Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Giscard d’Estaing V., 2003, La Constitution pour l’Europe, Paris, Albin Michel - Fondation Robert (...)

1Dans son ouverture cet ouvrage plaçait au cœur de la réflexion sur le territoire de l’Europe les termes différence, diversité, et dans leur sillage identité. Ils trouvent un écho exceptionnel dans les réflexions et les discussions engagées sur la Constitution européenne1. Mots inscrits dans nos expériences individuelles et collectives, à la fois armatures et pierres d’achoppement de toutes nos constructions politiques et territoriales, ces notions ont aujourd’hui envahi le champ de la réflexion des politiques ; elles dérangent en profondeur les catégories de pensée et d’action du monde économique du tournant du XXIe siècle, et elles sont un peu devenues des lieux communs. Ces notions sont aussi les barres fragiles auxquelles s’agrippent les laissés-pour-compte des grands changements du monde. Elles ont donc toute leur place dans une méditation sur la construction d’un territoire européen.

2Les hypothèses introductives concernant la différence se sont vérifiées au fil de l’ouvrage. La pente spontanée est chaque fois de penser ces différences éternelles, de glisser aisément de la diversité à la différence, de faire de l’autre, personne ou territoire, moins un semblable, suffisamment différent pour que le commerce avec lui ait un sens, qu’un inconnu, un sauvage ou, dans le meilleur des cas, un étranger. Mais que de terres inconnues, étrangères, ennemies n’avons-nous pas un jour collectivement identifiées à nos portes, ne les reconnaissant plus comme telles par la suite ! Les travaux sur les mémoires territoriales proposés dans cet ouvrage ont ouvert de nouvelles perspectives. Il apparaît au fil des pages que les représentations construites des différences, qui président à l’action collective, se jouent davantage sur des dynamiques mémorielles que sur des mémoires construites une fois pour toutes. De telles dynamiques ont cette particularité de se remodeler au fil du temps comme l’ont souligné à la fois Étienne François, Anne-Marie Le Gloannec, ou encore Béatrice von Hirschhausen et Octavian Groza, appuyant pourtant leur démonstration sur des corpus d’analyses on ne peut plus différents.

3Le présent influence la lecture du passé en fonction du projet d’avenir. Le contexte dans lequel s’opère l’élaboration du futur et la conception que l’on s’en fait guident la manière dont on mobilise les traces du passé. Dans ces traces, les auteurs repèrent les forces potentielles dans lesquelles des imaginations créatrices puisent pour construire différents futurs possibles. Les analyses fines des mises en œuvre des réformes administratives territoriales, que les pays de l’Europe centre-orientale ont engagées dès les années 90, sont de bons exemples de la mobilisation de ces mémoires de l’espace, plurielles, parfois contradictoires, et dans lesquelles des tris sont apparus, d’autant plus clairs que les projets politico-territoriaux étaient fermes.

4L’ouvrage a restitué toute sa plénitude à la diversité : diversité des lieux et des territoires, diversité des mémoires et des lectures des territoires, diversité des représentations que chacun est appelé à en faire. Les très nombreux processus de différenciation qui, souvent en interférence, recombinent des structures aux temporalités variées, relativisent la fixité des différences. Ils contredisent les représentations des différences enfermées dans une vision essentialiste. Qu’il s’agisse de la production de territorialités par le façonnement de maillages administratifs en Europe de l’Est, ou de l’individualisation des deux Belgiques wallonne et flamande, ou encore des rapports complexes d’Athènes et des territoires dans la construction moderne de la Grèce ; que ce soient les effets des politiques égalitaristes en Suède qui refabriquent de la différence là où on ne l’attendait pas et parfois, même, là où on ne la voulait pas, toutes les analyses mettent l’accent sur des forces conjointes de différenciation et d’agrégation. Les entrées par la diversité et par la différenciation ne sont donc ni de pure forme ni de pure mode.

5Les cadres et les perspectives de l’Union européenne sont à l’arrière-plan de l’ensemble de l’ouvrage. En évoquant différences et différenciations, les différentes contributions de cet ouvrage ont retrouvé au cœur de la plupart de leurs interrogations le poids des inquiétudes identitaires. Ces dernières renvoient aux chances et aux risques d’une telle construction commune, aux investissements que chacun est prêt à engager autour d’un projet qui rapproche et intègre tout en renouvelant les diversités. Penser en termes de différenciations oriente vers une lecture en termes d’identités plurielles. Les objectifs communs qui fondent l’Union européenne ont toutes chances d’être partagés par le plus grand nombre – citoyens, régions, États –, si chacun est assuré d’être reconnu dans ses identités. Une telle vision, celle d’identités multiples, donne plus de force à une construction de l’Union européenne inévitablement inscrite dans les réseaux de la mondialisation.

Notes

1 Giscard d’Estaing V., 2003, La Constitution pour l’Europe, Paris, Albin Michel - Fondation Robert Schuman, 396 pages.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540