Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 5. La centralité, principe intégrateur des diversités territoriales

Berlin et la question de la centralité culturelle en Allemagne

Berlin and the Issue of Cultural Centrality in Germany

Boris Grésillon

Résumé

Since political and cultural central functions are intimately interrelated, Berlin got a new prominent cultural status in Germany when it recovered its role of capital city. In Berlin, the recovered cultural centrality is a cause of differentiation, and even of exception in a deeply federal country. Yet, it also disturbs the local cultural landscape. The federal and polycentric German model, perfectly carried out in cultural life, may be reconsidered and transformed in favour of a more centralised and hierarchic system with Berlin at its head. Beyond the issue of Berlin as a cultural main city, the opposition between federalism and centralising trends is highlighted.

Texte intégral

1Berlin est redevenue capitale politique de l’Allemagne depuis 1991, ce qui a engendré et continue d’engendrer le transfert géographique de tout un appareil d’État à l’intérieur d’un pays lui-même remodelé dans ses frontières intérieures. Cet événement majeur dans l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe change aussi la donne culturelle. Les fonctions centrales politiques et culturelles étant intimement liées, il est clair que le fait que Berlin redevient capitale politique de l’Allemagne lui confère un nouveau poids, et de nouvelles prétentions en matière culturelle. C’est précisément là qu’on touche à la problématique de la différence, qui servira de fil directeur à cette contribution. À Berlin, la centralité culturelle reconquise est facteur de différence, voire d’exception dans un pays au fonctionnement éminemment fédéral. Mais elle est également facteur de troubles dans le paysage culturel local.

2Berlin représente ainsi en ce début de siècle un triple enjeu : politique, économique et culturel, ce dernier n’étant pas le moindre. Quelles seront les conséquences, sur le paysage culturel berlinois, de l’installation des instances politiques dans la capitale ? Le personnel, les structures, le mode de fonctionnement, voire la ligne artistique des établissements culturels berlinois s’en trouveront-ils transformés ? Le modèle fédéral et polycentrique allemand, qui trouve son accomplissement sur le terrain culturel, sera-t-il remis en cause au profit d’un système plus centralisé et hiérarchisé, avec Berlin à sa tête ? À travers l’enjeu de Berlin capitale culturelle se profile plus généralement la question du rapport de force entre fédéralisme et tendances centralisatrices. Depuis l’automne 1998, l’Allemagne a à sa tête un nouveau chancelier, Gerhard Schröder, et un nouveau gouvernement qui, pour la première fois, compte dans ses rangs un ministre de la Culture. La création d’un ministère de la Culture constitue sans conteste un événement majeur dans un État fédéral où la culture demeurait jusqu’à nouvel ordre la chasse gardée des Länder. Quelles en seront les conséquences pour la capitale, Berlin, et son paysage culturel si particulier ?

3La nouvelle donne politique engendre une nouvelle donne culturelle, qui est perceptible à deux échelles d’analyse : d’une part à l’échelle nationale et internationale pour ce qui est du nouveau statut de Berlin métropole culturelle en Allemagne, d’autre part à l’échelle régionale et locale en ce qui concerne la recomposition du paysage culturel berlinois. Tels sont les deux points principaux qu’on abordera avant de proposer, en conclusion, une lecture de la trajectoire culturelle berlinoise à la lumière de la problématique de la différence.

1. L’Allemagne et la culture

Kultur ist Ländersache (la culture est l’affaire des Länder)

4À la différence de son voisin français, l’Allemagne ne constitue pas, loin s’en faut, un État culturel au sens où l’entend Marc Fumaroli (1992). La compétence en matière culturelle relève pour l’essentiel des Länder et des communes. Selon une expression couramment employée de l’autre côté du Rhin, Kultur ist Ländersache, autrement dit la culture est l’affaire des régions. La compétence en matière culturelle s’avère du ressort des régions et des communes. Jusqu’à la formation du gouvernement de Gerhard Schröder en octobre 1998, l’Allemagne était même l’un des rares pays d’Europe à ne pas disposer d’un ministère de la Culture, les affaires culturelles centrales étant administrées directement par le ministère de l’Intérieur.

5L’unification des deux Allemagnes en 1990 introduit une petite brèche constitutionnelle dans ces principes fédéralistes scrupuleux. L’article 35 du traité d’unification donne ainsi à l’État les moyens constitutionnels d’intervenir dans les affaires culturelles du pays, ce qui permettra de sauver les institutions culturelles est-allemandes. Pour résumer la situation en vigueur de 1990 à 1998, l’État fédéral ne finance que les institutions culturelles à caractère national – par exemple à Berlin la Fondation des musées de Prusse (Stiftung preußischer Kulturbesitz )– ou bien, grâce au paragraphe 35, il aide certaines institutions ponctuellement. Hormis ces deux exceptions, les Länder demeurent les acteurs principaux de la culture, initiateurs de la politique et de l’activité culturelles et bailleurs de fonds.

Vers une nouvelle donne culturelle ?

6Avec la nomination inédite d’un ministre fédéral aux Affaires culturelles, la question se pose de savoir comment concilier la compétence des Länder en matière culturelle, garantie par la Constitution, avec les prérogatives d’un ministère fédéral à la Culture. En clair, comment concilier principe fédéral strictement appliqué pendant cinquante ans et velléités apparemment centralisatrices du nouveau gouvernement ?

  • 1 « Unter Wahrung der Kulturhoheit der Länder wird die Bundesregierung die kulturpolitischen Zuständi (...)

7Le traité de coalition corédigé par le SPD et les Verts, vainqueurs des élections législatives de 1998, apporte un début de réponse : le principe de compétence des Länder en matière culturelle étant préservé, le gouvernement fédéral concentrera les responsabilités et compétences culturelles de son ressort en la personne d’un ministre d’État aux Affaires culturelles auprès de la chancellerie1.

8Par conséquent, la prééminence des Länder est réaffirmée d’emblée, mais le gouvernement entend bien se donner les moyens d’intervenir de façon plus efficace dans ses propres affaires culturelles (par exemple la gestion du patrimoine national, la fixation du prix du livre et des taxes diverses, le financement des fondations et musées nationaux…). Il crée pour cela un poste de ministre de la Culture, non pas autonome mais rattaché à la chancellerie, et doté d’un budget annuel de 1,5 milliard d’euros. D’après le traité de coalition cité ci-dessus, la tâche du ministre de la Culture est double. Le ministre doit être, d’une part, « l’interlocuteur principal et l’instigateur de la politique culturelle de l’État fédéral », et d’autre part, « le représentant de la culture allemande sur la scène internationale, et notamment européenne ». Concrètement, il doit à la fois coordonner la politique culturelle de l’État fédéral et servir d’interlocuteur principal vis-à-vis des Länder, sans empiéter sur leur domaine. Par ailleurs, il représente l’Allemagne sur la scène culturelle internationale, ce qui constitue un changement important. La première puissance économique européenne est désormais – enfin ! – identifiée sur le plan culturel et représentée par le biais de son ministre, chargé, entre autres, de nouer des contacts avec ses partenaires européens ou, plus trivialement, de défendre les intérêts culturels de son pays lors des conférences des ministres de la Culture européens.

2. Berlin capitale culturelle, ou la différence institutionnalisée

9Avant d’examiner le débat politique proprement berlinois et la position adoptée par le ministre de la Culture à l’égard de la capitale, il est nécessaire de présenter brièvement le paysage culturel de la capitale, sa diversité et son mode de financement.

Le paysage culturel berlinois au début du XXIe siècle

10Le paysage culturel berlinois présente une richesse et une variété incomparables, notamment en ce qui concerne les arts du spectacle (théâtre, danse, opéra). Du fait d’une histoire culturelle particulière et mouvementée – âge d’or culturel des années 20, période de division de la ville de 1949 à 1989 où chaque partie, Berlin-Est et Berlin-Ouest, se dote d’équipements culturels dignes d’une capitale –, la métropole des bords de la Spree jouit aujourd’hui d’une infrastructure culturelle unique en Europe : trois Opéras, huit orchestres symphoniques, une quarantaine de théâtres subventionnés, le paysage muséal le plus riche d’Allemagne. En matière musicale, la capitale allemande est mieux dotée que ses homologues française et anglaise, tandis que le Land de Berlin concentre trois fois moins d’habitants (3,3 millions d’habitants) que la région parisienne ou le grand Londres. À côté des temples de la musique ou du théâtre s’est développée, surtout depuis la chute du Mur, une véritable scène parallèle, constituée de théâtres dits off, de cabarets, de clubs rock ou techno…, sans équivalent en Europe, hormis peut-être à Londres, et qui fait toute l’originalité du paysage culturel berlinois. En matière de dynamisme créatif, les galeries d’art contemporain sont dignes d’être mentionnées : elles connaissent un véritable essor depuis 1997 (il en existe actuellement plus de trois cents), au point que certains parlent déjà du quartier central de Mitte, lieu d’implantation favori des galeries, comme du nouveau Soho en Europe.

11Comment financer de telles infrastructures ? Tel est actuellement l’insoluble problème. Le sénat de Berlin, c’est-à-dire le gouvernement du Land de Berlin, malgré un budget important de 400 millions d’euros alloué à la culture en 2000, ne parvient plus à subventionner seul les établissements culturels de la capitale. Il a donc fait naturellement appel à l’État fédéral – c’est précisément là que nous retrouvons la problématique de la centralité comme vecteur de la différence.

12En effet, la ville, invoquant son nouveau statut de capitale, fait fi du fédéralisme, fait valoir sa différence par rapport à Munich ou Hambourg, et s’estime donc en droit de recevoir de l’État un soutien digne de son rang. De son côté, l’État fédéral est certes contraint de respecter le principe de souveraineté des Länder en matière culturelle, mais il est également tenté de faire de Berlin la vitrine culturelle de l’Allemagne réunifiée. Les deux parties ont rapidement trouvé un terrain d’entente. Malgré les protestations des autres Länder, notamment de la Bavière, le ministre de la Culture a décidé de doubler l’aide fédérale accordée à Berlin pour la période 2000-2004, grâce à un procédé légal très simple, consistant à financer certaines institutions culturelles berlinoises dites de rang national, tels la Maison des cultures du monde (Hauss der Kulturen der Welt), le centre d’exposition Martin Gropius (Martin – Gropius-Bau), la société des festivals de Berlin (Berliner Festspiele) et le nouveau musée juif (Jüdisches Museum ) édifié par l’architecte Daniel Libeskind. Autrement dit, c’est parce que le pouvoir central a pris en compte la différence voire l’exception culturelle berlinoise qu’il paraît désormais décidé, malgré les principes fédéraux, à faire de Berlin la capitale culturelle de l’Allemagne, reconnue en Europe et dans le monde. Mais ces nouvelles prétentions nationales voire internationales ne sont pas sans conséquences sur le paysage culturel local et ses acteurs.

Quand la culture redevient une affaire d’État

  • 2 Uta von Arnim : « Der allerletzte Tanz im Franz » (« La toute dernière danse au Franz »), Der Tages (...)

13Outre la question du financement, quelles seront les conséquences de l’installation des instances étatiques dans la capitale sur le paysage culturel berlinois ? On peut craindre pour sa diversité : l’accent étant clairement mis sur les institutions de prestige, on peut se demander si les petits établissements, notamment les nombreuses scènes off, parviendront à se maintenir. En général, le pouvoir politique s’accommode mal de lieux de contre-culture comme il en existe encore tant à Berlin. Or la fermeture avérée ou prochaine d’un certain nombre de lieux symboliques d’une culture alternative laisse à penser qu’une opération d’assainissement culturel (Reinigung ) a d’ores et déjà commencé, sans d’ailleurs que l’on puisse clairement en imputer la responsabilité ou l’initiative à l’État fédéral. Ainsi, deux des trois principaux clubs techno de la ville ont dû fermer leurs portes, le Bunker en 1996 et le E-Werk en septembre 1997. Hasard malheureux de la géographie ou non, il se trouve que le premier est situé à proximité du nouveau quartier gouvernemental, tandis que le second fait directement face au ministère de l’Économie et des Finances. De même, à l’été 1997, à la surprise générale, l’un des plus anciens et des plus fameux clubs de Berlin-Est, le Franz-Club, a cessé toute activité, ne pouvant supporter la brutale augmentation de loyer imposée par le propriétaire du terrain, la Treuhand, la fameuse entreprise chargée de privatiser les terrains ayant appartenu à l’État de l’ex-RDA2. Notons que la Treuhand est également propriétaire du terrain de l’ancienne usine électrique où le E-Werk avait élu domicile. Faut-il en conclure que la Treuhand, institution économique autonome mais mise en place par le pouvoir fédéral, fait le jeu de ce dernier en assainissant le terreau culturel berlinois ? Certains acteurs du milieu alternatif local n’hésitent pas à l’affirmer. Quant au centre culturel alternatif Tacheles, véritable symbole de la contre-culture berlinoise, installé dans un gigantesque immeuble en ruine en plein cœur du quartier de Mitte, il a bien du mal à résister aux pressions spéculatives qui l’affectent.

14Ce dernier exemple montre qu’il serait toutefois bien trop réducteur d’imputer au seul État fédéral la responsabilité des changements à l’œuvre dans le paysage culturel berlinois. La hausse des prix du foncier, continue au cours des années 90, les opérations de rénovation en centre-ville, enfin la restitution des appartements et immeubles de Berlin-Est à leurs propriétaires légitimes (c’est-à-dire ceux pouvant justifier d’un titre de propriété antérieur à 1933, date de la prise de pouvoir par Hitler) sont autant de facteurs cumulés qui expliquent que le tissu alternatif, par essence fragile, ne peut se maintenir, du moins en centre-ville – correspondant à l’arrondissement de Mitte, dont le nom signifie justement milieu, centre, cœur.

15D’autre part, avec l’installation du pouvoir central à Berlin et sa politique de soutien aux hauts lieux culturels, politique relayée par le sénat de Berlin, qu’adviendra-t-il de la culture de quartier si vivante à Berlin et représentée par de multiples salles d’exposition, musées de quartiers (Heimatmuseen), bibliothèques municipales, salles de danse ou encore théâtres d’arrondissement, autant d’établissements culturels gérés et financés directement par les arrondissements (Bezirke) ? Ces derniers étant touchés de plein fouet par la crise financière, un certain nombre de bibliothèques de quartier, d’écoles de musique, de clubs de jeunes ont déjà dû fermer leurs portes. Si l’État se décidait à investir massivement dans la culture berlinoise, en finançant par exemple en tout ou en partie de ses institutions de prestige, on pourrait imaginer que le Land de Berlin, dégagé de certaines de ses obligations, attribue aux douze arrondissements qui le composent un budget culturel plus important, et et leur permette ainsi d’entretenir ou de faire revivre leurs lieux de culture de proximité. Malheureusement, un autre choix politique, se profile à l’horizon : priorité absolue est accordée, tant par l’État fédéral que par le sénat de Berlin, aux hauts lieux culturels, et il incombe aux arrondissements d’expédier du mieux qu’ils peuvent les affaires culturelles courantes. Par conséquent, la redéfinition des rapports entre État fédéral, Länder, communes et arrondissements actuellement à l’œuvre au sein du laboratoire berlinois ne semble guère profiter aux arrondissements. Or ces derniers jouissaient jusqu’à nouvel ordre de pouvoirs importants, et ils représentent dans le système fédéral un acteur politique à part entière. Avec la remise en cause de ce modèle hiérarchique à trois, voir quatre niveaux et l’affaiblissement des Bezirke, un pan entier de la culture berlinoise, la Kiez-Kultur (culture de quartiers) comme les Berlinois l’appellent, est menacé à moyen terme de disparition, du moins d’affaiblissement

16Ainsi, le pouvoir central met aujourd’hui l’accent sur les lieux culturels de représentation, d’une certaine façon sur les lieux de pouvoir culturel, qu’il ne se contentera pas de financer : le ministre de la Culture a fait clairement comprendre à ses interlocuteurs berlinois qu’il revendiquait un droit de regard, sinon de décision, quant à la gestion des institutions berlinoises cofinancées par l’État et le Land. En définitive, le pouvoir central se préoccupe moins de la diversité du tissu culturel berlinois que de ses hauts lieux.

3. Conclusion

17Soumis d’un côté à une forte pression financière et confronté de l’autre à une nouvelle donne politique, le paysage culturel berlinois est entré en zone de turbulences et il est appelé à se transformer et à se redéfinir. À travers lui, le statut même de Berlin peut être conduit à évoluer.

18On constate en effet le passage d’une ville de création, paradigme des années 1990, à une ville de représentation, nouveau paradigme en germe des années 2000. La différence intrinsèque de Berlin, celle qui faisait sa force, a été élevée par l’État au rang d’image de marque, de marque de fabrique, pour les besoins de représentativité du pouvoir central. De naturelle, la différence culturelle est en train de devenir institutionnalisée. On est alors en droit de formuler la question suivante : à partir du moment où le contre-modèle devient modèle (car la différence contient l’idée sous-jacente de contre-modèle), que devient la différence ?

19Pour mieux comprendre la singularité du cas berlinois, on peut se reporter au tableau 1, qui resitue le trio « territoire-centralité-différence » dans une perspective temporelle.

Tableau 1. Berlin : territoire, centralité, différence

Tableau 1. Berlin : territoire, centralité, différence

20De 1945 à 1989, Berlin-Ouest est décentré, déterritorialisé dans le territoire de la RFA, île isolée au milieu de la République démocratique allemande. Berlin-Est, quant à lui, est élevé au rang de capitale politique de la RDA, et est investi par les organes politiques centraux. La ville jouit donc d’un statut d’exception en RDA, mais il ne s’agit que d’une moitié de ville. C’est au cours de cette période que se développe, de part et d’autre du Mur, un contre-modèle puissant – s’exprimant au grand jour côté ouest, de façon plus latente côté est –, qui se traduit sur les plans politique (avec l’apparition des partis d’extrême gauche puis des listes alternatives à Berlin-Ouest, des groupuscules de contestation liés à l’Église ou aux mouvements des citoyens à Berlin-Est), social (voir l’importance du mouvement de mai 1968 à Berlin-Ouest, et ses répercussions côté est), et culturel avec l’essor des mouvements punk et rock alternatif dans les deux parties de la ville.

21Dans les années 90, après le grand tournant de novembre 1989, Berlin est à la fois réunifié et recentré dans un territoire qui lui-même retrouve son unité. La ville, proclamée laboratoire de l’unification allemande, est prise d’assaut par les artistes allemands et étrangers, elle devient le point de convergence de tous les courants artistiques. Les artistes viennent y chercher la différence – architecturale et urbaine, sociale, politique –, source d’inspiration et d’énergie créatrice. En proie à une dynamique créatrice extrême, Berlin affirme haut et fort sa différence culturelle, par rapport à ses concurrentes plus établies, telles Hambourg, Munich ou Cologne.

22Enfin, depuis le tournant du siècle et l’installation du pouvoir central à Berlin, on semble entrer dans une phase de recentralisation politique et institutionnelle. Après le recentrage géographique, la recentralisation politique et culturelle serait-elle à l’œuvre ? La différence, de réelle, devient plus artificielle, entretenue par le pouvoir plus que générée par des forces créatrices qui s’essoufflent.

23Du coup, on est en droit de se demander non seulement dans quelle mesure la centralité politique et territoriale reconquise de Berlin n’est pas en train de tuer ou d’affaiblir sa différence culturelle, mais aussi dans quelle mesure son nouveau statut de capitale en Allemagne n’est pas en train de faire de l’ombre à son statut de ville à part cultivant ses différences. Dans le cas de Berlin, différence métropolitaine et différence culturelle ne semblent pas aller de pair, mais plutôt s’exclure l’une l’autre.

Bibliographie

Bernstein S., 1997, « La culture politique », J. -P. Rioux, J. -F. Sirinelli dir., Paris, Seuil (L’univers historique), p. 371-386.

Devulder C., 1996, « L’ordre culturel étatique en République fédérale d’Allemagne », Allemagne d’aujourd’hui, p. 35-43.

Fezer J., Wieder A., 1998, « Berliner Kulturhorror », Zitty, août.

Fumaroli M., 1992, L’État culturel : essai sur une religion moderne, Paris, Le Livre de poche (Biblio essais), 410 pages.

Glazer H., 1997, Deutsche Kultur – Ein historischer Überblick von 1945 bis zur Gegenwart, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 574 pages.

Grésillon B., 2002, Berlin métropole culturelle, Paris, Belin (Mappemonde), 351 pages.

Grésillon B., Kohler D., 2001, « Quand Berlin s’écrit en lettres capitales : un regard critique », Mappemonde, n° 63, p. 1-6.

Krüger T., 1998, Die berwegte Stadt – Berlin am Ende der Neuziger, Berlin, FAB Verlag, 181 pages.

Laborier P., 1996, « Conservation ou rénovation ? Transitions de la politique culturelle », Politix, n° 33, p. 111-132.

Leparmentier A., 2000, « Que reste-t-il de la RDA ? », Le Monde, 3 octobre, p. 16.

Robin R., 2001, Berlin chantiers, Paris, Stock, 445 pages.

Schneider P., 1999, Chute libre à Berlin, Paris, Grasset, 377 pages.

Siebenhaar K, Damm S., 1995, Berlin Kultur. Identität, Ansichten, Leitbild, Berlin, FAB Verlag, 205 pages.

Siebenhaar K. dir., 1998, Kulturhandbuch Berlin, Geschichte und Gegenwart von A bis Z, Berlin, FAB Verlag, 494 pages.

Terray E., 1996, Ombres berlinoises. Voyage dans une autre Allemagne, Paris, O. Jacob, 266 pages.

Wiesand A., 1992, « Vers le centralisme et la “culture d’État” ? Sur le financement de la culture en Allemagne », Le Débat, n° 70, p. 26-41.

Notes

1 « Unter Wahrung der Kulturhoheit der Länder wird die Bundesregierung die kulturpolitischen Zuständigkeiten und Kompetenzen des Bundes im Amt eines Staatsminister für kulturelle Aufgaben im Bundeskanzleramt bündeln. » Extrait du chapitre intitulé « Neue Offenheit von Politik und Kultur » du traité de coalition rouge-verte, octobre 1998 (« Dans le respect du principe de souveraineté des Länder en matière culturelle, le gouvernement fédéral concentrera les attributions et compétences culturelles de l’État fédéral dans la fonction de ministre d’État chargé des Affaires culturelles rattaché à la Chancellerie. »).

2 Uta von Arnim : « Der allerletzte Tanz im Franz » (« La toute dernière danse au Franz »), Der Tagesspiegel, 18 juillet 1997. Extrait de l’article (traduction de l’auteur) : « Le dernier concert après vingt-sept années d’existence du club sur la Schönhauser Allee […]. Maintenant c’est fini, le club doit fermer. Franz n’a pas survécu à l’augmentation de loyer. Une victime de la Wende » (NdT : c’est-à-dire du tournant de 1989).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Berlin : territoire, centralité, différence
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540