droits qu’humains, et ne veux rien savoir des droits de l’homme ni des droits de la femme, car en Jésus-Christ il n’y a ni homme ni femme. C’est là ma profonde conviction que, tant que ce principe d’égalité n’est pas reconnu et mis en pratique, l’Église ne peut rien faire de constructif pour réformer durablement le monde. La femme a été la première à commettre le péché, et la première victime du pouvoir. Dans toutes les nations païennes, elle est l’esclave de l’homme, et les nations chrétiennes n’ont jamais reconnu ses droits. Plus encore, aucune dénomination chrétienne, aucune association ne prend les femmes en compte sur la base de leur appartenance à l’humanité. Je sais que dans certaines sectes la femme a le droit de prêcher l’Évangile ; non par reconnaissance de ses droits, ni sur la base de son égalité en tant qu’être humain, mais sur son égalité en dons spirituels – ainsi voyons-nous que les femmes, même dans ces sociétés-là, n’ont pas droit au chapitre pour ce qui est des règles de discipline auxquelles elles devront se soumettre. Or, moi je crois justement que la femme a voix au chapitre pour toutes les lois et règlements censés la gouverner, que ce soit dans l’Église ou dans l’État, et que l’organisation actuelle de notre société, sur ces points, est une violation des droits humains, un abus de pouvoir nauséabond, une appropriation et une confiscation violentes de ses droits sacrés et inaliénables […]. Si les gouvernements ecclésiastiques et civils viennent de la volonté de Dieu, je soutiens qu’une femme a tout autant qu’un homme le droit de siéger dans des colloques, des conférences, des associations et des assemblées générales – et autant qu’un homme le droit de s’asseoir sur le trône d’Angleterre, ou dans le fauteuil du président des États-Unis. […]

4Tu dis « une femme stupide, étroite d’esprit ou ignorante ne peut comprendre ce qu’il y a de rationnel, de juste et de beau dans cette relation », c’est-à-dire sa subordination à l’homme. Alors, franchement, il me semble que seule une vue bornée de ce qui a trait aux droits et responsabilités humaines peut amener quelqu’un à croire en cette « subordination » à un être faillible. Notre époque, je le vois bien, donne clairement les signes d’un vaste et rapide changement de l’opinion publique sur le sujet. […] Et on va voir que rien de ce qui concerne le bien-être de l’humanité n’est hors de la sphère de la femme, ou au-delà de sa compréhension. Alors on va voir l’Amérique élevée au-dessus de toutes les autres nations grâce à des femmes bien éduquées et grâce à l’influence qu’elles exerceront sur les centres d’intérêt de la société.

5Pour terminer, je te recommande la lecture des Lettres que ma sœur a écrites sur « la place de la femme », publiées dans le New England Spectator, et republiées à Boston par Isaac Knapp. Elle a traité ce sujet en profondeur, alors que je n’ai fait que l’effleurer.

6Que toi et toutes mes concitoyennes comprennent mieux ce qui fait la véritable dignité de la femme reste le souhait sincère de

Ton amie

A. E. Grimké

© ENS Éditions, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540