Version classiqueVersion mobile

Vertige de l'écriture

 | 
Jean-François Favreau

Troisième période. Le « lieu sans lieu » de l'écriture : de Raymond Roussel à l'infini littéraire (1963-1970)

Introduction

Texte intégral

  • 1 S’il est fait appel à un texte de P. Janet, « Les caractères psychologiques de l’extase », c’est qu (...)

1Entre 1962 et 1966, Foucault, nous l’avons dit, s’absorbe dans la référence littéraire. Il naît de cette période un livre majeur pour notre travail, la seule véritable étude que Foucault nous ait laissée sur un écrivain : Raymond Roussel, où il n’est question de rien d’autre que de l’œuvre de l’écrivain1. De ce livre, « à part » comme le revendique Foucault, on peut quand même dire qu’il résonne avec bien des articles dispersés au sujet de ce que Foucault appelle « la littérature », à savoir l’écriture de la modernité.

2Nous voici donc en position de rouvrir en la renouvelant la question « qu’est-ce que la littérature ? » et de lui donner une nouvelle chance, c’est-à-dire de la prendre par le commencement, interrompant notre lecture chronologique pour emprunter cette entrée de 1963. Ce champ se situe donc sous un signe : celui de la « pureté » d’un langage littéraire. Ce mot, on le retrouve aussi dans Les mots et les choses (avec la référence insistante de Foucault à un langage « pur » qui réapparaît au XIXe siècle), dans plusieurs articles – au premier chef desquels « Le langage à l’infini » –, on le trouve, enfin et surtout, dans l’aspiration roussélienne à une œuvre qui soit de « diamant ».

3Raymond Roussel aborde plusieurs axes qu’on retrouvera déployés d’une façon plus historique et anonyme dans les articles sur la littérature : « Le langage à l’infini », mais aussi « Le langage de l’espace », « Distance, aspect, origine », les textes sur Brisset, la postface à la Tentation, quelques textes sur la peinture… Ces thèmes, étroitement enchâssés dans la monographie, seront donc dépliés et dispersés dans les articles : la définition d’un espace littéraire et son organisation autour du monument de la Bibliothèque, les questions de forme par lesquelles la littérature se désigne et s’éloigne toujours plus du monde, l’émergence de la Littérature majuscule (figure absente et désirée qui empêche l’œuvre). Enfin on y trouve un important axe de réflexion sur la critique, puisque Raymond Roussel est un véritable laboratoire d’écriture qui ouvrira des pistes de réflexion sur l’enchâssement de la littérature et de l’écriture seconde du critique.

  • 2 Raymond Roussel, Paris, Gallimard (Folio), 1992, p. 208 ; je souligne.

4Dans Raymond Roussel, Foucault ouvre le premier volet d’une réflexion sur ce qui apparaîtra dans Les mots et les choses comme « l’être du langage ». Mais celui-ci se donne d’une autre manière, positive et toute expérimentale. Ainsi, chez Roussel, les mots « moins nombreux que les choses qu’ils désignent, […] doivent à cette économie de vouloir dire quelque chose »2 . Il y a ainsi une véritable quête chez le Roussel de Foucault, quête qui se passe de discours et se joue tout entière dans le langage, par le langage. Cette quête de la liberté et du sens se passe sur l’exclusif terrain de la forme : « Comment aurait-on pu trouver l’identique puisqu’on le quadrille avec des mots qui se jouent de lui et proposent une autre identité – la seule, peut-être, à laquelle nous ayons accès » (p. 183). L’enjeu de Raymond Roussel n’est donc pas de tenir un discours sur l’être, mais d’examiner, exclusivement, comment l’écrivain, comment cet écrivain-là défait le « quadrillage » non pas en décousant, mais en tissant, avec le même fil, un autre tissu ; et secondairement, comment le produit de cette confection, conçue pour « tenir debout » sans personne, vient finalement accueillir, comme un tombeau sacré, le secret et finalement le corps de l’écrivain.

5En regard de cette expérience unique et de ses axes, on pourra lire, dans notre dernier chapitre, des articles consacrés à Flaubert, Mallarmé et Tel quel, afin d’élargir la perspective et de voir comment Foucault considère l’activité critique en tant que telle. De là pourra émerger dans la lumière ce mouvement par lequel Foucault élabora ce qu’il a appelé un moment, avec majuscule, la Littérature. En partant du cas particulier de Roussel, nous suivrons avec Foucault la pente qui incline vers l’universel et la figure anonyme du littéraire dans l’histoire.

6À la fin de ce parcours, nous retrouverons les sirènes de Blanchot et le point de convergence qu’il représente, dans sa tentative d’équilibre entre la voie « impure » d’une pensée hybride et la pureté d’un espace littéraire séparé, sa synthèse entre parole de fiction et discours de critique, et le rôle qu’il joua – entre assèchement et promesse toujours reconduite – dans ce geste par lequel Foucault délaissa la littérature.

Notes

1 S’il est fait appel à un texte de P. Janet, « Les caractères psychologiques de l’extase », c’est que Roussel lui-même y fait référence : De l’angoisse à l’extase. Étude sur les croyances et les sentiments, t. I : Un délire religieux. La croyance, Paris, Librairie Félix Alcan, 1926, chap. iii ; réédition Paris, Société Pierre Janet - Laboratoire de psychologie pathologique de la Sorbonne - CNRS, 1975.

2 Raymond Roussel, Paris, Gallimard (Folio), 1992, p. 208 ; je souligne.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search