Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Lettres à Catherine E. Beecher, Letters to Catherine E. Beecher, 1838

Lettre XI. La sphère de la femme est la même que celle de l’homme : celle de la conscience morale

Texte intégral

Brookline, Mass., le 28 août 1837

Chère amie,

1J’en viens maintenant à la partie de ton livre, qui est de toutes la plus importante pour les femmes de ce pays, ton chapitre « Généralités sur la place attribuée à la femme selon la volonté divine ». Je citerai des passages de ton livre, y apporterai mes objections, et te soumettrai mes opinions personnelles.

2Tu dis : « Le Ciel a placé l’un des deux sexes en position supérieure, l’autre en position subalterne, et ceci en ne prenant en compte la personnalité et la conduite ni de l’un ni de l’autre. » Voilà bien une affirmation sans fondement. […] « La paix sur la terre et la bonne volonté vis-à-vis des hommes, voilà tout ce qui constitue les droits, les privilèges, l’influence et le pouvoir de la femme. » Vraiment ! Notre Saint Sauveur n’aurait prêché la doctrine de paix qu’à notre sexe ? « Un homme peut agir sur la société par la véhémence de son raisonnement lors d’un débat public, il peut faire avancer des mesures en faisant appel à des sentiments de honte, de peur, ou à l’intérêt personnel ; il peut exercer des pressions en manipulant l’opinion publique ; il peut contraindre par la force physique, sans pour autant s’aventurer hors de la sphère qui est la sienne» Jésus aurait-il donné des règles de conduite différentes aux hommes et aux femmes ? Lorsqu’il a envoyé ses disciples prêcher l’Évangile, leur a-t-il dit que l’homme pouvait avoir recours à la peur, à la honte et à l’intérêt de ceux à qui ils s’adressaient, faire pression sur l’opinion publique et contraindre par la force physique ? « Mais (que) le seul pouvoir, les seules conquêtes permises à la femme sont celles qui font appel aux principes de bonté, de générosité, de paix et de bienfaisance ? » Si c’était le cas, j’en arriverais pour ma part à une conclusion très différente de la tienne : j’en viendrais à penser que c’est la femme qui est un être supérieur, et l’homme son inférieur, dans la mesure où le pouvoir moral est infiniment supérieur à la « force physique ». […]

  • 1 Adam Clarke, Thomas Scott, Thomas Stratton : auteurs anglais de commentaires sur la Bible parus en (...)

3Jésus-Christ n’a jamais dit aux femmes qu’il n’appartenait pas à leur sphère naturelle de se mêler aux foules qui le suivaient. Là encore je vois les langues de feu, séparées les unes des autres, se poser sur chacune des têtes des cent vingt disciples, dont certains étaient des femmes. […] Car, à moins que des femmes tout autant que des hommes n’aient reçu le Saint-Esprit et ne se soient mises à prêcher, que signifierait ce que leur dit Pierre : « C’est ce qui a été dit par le prophète Joël : Et il arrivera aux derniers jours, dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et vos fils et vos filles prophétiseront… Et sur mes serviteurs et sur mes servantes, en ces jours-là, je répandrai de mon Esprit, et ils prophétiseront » [Actes, 2, 16-18]. C’est là un fait, comme le reconnaissent Clarke, Scott, Stratton et Locke1. Ce n’est ni mon interprétation personnelle ni une opinion sectaire. […]

4Après examen, il apparaît également qu’exactement le même mot, Diakonos, est traduit par « servante » lorsqu’il s’applique à Phoebe (Romains, 16, 1) et par « ministre » lorsqu’il s’applique à Tychique (Éphésiens, 6, 21). L’histoire ecclésiastique nous apprend que cette même Phoebe fut de la plus haute importance en tant que ministre de l’Église, et que des femmes ministres ont souffert le martyre dans les premiers temps du christianisme. […] Est-ce que toutes ces saintes femmes de l’ancien temps ont rempli leur tâche évangélique dans le « cercle domestique » ? Je ne le pense pas. […]

5« Une femme peut rechercher un soutien dans la collaboration et l’association avec des personnes de son sexe, pour l’aider dans les tâches qui lui conviennent, celles qui relèvent de la piété, de la charité », etc. Les tâches qui lui conviennent ! Ha ! la grande difficulté est là. Quelles sont ces tâches ? Qui les désigne ? Qui a jamais tenté de séparer les devoirs des hommes de ceux des femmes, en tant qu’êtres moraux, sans verser dans l’incohérence la plus grossière d’une part, ou se heurter à l’absurdité la plus totale, de l’autre ?

6« Tout ce qui, peu ou prou, place une femme dans un rôle de combattante, au service de sa propre cause ou de celle des autres – tout ce qui la lie à un conflit partisan –, tout ce qui l’oblige de quelque façon à exercer des contraintes, la propulse hors de la sphère qui est la sienne. » Si, par « combattante », tu veux dire quelqu’un qui utilise la force physique, alors je réponds que l’homme n’a pas plus que la femme le droit de combattre de cette façon, car tous les préceptes pacifistes de l’Évangile s’appliquent à lui, comme à elle. Si, par « conflit partisan », tu entends la lutte pour le pouvoir, qu’il soit civil ou ecclésiastique, une soif de louanges et d’honneurs, alors je pose la question : est-ce là la sphère qui convient à un être moral, responsable, homme ou femme ? Si par « exercer des contraintes », tu veux dire faire usage de la force ou de la peur, comme le font les propriétaires d’esclaves et les guerriers, alors je répète que l’homme n’a pas plus que la femme le droit d’y recourir. De telles contraintes sont rejetées par les préceptes et l’exemple du Christ et de ses Apôtres ; si bien que finalement, la sphère qui convient à la femme convient exactement aussi à l’homme. […] Tu dis que, pour une femme, la pertinence qu’il y a à se mettre en avant pour défendre une partie des personnes de son sexe cruellement assujetties par l’esclavage dépend entièrement des « chances de résultats ». […]

7Selon ce que tu dis, les femmes de ce pays ne doivent pas se laisser guider par les principes du devoir, mais par les effets que produisent leurs pétitions sur les membres du Congrès, et l’opinion des hommes qui le composent. S’ils les jugent « choquantes, inconvenantes et inopportunes », il ne faut pas les envoyer. Si toi, tu ne veux pas mettre les préceptes de la Bible avant les opinions de ce groupe d’hommes qui, pour le moment, président aux destinées de la nation, moi si. Qu’est-ce que cela, si ce n’est se soumettre à l’homme plutôt qu’à Dieu, et rechercher les louanges de l’homme plutôt que celles de Dieu ? Quant à l’argument selon lequel nos pétitions augmenteraient les méfaits de l’esclavage, ce n’est qu’une vision des choses dont le bien-fondé reste à prouver. […] Je suis sûre que les pétitions parviendront à faire de l’émancipation une réalité, quoi que tu en penses. […]

  • 2 Les révolutionnaires américains n’ayant pas de représentants au Parlement britannique avaient adop (...)

8Autre objection aux pétitions des femmes : « Elles finissent par amener les femmes qui signent ces pétitions et prennent parti à se mêler de toutes les mesures politiques qui pourraient affecter ou opprimer leur sexe. » […] J’espère bien que mes sœurs auront toujours le droit de signer des pétitions pour obtenir réparation des torts subis. Le droit de pétitionner est le seul droit politique que possèdent les femmes : pourquoi ne pas les laisser l’exercer chaque fois qu’elles subissent des torts ? Nos pères ont mené un combat sanglant contre l’Angleterre2, parce qu’ils devaient payer des impôts alors qu’ils n’étaient pas représentés. C’est exactement ce que subissent actuellement les femmes célibataires qui ont des biens. Elles non plus ne voulaient pas des lois d’un gouvernement pour l’élaboration desquelles elles n’ont eu aucune voix, mais c’est précisément ce que notre République impose aux femmes. Si, donc, nous sommes imposées sans être représentées, et gouvernées par des lois élaborées sans nos voix, alors, oui, nous devrions au moins avoir le droit de protester contre « toutes les mesures politiques qui pourraient affecter ou opprimer notre sexe ». Pourquoi pas ? Craindrais-tu de voir les femmes de ce pays abuser de ce pouvoir de pétitionner ? N’ont-elles pas assez de solides principes et de bon sens pour contrôler l’exercice de ce droit ? Je suis sûre qu’elles en feront toujours bon usage. Je n’ai pas peur de faire confiance à mes sœurs – pas moi. […] Le fait qu’on ne donne pas aux femmes le droit d’élire les membres du Congrès n’est qu’une piètre raison pour les priver aussi du droit de pétitionner. Si leur nombre compte pour augmenter celui des représentants à l’Assemblée législative de leur État, comme à celle de la Nation, alors le moins qu’on puisse faire est de leur donner le droit de pétition dans tous les cas, quels qu’ils soient, et sans restriction. Sinon, elles ne sont que des esclaves, identifiées uniquement à travers leurs maîtres. […]

Bien à toi,

A. E. Grimké

Notes

1 Adam Clarke, Thomas Scott, Thomas Stratton : auteurs anglais de commentaires sur la Bible parus entre 1810 et 1831. John Locke publia en 1707 A paraphrase and notes on the Epistles of St. Paul to the Galatians, Corinthians, Romans, Ephesians. To which is prefix’d, An essay for the understanding of St. Paul’s Epistles, by consulting St.Paul himself.

2 Les révolutionnaires américains n’ayant pas de représentants au Parlement britannique avaient adopté le slogan « No taxation without representation ».

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site