Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 3. Maillages et territoires

Maillages administratifs officiels et identités territoriales officieuses : les échelons spatiaux de la différenciation identitaire en Roumanie

Official Administrative Divisions and Unofficial Territorial Identities : Spatial Levels of Identity Differentiation in Romania

Octavian Groza

Résumé

Octavian Groza starts from the idea that simply by virtue of being at work, structures of territorial control can reduce territorial identity to mere identity discourses, which gain in importance what they lose in meaning. Arguing that such processes are at work today in Romania on the regional and departmental levels, the author underlines some mechanisms tending to dissolve territorial identities into identity discourses, which are then reduced to transient and preconceived territorial forms. According to the author, the idea of European identity is also caught in this meaning-destroying process.

Texte intégral

1Notre réflexion repose sur la distinction que nous établissons entre différence et différenciation territoriale. On part ici de l’idée que la différence s’élaborerait à travers un discours, personnel ou collectif, qu’elle appellerait une confirmation officielle explicitée pour une communauté tout entière. La différence serait donnée a priori. Individuellement contraignante, elle serait abrupte, bruyante, décisive et, durant certaines périodes, statique. À l’inverse, la différenciation territoriale serait avant tout liée à une histoire personnelle, liée à la situation du moi dans les cadres spatiaux, économiques, sociaux et culturels des territoires. Implicitement partagée par la majorité des membres d’un groupe, une situation, devenue situation moyenne des moi, serait créatrice du nous d’une communauté. La différenciation est lente, silencieuse, relative, et perpétuellement dynamique. Elle se construit et évolue chaque jour. La différence ne serait donc pas une conséquence du processus de différenciation, mais bien le résultat d’un détournement du sens de ce processus.

2L’identité territoriale comme résultat direct de la différenciation et non de la différence est le postulat de la réflexion qui suit. Alors que la différence est le résultat d’un conflit violemment vécu, dans la mesure où elle se traduit le plus souvent au niveau des formes, la différenciation résulte d’un état conflictuel latent, jamais concrétisé, et situé au niveau des contenus. Entre la différence et la différenciation, entre la forme et le contenu, il y a les structures. Les structures encadrent les contenus et engendrent les formes. Ce sont elles qui rendent légitime l’état conflictuel et qui déclenchent les conflits qui vont créer les différences. Les structures séparent la cause que représente le processus de différenciation, de l’effet qui produit les différences. Ces structures agissent le plus souvent selon des lois qui leur sont propres. À partir de mêmes contenus, porteurs d’états conflictuels non destructifs, elles sont capables de construire des différences. Ainsi les structures d’encadrement territorial peuvent par le seul jeu de leur fonctionnement contribuer à réduire l’identité territoriale à de simples discours dentitaires. Ce faisant, cette identité territoriale gagne en valeur idéologique ce qu’elle perd en sens.

3Ce processus, engendrant à la fois perte de sens et gain de valeur pour l’identité territoriale, affecte plusieurs territoires européens, dont celui de la Roumanie. Nous retenons ce dernier exemple pour entrouvrir la porte sur une analyse plus fine, et qui reste pour l’essentiel à construire, des mécanismes qui, aux deux échelons géographiques du département et de la région, tendent à broyer les identités territoriales et à les fondre dans les creusets des discours identitaires, pour les réduire ensuite à des formes territoriales préconçues et éphémères. L’idée d’identité européenne est elle-même prise dans ce processus destructeur de sens.

4Comme la plupart des pays du Vieux Continent, la Roumanie est une construction composite, résultant de pertes et de gains territoriaux, de provinces ajoutées, perdues, réintégrées, mais elle a une expérience du centralisme beaucoup plus courte que d’autres pays et une évolution géopolitique qui la différencie très nettement de celle de la France, par exemple (figure 1). Deux de ses trois grandes régions historiques, la Moldavie et la Valachie (le Vieux Royaume après l’Union de 1859), ont évolué depuis leur constitution comme des espaces tampons entre les grandes empires voisins qui se sont succédé au fil du temps (bulgare, lituanien, polonais, russe, ottoman, magyar, austro-hongrois). La troisième région, la Transylvanie, a évolué durant plus de huit siècles dans le cadre des empires du centre européen (royaume hongrois, Empire austro-hongrois), avec des périodes d’évolution autonome, surtout après la défaite des Hongrois à Mohács, en 1526. Pour ces trois grandes provinces, les états conflictuels créateurs d’identité territoriale, et les contenus de ces identités, doivent être abordés différemment.

1. Le département roumain entre forme et contenu

5L’analyse des vicissitudes du maillage départemental est un bon angle d’approche pour saisir les spécificités des rapports qui, dans ces régions historiques, ont pu s’instaurer entre différence et différenciation, entre forme et contenu.

Dans les provinces du Vieux Royaume, le département relève de la différenciation neutre

6Dans ces provinces, le pouvoir central exercé par le prince se transmettait hiérarchiquement au niveau local par les représentants du trône et par les grands propriétaires. Les pouvoirs de ces derniers encadraient des espaces identifiés par rapport à un centre local, implanté en général dans les principales bourgades. Ces espaces, équivalant à des départements, étaient appelés en Moldavie ţinut, pluriel ţinuturi (qui tiennent de), ainsi le ţinut de Huşi, le ţinut de Neam. Dans la première moitié du Xe siècle, la Chronique du monastère de Putna identifie 24 ţinuturi et leurs chefs-lieux, nombre presque équivalant à celui des départements de l’entre-deux-guerres. En 1832, à la suite de la perte de la Bessarabie et de la Bucovine du Nord, la région comptait 16 ţinuturi, eux-mêmes découpés en 76 sous-divisions (ocol, pluriel ocoale). Dans le langage paysan actuel, l’identification d’un lieu ou d’une personne par l’expression tenir de ou être rattaché à (a ţine de) quelque chose, comme une mairie, une organisation, une commune, est encore très employée. En Valachie, l’équivalent de ţinut était le judeţ, pluriel judeţe, c’est-à-dire l’espace sous l’autorité de quelqu’un ayant le pouvoir de juger, d’un juge (judecator ). Les premières attestations documentaires des organisations féodales valaques sont dues au chroniqueur du roi Belá IV de Hongrie (1247), tandis que celles des judeţ, terme d’ailleurs utilisé actuellement en Roumanie pour désigner l’équivalent du département, datent de 1415 (le judeţ de Motru en Valachie). Ces formes anciennes de découpage administratif sont encore présentes dans la tête des habitants. Ainsi dans le monde paysan, si la personne interrogée part pour le chef-lieu du département, il est fréquent que, à la question « Où vas-tu ? », elle réponde « la judeţ »(« au jugement ») : il ne s’agit évidemment plus du sens initial du terme (jugement), mais du sens administratif contemporain.

Figure 1. La construction du territoire étatique moderne de la Roumanie

Figure 1. La construction du territoire étatique moderne de la Roumanie

7L’identification spatiale des habitants avec les ţinuturi et les judeţe est un fait acquis dans le Vieux Royaume. Elle résulte d’une identification de longue durée, neutre du point de vue conflictuel (politique, religieux, culturel ou d’un autre ordre). Pourtant, à travers le discours politique soumis au projet national et en dépit de sa nature neutre, ce maillage fondamental du territoire a fait l’objet de plusieurs actions et interventions des structures du pouvoir, promptes à manipuler l’état conflictuel des contenus locaux.

8La première intervention en ce sens a été consécutive à l’union de la Moldavie et de la Valachie (1859), concrétisée par la loi d’organisation administrative du 31 mars 1864, complétée en 1874, 1894 et 1904. En échange d’un prince moldave à la tête du nouvel État réunissant les deux régions historiques (et appelé Vieux Royaume), Bucarest, et non Iaşi, fut choisi comme capitale de la Roumanie, et les élites de Valachie ont imposé au nouveau pays l’organisation administrative valaque en judeţ, plasa et, nouveauté, communa. Cela n’a pas changé les référentiels spatiaux des habitants, puisque les chefs-lieux sont restés à peu près les mêmes, et que la population a continué de penser en termes de tenir de en Moldavie ou aller au judeţ en Valachie. Après l’union avec le Vieux Royaume de la Transylvanie, de la Bessarabie et du quadrilatère du sud de la Dobroudja (1918), l’organisation administrative en place a été étendue à tout le territoire.

9Plus brutale, la deuxième intervention a été la réforme administrative de 1950, ajustée en 1952, 1956, et 1961. Les buts de cette réforme devaient contribuer à une meilleure gestion du territoire dans le contexte des nouvelles conditions sociopolitiques. Cependant, le remplacement de l’ancienne organisation administrative par une nouvelle, d’origine soviétique et centrée sur des régions et des raïons, ne pouvait pas cacher le véritable projet de cette réforme, celui de détruire les moules de l’identité territoriale qu’étaient les judeţe. Ce projet moins avouable de la réforme n’a pas été atteint, en raison de la courte vie de cette organisation, remplacée en 1968, sous Ceauşescu, par une organisation en judeţe et communes, qui n’avaient en commun avec la formule d’avant 1950 que les dénominations. L’objectif déclaré était à la fois la désoviétisation et la reprise du projet national/nationaliste. Pour la première fois en Roumanie, le maillage devenait ainsi explicitement un instrument de modélisation des identités territoriales : le système communiste voulait certes rompre avec la soviétisation de la Roumanie, mais il souhaitait aussi en finir avec les structures anciennes du territoire roumain. Il a donc tenté de le faire par un changement des codes et des signes de l’organisation administrative. En liaison avec les mythes du communisme, ceci s’est traduit par la réduction du nombre des communes et des départements, par un changement de l’appartenance départementale de certaines communes et du nom de certaines autres, etc. La manœuvre n’a pourtant pas réussi, la mémoire collective des anciennes dénominations restant vive. Il n’était pas rare d’entendre les gens dire « le village de Padureni, jadis Brateni » ou « le département de Olt/Teleorman, autrefois Romanaţi ». Et c’est au nom de cette mémoire vive qu’après 1990 l’idée de retrouver l’ancien maillage a fait surface et a vite trouvé un certain support populaire. La pérennité des structures identitaires neutres doit donner à réfléchir.

En Transylvanie, le département relève de la différenciation conflictuelle

10Des trois régions, la Transylvanie est celle où l’organisation administrative a été la plus stable au long des sept derniers siècles. Du point de vue administratif-territorial, l’équivalent du département était le comitat, (pluriel comitate ). Cependant, pour les zones peuplées par les saşi (population d’origine allemande) et par les secui (szekely, population d’origine hongroise), le maillage correspondait à celui des scaun, pluriel scaune. Enfin étaient individualisés des districts impériaux. En 1784 il y avait en Transylvanie sept comitate, sept scaune des saşi, cinq scaune des secui et quatre districts impériaux.

  • 1 Les dix-huit « pays » (de Oaş de Chioar, de Silvania, de Beiuş de Zarand, de Almăj, de Lăpuş de Năs (...)

11Alors que dans le Vieux Royaume, le département a été la structure officielle adoptée dès le début par les populations autochtones, en Transylvanie son équivalent a été imposé par l’administration royale hongroise, puis par celle impériale des Habsbourg. Selon la position officielle de la cour royale/impériale, les Roumains, pourtant majoritaires, étaient considérés nation tolérée. Vivant dans un environnement spatial où tous les codes, ceux des toponymes surtout, mais aussi ceux des organisations politiques, sociales, religieuses, portaient l’empreinte étrangère, la population roumaine a choisi de rester calée sur les pays, très anciennes organisations infra-régionales, constituées dans les trois ou quatre premiers siècles du deuxième millénaire1. Ce comportement est encore repérable aujourd’hui, les Transylvains de nationalité roumaine s’identifiant plutôt comme des lapuşeni (du pays de Lapuş), des maramureşeni (du pays de Maramureş), des oşeni (du pays de Oaş), de moţi (du pays des Moţi), des bârseni (du pays de Bârsa), des făgărăşeni ou des haţegani (du pays de Făgăraş ou de Haţeg), etc. Essentiellement urbaines ou regroupées en colonies compactes, les populations allemandes ou hongroises s’identifiaient plutôt à partir des villes ou des divisions administratives officielles, comitate, scaune ou districts. Ces formes d’identification étaient tellement fortes que l’essai, en 1784, de modernisation administrative par l’empereur Joseph II a engendré le mécontentement des autorités locales, lesquelles ont obtenu en 1790 le retour à l’ancienne organisation. L’union de 1918 avec le Vieux Royaume a apporté à la Transylvanie l’organisation en judeţe, plase, et communes, sans que changent les référentiels identitaires spatiaux des Transylvains. Tant le refus par la population roumaine de la modernisation administrative de l’empereur Joseph II que le très faible effet de la réforme de 1918 sur les référentiels identitaires spatiaux expliquent probablement le peu d’écho qu’a eu en Transylvanie le projet de 1990 de reconstitution du maillage administratif de l’entre-deux-guerres.

12Cette brève analyse comparée des mécanismes de construction de l’identité spatiale en Transylvanie et dans le Vieux Royaume met en évidence, d’une part, le rôle des longues durées dans les processus de différenciation identitaire, et d’autre part, la solidité des identités ainsi construites. Cette analyse révèle les deux mécanismes non violents de la construction identitaire. Pour le Vieux Royaume, il s’agit de la création d’une sécurité individuelle/collective offerte par un maillage départemental historique que de multiples négociations et transactions sociales, économiques et politiques ont façonné. Ces transactions territoriales sont généralement restées dans le registre du neutre, des petits conflits de propriété ou d’autorité n’étant apparus qu’aux confins des structures spatiales. En Transylvanie, les conflits à l’origine de la construction identitaire n’ont pas de racine au niveau de clivages spatiaux entre groupes ethniques différents ou entre groupes ayant des fonctions de pouvoir différentes. L’état conflictuel est présent au niveau de l’imaginaire individuel/collectif. Il se rattache à cette quête permanente de la localisation du moi (du nous) par rapport aux autres, qu’ils soient différents ou pas. Ainsi, les Roumains du pays de Oaş ne se disent pas oşeni seulement par rapport aux Hongrois, mais aussi par rapport aux Roumains maramureşeni, du pays de Maramureş qui leur est immédiatement voisin. Si, dans le Vieux Royaume, l’identité départementale est plus ou moins officielle, en Transylvanie elle est essentiellement officieuse, l’une n’étant pourtant pas plus faible que l’autre. Ceci peut aussi expliquer que les Transylvains, qui ont toujours eu manifestement tendance à officialiser l’identité territoriale, maintiennent une sorte d’attitude de fronde vis-à-vis des décisions centrales prises à Bucarest. Cette dernière remarque renvoie à la question de l’identité régionale.

2. La région, ou la schizophrénie officielle

13Durant près d’un millénaire, chacune des trois grandes régions historiques de la Roumanie actuelle a suivi son chemin. Au-delà de dimensions structurelles d’unité telles la langue, la foi religieuse, ou encore l’origine ethnique, leur quotidien doit être pris en compte. C’est la vie quotidienne, celle que vivent les personnes, qui apporte heurs et malheurs aux communautés, cette vie quotidienne animée, soutenue ou malmenée tant par le progrès et la modernité que par les guerres, les influences des voisins et celles des routes du commerce et de la culture. Le besoin de sécurité identitaire territoriale, qui se manifeste à l’échelle des régions ou des États, naît dans ces contextes. Les trois régions roumaines ne font pas exception. Or, si à l’échelon infra-régional, la différenciation est un vecteur décisif de la construction identitaire, l’intérêt étant de se définir spatialement par rapport aux autres, il n’en va pas de même à l’échelon interrégional. À cet échelon, les choses se compliquent du fait des frictions intervenant entre les macrostructures d’encadrement territorial. Certes le processus de différenciation y joue toujours, mais l’immixtion du politique et celle du militaire, qui y sont beaucoup plus fortes, inclinent à détourner l’identité en direction des discours identitaires. Sous la pression de ces derniers, à la différenciation qui suffit pour affirmer son identité – l’autre est comme moi, mais il s’appelle Turc, Hongrois, Russe et vient d’ailleurs ou habite ailleurs –, on tente de substituer la recherche de différences. Dans ce cas, l’autre n’est pas comme moi : il est païen, ou catholique ou orthodoxe, il est Noir ou Blanc et, pire encore, il vient habiter chez moi. Les trois provinces roumaines ont emprunté ces deux voies.

Différenciation et parachèvement des identités régionales

14Dans le Vieux Royaume, les affrontements armés interrégionaux du Moyen Âge et les disputes entre princes locaux au sujet de l’autonomie de leurs fiefs, mais aussi le fonctionnement des mécanismes pacifiques de la différenciation ont permis le parachèvement des identités régionales et infra-régionales : on était valaque, munténien, olténien, moldave, dobrogeni (de Dobroudja). On a noté comment des identités infra-régionales avaient vu le jour en Transylvanie. Un chroniqueur du prince valaque, Michel Le Brave, fait héros de la première union des Roumains par l’historiographie mise au service du projet national, écrivait : « […] et Michel vainquit le Transylvain et le Moldave et les attacha comme des ânes à son char de guerre » (Boia, 1997).

15Mais on sait aussi que la différenciation par rapport aux empires voisins, prise au sens d’état conflictuel latent, a été souvent remplacée par la mise en route de mécanismes d’affirmation de la différence, et donc par le passage de cet état conflictuel à l’ouverture de conflits ouverts et violents, qui laissent des traces dans les mémoires collectives. Alors, les Moldaves s’identifient par rapport aux Slaves (Polonais, Russes), les Valaques s’affirment par rapport à une frontière multiséculaire avec la Sublime Porte et s’identifient par rapport aux Turcs. Les Roumains transylvains se définissant par rapport aux Hongrois, tout comme les Bulgares par rapport aux Grecs, les Grecs par rapport aux Turcs, source de tous leurs malheurs, les Français par rapport aux Anglais ou aux Boches, leurs ennemis traditionnels. On pourrait allonger l’énumération.

Les divisions historiques hantent les nombreux projets avortés de constructions régionales

16Tout cela a construit des identités régionales fortes, mais qui ne collaient pas avec le projet unitaire et national/nationaliste des États qui ont vu le jour à la fin de la Première Guerre mondiale, et donc avec les structures politiques successives qui ont gouverné la Roumanie. La royauté, la dictature royale, la monarchie parlementaire, la dictature militaire, puis le régime communiste et enfin les pouvoirs républicains, qui se sont succédé à Bucarest depuis la fin de cette Première Guerre, ont en commun de n’avoir jamais osé construire un maillage territorial supérieur à celui des départements, qui aurait pris appui sur ces identités régionales et sous-régionales, c’est-à-dire sur celles qui ont le plus de sens. Pourtant, les essais de construction des sous-divisions administratives capables de se calquer sur ces divisions historiques peuvent être suivis tout au long de l’évolution de l’organisation administrative du territoire roumain. Dès 1862, Barbu Catargiu proposait la création des préfectures générales (prefecturi generale), qui devaient grouper plusieurs départements (judeţe). Depuis cette date, une véritable panoplie de propositions a vu le jour, s’enrichissant sans cesse : capitanii generale (Rosetti, 1888), dregatorii (Carp, 1907), circumscripţii regionale (Carp, 1912), régions (regiuni) du projet libéral de 1918, provinces (provinciile) de Constantin Ioan Negruzzi de 1919, régions de la commission dirigée par Simion Mehedinţi en 1920, régions du projet de Constantin Argetoianu initié en 1921 et repris en 1931, provinces (provincii) apparues tant dans le projet de loi du Parti national en 1922 que dans le projet du roi Carol II en 1938, et encore dans le projet du maréchal Ion Antonescu en 1944. Le cas des régions de type soviétique, officialisées par la loi d’organisation administrative-territoriale n° 5 du 8 septembre 1950, et maintenues en place jusqu’à la réforme administrative de 1968, doit être considéré à part (Cosinschi-Meunier et al., 1998 ; Nistor, 2000). Ce souci d’équiper l’administration centrale d’un maillage conforme aux nécessités de la gestion territoriale n’a pas pu vaincre le projet idéologique de la nation unitaire, dépourvu de repères identitaires régionaux.

Les tendances au détournement de l’identité dans les tentatives de régionalisation

  • 2 Ces sept entités rassemblaient la Munténie (chef-lieu : Bucarest), la Bucovine (Cernauţi), la Bessa (...)
  • 3 Olt, Bucegi, Ţinutul Marii (la Contrée de la Mer), Ţinutul Dunării de Jos (la Contrée du bas Danube (...)

17Si on laisse de côté les deux provinces de Bessarabie et de Bucovine définies par l’administration militaire d’Antonescu, il n’y a eu dans l’histoire moderne de l’administration territoriale roumaine que deux périodes, de deux ans chacune, qui aient connu une organisation régionale de la Roumanie. La première porte sur la période 1929-1931. À l’initiative du Parti national-paysan (Partidului Naţional-Ţărănesc), sous l’administration de Maniu, la loi d’organisation de l’administration locale du 3 septembre 1929 a défini sept unités de type régional, les directorats ministériels locaux (directorate ministeriale locale), « en tant qu’institutions de déconcentration et d’intégration administrative » (Nistor, 2000)2. Comme c’est aujourd’hui le cas, la sensibilité nationale n’a pas manqué d’imposer des solutions de compromis. Ainsi, le terme de région ou de province a été banni. Qui plus est, du point de vue fonctionnel ces directorats étaient seulement conçus comme des organisations territoriales du pouvoir central, les exigences régionales étant coordonnées à travers les associations de départements qui, à l’intérieur des directorats, avaient personnalité juridique. Le nationalisme de Nicolae Iorga, dont le gouvernement a succédé à celui de Iuliu Maniu, a conduit à l’éradication de cette forme de modernité administrative, et la dictature royale s’est placée dans cette continuité. En effet, si le roi Carol II a repris l’idée régionale, il n’a accordé aux nouvelles unités administratives que la dénomination neutre de contrée (ţinut), et leur a attribué des noms plus neutres encore. Les dix ţinuturi portaient en effet les noms des oronymes ou des hydronymes locaux3. C’est ce même souci de ne pas donner des appellations historiques aux unités administratives qui a caractérisé les choix des communistes roumains, strictement surveillés par les commissaires soviétiques. Les régions établies par la loi de 1950 (28 régions), modifiée en 1956 (16 régions), ont gardé les mêmes dénominations neutres. C’est seulement après la retraite des troupes soviétiques, et durant le timide dégel politique initié par Gheorghiu-Dej, secrétaire du Parti communiste, que, à travers la modification de la Constitution et de la loi administrative (le 27 décembre 1960), cinq régions sur seize ont repris leur dénomination historique : Banat, Crişana, Dobrogea, Maramureş et Olténie. Les autres sont restées régions de Argeş, Bacău, Braşov, Bucureşti, Cluj, Galaţi, Hunedoara, Iaşi, Mureş-Autonomă Magyare, Ploieşti et Suceava (Groza, 2001).

18L’anesthésie totale de la région date du temps du national-communisme. La réforme administrative de 1968 a eu trois cibles : anéantir les anciens repères identitaires, créer d’autres repères territoriaux raccordés symboliquement à l’image du Parti communiste, et créer des unités administratives combinant localement le politique et l’économique, et reconstituant à cet échelon le schéma de l’administration centrale. C’est le dernier volet de la stratégie qui a le mieux réussi. Le département est devenu une structure rigide de gestion renfermée sur elle-même, sorte de réplique involontaire des alvéoles ancestrales de la construction territoriale roumaine. Très stable à l’échelle de l’histoire administrative roumaine, la structure de 1968, encore en place, a constitué une trame spatiale départementale extrêmement puissante, strictement contrôlée par l’idéologie communiste. Cela a fini par inculquer aux habitants des sentiments d’appartenance départementale. Ce sentiment était d’autant plus fort que les départements ne pouvaient pas mettre en route des stratégies de coopération interdépartementale, ce qui aboutissait à une exacerbation des différenciations socio-spatiales propres à ce niveau administratif.

19La propagande officielle a violemment promu deux niveaux administratifs seulement : le département et la patrie, devenus les deux matrices identitaires de la nation. La région n’apparaissait que très peu dans le discours public, soit reléguée dans le cadre neutre des bulletins météorologiques, soit reprise dans les matrices obsolètes et démodées de quelques spécificités folkloriques, à une exception près cependant. La Transylvanie (réduite à Ardeal, sa partie centrale) se devait d’entretenir le feu sacré du nationalisme. De ce point de vue, pendant presque quarante ans, la Roumanie n’a eu qu’une seule région – l’Ardeal.

20Après 1989, on attendait un retour de la région sur le devant de la scène. L’événement s’est produit, mais pas officiellement. Les muguets des régions ont fleuri à partir des racines qui ont survécu dans l’imaginaire quotidien des habitants. Les médias ont très vite saisi le processus. Radio Cluj est devenu Radio Transilvania et Radio Iaşi est à présent Radio Moldova ; récemment Radio Valahia a commencé ses émissions. Des journaux, des maisons d’édition, des émissions (voire des chaînes) de télévision ont de plus en plus de connotations régionales. Il y a des réseaux de distribution commerciale des biens et des services à développement régional. Les réseaux interurbains de transport privé des personnes ont des extensions régionales, ce qui accélère et enrichit la vie économique et sociale à l’intérieur des régions. Les agences de tourisme vantent les atouts d’une région ou d’une autre et pensent leurs stratégies en termes de marché régional. Il y a des dynamiques régionales en plein essor, fondées sur des coopérations et surtout sur des concurrences positives, qui semblent échapper à l’attention des pouvoirs en place. Soumis aux mêmes peurs de fédéralisation de la Roumanie, qui caractérisaient le milieu politique de la première moitié du XXe siècle, les gouvernements successifs d’après 1989 ont évité de toucher à la question régionale (Groza, 2002).

21Pourtant, les huit régions de développement créées en 1997 ne semblent pas prendre en compte ces dynamiques, en partie parce que leur nombre implique un découpage des trois régions historiques et que leur dénomination a été choisie dans le registre le plus neutre qui soit, dans la grande tradition précédemment évoquée. Ces régions sont pour l’heure des régions statistiques dont la viabilité territoriale reste totalement à prouver (Rey et al., 2000).

Figure 2. La peur de la régionalisation

Figure 2. La peur de la régionalisation

22En conclusion, la sensibilité aux régions historiques reste vive à la fois dans la conscience collective et dans la vie ordinaire, ayant même résisté aux conditions de la dictature de Ceauşescu. Cet héritage culturel est désormais vanté au grand jour, sur tous les médias et dans tout le système d’enseignement. L’intégration dans l’Union européenne écartera-t-elle les peurs insidieusement induites dans les consciences et permettra-t-elle aux structures vives du territoire roumain de refaire surface officiellement ?

Bibliographie

Boia L., 1997, Istorie şi mit în conştiinţa românească, Bucarest, Humanitas, 310 pages.

Cosinschi-Meunier M., Racine J.-B., Ungureanu A. éd., 1998, « Maillages géographiques de la Roumanie », Relevant Mapping Communication for Relevant Territorial Information, Lausanne, IGUL, céderom et volume.

Groza O., 2001, « Polarisation territoriale et organisation administrative en Roumanie, The missing link : le niveau régional », Revue roumaine de géographie, t. XLIV.

Groza O., 2002, « Les échelles spatiales de la territorialité roumaine », New Europe College Yearbook, Bucarest, New Europe College, p. 219-271.

Nistor I. S., 2000, Comuna şi judeţul. Evoluţia istorică, colecţia Patrimoniu, Cluj-Napoca, Dacia.

Rey V., Groza O., Ianos I., Patroescu M., 2000, Atlas de la Roumanie, Montpellier-Paris, Libergéo - La Documentation française.

Notes

1 Les dix-huit « pays » (de Oaş de Chioar, de Silvania, de Beiuş de Zarand, de Almăj, de Lăpuş de Năsăud, des Moţi de Haţeg, de Amlaş, de Fagaraş de Bârsa, des Dorne, de Vrancea, de Severin, de Loviea et de Maramureş) localisés pour la plupart à l’intérieur de l’arc des Carpates, sont même à présent très visibles dans le paysage ethnographique de la Roumanie. Ces « pays » avaient des règles internes d’administration, qui leur laissaient une autonomie marginale.

2 Ces sept entités rassemblaient la Munténie (chef-lieu : Bucarest), la Bucovine (Cernauţi), la Bessarabie (Chişinău), la Transylvanie (Cluj), l’Olténie (Craiova), la Moldavie (Iaşi) et le Banat (Timişoara).

3 Olt, Bucegi, Ţinutul Marii (la Contrée de la Mer), Ţinutul Dunării de Jos (la Contrée du bas Danube), Nistru, Prut, Suceava, Mureş, Someş, Timiş.

Table des illustrations

Titre Figure 1. La construction du territoire étatique moderne de la Roumanie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 2. La peur de la régionalisation
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

Auteur

Géographe, spécialiste de géographie économique et de géographie culturelle de la Roumanie, professeur à l’université Alexandru Ioan Cuza de Iaşi

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540