Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 4. La gestion de la différence et le projet politique

Partie 4. Introduction

Texte intégral

1La gestion de la différence est toujours une composante du projet politique. Cette gestion renvoie aux sensibilités que manifeste le corps social vis-à-vis de la différence ; elle révèle les enjeux de pouvoir qui lui sont associés et, à un moment donné, elle reflète les coûts et les avantages estimés de cette différence. L’histoire de la construction des États et celle, aujourd’hui, de la construction européenne sont traversées par cette question récurrente de l’équilibre entre le projet politique associé à la valorisation de la différence/diversité et la gestion de cette dernière. La grande diversité des statuts octroyés à la différence et celle des méthodes empruntées pour sa gestion témoignent de la fragilité des constructions mises en place, l’unité sous-jacente recherchée n’étant jamais définitivement acquise.

2S’appuyant sur une idée de cohésion, de rassemblement, le projet politique a, par définition, une visée intégratrice. Il inclut, implicitement ou explicitement, une délimitation entre ce qu’il veut et ce qui n’entre pas dans son horizon. C’est donc à cette charnière que se trouve la question de la différence dans toute son ambivalence et tous ses paradoxes. Réduire les différences, voire leur échapper, en est la première expression, car celles-ci sont le plus souvent porteuses d’inégalités et de ségrégations incompatibles avec les idéaux politiques contemporains de la démocratie, lentement forgés sur le principe de l’universalité de l’égalité humaine. Cette perception négative de la différence cohabite avec la perception positive des diversités et le respect de la différence comme identité de l’autre. Les temps présents bruissent autant de l’une que de l’autre perspective. L’approche de cette partie, par des cas délibérément hétérogènes, en montre la variété, et l’imbrication des démarches de compromis qui en résultent.

3Malgré l’apparente opposition entre ces deux approches, c’est bien tout d’abord la question de leur coexistence qui compte. À travers le cas des pays scandinaves si soucieux d’égalité, Lena Sanders montre bien deux aspects de cette coexistence. D’une part, gérer les différences n’est pas synonyme de tenter de les supprimer. Il s’agit avant tout de bien les repérer, de les connaître dans leurs dynamiques, pour trouver une très large palette de solutions adaptées, afin que différence et égalité soient conciliées. D’autre part, il faut tenir compte de l’instabilité de la solution préconisée. Retenue pour son efficacité, sa durée de mise en œuvre n’en sera pas moins limitée, car surgissent d’autres différences qui viennent en remettre en question le bien-fondé. Ainsi au cours des trente dernières années est-on passé d’une gestion assez simple de la différence, consistant à fournir les mêmes conditions de vie à tous les individus, au prix d’une certaine uniformité, à une gestion accordant plus de place aux identités et aux choix individuels. Le défi le plus radical de l’égalité dans la différence n’est autre que celui des sexes, devenu politiquement la question des genres (gender question). Comment imaginer en 1957, lors de la fondation de ce qui deviendra l’Union européenne, que l’égalité des genres serait imposée comme une priorité par le traité d’Amsterdam de 1997, et précisément par les Scandinaves ?

4Souvent, pour un projet politique donné, la gestion de la différence passe par sa gestion territoriale, et ce de trois façons au moins. La première est celle, longuement analysée dans la partie précédente, des découpages administratifs pour construire le territoire global ; la forme et la nature des maillages visent à une certaine idée d’intégration tout en étant porteuses d’organisation différenciée et le plus souvent hiérarchisée. Les politiques d’aménagement du territoire et de développement régional en sont un deuxième volet. Que ce soit au niveau national, ou, désormais, au niveau européen, l’objectif de ces politiques est de résorber les différences jugées dangereuses que sont les inégalités interrégionales, d’assurer par une certaine convergence une cohésion du territoire global. Une littérature abondante est produite sur cette question. La contribution de Violette Rey dans la première partie de l’ouvrage esquisse certains de ses enjeux. Le projet d’intégration sociale par l’intervention et la contrainte spatiale est un troisième volet de la gestion territoriale des différences. On compte alors sur la rigidité des localisations pour compléter des procédures plus classiques d’aide sociale, et renforcer l’efficacité du projet de mise en situation d’égalité. Lena Sanders montre un bel exemple de cet usage du territoire à des fins d’égalisation et d’intégration. La tentative faite en Suède de répartir des immigrés sur l’ensemble des communes suédoises, où ceux-ci sont assurés du logement et de formations, visait à favoriser l’égalité des chances en matière d’insertion sociale tout en facilitant l’intégration. La durée de cette expérience en montre à la fois l’efficacité et les limites ; beaucoup d’immigrés s’efforcent assez rapidement de quitter leur première résidence assignée pour rejoindre dans les grandes villes leurs co-nationaux. À travers une montée de la démocratisation, de plus en plus centrée sur des pratiques individuelles de type consumériste, et une mobilité plus grande, on voit alors se dessiner une remise en question du projet d’égalité et d’intégration mis en œuvre par des politiques que l’on pourrait qualifier de dirigistes, remise en question au nom de l’affirmation du choix de l’individu et de son droit à la différence.

5Le modèle étatique est lui-même directement imprégné du statut qui est octroyé à la différence/diversité. L’État-nation, modèle majoritaire en Europe, relève d’une conception unitaire qui relègue la diversité à la cellule sociale élémentaire et à la sphère privée, alors que le modèle de l’État fédéral met la diversité au fondement même de sa construction. Comment se fait ce choix sur le statut de la diversité ?

6L’interprétation que Christian Vandermotten propose de la composition puis décomposition identitaire de la Belgique, laquelle à la fin du XXe siècle quitte la formule unitaire pour la formule fédérale, a le mérite de sortir le projet politique de son anonymat, d’identifier à la fois les porteurs de projet et les contextes d’évolution. L’État belge, né en 1830 mais non fondé sur une revendication très forte d’indépendance, se construit sur la promotion d’une idéologie nationale alors en ébullition dans l’Europe du printemps des peuples et de l’éveil des nations. Ses supports concrets en sont l’expansion industrielle wallonne avec sa bourgeoisie, tandis que la Flandre rurale et pauvre se replie dans un mécontentement latent. Le renversement de l’essor économique de la Wallonie vers la Flandre durant le XXe siècle conforte le mouvement flamand, qui mobilise son identité linguistique pour consolider ce renversement, et affirmer sa différence en obtenant une fédéralisation de l’ancien État unitaire. L’évolution de l’État belge, où la formule de l’État-nation manquait d’un enracinement ancien, met en évidence la faible prise en compte de la différence initiale, et donc au début sa non-gestion dans une perspective de reconnaissance intégratrice. Ceci soulève deux questions, celle du moment opportun de sa prise en considération, celle du statut que l’on octroie à la différence : la différence comme essence irréductible ? la différence comme modalité périodiquement instrumentalisée dans une situation politique donnée ?

7Cet exemple placé au cœur de l’Europe occidentale relativise la pseudo-singularité des pays d’Europe de l’Est en voie d’intégration dans l’Union européenne : tous de création récente, souvent moins d’un siècle, fondés sur le principe de l’État-nation alors même qu’ils recouvraient des identités ethniques multiples, leurs groupes sociaux dominants restent accrochés au principe unitaire et refusent des formules fédérales par peur d’éclatement et de reconfiguration des États antérieurement institués.

8L’appartenance ou non à une entité politique relève aussi de la figure de la différence, et de la gestion de la limite, de l’interface entre elle et ce qui n’est pas elle. C’est à ce problème qu’est rudement confrontée l’Union européenne en cours d’élargissement. Comme le rappelle Gilles Lepesant, aucun critère ni aucune combinaison de critères ne peut fournir la formule d’une appartenance/exclusion à l’entité Europe. L’insertion d’un État est un acte de choix politique, dépendant autant de compromis que de principes. L’établissement de la frontière orientale de l’Union européenne soulève maints problèmes de gestion (contrôle de l’immigration selon les accords de Schengen, cas des minorités vivant de l’autre côté…), tandis que la discontinuité des niveaux économiques est encore à l’intérieur de l’espace en cours d’élargissement. Le parti pris de l’Union européenne de ne pas donner une limite d’extension (tout en imposant les règles de Schengen à sa frontière), mais de procéder à des ajustements de compromis est une réponse pragmatique, lourde d’insatisfactions, qui révèle l’impossibilité de trancher sur cette question différencel appartenance. Elle conduit de fait à repenser l’interface comme un ensemble de fonctionnements différenciés, comme une zone de marge (sinon de marche), où s’imbriquent différentes modalités de différences qui en construisent l’individualisation d’entre-deux à un moment historique donné.

9La question du statut de la diversité/différence, lue à travers cette analyse empirique des rapports entre gestion de la différence et projet politique, donne un éclairage à la question ainsi reformulée : où, quand, comment, la diversité peut-elle être garante de la solidité et de l’efficacité d’une construction politique ? Car la contextualisation géo-historique fournit une part non moins essentielle d’interprétation que les principes politiques et les essences identitaires. La composante culturelle et civilisationnelle scandinave de l’homogénéité joue à plein pour traiter des différences en en gommant les aspérités. La solidité des constructions politiques, leur capacité de se conserver tout en se transformant (leur degré de résilience), paraît relever moins de leur manière de gérer la différence que de l’ancienneté et la durée de leurs structures élémentaires fondamentales (voir Suède, France, Belgique, Pologne…). Par ailleurs, symbolique et fonctionnel, identitaire et économique sont moins indépendants que les analyses spécialisées le laisseraient supposer. Ils se relaient et/ou s’épaulent mutuellement, tous les cas analysés en sont la preuve. Enfin, le rôle des comportements individuels apparait comme une composante dynamique de la différenciation contemporaine. C’est ce que montre le rôle des immigrés introduisant de la différence inconnue et dérangeante avant que celle-ci ne soit perçue comme diversité, et de l’instabilité, laquelle, toujours associée à la mobilité, est reconnue comme une autre modalité de la diversité. Conclusions qui pourraient paraître banales, sauf que ni le niveau des comportements individuels, ni la figure de l’immigré, ni le thème de la mobilité ne relevaient des sujets abordés !

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540