Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Angelina Grimké

« Appel aux femmes chrétiennes du Sud » (Appeal to the Christian Women of the South), 1836

Texte intégral

« Mardochée fit répondre à Esther : Ne t’imagine pas que tu échapperas seule d’entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi ; car, si tu te tais maintenant, le secours et la délivrance surgiront d’autre part pour les Juifs, et toi et la maison de ton père vous périrez. Et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté ? Esther envoya dire à Mardochée : […] alors j’entrerai chez le roi, malgré la loi ; et si je dois périr, je périrai» Esther, 4, 13-16

Amies très respectées,

1C’est parce que j’éprouve un intérêt profond et affectueux pour votre bien-être en ce monde et pour l’éternité que j’ai pris cette décision de m’adresser à vous publiquement. Certaines d’entre vous ont de l’affection pour moi en tant que parente, certaines se sentent unies à moi par sympathie chrétienne et par l’Évangile ; et même lorsque vous avez dû, par sens du devoir, rompre les liens extérieurs qui nous unissaient comme membres d’une même communauté et membres d’une même confession religieuse, vous avez eu la générosité de reconnaître ma sincérité de chrétienne tout en ayant le sentiment que je m’étais curieusement trompée. Je vous ai alors remerciées de votre gentillesse, et je vous demande maintenant, au nom de la confiance et de l’amitié d’autrefois, de lire les pages qui suivent, de les examiner avec calme et de ferventes prières. […]

  • 1 2 Timothée, 4, 3.

2N’ayez pas peur de lire mon appel ; il n’est pas le produit du feu de la passion ou du préjugé, mais de la sérénité grave qui résulte de la conviction et du devoir. Il est vrai que je vais vous dire quelques vérités dures à accepter, mais j’entends dire ces vérités par amour […]. Je ne crois pas encore le temps venu où des chrétiennes « ne pourront supporter le sain enseignement »1, même sur le sujet de l’esclavage, s’il est donné avec tendresse et affection, c’est donc à vous que je m’adresse aujourd’hui.

  • 2 Déclaration d’indépendance (1776).

3[…] Il faut revenir à cette bonne vieille doctrine de nos aïeux qui ont déclaré au monde entier « cette vérité évidente que tous les hommes sont nés égaux, et qu’ils possèdent certains droits inaliénables, parmi lesquels la vie, la liberté et la poursuite du bonheur »2. Il est encore plus absurde de penser qu’un homme peut être né esclave en toute légalité sous notre régime libre et républicain, que ce ne l’est sous les petits régimes despotiques de l’Afrique barbare. Et si nous n’avons pas le droit d’asservir un Africain, nous n’en avons certainement aucun à asservir un Américain.

[…]

4Mais peut-être allez-vous demander : pourquoi s’adresser aux femmes sur ce sujet ? Ce n’est pas nous qui faisons les lois qui maintiennent l’esclavage. Nous n’avons aucun pouvoir législatif ; nous ne pouvons rien faire pour renverser le système, même si nous le voulions. À ceci, je répondrai : je sais que ce n’est pas vous qui faites les lois, mais je sais aussi que vous êtes les épouses, les mères, les sœurs et les filles de ceux qui les font. […] Vous pouvez faire beaucoup de choses, j’en nommerai quatre. 1. Vous pouvez lire sur le sujet. 2. Vous pouvez prier. Je n’ai pas placé la lecture avant la prière parce que je la considère plus importante, mais parce que, pour bien prier, nous devons comprendre ce pour quoi nous prions. […] 3. Parlez-en. C’est par la parole, la plume et la presse essentiellement que se propage la vérité. Parlez de l’esclavage aux membres de votre famille, à vos amis, à vos connaissances ; n’ayez pas peur, si, en conscience, vous êtes persuadées que c’est un péché, de le dire ouvertement, mais calmement, et de faire connaître votre sentiment. […] Condamnez toute cruauté envers les esclaves, veillez à ce qu’ils aient suffisamment de quoi manger […]. Et surtout, essayez de convaincre votre mari, votre père, vos frères et vos fils que l’esclavage est un crime contre Dieu et contre l’homme, et que c’est un très grand péché de maintenir des êtres humains dans une ignorance aussi abjecte en les privant du privilège d’apprendre à lire et à écrire. […] 4. Agissez. Certaines d’entre vous possèdent en propre des esclaves. Si vous croyez que l’esclavage est un péché, donnez-leur la liberté […]. S’ils veulent rester auprès de vous, payez-leur des gages. S’ils restent, instruisez-les, qu’ils apprennent les bases d’une éducation en anglais. Ils ont un esprit et cet esprit devrait être cultivé. […] Apprenez à lire à vos serviteurs et encouragez-les à penser que c’est leur devoir de s’instruire, ne serait-ce que pour être capable de lire la Bible.

5Mais, me diront certaines, nous ne pouvons ni libérer nos esclaves ni leur apprendre à lire, car les lois de notre État l’interdisent. Je ne vous surprendrai pas en disant que des lois aussi pernicieuses ne devraient pas se mettre en travers de la voie de votre devoir, et j’en appelle à la Bible pour le prouver. […]

6Mais, diront certaines, si nous libérons nos esclaves, ils seront repris et vendus, cela n’aura donc servi à rien. Pierre et Jean auraient aussi pu dire, nous ne prêcherons pas l’Évangile, parce que si nous le faisons, nous serons arrêtés et mis en prison […]. Les conséquences, mes amies, ne vous appartiennent pas plus qu’elles n’appartenaient aux Apôtres. Le devoir est nôtre, ce qui arrive appartient à Dieu. […]

7Je sais que beaucoup considéreront qu’obéir à Dieu, plutôt qu’aux hommes, est dangereux, voire hérétique, pourtant je n’ai pas peur de le clamer, parce que c’est la doctrine de la Bible. Mais je ne voudrais pas qu’on croie que je recommande de s’opposer à aucune loi, aussi contraignante soit-elle, sauf si, en m’y soumettant, je devais commettre un péché. Si par exemple, il y avait une loi qui m’interdise de libérer un esclave sous peine d’emprisonnement ou d’amende, je ne m’opposerais aucunement à la loi, je libérerais l’esclave, puis j’irais en prison ou paierais l’amende. […]

  • 3 William Wilberforce (1759-1833), réformateur et philanthrope anglais qui mena le combat pour l’abo (...)
  • 4 Elizabeth Heyrick (1769-1831), philanthrope et militante antiesclavagiste anglaise. En 1824, elle (...)

8En conclusion, j’aimerais poser la question : qu’est-ce que les femmes ont fait pour la grande et glorieuse cause de l’émancipation ? Qui a écrit le tract qui alla droit au cœur de Wilberforce3 et l’a amené à prier et à plaider la cause de l’Africain opprimé ? Ce fut une femme, Elizabeth Heyrick4. Qui a œuvré sans relâche pour mettre le public britannique continuellement face aux souffrances de l’esclave ? Des femmes. Et comment ? Avec leur aiguille, leur pinceau, leur plume, en disant la vérité, en envoyant des pétitions pour l’abolition de l’esclavage au Parlement. […] Les Anglaises auront donc fait tout cela pour le nègre, et les Américaines ne feraient rien ? Mais non ! Il y a déjà soixante associations féminines contre l’esclavage en activité. […]

9Les femmes de l’association contre l’esclavage de Boston ont vu leur conviction et leur fermeté très durement mises à l’épreuve l’automne dernier. Elles ont été prises à partie dans cette ville par des « messieurs tout ce qu’il y a de bien » à l’occasion de leur réunion annuelle, une foule enragée mettant leur vie en danger. Leur conduite à cette occasion fait honneur à notre sexe, et nous donne l’assurance qu’elles n’abandonneront jamais la cause de l’esclave. […]

10Sœurs dans le Christ, j’en ai terminé. En tant que sudiste, je pense qu’il était de mon devoir de m’adresser à vous. J’ai essayé de vous exposer le caractère atrocement immoral de l’esclavage et d’attirer votre attention sur ces femmes exemplaires, élevées dans l’Église, qui ont fait une grande révolution et souffert pour l’amour de la vérité. J’ai fait appel à votre compréhension en tant que femmes, à votre sens du devoir en tant que chrétiennes. Adieu – ne me considérez pas comme votre ennemie parce que je vous ai dit la vérité, mais croyez en ma sincère amitié,

Votre amie compatissante, Angelina E. Grimké

Notes

1 2 Timothée, 4, 3.

2 Déclaration d’indépendance (1776).

3 William Wilberforce (1759-1833), réformateur et philanthrope anglais qui mena le combat pour l’abolition de l’esclavage dans l’empire britannique.

4 Elizabeth Heyrick (1769-1831), philanthrope et militante antiesclavagiste anglaise. En 1824, elle publia un petit ouvrage intitulé Immediate, Not Gradual Abolition qui eut une influence sur Wilberforce (voir note précédente). Elle mit en œuvre le boycott des produits issus de l’esclavage, comme le sucre en provenance des Antilles.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540