Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Angelina Grimké

« Appel aux femmes des États dits libres » (Appeal to the Women of the Nominally Free States), 1837

Texte intégral

C’est au cours du premier congrès des femmes antiesclavagistes américaines qui se tint à New York en mai 1837 qu’Angelina fit cette communication, publiée dans un fascicule à la suite de la convention. La deuxième édition, sous forme de livre, fut tirée en 5000 exemplaires l’année suivante : Appeal to the Women of the Nominally Free States, Issued by an Anti-Slavery Convention of American Women. Held by Adjournments from the 9th to the 12th of May, 1837, Boston, Isaac Knapp, 1838.

*

Très chères sœurs,

1Les torts subis par des millions d’êtres bafoués et les signes des châtiments à venir nous intiment la responsabilité solennelle d’aborder auprès de vous le sujet de l’esclavage américain. Les femmes du Nord ont des devoirs nobles et sacrés à accomplir pour l’émancipation – des devoirs envers elles-mêmes, envers l’esclave qui souffre, envers le maître de l’esclave, envers l’Église, envers leur pays, envers le monde entier, et d’abord envers Dieu. Des devoirs qui, faute d’être accomplis maintenant, ne le seront peut-être jamais. […]

2À l’objection que l’esclavage est un sujet politique, nous répondons que chaque citoyen devrait prêter la plus grande attention aux difficultés politiques que connaît son pays, car l’honneur, le bonheur et le bien-être de chacun quelle que soit sa condition sont liés à la politique, au gouvernement et aux lois du pays. Pour être femmes, serions-nous des étrangères ? Sommes-nous privées de citoyenneté parce que nous sommes les mères, les épouses et les filles d’un peuple puissant ? Les femmes n’ont-elles pas de pays – pas d’intérêt pour le bien commun –, pas de responsabilités à assumer en cas de danger – pas de part dans la culpabilité et la honte de la nation ? La femme n’a-t-elle point de foyer, de liens d’affection familiaux, d’influence sur son mari, de pouvoir de compassion ? Manque-t-elle de voix pour redonner courage, ou de bras pour relever ceux qui flanchent, et panser les plaies ?

3Mais pour apprécier l’importance du sujet, et de nos devoirs en la matière, nous devons d’abord comprendre ce qu’est l’esclavage et faire apparaître ses ramifications innombrables et monstrueuses. Nous pourrons ainsi découvrir si les femmes n’ont pas de responsabilités à assumer pour son abolition. Nous essayerons ensuite de montrer pourquoi les femmes des États du Nord doivent œuvrer au renversement de ce système, et enfin comment elles peuvent participer à cette mission de foi et d’amour.

  • 1 Genèse, 1, 26, traduction Louis Segond.

4Qu’est-ce donc que l’esclavage ? C’est le crime qui fait tomber l’homme de la position élevée où Dieu l’avait placé, « juste en dessous des anges », pour le rabaisser au niveau des bêtes de somme. […] L’esclavage est ce crime qui prive l’homme de son droit inaliénable à la liberté et à la poursuite du bonheur, du diadème de gloire et d’honneur qui le couronnait et de ce pouvoir que Dieu lui attribua à la création de dominer « sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre »1. L’esclavage jette la confusion dans les dispositions de l’Infinie Sagesse, brise l’harmonie divine et détruit les fondements mêmes de la société humaine. Il en résulte un état de choses contre nature, et le recours à des expédients pervers pour préserver le système, comme l’atteste la sévérité des clauses qui dénaturent les codes de lois dans nos États du Sud. […]

5Prenons, par exemple, la définition de l’esclave dans les lois de Caroline du Sud. « Les esclaves seront considérés par la loi comme des possessions appartenant à la personne de leur maître, propriétaire, exécuteur, administrateur et cessionnaire dans quasi tous les cas. » […] En Louisiane ils sont tenus pour biens immobiliers. Ainsi le stipule la loi : « Les esclaves seront toujours considérés comme biens immobiliers et en tant que tels hypothéqués selon la loi en vigueur, ils seront saisis et vendus comme biens immobiliers. » La loi de Louisiane précise : « Un esclave est à la merci du maître à qui il appartient. Le maître peut le vendre, disposer de sa personne et de son travail ; l’esclave ne peut rien faire, rien posséder ni acquérir en propre. » Dans le premier cas, on le possède comme on le ferait d’un titre bancaire, ou bien d’une action dans une compagnie de chemins de fer, dans l’autre comme d’une maison ou d’un terrain. Dans les deux cas, il peut également faire l’objet d’une saisie à tout moment, et d’une vente pour rembourser les dettes d’un maître vivant ou décédé. Ces définitions de l’esclave établissent donc clairement qu’il ne compte pas parmi les êtres humains, mais parmi les choses et les biens dont on peut se rendre propriétaire. […]

L’esclavage : un sujet politique

  • 2 Il s’agit ici des esclaves, considérés comme des possessions, au même titre que les terres ou le b (...)

6Considérons d’abord l’aspect politique de l’esclavage. Des éléments aussi contraires que liberté et esclavage, républicanisme et despotisme ne peuvent pas coexister très longtemps. L’union contre nature et profane de ces deux choses se brisera tôt ou tard. Non seulement un sixième de la population de cette République est asservi de façon abjecte, mais les États libres et les États esclavagistes sont inégaux dans leur union – ils ne jouissent pas des mêmes privilèges. Pour les premiers, seules les personnes sont représentées au Congrès national ; pour les seconds, les biens2 et les personnes y envoient des représentants. Les États esclavagistes et les États non esclavagistes ont des intérêts opposés, qui sont continuellement en conflit […].

7L’esclavage ne se contente pas de priver l’esclave de tous ses droits de personne humaine dans treize États de notre confédération, il se joue aussi de la démarcation de la ligne Mason-Dixon, flotte au fil de l’Ohio et du Potomac, et graisse la patte de citoyens du Nord pour kidnapper et asservir des hommes libres du Nord, qu’ils livrent à une servitude sans espoir en les vendant aux enchères. Mais pas seulement : il fait de tout nordiste qui exprime ouvertement ses sentiments sur la Déclaration d’indépendance un hors-la-loi, et détruit notre liberté de communiquer par courrier si bien que les filles de l’Amérique ne peuvent désormais plus envoyer de lettres à leur famille résidant dans le Sud. Il menace d’assassinat jusqu’à nos représentants au Congrès si ces derniers osent ouvrir la bouche pour défendre les droits des opprimés privés de parole, il foule aux pieds le droit des hommes et des femmes libres d’envoyer des pétitions au Congrès et passe triomphalement par-dessus les têtes courbées des sénateurs et des représentants des États libres. « Le sinistre esprit de l’esclavage » fait la loi dans nos assemblées nationales et menace de briser les liens qui assemblent nos États-Unis […], et de faire de notre Déclaration une « magnifique absurdité », une simple fleur de rhétorique. […]

8S’agissant d’un sujet politique, on insiste lourdement sur le fait que l’esclavage n’est pas l’affaire des femmes : réponse de fourbe que le Nord donne à la déclaration d’un représentant du Sud qui prétend que les femmes n’ont pas le droit d’envoyer de pétitions au Congrès. Or, nous savons, mes chères sœurs, que les ennemis, avoués ou non, de la liberté dans ce pays ont peur de notre influence, en conséquence de quoi ils réprouvent toute interférence de notre part. Pour nous empêcher de faire face à nos responsabilités, ils tentent de nous aveugler, sachant très bien qu’une vision claire des choses irrigue de lumière le corps tout entier et le pousse à l’action de façon efficace. Certains, sous prétexte de défendre l’honneur de notre sexe, le maintien de la dignité, de la délicatesse et de la décence féminines, opposent continuellement cette objection aux efforts entrepris par les femmes. Nous sommes d’accord qu’il s’agit d’un sujet politique autant que moral : est-ce que cela exonère les femmes de leurs devoirs en tant que sujets du gouvernement et membres de la grande famille humaine ? […]

9Dans un pays où des femmes sont avilies et traitées comme des bêtes, où leur corps exposé saigne sous le fouet, où elles sont vendues par des trafiquants d’esclaves, où on leur vole ce qu’elles ont durement gagné, où on les arrache à leur mari, où on les dépouille de leur vertu et de leurs enfants ; dans un tel pays, il est bien normal que les femmes veuillent savoir pourquoi – et particulièrement lorsque ces atrocités sanguinaires et cette horreur innommable s’exercent au mépris des principes de notre Déclaration des droits du citoyen (Bill of Rights) et du Préambule de la Constitution. Ainsi nous ne reconnaissons pas et ne pouvons reconnaître le point de vue selon lequel, parce qu’il s’agit d’un problème politique, les femmes devraient croiser les bras sans rien faire, fermer les yeux et se boucher les oreilles devant les horreurs qui ont cours dans notre pays. Nous refuser le devoir d’agir revient à nous refuser carrément le droit d’agir ; et si nous n’avons pas le droit d’agir, alors, nous ne sommes rien de moins que les « esclaves blanches du Nord », car, comme nos frères enchaînés, nous ne pouvons que nous taire et désespérer.

L’esclavage : un sujet moral

10Il ne s’agit pas seulement d’un problème politique ; c’est un problème hautement moral, réclamant donc l’attention de tout être moral. L’esclavage exerce son influence funeste sur la moralité de notre pays tout entier, et pas seulement sur la région où il existe comme « institution intérieure » […]. Est-ce qu’un crime peut être de bon aloi et courant dans une partie de l’Union, sans s’exposer à la moindre condamnation de la part de l’autre, sans corrompre le sang même de la nation et rabaisser partout le niveau moral ? […] Peut-on admettre les fils de planteurs dans nos institutions universitaires et nos facultés de théologie sans mettre en danger la pureté morale de nos propres fils, amenés à côtoyer des hommes qui considèrent que voler les pauvres n’est pas un délit ni les opprimer un mal ? Impossible !

  • 3 « Peculiar institution » était l’euphémisme utilisé pour désigner l’esclavage institutionnalisé da (...)

11Là encore, les intérêts du Nord et du Sud sont étroitement liés et cela suffit à rendre le Nord aveugle au péché du Sud, et à durcir son cœur pour ignorer les souffrances de l’esclave sans défense. Le Nord s’est habitué à voir avec une froide indifférence, si ce n’est avec approbation, ce système de vol organisé auquel l’expression « institution particulière du Sud »3 donne une certaine dignité. Il s’est habitué à entendre sans broncher les cris de souffrance et de désespoir qui montent des champs étouffants de Louisiane, du Mississipi, d’Alabama et de Géorgie. Oui, l’influence du commerce sudiste, de la clientèle sudiste avec ce qu’elle rapporte en dollars et en cents, est si corruptrice que dans les États libres des millions sont du côté de l’oppresseur, exprimant leur profonde sympathie à ceux qui achètent, vendent, humilient et avilissent des créatures humaines, leurs prochains. Avons-nous encore besoin d’autres preuves de la très profonde corruption du Nord que le fait qu’il s’acharne à vouloir maintenir la paix avec le Sud, alors que Dieu a dit « il n’y a pas de paix pour les méchants ». Voyez aussi ces citoyens et même ces pasteurs du Nord qui deviennent planteurs et épousent des propriétaires d’esclaves, au lieu de condamner l’audace de pareille transgression des droits de Dieu et des hommes, et de refuser de prendre part à leurs actions maléfiques. Mais ce n’est pas tout : pour juger du caractère des hommes, nos compatriotes ont établi des normes fallacieuses. Parce que dans les États esclavagistes, les gens de couleur sont exploités, tenus dans l’ignorance la plus abjecte et méprisés, alors ici aussi par le plus grand respect pour le Sud, nous refusons de manger avec eux, de voyager ou de marcher à côté d’eux, de les fréquenter ou de les admettre dans nos écoles, sauf s’ils y viennent en qualité de serviteurs, d’humbles larbins au service des Anglo-Américains. Qui a jamais entendu absurdité plus vicieuse dans un pays républicain ?

12Les femmes du Nord n’ont-elles donc rien à voir avec l’esclavage, alors que l’influence pernicieuse de celui-ci vient polluer leur foyer et détruire la bonne réputation de leurs fils et de leurs frères ? Rien à voir avec l’esclavage alors que leurs domestiques peuvent constamment se faire kidnapper sans merci et emmener loin de leur foyer, de la chambre et des bras de leurs enfants ? Rien à voir avec l’esclavage alors que des femmes du Nord sont enchaînées et emmenées telles des criminelles pour être incarcérées dans la grande prison qu’est le Sud ? Rien à voir avec l’esclavage ?

L’esclavage : un sujet religieux

13L’esclavage est un sujet religieux de la plus haute importance. Lorsque nous voyons la peine que prennent les esclavagistes pour détruire l’esprit des esclaves, alors, oui, nous prenons peur et nous mettons à trembler. Selon l’Association de Caroline du Nord pour l’émancipation (North Carolina Manumission Society), « la devise qu’ont en commun les propriétaires d’esclaves et les tyrans, c’est : moins ils en savent, plus nous sommes en sécurité ». Voici également le langage qu’on a pu entendre à la Chambre des représentants de Virginie, en 1832. « Nous avons, autant que possible, fermé l’accès à toute lumière susceptible de pénétrer dans leur esprit. Si nous pouvions aller jusqu’à éteindre toute aptitude à voir la lumière, notre œuvre serait achevée ; ils seraient au même niveau que les bêtes de somme, et nous n’aurions rien à craindre. » […]

14L’esclave se voit interdire non seulement le privilège d’apprendre à lire et à écrire, mais aussi l’instruction religieuse dont la loi ne fait pas mention, et l’Église ou le maître à peine plus. En fait, le propriétaire a légalement les pleins pouvoirs sur l’âme de son esclave. G. C. Jones, aujourd’hui professeur au séminaire théologique de Columbia, en Caroline du Sud, avait admis cela en 1831 dans le sermon qu’il fit à deux associations de planteurs en Géorgie. Voici ce qu’il dit :

« Dans l’exercice du pouvoir suprême que nous avons sur eux, pouvoir dont les lois de notre pays nous ont investis, nous avons le droit d’interdire à toute personne de venir dans nos plantations pour l’instruction religieuse des esclaves, nous avons le droit d’y interdire toute réunion à caractère religieux, nous pouvons refuser aux esclaves le privilège du sanctuaire de Dieu le jour du sabbat – nous pouvons littéralement leur barrer la porte d’entrée au paradis et il n’est aucun pouvoir dont notre gouvernement peut se prévaloir qui saurait nous obliger à changer le traitement dont ils font l’objet, à un cheveu près. Libre à nous de disposer du destin moral de ces gens. […] La description que l’apôtre Paul donne des païens dans son Épître aux Romains s’applique à peu de choses près à nos nègres... La chasteté est chez eux une vertu extrêmement rare. La polygamie est répandue et le contrat de mariage n’a pour ainsi dire pas de caractère sacré. On se marie sans cérémonie officielle et on se sépare quand on en a envie. Le sabbat n’a pas davantage de caractère sacré. C’est une journée d’oisiveté et de sommeil, de plaisirs impies, beaucoup d’entre eux n’allant pas à l’église, ne sachant même pas qui est Jésus-Christ, n’ayant jamais eu connaissance des dix commandements. Les quelques leaders religieux qu’on peut trouver parmi eux ont une foi douteuse et posent de gros problèmes de discipline aux différentes Églises, car ils sont extrêmement ignorants et souvent se rendent coupables des pires vices. D’une façon générale, leur condition nous paraît désespérée et abandonnée de Dieu. Une nation de païens parmi nous.

Sur la foi de ce que nous avons vu et entendu nous-mêmes, et sur celle des témoignages de ceux qui connaissent intimement ces gens, nous pouvons conclure qu’ils ont besoin de l’Évangile, et cela, tout autant que n’importe quel peuple au monde. Nous avons été choqués d’apprendre que 40 000 hommes meurent chaque année d’abus d’alcool. Mais dans les États esclavagistes du Sud, probablement autant de nègres meurent chaque année, d’une mort tout aussi désespérée que celle de l’ivrogne, et pourtant nous ne leur accordons pas une pensée ni ne ressentons rien pour eux. La majorité d’entre eux n’entend pas l’Évangile pendant des semaines et des mois d’affilée. Et lorsqu’ils entendent la prédication, c’est sans bénéfice pour eux. Les sermons sont faits à l’intention de leurs maîtres, et donc, pour une large part, ne les concernent pas, leur étant entièrement incompréhensibles, et par le langage, et par la pensée. L’Évangile leur est donné dans une langue inconnue. Beaucoup sont coupables de très grands péchés, mais ils ne savent même pas que ce sont des péchés. »

15[…] Nous avons donc le sentiment que le pouvoir absolu que le maître a sur ses esclaves n’a pas pour but de « les obliger à venir » dans le royaume de la parole de Dieu, mais de les maintenir au plus bas, dans un état d’ignorance, d’avilissement et de péché. Est-ce que les femmes du Nord n’ont rien à faire de cette « nation de païens parmi nous » ? […] Nous nous employons à envoyer la Bible à des peuples éloignés, allons-nous négliger de faire tout ce que nos mains, nos lèvres, nos plumes et nos bourses peuvent faire pour amener le Sud à abolir un système qui n’autorise pratiquement aucune œuvre de missionnaires au sein de la moitié de sa population, à qui il interdit les pages de l’inspiration divine ? Rien à voir avec l’esclavage ? […]

16Nous nous adressons à vous comme à des êtres moraux et responsables, et pas spécialement aux femmes que vous êtes ; nous faisons appel à vous dans le cadre général des droits de l’homme et des responsabilités humaines, et non dans celui des devoirs particuliers assignés à la femme en tant que femme. C’est intentionnellement, car, pour prouver que vous avez des devoirs à remplir, il faut d’abord établir le principe d’être moral, puisque tous nos droits et tous nos devoirs découlent de ce principe. Tous les êtres moraux, par essence, ont les mêmes droits et les mêmes devoirs, qu’ils soient hommes ou femmes. […] Nous allons donc nous efforcer d’énumérer les raisons pour lesquelles nous croyons que les femmes du Nord, en tant que femmes, ont l’imposant devoir de s’atteler à cette grande et glorieuse tâche qu’est l’émancipation.

Des femmes victimes de l’esclavage

17Sur les millions d’esclaves volés à l’Afrique, il est probable qu’un très grand nombre étaient des femmes, arrachées à l’affection de leur père, de leur mari, de leurs frères et de leurs enfants et soumises à toutes les horreurs de la traversée et aux souffrances plus grandes encore de l’esclavage en terre étrangère. Beaucoup se sont retrouvées sur nos côtes inhospitalières ; certaines triment comme esclaves une vie entière, chaque heure plus lourde de souffrance que toute la longue période d’oppression à laquelle nos pères ont mis fin par la révolution. La plus grande partie des femmes aujourd’hui esclaves dans les États du Sud sont les descendantes de ces malheureuses. Un million d’entre elles subissent le joug de fer de l’esclavage dans ce pays qui se prévaut de liberté et de justice. […] Ce sont nos compatriotes, ce sont nos sœurs, et il n’est que juste qu’elles se tournent vers nous en quête de compassion pour leurs malheurs, d’efforts et de prières de notre part pour leur venir en aide. Celles d’entre nous qui prononcent le nom du Christ se voient plus particulièrement sollicitées, et leur devoir est de répondre à ces sollicitations, sous peine d’avoir à porter le lourd poids de la culpabilité.

18La nature a donné aux femmes la responsabilité des enfants, or des enfants sont victimes de cet horrible système. Leur enfance impuissante est privée de la tendresse des soins maternels et de la protection paternelle. Dans ce pays chrétien, des milliers d’enfants sont orphelins à cause de « l’institution particulière » du Sud ; et si les femmes tendent une main secourable aux orphelins et semi-orphelins que la mort a laissés dans notre pays, et s’efforcent de les abriter de la tempête de l’adversité, n’oublions pas les orphelins que le crime a abandonnés parmi nous, mais plaidons la cause de ces innocents. Nous devons dénoncer le vice odieux du commerce intérieur des esclaves. C’est un système organisé pour briser les liens familiaux, une fabrique de veuves et d’orphelins.

Des femmes esclavagistes

19Une multitude de femmes du Sud sont propriétaires d’hommes, de femmes et d’enfants. Elles vivent dans un luxe douillet, éduquées à l’école de la tyrannie ; elles gouvernent avec un sceptre de fer et volent au travailleur le produit de son labeur. D’un signe de tête, elles font trembler des êtres à l’âme immortelle, d’un mot elles les font s’incliner dans la plus abjecte soumission, et bien souvent c’est de leurs mains délicates qu’elles leur appliquent le fouet. Dans le Sud, des femmes retiennent en esclavage leurs propres frères et sœurs. Ne vous étonnez pas d’une affirmation aussi horrible – nous parlons de ce que certaines d’entre nous connaissent pour en avoir été les témoins. Cela doit se savoir afin que les femmes du Nord comprennent quels sont leurs devoirs et agissent en conséquence.

20Les familles sudistes offrent souvent le spectacle de la plus immonde discorde, spectacle dans lequel la maîtresse de maison tient un rôle indigne d’une femme qui se respecte. Jefferson a très exactement décrit les fruits amers de l’esclavage dans le cercle familial :

« L’ensemble des relations entre maître et esclave met perpétuellement en jeu les passions les plus turbulentes, d’un côté le despotisme le plus implacable, de l’autre une soumission humiliante. Un parent s’emporte, son enfant assiste à la scène, capte les traits de la colère, les reproduit dans le cercle des jeunes esclaves, se laisse aller aux pires passions ; et c’est ainsi qu’élevé, instruit et quotidiennement entraîné à la tyrannie, il ne peut qu’en porter la marque odieuse. »

21On aimerait que cette description ne s’applique qu’aux « relations entre maître et esclave », mais nous savons bien qu’il y a des femmes tyrans également, qui, à la moindre incartade, ne perdent pas une occasion d’aller se plaindre auprès de leur mari, frères ou fils et les poussent à commettre des actes de violence à l’encontre des esclaves sans recours. […] D’autres maîtresses, aux oreilles trop délicates pour supporter les hurlements des pauvres victimes, les envoient au directeur du centre de redressement de Charleston, ou à la prison de La Nouvelle-Orléans, où ils sont étendus de tout leur long afin que le sang coule plus sûrement à chaque coup de fouet ou de pagaie. Rappelons enfin que ces pauvres créatures sont souvent des femmes, dénudées au mépris de toute décence, et exposées au regard du bourreau qui exécute les ordres de la maîtresse.

22Quels peuvent donc être, mes chères sœurs, les effets d’un tel système sur la façon d’être au foyer de ces femmes blanches ? Est-ce qu’un arbre pourri peut donner de bons fruits ? Est-ce qu’un tel despotisme peut inciter les femmes du Sud à la douceur et à l’amour ? […]

23Autre conséquence des mœurs épouvantables dans le Sud : le foyer de l’épouse et de la fille est parfois le lieu de la plus mortifiante et déchirante préférence donnée à une domestique avilie, ou à la fille de couleur du chef de famille. Nous ne soulèverons pas davantage le voile de la vie privée. Que ces quelques allusions suffisent à donner une idée de ce qui se passe couramment derrière le rideau si soigneusement tiré sur les scènes de la vie domestique dans l’Amérique chrétienne.

24Et puis, chères sœurs, n’oublions pas que les femmes du Nord participent au crime de l’esclavage – trop d’entre nous ont abandonné leur corps et leur âme aux riches planteurs du Sud, et sont allées avec eux exploiter le travail de l’esclave. Trop d’entre nous sont devenues des esclavagistes, leur cœur durci sous l’influence destructrice du système, et elles aussi ont appris à devenir des tyrans à l’école des despotes. […]

  • 4 Jérémie, 22, 13.

25Mettons fin à cela. Prenons l’engagement que désormais les femmes des États libres ne braderont plus leurs principes pour du luxe acquis au prix du sang, qu’elles n’accepteront plus avec indulgence, et encore moins avec les tendres sentiments de l’amour, aucun homme « qui bâtit sa maison sur l’immoralité, qui exploite son prochain sans lui verser de salaire, et ne lui donne rien en échange de son travail »4.

26Il y a aussi celles d’entre nous qui ne possèdent pas d’esclaves, mais dont les proches contribuent à entretenir ce péché. Eh oui ! Certaines ici ont des pères et des mères, des sœurs et des frères qui vivent dans les États du Sud, et se font servir tous les jours par des serviteurs non rémunérés. C’est là une immense responsabilité de savoir que nous avons reçu la lumière sur ce sujet, alors qu’eux sont dans l’ignorance et l’erreur.

Les femmes utilisent les produits de l’esclavage

27Dans le Nord, une multitude de femmes utilisent tous les jours les produits de l’esclavage. Elles et leur famille s’habillent de vêtements de coton, consomment le riz et le sucre qui, comme elles le savent très bien, sont les produits non rétribués du travail de l’esclave à qui ils ont coûté du sang et des larmes. Et si la loi reconnaît le principe selon lequel « le récipiendaire est aussi coupable que le voleur », alors plus coupables encore sont celles qui non seulement se procurent les produits du vol du travail de l’esclave, mais qui plus est, les achètent volontairement et se les approprient continuellement pour leur usage personnel. […] Comment nos sœurs peuvent-elles justifier cette utilisation d’un coton produit sous les coups de fouet, par des mères, des épouses et des filles du Sud ? Est-ce que ces pauvres victimes peuvent vraiment croire que nous nous sentons solidaires d’elles qui sont enchaînées, alors que nous utilisons sans vergogne ce qui leur cause tant de souffrance ? […]

  • 5 Produits qui ne proviennent pas du travail de l’esclave.

28On ne cesse de nous dire qu’il n’est pas possible de trouver ces articles parmi les produits « libres »5. Et pourquoi pas ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas de demande. Mais imaginons que le sens moral des États libres soit suffisamment élevé et pur pour refuser d’acheter des produits issus de l’esclavage, et les fabricants, les marchands et les détaillants trouveront vite un moyen d’approvisionner leurs usines et leurs magasins en coton et articles issus d’un travail libre. À la question « que faire en attendant ? » nous répondons sans hésiter qu’en acceptant de vous priver quelque peu, vous deviendrez, chères sœurs, l’instrument privilégié du Seigneur pour produire un changement tel dans l’opinion publique qu’il conduira à fournir sur le marché l’approvisionnement des articles désirés. Nous constatons que celles qui veulent vraiment se procurer ces articles ont pratiquement toujours la possibilité de le faire, en payant un prix un peu plus élevé et en se contentant de vêtements de qualité peut-être légèrement inférieure, bien que, souvent, cette petite privation ne soit pas même nécessaire.

  • 6 Les colonies américaines étant jugées prospères, l’Angleterre tenta d’en tirer profit en imposant (...)

29Nous aimerions vous rappeler le moyen d’action adopté par nos pères et mères révolutionnaires lorsque la Grande-Bretagne préleva sur ses colonies ce qu’ils considéraient comme des impôts injustes6. Lisez ce qu’en dit l’historien, et réfléchissez à la noble abnégation des hommes et des femmes de ce pays qui virent leurs libertés mises à mal par cette misérable politique de l’Angleterre. Puis voyez comment leur action influença les négociants et les manufacturiers anglais qui, défendant leurs intérêts, en sont venus à soutenir les pétitions des colonies dans leurs demandes de réparation des torts subis, et vous vous demanderez si les planteurs du Sud ne finiraient pas par soutenir les efforts des abolitionnistes, en envoyant des pétitions en faveur de l’abolition de l’esclavage aux Congrès des États et de la nation, lorsqu’ils constateront qu’ils ne peuvent plus vendre leurs produits issus de l’esclavage.

30Dans la plupart des domaines, d’un commun accord, on continua à conduire les affaires comme si la loi sur la taxe des papiers timbrés (Stamp Act) n’existait pas. À cela s’ajoutaient les plus vives résolutions de prendre le risque de toutes sortes de conséquences, plutôt que d’utiliser le document timbré exigé par la loi. Alors même que ces questions étaient débattues, les colons formèrent des associations pour lutter contre l’importation de produits manufacturés anglais, jusqu’à ce que la loi sur la taxe des papiers timbrés soit abrogée. En mettant comme condition à la reprise de leurs achats l’abrogation de la loi sur le timbre, les colons amenèrent les négociants et les fabricants à solliciter cette abrogation dans leur propre intérêt. Ils avaient jusqu’alors acheté une telle proportion de produits manufacturés que l’arrêt brusque de toutes leurs commandes, d’un montant de deux ou trois millions de livres sterling par an, mit en cessation d’activité dans la mère patrie des milliers de gens qui trouvèrent leur intérêt à prendre parti pour les mesures souhaitées par l’Amérique. Les pétitions des colons se doublèrent de pétitions des négociants et des fabricants de Grande-Bretagne. Ce que les premiers appelaient de leurs vœux au nom du droit et comme lié à leur liberté, les seconds le sollicitaient aussi pour des motifs d’intérêt immédiat.

31Afin de pallier le manque de produits britanniques, les colons se mirent à fabriquer sur place toutes sortes de produits nécessaires. Très vite de grandes quantités de tissus ordinaires se trouvèrent sur le marché et ceux-ci, bien que plus chers et de moindre qualité, furent allègrement préférés aux mêmes articles importés de Grande-Bretagne. La laine risquant de manquer, ils prirent la résolution de s’abstenir de manger du mouton. Les critères d’élégance venus de l’étranger furent abandonnés. Les femmes furent aussi exemplaires que les hommes dans l’abnégation. C’est très volontiers qu’elles refusaient toute fantaisie pour elles-mêmes et tout luxe à leur table. Ces restrictions que les colons s’étaient volontairement imposées furent si bien respectées qu’en Angleterre, une multitude d’artisans connurent une grande détresse et certaines de leurs manufactures parmi les plus florissantes se trouvèrent en grande partie paralysées.

32Ne pourrait-on pas obtenir le même résultat dans ce pays, en ce moment, si les femmes des États libres observaient l’abnégation qui caractérisa nos mères ? Qu’elles refusent « toute fantaisie pour elles-mêmes et tout luxe à leur table », toute commodité et confort dont l’usage impose à l’esclave opprimé, non pas une taxe dérisoire de quelques sous sur un document ou du thé, mais le lourd tribut des larmes, des gémissements, du sang et d’un asservissement sans fin.

33Nos pères et nos mères n’ont pas tardé à comprendre les mécanismes du principe de l’oppression lorsqu’il s’appliquait à eux-mêmes : leur cou s’irritait de la moindre pression d’un joug pourtant assez léger, et ils trouvèrent vite les moyens de s’en débarrasser. Mais à nous, chères sœurs, revient une tâche autrement plus noble. Nous sommes appelées, non pas à briser le joug attaché à notre propre cou, mais à contribuer à l’effort généreux, désintéressé, d’arracher celui qui fait courber la tête de pauvres gens dans la poussière de leur déchéance et de leur malheur. […] Nos pères ont revendiqué leur droit à la liberté à la pointe de la baïonnette et à la bouche du canon, mais nous refusons la guerre et toute violence […], ceci est un conflit moral et nous savons que « la vérité est puissante et triomphera ».

Les femmes du Nord absolvent le péché qu’est l’esclavage

  • 7 Matthieu, 23, 27.

34Beaucoup ne se font aucune idée correcte de toutes les dimensions et horreurs sans nombre de cet immense système criminel. Elles se laissent un peu facilement persuader de la modération de l’esclavage américain par celles qui vont dans le Sud, non pas pour y découvrir les machinations des ténèbres, non pas pour y voir le captif affligé sur les lieux de son servage, mais pour y faire fortune et faire salon chez les riches et les puissants. Celles-ci ne voient des mécanismes internes de l’esclavage rien de plus que ce qu’un homme peut voir au théâtre, de sa place au parterre ou dans les loges, de ce qui se passe derrière le rideau. Certaines d’entre nous ont été dans les coulisses du Sud, et nous nous sentons investies du devoir urgent de vous assurer que l’esclavage est un sépulcre blanchi qui, aussi beau qu’il paraisse du dehors, est néanmoins « plein d’ossements de morts et de toute sorte d’impuretés »7. Nous vous implorons donc de ne plus absoudre l’esclavage, car nous sommes persuadées que vous ne faites ainsi que tromper le Nord sur ce qu’est la réalité dans les États esclavagistes, que paralyser ses énergies morales, que resserrer les chaînes de l’homme de couleur, qu’aveugler le maître et endurcir son cœur […].

Les femmes du Nord ont des préjugés profondément enracinés à l’encontre de nos frères et sœurs de couleur

  • 8 Anthony Benezet (1713-1784), d’origine française huguenote, devenu quaker, fut l’un des tout premi (...)

35Elles mettent sérieusement en avant leur infériorité intellectuelle et leurs caractéristiques physiques comme autant de raisons de leur refuser à jamais l’accès à l’égalité avec les Blancs de ce pays […]. Nous refusons ceci, absolument, et en appelons à l’histoire et à la réalité pour montrer que les gens de couleur ont les mêmes aptitudes que les Blancs. […] Il est utile de rappeler que le préjugé couramment entretenu dans ce pays envers la couleur des Noirs semble s’être développé à partir de la situation contre nature qu’ils occupent parmi nous. […] Si, dans notre pays, l’homme noir n’est pas parvenu à l’égalité avec les Blancs, c’est uniquement parce qu’il n’a pas eu les mêmes avantages. Dans les écoles pour enfants de couleur, nous avons observé la même capacité et le même désir d’apprendre ; et notre expérience est corroborée par le témoignage non seulement de beaucoup de professeurs vivants, mais aussi d’Anthony Benezet qui eut l’honneur d’être le premier en Amérique à ouvrir une école pour enfants de couleur8. Voici ce qu’il dit : « Je peux attester que chez mes élèves noirs se trouve une aussi grande variété de talents que chez les Blancs et je vais jusqu’à affirmer que la notion de leur infériorité est un vulgaire préjugé fondé sur l’orgueil de ceux qui les maintiennent à une telle distance qu’ils sont bien incapables de les juger correctement. » […]

36Quelle meilleure preuve des capacités intellectuelles des hommes de couleur peut-on trouver que la réussite de ceux qui vivent aujourd’hui dans nos États libres et y occupent des positions de ministres de l’Évangile ? […] Nous ne pouvons pas solliciter ici les talents de nos frères de couleur en tant que juristes, médecins ou hommes politiques, et pourquoi ? Ce n’est pas qu’ils ne pourraient pas remplir ces fonctions parmi nous, s’ils bénéficiaient des mêmes avantages que les Blancs, mais simplement parce que le préjugé américain leur a fermé l’accès à nos universités et obstinément interdit le privilège de boire librement à la fontaine du savoir qui pourtant coule à flots dans ce pays. […]

37Les femmes devraient éprouver une compassion particulière à l’égard des torts subis par l’homme noir, car comme lui, elles sont accusées d’infériorité intellectuelle, et se voient refuser les privilèges d’une éducation classique.

Les femmes du Nord prêtent main-forte à la Société pour la colonisation9

  • 9 Voir supra chapitre 1 « Charleston, Caroline du Sud », note 2.

38Si seulement les partisans de ce projet l’appelaient par son véritable nom, la Société pour l’expatriation, cela nous épargnerait la peine d’avoir à donner des explications sur son caractère et ses objectifs. […] L’histoire des origines de la Société américaine pour la colonisation montre que celle-ci est née d’une profonde sollicitude à l’égard des intérêts sudistes, et dans le milieu le plus à même de les comprendre et de les promouvoir, celui des propriétaires d’esclaves. […]

  • 10 Charles Carroll représentait le Maryland à la signature de la Déclaration d’indépendance.

39Depuis sa création et jusqu’à maintenant, la société a été principalement gérée par des propriétaires d’esclaves. [… ] Dès le début, ce sont les États esclavagistes qui lui apportèrent le soutien le plus marqué et le plus efficace. Charles Carroll, son deuxième président, qui fut signataire de la Déclaration selon laquelle tous les hommes sont nés libres et égaux10, possédait encore près d’un millier d’esclaves à sa mort. Son troisième président, James Madison, lui aussi, mourut propriétaire d’esclaves, et son quatrième président, Henry Clay, est, à l’heure qu’il est, propriétaire d’esclaves. […]

40Nous la condamnons :

– Parce qu’elle abandonne le grand principe selon lequel aucun homme ne peut, en toute justice, être le propriétaire d’un autre homme, et qu’elle considère qu’enlever un esclave à son maître est aussi grave qu’une atteinte à son droit de propriété sur ses maisons, son bétail et ses terres. […] Dans un de ses discours, Henry Clay dit qu’il convenait de répéter, encore et encore, qu’il était loin des intentions de la société d’affecter en quoi que ce soit la jouissance d’une certaine espèce de propriété. Qu’il était lui-même propriétaire d’esclaves et qu’il considérait ce type de propriété tout aussi inviolable que n’importe quel autre dans le pays.

  • 11 The African Repository : bulletin trimestriel de l’American Colonisation Society, dont il est l’org (...)

– Parce que non seulement elle n’est pas hostile à l’esclavage, mais […] elle exonère les propriétaires d’esclaves de toute culpabilité. […] Dans le volume sept des Archives africaines11, on trouve ceci : « Elle (la société) ne condamne personne pour être propriétaire d’esclaves. Ils (les abolitionnistes) confondent les malheurs d’une génération avec les crimes d’une autre et voudraient sacrifier à la fois le bien individuel et le bien public au profit d’une théorie irréaliste des droits de l’homme. »[…]

– Parce qu’elle a ouvertement, catégoriquement, dénoncé l’abolition immédiate de l’esclavage comme une injustice envers les maîtres, une calamité pour les esclaves, comme dangereuse pour la société et contraire aux exigences chrétiennes. Dans le New Jersey, le premier rapport annuel de la Société pour la colonisation dit ceci : « Les habitants du Sud ne peuvent ni ne doivent émanciper tout d’un coup leurs esclaves et les laisser vivre libres parmi eux. Pareille mesure ne serait aucunement un bienfait pour les esclaves et parfaitement suicidaire pour les Blancs. » […]

– Parce qu’elle avoue que ses dispositions sont calculées pour garantir la survie du système esclavagiste, pour apaiser les craintes des propriétaires d’esclaves et ainsi perpétuer la servitude de gens nés sur le sol américain. […] Dans le troisième volume des Archives africaines, on peut lire : « Envoyer ces gens (personnes de couleur libres) loin de chez nous augmentera la rentabilité de ceux qui restent asservis tout en améliorant leur moralité, et le pays ne peut pas se passer de leur labeur. » […]

– Parce que tout en prétendant ne laisser partir en Afrique que ceux qui en ont manifesté le désir, elle est l’instrument d’une cruelle persécution envers les gens de couleur libres, injurieuse à leur égard, les présentant comme séditieux, dangereux et inutiles. De plus, elle soutient que toute émancipation ne saurait avoir lieu sans expatriation simultanée, laissant ainsi à l’esclave le choix entre bannissement ou servitude à perpétuité. […]

– Parce que les Noirs libres l’ont en horreur et la dénoncent partout où ils possèdent la liberté de parole comme une machination diabolique à leur égard et à celui de leurs frères enchaînés. […]

– Notre dernière objection se fonde sur le fait que cette société, tout en professant la plus grande amitié pour les gens de couleur, ne fait aucun effort pour faire correctement valoir auprès de l’opinion publique les droits de ces gens dans ce pays où ils sont nés. Au contraire, leur sollicitude vise à se débarrasser d’eux, à les maintenir dans la poussière sous les semelles de l’oppression et les grimaces du dédain, bannis dans une caste séparée et inférieure aussi longtemps qu’ils resteront dans leur Amérique natale. À l’égard des principes de la colonisation, donc, nous exprimons notre entière désapprobation. Nous pensons qu’ils ne sont absolument pas chrétiens mais calculés pour entretenir d’une part les sentiments d’orgueil et de préjugé de l’aristocratie de Nord, d’autre part l’oppression inique, insensée de nos frères et sœurs de couleur, et pour aveugler, calciner la conscience et endurcir le cœur du propriétaire d’esclaves dans le Sud. […]

Les femmes de couleur sont opprimées dans le Nord

41La raison pour laquelle nous demandons instamment aux femmes du Nord d’intervenir dans ce système esclavagiste, c’est que, à cause de la détestation que l’avilissement de l’esclavage attache à la couleur, et cela même dans les États libres, nos sœurs de couleur sont affreusement opprimées ici aussi. Nos écoles leur sont fermées, elles sont presque entièrement bannies des salles de conférences, et même dans la maison de Dieu, elles sont séparées de leurs frères et sœurs blancs comme si nous répugnions à tout contact avec une peau de couleur. […]

La véritable raison de l’augmentation des préjugés

42Il paraît que ces préjugés ont terriblement augmenté depuis que des sociétés antiesclavagistes se sont formées dans notre pays, et l’on nous dit fréquemment que c’est à nous qu’en revient la faute. De notre côté, nous estimons que les victimes de ces préjugés sont les meilleures juges en la matière. […] Une de nos sœurs de couleur écrit ceci à propos d’un conférencier antiesclavagiste qu’elle avait entendu : « Il a démontré si clairement ce que nous ressentons si profondément, à savoir que la Société pour la colonisation trouve son origine dans la haine envers les gens de couleur libres. » Devons-nous donc refuser le témoignage de cette victime, rester sourds à ce qu’elle a vécu, alors qu’elle fait entendre sa voix avec ces accents de souffrance et nous met en garde quant à la véritable cause de l’augmentation de ce préjugé abrutissant ? […]

43Mais nos sœurs de couleur sont opprimées d’autres façons. Dans les rues de nos villes, elles risquent sans arrêt l’affront de s’entendre vulgairement traitées de « sales négresses » ; quelle que soit leur respectabilité ou leur aisance, il leur est interdit d’entrer à l’institut zoologique de New York, si ce n’est en tant que bonnes d’enfants ou servantes ; quel que soit leur mérite, elles ne sont pas admises dans les organisations charitables de la ville et ne peuvent en attendre aucune aide. […]

44Et puis il y a celles qui ont vu leur mari et leurs enfants se faire impitoyablement kidnapper, et encore celles qui, elles-mêmes, ont été traînées de force en esclavage. […]

45Ainsi les préjugés avilissent et entravent les esprits, torturent et mettent à mort les corps de nos sœurs de couleur libres. Allons-nous rester silencieuses par les temps qui courent ? Dirons-nous que les préjugés sont un sentiment inné, que Dieu a placé dans nos cœurs ? Autrement dit, blasphémerons-nous contre son nom sacré en disant qu’Il nous a appris à haïr notre frère, qu’Il a voulu cela ? N’allons-nous pas plutôt nous dresser, avec toute la force morale que nous possédons en tant que femmes et chrétiennes, et rejeter ce démon immonde hors de nos cœurs, de nos foyers, de nos églises, au nom de notre Seigneur de lumière et d’amour ?

Le Sud lance un appel au Nord

46La dernière raison que nous mettrons en avant est le fait que le Sud nous lance un appel à l’aide pour renverser l’esclavage. Dans l’« Appel aux femmes chrétiennes du Sud », nous pouvons lire les remarques que fit une dame de Caroline du Nord, il y a environ deux ans : « Les nordistes ne savent absolument rien de l’esclavage ; ils croient que c’est seulement un asservissement à perpétuité, mais du degré d’avilissement qu’implique ce terme, ils n’ont aucune idée. S’ils savaient, ils n’auraient de cesse que cet horrible système soit aboli. » Voilà donc un appel fort lancé aux nordistes afin qu’ils mobilisent une énergie incessante pour le renversement du système d’oppression sudiste. Ces femmes des États du Sud qui déplorent les horreurs de leur pays ont le sentiment qu’une tendance réformiste sur ce sujet ne peut pas venir des propriétaires d’esclaves, pas plus que la tempérance ou une quelconque réforme morale ne peut venir de ceux qui commettent le péché d’addiction à la boisson ou au libertinage. Elles en appellent au Nord. L’automne dernier, une autre dame du Sud, en visite à Philadelphie, fit la remarque à un abolitionniste que tant que les femmes du Nord ne feront pas leur devoir en ce qui concerne ce vaste sujet, on ne pouvait pas attendre des femmes du Sud qu’elles fassent le leur. Elle paraissait surprise de l’apathie des États libres quand elle se rendit compte à quel point ils étaient impliqués dans le crime de l’esclavage ; elle n’avait jamais prêté attention à ces choses auparavant, et elle exhorta ses amies qui s’étaient engagées dans la lutte contre l’esclavage en leur disant, si vous arrivez à vos fins, vous aurez fait une grande œuvre et serez une bénédiction pour votre pays. C’est un appel de femmes sudistes – n’en tiendrons-nous aucun compte ? […]

Comment les femmes du Nord peuvent aider la cause de l’émancipation

47Nous dirions d’abord qu’elles peuvent s’organiser en sociétés antiesclavagistes, augmentant ainsi le nombre de ces étoiles lumineuses qui déjà jettent leurs rayons d’espoir sur le sombre chemin de l’esclave. En devenant membres d’une société de lutte contre l’esclavage, nous prenons une responsabilité – nous nous engageons dans cette cause –, nous affirmons ouvertement que nous sommes du côté des opprimés et des muets – nous déclarons que l’esclavage est un crime contre Dieu et l’humanité – et nous allons grossir le flot de l’opinion publique qui doit en quelques années débarrasser notre pays de cet énorme système d’oppression, de vol, d’immoralité et de paganisme. Mais ne vous contentez pas d’inscrire votre nom sur une liste, faites des lectures sur le sujet – aucune d’entre nous ne connaît encore ne serait-ce que la moitié des horreurs de l’esclavage. […]

48Les publications antiesclavagistes abondent ; aucune femme intelligente ne saurait ignorer ce sujet important – aucune femme chrétienne ne peut se soustraire à l’obligation qui lui incombe de l’étudier par elle-même. […] Alors lisez, mes chères sœurs, et autant que faire se peut, abonnez-vous à un ou plusieurs journaux ou périodiques antiesclavagistes, et exercez votre influence pour inciter vos amies à faire de même ; et lorsque vous avez en mémoire une bonne provision de choses intéressantes, ne les stockez pas dans votre entrepôt, mais allez de maison en maison en faire part et essayez d’éveiller l’intérêt, la compassion et le besoin d’agir chez les autres aussi […].

49Nous pouvons faire beaucoup aussi en nous montrant solidaires de nos sœurs de couleur opprimées et qui souffrent dans notre entourage. Tendez-leur une main vraiment fraternelle au nom des grands principes d’humanité et de christianisme, traitez-les en égales, rendez-leur visite comme à des égales, invitez-les à coopérer avec vous dans les sociétés antiesclavagistes, les associations de tempérance et de réforme morale – dans les associations maternelles, les réunions de prière et les clubs de lecture. […] Vous trouverez toutes sortes d’occasions lors de vos voyages, ou en public, où votre conduite, votre influence et votre aide pourraient protéger une sœur du mépris et de l’insulte, et l’aider à trouver un logement confortable. Et puis, vous pouvez faire beaucoup pour la promotion de notre population noire libre, en vous rendant dans leurs écoles, en enseignant dans leurs cours du soir et leurs classes d’instruction religieuse, en les gratifiant d’un sourire d’approbation, en les aidant par des contributions financières. Allez dans leurs lieux de culte, ou bien si vous pratiquez ailleurs, n’allez pas vous asseoir dans les rangs réservés de l’aristocratie blanche, mais sur le banc de la femme noire méprisée, à côté d’elle. Il se présentera toujours une multitude de situations où vous aurez l’occasion de vous identifier à cette classe désavantagée de nos semblables : saisissez ces occasions toujours et partout, à la manière vraiment noble de notre suprême Modèle, toujours au côté des pauvres et des humiliés qu’il instruisait en leur accordant ses conseils et sa présence. C’est seulement de cette manière que vous pourrez faire obstacle à ce préjugé profondément enraciné qui entretient l’oppression dans les États libres à un degré épouvantable. […]

50Maintenant que nous avons mis nos sœurs blanches du Nord devant leurs responsabilités vis-à-vis de nos sœurs de couleur, nous voudrions gentiment solliciter l’indulgence de ces dernières en leur faisant quelques suggestions. Vous avez vous-mêmes, mes chères sœurs, à vous acquitter de tâches importantes à ce stade critique, des tâches non moins dignes mais beaucoup plus délicates et ardues. Quotidiennement vous ressentez les douloureux effets des préjugés à l’encontre de ces particularités physiques dont notre Père céleste vous a dotées. C’est à vous qu’il revient de supporter mépris cruel et aversion de mille manières différentes. Souvent vos cœurs saignent devant une insensibilité ou un manque de considération appuyé – vous vous sentez abattues par un regard de mépris ou un sourire purement formel, et vous craignez de vous mêler à nous sans l’assurance d’être accueillies comme des êtres humains, des femmes, des sœurs ; et souvent, peut-être, quand votre devoir vous amène à venir parmi nous, vous reculez et refusez de venir, de peur qu’il s’en trouve parmi nous de trop délicates pour s’asseoir à côté de vous, ou de trop difficiles pour supporter le moindre contact. Nous sommes bien conscientes que ces choses doivent être mortifiantes, dures, difficiles à supporter, surtout de la part de soi-disant amies. Mais nous vous supplions de nous supporter encore un peu malgré notre égarement, car nous avons laissé libre cours à ce préjugé pendant si longtemps que pour certaines d’entre nous, il est excessivement difficile de s’en débarrasser. Nous ne croyons absolument pas que cela soit de semence divine. Nous allons nous battre pour l’extirper ; aussi soyez patientes avec nous tant que dure ce combat, et quand nous en serons venues à bout, nous serons en mesure d’œuvrer plus efficacement que jamais pour vous. Il faut que vous vous mêliez à nous en dépit de ce préjugé, parce que c’est uniquement par votre fréquentation que nous serons capables de le surmonter. […] Nous vous implorons de nous accorder votre compassion et vos prières : nous en ressentons profondément le besoin.

  • 12 Jacques, 2, 18.

51Mais il est une chose en faveur de cette cause glorieuse que nous vous supplions de faire par-dessus toutes les autres. Priez. Priez sans cesse. […] Nous ne croyons pas en l’effort sans prière, non plus qu’en la prière sans effort. Nous les croyons inséparablement liés comme le sont la foi et les œuvres. Et si une femme dit qu’elle prie mais ne peut rien faire pour l’esclave, il faut lui répondre avec les mots de Jacques à propos de la foi et des œuvres – « Montre-moi ta foi sans les œuvres, et nous te montrerons la foi par nos œuvres. »12 Oui, mes sœurs – nous aimerions que vous soyez convaincues de ceci, parce que nous sommes persuadées qu’une erreur totale passe chez nous pour une bonne doctrine. Il n’y a rien de plus fréquent que d’entendre de la bouche de ceux et celles qui ne font rien pour libérer l’esclave des expressions comme « nous sommes tout autant opposés à l’esclavage que vous, nous détestons l’esclavage autant que peut se faire ». Assez de ces prétentions de sympathie hypocrites ! […]

52Ah ! mais, nous dit-on, ces façons de faire, nous ne pouvons pas les accepter. Que reprochez-vous à ces façons de faire ? Eh bien, c’est une telle provocation de l’opinion publique, une telle obstination à continuer votre action malgré l’opposition, alors même que vous voyez que les gens n’y sont pas prêts et que cela s’est si souvent soldé par des contre-manifestations de foules hostiles. […] Que voulait dire notre Seigneur lorsqu’il appelait ses disciples la lumière du monde et qu’il leur commandait d’éclairer les hommes de leur lumière, afin que ceux-ci puissent voir leurs bonnes œuvres ? Voulait-il dire qu’ils arrêtassent de prêcher la vérité dès que des méchants ou des menteurs s’opposaient à la vérité et blasphémaient ? De ses actes, nous apprendrons ce qu’il voulait dire, car tous ses principes se sont incarnés dans sa vie radieuse. Il ne disait ou n’enseignait pas une chose, et en faisait une autre. Reprenons l’histoire de Jésus et voyons s’il ne propageait pas des doctrines odieuses pour l’opinion publique, contraires à celles des dignitaires de l’Église et de l’État et si, lorsqu’il fut calomnié et contredit, il a cédé au bruit et à la fureur populaire, ou bien s’il est resté droit, soutenant la lumière de la vérité au milieu de la tempête de passions qui se déchaînait autour de lui. […]

53Il n’y a pas de raison que les abolitionnistes cessent leurs efforts en faveur de l’esclave qui souffre parce que des foules hostiles sont montées contre eux à New York, Boston, Utica et Cincinnati. Face à cela, quel est le devoir de l’ami de l’esclave ? Nous répondons sans hésiter de continuer sans peur, sans compromission et pacifiquement à prêcher la vérité et rien que la vérité, dans le pays tout entier. […] C’est dans la vie de Jésus et de ses Apôtres que nous trouvons notre justification pour affronter les vagues furieuses de l’opinion publique, pour maintenir un front uni par le sens de la justice et pour porter sans faiblir la flamme droite de la vérité au milieu d’une génération malhonnête et perverse. […]

C’est le rôle de la femme d’œuvrer pour cette cause

54Si nos frères ont supporté et risqué autant pour la cause de l’humanité qui saigne, ne devons-nous pas nous tenir à leurs côtés dans le combat pacifique ? […] Les femmes américaines vont-elles refuser de suivre leur mari et leurs frères sur le vaste champ de l’initiative morale et de la guerre sainte contre le plus grand péché de la République américaine et de l’Église américaine ? Oh, non ! Nous connaissons trop bien le cœur de nos sœurs – nous les voyons déjà revêtir l’armure de Dieu, se rassembler dans la plaine et sur la montagne, dans les villes populeuses, sur le front de mer, dans les petits villages et les hameaux du pays ; nous les voyons encourager de leurs sourires, soutenir de leurs prières et aider de leurs efforts cette noble troupe de patriotes, de philanthropes et de chrétiens venus prêter main-forte au Seigneur contre les puissants. […]

55La femme se lève alors dans toute sa féminité pour rejeter d’une main les pauvres petits privilèges que l’homme lui a octroyés, l’art de la conquête par les minauderies mondaines et les charmes personnels, pendant que de l’autre elle saisit le droit de toute femme à s’unir dans un partenariat sacré avec l’homme pour le renouveau d’un monde déchu. Elle foule aux pieds les colifichets dorés et prend de la main de son Créateur la Grande Charte de ses prérogatives supérieures en tant qu’être moral, intellectuel et responsable. […]

*

Publié à l’occasion et par les soins de la Convention antiesclavagiste des femmes américaines (1837).

Notes

1 Genèse, 1, 26, traduction Louis Segond.

2 Il s’agit ici des esclaves, considérés comme des possessions, au même titre que les terres ou le bétail. Lors de la convention constitutionnelle réunie pour la rédaction d’une Constitution nationale (1787), les délégués sudistes obtinrent, pour déterminer le nombre de représentants de chaque État au Congrès américain, le piètre compromis selon lequel les esclaves seraient comptés à hauteur de trois cinquièmes de leur nombre réel dans chaque État (ceci pour assurer leur domination, par le nombre, sur le Congrès des États-Unis et la pérennité du système esclavagiste).

3 « Peculiar institution » était l’euphémisme utilisé pour désigner l’esclavage institutionnalisé dans les États du Sud.

4 Jérémie, 22, 13.

5 Produits qui ne proviennent pas du travail de l’esclave.

6 Les colonies américaines étant jugées prospères, l’Angleterre tenta d’en tirer profit en imposant les produits d’importation dont elle détenait le monopole. Les colons américains réagirent par des boycotts systématiques de ces produits (sucre, thé, tissus, produits de luxe et manufacturés).

7 Matthieu, 23, 27.

8 Anthony Benezet (1713-1784), d’origine française huguenote, devenu quaker, fut l’un des tout premiers abolitionnistes américains, fondant la première société antiesclavagiste au monde. Il contribua à convaincre les quakers de Pennsylvanie de condamner l’esclavage et fonda la première école pour les enfants des Noirs libres à Philadelphie, ainsi que la première école publique pour filles en Amérique.

9 Voir supra chapitre 1 « Charleston, Caroline du Sud », note 2.

10 Charles Carroll représentait le Maryland à la signature de la Déclaration d’indépendance.

11 The African Repository : bulletin trimestriel de l’American Colonisation Society, dont il est l’organe de propagande. Il a été créé en 1825.

12 Jacques, 2, 18.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site