Desktop versionMobile Version

La mécanique du détail

 | 
Livio Belloï
, 
Maud Hagelstein

Première partie. Du lisible

Quand la forêt cache l’arbre : Iceberg de Fred Kassak

Marc Parayre

Volltext

  • 1 Un homme qui dort, Paris, Denoël (Les Lettres Nouvelles), 1967, p. 42.

Tu les relis soigneusement, sans sauter une ligne, comme si tu les avais totalement oubliés, comme si tu ne les avais jamais vraiment lus. Georges Perec1

1Des tailles de police à la ponctuation, en passant bien évidemment par le choix des mots, les variables capables d’affecter un texte imprimé sont nombreuses. Si infimes qu’elles puissent paraître, elles influent bien souvent sur le sens global du message au point qu’une ignorance ou une perception erronée de la part du lecteur sont susceptibles de modifier l’interprétation. Ces divers éléments, isolés par une découpe, mais néanmoins indissociables du tout auquel ils appartiennent, reçoivent habituellement l’appellation de « détail ». On peut noter que dans l’écrit, et en particulier dans l’écrit littéraire, des termes considérés comme synonymes sont parfois utilisés (surtout lorsque l’élément considéré a une certaine étendue) : passage, extrait, fragment, page, morceau choisi, etc., mais la constante que l’on peut observer, c’est que ces parties se déterminent toujours par rapport à l’ensemble qui les inclut. Il est ainsi possible d’affirmer qu’un détail, par définition, n’existe jamais de manière autonome.

  • 2 I. Banyai, Zoom, Paris, Circonflexe, 1995.
  • 3 D. Michals, Les choses sont bizarres (Things are Queer, 1973), cité dans J.-C. Fozza, A.-M. Garat e (...)

2Deux exemples similaires, issus d’autres disciplines, tirés l’un d’un album d’Istvan Banyai destiné à la jeunesse2, l’autre d’un montage photographique de Duane Michals3, pourraient mettre en relief cet aspect. Le premier montre successivement plusieurs objets comme l’indique la quatrième de couverture : « Gros plan : un coq. Zoom arrière : deux enfants dans une ferme. Nouveau zoom arrière : la ferme n’est qu’un jouet entre les mains d’un autre enfant… ». Le second, usant du même procédé de zoom arrière, propose une série de clichés. À chaque étape, le spectateur réalise que la photographie précédente, qu’il considérait jusqu’alors comme un tout, s’insère en fait dans un ensemble plus vaste. La photographie initiale, prise tout d’abord pour l’œuvre intégrale, perd ainsi son statut pour devenir un détail de la suivante.

3Si les approches sont parfois comparables, on sait cependant que la représentation iconique ne peut s’assimiler totalement à celle qu’organise un texte, notamment en ce qui concerne la perception du détail et celle de l’ensemble. Du fait de la linéarité de l’écrit, le lecteur est contraint de découvrir les détails progressivement, même s’il les dissout peu à peu dans la signification globale qu’il échafaude, alors que le spectateur appréhende d’emblée un tout et ce n’est qu’en abandonnant sa vision d’ensemble qu’il fera émerger tel ou tel détail. Jean Ricardou a naguère souligné cette opposition :

  • 4 J. Ricardou, Problèmes du nouveau roman, Paris, Seuil, 1967, p. 58-59.

Si différentes soient-elles, les images visuelle et mentale peuvent se déinir comme une synthèse immédiate en laquelle chaque détail perd son autonomie. La description, au contraire, est une constitution établie à l’aide d’éléments analytiques, une synthèse différée.4

4Notre ambition ici n’est pas de définir de manière exhaustive la notion de détail, tant celle-ci semble complexe, pour ne pas dire insaisissable, mais de proposer un certain nombre de réflexions sur quelques paramètres qui s’y attachent.

  • 5 Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Seuil (Points), 1982, p. 66.
  • 6 Pour ce type de texte soumis à une contrainte formelle, une référence à Perec s’imposait, ne serait (...)
  • 7 Projet de document d’accompagnement des programmes, Observation réfléchie de la langue, Cycle 3, ja (...)

5Notons tout d’abord que la nature et les dimensions du détail sont éminemment variables. En matière d’écrit, plusieurs éléments peuvent, en effet, retenir l’attention. Comme l’ont fait observer les chercheurs du groupe µ : « Le texte est aussi un objet et la lecture n’est pas une opération purement linguistique : celui qui prend connaissance d’un texte peut être impressionné non seulement par l’ordonnance des mots, mais aussi par le format et la couleur des caractères, le grain du papier, la mise en pages »5. On sait, par ailleurs, que l’unité minimale d’observation pourra être souvent inférieure au mot, qu’il s’agisse de syllabe, dans le cas de rimes, ou de lettre, dans le cas d’un écrit lipogrammatique, par exemple6. De même, les signes de ponctuation, déjà mentionnés, peuvent, en certaines occasions, s’ériger en détails particulièrement signifiants en ce qu’ils autorisent à choisir avec précision un sens plutôt qu’un autre. Dans un document resté malheureusement inédit, le ministère de l’Éducation nationale en fournissait une illustration : « Les signes de ponctuation peuvent […] quelquefois, éviter des confusions de sens : Joseph aime Marie Claude Robert. /Joseph aime Marie, Claude, Robert. /Joseph aime Marie ; Claude, Robert »7.

6En restant dans le domaine des détails permettant de lever des ambiguïtés, nous observons que parfois ils doivent se chercher dans un contexte élargi, à proximité ou non de l’énoncé problématique. Une phrase comme : « C’est le chien du voisin le plus agressif » offre deux hypothèses de lecture, se réduisant toutefois à une si on lit à la phrase suivante : « Quand il vous parle, il est toujours à la limite de l’insulte ». Ce qui est en revanche plus difficile à déterminer en pareil cas, c’est le ou les détails signifiants que retient le lecteur afin d’asseoir sa compréhension.

  • 8 D. Pennac, Comme un roman, Paris, Gallimard, 1992, p. 152. Notons cependant qu’un des autres droits (...)

7Remarquons ensuite que la notion de petitesse que nous venons de suggérer s’accompagne quelquefois de l’idée d’insignifiance. Le détail est alors réputé sans importance, banal, secondaire, anodin, voire inutile ou superflu. Le lecteur est donc poussé à l’ignorer délibérément, surtout s’il estime que l’accès à l’essentiel s’en trouve retardé. Cette revendication, « le droit de sauter des pages »8, a suffisamment été commentée, notamment par Barthes, pour que nous ne nous attardions pas davantage sur cette forme de lecture :

  • 9 R. Barthes, Le plaisir du texte, Paris, Seuil (Points), 1973, p. 20-21. Voir aussi J. -M. Adam, Le (...)

[…] [N]ous ne lisons pas tout avec la même intensité de lecture : un rythme s’établit, désinvolte, peu respectueux à l’égard de l’intégrité du texte ; l’avidité même de la connaissance nous entraîne à survoler ou à enjamber certains passages (pressentis « ennuyeux ») pour retrouver au plus vite les lieux brûlants de l’anecdote (qui sont toujours ses articulations : ce qui fait avancer le dévoilement de l’énigme ou du destin) : nous sautons impunément (personne ne nous voit) les descriptions, les explications, les considérations, les conversations […].9

8À l’inverse, il n’est pas impossible que le détail supplante tendanciellement l’ensemble, que l’arbre cache la forêt (pour rétablir dans sa forme initiale le proverbe maltraité dans notre titre). C’est sans doute le cas lorsqu’un fragment reste présent dans la mémoire collective alors que l’œuvre dont il est issu est oubliée, méconnue, voire ignorée. La phrase « Il faut cultiver son jardin », par exemple, n’est-elle pas communément citée par des personnes fort peu au fait de Candide et qui ne songent guère à la relier à l’œuvre de Voltaire ? Dans un autre domaine, nous aurions pu évoquer le monumental portail sculpté de l’université de Salamanque. Traditionnellement, tout nouveau venu est invité à y trouver un minuscule motif devenu légendaire : une grenouille surmontant une tête de mort, sans doute plus célèbre que l’ensemble de son support (on prétend en effet que sa découverte rend chanceux et permet de réussir aux examens). Le détail, ici, dans une certaine mesure, occulte le tout. À première vue, on pourrait penser que ces exemples contredisent en partie ce que nous avons affirmé au début, mais il faudrait se demander si, en pareils cas, les éléments mentionnés sont encore perçus comme des détails.

  • 10 Voir l’avant-propos du présent ouvrage.

9Soulignons enfin que l’importance du détail n’est pas nécessairement liée à sa dimension mais plutôt au rôle qu’on lui octroie, à la fonction qu’il remplit au sein de l’ensemble : « […] le détail, en tant qu’il peut être porteur d’un sens déterminant pour le tout auquel il appartient, fonctionne généralement comme un indice, une clé interprétative, passage obligé pour accéder à la signification générale de l’œuvre »10. Nous avons vu, en effet, avec certains exemples, que les détails représentaient souvent des carrefours où le sens était susceptible de bifurquer. Le lecteur exhausse ces fragments comme autant de nœuds de signification ainsi que le commente Perec :

  • 11 G. Perec, « Lire : esquisse socio-physiologique », Esprit, n° 453, janvier 1976, texte repris dans (...)

Je n’hésite pas à en tirer quelque chose qui pourrait être le point de départ d’une théorie du texte : lire, c’est d’abord extraire d’un texte des éléments signifiants, des miettes de sens, quelque chose comme des mots clés que l’on repère, que l’on compare, que l’on retrouve. […] ces mots clés peuvent être des mots (dans les romans policiers, par exemple ; plus encore dans les productions érotiques ou se voulant telles), mais peuvent aussi être des sonorités (des rimes), des modes de mise en page, des tournures de phrase, des particularités typographiques (par exemple la mise en italique de certains mots dans de trop nombreux textes de fiction, de critique, ou de critique-fiction, contemporains), voire des séquences narratives entières.11

  • 12 F. Kassak, Iceberg, dans Qui a peur d’Ed Garpo ?, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque, 1 (...)

10La seconde partie du présent article sera consacrée à l’étude d’un texte de Fred Kassak, auteur de romans policiers passé maître dans l’art de la chute et des rebondissements inattendus. Dans ce domaine, la nouvelle Iceberg s’avère particulièrement exemplaire et nous avons eu maintes fois l’occasion d’en vérifier l’efficacité sur des publics très variés12.

  • 13 Ibid., p. 14.

11L’histoire racontée paraît presque banale et correspond à un schéma souvent utilisé dans la littérature romanesque. Bernard, le narrateur, souhaiterait nouer des relations amoureuses avec une femme, Irène, mais ses projets sont contrariés par la présence de Georges, un personnage qui tient manifestement une grande place dans la vie de cette dernière. De ce fait, Bernard envisage de supprimer celui qu’il présente comme son rival et détaille son projet. Son plan échoue mais c’est l’occasion de découvrir l’identité de Georges lorsque Bernard imagine comment la presse aurait pu commenter l’événement : « Un jeune homme tente de supprimer un bébé de trois mois pour épouser la mère… »13.

  • 14 M. Descotes, J. Jordy, Bonnes nouvelles, Toulouse, Bertrand-Lacoste, 1997, p. 51-66.

12Comme le remarquent Michel Descotes et Jean Jordy, dans une analyse très convaincante de la nouvelle, « le texte, relativement long, est saturé d’éléments ambigus […] multitude de détails qui visent à engager le lecteur sur une fausse piste », mais tout l’intérêt de la stratégie mise en œuvre par Fred Kassak tient précisément dans le fait que même les lecteurs les plus chevronnés ne perçoivent pas, ou écartent, ces ambiguïtés, tant ils sont victimes de la logique apparente qui s’installe au fil des lignes14. Tout le texte est en effet composé pour tromper délibérément son lecteur et celui-ci contribue d’ailleurs involontairement à construire son propre piège en poussant l’interprétation de plusieurs détails dans un sens univoque qu’il croit être le bon. Cette attitude correspond assez bien aux remarques formulées par Jean Ricardou à propos d’une certaine démarche de lecture :

  • 15 J. Ricardou, « Dédoubler la recouverte », Texte en main, n° 5, Grenoble, L’Atelier du texte, printe (...)

Ce que, parfois à son insu, le lecteur souhaite lors de l’écrit, c’est qu’en tous points celui-ci défère aux diverses hypothèses qu’à son égard il a énoncées à partir de l’alentour […]. Ce que, souvent à son insu, le lecteur attend lors de l’écrit, c’est que de bout en bout celui-ci obéisse aux diverses conjectures qu’à son endroit il a établies à partir des singularités de ses lignes déjà lues.15

  • 16 Les réflexions suivantes de Jean-Michel Adam (ouvr. cité, p. 41) pourraient aisément servir de comm (...)
  • 17 G. Perec, Je me souviens, Paris, Hachette - POL, 1978, p. 80.

13Le lecteur prend cependant conscience de sa cécité avec la révélation finale. La chute inattendue le laisse décontenancé et perplexe, et le pousse de ce fait à une relecture, afin de déterminer s’il a été victime d’une déloyale supercherie – à tel endroit, le texte tricherait avec certaines informations – ou s’il a manqué d’attention en laissant passer un détail, en apparence anodin. Il va alors s’apercevoir que les détails signifiants qui semblaient conduire à l’élaboration d’un tout prévisible auquel il adhérait volontiers se révèlent polysémiques et correspondent en fait à un autre ensemble non moins recevable16. C’est un mécanisme comparable que nous pouvons observer dans une devinette rapportée par Perec puisque, pour trouver la solution, il s’agit de procéder à une redistribution des composants du message : « Je me souviens de la question : “Nabuchodonosor, écris-moi ça en deux lettres !” et de la réponse : “ça : c cédille, a” »17.

  • 18 Le LIRDEF (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique éducation et formation) EA 374 (...)
  • 19 Ce rythme et cette minutie correspondraient sans doute à la deuxième lecture évoquée par Barthes (o (...)

14Le laboratoire de recherche auquel nous appartenons s’efforce d’isoler et de définir un certain nombre de gestes professionnels chez les enseignants et en particulier ceux susceptibles de permettre un apprentissage de la lecture littéraire18. Par exemple, les gestes dits de « tissage » encouragent l’élève à construire des liens entre les savoirs dont il dispose, afin d’actualiser et de mettre à profit des connaissances qu’il pourrait croire éloignées de son objet d’étude. Ainsi, le repérage d’un type de texte spécifique ne manquera pas d’orienter sa stratégie lectorale et de faciliter sa compréhension. Or ici, on pourrait penser que cette démarche le conduit paradoxalement à une erreur de lecture. En effet, en rangeant la nouvelle dans le genre du récit policier, il en adopte les stéréotypes et se montre prêt à accepter le schéma traditionnel du personnage cherchant à éliminer un rival. Les détails de l’histoire paraissent d’ailleurs conforter cette hypothèse. Toutefois, la chute finale, en remettant en cause ce parcours, va faire que l’enseignant pourra convier à une nouvelle lecture, plus suspicieuse, nécessairement plus lente, plus attentive aux détails, et qui mettra à jour la polysémie du texte19. De la sorte, on met en place un nouveau tissage en invitant plus que jamais à se méfier d’une lecture univoque des textes littéraires.

  • 20 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 8.

15L’abondance des passages polysémiques destinés à berner le lecteur est telle qu’un relevé exhaustif s’avèrerait difficile et sans doute fastidieux ; nous nous contenterons donc de pointer quelques éléments parmi les plus significatifs. Dans tous les passages où le personnage de Georges est évoqué, tout laisse à penser qu’il s’agit d’un homme adulte. C’est, par exemple, ce que l’on comprend spontanément, sans doute, lorsqu’on lit : « Je me retiens de lui dire que si son Georges a besoin d’elle, il est bien capable de l’appeler tout seul », même si cette action est évidemment concevable pour un bébé, attirant l’attention par ses cris20. C’est vraisemblablement le cas encore avec cet énoncé : « J’aurais bien dû me douter que je n’étais pas le premier homme qu’elle rencontrait », puisqu’il y a toutes les chances que le lecteur fasse le lien entre le mot « homme » et Georges, cité dans la phrase précédente. Le lecteur est loin de se douter du sens subtilement grivois qui se cache derrière cette réflexion : si Georges est là, c’est bien la preuve qu’Irène a connu un homme. De même avec : « Il l’avait fait souffrir, mais tel qu’il était, elle l’aimait », on songe probablement plus à la souffrance morale qu’à l’évocation réaliste des douleurs de la parturiente (ibid., p. 10). S’il n’est guère surpris de trouver dans la bouche de Bernard des qualificatifs péjoratifs pour parler de son concurrent : « II aurait été beau encore ! Mais il était laid – une espèce d’avorton à moitié chauve » (ibid., p. 11), le lecteur peine à concevoir que ces termes puissent renvoyer à un bébé et ne repère pas un détail pourtant significatif confessé par Bernard : « Seuls les enfants m’agacent » (ibid., p. 6). Il oublie en outre qu’un avorton peut aussi désigner un prématuré et qu’un nouveau-né est généralement dépourvu de cheveux. En adoptant le point de vue du narrateur, le lecteur a tendance à se faire voyeur et à imaginer ce qui n’est pas dit explicitement, à le fantasmer, un peu à l’instar de ce qui est décrit dans cette scène : « Et maintenant, elle est allongée en face de moi dans la position approximative de l’“Olympia” de Manet, robe en plus, hélas ! Je la contemple sans me gêner beaucoup. Grâce à mes verres fumés, elle ne peut savoir si je la regarde ou non » (ibid., p. 8).

  • 21 E. Garrigues Boring, « A new ambiguous figure », American Journal of Psychology, 1930.

16Toute la difficulté de la mise en place d’un tel système repose sur la nécessité de ménager une cohérence interne pour chacun des différents niveaux. Pour garantir un bon fonctionnement du procédé, le doute ne doit s’installer chez le lecteur qu’à partir du moment où les deux sens possibles entrent en conflit et s’excluent respectivement l’un l’autre. Tel détail que l’on interprétait volontiers de telle manière ne pourra plus désormais se comprendre de la sorte. C’est un fonctionnement identique, à l’œuvre dans un célèbre tableau de Boring21 – tout à la fois dessin d’un visage de vieille femme et portrait d’une jeune personne –, qu’observe Nicholas Falletta dans l’ouvrage qu’il consacre aux figures ambiguës, trompe-l’œil ou problèmes de logique :

  • 22 N. Falletta, Le livre des paradoxes, Paris, Belfond, 1985, p. 17.

Ce portrait de la femme jeune-vieille, […] atteint son but en nous forçant à percevoir la figure comme la superposition de deux images nettement contrastées, superposition rendue possible par un tracé pertinent des lignes de façon à ce qu’elles fonctionnent dans deux contextes visuels différents. La signification de ces traits change selon notre regard.22

  • 23 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 12.
  • 24 J.-L. Dufays, Stéréotype et lecture, Liège, Mardaga (Philosophie et Langage), 1994.

17Le piège est d’autant plus efficace que le lecteur, comme nous l’avons souligné précédemment, au lieu de chercher un sens second, adopte naturellement celui qui lui semble le plus conforme à la situation. Ainsi dans la phrase suivante : « Georges pouvait venir aussi, naturellement ! Avec sa voiture ! », il assimile très certainement le mot « voiture » à un véhicule automobile et ne pense guère à un synonyme possible de « landau » ou « poussette »23. Jean-Louis Dufays étudie ce phénomène dans son approche des stéréotypes, en soulignant qu’ils « favorisent la production de l’illusion référentielle, contribuent à l’effet de vraisemblance et de réalisme, libèrent des significations conformes à la conception que le lecteur se fait du réel »24.

18Pour les mêmes raisons, le lecteur persiste dans son parcours erroné avec tous les moments où se développe l’image d’un couple et d’une relation amoureuse. Lorsqu’il lit : « Un homme qui, lui au moins, l’épouserait », il en conclut certainement que Georges ne l’a pas fait, alors qu’il s’agirait de comprendre que c’est le géniteur de ce dernier qui a refusé de se marier avec Irène (ibid., p. 11). Il y a même fort à parier, comme nous l’avons noté plus haut, que le lecteur, conforté dans sa logique, aura tendance à se substituer au narrateur pour compléter tel passage, apparemment inachevé :

Je pénètre à mon tour dans la villa et monte l’escalier. Je m’arrête devant la porte de leur chambre. Pas besoin de tendre l’oreille pour entendre le bruit des baisers à l’intérieur. C’est plus fort que moi, j’entre. Irène se lève vivement du lit en reboutonnant son corsage. Elle est devenue très rouge. Georges, qui est resté allongé, me regarde entrer sans piper.
— Vous auriez pu frapper, remarque Irène d’un ton pincé.
— Pardonnez-moi, dis-je, mais je ne pensais pas qu’à cette heure-ci, vous… (Ibid., p. 10)

  • 25 U. Eco, Lector in fabula [1979], Paris, LGF (Le Livre de Poche), 1999, p. 7.

19Une telle lecture s’apparente sans doute à celle que définit Umberto Eco : « L’activité coopérative qui amène le destinataire à tirer du texte ce que le texte ne dit pas mais qu’il présuppose, promet, implique ou implicite, à remplir les espaces vides »25.

  • 26 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 12.

20Cette collaboration peut même aller jusqu’à modifier le texte, en quelque sorte, en lisant ce qui n’est pas écrit. À maintes reprises, nous avons pu constater ce phénomène, notamment avec ce passage : « après avoir laissé galamment Irène me précéder, d’un coup sec du pied, je débloque la pédale du frein »26. Invités à rédiger l’article de journal dont il est question à la fin de la nouvelle – et que nous avions préalablement ôté avec le dénouement –, de nombreux lecteurs ont volontiers parlé d’un « frein à main », plus conforme sans doute à l’idée de la voiture qu’ils avaient conjecturée. Cela correspond à ce que Michaël Rifaterre nomme « la résistance naturelle du lecteur au texte » :

  • 27 M. Rifaterre, « L’explication des faits littéraires », L’enseignement de la littérature, Actes du C (...)

Le lecteur résiste de toutes les forces de son humeur personnelle, de ses tabous, de ses habitudes. Il résiste en rationalisant ; rationalisation qui ramène ce qu’on trouve d’étrange dans le texte au connu, au familier. L’explication des textes est vraiment une machine à dompter l’œuvre, à la désamorcer en la ramenant aux habitudes, à l’idéologie en cours, à la mythologie connue, au rassurant.27

21Il semble que l’on puisse distinguer trois phases dans la lecture que nous avons observée. Dans un premier temps, on remarque que les détails perdent leur valeur polysémique en ce qu’ils sont assujettis à un tout, au sens duquel ils sont tenus de correspondre.

  • 28 Nous entendons donner au terme « métatextuel » l’acception que lui attribue Bernard Magné : « l’ens (...)
  • 29 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 5.

22Ce sens global est ensuite brutalement remis en cause et un retour à l’examen des détails s’impose, à des fins de vérification. Mais, paradoxalement, le lecteur est alors victime d’un aveuglement de second degré puisque le sens nouveau, révélé par la chute, provoque l’effacement, ou du moins la mise à l’écart, d’autres détails du texte qu’il omet souvent d’examiner. Il s’agit notamment d’effets métatextuels28 qui renvoient au fonctionnement même du texte et qui en métaphorisent le procédé, comme dans le passage suivant : « Je n’aime pas que l’on me connaisse trop. Je préfère rester pour elle un iceberg : un cinquième visible et le reste immergé »29, ou dans celui-ci : « En règle générale, je n’aime pas qu’on me regarde : on commence par vous regarder, puis on vous examine et on finit par vous juger. Pas de ça avec moi » (ibid., p. 7).

23Ce dernier phénomène est encore plus flagrant avec des éléments qui paraissent à première vue plutôt fortuits, comme cette indication :

Je l’invitai à une exposition de peinture, un dimanche après-midi. Moi à une exposition de peinture ! Même pas une exposition de peinture, d’ailleurs. Des vitraux par Chagall, je crois, et qu’il fallait admirer dare-dare avant qu’on ne les expédie dans leur église de Jérusalem ou de je ne sais où. (Ibid., p. 9)

24Cette mention de Chagall pourrait sembler anecdotique mais elle prend ici une résonance toute particulière lorsqu’on sait que la commande passée par Israël à l’artiste exigeait, conformément à la loi mosaïque, qu’il ne représentât pas la figure humaine.

25De manière similaire, quand on lit : « Les vitraux de Chagall, moi, ça m’intéresse autant que les théories de Teilhard de Chardin », on songe à une des pensées les plus célèbres du philosophe soulignant une évolution morale chez les mammifères avec une affection marquée pour leur progéniture – réflexion qui s’érige alors en contrepoint ironique à notre histoire (ibid., p. 9).

26Ces quelques considérations nous poussent à poser une question un rien insolite : qui est finalement coupable ? Iceberg relate en effet une tentative de meurtre, mais la machination ne parvient pas à son terme et le bébé n’est pas supprimé. En revanche, lorsque le montage textuel fonctionne, le lecteur, pour sa part, élimine incontestablement ce bébé, puisque, pendant au moins trois pages, il lui refuse obstinément toute existence. Voilà en somme ce à quoi l’a conduit son manque d’attention pour les détails.

*

27On observe dans Iceberg une sorte de renversement de la construction habituelle du sens dans l’écrit. Si, habituellement, la mise en corrélation de plusieurs détails contribue à livrer la signification de l’ensemble – le sens des différentes composantes visant à construire le sens général –, dans ce texte, au contraire, c’est la découverte de la véritable signification de l’ensemble qui contraint à repenser le sens de chaque détail. Nous espérons avoir montré que l’examen des détails peut donc permettre tout à la fois l’édification globale d’un sens et la remise en cause de cette organisation générale. Le détail, en cela, est incontestablement un révélateur de la dimension polysémique du texte. Il invite le lecteur à douter, dans un processus comparable à celui qu’analysait Catherine Kerbrat-Orecchioni à propos des tropes :

  • 30 C. Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, Paris, Armand Colin (Linguistique), 1986, p. 124-125.

Mais pourquoi donc, finalement, n’est-on pas dupe du trope ? Pourquoi vat-on chercher, au prix d’un surplus de travail interprétatif, un sens dérivé caché sous le sens apparent ? Le problème se pose pour tous les tropes, et la réponse générale est la même pour tous : si l’on ne reçoit pas comme vrai le sens littéral, c’est tout bonnement qu’il n’est pas recevable ; c’est que certains indices viennent bloquer son fonctionnement dénotatif, et déclencher la quête d’un sens second.30

28De ce point de vue, certains fragments, dans un dispositif de mise en abyme, peuvent passer pour emblématiques de l’ensemble, avec, en somme, une valeur de synecdoque. C’est sans doute la raison pour laquelle des critiques ont pu affirmer qu’un condensé extrême de À la recherche du temps perdu se laissait découvrir si l’on assemblait le début de l’incipit : « Longtemps, je me suis couché… » avec les derniers mots de l’œuvre « dans le Temps », soulignant par là même le projet du narrateur… tôt alité.

Anmerkungen

1 Un homme qui dort, Paris, Denoël (Les Lettres Nouvelles), 1967, p. 42.

2 I. Banyai, Zoom, Paris, Circonflexe, 1995.

3 D. Michals, Les choses sont bizarres (Things are Queer, 1973), cité dans J.-C. Fozza, A.-M. Garat et F. Parfait, Petite Fabrique de l’image, Paris, Magnard, 1990, p. 84.

4 J. Ricardou, Problèmes du nouveau roman, Paris, Seuil, 1967, p. 58-59.

5 Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Seuil (Points), 1982, p. 66.

6 Pour ce type de texte soumis à une contrainte formelle, une référence à Perec s’imposait, ne serait-ce qu’à titre d’hommage. Comme nous sollicitons ailleurs le célèbre incipit de Proust : « Longtemps, je me suis couché de bonne heure », nous en profitons pour citer ici une transposition sans-e, qui n’est cependant pas issue de La Disparition : « Durant un grand laps l’on m’alita tôt ». Voir G. Perec, « 35 variations sur un thème de Marcel Proust », Le Magazine littéraire, n° 94, novembre 1974, p. 22.

7 Projet de document d’accompagnement des programmes, Observation réfléchie de la langue, Cycle 3, janvier 2005, p. 34.

8 D. Pennac, Comme un roman, Paris, Gallimard, 1992, p. 152. Notons cependant qu’un des autres droits évoqués par l’auteur, « le droit de grappiller », correspondrait plutôt à une quête patiente (p. 169). Voir aussi P. Bayard, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Minuit (Paradoxe), 2007, p. 14 : « L’obligation de tout lire. S’il est mal vu de ne pas lire, il l’est presque autant de lire vite ou de parcourir ».

9 R. Barthes, Le plaisir du texte, Paris, Seuil (Points), 1973, p. 20-21. Voir aussi J. -M. Adam, Le texte narratif, Paris, Nathan (Nathan Université), Linguistique française, 1985, p. 112 : « Une observation naïve du mécanisme de lecture suit à localiser un aspect essentiel de la question : aucun récit n’est lu d’un bout à l’autre et par le même lecteur […] au même rythme. […] Ceci définit un régime propre au discours narratif, où domine l’analyse séquentielle (les articulations de l’anecdote) et où semblent pouvoir être oubliés les mots et le travail de la langue. Même si une telle lecture triche […], elle n’en est pas moins toujours possible ».

10 Voir l’avant-propos du présent ouvrage.

11 G. Perec, « Lire : esquisse socio-physiologique », Esprit, n° 453, janvier 1976, texte repris dans Penser/Classer, Paris, Hachette (Textes du XXe siècle), 1985, p. 113.

12 F. Kassak, Iceberg, dans Qui a peur d’Ed Garpo ?, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque, 1995, p. 5-14. Nous invitons les personnes qui ne connaîtraient pas ce texte à le découvrir avant de lire notre commentaire.

13 Ibid., p. 14.

14 M. Descotes, J. Jordy, Bonnes nouvelles, Toulouse, Bertrand-Lacoste, 1997, p. 51-66.

15 J. Ricardou, « Dédoubler la recouverte », Texte en main, n° 5, Grenoble, L’Atelier du texte, printemps 1986, p. 93-94.

16 Les réflexions suivantes de Jean-Michel Adam (ouvr. cité, p. 41) pourraient aisément servir de commentaire à ce premier parcours de lecture : « Lire, c’est suivre les instructions d’un texte. C’est aussi, en amont, établir des relations entre des connaissances préalables et une expérience nouvelle et, en aval, anticiper sur la base d’un savoir, pour vérifier ensuite pas à pas des hypothèses ».

17 G. Perec, Je me souviens, Paris, Hachette - POL, 1978, p. 80.

18 Le LIRDEF (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique éducation et formation) EA 3749, UM2, IUFM de l’académie de Montpellier. Pour une description plus précise des travaux, voir D. Bucheton et O. Dezutter éd., Le développement des gestes professionnels dans l’enseignement du français, Montpellier, Université Paul Valéry, 2005 ; rééd. : Bruxelles, De Boeck, octobre 2008.

19 Ce rythme et cette minutie correspondraient sans doute à la deuxième lecture évoquée par Barthes (ouvr. cité, p. 22-23) : « Deux régimes de lecture : l’une va droit aux articulations de l’anecdote, elle considère l’étendue du texte, ignore les jeux de langage […] ; l’autre lecture ne passe rien ; elle pèse, colle au texte, elle lit, si l’on peut dire, avec application et emportement, saisit en chaque point du texte l’asyndète qui coupe les langages – et non l’anecdote : ce n’est pas l’extension (logique) qui la captive, l’effeuillement des vérités, mais le feuilleté de la signifiance […] ». Ou encore à ce que Jean-Pierre Richard nomme « microlecture » : « La lecture n’y est plus de l’ordre d’un parcours, ni d’un survol : elle relève plutôt d’une insistance, d’une lenteur, d’un vœu de myopie. Elle fait confiance au détail, ce grain du texte » (J.-P. Richard, Microlectures, Paris, Seuil (Poétique), 1979, p. 7).

20 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 8.

21 E. Garrigues Boring, « A new ambiguous figure », American Journal of Psychology, 1930.

22 N. Falletta, Le livre des paradoxes, Paris, Belfond, 1985, p. 17.

23 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 12.

24 J.-L. Dufays, Stéréotype et lecture, Liège, Mardaga (Philosophie et Langage), 1994.

25 U. Eco, Lector in fabula [1979], Paris, LGF (Le Livre de Poche), 1999, p. 7.

26 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 12.

27 M. Rifaterre, « L’explication des faits littéraires », L’enseignement de la littérature, Actes du Colloque de Cerisy (juillet 69), Bruxelles, A. de Bœck, Duculot, 1981, p. 147.

28 Nous entendons donner au terme « métatextuel » l’acception que lui attribue Bernard Magné : « l’ensemble des dispositifs par lesquels un texte désigne, soit par dénotation, soit par connotation, les mécanismes qui le produisent » (« Le puzzle mode d’emploi. Petite propédeutique à une lecture métatextuelle de La Vie mode d’emploi, de Georges Perec », Texte, n° 1, Toronto, 1982, p. 71).

29 F. Kassak, Iceberg, ouvr. cité, p. 5.

30 C. Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, Paris, Armand Colin (Linguistique), 1986, p. 124-125.

© ENS Éditions, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search