Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une théorie de la production littéraire

 | 
Pierre Macherey

Préface pour la réédition anglaise de 2006

Terry Eagleton

Texte intégral

1Publié à Paris en 1966, Pour une théorie de la production littéraire de Pierre Macherey eut l’effet d’une onde de choc sur les cercles littéraires britanniques de gauche avant même la parution de sa traduction anglaise en 1978. Écrit à la veille des événements de mai 1968, l’ouvrage préfigurait déjà ce bouleversement radical par ses théories audacieuses et sa clarté austère. Il apparut sur la scène britannique au début des années 1970, à un point culminant du militantisme et de la productivité de la critique marxiste et, en ce sens, il n’aurait pu souhaiter un accueil plus favorable. Cette étude, qui était passée plutôt inaperçue à Paris et dont l’auteur occupait à l’époque un modeste poste de maître-assistant, fut soudainement considérée comme la dernière nouveauté et portée aux nues par des critiques radicaux britanniques à la recherche d’une alternative à Georg Lukács (à qui ce livre constitue entre autres une riposte implicite), et qui étaient de toute façon de plus en plus influencés par les théories du mentor de Macherey, le philosophe marxiste Louis Althusser. Macherey eut à cette époque, lors d’un séjour en Angleterre, une réaction à sa célébrité qui tenait plus de la stupéfaction gauloise que de la joie débordante : il était, observa-t-il avec humilité, un philosophe et non un critique littéraire.

2En réalité, Macherey fut le premier critique althussérien. Le livre, en deux mots, regroupe certains concepts fondamentaux définis par Althusser – production, problématique, idéologie, savoir scientifique et autres concepts apparentés – et les applique à l’œuvre littéraire, ce à quoi ils n’étaient pas vraiment destinés au départ. Cette présentation de l’ouvrage ne met cependant pas en évidence l’originalité de Macherey, qui n’hésite pas à sortir des sentiers battus. Son livre ne propose rien de moins qu’une approche totalement nouvelle de la littérature qui, en toute modestie et sans ostentation, démolit scandaleusement toute une brochette de figures humanistes libérales. Le texte littéraire ne doit pas être considéré comme une « expression » du sujet humain ou comme un « reflet » de la réalité. Il n’a ni profondeur, ni centre, ni unité, ni point d’origine unique. Ce n’est pas le produit d’une intention de l’auteur, mais le fruit d’un processus de production semblable à celui d’une chemise ou d’un scooter, qui fonctionne au moyen de procédures assez indépendantes de ce que le producteur avait en tête. L’auteur, remarque Macherey, est « le premier lecteur de son œuvre ».

3Les implications pour la critique sont tout aussi radicales. La critique n’est pas un reflet ou une réduplication de l’œuvre littéraire, mais un travail sur celle-ci qui la déplace complètement dans un autre espace, ce qui la fait comprendre d’une manière en principe inaccessible à l’œuvre elle-même. Plutôt que de se contenter de développer ce qu’on pourrait appeler la conscience propre de l’œuvre, reflétant pour ainsi dire la manière dont elle se voit (ou aimerait se voir), l’analyse critique, comme la psychanalyse sur laquelle s’appuie en bonne partie la méthode de Macherey, cherche à révéler son « inconscient » ou sa face cachée. Comme le psychanalyste qui écoute son patient ou sa patiente, elle saisit ce qui est exprimé à travers ce qui n’est pas exprimé – à la lumière des répressions, évasions, glissements et contradictions symptomatiques du texte et de ses silences éloquents. C’est dans le « non-dit » de l’œuvre, et non dans ce qu’il proclame ou dépeint, que sa relation à l’histoire est exposée le plus clairement. La critique « fait parler » ce que l’œuvre doit taire à tout prix simplement pour rester elle-même. Son travail n’est pas d’extraire quelque vérité cachée de l’œuvre, mais de démontrer que sa « vérité » s’offre à la vue, dans la divergence historiquement nécessaire entre ses diverses composantes.

4Comment interpréter cette affirmation ? Pour y parvenir, il faut d’abord se pencher sur la notion d’idéologie de Macherey. Suivant la manière typiquement althussérienne, l’idéologie est présentée dans son livre non pas comme une structure déterminée d’idées, mais comme la substance informe et amorphe de la vie quotidienne. (La validité que l’on peut conférer à une équation aussi sommaire entre idéologie et expérience est une autre question.) La littérature se nourrit de la vie réelle et dans cette perspective elle a pour objet une idéologie historique ou une autre. Mais elle ne fait pas que « refléter » cette idéologie, comme l’ont soutenu les versions les plus rudimentaires de la critique marxiste. Parce que la littérature est une affaire de forme – où il est question de certaines stratégies et opérations déterminées – l’œuvre ne reflète pas tant l’idéologie qu’elle la « met en scène » ou la « produit », lui prêtant une forme et un canevas définitifs. Ce faisant, cependant, elle met en évidence ces limites, absences et contradictions de l’idéologie qui sont plus ou moins visibles dans la vie de tous les jours, où l’idéologie est, pour ainsi dire, trop proche de l’œil pour être objectivée.

5Selon Macherey, l’œuvre littéraire ne se libère pas de l’idéologie, ce qui serait encore une autre illusion humaniste libérale, mais elle ne s’y enfonce pas irrémédiablement non plus. Au lieu de cela, elle semble prendre ses distances avec l’idéologie depuis l’intérieur – elle l’encadre, la met en scène, l’« arrête » et l’objective et, par conséquent, en rendant perceptibles ses limites et ses incohérences, commence le processus de sa déconstruction. Puisque l’idéologie est, pour ainsi dire, réticente à admettre l’existence même de ses frontières (puisqu’elle prétend à l’universalité), le simple fait de la « fixer », de révéler sa finitude, lui porte un coup. Toute la méthode de Macherey est donc hautement paradoxale. La forme littéraire façonne ce qui est informe (l’idéologie) ; mais cela a pour effet de révéler ses propres contradictions et ambiguïtés de façon à rendre l’œuvre littéraire « non identique à elle-même », criblée de signifiants divergents. L’art n’est pas qu’idéologie ; mais la « science », c’est-à-dire la méthode même d’analyse critique marxiste, ne l’est pas non plus selon la vision althussérienne. Il s’agit plutôt d’un compromis entre les deux.

6Puisque les notions de distance, d’estrangement, de perceptibilité et autres idées analogues émanent surtout des formalistes russes, la proposition de Macherey est un amalgame remarquablement original de marxisme, de formalisme et de psychanalyse (même si Freud fait l’objet d’un des silences symptomatiques de son étude). Tout comme Freud prend le « texte » superficiellement cohérent du rêve d’un patient ou d’une patiente et, en mettant l’accent sur ses silences, ses répétitions et ses déplacements symptomatiques, le déconstruit en un jeu de forces inconscientes beaucoup moins cohérent, Macherey refuse de se laisser duper par l’unité apparente de l’œuvre littéraire et choisit plutôt de l’examiner en profondeur à la recherche de points névralgiques trahissant chez elle la présence ténébreuse de pouvoirs historiques conflictuels. En quelque sorte, il retourne la tapisserie soigneusement brodée du texte, où rien ne dépasse, pour exposer le désordre des fils qui composent l’ouvrage.

7Ce refus de la doctrine de l’unité esthétique fait preuve d’une hardiesse remarquable en rejetant ainsi une série d’hypothèses sur la nature intégrale, « organique » de l’œuvre d’art qui ont été sans cesse reprises depuis Aristote jusqu’au new criticism américain. Pour Macherey, en revanche, l’œuvre d’art littéraire est décentrée et déplacée en elle-même : elle est, pour ainsi dire, déchirée de l’intérieur en vertu de sa relation à ce qui lui est extérieur, soit le monde idéologique sur lequel elle s’appuie pour fonctionner. Elle est faite d’un ensemble d’éléments conflictuels que la critique a pour tâche d’exposer et d’expliquer et non de résoudre harmonieusement. Le critique n’est pas une servante du texte qui lui vient en aide, comble ses lacunes et arrange les choses, mais un « lecteur symptomatique » dont la tâche consiste à théoriser la nécessité de cette diversité textuelle. Pourquoi les différentes intrigues de l’œuvre sont-elles nécessairement dissonantes ? Comment se fait-il qu’elle puisse « dire » une chose et en « montrer » une autre ? Pourquoi faut-il qu’en essayant de dire une chose, elle se surprenne à parler d’autre chose ? Comment est-il possible que l’œuvre soit hantée par la présence de mots et d’éléments qu’elle arrive difficilement à articuler mais qui refusent néanmoins d’être bannis ? Pour Macherey, la réponse à toutes ces questions réside dans les relations complexes entre le texte, l’idéologie et l’histoire. Il n’est pas question, comme le veut la critique marxiste hégélienne de Georg Lukács et de Lucien Goldmann, que chacun de ces « niveaux » reflète les autres. Ici, les relations en question concernent la production, la réfraction, la transformation et la négativité.

8Cette enquête fructueuse pose de nombreux problèmes. Pour une théorie de la production littéraire met de l’avant une vision scientifique de la critique, indépendante de l’histoire et distante de son objet, qui paraît aujourd’hui profondément suspecte. Sa conception de l’idéologie est également sujette à controverse. Elle exige énormément de la forme littéraire, comme si cette dernière pouvait suffire à casser le pouvoir de l’idéologie sur les hommes et les femmes. Elle oublie cependant le fait que la forme est elle-même idéologique – qu’il n’existe pas de convention ou de procédé littéraire qui ne soit pas lui-même chargé d’un poids historique. Autrement dit, la forme ne se situe pas d’un côté de l’équation et l’idéologie de l’autre.

  • 1 Première publication : London and New York, Routledge, 2006, traduction par Ghislaine Lavertu.

9On pourrait multiplier les remises en question. Mais la force de ce livre pionnier réside précisément dans son habileté à susciter le questionnement – à forcer son lecteur à voir sous un nouveau jour la critique, le récit, l’unité textuelle, l’idéologie, l’« inconscient littéraire » et toute une série d’autres concepts. Lorsqu’il eut fini d’écrire ce livre, Macherey passa à une étude sur Spinoza. Il était, comme il l’avait fait remarquer, un philosophe et non pas un critique. Et pourtant, la critique sera son obligée pour longtemps1.

Notes

1 Première publication : London and New York, Routledge, 2006, traduction par Ghislaine Lavertu.

Auteur

Terry Eagleton est écrivain et professeur de littérature anglaise à l’Université Lancaster. Dans le domaine de la critique et de la théorie littéraire il a notamment publié Criticism & Ideology (New Left Books, 1976), The Ideology of the Aesthetic (Blackwell, 1990), Ideology: An Introduction (Verso, 1991), The Idea of Culture (Verso, 2000), After Theory (Allen Lane, 2003) et The Event of Literature (Yale UP, 2012).