Version classiqueVersion mobile

La mécanique du détail

 | 
Livio Belloï
, 
Maud Hagelstein

Deuxième partie. Du visible

Du détail symbolique à la réalité disséquée : une nouvelle appréhension du visible au XVIIe siècle

Delphine Bellis

Texte intégral

1Toute appréhension du visible, qu’elle soit esthétique, scientifique, religieuse ou philosophique, se doit de hiérarchiser les éléments qui le composent afin de leur donner sens. Cette interprétation du visible tend donc à sélectionner certains aspects qui seront mis en valeur, au détriment d’autres, jugés moins significatifs. La profondeur et l’originalité de ces appréhensions résident notamment dans leur faculté d’attirer notre attention sur ce qui, en marge de la vision quotidienne, serait autrement passé inaperçu. En guidant notre regard, elles modifient notre rapport au visible, elles renversent les hiérarchies, le plus souvent d’ordre pragmatique, qui informent notre façon de voir. Le détail surgit alors et tire toute sa valeur de ce processus herméneutique qui modifie la vision.

2Mais il y a un écart entre, d’une part, le changement d’éclairage ou de point de vue sur l’objet, qui fera prendre conscience du détail resté dans l’indistinction d’une saisie visuelle synthétique, et, d’autre part, l’émergence d’une vision capable de faire surgir certains aspects de la réalité qui jusque-là échappaient au champ même de la visibilité. C’est la façon dont cet écart a été franchi, au XVIIe siècle, que nous voudrions étudier afin de montrer comment s’est opéré le passage d’une conception du détail comme support herméneutique à celle qui l’envisage comme le fonds de la réalité physique elle-même.

3C’est en effet au début du XVIIe siècle que les théories atomistes connaissent un regain de faveur significatif, cependant que l’invention et le perfectionnement des premiers microscopes, tout en constituant un soutien possible pour ces théories, découvrent de nouveaux objets à la vision. Désormais, il ne s’agit plus d’interpréter le monde naturel à partir de ses apparences superficielles et d’y lire le reflet de multiples correspondances avec un univers céleste ou spirituel. En se détachant à la fois de la scolastique d’inspiration aristotélicienne et d’une herméneutique d’origine notamment paracelsienne, la philosophie naturelle du XVIIe siècle accorde un primat, dans l’ordre de la causalité, aux éléments de petite taille qui échappent à la vision naturelle et sont enfouis au cœur même de la matière. La pratique de la microscopie implique une attention à la réalité matérielle dans son détail, dans ses moindres composantes, parce que c’est là que se situe désormais la cause des phénomènes. L’instrumentation optique va faire surgir de nouvelles apparences, révéler, de façon inattendue, des aspects insoupçonnés de la réalité et faire apparaître des différences là où on ne percevait que de l’uniformité. La philosophie naturelle se donne alors pour mission de défaire le processus synthétique qu’est la vision naturelle, de décomposer la synthèse en la détaillant.

4À travers la lecture de quelques-uns des acteurs de ce mouvement, nous tâcherons de montrer que c’est toute l’approche de la réalité extérieure qui se trouve renouvelée à l’époque par l’importance accordée aux parties élémentaires de la réalité, aussi bien d’un point de vue métaphysique qu’épistémologique. En effet, cette mutation de la vision cherche dorénavant à se confronter au réel matériel lui-même, dans sa profondeur intrinsèque, sans y projeter des schémas symboliques et en dépassant l’expérience sensible immédiate. Néanmoins, si toute composante des corps n’est constituée que d’une matière réduite à l’étendue géométrique, comme l’envisage la physique qui naît alors, il nous faudra tâcher de déterminer comment les penseurs de l’époque tentent de distinguer ce qui, dans la matière, livre la clé des phénomènes visibles. Si rien ne distingue ontologiquement les parties de la matière, si le détail ne peut être distingué ni par son essence, ni par un sens spirituel qui lui serait surimposé, comment se démarque-t-il comme cause physique des phénomènes visibles ? Quelles procédures, notamment méthodologiques, mais aussi peut-être psychologiques, sont à l’œuvre dans ce processus de sélection ? Ne risque-t-on pas, au sein même de ces procédures, de voir ressurgir les procédés symboliques ou analogiques de lecture du visible que la nouvelle philosophie naturelle se donnait justement pour mission de mettre à distance ?

  • 1 Mais, progressivement, les aristotéliciens eux-mêmes vont adopter certaines procédures de raisonnem (...)
  • 2 On peut citer, entre autres, Petrus Severinus (Idea medicinae philosophicae, 1571), Michael Sendivo (...)
  • 3 Notons que les philosophes postérieurs, tel Descartes, auront tendance à assimiler les formes subst (...)
  • 4 Voir C. Havelange, De l’œil et du monde. Une histoire du regard au seuil de la modernité, Paris, Fa (...)

5À partir du XVIe siècle, en particulier sous l’impulsion de Paracelse, se développe un courant de pensée dont l’approche des phénomènes naturels vient sérieusement concurrencer les théories scolastiques1. Se réclamant de Paracelse, ces auteurs2 s’opposent à la scolastique empiriste en admettant l’existence de qualités occultes3 nécessaires pour l’explication de certains phénomènes comme les propriétés chimiques et curatives de certaines substances ou encore l’attraction exercée par l’aimant. Les qualités occultes, en ce sens, sont des vertus inhérentes à un corps présentant certains effets manifestes mais dont la cause, elle, n’est pas identifiable et se voit, par conséquent, attribuée à un pouvoir interne du corps. Les auteurs qui ont cherché à recourir à ce type d’entités prétendaient ainsi pouvoir résoudre le problème qui se posait à la scolastique d’inspiration aristotélicienne face à certains phénomènes dont la cause ne pouvait être identifiée par la seule sensation, à laquelle voulaient pourtant se cantonner les scolastiques pour ce qui touchait à la connaissance de la nature. Les qualités occultes endossent alors le rôle d’entités explicatives4 non réductibles à des éléments sensibles et, par conséquent, non matérielles.

  • 5 Du moins, telles qu’elles sont conçues par la tradition thomiste. Cela est moins vrai pour la scola (...)
  • 6 William Gilbert (vers 1540-1603) est un physicien et médecin anglais qui fut notamment au service d (...)
  • 7 Voir De Magnete Magneticisque Corporibus, et de Magno Magnete Tellure, Londres, Petrus Short, 1600  (...)
  • 8 William Gilbert est révélateur de l’influence conceptuelle des paracelsiens, y compris chez ceux qu (...)

6En effet, pour la plupart de leurs tenants ou, du moins, de leurs premiers promoteurs, les qualités occultes rendent compte d’un pouvoir du corps qui ne saurait être reconduit ni aux constituants ultimes de la matière, aux éléments aristotéliciens (eau, terre, air et feu), ni aux formes substantielles des scolastiques. Pour les scolastiques, tout corps est composé d’une matière et d’une forme. La matière est passive et indéterminée ; c’est la forme, principe actif et déterminant, qui conférera au corps ses qualités spécifiques. Dès lors, qu’un corps soit lourd ou chaud, cela est dû à la forme substantielle de la pesanteur ou du feu. Comme les qualités occultes des paracelsiens, les formes substantielles constituent donc un principe explicatif des phénomènes physiques qui n’est pas accessible directement à la sensation et qui n’est pas matériel. Mais les formes substantielles peuvent être associées aux quatre éléments constitutifs des corps. Elles sont donc censées rendre compte des phénomènes habituels de la nature dont les effets sensibles peuvent être sans difficulté reconduits aux qualités des éléments (le chaud, le froid, l’humide et le sec). Pour les scolastiques, les formes substantielles des corps composés proviennent en effet de l’altération (pouvant aller jusqu’à la disparition chez certains philosophes comme Thomas d’Aquin) des formes propres aux éléments. Soit les formes des éléments fusionnent dans la forme substantielle du composé, soit les qualités correspondant aux formes des éléments permettent à la matière d’être informée par la forme substantielle surajoutée du composé. De façon comparable, les paracelsiens considèrent que leurs qualités occultes ne sont pas matérielles et qu’elles ont une réalité qui excède la phénoménalité. Mais c’est à partir d’elles seules que l’on peut rendre compte causalement de certains phénomènes. En outre, les qualités occultes, à la différence des formes substantielles5, sont individualisées et propres à tel ou tel corps. Elles sont idiosyncrasiques, comme si elles étaient l’effet d’une âme singulière. Un exemple peut en être donné à travers la théorie du magnétisme élaborée par William Gilbert6. Alors même que celui-ci critique par ailleurs les qualités occultes7, il affirme que la cause de la vertu attractive de l’aimant peut être référée à une espèce d’âme vivante individualisée contenue dans ce corps8. Ainsi ces pouvoirs cachés des corps se trouvent-ils individualisés comme s’ils étaient des dispositions « personnelles », comparables à des dispositions psychiques.

  • 9 Dans son Astronomia magna, Paracelse écrit ainsi : « Voilà pourquoi nous devons puiser notre savoir (...)
  • 10 Voir Paracelse, Astronomia magna : « C’est par l’intermédiaire de ces forces et vertus célestes que (...)
  • 11 Sur cette pensée des ressemblances et des correspondances, voir évidemment M. Foucault, Les Mots et (...)

7Certes, ces positions théoriques ont sans doute conduit leurs tenants à accorder une attention accrue à certains aspects de la réalité jugés jusque-là insignifiants ou incompréhensibles (comme le magnétisme, par exemple) et ceci est d’autant plus vrai que le pouvoir que possède un corps n’est pas immédiatement visible. Mais, comme ce pouvoir est, dans une perspective paracelsienne, le résultat d’émanations célestes, il doit être déchiffré à partir d’une analyse visuelle de l’apparence superficielle du corps. Il ne s’agira en effet pas de chercher dans le corps lui-même la source de ses pouvoirs, mais de lire à sa surface ce à quoi il peut renvoyer dans le macrocosme céleste. Paracelse manifeste ainsi une attention à la réalité phénoménale qui n’est pas sans rapport avec une forme de démarche plus ou moins empirique9. Mais l’herméneutique paracelsienne aboutit à une hiérarchisation du visible qui privilégie certains détails signifiants au détriment des phénomènes naturels pris dans leur ensemble. On comprend alors que cette vision de la nature qui individualise à l’extrême certains corps par leurs pouvoirs ou qualités spécifiques rend impossible l’institution de l’expérimentation systématique comme outil de connaissance. En effet, l’expérience ainsi conçue supposerait des répétitions sur lesquelles puisse s’appuyer la formulation de principes et de lois sur la nature physique ayant une portée générale, ce qui va à l’encontre de l’attention, somme toute très sélective, que les paracelsiens portent à la nature. Néanmoins, les théories paracelsiennes véhiculent bien une conception globale de l’univers, mais en un sens particulier : ce n’est pas tant la totalité de la nature physique matérielle et la généralité de ses lois qui importent que le rapport entre certains aspects de la réalité terrestre et leur correspondance céleste, voire cosmologique. Cette correspondance entre le monde céleste et le monde terrestre est activée par l’intervention d’une variété d’agents spirituels. Les corps terrestres sont soumis aux émanations des corps célestes10. De ce point de vue, le détail, le phénomène matériel particulier, est l’image d’un tout cosmique et c’est en fonction de cette totalité supérieure à laquelle il renvoie qu’il doit être interprété, déchiffré11. Le détail entretient avec le tout un rapport essentiel et analogique, dans la mesure où le microcosme reflète le macrocosme. Cette relation ouvre alors la possibilité d’approfondir la connaissance de la totalité du cosmos à partir d’une partie significative de celui-ci (grâce à telle pierre ou à tel métal qui exprime une correspondance avec un agent céleste).

  • 12 Nous empruntons cette expression à N. R. Hanson, Modèles de la découverte [1958], trad. N. Emboussi (...)

8Dans l’herméneutique paracelsienne, le détail constitue donc cet aspect sélectionné de la réalité auquel une attention spécifique est accordée, à l’exclusion d’autres apparences et d’autres éléments de la réalité matérielle, parce que s’y projette une signification qui renvoie non seulement à autre chose qu’à l’apparence phénoménale terrestre, mais aussi, en dernier ressort, à autre chose qu’à la réalité matérielle. Le phénomène qui intéressera le plus le paracelsien sera celui qui manifeste le plus nettement son rapport avec les qualités occultes, c’est-à-dire un phénomène naturel intrigant, marginal. Par conséquent, la théorie des signatures, telle que l’évoque Michel Foucault dans Les Mots et les choses, conduit à une certaine lecture sélective du visible. Si, globalement, on a pu juger que la position paracelsienne impliquait une attention plus grande portée à la diversité des apparences phénoménales, cette théorie considère toutefois que la clé de tout détail visible se trouve au-delà de toute visibilité. Autant dire que chaque détail visible relevé comme pertinent pour notre compréhension du monde d’un point de vue paracelsien enferme une qualité occulte qui, par définition, ne saurait être rendue visible. Dans cette perspective, il s’avère inutile, par conséquent, de chercher à approfondir ou à affiner notre appréhension visible de la nature : ce que nous voyons n’est que le point de départ d’une recherche essentiellement tournée vers des entités non visibles, voire spirituelles. Et c’est d’abord en fonction de positions théoriques fortes liées à la correspondance entre le microcosme et le macrocosme, la terre et les cieux, que le philosophe portera son attention sur tel ou tel aspect particulier de la réalité. C’est donc en un sens fort que l’on pourrait appliquer à cette appréhension du visible le concept moderne de perception theory-laden12. L’hermétisme paracelsien procède de l’invisible au visible, c’est-à-dire qu’il part de ses conceptions occultes sur la nature des choses pour porter son attention vers certains aspects de la réalité visuelle. La philosophie naturelle du XVIIe siècle va inverser ce rapport en remontant de l’apparence macroscopique globale des corps à la réalité élémentaire, invisible au premier abord, qui permet d’en rendre compte. Le découpage visuel de la réalité sera alors médiatisé par l’instrumentation optique et l’invisible deviendra une dimension à part entière de la réalité matérielle.

*

  • 13 Pour une présentation des conséquences esthétiques de ces mutations, voir S. Alpers, L’art de dépei (...)

9Les partisans des qualités occultes, tout comme les scolastiques avec leurs formes substantielles, concluent de certains effets à la présence de qualités ou de pouvoirs qui en sont la cause. Mais, comme ces qualités, ces pouvoirs, sont en eux-mêmes insensibles, les paracelsiens allèguent qu’ils sont aussi (au moins en partie) immatériels. C’est à cette dernière inférence que vont s’attaquer les théories corpusculaires et atomistes qui se développent ou renaissent au XVIIe siècle. Descartes a été l’un des acteurs majeurs de ce changement de perspective scientifique (mais aussi métaphysique et cognitif) qui opère une rupture à la fois avec la physique scolastique des formes substantielles et avec une philosophie naturelle de l’occulte pour instaurer une physique de l’invisible matérialisé. Le XVIIe siècle marque en effet le moment où sont repensés à neuf les principes explicatifs des phénomènes dont la cause n’est pas apparente : les entités occultes ou les formes substantielles sont remplacées par des particules de matière invisibles à l’œil nu, les atomes ou les corpuscules qui sont des divisions de la matière. Ce qui importe désormais n’est plus tant d’attribuer des significations aux corps ou de forger des entités conceptuelles ad hoc pour rendre compte des phénomènes que de distinguer, de discriminer les composants de la matière13. Cette mutation s’accompagne d’une modification de la métaphysique associée aux entités occultes ou aux formes substantielles pour aboutir, en particulier chez Descartes, au refus d’une ontologie mêlant le matériel et le spirituel. En outre, la nouvelle physique requiert de nouveaux modes d’exploration de son objet. Le problème qui se pose alors est de savoir comment accéder à une connaissance de l’invisible matériel. Le perfectionnement considérable des instruments d’optique de l’époque va constituer une réponse possible à ce problème et permettre une dissection visuelle de la matière.

  • 14 Certes, comme nous le verrons, certains philosophes naturels tels que Descartes forgeront des théor (...)
  • 15 « The first thing to be undertaken in this weighty work, is a watchfulness over the failings and an(...)
  • 16 « […] there is a new visible World discovered to the understanding », ibid., preface.
  • 17 H. Power, Experimental Philosophy, Londres, J. Martyn et J. Allestry, 1664, Microscopical Observati (...)
  • 18 En ce sens, l’approche de Power se distingue de la reprise métaphysique de ces nouvelles données ex (...)
  • 19 Les alchimistes considéraient en effet qu’il était possible de transformer toute une substance maté (...)
  • 20 « […] which shews that those Chymical Preparations, are not near so purely exalted and prepared, as (...)

10Répondant à l’attente des nouvelles théories physiques corpusculaires et atomistes, la pratique de l’observation microscopique va tâcher d’identifier, dans la matière, les petites parties que la théorie désigne comme causalement déterminantes dans la production des phénomènes sensibles et ainsi faire surgir de nouveaux détails visuels, opérant par là même une complexification visuelle de la réalité matérielle14. Dans sa Micrographia (1665), Hooke écrit ainsi : « La première chose qu’il faut entreprendre dans ce travail considérable, c’est, en ce qui concerne les sens, d’être vigilant quant à leurs imperfections et d’élargir leur royaume »15. Il observe également que « c’est un nouveau monde visible qui se découvre à l’entendement »16. Le microscope introduit des différences dans ce qui paraissait unifié et homogène, fait saillir de nouveaux détails sur le fond d’une apparente unité, comme le souligne l’Experimental Philosophy (1664) d’Henry Power : « Regardez un morceau poli de n’importe lequel de ces métaux et vous les verrez tous pleins de fissures, de cavités et d’aspérités et d’irrégularités »17. Le microscope introduit ainsi une rupture visuelle entre l’apparence globale et synthétique des corps et leur apparence microscopique plus détaillée. De ce point de vue, il signe la perte d’une harmonie, d’une régularité apparente du monde matériel et semble rendre problématique une interprétation spiritualiste reposant sur un argument de type esthético-cosmologique18. De la même façon, Power nous suggère que des poudres fabriquées par les chimistes, et qui paraissent homogènes, sont en réalité composées de diverses substances distinctes que le microscope permet d’identifier et de séparer : « [C]eci nous montre que ces préparations chimiques ne sont pas aussi purement exaltées et préparées que l’on présume ; le Mercure n’est en aucun cas non plus transmuté19, mais simplement rendu insensible par une division atomique »20.

11Les « pouvoirs » des corps peuvent désormais être associés à leur composition complexe. La révélation du détail de cette composition, en même temps qu’elle procède à une remise en question de l’unité et de la pureté des corps, permet d’en comprendre les propriétés que leur seul aspect visuel grossier dissimulait. Le microscope peut ainsi jouer le rôle d’instrument de démystification. Mais tandis que la réalité matérielle s’appauvrit en termes de significations magiques, mystiques ou symboliques, elle s’enrichit matériellement de tout ce que le microscope découvre de substances ou de formes, purement matérielles, dont l’existence n’était pas soupçonnée. Cette réalité se découvre plus riche, mais aussi plus stable ontologiquement qu’il n’y paraissait : alors que les alchimistes cherchaient à expliquer les transformations de la matière et ses diverses propriétés par des mutations substantielles, le microscope, par l’appui qu’il procure aux théories corpusculaires et atomistes en rendant visibles les particules composant réellement les corps, montre la permanence de leur identité à travers les changements qui interviennent dans les corps pris comme tout. Désormais, la substance d’un corps n’est plus un tout indécomposable et seulement sujet à une transformation globale, mais la permanence substantielle se retrouve éclatée dans des parties qui restent identiques malgré la division des corps – et c’est cette division qui se substitue aux mutations des alchimistes.

  • 21 Voir la quatrième partie, articles 133 à 183.
  • 22 On mesure ici que, malgré le rôle qu’il accorde à l’expérience dans la constitution de la physique (...)

12La nouvelle philosophie naturelle du XVIIe siècle consacre donc un mouvement épistémologique paradoxal : alors que s’opère comme une fusion ontologique du détail dans la totalité matérielle à laquelle il appartient, chaque partie de la matière se voit en même temps dotée d’une fonction causale nouvelle et fondamentale. Les théories corpusculaires et atomistes que vient soutenir l’usage du microscope au XVIIe siècle entérinent un primat, aussi bien ontologique qu’épistémologique, de la partie sur le tout. C’est à partir d’un détail de la matière qui serait passé inaperçu sans le microscope que certains phénomènes, jusque-là inexpliqués, peuvent être compris par la physique. Le principe de causalité des phénomènes visibles se trouve identifié à des particules de matière non sensibles. C’est à partir de telles particules, cannelées, que Descartes, dans les Principia Philosophiae21, explique ainsi l’attraction ou la répulsion exercée par l’aimant sur d’autres corps, même s’il ne les a jamais vues, et non plus à partir d’un pouvoir occulte d’attraction propre à l’aimant. Power exprime d’ailleurs le soutien que la microscopie pourrait apporter, en fournissant une preuve expérimentale de l’existence des corpuscules, à ces théories, en particulier celles de Descartes22 :

  • 23 « Indeed if our Dioptricks could attain to that curiosity as to grind us such Glasses, as would pre (...)

En effet, si notre Dioptrique pouvait devenir remarquable au point de nous permettre de tailler des verres tels qu’ils nous présenteraient les Eluves de l’Aimant, nous pourrions tenter de découvrir à la fin les Propriétés spirituelles [Spiritualities] elles-mêmes : quoi qu’il en soit cela serait d’une utilité incomparable pour nos Philosophes Corpusculaires Modernes qui ont banni les Qualités de la liste des Prédicaments.23

  • 24 « With our Artiicial eyes we might hope, ere long, to see the Magnetical Eluviums of the Loadstone, (...)

[…] nous pourrions espérer, avant longtemps, voir les Eluves Magnétiques de la Magnétite, les Atomes Solaires de la lumière (ou globuli aetherei du renommé Des-Cartes), les particules souples de l’Air, le mouvement continuel et tumultueux des Atomes de tous les Corps fluides, et ces Corpuscules infinis, insensibles (qui produisent quotidiennement ces effets prodigieux (quoique communs) parmi nous).24

  • 25 Choses surprenantes, merveilles.
  • 26 Cette expression désigne aussi, en alchimie, la transmutation des métaux en or. Il y a peut-être là (...)
  • 27 « The exiguity and smallness whereof may very well be one of the Magnalia of Nature, somewhat illus (...)

13La microscopie isole ainsi, dans les corps, les petites parties actives à l’origine des propriétés des substances auxquelles elles appartiennent sans être visibles à l’œil nu. Sur le plan biologique, la microscopie s’intéresse aussi aux processus de génération et étudie les semences. Grâce au microscope, on voit ainsi des plantes miniatures contenues dans des bourgeons, ce qui suggère un enveloppement presque infini d’êtres vivants dans une semence. À propos d’une de ces semences végétales, Power, établissant un rapprochement subreptice avec la génération spontanée ou la création ex nihilo d’organismes, décrédibilise par là même cette conception quasi merveilleuse en la ramenant à un emboîtement de semences dont le microscope peut nous donner l’idée : « Leur exiguïté et leur petitesse peuvent très bien être l’un de ces Magnalia25 de la Nature, illustrant en quelque sorte le grand Œuvre26 de la Création et la vaste Production à partir de rien »27.

  • 28 Voir Hooke : « in every little particle of its matter [i.e. of the Earth], we now behold almost as (...)

14Ce qui semblait surgir de nulle part ou de rien trouve ainsi sa source matérielle dans des parties apparemment insignifiantes de la nature mais que le microscope révèle, isole et spécifie, suggérant pour elles une fonction causale déterminante dans les processus naturels visibles. C’est la partie qui devient la source d’engendrement de totalités organiques complexes, si bien que Dieu pourrait tout aussi bien avoir produit le monde à partir d’une seule semence. Les physiciens du XVIIe siècle aichent ainsi leur capacité de réinterprétation des anciens rapports hermétistes du microcosme et du macrocosme, à partir d’un modèle biologique. La semence devient un modèle réduit de la plante ou du fruit et non plus une entité quasi spirituelle dotée de pouvoirs de génération. Désormais, le tout peut être enveloppé dans la partie à condition d’être infiniment réduit. Le rapport d’analogie symbolique où la partie était une image du tout est remplacé par un enveloppement matériel dont les observations et les illustrations microscopiques permettent de rendre compte28.

15Le changement d’approche auquel nous nous attachons ici a ceci de quelque peu paradoxal que l’ambition de la nouvelle philosophie naturelle est d’expliquer tous les phénomènes de la nature à partir d’une parcellisation maximale de la matière, ce que l’on pourrait résumer par la formule « diviser pour mieux totaliser ». Hooke et Power expriment cette ambition d’une visualisation totale d’une nature réduite à ses composants élémentaires afin de rendre compte de tous les phénomènes de la nature :

  • 29 « And from thence it must follow, that not having a full sensation of the Object, we must be very l (...)

Et de là il doit s’ensuivre que, parce que nous n’avons pas une sensation complète de l’objet, les conceptions que nous en avons doivent être bien piètres et imparfaites, de même que toutes les propositions que nous élaborons en nous appuyant sur lui […].29

  • 30 « […] for (besides the Magnetical One of the Earth) several Effusions there may be from divers othe (...)

[…] car (outre l’Effusion Magnétique qui provient de la Terre) il peut y avoir plusieurs Effusions provenant de divers autres Corps, qui font agir leurs parties de façon invisible à n’importe quel moment, et peut-être à travers n’importe quel Medium : une partie de la Philosophie qui reste encore à découvrir et conduira, je le crains, à tourner la dernière Page du Livre de la Nature.30

  • 31 Voir par exemple la gravure tirée des Météores, AT VI, p. 242.

16Mais cette ambition totalisante passe par une parcellisation « horizontale » de la réalité matérielle : la matière n’étant rien d’autre, dans une perspective cartésienne, que de l’étendue selon les trois dimensions de l’espace, rien ne distingue intrinsèquement une partie de la matière d’une autre, si ce n’est sa figure, sa taille et son mouvement. Le remplacement des qualités occultes par des corpuscules matériels signe donc en même temps la fin de l’idiosyncrasie qui leur était propre ; les détails de la réalité matérielle ne se distinguent plus du reste de la matière, désormais, par des déterminations ontologiques internes spécifiques, mais par de simples différences géométriques. Ce nivellement ontologique s’accompagne également d’une saturation de l’espace physique due au découpage de l’étendue en parties contiguës : pour Descartes, il n’y a pas de vide, tout l’espace est plein de petites particules de matière, même imperceptibles. Les représentations qui accompagnent les traités scientifiques cartésiens mettent en évidence cette saturation de l’espace au sein duquel il semble devenu difficile de distinguer une partie de la matière de préférence à une autre31.

  • 32 Rappelons néanmoins que Descartes refuse l’existence d’« atomes », c’est-à-dire de petites parties (...)

17L’herméneutique renaissante opérait un découpage vertical de la nature, où chaque objet de la réalité matérielle devait renvoyer à son correspondant céleste et spirituel. Ceci avait mené à une occultation de certains aspects de la réalité terrestre puisqu’il ne fallait relever que les plus signifiants. Il n’existait donc pas, dans cette approche, de rapport épistémologique bijectif entre la nature terrestre et le domaine des cieux. Dans le cartésianisme, au contraire, la totalité de la réalité matérielle se trouve prise en charge par la physique, mais c’est au prix, si l’on peut dire, d’une « atomisation »32 de la réalité en parcelles matérielles : tout y a sa place, comme dans un puzzle ; il n’y a pas de vide et toute partie est susceptible d’entrer en jeu dans un processus physique significatif.

  • 33 « For most, if not all, Bodies in their minute particles (through which the Sun’s Rays have more fr (...)
  • 34 Lettre à Mersenne, janvier 1630, AT I, p. 109.

18On comprend alors que la décomposition de la nature matérielle en ses éléments constitutifs soit à l’origine d’un changement de représentation du monde, à partir du moment où il s’agit de ne plus considérer, dans la matière, que ses caractéristiques spatiales, géométriques. Le microscope fournit en cela un appui à la purification du regard dans la mesure où le découpage microscopique du réel en unités matérielles conduit à une dissipation de certaines qualités des corps jusque-là chargées d’une forte valeur symbolique, telles les couleurs. Henry Power le fera remarquer, après Descartes lui-même : « Car la plupart des corps, sinon tous, quand on examine leurs petites particules (à travers lesquelles les Rayons du Soleil peuvent pénétrer plus librement) semblent perdre leurs Couleurs, et devenir diaphanes, comme vous pouvez l’observer au Microscope »33. Dans une lettre à Mersenne de 1630, Descartes notait déjà : « La plupart des petits corps regardés avec des lunettes paraissent transparents, pour ce qu’ils le sont en effet »34.

  • 35 Voir article XII : « On peut même démontrer que la notion de grandeur, de la figure et du mouvement (...)

19La microscopie, en détaillant la matière, opère donc une démystification du tout du corps en mettant en évidence sa nature d’unité synthétique purement perceptive. Mais, en même temps, la diversité et la richesse visuelles que le microscope découvre à l’œil de l’observateur peuvent susciter une nouvelle forme d’admiration devant la nature. Leibniz, dont on sait tout le profit que sa métaphysique saura tirer de la culture microscopique, de Leeuwenhoek notamment, en nourrira des conclusions philosophiques spécifiques. D’une part, dans le Discours de métaphysique en particulier, il s’appuie sans nul doute sur les résultats de l’observation microscopique pour dénier toute réalité, non seulement à la couleur, mais aussi à l’étendue elle-même35. Mais, d’autre part, le foisonnement matériel que le microscope découvre aux yeux de l’observateur se verra traduit par Leibniz en une profusion ontologique d’entités animées, exprimée dans quelques textes célèbres, tel celui-ci extrait de la Monadologie :

66. Par où l’on voit qu’il y a un Monde de créatures, de vivants, d’Animaux, d’Entéléchies, d’Âmes dans la moindre partie de la matière.

67. Chaque portion de la matière peut être conçue comme un jardin plein de plantes, et comme un Étang plein de poissons. Mais chaque rameau de la plante, chaque membre de l’animal, chaque goutte de ses humeurs est encore un tel jardin ou un tel étang.

  • 36 Ibid., p. 237-238.

68. Et quoique la terre et l’air interceptés entre les plantes du jardin, ou l’eau interceptée entre les poissons de l’Étang, ne soit point plante, ni poisson, ils en contiennent pourtant encore, mais le plus souvent d’une subtilité à nous imperceptible.36

  • 37 « […] toute substance est comme un monde entier et comme un miroir de Dieu ou bien de tout l’univer (...)
  • 38 Voir Le Monde, chap. V, AT XI, p. 29.

20Ici, la partie contient le tout répliqué à l’infini. Mais la théorie leibnizienne de l’expression – chaque monade ou être substantiel exprime tout l’univers à sa façon, le reflète comme en un miroir37 – ne pourrait-elle pas aussi constituer une réappropriation rationnelle de l’analogie paracelsienne ? Ne doit-on pas dès lors se demander si d’autres rémanences éventuelles de ce modèle peuvent informer la dissection visuelle de la réalité au XVIIe siècle ? Comme on l’a vu, la dissection du réel s’opère, avec le développement de la microscopie, essentiellement sur le plan visuel plutôt que de façon réellement opératoire. Il s’agit moins d’isoler matériellement chaque détail de la réalité que de le délimiter visuellement à l’aide de l’instrument qui le fait surgir en ouvrant un nouveau champ de visibilité. Mais, quand il s’agit des corpuscules ou des atomes proprement dits, malgré l’espoir d’une visualisation extrêmement précise des composants de la matière entretenu par certains comme Power ou même peut-être un temps Descartes, il semble bien que ce soit la pensée du savant qui opère elle-même le découpage de la réalité matérielle en entités distinctes. C’est ainsi le cas, par exemple, avec les trois types de corpuscules que Descartes distingue dans Le Monde (1630) et qui correspondent aux éléments du feu, de l’air et de la terre : ils composent respectivement les astres, les cieux et les planètes, sont de taille et de figure différentes et se retrouvent mêlés dans des proportions variables à la surface de chacun de ces grands corps38. Mais, de toute évidence, ni Descartes, ni Power n’ont vu ces particules dans la matière observée au microscope. Il s’agit là avant tout d’entités forgées pour s’inscrire dans une théorie physique d’explication des phénomènes. Il existe pourtant un rapport conceptuel fort entre les corpuscules trop petits pour être vus et les parties du corps que la vision microscopique détaille à nos yeux.

21En effet, pour les paracelsiens, la hiérarchisation sélective du visible conduisait à une individualisation de certaines entités matérielles. Mais, en même temps, chaque phénomène considéré ne valait que dans la mesure où il était rapporté à une totalité cosmologique dont il tirait ses pouvoirs. C’est un mouvement inverse qui s’amorce à partir des théories corpusculaires du XVIIe siècle. Celles-ci opèrent un nivellement ontologique des phénomènes de la nature et la réduction de la matière à l’étendue débouche sur une uniformisation des phénomènes. D’un point de vue ontologique, aucun ne se distingue de l’autre. Mais, conjointement, chaque entité matérielle composant les corps s’autonomise et acquiert une importance causale propre. Son action dans le cadre de la causalité physique ne requiert pas qu’elle soit rapportée à un autre type d’entités. Chaque détail de la matière tend donc à l’autonomie. Néanmoins, le problème qui se pose alors est le suivant : si toutes les composantes de la nature sont constituées d’une même matière, qu’est-ce qui permettra au physicien d’opérer des distinctions, au sein de cette matière, pour rendre compte clairement de la causalité physique ? Plus particulièrement, sur le plan microscopique, comment opère-t-on des distinctions entre les parties de la matière ?

  • 39 « […] and all my ambition is, that I may serve to the great Philosophers of this Age, as the makers (...)

22L’observation microscopique met certes l’observateur en présence d’une diversité visuelle immédiate. Le problème consiste alors à ordonner cette diversité et à l’interpréter en termes de configuration spatiale dans la mesure où nombre de microscopistes, dans une lignée cartésienne, considèrent que la causalité physique résulte de l’arrangement et du mouvement des différentes particules qui composent la matière. Un cadrage théorique puissant devient alors nécessaire pour inscrire la profusion visuelle dans une armature conceptuelle. Hooke évoque ainsi cette recréation d’une image scientifique et philosophique cohérente du monde à partir des données visuelles microscopiques éclatées et disparates : « [E]t toute mon ambition est de pouvoir servir aux grands Philosophes de cette époque, de la même façon que les fabricants et les tailleurs de mes verres ont pu le faire pour moi, de pouvoir leur préparer et leur fournir des Matériaux, qu’ils puissent par après ordonner et manier avec une plus grande habileté […] »39. Malgré l’éclatement du tout de la nature dans des observations visuelles parcellisantes, celles-ci sont travaillées par une tension totalisatrice propre à la philosophie naturelle.

  • 40 Voir par exemple Météores, I, AT VI, p. 237 ; Principes de la philosophie, IV, article 36, AT IX-2, (...)

23Sur le plan théorique, on distinguera, par conséquent, des types de corpuscules ou d’atomes ayant des tailles, des figures ou des mouvements divers. Mais comme ces entités ne sont pas vues, c’est par la pensée que s’opèrent ces distinctions. Il s’agira alors d’imaginer des types de particules ayant des propriétés suffisamment distinctes pour pouvoir, à partir de leur combinaison, expliquer tous les phénomènes naturels. Ce sera le plus souvent en fonction du type de propriété requise qu’on imaginera leur figure. C’est ainsi que Descartes, pour rendre compte de la fluidité de certains corps liquides, considère que ceux-ci sont composés de petites parties longues et fines, glissantes comme des petites anguilles40.

  • 41 « Car en fait, cela touche un nouveau théâtre de la nature, un autre monde, et si une vie plus long (...)
  • 42 Voir An Essay concerning Human Understanding, livre II, chap. XXIII, § 11.
  • 43 « For it is exceeding difficult in some Objects, to distinguish between a prominency and a depressi (...)
  • 44 « The Eyes of a Fly in one kind of light appear almost like a Lattice, drill’d through with abundan (...)

24Mais la nouvelle appréhension qui repose sur ce découpage et sur cette exploration essentiellement visuelle des parties de la matière peut encore se ressentir, dans sa façon d’analyser chaque partie de la matière, de la survivance au moins psychologique des modèles renaissants paracelsiens. Ceci est particulièrement vrai quand l’observateur du XVIIe siècle tente de décrire pour autrui, mais aussi sans doute en premier lieu pour lui-même, le nouveau monde que son instrument lui découvre. Or, le grossissement visuel qui fait apparaître des parties infrasensibles de la matière a ceci de particulier qu’il engendre une nouvelle vision dans laquelle nous n’avons plus aucun repère d’échelle, aucun repère spatial. La profusion de détails visuels nous fait perdre le sens de la totalité. Nous n’avons alors qu’une perception de figures et de couleurs, mais sans qu’on puisse y lire un ordonnancement spatial, d’où le risque d’une vision plus riche mais chaotique. Comment interpréter ce qui est vu quand tout repère visuel externe nous manque, quand aucune échelle n’est donnée, quand les données visuelles sont fondamentalement ambiguës ? La découverte d’un nouveau monde visuel, que suggèrent aussi bien Bacon et Hooke que Constantin Huygens41 ou encore Locke42 un peu plus tard, exprime bien l’aspect déconcertant de la nouvelle réalité qui s’offre aux yeux du microscopiste : ce qui paraissait lisse se révèle parcouru de crevasses et d’aspérités, mais surtout ce que l’œil voit au microscope est rarement immédiatement signifiant en termes de configuration spatiale. Un même effet visuel peut être interprété aussi bien comme un creux, une dépression, que comme une protubérance43. Tout n’est qu’un jeu de lumière à interpréter en termes spatiaux. De l’ambiguïté intrinsèque de l’image microscopique, il suit que l’observateur cherche souvent à opérer un lien entre ce qu’il voit et des images mieux connues appartenant à son expérience sensible, afin de fixer la représentation, la figure, de ces particules. On assiste donc, dans bien des cas, à une surdétermination visuelle du détail matériel aperçu au microscope par des images sensibles totalisantes. C’est ainsi que certains microscopistes croient voir de petites forêts miniatures grâce à leur instrument. C’est un principe de réplication qui permet d’interpréter ce qui est vu au microscope à partir d’un réservoir d’images macroscopiques. Selon la lumière, Hooke voit les yeux de la mouche scrutés au microscope, tantôt comme un treillis percé de petits trous, tantôt comme une surface couverte de clous dorés, ou alors de pyramides ou de cônes44.

  • 45 « An Atom of Quick-silver (no bigger then the smallest pins-head) seemed like a globular Looking-gl (...)
  • 46 1434, National Gallery de Londres.

25Ce qui retient l’attention de l’observateur au microscope, c’est souvent ce qui lui rappelle son environnement sensible quotidien. C’est ainsi que nous trouvons sous la plume d’Henry Power, dans son Experimental Philosophy, cette image d’un miroir atomique : « Un Atome de Vif argent (pas plus gros que la plus petite tête d’épingle) ressemblait à une Glace en forme de globe dans laquelle vous pourriez voir (comme dans un Miroir) tous les Corps environnants ; les Montants et les Vitres mêmes des fenêtres apparaissaient très clairement et distinctement sur sa surface »45. L’atome de mercure reproduit ici ce que les miroirs convexes vénitiens, à une autre échelle et depuis bien longtemps dans la peinture occidentale – on pensera bien sûr au portrait des époux Arnolini par Van Eyck46 –, représentaient : une vision condensée de l’environnement, voire du monde. Les corpuscules et atomes de la matière, d’une certaine façon, continuent donc de refléter, réellement ou imaginairement, le monde dans son ensemble. La partie est ainsi capable de représenter le tout.

26Mais quand Henry Power, décrivant certaines poudres contenant du mercure, invoque l’image des cieux, cela peut aussi renvoyer à une réinterprétation en termes purement visuels de la correspondance paracelsienne entre le ciel et la terre :

  • 47 « In those Chymical preparations of Mercury, which they call Turbith-Mineral, Mercurius Vitae, dulc (...)

Dans ces préparations chimiques de Mercure, qu’ils appellent Minéral turbide, Mercurius Vitae, dulcis, sublimé, précipité, et Mercure Cosmétique, vous pouvez voir de la façon la plus manifeste et distincte les Atomes globulaires de l’argent vif et courant parsemés partout dans ces poudres, comme autant de petites Étoiles dans le Firmament […].47

  • 48 Pour Hooke, cette sécularisation des images visuelles est moins évidente. Dans la Micrographia, il (...)

27L’analogie se trouve ici réduite à la seule apparence et privée de toute signification cosmique ou spirituelle qui serait exprimée par cette ressemblance48. Néanmoins, l’imaginaire paracelsien conserve une dimension opératoire. Si le rapport d’analogie perd sa fonction mystique, il peut encore servir, pour la philosophie naturelle, de grille de lecture du réel disséqué, mais dans une perspective fonctionnelle, méthodologique. L’analogie permet de circonscrire plus précisément la structure de la réalité microscopique sous-jacente et peut également suggérer une fonction propre à la partie isolée visuellement.

28Les nouvelles conceptions qui apparaissent au début du XVIIe siècle enveloppent donc une nouvelle appréhension du visible qui modifie assez largement la conception du détail visuel et son rapport à la totalité : s’opère là un passage de la sélection mentale d’un aspect privilégié de la réalité à un découpage, conceptuel et visuel, de la matière. Chaque partie d’un corps devient alors équivalente à toute autre dans une abolition de la hiérarchisation entre chacune d’elles au sein de la matière. Mais chaque partie risque aussi de disparaître dans l’indistinction de la totalité dont elle constitue pourtant le fonds. Le détail comme partie infime ne représente plus nécessairement le tout dans une relation symbolique efficiente mais, additionné aux autres parties, le compose. Néanmoins, la correspondance entre tout et partie peut conserver une fonction opératoire dans les théories physiques microscopiques et corpusculaires, puisqu’elle joue un rôle, non plus tant de représentation de la cause dans l’effet que de figuration de la réalité infrasensible.

Notes

1 Mais, progressivement, les aristotéliciens eux-mêmes vont adopter certaines procédures de raisonnement et certains concepts issus des théories paracelsiennes. On trouve ainsi des théories hybrides chez Pietro Pomponazzi ou encore Daniel Sennert.

2 On peut citer, entre autres, Petrus Severinus (Idea medicinae philosophicae, 1571), Michael Sendivogius (Novum lumen chymicum, 1614) ou encore Oswald Croll (Basilica chimica, 1609) et Jean-Baptiste van Helmont (De magnetica vulnerum curatione, 1621).

3 Notons que les philosophes postérieurs, tel Descartes, auront tendance à assimiler les formes substantielles des scolastiques à des qualités occultes. Pourtant, le concept de qualité occulte a précisément été forgé afin de remédier à l’insuffisance du concept de forme substantielle pour rendre compte de certains phénomènes qui ne pouvaient être expliqués à partir des quatre éléments aristotéliciens (eau, air, terre, feu) auxquels les formes scolastiques sont associées. C’est la raison pour laquelle les cartésiens s’opposeront à la fois à la scolastique et au courant paracelsien, en en confondant souvent certains aspects.

4 Voir C. Havelange, De l’œil et du monde. Une histoire du regard au seuil de la modernité, Paris, Fayard, 1998, p. 69 : « [S]i ces qualités sont “occultes”, cela ne signifie en aucun cas qu’elles soient mises comme entre parenthèses ou situées hors de l’espace du connaissable. L’occulte n’est pas, au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, une catégorie rejetée aux marges du savoir et ne désigne pas non plus, comme aujourd’hui, ce qui serait en attente d’élucidation ».

5 Du moins, telles qu’elles sont conçues par la tradition thomiste. Cela est moins vrai pour la scolastique tardive qui, se réclamant de Duns Scot, substituera à l’individuation par la matière l’individuation par la forme. Néanmoins, en ce qui concerne la physique, les scolastiques, dans la lignée d’Aristote, considèrent qu’il n’y a de science que du général. Par conséquent, ils portent, de par leurs positions théoriques, une attention moindre que les paracelsiens aux détails particuliers de la nature, dans la mesure où ils raisonnent à partir de principes généraux et non de pouvoirs idiosyncrasiques des corps.

6 William Gilbert (vers 1540-1603) est un physicien et médecin anglais qui fut notamment au service d’Elizabeth Ire et de Jacques Ier.

7 Voir De Magnete Magneticisque Corporibus, et de Magno Magnete Tellure, Londres, Petrus Short, 1600 : « Par conséquent, nous employons parfois des mots nouveaux et inédits, non pour que, par les voiles particulièrement inappropriés de la terminologie, les ténèbres et l’obscurité soient répandues sur les choses (comme les Chimistes ont coutume de le faire), mais pour que les choses cachées qui n’ont pas de nom et qui n’ont encore jamais été aperçues soient enseignées complètement et correctement » (p. 48 ; notre traduction).

8 William Gilbert est révélateur de l’influence conceptuelle des paracelsiens, y compris chez ceux qui prétendent les critiquer. Dans le chapitre xii du livre V du De Magnete, intitulé « Vis magnetica animata est, aut animam imitatur […] » (« La force magnétique est animée, ou imite l’âme […] »), il écrit ainsi : « Mais la force magnétique de la terre et l’âme informée ou la forme animée des globes […] exercent, à travers toute la masse matérielle, une action naturelle, vigoureuse, déterminée, cohérente, directive, motrice, impérieuse et ordonnatrice », ouvr. cité, p. 210 (notre traduction). Certaines de ses conceptions sont donc assez largement empreintes d’un animisme dont l’inspiration pourrait bien être, en définitive, paracelsienne : voir C. Webster, From Paracelsus to Newton : Magic and the Making of Modern Science, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1982 ; rééd. Mineola, New York, Dover Publications, 2005, p. 69.

9 Dans son Astronomia magna, Paracelse écrit ainsi : « Voilà pourquoi nous devons puiser notre savoir à la source de la nature, et non pas dans les livres. […] Sachons le bien, nous naissons pour être les disciples de la nature. Dès notre naissance, nous mangeons la matière du savoir qu’elle nous dispense. Puis elle nous instruit par l’expérience » (Astronomia magna, La grande astronomie ou la philosophie des vrais sages [1571], trad. P. Deghaye, Paris, Dervy, 2000, p. 174). Charles Webster fait ainsi remarquer : « Paracelse opposait son approche empirique active de la connaissance à l’autoritarisme stérile de ses adversaires. Son discours est émaillé d’une terminologie dénotant sa confiance dans la preuve par “expérience” », ouvr. cité, p. 56 (notre traduction).

10 Voir Paracelse, Astronomia magna : « C’est par l’intermédiaire de ces forces et vertus célestes que Dieu a créé la nature corporelle des éléments, des animaux, des pierres, des métaux, des plantes, etc. » (ouvr. cité, p. 87) ; « À l’origine, le grain a été créé, et depuis il se multiplie par l’action des éléments et des astres » (ibid., p. 111) ; « La terre a beau être ensemencée et bien fumée, elle ne produira aucun fruit sans l’action extérieure des astres et des éléments » (ibid., p 114).

11 Sur cette pensée des ressemblances et des correspondances, voir évidemment M. Foucault, Les Mots et les choses, chap. II « La prose du monde », Paris, Gallimard, 1966, p. 32-49.

12 Nous empruntons cette expression à N. R. Hanson, Modèles de la découverte [1958], trad. N. Emboussi, Paris, Dianoia, 2000 : selon lui, la perception est toujours chargée de théories (theory-laden), de croyances, d’interprétations.

13 Pour une présentation des conséquences esthétiques de ces mutations, voir S. Alpers, L’art de dépeindre [1983], trad. J. Chavy, Paris, Gallimard, 1990, p. 145 et 147. Alpers, dans la lignée de Foucault, montre que la discrimination entre les choses se substitue alors aux significations basées sur des rapprochements, des ressemblances.

14 Certes, comme nous le verrons, certains philosophes naturels tels que Descartes forgeront des théories corpusculaires indépendamment de l’observation microscopique. Néanmoins, Descartes a un temps entretenu l’espoir d’améliorer considérablement la vision des particules de matière grâce aux lunettes microscopiques. Il écrit ainsi, au sujet de ces instruments, à la fin de la Dioptrique : « je veux vous avertir qu’encore que d’abord leur usage n’attire pas tant que celui de ces autres [sc. les lunettes astronomiques], […] je les juge toutefois beaucoup plus utiles, à cause qu’on pourra voir par leur moyen les divers mélanges et arrangements des petites parties dont les animaux et les plantes, et peut-être aussi les autres corps qui nous environnent, sont composés, et de là tirer beaucoup d’avantage pour venir à la connaissance de leur nature » (dans Œuvres complètes de Descartes, édition C. Adam et P. Tannery, Paris, 1897-1909 ; édition revue et augmentée, Paris, Vrin, 1996, désormais abrégée AT suivi du numéro de tome en chiffres romains et du numéro de page en chiffres arabes, AT VI, p. 226). En outre, les microscopistes postérieurs s’inscriront le plus souvent dans une lignée cartésienne en ce qu’ils s’attacheront à visualiser les particules figurées et en mouvement à partir desquelles il est possible de rendre compte des mécanismes de la nature.

15 « The first thing to be undertaken in this weighty work, is a watchfulness over the failings and an inlargement of the dominion of the Senses », Micrographia, Londres, J. Martyn et J. Allestry, 1665, preface (notre traduction en français pour toutes les citations de Hooke).

16 « […] there is a new visible World discovered to the understanding », ibid., preface.

17 H. Power, Experimental Philosophy, Londres, J. Martyn et J. Allestry, 1664, Microscopical Observations, Observation XXXVI, « Of the seven Terrestrial Planets, as the Chymists call them », p. 45 : « Look at a polish’d piece of any of these Metals and you shall see them all full of fissures, cavities, and asperities, and irregularities » (notre traduction en français pour toutes les citations de Power)

18 En ce sens, l’approche de Power se distingue de la reprise métaphysique de ces nouvelles données expérimentales par Leibniz : Power insiste davantage sur l’irrégularité que sur la diversité (qui pourrait être ordonnée). A contrario, pour Leibniz, il y aura toujours un ordre, même s’il n’est pas immédiatement visible, venant régler l’irrégularité apparente ; rien n’est anarchique, toute singularité est subsumable sous une règle. Voir par exemple Monadologie, § 69 : « Ainsi il n’y a rien d’inculte, de stérile, de mort dans l’univers, point de chaos, point de confusion qu’en apparence ; à peu près comme il en paraîtrait dans un Étang à une distance dans laquelle on verrait un mouvement confus et grouillement, pour ainsi dire, de poissons de l’étang, sans discerner les poissons mêmes » (Discours de métaphysique, suivi de Monadologie et autres textes, Paris, Gallimard (Folio), 2004, p. 238). Deux types d’interprétation très différents du monde microscopique surgissent à cette époque : de l’insistance sur l’irrégularité à l’hyperordonnancement.

19 Les alchimistes considéraient en effet qu’il était possible de transformer toute une substance matérielle en une autre substance matérielle.

20 « […] which shews that those Chymical Preparations, are not near so purely exalted and prepared, as they are presumed to be ; nor the Mercury any way transmuted, but meerly by an Atomical Division rendred insensible » (H. Power, ouvr. cité, Microscopical Observations, Observation XXXV, « Mercurial Powders », p. 44).

21 Voir la quatrième partie, articles 133 à 183.

22 On mesure ici que, malgré le rôle qu’il accorde à l’expérience dans la constitution de la physique (voir par exemple Discours de la méthode, AT VI, p. 64-65) et malgré son intérêt pour l’optique, Descartes ne prétendra pas, contrairement à ses successeurs microscopistes, accéder à une vision sensible des particules cannelées de l’aimant. Ce sera plus par l’entendement et l’imagination que la physique cartésienne cherchera à se représenter les petites particules de la matière. Mais les microscopistes tenteront de substituer une vision oculaire de ces mêmes particules à la vision intellectuelle et imaginative proposée par Descartes.

23 « Indeed if our Dioptricks could attain to that curiosity as to grind us such Glasses, as would present the Eluviums of the Magnet, we might hazard at last the discovery of Spiritualities themselves : however it would be of incomparable use to our Modern Corpuscularian Philosophers, who have banished Qualities out of the list of the Predicaments » (H. Power, ouvr. cité, Observation LI, « Of Aromatical, Electrical, and Magnetical Eluxions », p. 58).

24 « With our Artiicial eyes we might hope, ere long, to see the Magnetical Eluviums of the Loadstone, the Solary Atoms of light (or globuli aetherie of the renowned Des-Cartes), the springy particles of Air, the constant and tumultuary motion of the Atoms of all fluid Bodies, and those infinite, insensible Corpuscles (which daily produce those prodigious (though common) effects amongst us) » (ibid., preface).

25 Choses surprenantes, merveilles.

26 Cette expression désigne aussi, en alchimie, la transmutation des métaux en or. Il y a peut-être là un jeu de mots de Power qui cherche précisément à substituer la division atomique à la transmutation des alchimistes.

27 « The exiguity and smallness whereof may very well be one of the Magnalia of Nature, somewhat illustrating the great Work of the Creation, and vast Production from Nothing » (Power, ouvr. cité, Observation XXXVIII, « The small Dust, Powder, or Seeds of the lesser Moon-wort », p. 47).

28 Voir Hooke : « in every little particle of its matter [i.e. of the Earth], we now behold almost as great a variety of Creatures, as we were able before to reckon up in the whole Universe itself » (ouvr. cité, preface). Voir également la théorie de l’emboîtement des semences et de la préformation de Swammerdam exposée dans son Miraculum naturae, sive uteri muliebris fabricata, Leyde, Severinum Matthaei, 1672. Chaque nouvelle partie d’un corps découverte par le microscope devient comme un analogon de l’ancien tout. Le microscope nous fait découvrir que chaque partie est comme une réplication miniaturisée du tout de l’univers.

29 « And from thence it must follow, that not having a full sensation of the Object, we must be very lame and imperfect in our conceptions about it, and in all the propositions which we build upon it » (Hooke, ouvr. cité, preface). Ce qui se dessine ici en négatif, dans le discours de Hooke, est le rêve d’une sensation qui rendrait compte de la totalité de l’objet.

30 « […] for (besides the Magnetical One of the Earth) several Effusions there may be from divers other Bodies, which invisibly act their parts at any time, and perhaps through any Medium : A part of Philosophy but yet in discovery ; and will, I fear, prove the last Leaf to be turned over in the Book of Nature » (Power, ouvr. cité, Observation LI, « Of Aromatical, Electrical, and Magnetical Effluxions », p. 58).

31 Voir par exemple la gravure tirée des Météores, AT VI, p. 242.

32 Rappelons néanmoins que Descartes refuse l’existence d’« atomes », c’est-à-dire de petites parties de matière indivisibles.

33 « For most, if not all, Bodies in their minute particles (through which the Sun’s Rays have more freedome to penetrate) seem to lose their Colours, and grow diaphanous, as you may observe in the Microscope » (ouvr. cité, « Fourth Deduction », p. 72).

34 Lettre à Mersenne, janvier 1630, AT I, p. 109.

35 Voir article XII : « On peut même démontrer que la notion de grandeur, de la figure et du mouvement n’est pas si distincte qu’on s’imagine, et qu’elle enferme quelque chose d’imaginaire et de relatif à nos perceptions, comme le font encore (quoique bien davantage) la couleur, la chaleur, et autres qualités semblables dont on peut douter si elles se trouvent véritablement dans la nature des choses hors de nous » (Discours de métaphysique, ouvr. cité, p. 166). Pour Leibniz, la matière est divisée en acte à l’infini et ses parties sont agitées de mouvement. Les corps étendus n’ont donc qu’une cohérence apparente qui relève d’une reconstruction synthétique de notre perception trop grossière pour voir toutes les parties divisées à l’infini. L’impression visible de totalité unifiée n’est, à l’instar de la couleur, qu’un effet de perception sensible. On ne saurait distinguer chaque figure étendue dans tout son détail de façon précise et stable. Voir Échantillon des découvertes concernant de merveilleux secrets de la nature en général (1688) : « Et même, ce qui pourrait sembler paradoxal, il faut savoir que la notion de l’étendue n’est pas si limpide qu’on le croit communément. Car, de ce qu’il n’y a pas de corps si petit qu’il ne soit actuellement divisé en parties agitées de différents mouvements, il s’ensuit qu’on ne peut assigner de figure déterminée à aucun corps, ni trouver dans la nature aucune ligne droite exacte, aucun cercle, aucune autre figure assignable de quelque corps que ce soit […] », dans Discours de métaphysique, ouvr. cité, p. 311.

36 Ibid., p. 237-238.

37 « […] toute substance est comme un monde entier et comme un miroir de Dieu ou bien de tout l’univers, qu’elle exprime chacune à sa façon », Discours de métaphysique, art. IX, ibid., p. 162 ; « […] chaque substance simple a des rapports qui expriment toutes les autres, et […] elle est par conséquent un miroir vivant perpétuel de l’univers. […] Parce que Dieu en réglant le tout a eu égard à chaque partie, et particulièrement à chaque monade, dont la nature étant représentative, rien ne la saurait borner à ne représenter qu’une partie des choses ; quoiqu’il soit vrai que cette représentation n’est que confuse dans le détail de tout l’univers, et ne peut être distincte que dans une petite partie des choses », Monadologie, § 56, § 60, ibid., p. 234, 235.

38 Voir Le Monde, chap. V, AT XI, p. 29.

39 « […] and all my ambition is, that I may serve to the great Philosophers of this Age, as the makers and the grinders of my Glasses did to me ; that I may prepare and furnish them with some Materials, which they may afterwards order and manage with better skill » (ouvr. cité., preface).

40 Voir par exemple Météores, I, AT VI, p. 237 ; Principes de la philosophie, IV, article 36, AT IX-2, p. 220 ; lettre au marquis de Newcastle, 23 novembre 1646, AT IV, p. 571.

41 « Car en fait, cela touche un nouveau théâtre de la nature, un autre monde, et si une vie plus longue avait été accordée à notre vénérable aîné De Gheyn, je pense qu’il serait allé jusqu’à entreprendre ce que depuis peu je pousse les gens à faire (non sans leur consentement), à savoir, faire le portrait des objets et insectes les plus minuscules avec son crayon le plus délicat, puis réunir ces dessins dans un ouvrage que l’on intitulerait Le Nouvel Univers, dont certains pourraient ensuite être gravés dans le métal », extrait du fragment autobiographique de Constantin Huygens, rédigé du 11 mai 1629 à avril 1631 et publié par J. A. Worp, « Fragment eener Autobiographie von Constantin Huygens », dans Bijdragen en Mededeelingen van het historisch Genootschap, n° 18, 1897, p. 120, cité par S. Alpers, ouvr. cité, p. 36.

42 Voir An Essay concerning Human Understanding, livre II, chap. XXIII, § 11.

43 « For it is exceeding difficult in some Objects, to distinguish between a prominency and a depression, between a shadow and a black stain, or a relection and a whiteness in the colour » (Hooke, ouvr. cité, preface).

44 « The Eyes of a Fly in one kind of light appear almost like a Lattice, drill’d through with abundance of small holes […]. In the Sunshine they look like a Surface cover’d with golden Nails ; in another posture, like a Surface cover’d with Pyramids ; in another with Cones ; and in other postures of quite other shapes » (ibid ., preface).

45 « An Atom of Quick-silver (no bigger then the smallest pins-head) seemed like a globular Looking-glass where (as in a Mirrour) you might see all the circumambient Bodies ; the very Stancheons and Panes in the Glass-windows, did most clearly and distinctly appear in it » (Power, ouvr. cité, Microscopical Observations, Observation XXXIV, « A small atom of quick-silver », p. 43).

46 1434, National Gallery de Londres.

47 « In those Chymical preparations of Mercury, which they call Turbith-Mineral, Mercurius Vitae, dulcis, sublimate, precipitate, and Mercury Cosmetical, you may most plainly and distinctly see the globular Atoms of current and quick silver ; besprinkled all amongst those Powders, like so many little Stars in the Firmament » (Power, ouvr. cité, Observation XXXV, « Mercurial Powders », p. 44). Power conserve d’ailleurs la correspondance alchimiste entre le vif-argent et la planète Mercure : voir ibid., p. 45.

48 Pour Hooke, cette sécularisation des images visuelles est moins évidente. Dans la Micrographia, il écrit ainsi : « And who knows, but the Creator may, in those characters, have written and engraven many of his most mysterious designs and counsels, and given man a capacity, which, assisted with diligence and industry, may be able to read and understand them » (ouvr. cité, p. 154).

Auteur

Agrégée de philosophie et doctorante en histoire de la philosophie à l’université Paris-Sorbonne et à la Radboud Universiteit Nijmegen (Pays-Bas)

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search