Version classiqueVersion mobile

La mécanique du détail

 | 
Livio Belloï
, 
Maud Hagelstein

Première partie. Du lisible

Cohérence d’ensemble et détails discordants : l’exemple du cycle romanesque

Anne Besson

Texte intégral

  • 1 Voir A. Besson, D’Asimov à Tolkien. Cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS Édit (...)

1Le cycle se distingue, au sein des ensembles romanesques, par sa volonté de cohérence et de continuité, ce qui fait du détail discordant un objet particulièrement intéressant à étudier en pareil contexte. Alors même que ses volumes successifs apparaissent chronologiquement et matériellement disjoints dans leurs conditions de réception, l’ambition du cycle consiste bel et bien à poursuivre la même histoire ou à approfondir l’exploration du même univers, au il de romans qui viennent, séparés par des laps de temps plus ou moins longs, s’ajouter les uns aux autres pour former l’ensemble cyclique1.

2On comprend que le cycle pourra difficilement éviter le détail contradictoire : dans ces œuvres à long terme, distraction momentanée de l’auteur ou inflexion du projet de départ occasionnent, non pas souvent mais toujours, des discordances dans les mécaniques les plus précises ; la contradiction ne manque pas d’apparaître entre occurrences éloignées et de miner, si infime soit-elle, l’ensemble de l’édifice. On devine également que les enjeux du discordant, même s’il semble insignifiant, seront loin d’être négligeables.

3À partir d’un corpus de cycles romanesques contemporains emprunté aux littératures de genre et de grande diffusion, on se proposera, dans un premier temps, de rappeler la spécificité de la réception des œuvres qui revendiquent un objectif de totalisation, à savoir la sorte de « droit de regard » que les cycles (et d’ailleurs les séries) semblent autoriser et même encourager de la part de leur public, si bien que la traque du lapsus constitue un sport extrêmement répandu chez les lecteurs férus de ces littératures de genre. On observera ensuite les différentes réponses qui peuvent être opposées à la force centrifuge du détail discordant pour préserver une totalité consistante de l’ensemble. Les stratégies en restent en effet rarement à l’indifférence : il faut se saisir de l’erreur insignifiante et lui conférer sens. On assiste ainsi à des réajustements qui peuvent être massifs et produire des conséquences majeures : remaniements opérés par les auteurs ou relais consentis par la réception, qui se livre alors à de scrupuleuses exégèses comme à des délires interprétatifs.

4Petites causes pour grands effets, les détails contradictoires d’un volume de cycle à l’autre mettent pleinement en lumière la problématique des ensembles romanesques, écartelés entre tout et parties, et on se demandera pour finir si le détail erroné, en exhibant les rouages de la création, en laissant à nu la fiction l’espace d’une défaillance, fragilise ou renforce ces imposantes constructions romanesques.

  • 2 Consensuel parmi les différentes théories de la fiction, ce point est notamment développé par Lubom (...)
  • 3 Voir leur belle exploration par I. Langlet, « Transictionnalité en régime non narratif », La fictio (...)
  • 4 Ainsi, le site Internet consacré à la romancière Ursula Le Guin, « Le Guin’s world », qui propose « (...)
  • 5 Voir les « déductions galactographiques » du site personnel de Jean-Claude Monot consacré à Asimov  (...)

5Commençons par rappeler que la fiction, en l’occurrence littéraire, est notoirement et forcément incomplète : on ne saura jamais combien Lady Macbeth avait d’enfants, on ignorera toujours la couleur des yeux ou tout autre détail qu’un créateur n’a pas jugé bon de nous transmettre au sujet de ses créations2. Nous nous en accommodons d’ailleurs fort bien : ces éléments ne nous manquent pas dans la mesure où nous ne sommes même pas censés nous apercevoir qu’ils font défaut – parce que le texte qui en rend compte dit tout ce qu’il y a à savoir sur le monde qu’il présente, et que nous ne cherchons pas plus loin. Ce qui peut ainsi être décrit comme le mode de fonctionnement habituel de la fiction à sa propre incomplétude, du côté de la production comme de la réception, se voit cependant notablement ébranlé dans le cas des ensembles romanesques totalisants. Ces derniers promettent en effet, structurellement, leur propre complétion. Alors que celle-ci reste rigoureusement inaccessible, dans la mesure même où les possibilités de représentation et d’inférences demeurent inépuisables, elle ne s’en trouve pas moins désignée comme l’horizon que se donnent les explorations de mondes ou les parcours biographiques que constituent les ensembles. Leur raison d’être est de se continuer, le plus souvent bien au-delà des bornes éventuellement assignées au départ (les trilogies, format « minimal », s’offrent très fréquemment à des prolongements). Les volumes, qui se multiplient donc, accumulent les éléments d’une description du monde – de leur propre monde – dont on va se mettre à envisager, se plaire à imaginer, l’illusoire complétude possible. Les ensembles romanesques se prêtent ainsi en général à une activité de type encyclopédique : ils incitent à la compilation des données qu’ils fournissent sous une forme non-narrative, pseudo-documentaire, dont les auteurs donnent souvent l’exemple3. Tolkien et les abondantes annexes de son Seigneur des anneaux, couvrant l’histoire, la sociologie, la linguistique surtout, de la Terre du Milieu, ont servi de modèle à des théories de cycles de fantasy épique. Mais les lecteurs ne sont pas en reste, qui suppléent ou complètent les « documents » mis à leur disposition : propositions de chronologie4, de cartographie5, dictionnaires des personnages sont légion dans les innombrables sites Internet que la dernière décennie a vu fleurir, donnant une visibilité accrue à une galaxie « fanique » dont l’activité était déjà impressionnante, mais plus souterraine.

  • 6 « La caractéristique essentielle d’un texte de fiction est d’être une assertion non vérifiable. […] (...)

6Dans leur pratique, les lecteurs se voient donc encouragés à nourrir un rapport scrupuleux et participatif à la fiction en raison même des traits spécifiques de l’ensemble totalisant : fidélisation forte qui tient à la promesse d’une continuité et d’une cohérence à long terme, présence de segments encyclopédiques qui légitiment et modélisent la même démarche du côté de la réception. Dans ce contexte, le détail a peu de chances de passer inaperçu. Le soin de son repérage se voit pour ainsi dire confié au public, conformément à la position particulière à cet égard de notre corpus, celui des ensembles romanesques de grande diffusion : ce champ est en effet le lieu d’une intense communication, sans égale en littérature, entre l’auteur (ou ses représentants) et le lectorat. Ce dernier jouit en outre, dans le cas des volumes « à suivre », d’un privilège assez inouï, puisqu’il lui est donné de « vérifier » une fiction qu’une définition comme celle de Karlheinz Stierle donne pourtant comme « non-falsifiable », ne se prêtant pas au principe même de la « correction », puisque les critères de vérité ou de fausseté s’y trouvent suspendus6.

  • 7 « Selina était avec les anges » (S. King, The Drawing of the Three [1987], Les trois cartes, trad. (...)
  • 8 Lettre d’A. C. Nunn, sans date (fin 1958 - début 1959). Voir J. R. R. Tolkien, Lettres [1981], trad (...)
  • 9 La Terre aurait été transportée « dans l’amas d’Hercule » (D. Simmons, Hypérion [1989], trad. G. Ab (...)

7Des lecteurs (du moins une partie d’entre eux), minutieux et encouragés en ce sens par les procédures textuelles et la pulsion structurelle des cycles, traquent alors le détail en véritables gardiens, garants de la cohérence. Et, bien évidemment, ils débusquent des contradictions : de petites choses en apparence, quand les revirements peuvent être autrement plus massifs au il des épisodes d’un cycle ou d’une série (pensons à tous les cas où un personnage que l’on croyait mort – qui l’était en vérité – refait son apparition et, provisoirement, bouleverse la consistance de l’intrigue et de l’univers fictionnels). Rien de très frappant, en apparence, quand la petite sœur d’Eddie, un des compagnons du héros de La Tour sombre, cycle de fantasy de Stephen King, morte encore enfant et donc très périphérique pour l’ensemble, se voit prénommée une première fois Selina, puis Gloria au début du volume suivant7 ; quand un lecteur du Seigneur des anneaux s’attache à ce qui n’avait guère ému par ailleurs, la cohérence du système d’échange des cadeaux entre hobbits8 ; quand, dans les Cantos d’Hypérion, cycle futuriste et multiplanétaire de Dan Simmons, la Terre déplacée par les IA toutes-puissantes est localisée successivement dans l’amas d’Hercule, puis dans le nuage de Magellan9, ce qui, astronomiquement parlant, constitue une bévue assez considérable mais passe à peu près inaperçu à la lecture.

  • 10 Sur ce point, voir J. Goimard, qui ne relève dans le métacycle asimovien « que des incohérences min (...)
  • 11 « De la rue des Pistoles […], il n’en restait plus que la moitié, le côté pair. L’autre avait été r (...)
  • 12 « Un gros trou, à la place de la rue des Pistoles et de la rue Rodillat. On avait projeté un parkin (...)
  • 13 Il s’agit d’une série et non d’un cycle ; nous poserons cependant l’hypothèse que des ensembles sér (...)
  • 14 R. Saint-Gelais, « La fiction hors-cadre », Les lieux de l’imaginaire, J. -F. Chassay et B. Gervais (...)

8L’ensemble il est vrai extrêmement vaste de l’histoire du futur d’Isaac Asimov laisse d’ailleurs échapper des contradictions comparables, dans le nombre de planètes colonisées ou les ordres de grandeur chronologique10. Il ne faut pas pour autant en déduire que ce sont les échelles, galactiques et millénaires, qui engendreraient des bévues bien excusables, comme si l’esprit ne pouvait tout à fait saisir les ordres de grandeur impliqués. D’autres exemples sont autrement quotidiens et prosaïques : il suit à cet égard de se tourner vers les littératures de genre à référents réalistes, comme le roman policier. Dans la trilogie de Jean-Claude Izzo consacrée aux enquêtes de Fabio Montale, le parking de la rue des Pistoles, construit dans Total Khéops11, se retrouve ainsi en voie de construction dans le volume suivant, Chourmo12. Le corpus « holmesien »13 offre également de belles occurrences, qui présentent l’intérêt d’être bien connues et étudiées (c’est-à-dire de s’être prêtées à de superbes stratégies de récupération lectoriales, comme on le verra), par exemple dans les travaux du sémioticien québécois Richard St-Gelais : « Au gré des textes, la blessure reçue par Watson en Afghanistan migre mystérieusement de l’épaule (dans A Study in Scarlet) à la jambe (dans The Sign of Four) ; le même Watson se fait soudain appeler James (plutôt que John), et ce par sa propre épouse »14.

  • 15 L’histoire de ces textes déborde largement l’ambition du présent article et mettrait à rude épreuve (...)

9Des prénoms, chiffres et ordres de succession fictifs, catégories fragiles s’il en est s’agissant de rétention mémorielle, sont ainsi repérables et repérés comme « détails discordants ». Ils le sont par le public et peuvent l’être également par l’auteur (s’il est vivant et reçoit le courrier des lecteurs !), qui a alors le loisir de rectifier l’erreur – s’il estime qu’erreur il y a, certes, et s’il en a l’opportunité, ce qui implique que son ensemble ne soit pas déjà achevé et s’avère encore amendable. La pratique du remaniement – retour sur un texte déjà publié, qui fera l’objet d’une nouvelle édition « corrigée » – s’inscrirait dans cette logique : celle d’un Tolkien réécrivant un chapitre de Bilbo le Hobbit, devenu a posteriori la charnière principale entre ce roman et sa « suite », Le Seigneur des Anneaux, ou d’un Michael Moorcock intervenant avec systématisme sur ses textes anciens à l’occasion des rééditions de son œuvre complète, et contrecarrant de fait, pour le moment, toute tentative visant à fixer un « canon » stable de celle-ci15. Nous n’explorerons cependant pas davantage cette option du remaniement, puisqu’à terme (une fois la nouvelle édition adoptée comme seule valide, et l’ancienne, le plus souvent, totalement oubliée), elle entraîne la disparition pure et simple de l’incohérence dont nous intéressent ici les modalités de « gestion ».

  • 16 D. Simmons, Endymion [1995], trad. G. Abadia, Paris, Lafont (Ailleurs et Demain), 1996, p. 75.

10Rendre compte de la contradiction depuis un volume ultérieur, l’effacer en réinterprétant les volumes précédents pour en expliquer la présence, tel est donc le défi auquel s’affrontent les auteurs d’ensembles totalisants – défi homologue, en vérité, quelle que soit l’ampleur de l’incohérence. Le détail, en effet, est tout aussi corrosif qu’une hypothétique erreur « massive » : il existe après tout des personnes qui exercent fort bien le métier consistant à empêcher ce genre de choses de se produire avant impression ; les éditeurs sont les tout premiers lecteurs « maniaques ». Face à cette situation, quand les auteurs veulent rectifier un détail, deux options s’offrent à eux, que nous allons développer successivement : suivant la première d’entre elles, ils se voient contraints de reconnaître leur erreur à hauteur même de fiction, c’est-à-dire de revenir sur la fiabilité jusque-là implicitement prêtée au contenu des volumes précédents. Cette opération permet certes une apuration radicale des dettes narratives mais constitue en même temps un véritable coup de force : elle s’illustre ainsi chez Dan Simmons, dont un personnage souligne au passage le détail discordant, désormais assumé (« dans l’amas d’Hercule ou dans le Nuage de Magellan, les Cantos étant, de toute manière, incohérents »16). L’autre option, moins agressive cognitivement, mais encore moins économique narrativement parlant, consiste à proposer un nouveau contexte, au sein duquel la contradiction cessera d’en être une. Sera en général postulée la coexistence de « mondes » parallèles et susceptibles de présenter (d’expliquer) tous les décalages, légers ou massifs, avec un monde primaire qui ne vaut de toute façon plus comme unique point de référence pour jauger une incohérence : c’est le cas, par exemple, des « multivers » de Moorcock ou King.

  • 17 Après Hypérion et La Chute d’Hypérion, Endymion et L’Éveil d’Endymion (The Rise of Endymion, 1997), (...)
  • 18 Voir A. Besson, ouvr. cité, p. 200-205.
  • 19 « Oncle Martin a écrit les Cantos. Il s’est efforcé de dire la vérité. Mais certains facteurs lui o (...)

11Quand Dan Simmons ajoute à ses deux volets des Cantos d’Hypérion deux volumes supplémentaires, situés 247 ans plus tard, il y remet en cause le statut de témoignage véridique des deux premiers récits, désormais présentés comme « Les Cantos de Martin Silénus », soit comme l’œuvre poétique, et donc singulière, très ancienne, et donc légendaire, du personnage d’artiste qui y figurait17. Alors que beaucoup d’auteurs de cycles se contentent d’une mise en doute provisoire du passé textuel, prélude à la restauration in extremis de cette mémoire du texte18, Simmons va plus loin : au lieu de rétablir la fiabilité du déjà-lu, le quatrième et dernier volume nous révèle, par le biais incontestable d’un personnage messianique, Énée, que tout ce qui nous a été dit jusqu’alors n’était pas exact. La « véritable » version des faits, alors rétablie, diffère sur plusieurs points de celle fournie par les précédents romans, les corrections nécessaires se voyant justifiées par l’ignorance de certains faits et de certains enjeux par le poète, ou encore par les enjolivements d’une création littéraire19. Énée va en outre profiter d’une certaine confusion dans les paradoxes temporels pour justifier les développements inattendus qui émaillent l’intrigue de ce dernier volume.

  • 20 Relativement instable : elle se trouve relayée dans le texte par un narrateur à la première personn (...)

12Ainsi, au prix d’un certain inconfort dans la position de réception, instable20, mais qui s’assimile également, sous un autre angle, à un flottement grisant, Simmons gagne le droit d’effacer de ce qu’il a déjà écrit les éléments dont il ne désire plus tenir compte quand il rédige la suite : il desserre les contraintes de cohérence interne que nous tenons pour constitutives du cycle, et ce qui n’était qu’un détail incohérent débouche sur une réorganisation globale du statut des récits anciens. La confusion des paradoxes temporels mentionnée pour finir (dans le cycle de Simmons, des personnages reviennent à volonté du passé ou du futur, où ils voyagent dans les deux sens) peut nous servir à introduire la seconde tactique auctoriale annoncée. Celle-ci va également se caractériser par une débauche de moyens qui semble bien peu proportionnée relativement à l’attaque « mineure » dont la cohérence faisait l’objet. Pour le coup, cette dernière en ressort en pièces, mais les auteurs, au moins, n’ont plus à s’en préoccuper : l’option dite du « multivers », impliquant la coexistence de réalités divergentes en autant de « plans » parallèles et reliés (sur le modèle de l’accès aux mondes fictionnels par la lecture), étend drastiquement la sphère du « possible » et du « compossible », au point que la notion de contradiction n’y est plus pertinente.

  • 21 J’y ai consacré une communication, sous le titre « L’ensemble polytextuel comme labyrinthe : l’exem (...)

13L’exemple le plus frappant de ce point de vue est sans conteste l’ensemble littéralement labyrinthique que Moorcock consacre aux multiples avatars du Champion Éternel et à leurs aventures dans un sur-univers aux contours extrêmement fluctuants21. L’usage que Moorcock fait du Multivers est volontairement déconnecté de toute recherche de cohérence, et les descriptions qu’il en donne, utilisant les lexiques conjoints de la magie, du songe et de l’illusion, brouillent toujours davantage l’image que l’on pourrait chercher à s’en faire : c’est à cela précisément qu’elles servent, le Multivers fonctionnant comme un formidable outil qui favorise les transferts, les transports, la porosité entre les mondes, et donc entre les textes. On déborde ici largement la problématique du détail, toutes les incohérences étant désormais permises, mais c’est de cette façon même que se règle, si l’on veut, la question du prénom de la petite sœur morte dans La Tour sombre.

  • 22 Voir ma communication, « La Tour sombre, un cycle au cœur de l’œuvre ? », dans le cadre du colloque (...)

14Stephen King a lui aussi fait subir un sérieux infléchissement à son vaste projet en cours de rédaction, pour y introduire, à la faveur des trois derniers volumes, une forte dimension métafictionnelle jusqu’alors absente, sinon en arrière-plan métaphorique. Ses personnages en effet comprennent qu’ils ne sont que les créations d’un certain Stephen King – ou plutôt, qu’ils existent dans une réalité parallèle de statut inférieur et que le romancier infléchit leurs destins à son gré22. Le détail du prénom n’est précisément plus que cela, dans la prise de conscience autrement plus vaste, par les personnages dans le volume six, que les univers qu’ils habitent et les vies qu’ils y mènent relèvent de la fiction, et d’une fiction toujours amendable dès lors qu’elle se poursuit en cycle :

  • 23 S. King, Song of Susannah [2004], Le Chant de Susannah, trad. M. de Prémonville, illustr. Darrel An (...)

Le Pistolero avait vu cet homme mourir, blessé par balles puis dévoré vivant par les homarstruosités carnivores qui peuplaient les eaux peu profondes de la Mer Occidentale, pourtant il était de retour. Parce que des mondes infinis tournaient autour de l’axe de la Tour Sombre, et ils se trouvaient dans un autre. Pourtant un seul de ces mondes était vrai ; un seul dans lequel les choses étaient achevées, dans lequel elles restaient achevées.23

  • 24 Tolkien, Lettres, ouvr. cité, p. 407-417.
  • 25 N. Koble, « Les romans arthuriens en prose au XIIIe siècle : des cycles en série ? », Cycles et col (...)

15La contradiction, on le voit, est vite échappée, mais autrement malaisée à récupérer : Tolkien encore répond sur près de dix pages à la question relative aux cadeaux hobbits, qui l’oblige à détailler (à inventer ad hoc ?) un système complexe relevant de l’ethnologie propre à ce peuple24. Or, dans bien des cas, comme celui d’Asimov par exemple, l’auteur ne prend pas cette peine, estimant peut-être le gain (justifier une incohérence) mal proportionné en regard de l’effort consenti et de ses effets secondaires (la cohérence de départ, au final, se trouve fortement assouplie) : il part du principe que le lecteur saura s’en accommoder, ce qui semble frappé au coin du bon sens. Nathalie Koble souligne ainsi déjà, à propos des grands cycles médiévaux, une nécessaire distinction à établir entre une lecture scrupuleuse, qui fait « remonter à la surface les incohérences du récit en examinant à la loupe ses icelles », et une « lecture plus rapide, nécessairement moins crispée ». Au cours de celle-ci, et dans le cas d’ensembles romanesques « qui se caractérisent par leur volume et par l’extension de leur écriture sur un temps long, les trous de mémoires sont inévitables. Dans le processus de la lecture en temps réel, ils ne mettent pas à mal la lisibilité du texte et ne contredisent pas pour autant son unité, son travail de cohérence, dans l’ensemble sauvegardé, il est vrai »25.

  • 26 Voir à titre d’exemple l’enquête érudite, autour de quelques contradictions apparentes quant à la n (...)
  • 27 R. Saint-Gelais, art. cité, p. 182 : « Ces hypothèses – et quelques autres – sont énumérées par W. (...)

16Mais la matérialité des textes contemporains venant suppléer les mémoires défaillantes, et les lecteurs de cycles de genre étant incités, on l’a dit, à adopter une posture de vérification valorisante pour leur attention idèle, des stratégies lectoriales de réinvestissement du détail contradictoire vont pouvoir se mettre en place, où il s’agit de donner sens à ce qui se présente comme à la fois insignifiant et incohérent. Même si toutes ces exégèses « maniaques » ont en commun une égale et impressionnante érudition quant à leur corpus d’étude, il faut y distinguer deux finalités bien distinctes, l’une sérieuse et l’autre ouvertement ludique. Tolkien se prête idéalement au premier type d’exégèse du détail : non seulement il a laissé à l’état de brouillon une bonne part de son œuvre, mais, dans son cas, il s’agit bien de reconstituer un sens dont on postule qu’il doit être unique, ce qui revient à prêter au corpus admiré une cohérence indiscutée, qu’il suffirait de mettre à jour26. Le champ de la « holmésologie », exploré par Richard Saint-Gelais, illustre à l’inverse le second cas : « Le “James” dont M me Watson affuble son mari, par exemple, donnera lieu à un impressionnant florilège d’hypothèses » : « erreur typographique », « calligraphie négligente de Watson », « distraction » de M me Watson qui aurait mené plus tard à la mystérieuse séparation du couple ; « [à] moins […] que Watson ait été le second époux de Mary Morstan, dont le premier mari se serait, évidemment, prénommé James – d’où la confusion ou le lapsus », ou encore qu’il faille y voir « la trace d’une supercherie dont personne, sinon, ne se serait douté : il y aurait eu deux Watson, John et James ; après le décès (jamais raconté, faut-il le préciser) du premier, son frère James se serait fait passer pour lui en continuant à narrer sous son nom les aventures de Holmes »27.

  • 28 Ibid., p. 184.
  • 29 Ibid., p. 185.

17Saint-Gelais souligne ensuite les enjeux non négligeables d’une telle ouverture des possibles herméneutiques, qui revient en effet à « ni[er] que les contradictions soient les répercussions du texte sur une fiction qu’il construit et modifie à son gré »28, enjeux quant au statut dont se trouvent ludiquement dotés les textes (canoniques et apocryphes) : « les holmésologues n’hésitent pas à remettre en question les récits du docteur Watson chaque fois que ceux-ci mènent à des contradictions ou à des inconsistances », à rebours de la non-falsifiablité de la fiction, et se livrent alors à « une vaste entreprise fictionnelle, au deuxième degré, et parfaitement silencieuse sur son statut, […] obligeant du coup le lecteur à renégocier les frontières pragmatiques et ontologiques ostensiblement établies »29.

  • 30 Voir l’avant-propos du présent ouvrage.
  • 31 L’usage de ce terme nous est suggéré par le titre d’un article de D. Mellier, à ajouter au dossier (...)

18À cette belle réflexion, ajoutons pour conclure que la dite opération du « détail signifiant » se traduit par une extension considérable de ces mêmes frontières, malmenées, de la fiction de départ. Si le détail est bien le « grain de sable qui vient gripper la machine interprétative, contribuant éventuellement à la mise à nu de ses propres rouages »30, faut-il estimer que cette porosité constitue un risque, qui mine et fragilise, ou bien, au contraire, qu’elle offre une opportunité, une nouvelle promesse d’expansion ? Nous avons commencé à répondre à cette question en pointant à plusieurs reprises la considérable dépense textuelle à laquelle le détail discordant peut donner lieu, qui frappe souvent par sa disproportion en regard de sa cause effective ; et ce, pour un résultat qui soit revient à accentuer par l’exemple le droit à l’incohérence fictionnelle (stratégies auctoriales), soit se condamne à une production d’hypothèses infinies en raison de leurs propres contradictions (stratégies lectoriales). La prolifération, même et surtout incontrôlable, n’est donc pas synonyme de fragilisation pour un ensemble totalisant : ce que le détail porteur d’incohérence met à nu et nous permet d’appréhender, c’est bien la productivité de la faille pour l’ensemble31. Le contexte cyclique dote en particulier le détail d’un supplément de sens : quoique par nature insignifiant, on postule là qu’il doit faire sens, fût-ce au prix d’une débauche explicative. Mais c’est là précisément que se loge le « sens du détail » : dans la production même de signifiants à laquelle il se prête, dans la production de textes auquel il donne lieu, et qui prolonge à son tour la promesse d’un infini cyclique.

Notes

1 Voir A. Besson, D’Asimov à Tolkien. Cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS Éditions (Littérature), 2004.

2 Consensuel parmi les différentes théories de la fiction, ce point est notamment développé par Lubomir Dolezel, selon lequel « les mondes fictionnels littéraires sont incomplets » (« Mimesis and possible worlds », Poetics Today, vol. 9, n° 3, 1988, p. 486, je traduis) ou Thomas Pavel, qui rappelle qu’« un texte ne saurait […] représenter qu’une infime partie de la description de son univers » (Univers de la fiction, Paris, Seuil (Poétique), 1988, p. 85) ; il ne peut en aucun cas développer toutes ses implications sémantiques, qui sont infinies, et travaille donc aux soustractions ou implicitations nécessaires à son existence en tant que fiction. Selon Umberto Eco, le lecteur à son tour ne doit pas chercher à contrer ce phénomène, « [s]inon il sera condamné à une recherche encyclopédique éternelle » (Les limites de l’interprétation [1990], trad. M. Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche (Biblio Essais), 1994, p. 233).

3 Voir leur belle exploration par I. Langlet, « Transictionnalité en régime non narratif », La fiction, suites et variations, R. Audet et R. Saint-Gelais éd., Québec/Rennes, Nota Bene/PUR, 2007, p. 51-70.

4 Ainsi, le site Internet consacré à la romancière Ursula Le Guin, « Le Guin’s world », qui propose « A history of the Hainish worlds » : http://hem1.passagen.se/peson42/lgw/history.html, ou encore, sur Stephen King, le site personnel de Roland Ernould : http://rernould.club.fr/King.html [pages consultées le 06/10/07].

5 Voir les « déductions galactographiques » du site personnel de Jean-Claude Monot consacré à Asimov : http://perso.wanadoo.fr/monot.jc/index.htm#/monot.jc/themes/fondat.htm. Exemple donné par I. Langlet, art. cité, p. 57.

6 « La caractéristique essentielle d’un texte de fiction est d’être une assertion non vérifiable. […] Par principe, la fiction ne se laisse pas corriger par la réalité » (K. Stierle, « Réception et fiction », Poétique, n° 39, septembre 1979, p. 299).

7 « Selina était avec les anges » (S. King, The Drawing of the Three [1987], Les trois cartes, trad. G. Lebec, Paris, J’ai Lu, 1991, rééd. 1995, p. 209) ; « Gloria se trouvait désormais sur le grand pont supérieur du ciel » (S. King, The Waste Lands [1991], Terres perdues, trad. J.-D. Breque et C. Poulain, Paris, J’ai Lu, 1992, rééd. 1994, p. 32).

8 Lettre d’A. C. Nunn, sans date (fin 1958 - début 1959). Voir J. R. R. Tolkien, Lettres [1981], trad. V. Ferré et D. Martin, Paris, Christian Bourgois, 2005, p. 407.

9 La Terre aurait été transportée « dans l’amas d’Hercule » (D. Simmons, Hypérion [1989], trad. G. Abadia, Paris, Robert Lafont (Ailleurs et Demain), 1991, Pocket, 1995, rééd. 1998, vol. II, p. 161), ou dans « le Nuage de Magellan » (D. Simmons, The Fall of Hyperion [1990], La chute d’Hypérion, trad. G. Abadia, Paris, Robert Lafont (Ailleurs et Demain), 1992, Pocket, 1995, vol. II, p. 214).

10 Sur ce point, voir J. Goimard, qui ne relève dans le métacycle asimovien « que des incohérences mineures » (« Asimov et l’Histoire », préface au Cycle de Fondation I : le déclin de Trantor, Paris, Omnibus, 1999, p. XXIII).

11 « De la rue des Pistoles […], il n’en restait plus que la moitié, le côté pair. L’autre avait été rasée, ainsi que les maisons de la rue Rodillat. À leur place, un parking » (J.-C. Izzo, Total Khéops, Paris, Gallimard, NRF (Série Noire), 1995, rééd. 1998, p. 13).

12 « Un gros trou, à la place de la rue des Pistoles et de la rue Rodillat. On avait projeté un parking souterrain mais […] l’entrepreneur était tombé sur des vestiges de l’ancienne Phocée » (J.-C. Izzo, Chourmo, Paris, Gallimard, NRF (Série Noire), 1996, rééd. 1998, p. 150).

13 Il s’agit d’une série et non d’un cycle ; nous poserons cependant l’hypothèse que des ensembles sériels peuvent se voir attirés a posteriori dans une logique cyclique par leurs stratégies de réception, dans la mesure où celles-ci dotent la série d’une cohérence à laquelle elle ne postulait pas, et ne visent pas seulement à « continuer » mais à « compléter » un ensemble dès lors compris comme totalisant.

14 R. Saint-Gelais, « La fiction hors-cadre », Les lieux de l’imaginaire, J. -F. Chassay et B. Gervais éd., Montréal, Liber, 2002, p. 181. L’auteur se réfère aux textes suivants : A. Conan Doyle, Sherlock Holmes : The Complete Novels and Stories, New York, Bantam, 1986, vol. I, p. 3 et 109 ; A. Conan Doyle, « The man with the twisted lip », ibid., p. 307.

15 L’histoire de ces textes déborde largement l’ambition du présent article et mettrait à rude épreuve la patience du lecteur non-spécialiste : elle commence en effet au début des années soixante et n’est pas encore achevée, si bien que la réédition de ces textes à partir du début des années quatre-vingt-dix (en Angleterre chez Orion Millenium et aux États-Unis chez White Wolf), quoique occupant une vingtaine de volumes « Omnibus », est d’ores et déjà caduque : sans compter que les deux éditions, quasiment contemporaines, de part et d’autre de l’Atlantique, ne proposaient pas la même répartition volumique des courts romans. L’auteur du Cycle d’Elric, entre autres nombreux héros fédérant autant d’ensembles romanesques reliés les uns les autres, défie ainsi la seule recension bibliographique.

16 D. Simmons, Endymion [1995], trad. G. Abadia, Paris, Lafont (Ailleurs et Demain), 1996, p. 75.

17 Après Hypérion et La Chute d’Hypérion, Endymion et L’Éveil d’Endymion (The Rise of Endymion, 1997), trad. M. Lebailly, Paris, Robert Lafont (Ailleurs et Demain), 1998.

18 Voir A. Besson, ouvr. cité, p. 200-205.

19 « Oncle Martin a écrit les Cantos. Il s’est efforcé de dire la vérité. Mais certains facteurs lui ont échappé » (L’Éveil d’Endymion, ouvr. cité, p. 34) ; « Le poème ne dit pas s’il était parti une heure ou trente ans. Oncle Martin l’ignorait » (ibid., p. 523) ; « la méprise majeure que commit Oncle Martin dans ses Cantos » a été de croire certains récits rapportés, certains mensonges (ibid., p. 137) ; mais aussi « Oncle Martin a dû falsifier des morceaux de l’histoire, […] il s’est permis des licences poétiques dans les parties qu’il ne comprenait pas » (ibid., p. 523).

20 Relativement instable : elle se trouve relayée dans le texte par un narrateur à la première personne qui accompagne les découvertes du lecteur.

21 J’y ai consacré une communication, sous le titre « L’ensemble polytextuel comme labyrinthe : l’exemple du cycle d’Elric de Michael Moorcock », dans le cadre du séminaire du CRAL (CNRS/EHESS), « Narratologies contemporaines : le labyrinthe », 24 avril 2007.

22 Voir ma communication, « La Tour sombre, un cycle au cœur de l’œuvre ? », dans le cadre du colloque « L’horreur contemporaine, autour de Stephen King », Cerisy-la-Salle, juillet 2007, à paraître sous la direction de G. Astic et J. Marigny.

23 S. King, Song of Susannah [2004], Le Chant de Susannah, trad. M. de Prémonville, illustr. Darrel Anderson, Paris, J’ai Lu, 2005, p. 168.

24 Tolkien, Lettres, ouvr. cité, p. 407-417.

25 N. Koble, « Les romans arthuriens en prose au XIIIe siècle : des cycles en série ? », Cycles et collections, A. Besson, V. Ferré et C. Pradeau éd., Itinéraires et contacts de culture, n° 41, Paris, Université Paris 13/L’Harmattan, 2008, p. 189.

26 Voir à titre d’exemple l’enquête érudite, autour de quelques contradictions apparentes quant à la nature des « anges » chez Tolkien, que constitue l’excellent article de M. Devaux, « Les anges de l’Ombre chez Tolkien : chair, corps et corruption », Tolkien, les racines du légendaire, M. Devaux éd., La Feuille de la Compagnie, Cahiers d’études tolkieniennes, n° 2, Genève, Ad Solem, 2003, p. 191-245.

27 R. Saint-Gelais, art. cité, p. 182 : « Ces hypothèses – et quelques autres – sont énumérées par W. S. Baring-Gould dans The Annotated Sherlock Holmes, vol. I, New York, Clarkson N. Potter, 1967, p. 369 ».

28 Ibid., p. 184.

29 Ibid., p. 185.

30 Voir l’avant-propos du présent ouvrage.

31 L’usage de ce terme nous est suggéré par le titre d’un article de D. Mellier, à ajouter au dossier « Sherlock Holmes » : « L’aventure de la faille apocryphe, ou Reichenbach et la Sherlock-fiction », Sherlock Holmes et le signe de la fiction, D. Mellier éd., Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions (Signes), 1999, p. 135-187.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search