Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 5. La centralité, principe intégrateur des diversités territoriales

Partie 5. Introduction

Texte intégral

1Il peut sembler paradoxal de vouloir lire les différences territoriales en Europe, d’en décrypter certains des fondements, en recourant au concept de centralité. Ce concept n’est-il pas celui que les géographes ont associé, en relation avec la taille et l’espacement des centres, à l’un des grands modèles d’interprétation de régularités territoriales à la surface de la terre, le modèle de la hiérarchie des lieux centraux ? Plusieurs raisons justifient pourtant que, parmi d’autres, cette grille de lecture ait été retenue. Par-delà les régularités bien connues qu’elle engendre, la centralité est, par essence, porteuse de différences. Façonnant ainsi en profondeur et à différents échelons géographiques toutes les constructions territoriales, elle se décline en outre d’un bout à l’autre de l’Europe, sous des formes d’une grande diversité. Des genèses territoriales distinctes, des contextes économiques mais aussi politico-administratifs et culturels inscrits dans des trajectoires spécifiques impriment leur marque à cette dimension de la structuration des territoires. De plus, dotées d’une étonnante résilience, les formes particulières de la centralité sont un des très grands vecteurs de transmission de la diversité des représentations et des pratiques territoriales. Sur les longues durées, cette dimension de la différenciation est un bon principe intégrateur des renouvellements des formes de la diversité territoriale.

2Quatre contributions, qui sont autant d’angles d’approche, tentent d’illustrer comment la centralité a pu être à la fois vecteur et caisse de résonance de différenciation territoriale en Europe. Georges Prévélakis et Boris Grésillon centrent respectivement leur analyse sur Athènes et Berlin, villes capitales. Avec le cas d’Athènes, le premier privilégie l’étude de la construction délibérée d’une centralité hégémonique. Le second aborde la question de la centralité culturelle de la capitale allemande. Octavian Groza part, quant à lui, du constat de l’incomplétude voire de l’indigence des centralités dans le réseau urbain roumain. Il propose une grille d’interprétation de ces limites en sollicitant le registre des représentations de l’altérité, repérables dans un passage avorté d’un contexte prémoderne à des pratiques modernes du territoire. Thérèse Saint-Julien considère la centralité comme vecteur de différence territoriale en Europe occidentale. Elle montre en quoi celle-ci a été source de très durables régularités spatiales, et en même temps porteuse d’un renouvellement permanent de la différenciation géographique. Le croisement de ces différents angles d’approche pourra être éclairant.

3Les tentatives d’Octavian Groza, pour passer au crible d’une lecture postmoderne les rapports qu’entretiennent les villes et le réseau urbain roumain avec la centralité, sont une des ouvertures de cette partie. L’auteur emprunte à Zygmunt Bauman (1995) les notions d’« espace cognitif » et d’« espace moral ». Le premier se construit dans le processus du vivre avec les autres. Il suppose une identification du chez-nous et de l’ailleurs, sorte d’espace de transaction entre semblables et inconnus. Le second est un espace dans lequel proximité et éloignement ne jouent aucun rôle, la distance physique n’intervenant pas. L’origine de l’espace moral serait en effet dans le sentiment et dans la création volontaire d’une obligation. Autant de transpositions stimulantes auxquelles le lecteur pourra confronter ses propres grilles de lecture.

4Une telle grille interprétative peut d’ailleurs assez bien introduire la question des conditions de l’émergence des centres. La construction de la force d’un centre sur les cumuls de dominations politique, économique et symbolique est particulièrement bien restituée par Georges Prévélakis, quand il décortique les très étroites imbrications qui se sont développées entre la construction territoriale de la Grèce moderne et celle de sa capitale. On suit la remarquable et inexorable construction en Grèce d’une hégémonie territoriale, dont Athènes est l’acteur principal, par l’intermédiaire de ses élites et des soutiens extérieurs, dont ces élites ont su durablement s’entourer. La mise en regard des cas de Berlin et d’Athènes, à laquelle invite cette partie, apporte un éclairage sur les contradictions qui peuvent surgir du fait même des bases sur lesquelles, au plus haut niveau hiérarchique, se construisent les centralités. Georges Prévélakis montre comment, d’une centralité symbolique, Athènes a pu passer à une centralité hégémonique, intégrant centralité politique, centralité économique, et aussi centralité idéologique, laquelle représente, selon l’auteur, un instrument décisif du rôle de la capitale dans la construction nationale. Cet exemple montre la force de cette combinaison patiemment voulue et construite, et aussi ses limites, dans la mesure où le système doit aujourd’hui gérer les lourds héritages de cette marche forcée vers la centralisation.

5À propos du devenir de la centralité culturelle en Allemagne, Boris Grésillon pose quant à lui clairement la question de l’incompatibilité des cumuls de centralité dans le contexte de Berlin, redevenue capitale politique de l’Allemagne depuis 1991. À Berlin, la centralité culturelle reconquise depuis cette date est facteur de différence, voire d’exception, dans un pays au fonctionnement éminemment fédéral. La ville prise d’assaut par les artistes allemands et étrangers, devenue le point de convergence de tous les courants artistiques, est en proie à une dynamique créatrice extrême qui lui permet d’affirmer haut et fort sa différence culturelle. Le transfert à Berlin de tout l’appareil d’État d’un pays, lui-même remodelé dans ses frontières intérieures, pourrait affaiblir la force de cette reconquête. Car l’événement majeur, que représentent dans l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe le retour à Berlin de la capitale de l’Allemagne et tous les transferts qui y sont associés, change aussi, selon l’auteur, la donne culturelle. Les fonctions centrales politiques et culturelles étant intimement liées, le fait que Berlin redevienne capitale politique de l’Allemagne lui conférerait un nouveau poids et de nouvelles prétentions en matière culturelle. L’auteur est ici moins sensible à la force des synergies de centralités multiples pouvant se combiner qu’aux contradictions qu’il croit déceler dans cette cohabitation berlinoise. Il identifie même « les signes de troubles dans le paysage culturel » local. Il s’interroge alors pour savoir si la capitale culturelle de l’Allemagne a les moyens de conserver la liberté de sa différence face aux nouvelles volontés d’un État sur sa capitale et sur les cadres de son expression culturelle.

6La question de l’inégale aptitude des centres à s’individualiser par rapport à leur périphérie, et donc à produire ou à intégrer la différence, traverse par ailleurs cette partie. Octavian Groza s’interroge sur les médiocres aptitudes des villes roumaines à jouer pleinement le rôle de centres. Associant centralité et modernité, il montre, à différents échelons hiérarchiques du réseau des villes roumaines, les faiblesses des centralités, ce qui s’est durablement traduit par une médiocre différenciation qualitative entre périphéries et centres et, par voie de conséquence, par une forte atonie de leurs relations. Cet auteur voit dans les difficultés récurrentes que rencontrent les grandes villes de ce pays à inscrire leur marque sur le territoire l’expression d’une centralité peu pénétrée par le capitalisme marchand, insuffisamment mobilisée au service de la transaction, laissant ces villes mal armées pour affronter la nouveauté et l’inconnu. Il stigmatise par ailleurs le monolithisme et l’étroitesse bornée des départements roumains socialistes, qu’il considère comme les cadres d’un territoire faussement moderne, antinomiques d’une éclosion de la centralité des villes petites et moyennes. Ces dernières, bien que pôles d’emploi attractifs, sont restées les chefs-lieux de circonscriptions administratives relativement closes, sur la base de limites aux fondements essentiellement idéologiques. Thérèse Saint-Julien remarque que, d’un bout à l’autre de l’Europe occidentale, les chaînes de centres relativement hiérarchisées et les aires emboîtées de leur polarisation ont contribué à la formation d’une marqueterie de territoires forts, mais ouverts et tenus par des systèmes de concurrences interurbaines relativement actives. Elle souligne aussi le rôle des interdépendances liées aux spécialisations des centres. Elle note que ces spécialisations ont à la fois contribué à surclasser ou à déclasser des villes par rapport aux niveaux et aux qualités des fonctions de la centralité ordinaire qu’elles exercent, et rendu beaucoup plus complexes et plus diversifiés les systèmes d’interrelation des villes entre elles, et des villes avec leurs environnements.

7À l’échelon des réseaux urbains eux-mêmes, les histoires singulières des territoires et celles de leurs constructions régionales infléchissent à leur tour les formes de la centralité. À cet échelon de l’architecture des réseaux urbains, la centralité apparaît en définitive moins uniformisatrice et moins statique. À la fois mémoire sociale et indicateur de la profondeur des portées du changement sur le long terme, ce que toutes les contributions soulignent, la centralité se décline suivant une grande variété de modèles régionaux ou nationaux. Octavian Groza tente une interprétation de la coupure entre formes de la centralité en Europe occidentale et en Europe orientale. Selon cet auteur, les villes de l’Europe occidentale seraient très tôt apparues comme de véritables espaces de transaction, jouant pleinement leur rôle de lieux centraux. À l’inverse, mises dans l’incapacité d’être de tels espaces, du fait de la très faible diffusion des modèles de production capitaliste, les villes d’Europe orientale seraient restées enfermées dans des cellules territoriales construites sur les seules bases de « l’espace moral ». Elles se seraient trouvées dans l’incapacité de participer à la fois à l’invention de l’autre et à celle de systèmes de cohabitation avec l’inconnu. Elles n’auraient ainsi pas pu se situer par rapport à des espaces lointains, ce qui nécessite une intégration de la dimension de la distance. Il voit dans la résurgence actuelle de formes territoriales prémodernes en Roumanie l’incapacité du modèle socialiste à intégrer l’inconnu comme étranger différent.

8À propos de l’Europe occidentale, Thérèse Saint-Julien souligne la longue durée de modèles régionaux de la centralité relativement différenciés, leur réactivité aux changements, et les bases multifactorielles de ces différenciations. Elle rapproche certes cette diversité du degré d’ancienneté des formes de peuplement, de disparités souvent pluriséculaires des densités de population, de la diversité des organisations politiques qui ont pu, à des degrés divers, accompagner les destinées des villes, et enfin de la variété des formes d’encadrement du territoire qui ont été durablement mises en œuvre. Mais elle souligne aussi le rôle toujours très actif des concurrences interurbaines, celui du mode selon lequel les centralités de portée spatiale croissante se redessinent aujourd’hui en se réappropriant la force de différences qui se sont structurées sur le long terme à l’échelon européen. Au total, cette diversité dynamique des organisations régionales de la centralité contribue à donner une lisibilité territoriale très forte à la diversité des organisations sociopolitiques et culturelles du territoire. Cette diversité concourt à la production d’images emblématiques qui resserrent les liens de territorialité autour des centres.

9À la lecture de cette partie une dernière interrogation se dessine. Comment la centralité peut-elle apparaître, sur le long terme, comme un vecteur particulièrement efficace, à la fois de la diffusion du changement et de la transmission des différences géographiques ? S’appuyant sur le cas des villes de l’Europe occidentale, Thérèse Saint-Julien suggère quelques éléments de réponse. Elle souligne en premier lieu que, systèmes évolutifs, les réseaux des villes bénéficient des relations très étroites que la centralité entretient avec l’innovation, son apparition et sa diffusion spatiale. Dans le rôle apparemment contradictoire de ces réseaux qui contribuent à la fois à la patrimonialisation et à la dynamique territoriale, cet auteur voit aussi la force de centralités qui ont pu se construire en s’inscrivant dans les mémoires collectives, auxquelles elles donnent en retour des images spatiales, un cadre territorial, des dimensions matérielles et sensuelles. Dans l’expression active de cette contradiction, l’auteur voit enfin la trace, toujours vive en Europe, d’une longue tradition du réinvestissement des mêmes lieux. À juste titre, ce dernier est souvent considéré comme un trait majeur de la culture européenne de l’espace en général, et de la ville en particulier.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540