Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 4. La gestion de la différence et le projet politique

Compositions et décompositions identitaires : la Belgique

Identity Formation and Breakdown : the Case of Belgium

Christian Vandermotten

Résumé

The political evolution of Belgium is that of a state born in the heart of northwestern Europe in the 19th century. At one time the leader in the industrial revolution on the European continent, Belgium was a constitutional model for bourgeois parliamentary government, which contributed to the building of a Belgian national identity. This identity was in turn based on an ad-hoc historiography, which was subsequently and increasingly challenged as a result of the 20th century transformations of the economic space. The shift of economic expansion from Wallonia to Flanders reinforced the strength of the Flemish nationalist movement, whose roots were latent in Flanders’s rural, catholic and impoverished past, and which were supported by the Flemings’ linguistic identity.
The challenge to the legitimacy of the Belgian nationality gained momentum over the following decades, leading to the transformation of Belgium into a federal state. This could very well prove to have been a step towards a loose confederation, if not the dissolution of Belgium into a Europe of regions. This very complicated federalisation of the state operates according to two different decision-making logics. On the Flemish side there is a fusion of territorial and personal functions. In the Walloon region the distinction between territorial and personal functions is preserved. Brussels, which is at the heart of the competition between the two communities, has the most complicated status.

Texte intégral

1L’évolution politique de la Belgique est celle d’un État né au cœur de l’Europe du Nord-Ouest au XIXe siècle. Un moment leader de la révolution industrielle sur le continent, il fut un modèle constitutionnel pour le parlementarisme bourgeois, qui construisit dans ce contexte une identité nationale appuyée sur une historiographie ad hoc, remise ensuite progressivement en question à travers le XXe siècle. La remise en cause de la légitimité nationale s’accélère depuis quelques décennies, jusqu’à la transformation du pays en un État fédéral, qui pourrait fort bien n’être qu’une étape vers un vague confédéralisme, voire la dissolution de la Belgique dans une Europe des régions.

1. Le contexte de l’Europe médiane des villes et des marchands

2Une carte proposée par Michel Foucher dans l’ouvrage Fronts et frontières : un tour du monde géopolitique (1988, Paris, Fayard) superpose sur le même document l’ensemble des lignes qui, depuis le début des Temps modernes, sont ou furent en Europe des frontières à un moment ou l’autre de l’histoire. Elle oppose spectaculairement un croissant occidental, de l’Espagne à la Grande-Bretagne, où les États sont pour l’essentiel déjà constitués et les frontières stabilisées au XVIIe siècle, à l’Europe médiane et à l’Europe centre-orientale et orientale, où ces lignes sont extrêmement nombreuses. Pas pour les mêmes raisons néanmoins : en Europe médiane, la multiplication des lignes-frontières traduit plutôt une longue persistance d’un morcellement hérité de la féodalité et des unifications nationales tardives ; en Europe centre-orientale et orientale, elle juxtapose les conséquences des variations de territoire nées des avancées et des reculs, au gré des avatars militaires, de grands empires aristocratiques a-nationaux, et de la constitution tardive d’États nationaux, souvent créés avec l’appui des grandes puissances impérialistes et dont les délimitations territoriales mirent plusieurs décennies avant de se stabiliser, outre des émiettements récents après l’écroulement du système socialiste. Pour ce qui concerne l’Europe occidentale et l’Europe médiane, il est tentant de rapprocher cette carte de Michel Foucher et celle des unités NUTS (nomenclature des unités territoriales statistiques) de l’Union européenne au niveau 3. Il y a beaucoup de points communs : la France, l’Espagne, voire, dans une situation intermédiaire, la Grande-Bretagne, présentent au niveau NUTS 3 un maillage de taille assez large. Au contraire, l’Europe médiane, y compris l’Italie, présente un maillage serré. Cela traduit bien l’opposition entre des unifications précoces, concentrant rapidement un grand potentiel sur les capitales, et des entités nationales construites tardivement, dans des régions où, dès le Moyen Âge, les villes étaient nombreuses et proches les unes des autres, à défaut d’être grandes : elles se faisaient équilibre et/ou concurrence ; en même temps leur multiplicité s’inscrit en interaction avec le retard dans la formation de l’État royal et de l’unification territoriale.

  • 1 « structures et dynamiques du territoire français », L’espace géographique, 1973 ; Les villes europ (...)

3La Belgique fait bien partie de cette Europe médiane des villes et des marchands, qui correspond aussi à la banane bleue de Roger Brunet1. Sur le plan politique, c’est aussi l’espace historique de la démocratie-chrétienne, c’est-à-dire d’un courant politique né d’un clivage Église-État, dans un contexte où la suprématie et l’autonomie de l’État par rapport à l’Église apparaissaient susceptibles d’être interpellées.

4L’unification tardive de l’État, sa faiblesse centralisatrice face au contrepouvoir permanent des bourgeoisies urbaines et des autres pouvoirs locaux, se marque dans le paysage actuel : ainsi, à Bruxelles, l’emprise du pouvoir central sur le paysage urbain est bien plus faible qu’à Paris. Il y en a certes des marques, qui datent pour l’essentiel du XIXe siècle. Mais elles sont plus limitées et ont d’ailleurs été faites à l’imitation de la capitale française et avec une différence considérable : les boulevards centraux de Bruxelles ont été construits à l’initiative d’un bourgmestre qui faisait partie de la grande bourgeoisie libérale doctrinaire, Anspach, et qui s’était inspiré d’Haussmann, avec lequel il était en correspondance. C’était une initiative communale et non une initiative de l’État, même si elle était soutenue par le roi Léopold II. Confrontées à un attrait insuffisant de cette percée urbaine sur la résidence bourgeoise, les autorités communales oublièrent leur projet initial d’architecture haussmanienne uniforme et promurent l’individualisme éclectique par une série de concours de façades. Pour sa part, le roi Léopold II, qui nourrissait des ambitions de grandeur étatique, y compris dans ses marques sur le paysage urbain, s’est en cela opposé à de larges segments de la bourgeoisie bruxelloise (sans parler des classes populaires expropriées), à commencer par le bourgmestre Buls, un successeur d’Anspach, libéral et franc-maçon comme lui, mais issu de la petite bourgeoisie artisanale, orfèvre et fils d’orfèvre. Ce dernier sera le chantre d’un urbanisme culturaliste, romantique, valorisant les réminiscences médiévales – sublimation d’un passé mythifié de libertés urbaines –, et de la Renaissance – le XVIe siècle fut celui de la lutte contre la tyrannie de l’État monarchique absolutiste et de l’Église liberticide de la Contre-Réforme.

5Si l’on exclut la masse du Palais de justice, dominant du rebord du plateau les quartiers populaires du versant de la Senne et du bas de la ville, les grandes œuvres urbanistiques voulues par Léopold II ont très souvent été reportées en périphérie, hors du territoire communal, là où le roi avait les mains plus libres. Ce particularisme des villes et des régions et sous-régions se perpétue. Ainsi, en Wallonie, un avantage accordé à Liège implique que Charleroi tente d’obtenir une compensation ; le jeu se répète à l’intérieur même du Hainaut, entre Charleroi et Mons, voire avec La Louvière et Tournai. Ces attitudes provoquent des émiettements des aides et des subsides, qui peuvent poser des problèmes d’efficacité des mesures de redéploiement économique. Mais les choses ne sont pas différentes en Flandre, sinon qu’elles s’y inscrivent dans un contexte économique global plus dynamique et que peut-être la classe politique flamande les masquent mieux à travers un discours apparemment plus fort et plus cohérent. La réalité de compétitions est tout aussi rigoureuse et cela traduit toujours ces sortes de patriotisme local, qui sont dans la continuation historique d’un long passé politiquement émietté.

2. Pas de Belgique sous l’Ancien Régime

6Le mot Belgique n’apparaît qu’à la fin du XVIIIe siècle sous la forme d’États belgiques unis, un avatar révolutionnaire qui précède de quelques années la Révolution française ; c’est, pour son courant dominant, un phénomène révolutionnaire réactionnaire, de défense des privilèges, aristocratique – même si la noblesse a parfois pu mobiliser à cette occasion sa paysannerie catholique –, s’opposant aux volontés modernisatrices du despotisme éclairé de l’empereur d’Autriche. Le mot Belgique est donc très tardif ou, plus exactement, il avait été utilisé précédemment dans sa référence latine, la Belgica de la division romaine de la Gaule. Certes, déjà les Bourguignons, puis les Habsbourg d’Espagne et ensuite d’Autriche, souverains légitimes des diverses principautés des Pays-Bas méridionaux, à la notable exception de la principauté ecclésiastique de Liège, avaient, pour des raisons d’efficacité administrative, mis en place des structures de gouvernement communes, renforcées à partir du XVIIe siècle et surtout du XVIIIe. Une administration centrale pour ces domaines lointains est mise en place à Bruxelles et fait le relais avec Vienne pour l’ensemble des provinces des Pays-Bas, à l’exception du Luxembourg qui avait une administration séparée. Mais les différentes provinces conservaient néanmoins leurs droits, leurs coutumes et leurs formes de gouvernement particulières jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

  • 2 Présenté dans les vieux manuels scolaires comme la période de l’occupation espagnole, alors que les (...)
  • 3 Voir à ce sujet J. Stengers, Les racines de la Belgique : histoire du sentiment national en Belgiqu (...)

7Ainsi, durant l’Ancien Régime, aussi bien sous le régime espagnol2 que sous le régime autrichien, la Belgique n’existe de fait pas, même si certains auteurs ont mis en avant les prémices d’une progressive formation d’un sentiment national. L’espace des Pays-Bas méridionaux est plutôt empreint d’une certaine sensibilité catholique commune par rapport aux Pays-Bas protestants. Il a été fort marqué par la Contre-Réforme, comme en témoignent encore aujourd’hui les différences d’attitude des Belges, Flamands tout autant que Wallons, et des Hollandais par rapport à la fête, à la bonne chair, etc. La Contre-Réforme a d’ailleurs coûté très cher aux Pays-Bas méridionaux : la Flandre et le Brabant y ont perdu une grosse part de leur bourgeoisie, passée au protestantisme et qui dut s’exiler vers les provinces du Nord. On est là, sans doute, aux origines d’un recul séculaire de l’économie flamande entre le milieu du XVIe siècle et la fin du XIXe, même le début du XXe siècle, voire d’un sentiment communautaire flamand associé au catholicisme et paradoxalement méfiant par rapport à la ville, alors que la Flandre fut un des berceaux du renouveau urbain médiéval3.

3. La tentative échouée d’un royaume des Pays-Bas (1815-1830)

8Néanmoins, la proto-industrie textile flamande, largement fondée sur le travail à domicile, sauf à Gand où la modernisation est plus précoce, apparaît encore en 1820 comme dominant très fortement l’emploi industriel et artisanal du royaume unifié imposé par le congrès de Vienne en 1815 : au sud, l’industrie ; au nord, le commerce. Le Hainaut et la province de Liège bénéficiaient déjà d’un début d’association du charbon à la métallurgie, mais en termes d’emplois cela représentait encore relativement peu de chose par rapport à la Flandre, en particulier, au sens strict, les deux provinces textiles de Flandre occidentale et orientale.

9Dans les premiers temps de la révolution industrielle, des liens tout à fait privilégiés se sont noués entre les segments les plus dynamiques de la grande bourgeoisie industrielle des provinces du Sud, en particulier à Liège, mais aussi à Gand, et le roi Guillaume des Pays-Bas, despote éclairé de la fin du XVIIIe siècle, nourri de fortes velléités modernisatrices, égaré dans le début du XIXe. La création, à laquelle le roi prend part et souscrit très largement, de la Société générale pour le développement de l’industrie, qui deviendra par la suite la Société générale de Belgique, en est une illustration. L’opposition au roi des Pays-Bas vient largement de milieux réactionnaires, agrariens et catholiques, opposés à un souverain à la fois modernisateur et protestant. À la fin de la période d’unification des deux parties des Pays-Bas, à partir des années 1825-1826, de curieuses alliances se nouent cependant entre ces milieux agrariens catholiques et une partie de la bourgeoisie qui souhaitait un protectionnisme pour appuyer ses projets de démarrage industriel, alors que le roi défendait le libre-échange, au vu de la position commerciale de la Hollande. Si la plus grande bourgeoisie industrielle, par exemple dans la métallurgie lourde, pouvait s’accommoder du libre-échange, vu sa position de force, des segments moins forts de la bourgeoisie industrielle revendiquaient un protectionnisme.

4. Des ambiguïtés de l’indépendance à la révolution industrielle

  • 4 Pas toute la bourgeoisie d’ailleurs, puisque des fractions importantes de la bourgeoisie industriel (...)

10Une série de maladresses, entre autres linguistiques, du roi despote vont ensuite précipiter la proclamation de l’indépendance en 1830. En fait, ces maladresses auraient sans doute eu des effets relativement secondaires et n’auraient pas entraîné la création de la Belgique, si la bourgeoisie bruxelloise n’avait été subitement dépassée par une révolte populaire en 1830 : elle prend peur et ne peut plus attendre que le roi accepte de négocier les termes des revendications qui sont avancées. Finalement, l’indépendance est acquise en quelques jours ; elle est donc le fait d’une récupération d’un mouvement populaire dans un contexte d’alliance de circonstance entre la bourgeoisie urbaine libérale4 et les milieux catholiques conservateurs. L’indépendance n’est pas fondée sur une revendication nationale aussi forte qu’on pourrait l’imaginer dans notre conception actuelle des nationalismes. La coalition unioniste entre libéraux et catholiques, bourgeoisie et agrariens, se déchire rapidement à partir de 1838-1839, lorsque l’État belge et ses frontières sont définitivement reconnus et acceptés par les puissances et par les Pays-Bas, au prix de l’amputation d’une moitié des provinces de Limbourg et de Luxembourg. L’unionisme cède la place, dans un système de suffrage très fortement censitaire, à une série de gouvernements dominés par les libéraux doctrinaires, c’est-à-dire la grande bourgeoisie libérale. On appellera par la suite progressistes les libéraux représentant plutôt la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, qui était partisane du suffrage universel ou, en tout cas, d’un certain élargissement du cens, qui pouvait lui permettre d’accéder au vote et à l’éligibilité.

11Le régime d’hégémonie politique de la grande bourgeoisie libérale, qui va durer jusqu’à la fin des années 1870, correspond à l’époque du premier grand essor de l’industrie belge, durant la phase A du deuxième cycle de Kondratieff (une seconde phase de forte croissance industrielle interviendra durant la phase A du quatième Kondratieff, plus exactement entre 1959 et 1974). Cet essor, pour des raisons bien évidentes de contraintes des coûts du transport, se localisa essentiellement sur le charbon, en association avec le développement de la métallurgie et des fabrications métalliques lourdes, dans le sillon hennuyer et liégeois des vallées de la Haine, de la Sambre et de la Meuse. Mais il est essentiellement commandé par les grandes banques d’affaires localisées à Bruxelles, de sorte que l’on peut dire que cette Wallonie prospère est en fait en situation de semi-périphérie ou du moins de contrôle exogène. Dès lors, le capitalisme dominant se désintéresse du textile flamand, qui entre dans les années 1840 dans une crise séculaire profonde, d’autant qu’il est concurrencé par le textile anglais, qui a cinquante ans d’avance technologique sur lui. L’économie de la Flandre textile stagne à travers la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe (figure 1) ; les mutations industrielles y sont extrêmement lentes, avec un maintien de structures dominées par le textile et le petit capitalisme local, dans un contexte général de pauvreté, de repli, de frustration par rapport à la ville, à ses bourgeoisies francophones, à un État libéral et oppressant, dans les rouages duquel il est difficile, parce qu’il fonctionne en français, de trouver une place même aux plus bas échelons de la hiérarchie.

Figure 1. Évolution de l’emploi industriel en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles (1846-1995)

Figure 1. Évolution de l’emploi industriel en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles (1846-1995)

12Le graphique embellit la situation flamande au XIXe siècle, dans la mesure où il exclut l’emploi à domicile au XIXe siècle. Or, en Flandre textile, les pertes d’emplois dans le travail à domicile compensent alors les gains d’emplois dans le travail en atelier.

13La révolution industrielle belge s’est donc traduite par une inversion géographique, au profit de l’axe wallon, en très forte expansion jusqu’à la Première Guerre mondiale, sinon jusqu’à la veille de la crise des années 30. La remontée de l’emploi industriel en Flandre ne commence qu’au début du XXe siècle, d’abord sur l’axe Bruxelles-Anvers, plutôt qu’en Flandre textile d’ailleurs.

5. La construction d’une idéologie et d’une historiographie nationales

14Le contexte idéologique qui accompagne cette évolution économique est celui de la promotion d’une idéologie nationale par la bourgeoisie libérale triomphante. Certes, les milieux catholiques participent aussi, avec quelques accents différents, à la production de cette idéologie, fût-ce parce que la création de la Belgique, même si elle est gouvernée par des libéraux, ouvre à l’Église catholique des perspectives politiques bien meilleures que celles qu’elle pouvait espérer sous un pouvoir à dominante protestante. Cette promotion d’une idéologie nationale va mobiliser un passé gaulois, franc, carolingien, mais surtout médiéval ou des Temps modernes, plus ou moins mythique, qui est paradoxalement surtout le passé de la Flandre. Les provinces wallonnes étaient à l’époque beaucoup moins importantes, sauf la principauté de Liège, mais celle-ci justement ne dépendait pas des mêmes souverains et ne représentait donc pas un très bon outil de valorisation d’une idéologie nationale. Les nuances dans la valorisation du passé peuvent se traduire dans l’architecture : les milieux libéraux, l’Académie des beaux-arts de Bruxelles valorisaient plutôt le style néo-renaissant ou un style national éclectique s’en inspirant, rappelant le siècle d’or d’Anvers, celui des guerres de Religion, de l’opposition à l’Inquisition et au pouvoir catholique ; alors que les milieux catholiques, les écoles Saint-Luc préféraient le médiéval et le néogothique, renvoyant aux temps privilégiés de l’élévation des cathédrales. Cette opposition fut toutefois loin d’être absolue : des architectes libéraux ont construit des églises néogothiques, et lorsque le pouvoir communal bruxellois, fief libéral, fit rénover la Grand-Place de Bruxelles à la fin du XIXe siècle, la Maison du roi fut construite, en face de l’hôtel de ville, en pastiche de style gothique tardif, alors que les églises de la ville étaient embellies dans un style gothique pur. Les reconstructions des villes flamandes détruites par la guerre de 1914-1918 créeront également des paysages urbains plus vieux et plus flamands que les originaux !

6. Des origines à l’essor du flamingantisme

15Mais la valorisation du fier passé flamand s’est faite pour l’essentiel en français ! La reconnaissance de la langue flamande comme langue administrative à part entière n’intervient qu’à la fin du XIXe siècle et il faut attendre 1930 pour assister à la flamandisation de l’université de Gand.

16Certes, durant la seconde moitié du XIXe siècle, certains milieux libéraux progressistes issus de la petite ou moyenne bourgeoisie urbaine affirmaient leur flamingantisme, à Bruxelles ou dans les grandes villes de Flandre, alors que le français y était la langue dominante de la bourgeoisie et de la vie politique. On construisit en 1877 un théâtre flamand à Bruxelles, avec l’appui de Charles Buls.

17Mais le mouvement flamand a trouvé l’essentiel de ses points d’appui dans le mécontentement latent de la Flandre catholique rurale, pauvre. Il s’y renforce avec l’instauration du suffrage à vote plural à partir de 1894, puis du suffrage universel masculin après la Première Guerre mondiale : les masses flamandes représentent dès lors un poids électoral majeur. Leur encadrement est organisé par le bas clergé, par les petites et moyennes bourgeoisies de ces villes flamandes endormies depuis la révolution industrielle, qui ambitionnent d’affirmer leur potentiel économique, ce qu’elles réaliseront entièrement après la Première et surtout après la Seconde Guerre mondiale. Il y a alors dans le nord du pays symbiose entre mouvement flamand, christianisme social, structuration de la société en piliers et encadrement local. Au contraire, le suffrage plural, puis universel, conforte dans les zones industrielles wallonnes l’hégémonie de l’encadrement socialiste et laïque. Le Parti ouvrier belge tient un discours unitariste, parce qu’il est inspiré de principes internationalistes d’unité de la classe ouvrière et aussi parce que la classe ouvrière socialiste est minoritaire en Flandre et y est cantonnée dans les grandes villes, Gand, Anvers. Il s’agit de défendre cette classe ouvrière flamande en s’appuyant sur les positions de force que le mouvement socialiste détient en Wallonie. Cette stratégie s’inscrit dans un cadre réformiste dès les origines du socialisme belge, lié par son combat laïque, voire à travers la franc-maçonnerie, à la fraction de gauche du mouvement libéral. La Maison du peuple de Bruxelles, œuvre de Victor Horta malencontreusement détruite dans les années 60, a bénéficié du financement de Solvay, grand patron de la chimie belge, mécène de l’Université libre de Bruxelles et proche des milieux maçonniques par ses relations personnelles.

  • 5 Une extrême droite rexiste, issue de la droite catholique, eut également son heure de gloire éphémè (...)

18On voit ainsi se mettre en place du côté francophone, aussi bien dans les milieux libéraux bourgeois que dans le monde ouvrier, un sentiment belgicain . Au contraire, en Flandre, le rejet de l’État unitaire fransquillon s’exprime dans un sentiment communautaire, assimilable pour les plus radicaux au concept allemand du Volk, appelé à créer son Staat. Ces tendances les plus radicales du mouvement flamand ont espéré, lors de la Première Guerre mondiale, pouvoir s’appuyer sur l’occupation allemande pour réaliser leurs ambitions politiques. Avec l’appui des Allemands, un Conseil des Flandres est mis en place en 1917, de sorte que la fraction la plus extrémiste du mouvement flamand s’est trouvée compromise avec l’occupant. À la sortie de la guerre, les rancœurs flamandes se nourriront des condamnations pour collaboration avec l’ennemi, tout autant que du mécontentement des soldats flamands des tranchées de l’Yser et des populations des zones dévastées, qui s’exprimeront dans le mouvement frontiste. Ces rancœurs convergeront en situation de crise avec l’aile droite catholique flamande et déboucheront sur les succès du VNV fascisant (Vlaams Nationalist Verbond) durant les années 30 et, à nouveau, sur l’importance de la collaboration en Flandre durant la Seconde Guerre mondiale5. Plus généralement, elles expliquent le poids des tendances de droite extrême dans le mouvement flamand.

7. L’essor économique de la Flandre et la crise structurelle de la Wallonie

19À partir de l’entre-deux-guerres, l’industrie commence à glisser de la Wallonie vers la Flandre. À l’époque, ce transfert s’effectue à quelques exceptions près sous le contrôle du grand capital national, essentiellement francophone, qui siège à Bruxelles depuis l’indépendance, encore qu’un patronat flamand, mobilisant l’épargne rurale à travers les structures d’encadrement catholiques, s’affirme progressivement. Ce glissement de l’industrie est dû à de nombreux facteurs : affranchissement par rapport au charbon, faiblesse des réserves de main-d’œuvre dans l’axe wallon, où la démographie est précocement affaiblie, proximité des ports, etc. Parallèlement, les structures de l’industrie wallonne se renouvellent très peu : elles restent très axées sur la triade charbon - fer - constructions mécaniques lourdes, sur la production de biens intermédiaires, et s’inscrivent très peu dans la révolution technologique de l’électricité et du moteur à explosion ; elles vont dès lors être très vulnérables à la crise des années 30.

20Après la Seconde Guerre mondiale, la crise de l’industrie wallonne se précipite (figure 2). Si durant les années 30 on avait pu croire qu’elle n’était que conjoncturelle, si une éphémère prospérité liée aux besoins en énergie et aux exigences de la reconstruction européenne a encore pu faire illusion jusqu’au milieu des années 50, la crise structurelle devient évidente dès les premières mesures de rationalisation de l’industrie charbonnière imposées par la Communauté européenne du charbon et de l’acier. La forte dynamique industrielle de la Belgique durant les années 1959-1974 n’empêche pas un déclin profond de l’axe wallon, d’autant plus durement perçu que la prospérité de la Flandre s’affirme avec plus de force d’année en année. Ce développement industriel du nord du pays se réalise sur des modèles différents à l’est et à l’ouest de la région flamande. À l’ouest, dans le vieux tissu dense et urbanisé depuis le Moyen Âge, il s’agit essentiellement d’un développement endogène de PME locales, mené par des entrepreneurs qui sortent du vivier politique du mouvement flamand. Au nord-est et à Anvers dans la zone industrialo-portuaire, il s’agit plutôt de gros investissements étrangers implantés dans le contexte d’une position centrale dans l’Europe économiquement unifiée et qui bénéficient de la réserve de main-d’œuvre du Limbourg, dont les niveaux de fécondité sont restés fort élevés jusque dans les années 60. Évidemment, ces investisseurs étrangers ont trouvé des relais dans les milieux politiques flamands, qui ont profité de leur poids croissant dans l’appareil d’État pour multiplier les infrastructures attractives. Une double dynamique s’est mise en place, qui s’articule à la fois sur un fort ancrage des nouveaux milieux socio-économiques en essor dans les traditions flamandes et sur les structures de l’État belge, dans lesquelles, par la force du nombre, le monde politique flamand est devenu majoritaire.

Figure 2. Dynamique industrielle 1959-1974

Figure 2. Dynamique industrielle 1959-1974

8. La fédéralisation de l’État

21Cette dynamique s’articule donc sur une attitude ambiguë par rapport à l’État belge : d’une part, sa légitimité est reniée ; mais, d’autre part, il est mobilisé intérêts par les Flamands qui s’appuyent sur leur position majoritaire, en faveur des intérêts du Nord du Pays Cette ambiguïté s’exprime dans la confusion des positions à l’intérieur même du Parti social-chrétien flamand (le CVP), qui a contrôlé la vie politique flamande jusque récemment. À côté de cette stratégie entriste majoritaire, une frange extrémiste de droite du mouvement flamand aiguillonne le monde politique flamand en revendiquant pour sa part pour le moins une autonomie maximale, voire l’indépendance. Cela conduit à une série d’avancées flamandes.

  • 6 Par là, le nationalisme flamand adopte paradoxalement une attitude plus proche de la pensée politiq (...)

22En 1960, le refus exprimé par une partie des bourgmestres flamands de maintenir la question sur l’emploi des langues dans le recensement de la population conduit à l’abandon de celle-là. Cette position reflétait une volonté d’affirmer l’exclusivité linguistique sur le territoire de la Flandre et, en particulier, de ne plus voir rattachées à l’agglomération bilingue de Bruxelles des communes de la périphérie bruxelloise, devenues majoritairement francophones ou à forte minorité francophone par le fait de la périurbanisation. En 1963, cette agglomération est figée à dix-neuf communes. En même temps, la frontière linguistique est fixée définitivement : elle acquiert la même valeur d’intangibilité qu’une frontière d’État, non négociable, quel que puissent être les souhaits des populations locales6.

  • 7 Il est vrai que la Wallonie avait majoritairement refusé le retour du roi Léopold III lors du référ (...)

23À la même période, en Wallonie, majoritairement à gauche mais jusque-là plutôt belgicaine7, le choc de la crise économique explique la vigueur et le caractère prérévolutionnaire des grèves de l’hiver 1960-1961. La classe ouvrière wallonne, qui jusque-là avait vécu dans une illusion de prospérité économique, se trouve tout à coup confrontée à l’ampleur de la crise structurelle. Le mot d’ordre est aux réformes de structure anticapitalistes en même temps qu’au fédéralisme, puisque celui-ci est censé permettre plus aisément leur mise en œuvre dans une Wallonie débarrassée des pesanteurs de la droite flamande. Les revendications anticapitalistes sont dirigées contre le grand capital qui n’a pas organisé la reconversion de la Wallonie, qui a désinvesti. Or les sièges de ce grand capital sont à Bruxelles. Le paradoxe est dès lors que la révolte de gauche en Wallonie prend également une allure de refus d’alliance avec Bruxelles, même si Bruxelles, officiellement bilingue, est très majoritairement francophone. En quelque sorte, un refus de solidarité linguistique sur une base de classe ; la sensibilité politique dominante est socialiste en Wallonie, libérale à Bruxelles.

24Pour leur part, alors que les Wallons ne conçoivent pas de solidarité forte avec la capitale, les Flamands veulent au contraire l’englober dans la Flandre triomphante : ils la considèrent comme une ville historiquement flamande, francisée certes, mais seulement un peu plus que ne l’avaient été Anvers ou Gand, reflamandisées par la suite, ce qui est aussi leur projet pour Bruxelles.

  • 8 Les francophones ont défendu l’idée que, la communauté étant responsable de matières liées aux pers (...)
  • 9 Cela étant, l’affirmation progressive du fait fédéral amène aujourd’hui certaines distanciations ou (...)
  • 10 Par exemple, l’environnement, l’aménagement du territoire, l’agriculture, l’économie, le commerce, (...)

25La situation évolue ainsi vers la mise en place progressive d’une structure fédérale, affirmée de manière (provisoirement ?) définitive en 1993, mais qui de fait est en cours d’élaboration progressive depuis 1970, avec des révisons de la Constitution à chaque législature. Cette structure est complexe, avec des régions, compétentes pour les matières territorialisables, et des communautés, pour celles dites personnalisables, relatives aux personnes (enseignement, culture, soins de santé, etc.), encore que les Flamands aient imposé une territorialisation de fait des compétences des communautés, sauf à Bruxelles8. La structure est aussi dissymétrique, la région et la communauté ayant été fusionnées du côté flamand, ce qui a permis à la Flandre de choisir Bruxelles, située hors de son territoire régional, pour capitale9 ! Au contraire, une forme de méfiance par rapport à Bruxelles et le refus wallon de fusion des deux organismes, qui renvoient aux origines de la revendication fédéraliste wallonne, ont conduit au choix de Namur pour capitale de la région wallonne, entre les deux pôles concurrents de Liège et de Charleroi. Bruxelles se trouve donc, quant à elle, capitale de l’État fédéral, de la Flandre et de la communauté française. Les pouvoirs fédérés sont compétents en dernier recours pour les nombreuses matières qui leur sont dévolues10 ; pour celles-ci, il n’y a pas d’intervention de l’État central. Une Cour tranche les conflits de compétence entre les régions, et entre elles et l’État fédéral (figure 3).

Figure 3. La structure fédérale complexe de la Belgique : régions et communautés

Figure 3. La structure fédérale complexe de la Belgique : régions et communautés

9. Quel avenir pour la Belgique ?

26À chaque législature, des élargissements des champs de compétence des entités fédérées sont réclamés, en particulier par les Flamands ; ceux-ci ne reconnaissent que du bout des lèvres, quand ils le reconnaissent, le statut de Bruxelles-Capitale comme région à part entière. Une large fraction du monde politique flamand, il est vrai plutôt du côté des sociaux-chrétiens, aujourd’hui relégués dans l’opposition au niveau fédéral, formule aujourd’hui ouvertement un projet confédéral, voire, pour l’extrême droite, revendique la création d’une République de Flandre, incluant Bruxelles-Capitale, à qui serait tout au plus accordé un statut spécial dans le cadre flamand.

27Du côté wallon, on peut déceler, depuis quelques années, une certaine évolution des mentalités par rapport à Bruxelles, du fait sans doute d’un affaiblissement de l’aile ouvrière traditionnelle dans le Parti socialiste et des nouveaux facteurs que la région, consciente de sa faiblesse économique, commence à prendre en compte : la métropolisation, l’internationalisation ; le sentiment que la reconversion industrielle classique, telle qu’elle fut menée à partir des années 60, tentant d’attirer de gros investissements exogènes, ne pourra sortir la Wallonie de ses difficultés, qu’une attention portée à la croissance du tertiaire marchand et au développement de l’esprit entrepreneurial s’impose.

28C’est que la Wallonie a un déficit en grandes villes historiques fortes et en métropoles pouvant prétendre à une position significative dans une compétition internationale inter-métropolitaine. Liège compte moins de 500 000 habitants et est faible en commandement financier. Elle est en outre excentrée en Wallonie et continue de nourrir un individualisme principautaire par rapport au reste de la Wallonie. Le Hainaut ne se sent pas solidaire de Liège ; à l’intérieur même du Hainaut, Mons, chef-lieu de la province, ancienne capitale comtale, ville administrative et universitaire, est en compétition avec Charleroi, simple forteresse en terre namuroise sous l’Ancien Régime, devenue la première ville hennuyère par les effets de l’industrialisation du XIXe siècle ; Tournai, ancienne ville épiscopale picarde, se sent plus proche de Lille que de Charleroi et ne participe pas aux problématiques de l’ancien Hainaut charbonnier. Les sous-régionalismes wallons renvoient encore aux divisions d’Ancien Régime : il faut se reporter aux temps longs de l’histoire pour comprendre les nuances des sentiments identitaires contemporains.

29Aujourd’hui, le schéma de développement de l’espace régional wallon, qui s’inscrit dans le SDEC européen, indique que le développement wallon doit se faire dans le cadre d’aires de développement transrégionales. Cette phrase relativement banale a exigé deux ans de discussions politiques et paraissait à certains politiquement inacceptable. Elle implique la reconnaissance que le développement de Tournai doive se faire en relation avec Lille, que celui d’Arlon se conçoive en collaboration avec Luxembourg, que celui de Liège s’intègre dans un ensemble multipolaire avec Maastricht, Aix-la-Chapelle et Hasselt, et que celui du Brabant wallon, du Hainaut central et oriental et du nord de la province de Namur s’inscrive en coopération avec Bruxelles.

30La lente évolution de l’attitude wallonne envers Bruxelles tient sans doute aussi à une poussée libérale et écologiste, qui a associé ces deux partis au gouvernement wallon avec les socialistes, reléguant les sociaux-chrétiens dans l’opposition durant la précédente législature régionale : la capitale vote historiquement plus libéral, alors que la Wallonie vote plus socialiste. Les libéraux wallons ont donc une position plus forte en renforçant l’alliance avec Bruxelles, alors que les socialistes ont une position plus dominante en se repliant sur une identité wallonne. Témoigne de cette évolution le fait que la communauté française, « communauté française Wallonie-Bruxelles », avec même parfois une tendance à l’oubli de l’adjectif. C’est un signe politique. Pour les Wallons, cela signifie remplacer une dénomination neutre, recouvrant simplement le fait de la pratique d’une langue commune, par une autre traduisant une solidarité interrégionale à construire.

31Quant à Bruxelles-Capitale, ville internationalisée, avec un parc de bureaux considérable, c’est simultanément un lieu de fixation de populations déshéritées. Ses banlieues prospères, situées en région flamande et en Brabant wallon, lui échappent. Elle affirme donc l’objectif vital pour sa survie économique et politique de fixer sur son territoire des habitants à revenus suffisants pour assurer sa base fiscale, tout en évitant une perte de substance économique au profit de la périphérie. Cela impose des négociations avec les régions flamande et wallonne, qui tardent à se mettre en place. Faute de réaliser ses objectifs, Bruxelles dépendra par trop de transferts fédéraux, et la Flandre y verra confirmation que la capitale n’est pas une région à part entière et que ses propres objectifs de celle-ci sont réalisables.

32Vers quoi va-t-on ? La Belgique survivra-t-elle ? La question reste à ce jour sans réponse. L’évolution la plus probable est celle de nouveaux approfondissements d’un (con) fédéralisme de séparation, mais s’accompagnant peut-être aussi de possibilités accrues de négociations interrégionales directes. La dissolution de l’identité belge, que l’on a cru fondée pendant plus d’un siècle mais qui sans doute n’a jamais été pleinement réalisée de fait, préfigure peut-être ce que pourrait être une Europe des régions.

Notes

1 « structures et dynamiques du territoire français », L’espace géographique, 1973 ; Les villes européennes, Datar, 1989.

2 Présenté dans les vieux manuels scolaires comme la période de l’occupation espagnole, alors que les Habsbourg d’Espagne étaient évidemment les souverains légitimes, ce qui n’a évidemment limité en rien les exactions de leurs mercenaires. Le régime autrichien est tout aussi peu une occupation étrangère que l’occupation espagnole, du point de vue d’une légitimité dynastique d’Ancien Régime.

3 Voir à ce sujet J. Stengers, Les racines de la Belgique : histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, t. I, Bruxelles, Racine, 2000.

4 Pas toute la bourgeoisie d’ailleurs, puisque des fractions importantes de la bourgeoisie industrielle, à Liège et à Gand, et même à Bruxelles, mettront plusieurs années avant d’accepter la séparation, comme en témoigne la réticence de certaines Loges maçonniques à adhérer au nouveau Grand Orient de Belgique, voire le maintien de leur allégeance au Grand Orient des Pays-Bas. Quant à certaines fractions progressistes et intellectuelles, elles visaient plus une union avec la France de Louis-Philippe, par ailleurs refusée par les puissances, que l’indépendance d’un État où le poids conservateur catholique leur apparaissait devoir être trop puissant.

5 Une extrême droite rexiste, issue de la droite catholique, eut également son heure de gloire éphémère dans la seconde moitié des années 1930 en Wallonie, mais elle était plutôt ultraroyaliste et belgicaine, au moment où les tendances extrémistes de la droite flamande remettaient en question la légitimité de la Belgique. Sans être négligeable, la collaboration wallonne avec les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale fut moins importante qu’en Flandre et ne s’inscrivait pas de la même manière dans un contexte de liaison organique entre le mouvement nationaliste flamand et le pangermanisme national-socialiste.

6 Par là, le nationalisme flamand adopte paradoxalement une attitude plus proche de la pensée politique républicaine française que de la pensée ethnique germanique : c’est l’État, ici la région flamande, qui légitime un territoire, et ses limites ne sont pas discutables. C’est aux populations de s’assimiler, même si elles sont pour 90 % francophones. La question empoisonne toujours la vie politique belge. Ainsi, suite à la fixation de la frontière linguistique en 1963, quelques communes situées le long de celle-ci et autour de Bruxelles ont néanmoins bénéficié d’un statut dit à facilités : elles font partie intégrante de leur région, mais leurs habitants ont le droit de s’adresser à leur administration communale dans la langue de leur choix, les délibérations du Conseil devant toutefois se faire dans la langue de la région. Mais ici aussi, des difficultés surgissent régulièrement, du fait d’une interprétation opposée de la notion de facilités par les Flamands et les francophones. Pour les seconds, il s’agit d’un droit acquis. Pour les premiers, d’une mesure transitoire, destinée à préparer leur assimilation. Dès lors, durant la précédente législature, une circulaire du ministre de la Région flamande Peeters, ayant dans ses compétences la tutelle sur les communes, a imposé que les administrations adressent tout courrier, document, formulaire de taxation, etc. aux habitants de ces communes en néerlandais, à la suite de quoi les personnes pouvaient éventuellement demander individuellement et par écrit copie en français de ces notifications, la demande n’étant pas valable une fois pour toutes mais devant être réitérée à chaque courrier. L’espoir évident était une rapide lassitude des francophones.

7 Il est vrai que la Wallonie avait majoritairement refusé le retour du roi Léopold III lors du référendum de 1950, à la différence de la Flandre, mais, sauf parmi quelques fractions républicaines d’extrême gauche, plutôt sur base d’une attitude supposée de droite, antidémocratique et accommodante du roi par rapport à l’Allemagne en 1940-1945 que sur base d’une remise en question de la légitimité de l’institution monarchique belge. Lors des marches antiatomiques, voici une vingtaine d’années, il était étonnant de voir la forte majorité flamande dans ces manifestations, alors que la Flandre est bien plus à droite que la Wallonie. Certes, le mouvement chrétien flamand était porteur d’un fort courant pacifiste, mais, au-delà, l’explication tient sans doute aussi au fait que l’armée apparaît encore aux yeux de beaucoup de Flamands comme un dernier bastion, un refuge de l’unitarisme. Historiquement, les francophones étaient d’ailleurs mieux représentés dans l’armée, y compris aux échelons inférieurs de la hiérarchie : s’engager à l’armée ou à la gendarmerie fut, sûrement jusqu’à la Première Guerre mondiale, un moyen de promotion sociale plus accessible à des classes populaires francophones que néerlandophones.

8 Les francophones ont défendu l’idée que, la communauté étant responsable de matières liées aux personnes et non au territoire, elle pouvait étendre sa compétence à tous les francophones, y compris ceux des communes à facilités autour de Bruxelles, voire aux francophones de Flandre. Les Flamands rejettent cette interprétation et nient toute compétence de la communauté française sur le territoire de la région flamande, position confirmée par les organes d’arbitrage. Notons qu’il existe aussi à Bruxelles une structure communautaire commune, compétente pour les matières culturelles concernant simultanément les deux communautés.

9 Cela étant, l’affirmation progressive du fait fédéral amène aujourd’hui certaines distanciations ou du moins certaines différences d’appréciation entre la minorité néerlandophone de Bruxelles, qui a entériné la réalité régionale de Bruxelles, et la Flandre, qui conserve souvent son attitude anti-urbaine par rapport à cette capitale qu’elle ambitionne pourtant d’englober. Pour ajouter à la complexité, il faut noter la communauté germanophone, siégeant à Eupen, groupant neuf communes à l’extrême est de la Wallonie. Ces communes font par ailleurs partie de la région wallonne pour les matières régionalisées.

10 Par exemple, l’environnement, l’aménagement du territoire, l’agriculture, l’économie, le commerce, y compris l’essentiel du commerce extérieur, les travaux publics, les transports (sauf les chemins de fer et quelques autres compétences qui restent au niveau fédéral), etc.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de l’emploi industriel en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles (1846-1995)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2. Dynamique industrielle 1959-1974
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3. La structure fédérale complexe de la Belgique : régions et communautés
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540