Version classiqueVersion mobile

La mécanique du détail

 | 
Livio Belloï
, 
Maud Hagelstein

Première partie. Du lisible

Myopie et vertiges : Les mémorialistes d’Ancien Régime et le sens de l’histoire

Marc Hersant

Texte intégral

  • 1 Saint-Simon, Mémoires, édition établie par Yves Coirault, Paris, Gallimard (Pléiade), 1979-1983, vo (...)

1La notion de « détail » en histoire est on ne peut plus confuse, alors qu’elle est omniprésente dans les discours historiographiques et que les historiens ne cessent d’encenser ou de stigmatiser le « détail ». On jugera, par exemple, qu’un historien donne « plus ou moins de détails » sur les événements qu’il relate selon le degré de précision avec lequel il en rend compte. Il peut ainsi raconter « en gros » une victoire militaire ou multiplier les « détails » sur les actions particulières de tel ou tel acteur de la bataille. Mais la bataille elle-même, dans sa totalité, peut apparaître dans d’autres contextes historiographiques comme un « détail » plus ou moins digne de mention. S’il décrit longuement un élément ponctuel, on considérera qu’il s’attarde sur un « détail » d’une scène historique assimilée à un tableau : par exemple, dans les Mémoires de Saint-Simon, le plan rapproché sur l’apparition d’un « bon gros suisse »1 endormi dans son évocation générale de la cohue de Versailles, la nuit de la mort du dauphin. On dira aussi, dans un sens un peu différent, d’un historien qui multiplie les anecdotes sur la vie intime d’un souverain qu’il se perd dans les détails, de même que s’il considère longuement son gros nez dans un portrait ou s’il décrit trop minutieusement ses gestes dans une cérémonie officielle. Comme dans n’importe quel autre domaine, il faut d’ailleurs un sujet pour penser et créer le détail, pour l’extraire du tout dont il fait partie et maintenir son appartenance à ce tout et l’y réintégrer, ou l’accuser, dans son insignifiance, d’être incapable de désigner le tout qui seul pourrait lui donner du sens. Mais la « totalité » à laquelle se réfère ce détail n’est pas, en histoire, enfermée dans le cadre d’un tableau : elle apparaît comme instable et mouvante, et sa nature est à la fois décidée et, parfois au fil du texte, renégociée par l’historien. L’unité d’un ouvrage historique crée ainsi au moins une totalité de référence par rapport à laquelle les éventuels « détails » prennent sens. Pour prendre l’exemple de Voltaire, cette unité peut être la vie d’un homme comme dans l’Histoire de Charles XII, mais aussi celle d’un règne et de ses réalisations culturelles majeures, comme dans Le Siècle de Louis XIV ou dans le Pierre le Grand, celle encore d’un événement important de l’histoire récente dans l’Histoire de la guerre de 1741, et, dans l’Essai sur les mœurs, rien moins que l’humanité dans son cheminement universel, de l’époque de Charlemagne à celle de Louis XIV. Il est évident que l’impression d’avoir affaire à un « détail » varie considérablement de l’une à l’autre de ces œuvres, et que le fait de « détailler le récit » ne correspond pas à la même densité de précision dans ces différents cas. En somme, si ce que l’on entend par « détail » en peinture ou en architecture n’est pas toujours d’une clarté absolue, la notion de détail est encore plus problématique en histoire, ce qui n’empêche pas de s’interroger sur son succès et sur sa vitalité. Car, quelle que soit sa nature, le détail en histoire se fait surtout remarquer par le mélange de suspicion, de mépris et, conjointement, de curiosité, et même de fascination, qu’il suscite. La question du détail est en effet au confluent de nombreuses polémiques sur ce que l’histoire doit être ou ne pas être, et, que l’on fasse son éloge ou son procès, le détail apparaît comme le repère (positif ou négatif) à partir duquel les historiens définissent leur conception de l’histoire.

2Le soupçon engendré par le détail tient au vertige fictionnel qui le hante. Soit une première scène empruntée à Tallemant des Réaux, un auteur dont on s’empressera de préciser qu’il est, en général, contrairement à la plupart des mémorialistes que nous évoquerons, jugé assez fiable et qu’il n’a pas, à notre connaissance, provoqué ces règlements de compte événementiels que les historiens positivistes du XIXe siècle ont fait subir à Retz ou à Saint-Simon. Au sujet de Retz lui-même, objet d’un chapitre des Historiettes qui n’est, comme souvent, qu’une succession d’anecdotes, Tallemant rapporte en effet, évoquant la myopie du grand mémorialiste qui a pu, aux yeux de certains critiques, servir d’emblème au genre tout entier des Mémoires, le trait suivant :

  • 2 Tallemant des Réaux, Historiettes, édition d’Antoine Adam, Paris, Gallimard (Pléiade), vol. II, 196 (...)

Il voyait fort aussi M. D’Esguilly, son parent, dont nous avons parlé ailleurs. Ce M. D’Esguilly n’avait guère de meilleurs yeux que lui, et on dit qu’un jour ils se cherchèrent un gros quart d’heure dans une grande cour sans pouvoir se rencontrer, et qu’il fallut à la fin que deux gentilshommes les prissent chacun par la main pour les faire joindre.2

3Ce texte est somme toute remarquablement pauvre en précisions aussi bien temporelles (« un jour ») que spatiales (« une grande cour ») ou personnelles (« deux gentilshommes », et c’est tout) : la cour, par exemple, n’est grande que pour qu’il soit vraisemblable que les deux hommes puissent s’y chercher, et Tallemant prend un minimum de risques et, même s’il ne résiste pas à l’exagération probable du « gros quart d’heure », restitue cette histoire de seconde ou de troisième main sans multiplier les détails concrets qui donneraient l’illusion mensongère d’un témoignage direct. Ces précautions n’empêchent pas l’anecdote de rester un peu suspecte. Mais les choses s’avèrent beaucoup plus problématiques dans le cas d’une anecdote rapportée par Saint-Simon, qui n’était pas non plus présent au moment des événements qu’il relate, et qui concerne l’officier général Bellegarde dont, remarque le mémorialiste, « on disait qu’il était impuissant » :

  • 3 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. II, p. 669.

Un beau matin, sa femme qui était une maîtresse commère, entre dans son cabinet suivie d’un petit garçon en jaquette. « Hé ! ma femme, lui dit-il, qu’est-ce que ce petit enfant ? – C’est votre ils, répond-elle résolument, que je vous amène, et qui est bien joli. – Comment, mon fils ! répliqua-t-il, vous savez bien que nous n’en avons point. – Et moi, reprit-elle, je sais bien que j’ai celui-là, et vous aussi ». Le pauvre homme, la voyant si résolue, se gratte la tête, fait ses réflexions assez courtes : « Bien, ma femme, lui dit-il ; point de bruit. Patience pour celui-là, mais sur parole que vous ne m’en ferez plus ».3

  • 4 J.-J. Rousseau, Confessions, édition de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, Paris, Gallimard (Pléia (...)

4On voit tout de suite que la précision concrète de la scène est beaucoup plus grande que dans le texte de Tallemant : cela passe par une série de détails, par exemple, vestimentaires (« en jaquette »), comportementaux (« résolument », « se gratte la tête ») ou évidemment discursifs par la restitution prétendue des propos des personnages en discours direct. Peu justifiables au regard de la vérité historique, ces détails semblent s’expliquer par un plaisir de raconter qui flirte avec la création romanesque et se soucie plus du succès de l’anecdote que de sa véracité. Bien entendu, ce type de détail est totalement absent de la plupart des œuvres historiques « sérieuses » telles qu’on les conçoit aujourd’hui, et ne se retrouve que dans les versions les plus triviales et les plus dédaignées par les « vrais » historiens de l’histoire romancée. Le procès du détail en histoire est donc en partie un procès de la tentation fictionnelle dont il est censé témoigner, et les mémorialistes, qui accumulent ce que Rousseau appelle dans ses Confessions des « ornements indifférents »4, sont régulièrement loués ou accusés, selon l’humeur et l’idéologie des critiques, d’écrire des « romans ».

  • 5 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. II, p. 696.
  • 6 Ibid., vol. IV, p. 79.
  • 7 Ibid., vol. IV, p. 89.
  • 8 Ibid., vol. II, p. 271.
  • 9 Voltaire, Correspondance, édition de Théodore Besterman, Paris, Gallimard (Pléiade), vol. I, 1963, (...)

5Mais le détail suscite aussi le mépris pour son insignifiance. Les historiens généreux en « détails » sont régulièrement accusés, quelle qu’en soit la nature, de s’attarder sur des bagatelles sans enjeu et de passer à côté de ce qui serait, au contraire, « essentiel » et permettrait la vraie compréhension du passé. Ce n’est plus la véracité du détail mais sa participation aux enjeux les plus nobles et les plus ambitieux de l’activité historiographique qui est en question, et les mémorialistes sont ici encore aux premières loges : si on leur a refusé le statut d’historien, c’est même souvent au nom de cette rage d’insignifiance qui semble animer même les plus grands d’entre eux. Au lieu de considérer d’un œil d’aigle les grandes mutations sociales et culturelles du règne de Louis XIV, comme tente déjà de le faire Voltaire, Saint-Simon nous inviterait à contempler le cul du duc de Vendôme en compagnie d’Alberoni5, à nous intéresser aux parties de chasse mortifères de Monseigneur6, aux têtes de lapin offertes par Huxelles à Mlle Choin pour faire indirectement sa cour au dauphin7, aux « traînées » scatologiques de la Princesse d’Harcourt8 ou à des minuties absurdes d’étiquette et de protocole sur des tabourets et autres bonnets. La compréhension du passé par l’historien suppose, en revanche, une distance intellectuelle, une hauteur de vue, dont le nez écrasé des mémorialistes sur la surface des bagatelles, anecdotes et autres trivialités croustillantes est l’envers absolu. Le mémorialiste est accusé de ne voir que des « détails » qui ne sont même pas rattachés à une quelconque totalité, d’empiler en myope les détails dans une succession elle-même insignifiante et purement additive, de réduire l’histoire à une collection de choses vues ou inventées qui ne serait pas portée par une vision signifiante du temps humain. Ce procès sera poussé au 20e siècle jusqu’à mettre en question toute histoire « événementielle » – l’événement « à hauteur d’homme » étant taxé d’insignifiance au nom, par exemple, de la distance extrême permettant d’envisager la longue durée. Mais il est déjà entamé à l’époque des Lumières par Pierre Bayle ou, plus nettement encore, par Voltaire. Il serait d’ailleurs bien difficile d’expliquer ce que ce dernier entend par « détail », mais le mépris aiché par le philosophe pour ce qui lui paraît manifestement indigne d’une histoire ambitieuse intrigue par son obstination et par sa virulence. Par exemple, dans une lettre à Dubos du 30 octobre 1738 où il est question du Siècle de Louis XIV en chantier, Voltaire, qui déclare vouloir écrire « l’histoire de l’esprit humain », oppose à l’insignifiance du détail une saisie en profondeur des grands mouvements historiques : « Malheur au détail : la postérité les néglige tous : c’est une vermine qui tue les grands ouvrages. Ce qui caractérise le siècle, ce qui a causé des révolutions, ce qui sera important dans cent années : c’est là ce que je veux écrire aujourd’hui »9.

  • 10 Voltaire, Œuvres historiques, édition de René Pomeau, Paris, Gallimard (Pléiade), 1957, p. 345.
  • 11 Ibid.
  • 12 Voltaire, Œuvres complètes, édition de Moland, vol. I, 1877, p. 276-77.
  • 13 C. Dornier et C. Poulouin éd., L’Histoire en miettes, Anecdotes et témoignages dans l’écriture de l (...)
  • 14 F. Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion (Champs), 1969, p. 12.

6Dans la grande « Préface historique et critique » de son Pierre le Grand, Voltaire confirme ce programme et ces réserves, opposant aux « nouvelles d’hier [qui] sont étouffées par celles d’aujourd’hui, qui vont l’être à leur tour par celles de demain » qui ont rempli, par exemple, le Journal d’un Dangeau qu’il méprise, aux « révolutions frappantes qui ont changé les mœurs et les lois des grands États »10. Il justifie ainsi une histoire qui laisse notamment de côté les aspects personnels de la vie du Tsar et certaines anecdotes pour s’intéresser surtout à la métamorphose « philosophique » de la Russie dont il a été selon lui le promoteur. Un peu plus loin, Voltaire fait l’éloge de la concision en histoire et raille, sans nommer l’auteur, « les Mémoires d’un abbé retiré quelques années en Espagne, où il n’a presque rien fait » et qui contiennent, ajoute-t-il, « huit tomes »11. On devine donc que ces Mémoires regorgent de « détails » que le véritable historien méprise et tient à l’écart de son texte, quand le mémorialiste s’attarde complaisamment sur tout ce dont il a été le témoin et qui aurait pu et dû, aux yeux de Voltaire, sombrer dans l’oubli. Si l’on ajoute que, à en croire la biographie de Condorcet, Voltaire avait prévu avant de mourir de réfuter en règle les Mémoires de Saint-Simon qu’il venait de lire12, la boucle est bouclée. Et les mémorialistes « myopes », englués dans le détail, incapables de prendre du recul et de considérer à distance les grands mouvements de l’histoire, ensevelis dans ce qu’un colloque récent a appelé ses « miettes »13, n’ont donc souvent été considérés que comme des fournisseurs de matière première pour les historiens dignes de ce nom encore à venir. Le procès fait par Voltaire au détail annonce celui, plus vigoureux encore, que lui fera Braudel : dans sa fameuse méditation sur les « temps de l’histoire », et lorsqu’il en vient au « temps court » de l’histoire « événementielle », Braudel invite son lecteur à se méfier de « cette histoire brûlante encore, telle que les contemporains l’ont sentie, décrite, vécue, au rythme de leur vie, brève comme la nôtre », qui a « la dimension de leurs colères, de leurs rêves et de leurs illusions »14. Braudel ne parle pas explicitement des mémorialistes, dont on voit toutefois qu’ils illustrent à la perfection ce qu’il appelle cette vision trop « insouciante » des « histoires de profondeur, de ces eaux vives sur lesquelles notre barque ile comme le plus dangereux des bateaux ». Au XXe siècle, la disparition presque totale du détail se réalisera dans les tendances les plus « statistiques » d’une histoire cherchant à capter, parfois sur plusieurs siècles, d’amples mutations invisibles aux yeux de ceux qui ne purent jamais être les « contemporains » de ce qui dépassait le cadre temporel étroit de leur vie. Le culte de la « longue durée » vise à dégager l’histoire de tout témoignage présent ou passé, à rendre l’histoire inaccessible à tout témoignage en ne laissant au témoin que ce « détail » que l’histoire considère avec suspicion, bref, à surmonter pour de bon l’insignifiance.

  • 15 Voltaire justifie longuement ce choix : « Les anecdotes sont un champ resserré où l’on glane après (...)
  • 16 Voir, par exemple, C. Ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siè (...)

7Mais cette ascèse qui mène l’histoire aux portes de l’abstraction peut-elle être totale ? N’y aurait-il pas chez les adversaires du « détail » une pente qui les y ramène irrésistiblement, comme pour les empêcher de désincarner l’histoire et les obliger à la remettre « à hauteur d’homme » ? C’est ici qu’interviennent cette curiosité, cette fascination évoquées plus haut. Voltaire peut bien officiellement mépriser les « détails », il est, en réalité, avide de « bagatelles », et on trouve dans son Siècle de Louis XIV quatre chapitres de « particularités et anecdotes » où s’entassent comme dans un espace protégé les « minuties » plus ou moins interdites ailleurs15. Quant au « retour au détail » de l’histoire actuelle, on l’a vu, avec Carlo Ginzburg notamment16, ne pas renoncer aux ambitions de Braudel : le fait le plus apparemment insignifiant, le plus local, peut devenir pour l’historien une voie d’accès aux perspectives les plus vertigineuses sur les temporalités les plus vastes. N’y aurait-il pas dans cette entreprise de quoi reconsidérer la fonction du détail chez les mémorialistes ?

  • 17 On mentionnera pour Saint-Simon les anthologies de Delphine de Garidel (Paris, GF Flammarion, 2001) (...)

8Aujourd’hui, alors même que la véracité historique des témoins de l’Ancien Régime ne fait illusion pour personne, les Mémoires gardent des lecteurs, et même en retrouvent, comme le montrent la réédition massive des textes dans la collection « Le Temps retrouvé », la multiplication des anthologies de textes de Saint-Simon, ou encore la publication intégrale récente des Mémoires de Retz dans une édition de poche17. On explique souvent ce succès par la qualité « littéraire » d’œuvres qui, à défaut d’être fiables, seraient merveilleusement écrites, mais cette explication paraît un peu courte : il semble, au contraire, que c’est bien le passé que les lecteurs de Mémoires cherchent dans leur lecture, et un passé qui ne ressemble pas à celui qu’ils pourraient trouver dans les œuvres historiques « sérieuses » d’aujourd’hui, parce qu’il n’est pas transformé en objet par une entreprise plus ou moins scientifique de compréhension. Ce n’est pas un objet que les Mémoires d’Ancien Régime permettent de retrouver : c’est un monde. Et les « détails » qui s’y entassent, qu’ils soient vrais ou faux, et quel que soit leur degré d’insignifiance, participent de manière essentielle à cette rencontre effective avec le passé que l’histoire « scientifique » et « objective » ne parvient jamais à produire.

  • 18 À vrai dire, le corpus des mémorialistes est si bariolé et hétéroclite qu’on ne voit pas pourquoi o (...)
  • 19 F. Wild, « L’anecdote comme vision du monde », C. Dornier et C. Poulouin éd., L’histoire en miettes(...)
  • 20 Ibid., p. 328.
  • 21 Mémoires de Madame de Staal-Delaunay sur la société française au temps de la Régence, édition de Gé (...)
  • 22 Sainte-Beuve, « Introduction » aux Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le s (...)

9Cela tient en partie à ce que le détail contribue, dans le discours des mémorialistes, à menacer l’unité de l’histoire et à inquiéter la recherche de sens. Tallemant, qui n’est pas habituellement considéré comme un mémorialiste18, donne le modèle le plus pur d’une histoire totalement éclatée dans la sphère de l’anecdotique : aucun récit continu qui viendrait donner un sens global, une perspective large, au discours historiographique, mais un fourmillement de portraits individuels et d’anecdotes s’y rapportant, dans un morcellement textuel et narratif qui ne pourrait guère être plus poussé. Cet historien, si c’en est un, ne fait en somme que juxtaposer une infinité de détails sans jamais paraître les intégrer dans une totalité qui leur donnerait un sens supérieur, et cette atomisation du discours semble restituer de manière idèle une réalité elle-même atomisée en individus et en moments particuliers irréductibles à toute saisie globale totalisante et signifiante. Pour cette raison, l’œuvre ne se présente en aucun cas comme un récit, plutôt comme une juxtaposition à l’infini de récits indépendants qui, dans leur multitude étourdissante, font surgir dans une perpétuelle rupture toutes sortes de figures qui habitent le discours comme elles habitaient le monde, les unes à côté des autres. Dans cette logique, les plus grandes actions des plus grands hommes sont racontées de la même manière que les plus insignifiantes pochades érotiques, et aucune hiérarchisation des faits ne vient donner de sens à la réalité : tout n’est que détail. Comme le dit Francine Wild, Tallemant « n’a pas et ne veut pas avoir de vision d’ensemble »19 : « son étonnement toujours renouvelé interdit à Tallemant de passer d’une collection de cas particuliers à un tableau d’ensemble »20. Chez Saint-Simon, l’impression de discontinuité est un peu moins forte pour plusieurs raisons : la plus importante est que, rivalisant avec la prolifération d’anecdotes sur le monde, se dessine à l’occasion un récit plus unitaire centré sur un « moi » presque totalement absent chez Tallemant, la perspective autobiographique venant donner un peu de cette unité absente de la perspective historiographique proprement dite, phénomène qui est beaucoup plus marqué chez Retz ou chez Mme de Staal-Delaunay21. Le choix d’un alignement assez rigoureusement chronologique des faits contribue aussi à donner à la chronique un sens au moins temporel et une certaine logique discursive. Malgré tout, ce qui domine, pour le lecteur de Saint-Simon, c’est bien la dissémination poétique de l’œuvre : presque autant que les Historiettes, les Mémoires de Saint-Simon laissent l’impression d’une juxtaposition infinie de récits pluriels, recentrant sans cesse le point de vue sur des personnages différents qui donnent leur éphémère unité à des récits de toutes dimensions qui finissent toujours par laisser leur place à d’autres, selon une logique que Balzac tentera d’imiter dans la Comédie humaine. C’est ce qui amène Sainte-Beuve à dire admirablement que, dans cette œuvre, « tout fourmille de vie », tant effectivement la profusion de vie « au détail » l’emporte au premier regard sur la cohésion d’ensemble22. À constater aussi qu’à cause de cela, toute époque qui n’aurait pas eu son Saint-Simon serait comme « décolorée » et ne pourrait s’offrir à nous de manière si intense, car il n’en resterait que la froide compréhension.

10Ici, deux conceptions de l’histoire s’opposent clairement : une histoire « compréhension » et une histoire visant à la résurrection concrète et quasiment hallucinatoire du passé dont la clé et l’âme seraient cette « vie au détail » qui se donne sans compter. C’est, bien sûr, cette vertu résurrective, pour utiliser un adjectif cher à Saint-Simon, qui latte encore le lecteur d’aujourd’hui, et c’est elle que revendiquent clairement les mémorialistes les plus profonds et les plus lucides. Ainsi de Saint-Simon déclarant dans la majestueuse préface de son œuvre que l’histoire « particulière », c'est-à-dire écrite par un contemporain des événements relatés, et précisément à hauteur d’homme :

  • 23 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. I, p. 6.

Étant moins vaste et se passant sous les yeux de l’auteur, doit être beaucoup plus étendue en détails et en circonstances, et avoir pour but de mettre son lecteur au milieu des acteurs de tout ce qu’il raconte, de sorte qu’il croie moins lire une histoire ou des mémoires, qu’être lui-même dans le secret de tout ce qui lui est représenté, et spectateur de tout ce qui est raconté.23

  • 24 Fénelon, Lettre à l’Académie française sur la grammaire, la rhétorique, la poétique et l’histoire, (...)
  • 25 Mémoires de l’abbé de Choisy, édition de Georges Mongrédien, Paris, Mercure de France (Le Temps ret (...)
  • 26 Ibid., p. 40.

11Il n’est donc pas surprenant que les mémorialistes se lancent souvent dans une véritable entreprise de défense et d’illustration du détail au sein d’une histoire clairement revendiquée comme telle, car le « détail » ne satisfait pas qu’une vile curiosité pour des bagatelles et permet de donner l’illusion de la présence réelle des individus et des milieux humains où ils ont vécu. Fénelon juge ainsi, dans les parties de sa Lettre à l’Académie française consacrées à l’histoire, qu’« une circonstance bien choisie, un mot bien rapporté, un geste qui a rapport au génie ou à l’humeur d’un homme, est un trait original et précieux dans l’histoire. Il nous met devant les yeux cet homme tout entier »24. Et l’abbé de Choisy, l’un des plus attachants mémorialistes de tout l’Ancien Régime, applique le programme, qui déclare fièrement à propos de Louis XIV ne pas vouloir « écrire la grande histoire de son règne »25 et se contenter des « particularités de la vie du roi », car « je suis persuadé qu’en parlant d’un si grand prince, il faut descendre scrupuleusement jusqu’aux moindres circonstances. C’est dans ces occasions que les plus petites choses deviennent grandes, et qu’on ne saurait jamais trop entrer dans le détail »26.

12Ainsi, les mémorialistes n’ont-ils pas besoin de lui donner du sens pour justifier le détail, qui semble pouvoir défendre sa propre cause sans se subordonner à un « tout » dont il serait le serviteur. Les détails peuvent s’accumuler à l’extrême sans jamais viser une quelconque totalité, et surtout sans jamais prétendre participer au sens de l’histoire ou à la dynamique signifiante du temps. Car si le détail menace le sens, il permet la survie d’un passé qui n’a après tout pas forcément plus de sens que le présent et s’offre dans la densité concrète du détail comme dans un atome éblouissant de vie. La seule totalité à laquelle ce détail semble vouloir se référer est celle, multiple et dissonante, d’un monde réel dont il semble conserver l’âme comme par une vertu magique. À ce point extrême de décomposition, le détail contribue à une désorganisation du discours par le « réel » et l’attention excessive que le mémorialiste voue au détail aurait pour conséquence positive – ce que ne voit pas Voltaire – la vivacité d’une représentation concrète du passé, et, pour limite, l’absence de perspective, de vision générale, de compréhension.

  • 27 Nous suivons Frédéric Charbonneau (Les silences de l’histoire, Presses universitaires de Laval, 200 (...)

13On peut toutefois explorer quelques lieux où, dans l’écriture mémoriale27, le détail et le tout s’articulent d’une autre manière et expriment une conception ou une vision de l’histoire de la part du mémorialiste : d’abord, lorsque le détail semble, malgré son insignifiance apparente, participer au processus historique ; ensuite, lorsqu’il fonctionne comme signe des grands mouvements de l’histoire, dans une logique qui n’est évidemment pas intellectualisée comme chez Carlo Ginzburg, mais partage avec la micro-histoire la vertu d’envisager le détail comme révélateur du « tout », le regard myope sur l’infiniment petit suscitant paradoxalement une vision surplombante et pénétrante de la totalité. Il s’agit bien, à nouveau, dans les deux cas, de comprendre et de faire jouer le détail dans une logique d’éclaircissement de l’histoire envisagée comme devenir global et signifiant.

  • 28 P. Hourcade, « Problématique de l’anecdote dans l’historiographie à l’âge classique », Littératures (...)
  • 29 La Rochefoucauld, Œuvres complètes, édition de L. Martin-Chauffier et J. Marchand, Paris, Gallimard (...)
  • 30 Voltaire, Mémoires, édition de Jean Goldzink, Paris, Garnier-Flammarion (Écrits autobiographiques), (...)
  • 31 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. V, p. 488.

14Caractéristique du premier mouvement est ce qu’on a appelé, souvent avec mépris, le goût des mémorialistes pour les « petites causes ». Les historiens du XIXe siècle se sont déchaînés contre ce goût pour le détail, qui va jusqu’à faire de bagatelles dérisoires les agents du processus historique. Mais, dès l’époque de Saint-Simon, cette tendance trouve ses critiques chez les partisans d’un certain rationalisme historique comme Pierre Bayle qui s’indigne, dans les Nouvelles de la république des lettres, des inventions romanesques fourmillant dans de prétendues œuvres d’histoire et de la valeur causale attribuée à des détails dérisoires. Mais, comme le remarque Philippe Hourcade, Montesquieu, à peu près à la même époque, partageait encore « avec nombre de contemporains le vieux système d’explication consistant à lier des raisons futiles ou mesquines aux grands effets, du genre le nez de Cléopâtre ou le verre d’eau de la reine Anne »28. La myopie des historiens, et surtout des mémorialistes, les amène à découvrir, dans quelques-uns de ces « riens » dont ils farcissent leurs œuvres, la clé du destin des nations. La Rochefoucauld, dans ses propres Mémoires, juge que « les moindres circonstances ont d’ordinaire trop de part aux plus importantes affaires »29, et il est évident qu’un Tallemant des Réaux regarde en permanence l’histoire au microscope des « petites causes ». On retrouve ce goût jusque dans les œuvres historiques les plus ambitieuses du contempteur oiciel des détails qu’est Voltaire, qui en fournit, par ailleurs, un inoubliable et ironique exemple dans ses propres Mémoires, parlant d’un « plat de champignons [qui] changea la destinée de l’Europe »30. Mais l’exemple archétypal est sur ce point fourni par Saint-Simon qui raconte à plusieurs reprises, dans ses Mémoires, mais aussi dans son Parallèle des trois premiers rois Bourbons, une extraordinaire anecdote relative à Louvois. Les caprices et la mesquinerie de Mme de Maintenon peuvent paraître les causes suffisantes de la révocation de l’Édit de Nantes et le goût excessif de Villars pour sa maîtresse, ou l’ineptie purement individuelle de Villeroi, engendrer des catastrophes nationales, mais la logique de la petite cause apparaît sous sa forme la plus pure dans cet épisode résumé par une formule choc : « La fenêtre de Trianon fit la guerre de 1688 »31 qui articule de manière fulgurante le détail (la fenêtre) et le tout (la guerre de 1688) dans une logique causale à la fois délirante et provocatrice, l’ironie n’étant évidemment pas plus absente chez Saint-Simon que chez Voltaire. À en croire Saint-Simon, Louvois, humilié par Louis XIV à propos d’une fenêtre jugée par le roi mal bâtie d’un château en construction, aurait décidé, pour se protéger des caprices du souverain, de déclencher une grande guerre. Saint-Simon, qui n’a évidemment pas assisté à cette scène probablement imaginaire, va jusqu’à attribuer à Louvois un petit discours direct fabriqué pour la circonstance, que le ministre aurait tenu à ses amis intimes :

  • 32 Ibid., p. 476.

« C’en est fait, leur dit-il, je suis perdu avec le Roi à la façon dont il vient de me traiter pour une fenêtre ? Je n’ai de ressources qu’une guerre qui le détourne de ses bâtiments et qui me rende nécessaire et par… ! il l’aura ». En effet peu de mois après il tint parole et, malgré le Roi et les autres puissances, il la [la guerre] rendit générale.32

  • 33 Éclatées dans la partie de la chronique qu’on trouvera dans les volumes VI et VII des Mémoires de S (...)

15Conspuée pour sa prétendue naïveté, cette vision de la causalité historique est pourtant chez Saint-Simon et, de manière plus diffuse et sans doute moins consciente, chez d’autres mémorialistes, adossée à une vraie pensée de l’histoire. Ce serait d’ailleurs une erreur que de voir dans cette conception une place exorbitante accordée aux décisions individuelles dans l’enchaînement des événements historiques : Saint-Simon ne croit évidemment pas que la « fenêtre de Trianon » est la seule cause de la guerre : sa connaissance approfondie des affaires internationales, qui l’a amené notamment à s’intéresser de très près aux Mémoires de Torcy et à en copier de larges parties dans ses propres Mémoires, en fait foi33. La « petite cause » n’est pas envisagée comme une cause suffisante, mais comme cet élément imprévisible et inouï qui, à partir d’une situation donnée, a produit ce qui était possible et même peut-être vraisemblable, mais pas certain. Elle illustre ce coefficient d’incertitude, Saint-Simon dirait de singularité, de l’histoire, qui fait qu’elle n’est pas soumise à des principes généraux, cet élément apparemment dérisoire qui a fait basculer l’histoire dans un sens qui ne pouvait être objet de prédictions. Sans parler proprement de « petite cause », et sans donner d’exemple, Saint-Simon expose avec une admirable netteté, dans la préface de ses Mémoires, la conception de l’histoire qui donne à cette logique sa dignité, et paraît un défi adressé à l’avance à toutes les conceptions de l’histoire qui, au XIXe siècle notamment, ont pu tenter de l’assujettir à des lois générales. L’auteur y distingue l’histoire des sciences et des arts, qui « ont un enchaînement de règles, des proportions, des gradations qui se suivent nécessairement, et qui ne sont, par conséquent, pas impossibles à trouver successivement par un esprit lumineux, solide et appliqué », à l’histoire qui « est d’un genre entièrement différent de toutes les autres connaissances » :

  • 34 Ibid., vol. I, p. 5.

Bien que tous les événements généraux et particuliers qui la composent soient cause l’un de l’autre, et que tout y soit lié ensemble par un enchaînement si singulier que la rupture d’un chaînon ferait manquer, ou pour le moins changer, l’événement qui le suit ; il est pourtant vrai qu’à la différence des arts, surtout des sciences, où un degré, une découverte, conduit à un autre certain, à l’exclusion de tout autre, nul événement général ou particulier historique n’annonce nécessairement ce qu’il causera, et fort souvent fera très raisonnablement présumer au contraire. Par conséquent, point de principes ni de clef, point d’éléments, de règle ni d’introduction qui, une fois bien compris par un esprit, pour lumineux, solide et appliqué qu’il soit, puisse le conduire de soi-même aux événements divers de l’histoire ; d’où résulte la nécessité d’un maître continuellement à son côté, qui conduise de fait en fait par un récit lié dont la lecture apprenne ce qui sans elle serait toujours nécessairement et absolument ignoré.34

  • 35 Ibid., vol. I, p. 158.

16Un peu plus loin, Saint-Simon parle des « riens apparents », qui ont mû les ressorts des événements qui ont eu le plus de suite « et qui en ont enfanté d’autres ». On ne s’étonnera donc pas de voir dans les Mémoires, outre les exemples déjà cités, le refus du prince d’Orange d’épouser une bâtarde de Louis XIV devenir l’origine de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, la mauvaise réception de Louville être celle de la chute de Gibraltar, ou, à un plus petit niveau, le talent pour le billard de Chamillart participer à son ascension future au rang de ministre principal : « Tant il est vrai que les affaires qui semblent parler et presser d’elles-mêmes, et en général toutes les grandes affaires, si on les recherche bien, il se trouvera que rien n’est plus léger que leur première cause, et toujours un intérêt très incapable, ce semble, de causer de tels effets »35.

  • 36 Cardinal de Retz, Mémoires, ouvr. cité., p. 558.
  • 37 Ibid., p. 715.

17Pour comprendre cette place extravagante du détail dans la causalité historique, il faut toutefois brièvement dévoiler encore un autre arrière-plan. Le cardinal de Retz, qui partage avec Saint-Simon une conception aristocratique de l’histoire, aiche à plusieurs reprises, dans ses Mémoires, un mépris pour des historiens de cabinet qui, parce qu’ils n’ont pas pris part aux grandes affaires, parce qu’ils ne font que « fabriquer du discours » sur ce que l’auteur appelle avec mépris leurs « cadrans de collège », ne produisent pas la vérité historique, mais un vraisemblable « bourgeois » qui n’est que le résultat évidemment méprisé du travail36. Le grand seigneur, lui, sait ou prétend savoir que l’histoire n’est pas logique, et que le vrai, dont le sang noble se croit détenteur, ne saurait être confondu avec le vraisemblable, les historiens rhéteurs ne produisant, en fait, pour Retz ou Saint-Simon, que des « fictions ». Or, Retz, tout comme Saint-Simon, juge que ce sont précisément ces « détails » qui font tout basculer dans un sens plutôt que dans un autre, que seul l’acteur de l’histoire peut révéler. La « petite cause » relève donc de cette part d’accidentel qui fait que l’histoire véritable ne peut être écrite que par un duc et pair ou par un cardinal grand seigneur, au nom de ce que Retz résume magnifiquement par la formule du « merveilleux historique »37. Le « détail », dans cette logique, devient donc le lieu de démarcation entre le vrai et le vraisemblable, entre une histoire « fabriquée » comme pur discours et une histoire en quête de vérité. Pour revenir à la formule de Saint-Simon, les « riens apparents » sont précisément ce qui échappe à l’historien « bourgeois », l’empêchant de saisir l’« enchaînement si singulier » de l’histoire, et le discréditant dans sa prétention à rendre compte du passé. À défaut de réhabiliter la notion de petite cause, qui est au cœur du mépris des historiens positivistes pour des mémorialistes « myopes » qui resteraient collés au détail et lui attribueraient une importance disproportionnée, on voit qu’on peut au moins chercher à comprendre la place qu’elle a pu tenir dans des conceptions de l’histoire également étrangères à l’érudition et à la philosophie.

18Pour Yves Coirault, le goût des petites causes serait caractéristique de la fixation de Saint-Simon sur le détail, qui relèverait d’une tendance générale au grossissement, la myopie du mémorialiste suscitant une fixation obsessionnelle sur un objet dérisoire, lui conférant une dimension fantastique et hallucinatoire. Tout naturellement, le critique retrouve alors l’image du détail dans un tableau :

  • 38 Y. Coirault, L’optique de Saint-Simon, Essai sur les formes de son imagination et de sa sensibilité (...)

L’image de cette fenêtre [la fenêtre de Trianon] qui, pour une vision frontale ou, si l’on préfère, rationnelle, figurerait tout au plus dans un coin du tableau, et finirait par disparaître aux yeux d’un historien plus éloigné, se fixe dans la mémoire, demeure au premier plan, et tend à passer au centre même du tableau.38

19Il semble, malgré tout, que plutôt qu’une vision personnelle qui expliquerait la poésie particulière des Mémoires de Saint-Simon, il faut voir ici un aspect fondamental d’une conception de l’histoire spécifiquement « aristocratique ».

  • 39 H. de Montherlant, Textes sous une Occupation, 1940-1944, Paris, Gallimard (Pléiade), 1981, p. 1506
  • 40 La société de cour, trad. P. Kamnitzer et J. Etoré, avec une préface de R. Chartier, Paris, Calmann (...)

20On gardera Saint-Simon comme exemple principal du dernier élément qui montre que le goût excessif des mémorialistes pour les détails mérite un effort de compréhension. Que n’a-t-on pas dit, surtout au XIXe siècle, sur la fixation ridicule de Saint-Simon sur les détails d’étiquette et de cérémonie, sur sa capacité à consacrer de nombreuses pages à un bonnet ou à un tabouret, à un siège rembourré ou à une manière d’opiner ! Montherlant, par exemple, prétend tout à la fois admirer le style du mémorialiste et pourfendre sa bêtise et sa petitesse, et refuse toute intelligence au mémorialiste jusqu’à prétendre que, dans les milliers de pages de ses Mémoires, il n’aurait pas « mis une pensée ». C’est ce qui, aux yeux de Montherlant, interdit de considérer Saint-Simon comme un historien, contrairement à « un Bossuet, un Voltaire, un Chateaubriand encore [qui], font l’histoire à leur manière, mais ils la font. Le Saint-Simon des Mémoires est dénué de vues, c’est un chroniqueur qui ne proportionne pas […] »39. L’engluement du duc dans les « vétilles » l’empêche d’accéder à une vraie vision de l’histoire comme totalité et à donner du sens à son déroulement. Sur le contresens consistant à voir dans la fixation de Saint-Simon sur les détails d’étiquette une bêtise, alors qu’elle fut partagée par toute l’aristocratie d’Ancien Régime, nous passerons rapidement en renvoyant à la fameuse étude de Norbert Elias sur La société de cour, qui a fait magistralement le point sur la question40. En revanche, sur celle du rapport entre détail et totalité, il est fascinant d’observer la place du détail dans ce qu’on pourrait appeler la « vision temporelle » d’un temps que le mémorialiste ressent comme régressif et négatif.

  • 41 R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. J. et M.-C. (...)
  • 42 K. Pomian, L’ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984.
  • 43 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire. Discours historiques et révolutions. XVIIe-XVIIIe siècles, (...)
  • 44 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité., vol. I, p. 15.
  • 45 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité., vol. V, p. 60.

21Chez Saint-Simon, s’exprime une conception négative et pessimiste du temps historique qui tranche avec les idées attribuées aux hommes les plus caractéristiques des Lumières. Certes, il n’y a pas, par exemple, chez Voltaire, l’idée claire d’une humanité progressant régulièrement vers un idéal, mais la raison se voit attribuer la charge de tenter de conduire les hommes vers un avenir meilleur. Mais, comme les travaux de Reinhardt Koselleck41, de Krzysztof Pomian42 ou de Jean-Marie Goulemot43 ont contribué à le montrer, les contemporains des philosophes sont nombreux à être très éloignés d’une représentation « positive » et « constructive » d’un temps orienté dans le bon sens. Certains d’entre eux, et Saint-Simon est l’un des hommes les plus éloquemment représentatifs de cette tendance, opposent à cette marche en avant énergique et passionnée la contemplation malheureuse d’un passé idéalisé et mythique, que l’histoire, agent de décomposition et de dégradation, aurait corrompu. Voltaire le sait d’ailleurs très bien, qui n’a cessé de fustiger les nostalgiques de tous les paradis perdus et de tous les âges d’or. Il se serait donc sans doute montré intraitable, s’il avait pu mener à bien son projet de commentaire critique des Mémoires de Saint-Simon, aussi bien pour leur pessimisme viscéral que pour leur complaisance pour l’anecdote et la bagatelle. Or, les deux s’articulent car, pour une part très importante, si Saint-Simon s’attarde inlassablement sur des « minuties », et s’en excuse parfois, ce n’est pas parce que cet être tourmenté, à la sensibilité « jansénisante », qui explique magnifiquement dans la préface de ses Mémoires qu’écrire l’histoire, c’est mettre sans cesse le lecteur en face « du rien de tout »44, serait superficiel ou imbécile, mais parce qu’il traque dans ces « insignifiances » la pente négative du temps qui le tourmente et emporte, selon lui, la France entière vers le chaos. L’exemple du bonnet est l’un des plus célèbres, et Saint-Simon a parfaitement conscience du fait que son lecteur pourrait s’agacer de le voir consacrer des dizaines de pages obsessionnelles à un détail d’étiquette dérisoire : « On est honteux de décrire ces misères, et ces petites inventions de distinctions et d’orgueil ; mais on décrit par là le caractère qui les fait imaginer »45. Mais le bonnet n’est qu’un échelon dans une longue histoire qui voit les parlementaires progressivement faire régresser le statut des ducs et pairs et élever « monstrueusement » le leur au Parlement. Un autre détail célèbre qui participe de cette funèbre procession de signes est le non moins fameux siège rembourré du premier président évoqué ainsi par Saint-Simon : « Il [Novion] voulut un petit trône, et pour cela se it rembourrer d’un pied et demi par-dessus le rembourrage ordinaire des bancs les six premières places les plus proches du roi ». Ensuite, Saint-Simon « dérape » en évoquant une multitude de signes, et en prophétisant ceux qu’ils annoncent :

  • 46 Ibid., p. 64.

Il y a des tringles et des machines, qui se tendent si subtilement sur le banc des présidents, qu’en un clin d’œil il se trouve sous un dais fleurdelisé, qui a un dossier et deux pentes pour les côtés, qui le déborde un peu par devant, et qui est un peu sur eux en berceau. Le banc n’a pas été rehaussé de rembourrage comme celui d’en haut. Cela viendra peut-être avec le temps, et alors ce banc deviendra un véritable trône un peu allongé […].46

  • 47 F. Raviez, Le duc de Saint-Simon et l’écriture du mal, une lecture démonologique des « Mémoires », (...)
  • 48 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. IV, p. 816. Saint-Simon fait la synthèse de ces « degrés ».
  • 49 Ibid., p. 20.
  • 50 Ibid., p. 825.
  • 51 Y. Coirault, L’optique de Saint-Simon, ouvr. cité, par exemple p. 273.

22Proposer un historique de ce type de détails, c’est donc montrer que l’histoire est irrésistiblement orientée vers une déchéance, vers une absence de tout ordre, une débâcle dont François Raviez a justement montré qu’elle avait pour Saint-Simon une connotation diabolique47. De la même manière, le mémorialiste énumère, dans un texte proprement ahurissant qui a souvent suscité l’hilarité ou l’indignation des commentateurs, cinquante-sept degrés numérotés et rigoureusement classés dans l’ordre chronologique qui ont permis aux bâtards de Louis XIV de s’arracher aux ténèbres où ils auraient dû, selon lui, rester, pour atteindre le statut « plein et entier » de princes du sang aptes à accéder à la couronne48. Tous ces détails d’étiquette sont pour lui autant de révélateurs d’un désastre qui s’écrit dans chacun d’entre eux et dans leur inexorable succession. Cet épouvantable récapitulatif, qui sent la folie et observe chaque lugubre détail avec un microscope de dément, vise à révéler une temporalité ténébreuse, globalement emportée vers le triomphe du mal et la décomposition programmée d’une hiérarchie à laquelle il confère un sens mystique. On voit dans le passage cité plus haut sur les grignotages de signes de pouvoir par les parlementaires comment fonctionne le regard de Saint-Simon : habitué à interpréter ces « degrés de plus ou de moins » dont il dit qu’ils sont ce qui est le plus cher aux hommes49, Saint-Simon isole avec une terrible intensité le détail apparemment insignifiant qui lui apparaît comme révélateur du déclin et, après coup, comme le lieu d’une révélation monstrueuse d’une totalité malade, d’une société toute entière emportée par une destruction de tout sens et de toute vérité. Lorsqu’il décrit, par exemple, la traversée du parquet par les bâtards, qui les égale aux princes du sang, ce détail du cérémonial prend dans son évocation une dimension cauchemardesque50. Si le détail acquiert chez Saint-Simon, comme le remarque Yves Coirault, une dimension fantastique, c’est parce qu’il sert de pivot entre une totalité « réelle » et une totalité imaginaire51. Les « minuties » de Saint-Simon sont donc moins le signe de son étroitesse d’esprit que le lieu où son esprit inquiet traque sans fin cette fuite vers l’abîme qu’est pour lui, en quelque sorte par essence, l’histoire.

  • 52 Voir par exemple les textes réunis dans : C. Ginzburg, À distance. Neuf essais sur le point de vue (...)
  • 53 Par exemple dans la « Préface » de son Histoire de France, édition de P. Viallaneix et P. Petitier, (...)

23Par la place encombrante qu’ils accordent au détail dans leurs conceptions de l’histoire, les mémorialistes peuvent intéresser les historiens d’aujourd’hui, ceux du moins qui ne restent pas figés dans des positions méprisantes et qui acceptent de voir dans ces pratiques et dans ces visions autre chose que les signes d’une infériorité épistémologique radicale. L’histoire scientifique semble parfois désormais accepter de s’envisager dans sa propre historicité et dans sa « discursivité », au lieu de viser un absolu de savoir qui s’opposerait sans cesse au non-savoir de l’histoire écrite par les hommes du passé. Les mémorialistes peuvent l’aider à repenser la place d’un détail peut-être trop vite méprisé dans ces « touts » qu’elle cherche à révéler ou à construire – par exemple, comme chez Carlo Ginzburg, en faisant converger les détails, les « anecdotes », vers une saisie de ces grands mouvements de fond de l’histoire qui donnaient à l’histoire braudelienne son altitude52 ; mais peut-être encore davantage, et cela reste à faire, en réussissant à concilier les exigences modernes de la recherche et la fonction de résurrection laissée à l’abandon. C’est ce qu’avait su viser un certain Michelet53.

Notes

1 Saint-Simon, Mémoires, édition établie par Yves Coirault, Paris, Gallimard (Pléiade), 1979-1983, vol. IV, p. 73.

2 Tallemant des Réaux, Historiettes, édition d’Antoine Adam, Paris, Gallimard (Pléiade), vol. II, 1961, p. 305.

3 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. II, p. 669.

4 J.-J. Rousseau, Confessions, édition de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, Paris, Gallimard (Pléiade), 1959, p. 5.

5 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. II, p. 696.

6 Ibid., vol. IV, p. 79.

7 Ibid., vol. IV, p. 89.

8 Ibid., vol. II, p. 271.

9 Voltaire, Correspondance, édition de Théodore Besterman, Paris, Gallimard (Pléiade), vol. I, 1963, p. 1181. Voltaire confirme dans Le Siècle de Louis XIV même : « Il ne faut pas qu’on s’attende à trouver ici les détails presque infinis des guerres entreprises dans ce siècle ; on est obligé de laisser aux annalistes le soin de ramasser avec exactitude tous ces petits faits, qui ne serviraient qu’à détourner la vue de l’objet principal » (Le Siècle de Louis XIV, édition de Jacqueline Hellegouarc’h et Sylvain Menant, Paris, Le Livre de Poche, 2005, p. 127).

10 Voltaire, Œuvres historiques, édition de René Pomeau, Paris, Gallimard (Pléiade), 1957, p. 345.

11 Ibid.

12 Voltaire, Œuvres complètes, édition de Moland, vol. I, 1877, p. 276-77.

13 C. Dornier et C. Poulouin éd., L’Histoire en miettes, Anecdotes et témoignages dans l’écriture de l’histoire (XVIe -XIXe siècle), Presses universitaires de Caen, 2004.

14 F. Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion (Champs), 1969, p. 12.

15 Voltaire justifie longuement ce choix : « Les anecdotes sont un champ resserré où l’on glane après la vaste moisson de l’histoire ; ce sont de petits détails longtemps cachés, et de là vient le nom d’anecdotes ; ils intéressent le public lorsqu’ils concernent des personnages illustres » (Œuvres historiques, ouvr. cité, p. 889). Et plus loin : « Louis XIV mit dans sa cour, comme dans son règne, tant d’éclat et de magnificence que les moindres détails de sa vie semblent intéresser la postérité, ainsi qu’ils étaient l’objet de la curiosité de toutes les cours de l’Europe et de tous les contemporains » (ibid., p. 890).

16 Voir, par exemple, C. Ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980.

17 On mentionnera pour Saint-Simon les anthologies de Delphine de Garidel (Paris, GF Flammarion, 2001) et de François Raviez (Paris, La Pochothèque, LGF, 2007). En ce qui concerne Retz, il s’agit de l’édition par Michel Pernot des Mémoires, Paris, Gallimard (Folio classique), 2003.

18 À vrai dire, le corpus des mémorialistes est si bariolé et hétéroclite qu’on ne voit pas pourquoi on n’y intégrerait pas ce sublime potinier.

19 F. Wild, « L’anecdote comme vision du monde », C. Dornier et C. Poulouin éd., L’histoire en miettes, ouvr. cité, p. 320.

20 Ibid., p. 328.

21 Mémoires de Madame de Staal-Delaunay sur la société française au temps de la Régence, édition de Gérard Doscot, Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 1970.

22 Sainte-Beuve, « Introduction » aux Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la Régence, collationnés par M. Chéruel, et précédés d’une notice par M. Sainte-Beuve, Paris, Hachette, 1856-1858, 20 volumes, p. IV.

23 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. I, p. 6.

24 Fénelon, Lettre à l’Académie française sur la grammaire, la rhétorique, la poétique et l’histoire, édition de M. A. Mazure, Paris, Librairie Classique d’Eugène Belin, 1879, p. 75.

25 Mémoires de l’abbé de Choisy, édition de Georges Mongrédien, Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 1966, p. 27.

26 Ibid., p. 40.

27 Nous suivons Frédéric Charbonneau (Les silences de l’histoire, Presses universitaires de Laval, 2002) et Damien Zanone (Écrire son temps, Les Mémoires en France de 1815 à 1848, Presses universitaires de Lyon, 2006) dans leur utilisation de cet « adjectif » pour renvoyer aux Mémoires.

28 P. Hourcade, « Problématique de l’anecdote dans l’historiographie à l’âge classique », Littératures classiques, n° 30, 1997, p. 81.

29 La Rochefoucauld, Œuvres complètes, édition de L. Martin-Chauffier et J. Marchand, Paris, Gallimard (Pléiade), p. 156.

30 Voltaire, Mémoires, édition de Jean Goldzink, Paris, Garnier-Flammarion (Écrits autobiographiques), 2006, p. 52.

31 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. V, p. 488.

32 Ibid., p. 476.

33 Éclatées dans la partie de la chronique qu’on trouvera dans les volumes VI et VII des Mémoires de Saint-Simon, ouvr. cité.

34 Ibid., vol. I, p. 5.

35 Ibid., vol. I, p. 158.

36 Cardinal de Retz, Mémoires, ouvr. cité., p. 558.

37 Ibid., p. 715.

38 Y. Coirault, L’optique de Saint-Simon, Essai sur les formes de son imagination et de sa sensibilité d’après les « Mémoires », Paris, Armand Colin, 1965, p. 273.

39 H. de Montherlant, Textes sous une Occupation, 1940-1944, Paris, Gallimard (Pléiade), 1981, p. 1506.

40 La société de cour, trad. P. Kamnitzer et J. Etoré, avec une préface de R. Chartier, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

41 R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. J. et M.-C. Hoock, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990.

42 K. Pomian, L’ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984.

43 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire. Discours historiques et révolutions. XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Albin Michel, 1996.

44 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité., vol. I, p. 15.

45 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité., vol. V, p. 60.

46 Ibid., p. 64.

47 F. Raviez, Le duc de Saint-Simon et l’écriture du mal, une lecture démonologique des « Mémoires », Paris, Honoré Champion, 2000.

48 Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, vol. IV, p. 816. Saint-Simon fait la synthèse de ces « degrés ».

49 Ibid., p. 20.

50 Ibid., p. 825.

51 Y. Coirault, L’optique de Saint-Simon, ouvr. cité, par exemple p. 273.

52 Voir par exemple les textes réunis dans : C. Ginzburg, À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, trad. P. -A. Fabre, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 2001.

53 Par exemple dans la « Préface » de son Histoire de France, édition de P. Viallaneix et P. Petitier, Sainte-Marguerite sur Mer, Éditions des Équateurs, 2008, vol. I, p. 7-36.

Auteur

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search