Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 3. Maillages et territoires

Les habits neufs des découpages socialistes dans les réformes administratives récentes en Bulgarie

Old Socialist Territorial Divisions in New Clothes : The recent Bulgarian Administrative Reforms

Emmanuelle Boulineau

Résumé

Emmanuelle Boulineau reflects on the unsettling conservation of old territorial divisions in post-socialist Bulgaria, and this capacity of naturalizing districts conceived in contexts that would seem to have been very different. She argues that the conservation of the socialist-era divisions – the departments from 1959, the communes created in 1979 from the Bulgarian settlement systems (seleštni sistemi) – frustrates those who would argue for a “blank slate” theory. In her view, because of its short history as a nation-state and its situation in the unstable Balkan region, the Bulgarian state seeks consolidation through perpetuation of old divisions rather than political novelty.

Texte intégral

1En 1998, la Bulgarie adopte une énième réforme administrative, confirmant la réputation du pays de modifier ses découpages territoriaux tous les dix ans en moyenne. Bien que le dernier remodelage du niveau régional ne date que de 1987, le processus de transition postcommuniste rendait urgente l’adoption d’une autre organisation administrative. N’étant cependant pas à un paradoxe près, la Bulgarie choisit alors de s’affranchir d’un maillage socialiste pour mieux reprendre la trame du précédent, tout aussi socialiste, qui datait de 1959. Ce faisant, elle passe de neuf à vingt-huit régions, s’éloignant ainsi des directives européennes qui préconisent le choix de larges mailles.

2La conservation des maillages socialistes – les départements de 1959, les communes issues des systèmes de peuplement bulgares (seleštni sistemi) de 1979 – déjoue les interprétations de la théorie de la table rase ou celle du frigidaire. Ni abolition des maillages socialistes, ni retour aux structures d’avant-guerre : la Bulgarie a choisi la continuité. C’est sur cette déroutante conservation des trames anciennes que porte l’interrogation. Faut-il y voir le signe d’un ancrage territorial des maillages socialistes bulgares qui perdure, alors même que le paradigme politique et économique a changé ?

1. Les objectifs de la réforme, ou comment faire du neuf avec du vieux

3La réforme de 1998, en vigueur à dater du 1er janvier 1999, entérine la reprise de deux maillages socialistes : les départements (okrăg) de 1959 (30 en 1959, puis 28 en 1961) et les communes (obština) de 1979. Elle les revêt de nouvelles compétences fondées sur la démocratisation (charte européenne de l’autonomie locale de 1985), la déconcentration et la décentralisation du pouvoir. Avec 262 communes de quelque 420 kilomètres carrés en moyenne, la trame communale reste peu ou prou inchangée, alors que, à l’échelon régional, le nombre des mailles est pratiquement multiplié par trois du fait du passage d’un découpage en neuf régions (oblast) instituées en 1987 à vingt-huit unités (figure 1). Pour se conformer à la dénomination exacte de la Constitution de 1991, les vingt-huit départements (okrăg) de 1959 deviennent régions (oblast) et quelques modifications marginales sont apportées au découpage.

Figure 1. Le maillage administratif de la Bulgarie de 1987

4La commune devient une collectivité locale. « La commune (obština) est l’unité administrative et territoriale fondamentale où s’exécute l’autonomie locale » (loi sur l’autonomie locale et sur l’administration locale, article 5). Elle est dotée d’un budget propre, du droit de propriété et d’organes élus : le conseil municipal, organe de l’autonomie locale, et le maire, représentant du pouvoir exécutif. La commune constitue un organe de décentralisation, alors que la région n’est, pour l’heure, qu’un niveau de déconcentration : « La région a une vocation administrative et ne comprend pas en son sein d’organes élus d’autonomie locale. Dans le chef-lieu régional, des organes et des services du pouvoir central peuvent être constitués » (ibid., article 7). La région est gérée par un préfet nommé par le conseil des ministres. Le retour aux vingt-huit unités est justifié par la nécessité de rapprocher le niveau régional du local non pour mieux le surveiller, mais pour mieux l’entendre. La région n’est plus conçue comme un organe de transmission du haut vers le bas, mais comme un organe de coordination des intérêts locaux et nationaux, de partenariat avec les collectivités locales pour la mise en place de la politique régionale. Elle conserve parallèlement ses fonctions de contrôle sur l’échelon communal.

5L’aboutissement de cette réforme, somme toute mesurée par rapport à celles engagées dans les autres pays d’Europe centrale, vient après neuf ans d’un processus chaotique, perturbé par l’instabilité politique de la décennie 1990, et qui a conduit, entre 1991 et 1998, à huit remaniements de la loi sur l’autonomie locale et l’administration territoriale.

2. Les étapes d’une réforme difficile

6À l’initiative des autorités politiques, dès 1990, des comités d’experts sont formés pour étudier un nouveau maillage administratif en conformité avec la Constitution et la loi sur l’autonomie locale et l’administration locale votée en 1991. Cette dernière proposait initialement un maillage administratif à trois niveaux : la région (oblast), le district (okolija), la commune (obština ). Il reste à en définir l’assise territoriale. La dernière réforme en date n’ayant que trois ans d’âge (neuf régions de 1987), bon nombre de ses pères ont remis sur le métier leur ouvrage. On comprend alors que, dans les deux projets soumis à l’Assemblée nationale (Gešev, 1991, repris dans Gešev et al., 1991, et Centre national du développement territorial, 1992b), le patron des neuf régions soit conservé ou élargi à onze ou treize régions si on subdivise les plus vastes (tableau 1). L’Académie des sciences propose de se caler sur le nombre des districts (okolija) d’après-guerre, soit 107. Le Centre national, pour sa part, présente trois variantes.

Tableau 1. Les projets de réforme du maillage administratif en 1991-1992

7Toutes les hypothèses sont fondées sur une analyse de la gravitation autour de centres urbains secondaires, de leur accessibilité, et de la desserte de services proposés. Dans aucun des projets le retour à un maillage administratif antérieur à la Seconde Guerre mondiale n’est proposé. L’argument historique est toutefois avancé pour étayer la renaissance du district, niveau qui avait perduré depuis 1878 dans le maillage bulgare et qui avait été définitivement aboli en 1959 (tableau 2). Le district apparaît cependant comme un alibi historique qui ancre la nouvelle réforme dans la continuité des maillages présocialistes. Tel qu’il est conçu dans la loi, le district regroupe un organe d’autogestion et un représentant de l’État, le préfet de district (articles 60 et 65). Les deux comités éprouvent bien des difficultés à justifier la nécessité de ce niveau et de ses compétences. Les uns parlent d’une structure transitoire dont il faudra redéfinir les compétences en matière d’autonomie locale, les autres évoquent un conflit possible entre les prérogatives des districts et celles des communes.

Tableau 2. Nombres et niveaux de gestion des réformes administratives bulgares

8Le niveau communal fait l’objet de plus grandes disparités dans les approches. Les experts du Centre national estiment que le nombre de communes en 1992 est adéquat, alors que les chercheurs de l’Académie des sciences jugent nécessaire son augmentation, sur la base du sentiment identitaire de la communauté, de la vitalité démographique et économique de cet échelon territorial. Les seconds sont ainsi sensibles aux arguments historiques d’un retour à la communauté locale, revendiqué par des villages insatisfaits, tandis que les premiers mettent en garde justement contre ces réactions émotionnelles et les souvenirs passéistes.

  • 1 Il faut se référer aux provinces romaines (Mésie) pour trouver des régions historiques coïncidant p (...)

9L’argument historique plaidant en faveur de la reprise des unités territoriales anciennes est mobilisé, mais il apparaît mineur. L’histoire de l’État moderne bulgare est courte, à peine un siècle et demi, et l’absence de régions historiques proprement bulgares empêche toute référence à l’héritage passé1. Au contraire, les bouleversements territoriaux engendrés par les fortes urbanisation et industrialisation qu’a connues la Bulgarie dans la période socialiste ont marqué fortement le territoire. Les experts se fondent donc sur les analyses de gravitation et de polarisation autour de villes centres, dans la tradition de la recherche scientifique bulgare d’après-guerre. L’argument économique intervient, mais il est sous-estimé, en particulier dans l’impact des changements profonds induits par la transition. Ainsi, l’émergence de disparités économiques entre les régions et aussi, au sein de ces dernières, la redistribution des pôles de production et d’emploi ne sont pas envisagées. Dans le dessin de la maille régionale, tout au plus prévaut la règle de la distribution équilibrée à la fois du nombre d’unités administratives et de la population. L’horizon européen reste encore relativement loin des préoccupations, si ce n’est pour comparer les unités proposées aux gabarits occidentaux et se conformer à la charte européenne de l’autonomie locale de Strasbourg (1985).

10En fait, l’attention principale se porte sur le coût de la réforme, coût financier tout d’abord, coût en créations de postes ensuite. Introduire un niveau administratif intermédiaire – le district – exige un surcoût estimé chaque année à la moitié du budget total alloué aux régions en 1989 (Académie des sciences), ou encore dix fois ce même budget sur la base de 1991 (Centre national). Augmenter le nombre de communes entraîne les mêmes conséquences. Ainsi, dans l’éventualité d’un fractionnement communal en 896 unités, l’Académie des sciences estime à 30 % la hausse des effectifs et des moyens financiers nécessaires par rapport aux niveaux de 1989. Dans un contexte de difficultés financières, il est certain que cet argument a été essentiel. La Bulgarie connaissait une inflation galopante évaluée à 338 % en 1991, la dette extérieure atteignait plus de 10 % du PIB la même année. Le pays était engagé dans la renégociation de sa dette et tourné vers les prêts du FMI. L’urgence étant ailleurs, la question de la réforme administrative est restée en suspens pendant la période d’instabilité gouvernementale, entre 1993 et le début de 1995, période durant laquelle trois gouvernements se succèdent au pouvoir.

11En 1995, le parti socialiste, sorti vainqueur des élections législatives, engage une révision de la loi de 1991, et la promulgation de la loi sur l’organisation administrative et territoriale de la Bulgarie. Cette loi procédurière permet de donner un cadre juridique aux plus de 1 500 demandes de modifications d’unités administratives, sans toutefois se prononcer sur le nombre et les limites de celles-ci. Les dispositions concernant les districts sont supprimées, le retour probable de ce niveau administratif n’aura fait qu’un temps dans le processus de la réforme administrative postsocialiste. On peut en trouver la raison dans les motivations de la majorité parlementaire qui préconise une déconcentration rationnelle des fonctions étatiques, une délégation effective des services selon les lieux, et une baisse générale des dépenses administratives.

12Autrement dit, il s’agit d’une réforme conservatrice qui propose de garder le statu quo ante, comme en témoignent l’absence de décentralisation affichée et la recherche du moindre coût pour l’État, la conservation implicite des unités administratives existantes. Tout au plus, le nombre de communes peut s’élever à 350 ou 400 sur la base des quelque 270 unités actuelles, chiffre encore acceptable pour calmer les revendications locales, substrat essentiel de l’électorat socialiste. Les régions, quant à elles, demeurent sans organe élu. L’opposition (Union des forces démocratiques, centre droit) milite pour un organe régional d’autogestion et critique le manque de réflexion sur le cadre régional. La plupart des services d’État s’inscrivent encore dans les vingt-huit départements en vigueur de 1959 à 1987. La déconcentration au niveau des neuf régions, proposée par le gouvernement, se heurte ainsi au hiatus entre les niveaux réels d’exercice des fonctions et ceux pressentis dans la réforme. La loi est votée avant les élections municipales de 1995 pour répondre aux promesses électorales de tolérer la multiplication du nombre des communes. Mais la situation économique et financière, aggravée par des scandales politiques, repousse une fois de plus la question essentielle : combien de régions et de communes pour la Bulgarie ? Jusqu’alors les réformes se sont contentées de statuer sur les compétences des mailles dans le cadre territorial antérieur, et non sur leur nombre et leur taille. C’est donc une vision fonctionnelle qui prédomine, celle des pouvoirs à octroyer aux niveaux administratifs, dans la logique d’un fonctionnement hiérarchique, et non d’une perspective territoriale, ouvrant sur des relations horizontales entre unités de même niveau.

3. Une réforme finalement précipitée, sans grand débat public

13Il faut attendre 1998 et le changement de majorité parlementaire (en 1997, la coalition des FDU – Forces démocratiques unifiées – menée par l’UFD remporte les élections) pour voir resurgir la question. La réforme propose vingt-huit régions ayant pour centres les anciens chefs-lieux de départements. L’argumentation qui motive le projet repose sur l’obsolescence des neuf régions décidées sous le régime socialiste et leur grande taille inadaptée aux compétences fixées par la loi.

14Onze ans après leur mise en place, les neuf régions de 1987 montrent en effet leurs limites. Découpées sur le principe de la régionalisation politique et économique du système socialiste, elles sont désormais caduques. Mais elles ont surtout montré leur inadaptation à surmonter la crise économique qui gangrène le pays, reléguant au niveau communal les tentatives de résorber les problèmes. Ayant échoué dans leurs fonctions de niveau intermédiaire, elles ont cristallisé les ressentiments de la population à l’égard du pouvoir. La maille régionale s’est ainsi avérée trop large et trop bureaucratique, révélant la déficience profonde d’un système de gestion verticale et l’absence quasi totale de coopération horizontale. Trop éloignée des préoccupations des Bulgares, la région de rattachement est bien souvent méconnue de la population, qui continue de s’identifier aux anciens départements. Par leur taille (12 300 kilomètres carrés en moyenne), ces entités ont accru l’éloignement du pouvoir des réalités locales. Ainsi, l’administration de la région de Sofia, seul rouage entre le pouvoir central et le niveau communal, doit gérer un cinquième des communes bulgares.

15Houleux à l’Assemblée nationale, les débats sur la réforme se focalisent essentiellement sur des querelles procédurières qui anesthésient le débat de fond. L’opposition socialiste au Parlement préfère batailler sur la non-conformité du projet de loi à la Constitution et se plaindre de la conduite des débats par le président de l’Assemblée. La dénomination des régions donne lieu aussi à une querelle d’interprétation des textes pour savoir quelle instance peut les baptiser. Les vingt-huit régions sont ainsi adoptées dans un premier temps sans nom, même si des propositions ont été débattues en session. Trois variantes d’inspiration des noms apparaissent : les noms géographiques, tels les fleuves (région de la Struma pour celle de Blagoevgrad), les montagnes (région Rhodopes pour Smoljan ou Vitoša pour Sofia-ville) ou bien les localisations géographiques (région de la mer Noire du Sud pour Burgas, du Nord pour Varna), les noms rappelant l’histoire des capitales médiévales (région Carstvena pour Veliko Tarnovo) ou encore des noms historiques antiques ou médiévaux évoquant peu de choses au commun des Bulgares (région Drastar pour Silistra, région de Mésie pour Pleven). Tout compte fait, c’est le président de la République qui a tranché pour le nom du chef-lieu, suivant la tradition bulgare depuis la fin de l’Empire ottoman.

16Les unités administratives elles-mêmes se manifestent peu dans le débat, ou plutôt elles n’ont pas la possibilité de se faire entendre. Quelques communes frondeuses, au total très peu nombreuses (neuf en tout), contestent leur sort territorial. C’est la petite région de Kjustendil, au sud-ouest de Sofia, qui est la plus remise en cause, tiraillée entre le souhait de la ville de Dupnica de créer une région dont elle serait le centre, et la sécession de quelques communes qui veulent s’intégrer à la région de Blagoevgrad au sud. D’autres municipalités (Kneža, Topolovgrad) aux confins des régions, à mi-chemin entre plusieurs chefs-lieux possibles, dénoncent leur sort régional. Leurs doléances sont brièvement examinées, mais le texte de loi entre en vigueur dans sa version initiale. À l’évidence, l’urgence de la réforme a conduit à une mise en place rapide sans qu’il soit tenu compte des demandes locales. Le mécontentement de ces communes est du reste peu apaisé par la promesse dilatoire du président de la République de soulever la question… une fois la réforme mise en place.

17En effet, la réforme est urgente, car les échéances municipales de 1999 approchent. Face à des campagnes bulgares qui votent plutôt socialiste, on peut ainsi interpréter la réforme comme un outil politique au service de la coalition gouvernementale pour renforcer son appareil local et régional. La nomination des préfets montre en effet la prédominance de ces hauts fonctionnaires sortis des rangs de l’UFD (24 postes sur 28). Plus encore, les impératifs financiers ont guidé le choix de la réforme d’un État sous tutelle du FMI, depuis la mise en place d’une caisse d’émission (currency board) en 1997 et l’indexation du lev bulgare sur le mark allemand. Les services administratifs sont déjà en grande partie en place dans les anciens départements : les coûts sont limités, même s’il faut loger la nouvelle administration régionale et procéder à des recrutements. Les communes sont peu remaniées, car elles ont une marge de manœuvre limitée. La loi fixe, entre autres, un seuil de 6 000 habitants et l’obligation de ressources propres pour financer le budget local. Cependant, dans un contexte tant de chute démographique et de vieillissement que de crise économique, ces critères sont difficiles à remplir et la procédure juridique est longue. L’État peut donc s’appuyer sur des unités stables, afin de faire avancer des réformes qui ont pris du retard dans le processus heurté de la transition (réforme agraire inachevée, politique de développement régional à ses débuts…).

18Durant le débat parlementaire relayé par la presse, c’est à peine si le retour aux vingt-huit anciennes structures socialistes est souligné, présentant ainsi comme une évidence la reprise de ces départements, à la longévité exceptionnelle de vingt-huit ans officiellement, quarante ans officieusement, puisqu’ils avaient conservé une bonne part de leurs services administratifs à la population. La réforme de 1998 s’inscrit ainsi dans la continuité des découpages précédents, sans retour en arrière historique, sans innovation politique réelle, sans contestation majeure dans un souci évident d’efficacité immédiate (figure 2). Et cependant elle reste inachevée.

Figure 2. Le maillage administratif de la Bulgarie de 1999

4. Les paradoxes d’une réforme inachevée

19La stabilité des unités administratives sorties de la réforme de 1998 et leur expérience de la gestion territoriale acquise antérieurement sont certes un avantage pour la Bulgarie, mais ces entités souffrent dans leur fonctionnement d’un manque de décentralisation. La question lancinante de compétences décentralisées pour la région reste en suspens, en dépit de quelques élargissements des prérogatives données aux préfets. Ainsi, en matière de politique pour le développement territorial, une série de mesures accélérées est prise en 1998-1999. Pour l’approbation d’un plan régional de développement, le préfet préside le conseil régional du développement, constitué entre autres de représentants des communes. La région, par le biais de son service du développement territorial, supervise la rédaction du plan à partir de stratégies territoriales établies par les communes. La législation a donc donné aux unités administratives les possibilités d’un dialogue supposé constructif. Mais les cordons de la bourse restent tenus par Sofia. La région n’exerce au fond qu’un rôle de coordination, de contrôle et d’intermédiaire entre l’État et la commune. Les dysfonctionnements perdurent donc. Les maires se rendent directement à Sofia pour négocier un financement, un projet, court-circuitant ainsi le niveau régional. Héritées de la phase socialiste, les pratiques de contournement de la voie hiérarchique au profit de liens plus directs et personnels continuent.

20La question de l’élection d’un organe régional demeure : le projet est inscrit dans la plate-forme électorale du « Mouvement national Siméon II » pour les législatives de juin 2001, qui ont porté au pouvoir l’ancien tsar. Mais l’indigence des finances bulgares bloque la création d’un second niveau de décentralisation. La résolution des différenciations socio-économiques qui se développent est encore aux mains des institutions centrales. La mise en place d’une politique de développement et d’aménagement du territoire au niveau régional est pourtant stimulée par l’Union européenne. Pour répondre aux exigences de cette dernière, la Bulgarie a découpé son territoire en six régions de planification (rajon za planirane). Ces régions correspondent aux critères des NUTS 2 d’Eurostat, niveau auquel s’exécute la politique régionale européenne. Le découpage en six unités est donc pragmatique : créer des circonscriptions de collecte statistique harmonisées au niveau européen, accéder aux fonds structurels et de préadhésion de l’Union européenne. Les six régions de planification procèdent officiellement du regroupement des vingt-huit régions mais n’ont aucune compétence administrative (tableau 3).

21Le choix du découpage a donné une fois de plus lieu à des décisions rapides sans mobilisation de l’opinion publique. Leur dénomination très neutre, qui s’appuie sur les points cardinaux, évite toute querelle. Les comités d’experts scientifiques avaient proposé des régions plus larges (trois ou quatre unités), écartées du fait de leur trop grande proximité du niveau NUTS 1. En fait, les six unités retenues se calquent officieusement sur le découpage régional de 1987. Le passage de neuf à six s’effectuant par le regroupement de deux unités dans les régions Centre-Sud et Nord-Est. Sofia est incluse dans la vaste entité du Sud-Ouest, ce qui noie la région capitale dynamique dans une entité plus hétérogène. Seule la région administrative de Ruse déroge à la règle par son rattachement à la région Centre-Nord. Une fois encore on retrouve en filigrane le découpage administratif socialiste précédent, pourtant rayé de la carte officielle.

Tableau 3. Régions de planification et régions administratives en Bulgarie

22N’est-ce pas là la matrice d’une réforme administrative qui reprendrait ces unités abolies comme niveau supérieur du maillage ? Certes, l’échelon régional de 1987 souffrait d’un manque de reconnaissance identitaire par la population elle-même, mais les variantes de la dernière réforme administrative montrent que la Bulgarie a hésité entre un maillage administratif à deux ou à trois niveaux, tel qu’il existait avant 1959. Cette maille macro-régionale pourrait bien être le niveau supérieur d’un maillage à trois niveaux, où l’échelon intermédiaire des vingt-huit unités ferait l’articulation manquante entre niveau supérieur et échelon local. Et à l’avenir, à l’instar des vingt-deux régions françaises, ce découpage fonctionnel pourrait bien prendre racine comme unité de gestion administrative. Mais il faudra du temps, le temps de l’appropriation par la population, celui de l’inscription dans le territoire, pour que le maillage fonctionnel devienne identitaire. À la faveur du changement de gouvernement, la question est désormais ouverte et débattue dans les milieux politiques et les médias.

***

23La Bulgarie postsocialiste a fait le choix d’un maillage fonctionnel, validé par l’expérience de la gestion territoriale, au détriment d’un retour à des unités historiques peu probables ou d’une nouvelle architecture. Peu remise en cause, la conservation des anciennes mailles révèle l’inscription de la trame socialiste dans le territoire bulgare. Fragilisé par son histoire courte d’État-nation et situé dans une zone balkanique instable, l’État cherche ainsi à se consolider par le choix de la sécurité plutôt que par celui de l’innovation politique. Le remodelage fréquent des maillages administratifs bulgares est l’expression d’une gestion pragmatique visant à ajuster la maille à des objectifs fonctionnels, mais il est aussi l’instrument privilégié de la maîtrise du territoire par le pouvoir central. En ces temps de valorisation des identités locales en Europe, la Bulgarie offre l’image d’un pays au fonctionnement encore très centralisé : avec l’accélération des réformes, tout bouge, mais rien ne change.

Bibliographie

Centre national du développement territorial et de la politique du logement, 1992a, Analiz i ocenka na neobxodimite finansovi i kadrovi resursi za osaštestvjavanena reformata v administrativno-teritorialno delenie na Republika Bălgarija (Analyse et évaluation des ressources financières et humaines nécessaires pour la réalisation de la réforme du découpage administratif et territorial de la République de Bulgarie), Sofia, 11 pages dactylographiées.

Centre national du développement territorial et de la politique du logement, 1992b, Analiz i ocenka na varianti za ATD na Republika Balgarija (Analyse et évaluation de variantes pour le découpage administratif et territorial de la République de Bulgarie), Sofia, 8 pages dactylographiées.

Centre national du développement territorial et de la politique du logement, 1995, Administrativno-teritorialnata reforma : realnost i badešte (La réforme administrative et territoriale : réalité et avenir), Sofia, Forkom, 208 pages.

Gešev G. éd., 1991, Proekt za administrativno-teritorialno delenie na Balgarija (Projet de découpage administratif et territorial de la Bulgarie), Sofia, 17 pages dactylographiées.

Gešev G. et al., 1991, Naučen proekt za administrativno-teritorialno delenie na Balgarija (Projet scientifique de découpage administratif et territorial de la Bulgarie), Naselenie, n° 1, p. 63-78.

Lhomel E., 1998, « Nouvelles politiques de développement régional en Europe centrale et orientale », Le Courrier des pays de l’Est, n° 432, p. 3-22.

Marinov V., 1999, Rajoni za planirane : neobxodimost, saštnost i teritorialen obxvat (Les régions de planification : nécessité, composition et ressort territorial), Sofia, Centre national du développement territorial et de la politique du logement, 8 pages dactylographiées.

Maurel M. -C., 1989, « Un succédané de la perestroïka : la nouvelle réforme territoriale en Bulgarie », Le Courrier des pays de l’Est, n° 338, p. 34-43.

Rey V. éd., 1998, Les territoires centre-européens, dilemmes et défis : l’Europe médiane en question, Paris, La Découverte, 264 pages.

Stanev X. et Garnizov V., 1998, Saštnost i osnovni elementi na administrativno-teritorialno ustrojstvo na stranata (Composition et éléments fondamentaux de l’organisation administrative et territoriale du pays), Centre national du développement territorial et de la politique du logement, Sofia, 6 pages dactylographiées.

Stanev X., 1999, Oblastite i reformata v Republika Balgarija (Les régions et la réforme en République de Bulgarie), Centre national du développement territorial et de la politique du logement, Sofia, 11 pages dactylographiées.

Stanev X., Botev J. et al., 2000, Administrativno-teritorialno ustrojstvo na Republika Balgarija (Organisation administrative et territoriale de la République de Bulgarie), Sofia, Forkom, 224 pages.

Notes

1 Il faut se référer aux provinces romaines (Mésie) pour trouver des régions historiques coïncidant peu ou prou au territoire bulgare actuel, sinon ce sont des régions partagées entre plusieurs États, qui renvoient aux projets politiques nationalistes d’antan de constitution de grands pays balkaniques (Macédoine, Thrace, Dobroudja).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le maillage administratif de la Bulgarie de 1987
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Tableau 1. Les projets de réforme du maillage administratif en 1991-1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 2. Nombres et niveaux de gestion des réformes administratives bulgares
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 2. Le maillage administratif de la Bulgarie de 1999
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6647/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Tableau 3. Régions de planification et régions administratives en Bulgarie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6647/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540