Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Angelina Grimké

Lettre à William Lloyd Garrison

Texte intégral

Aux manifestations de violence anti-abolitionnistes qui se multiplièrent à Boston à partir de 1832, culminant en 1835, William Lloyd Garrison répondit, le 22 août 1835, par un article vigoureux où il refusait de considérer les raisons habituellement mises en avant par les États libres pour pactiser avec les esclavagistes : l’économie et le maintien de l’union politique des États américains. Son « Appeal to our fellow citizens » (« Appel à nos concitoyens ») fut sans détour ni compromis, il y invoquait la conscience morale de chacun et la pureté de la foi chrétienne, au nom de laquelle l’asservissement d’un être humain était le pire des péchés. Il y exploitait les violences faites aux abolitionnistes pour faire de ces derniers des victimes d’une persécution barbare, et des martyrs. Ce fut pour Angelina l’écho de ses propres sentiments et convictions, le déclic qui la poussa à l’action qu’elle appelait de ses vœux depuis quelque temps déjà. Elle eut le courage de répondre et sa lettre, publiée dans The Liberator, le sera à nouveau par la suite sous le titre Slavery and the Boston Riot (« L’esclavage et l’émeute de Boston »). C’est par cette lettre qu’elle débuta sa carrière de militante antiesclavagiste.

*

Philadelphie, 30 août 1835

Ami très respecté,

1Je me sens obligée de m’adresser à toi aujourd’hui, malgré mes scrupules à te faire perdre un temps précieux, et malgré la vanité qu’il y a de la part d’une personne aussi insignifiante que moi, à t’offrir ma solidarité en cette période de crise inquiétante.

  • 1 Luc, 12, 4.

2C’est peu dire que j’ai pris un grave et profond intérêt à voir les événements violents de ces dernières semaines. Même si je m’attendais à une réaction, sa rapidité m’a surprise, et j’ai eu très peur que les abolitionnistes dussent reculer dès la première attaque, puis que ce fût la déroute. J’avais tellement peur que, même si je continuais à m’accrocher de toutes mes forces à nos principes, je n’osais pourtant pas même ouvrir l’un de tes journaux de crainte d’y voir des signes de compromis, de reddition, d’atermoiements. J’en étais là lorsqu’on a insisté pour que je lise ton « Appel aux citoyens de Boston ». Tu imagines ce que j’ai pensé lorsque j’ai découvert que mes craintes n’étaient absolument pas fondées et que tu tenais bon au milieu de la tempête, prêt à souffrir et à mourir plutôt que de céder un seul pouce. […] J’ai remercié Dieu, repris courage et profondément souhaité que des milliers d’hommes puissent adopter ton langage et soient prêts à affronter le destin du martyr plutôt que d’abandonner le principe que vous (c’est-à-dire les abolitionnistes) avez adopté. Le terrain sur lequel tu te tiens est sacré, et jamais tu ne dois le céder, jamais. Si tu cèdes, l’espoir de l’esclave disparaît, et les chaînes de sa servitude seront renforcées au centuple. Ne laisse personne te détrôner, et le succès est aussi sûr que le lever du soleil demain. Mais rappelle-toi que tu dois être prêt à tout perdre, prêt à subir le mépris et les reproches du professeur comme du profane. Il te faut obéir à l’injonction de nos grands maîtres : « Ne redoutez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus. »1 […]

3Les persécutions religieuses commencent toujours par le rassemblement d’une populace hargneuse : comme, lors de la première fois à une époque et dans un pays donnés, il n’y a aucun précédent et qu’il n’y a pas de lois contre les réformateurs, ce sont des hommes sans foi ni loi qui décident de prendre les choses en main. Ils forment des attroupements et savent bien qu’une grande majorité de ceux qui sont haut placés dans l’Église ou l’État ne vont pas condescendre, par principe, à se mêler à eux, même s’ils approuvent secrètement leur violence et s’en réjouissent. Le tout premier martyr mourut lapidé par une foule en furie ; et si nous regardons du côté des différentes sectes – méthodistes, quaker, etc. –, nous voyons que les persécutions contre elles ont commencé par des foules déchaînées, et c’est seulement une fois que le peuple a ainsi exprimé sa volonté que des lois sont élaborées pour condamner à des amendes, à de la prison, les membres de ces sectes et les détruire. Il faut donc nous attendre à la promulgation de lois contre les abolitionnistes, même dans nos États libres. Et j’ai prié avec ferveur que Dieu nous tienne prêts à tout ce qu’il nous prépare, qu’il nous rende plus forts à l’heure de la confrontation et nous protège – si telle est son intention divine – le jour de la bataille. Oh ! comme j’ai ardemment désiré, non que nous échappions à la souffrance, mais que nous ayons la volonté de tenir jusqu’au bout. Si nous demandons au propriétaire d’esclaves d’accepter la perte de ce qu’il appelle sa propriété, montrons-lui que notre exigence provient d’un sens profond de notre devoir, en étant nous-mêmes prêts à subir des pertes : celles de notre réputation, de notre fortune et, oui, de notre vie même, au nom de ce que nous croyons être la cause de l’humanité qui saigne.

  • 2 Voir Exode, 10, 21-22.

4[…] Si, pour accomplir le noble dessein de l’émancipation, Dieu a choisi comme moyen la persécution, alors, tout en espérant qu’il me donnera la force de la supporter, je sens que je pourrais dire, que cela advienne, car c’est ma conviction profonde et réfléchie qu’il y a là une cause digne de mourir pour elle. Je dis cela à partir de ce que j’ai vu et entendu, et de ce que je sais d’une terre d’esclavage, où demeurent les ténèbres de l’Égypte2 et où se commet le péché de Sodome. Oui, que cela advienne, acceptons de souffrir plutôt que laisser des insurrections éclater.

  • 3 Voir Ézéchiel, 8, 16.
  • 4 Voir Éphésiens, 6, 11.

5Il fut un temps où je pensais que ce système serait renversé dans le sang […] mais un rayon d’espoir me traverse l’esprit, si c’est notre sang et non celui du propriétaire d’esclaves qui est répandu, si ce sont nos vies qui sont sacrifiées et non les leurs ; je parle d’un espoir, car ce que je désire le plus, c’est que me soit épargnée l’angoisse de voir ce pays que nous aimons tant détruit dans l’horreur d’une guerre servile. Si la persécution arrive à abolir l’esclavage, elle purifiera l’Église, car ceux qui se tiennent entre le portique et l’autel3 en pleurant sur les péchés du monde ne sont pas prêts à souffrir pour accomplir cet immense bienfait. Efforçons-nous donc de revêtir toutes les armes de Dieu4 et tenons-nous prêts à ce qui nous attend, quoi que ce soit.

  • 5 Amos Dresser partit de Cincinnati le 1er juillet 1835 officiellement pour vendre des bibles dans l (...)
  • 6 Matthieu, 5, 11-12.

6Je viens d’apprendre que Dresser s’est fait fouetter5 : rien de surprenant à cela ; mais la parole de notre Seigneur s’en est trouvée joliment ranimée : « Heureux serez-vous lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande au ciel. »6 Oh ! pourvu que nous ayons la volonté et la force de souffrir ! Mais il y aura parmi nous de faux frères, tout comme parmi les Apôtres, et ce sera l’une de nos plus grandes douleurs.

A. E. Grimké

Notes

1 Luc, 12, 4.

2 Voir Exode, 10, 21-22.

3 Voir Ézéchiel, 8, 16.

4 Voir Éphésiens, 6, 11.

5 Amos Dresser partit de Cincinnati le 1er juillet 1835 officiellement pour vendre des bibles dans le Sud mais aussi pour y distribuer des tracts abolitionnistes. Arrêté et fouillé par le comité de vigilance de la ville de Nashville, Tennessee, il fut condamné par ce tribunal populaire à vingt coups de fouet sur le dos, administrés sur la place publique.

6 Matthieu, 5, 11-12.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site