Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 2. Mémoire des lieux et lieux de mémoire, différences et identités territoriales

Histoire et mémoire de l’espace

History and Spatial memory

François Durand-Dastès

Résumé

Beyond the distinction between historical sequences and synchronic interaction, the author stresses the need to combine two types of process that leads to the systemogenesis of geographical space. He clarifies the distinction between the past (topic studied by historians and geologists) and memory (topic studied by the geographers). And it is memory, rather than the past, that effectively acts in the present working principles of the geographical space. Memory is also plural with various capabilities of evolution (similar to the different types of computer memories such as ROM and RAM). It can also be related to different notions of time – memory running time and memory creating time-likely to induce specific systemic implications. The author finally discusses the diversity of spatial systemogenesis as a basic process of geographical differentiation through examples highlighting “time-lagged causalities” and the interconnections of different temporalities.

Texte intégral

1Il serait utile d’introduire cette réflexion sur l’histoire et la mémoire de l’espace par un bref plaidoyer pour les perspectives multiples, les points de vue combinés et les analyses complexes. On crée de grandes difficultés dans le travail en maintenant trop longtemps des simplifications et des schématisations qui sont à la recherche de phénomènes uniques ou de perspectives fondées sur la prise en compte d’un processus dominant. Certes, les simplifications sont utiles, mais à condition de savoir se rappeler que l’on a fait des simplifications et de savoir les abandonner quand c’est nécessaire. On a beaucoup vécu sur une distinction extrêmement utile, celle entre les analyses diachroniques et les analyses synchroniques. On a même dit que la géographie classique, faisant un usage très large de la perspective diachronique, avait construit à partir d’elle un paradigme fondé sur la logique de l’enchaînement temporel. En effet, dans la mesure où l’on avait affaire à une géographie qui s’intéressait à l’origine historique, tout individu se définissant d’abord par son histoire, sa biographie, on arrivait à ce que Peter Haggett a qualifié de « géographie biographique ». Il était ensuite facile d’établir un lien avec la pratique de la monographie comme mode d’investigation fondamental, et l’adoption d’un point de vue idiographique. Il est certain que l’insistance mise sur la diachronie a été à la base d’un paradigme important de la géographie classique. On tend à lui opposer le paradigme de la géographie qui est apparue à partir des années 60, très largement fondé sur l’idée d’interaction synchronique dans l’espace. Cette distinction, utile d’autant qu’à un moment il y a bien eu effectivement deux paradigmes différents, est néanmoins réductrice, car il est extrêmement difficile de se passer complètement de la dimension historique.

2On s’attachera d’abord à préciser quelques définitions et processus qui relèvent de l’analyse de l’espace géographique et de l’intégration du temps dans cette analyse. On abordera ensuite par certains exemples la diversité des systémogénèses de l’espace géographique.

1. De la distinction « passé/mémoire » et des types de mémoires dans les processus spatiaux

3Tout d’abord on introduira la place possible de l’histoire dans l’explication d’un phénomène spatial, en raisonnant sur l’association des trois processus – écologique, interactionnel et historique. Il s’agit d’expliquer un phénomène j, qui se trouve dans un certain lieu i, au temps t1.

4Un premier point de vue consiste à mettre le phénomène en rapport avec son environnement, c’est-à-dire avec un ensemble de phénomènes qui l’environnent et qui sont différents de lui, et même d’une nature différente. Ce n’est pas forcément l’environnement naturel, cela peut être un environnement composé de phénomènes construits par les sociétés humaines. Ce point de vue pourrait être qualifié d’écologique, au sens très général du terme (au sens originel, l’écologie est bien l’étude des relations d’une espèce avec son environnement). D’un second point de vue, pour essayer de comprendre le phénomène j dans le lieu i, on peut considérer comment ce phénomène est lié à des phénomènes du même type dans d’autres lieux en relation avec le lieu considéré. Nous avons ici une intervention de ce que l’on appelle l’interaction spatiale, principe qui veut que tout ce qui se passe dans un lieu donné soit influencé par ce qui se passe et se trouve dans un ensemble de lieux qui sont en relation avec le lieu considéré. D’un troisième point de vue, il est difficile de ne pas tenir compte de phénomènes qui viennent de temps précédents, du passé. On peut dire que chaque génération humaine, lorsqu’elle agit, se trouve en face d’un espace qui est encombré, un espace dans lequel il y a déjà quelque chose, ce quelque chose étant hérité d’un passé. Ceci a été traduit en indiquant qu’un phénomène j au lieu i au temps t0 (antérieur à t1) est important pour expliquer le phénomène j au lieu i au temps t1.

5Une pratique assez courante en géographie, qui a un côté un peu paresseux, consiste à dire : « Si cela (ce que je constate) ne s’explique pas par l’écologie, ni par l’interaction spatiale, cela doit s’expliquer par le passé, c’est une question historique »… et on s’arrête là. Ce n’est guère satisfaisant. Par bonheur, de plus en plus de géographes se demandent pourquoi c’était ainsi dans le passé, en utilisant pour les situations antérieures la grille de lecture définie pour l’analyse du présent (sur le schéma, la grille valable pour le temps t1 est reproduite pour le temps t0). On va alors retrouver une explication écologique et une explication par l’interaction spatiale, puisqu’il y avait interaction spatiale dans le passé.

6Il est certain par exemple qu’Annecy de nos jours s’expliquera par l’Annecy du XIXe siècle, et que l’Annecy du XIXe avait également des explications. L’exemple d’Annecy ne doit rien au hasard : un des derniers livres d’un des grands maîtres de la géographie classique française, Raoul Blanchard, est un livre sur cette ville alpine. À sa lecture, on pouvait être frappé par le fait que, pratiquement, l’explication historique était entièrement privilégiée et que l’essentiel de l’explication d’Annecy au XXe était Annecy au XIXe, qui s’expliquait par Annecy au XVIIIe, etc. Alors que, bien évidemment, Annecy s’explique aussi par la cluse, le lac, et ne peut se comprendre sans référence à sa place par rapport à Lyon, Genève, Chambéry, etc. ; influences écologiques et interactions spatiales ont aussi eu leur rôle dans le passé.

7Finalement le schéma présente, au-delà de la distinction de paradigmes, un système explicatif dont tous les éléments semblent importants ; si on enlève un seul élément de ce système explicatif, on perd l’explication. Ceci n’est pas contradictoire avec le légitime principe de parcimonie, qui s’efforce de trouver des schémas explicatifs dont on ne puisse rien retirer sans perdre l’explication, mais auquel des ajouts éventuels n’apportent pas d’enrichissement significatif.

8Ce qui précède conduit évidemment à s’interroger sur cette relation au passé. Deux points méritent d’être soulignés, sur la distinction entre passé et mémoire, sur la diversité des mémoires.

9Les géographes ont intérêt à faire une distinction entre le passé et la mémoire. Le passé est, au fond, l’ensemble des phénomènes qui se sont enchaînés les uns après les autres ; les spécialistes du passé, ceux dont le devoir est de raconter le passé intégral, sont, pour des temps longs, les géologues et, pour des temps plus courts, les historiens. Leur devoir est de reconstituer l’ensemble du passé. Mais une distinction très importante est à faire parmi les composantes du passé entre ce qui est actif dans le présent et ce qui a disparu. Une distinction qui peut être formalisée par une différenciation entre le passé et la mémoire. En effet, notre mémoire est bien ce qui est actif dans notre comportement. Cette distinction relève du domaine psychologique, que l’on peut utiliser métaphoriquement et généraliser à l’ensemble des problèmes de traitement de la diachronie, quoique le maniement de l’analogie demande des précautions. Dans ses dialogues avec l’histoire et la géologie, la géographie gagnerait beaucoup à faire le tri nécessaire entre ce qui est passé et ce qui est mémoire. Pour les unes, le sujet d’étude est le passé ; pour l’autre, le centre d’intérêt est la mémoire, ce qui est actif dans le présent.

10À titre d’exemple on peut comparer la place des civilisations antiques dans les mémoires présentes en Égypte et en Inde. L’Égypte pharaonique est restée présente dans la mémoire égyptienne, même si pendant un certain temps elle a été oubliée, même si pendant longtemps on n’a pas su lire ses inscriptions retrouvées. Des livres ont été réalisés, qui s’appelaient « L’Égypte face à face », où l’on voyait des photographies prises dans les années 50 et des représentations extraites des tombeaux de l’Égypte pharaonique, et où apparaissait naturellement une constance du geste productif, ou du geste de civilisation. Il y avait là quelque chose qui permettait de dire que le passé pharaonique faisait partie d’un certain type de mémoire de l’Égypte. La situation est tout autre dans le cas de la civilisation de l’Indus, qui a été enfouie sous les sables après avoir été extrêmement importante, probablement vers 1800 avant J.-C., et qu’on avait complètement oubliée. Ce sont des archéologues qui l’ont retrouvée au début du XXe siècle. Même s’il peut y avoir maintenant dans la culture pakistanaise un essai de revalorisation de cette civilisation de l’Indus, elle n’a absolument pas joué le même rôle dans l’histoire du monde indien, ni même du Pakistan, que la civilisation pharaonique dans l’Égypte actuelle. Donc on peut dire que la civilisation de l’Indus ne fait pas partie de la mémoire du monde indien, mais que par contre la civilisation pharaonique fait partie de la mémoire égyptienne.

11En ce qui concerne les mémoires, leur diversité est le point qui mérite d’être souligné, avec la typologie qu’il faudrait lui associer. Une première distinction essentielle peut être établie entre ce que j’appelle la mémoire inscrite et la mémoire message. La mémoire inscrite est la mémoire qui se traduit par des inscriptions matérielles, concrètes, en particulier sur l’espace, objet de l’investigation géographique. Mais ce n’est qu’une partie de la mémoire, car toute une transmission du passé se fait non par l’inscription des traces matérielles dans l’espace par les générations antérieures, mais grâce à la mise au point, par ces dernières, d’un système de valeurs que transmettent des messages, messages culturels qui passent en particulier par l’éducation, mais aussi la gestuelle, le rapport entre l’enfant et ses parents. Nous trouvons tout à fait naturel que l’acquiescement se fasse par un hochement vertical de la tête et la négation, par un mouvement horizontal, pour nous cela va de soi. En réalité c’est un phénomène culturel qui nous a été transmis très vite par nos parents. Dans toute une partie du monde, et c’est très déconcertant, l’inverse se produit : avant même de franchir le Bosphore, le hochement de tête vertical veut dire non, ce qui pose évidemment de gros problèmes de communication. La gestuelle, la façon dont on manipule les bébés, tout cela est extrêmement important. Ainsi, le terme message implique qu’il s’agit d’une très vaste gamme de messages.

12Il faut néanmoins ne pas aller trop loin dans la séparation entre les deux types de transmission, parce qu’il existe des passages de l’un à l’autre. Par exemple, nous avons une certaine conception du lieu de culte, en tant qu’Européens, une conception relativement centralisée, avec très souvent un lieu de culte par groupe humain (église, temple, synagogue, mosquée). Les religions asiatiques ont une structure des lieux de culte assez différente. Pour simplifier, on peut distinguer des lieux de culte très centralisés, tels les grands temples de pèlerinage, et les cultes domestiques beaucoup plus importants, avec des lieux de culte fractionnés. Il est inutile de chercher dans un village indien le temple du village, il y en aura le plus souvent plusieurs, ou aucun. Cet exemple concerne un élément culturel qui est inscrit dans l’espace, donc qui participe à la fois de la mémoire message et de la mémoire inscrite.

13Par ailleurs, parmi ces mémoires il en est qui sont plus faciles à faire évoluer, et d’autres qui le sont moins, parce que certains phénomènes évoluent plus vite que d’autres. Ainsi, du côté de la mémoire des messages, les conceptions philosophiques ont une évolution plus rapide et elles sont plus changeantes que les grandes religions (celles qui se sont établies et qui ont réussi à avoir un assez grand nombre de fidèles, ce qui ne suppose pas de classement relevant d’un système de valeur autre que l’effectif). À partir du moment où l’islam, le christianisme, l’hindouisme sont nés et ont acquis leur statut, ils ont fait figure de phénomènes à fort degré de permanence.

14Il y a des différences analogues dans la mémoire inscrite. Par exemple, les réseaux urbains sont remarquablement constants, solides, plus que les formations végétales, dont l’évolution est plus rapide. Parmi les phénomènes naturels, les grandes masses, comme les reliefs et les dessins des continents, ont des évolutions dont les temporalités sont sans commune mesure avec celles des formations végétales ou des sols, qui ont des évolutions plus rapides et qui demandent, pour ce faire, des énergies beaucoup plus faibles. Ces considérations conduisent à distinguer les mémoires que les générations présentes peuvent lire et interpréter de façon différente – mais qu’elles transforment peu –, par opposition aux phénomènes – qu’elles peuvent modifier. On peut rechercher une analogie du côté de la mémoire informatique, avec la distinction entre mémoire ROM (Read Only Memory), et les mémoires auxquelles on a constamment accès et que l’on peut modifier, mémoires RAM (Random Access Memory). La classification des mémoires en fonction de ces critères est présentée par un arbre simple.

15Quand on fait un arbre de ce type, il y a un certain arbitraire dans le choix des critères et de l’ordre dans lequel on les fait intervenir. C’est-à-dire qu’on aurait pu ici introduire en premier lieu l’opposition entre les mémoires de la nature et les mémoires des sociétés, ce qui reviendrait à retrouver les chères géographie physique et géographie humaine. On peut préférer une autre option, qui valorise les types de transmission des héritages du passé et leur plus ou moins fort degré de persistance dans le présent. Valoriser l’opposition entre les mémoires ROM et les mémoires RAM relève d’une logique intéressante. Elle suggère qu’il faudrait peut-être déplacer les limites internes à la géographie : les limites essentielles sont peut-être celles qui relèvent de l’opposition ROM/RAM (en somme du degré de liberté des sociétés humaines vis-à-vis de ce qui est inscrit dans l’espace), et non pas celles qui relèvent de l’opposition entre ce qui vient de la nature et ce qui vient de la société.

16Le temps introduit la question de la synchronie et de sa définition, parce qu’en fait la synchronie n’est jamais pure. On peut évidemment dire qu’un échange synchronique se produit entre un conférencier et son public ; en réalité entre le moment où des neurones donnent des ordres au larynx de l’un et celui où le message qu’il a véhiculé atteint les neurones de l’autre, il se passe un temps très court, mais il se passe un temps tout de même, et c’est en quelque sorte un aplatissement du temps qui nous amène à dire que nous avons affaire à de la synchronie. L’interaction spatiale elle-même est un phénomène qu’on peut considérer comme synchronique : l’influence d’Annecy sur Lyon, de Lyon sur Annecy, est une interaction spatiale, et l’on peut dire qu’elle se situe dans la synchronie. En réalité, des phénomènes qui se passent à Lyon ont des effets à Annecy un petit peu plus tard ; et il en va de même pour les actions réciproques d’Annecy sur Lyon. Étant donné la différence des ordres de grandeur, et en raison de la simultanéité des actions et des rétroactions, on est autorisé à considérer ces temps comme nuls, à en faire abstraction, en somme à les supprimer par la pensée. On peut élaborer des schématisations qui les suppriment. Quand on schématise une interaction, on la dessine dans un plan, en mettant justement sur le même plan des phénomènes qui sont en réalité décalés dans le temps, et qu’il faudrait en toute rigueur montrer disposés sur une spirale s’enroulant autour de la flèche du temps. Cela n’est guère possible pour des raisons de lisibilité, on produit des schémas qui déforment la réalité, ce qui justifie le terme d’aplatissement du temps. La déformation est donc légitime, mais il faut se souvenir qu’on l’a opérée.

17D’ailleurs, les auteurs de modèles d’interaction spatiale savent bien, quand il le faut, distinguer des temps courts et des temps longs. Dans les équations de ces modèles, les temps courts sont pris en compte par les relations entre variables ; les paramètres traduisent des structures plus stables, et la prise en compte des temps longs est effectuée par la modification de ces paramètres. La structure d’une ville va influencer les mouvements de la population, puis, ces mouvements vont à leur tour modifier la structure des villes, mais la temporalité n’est pas exactement la même.

18Une dernière remarque est d’ordre général : on distingue des temps de fonctionnement des mémoires et des temps de création de mémoire, des moments où l’on peut aplatir la synchronie, comme pendant le fonctionnement d’un processus, et des moments où apparaissent des innovations. Ce peuvent être de nouveaux processus, de nouveaux phénomènes, mais aussi de nouveaux systèmes avec de nouveaux ensembles d’interactions. Dans les moments où un système fonctionne avec le même jeu d’interactions, on peut considérer que le temps est aplati à l’intérieur du système, ce qui est différent du temps de la succession des systèmes, avec créations ou disparitions des systèmes.

19On peut donc concevoir une hétérogénéité du temps, opposant les phases où fonctionne un système (dont il faut comprendre comment il se maintient), et celles où se produit la création de systèmes, ce qui est un événement (un événement/avènement pour employer un procédé à la mode). Les géographes s’intéressent plus particulièrement aux événements localisés/localisants. Ce sont des événements qui se produisent généralement dans des aires limitées et qui, par leur localisation même, entraînent d’autres localisations. Donc, ils sont bien à la fois localisés et localisants. Un des grands mystères est de savoir pourquoi ils sont localisés là et comment ils sont localisants. Sur le second point, les géographes ont toute une série de discours, en particulier sur la diffusion de l’innovation. Un schéma explicatif encore insuffisamment mis en pratique part de l’apparition de quelque chose en un point (dans une aire étroitement limitée) et fait intervenir ensuite un processus de diffusion. Or si les processus de diffusion ont été modélisés, car ils reposent sur des lois sur lesquelles les géographes ont bien travaillé, on a plus de mal à saisir ce qui se passe dans l’innovation. Celle-ci reste plus mystérieuse, plus rebelle à la modélisation, plus marquée par des éléments dont on peut dire dans une certaine mesure qu’ils relèvent de l’aléatoire – que l’on considère ce dernier comme un masque provisoire de nos ignorances, ou comme une composante inhérente à toute réalité.

20L’hétérogénéité du temps que nous rencontrons dans l’alternance des phases de fonctionnement des systèmes et d’apparition/disparition de systèmes peut être généralisée. On distingue alors des phases où fonctionnent des processus déterministes, largement modélisables, et des phases, relativement plus courtes, où l’intervention de l’aléatoire, des coïncidences complexes, échappe largement aux formes les plus classiques de la modélisation.

2. De la diversité des systémogénèses spatiales

21Le maintien du vignoble languedocien à travers les vicissitudes de la viticulture de masse au XXe siècle a très bien été interprété dans Système économique et espace : le vignoble languedocien (Paris, Economica, 1983) par Franck Auriac, qui a mis en évidence son fonctionnement systémique. Pour la naissance de ce système, il a montré que ses éléments se sont mis en place à des moments différents, parfois très éloignés dans le temps : il y avait depuis longtemps des villes actives et nombreuses (dans son système, il donne beaucoup d’importance à un réseau urbain serré), la vigne était présente dans la combinaison agricole depuis très longtemps, et le climat qui permettait d’avoir de la vigne régnait depuis plus longtemps encore… À un moment tout cela est entré en interaction au cours d’une phase relativement courte, que Franck Auriac date des premières années du XXe siècle, phase de systémogénèse du système languedocien.

22On peut aussi interpréter en termes de systémogénèse et de maintien d’un système un phénomène qui est généralement considéré dans la littérature comme extraordinairement structurant en Europe, l’existence de la grande aire urbanisée Nord-Sud, qui va du bassin de Londres à l’Italie du Nord, avec un trou dans les Alpes (du seul point de vue démographique d’ailleurs). C’est un phénomène qui s’auto-entretient, parce qu’il est marqué par le fonctionnement de plusieurs boucles de rétroaction positive qui provoquent une croissance cumulative. Le fonctionnement de ces boucles a commencé à des périodes anciennes ; ses conditions ont sans doute été créées dès les derniers siècles de l’Empire romain, à partir d’ailleurs d’une indication de la nature, la voie de passage rhénane entre les massifs qui bordent au sud la plaine nord-européenne ; mais c’est à partir de la fin du Moyen Âge que cette structure géographique s’est organisée, pour s’accélérer dans le monde moderne. Il faut donc prendre en compte des temporalités complexes.

23Un exemple asiatique offre une occasion de réfléchir sur cette complexité, à propos d’un cas de ce qu’on pourrait appeler des causalités décalées (dans le temps). Dans la région du nord-ouest de l’Inde, le Pendjab est caractérisé par une agriculture qui a atteint des niveaux de productivité très élevés pour l’Inde, et par une prospérité et un niveau d’organisation économique plus efficace que sans le reste de la Fédération, bien que ce ne soit pas une région de paix.

24Cette situation actuelle peut s’interpréter par des interactions fonctionnelles synchroniques, sans épaisseur de temps. Une agriculture relativement moderne dégage des surplus agricoles, si bien qu’il existe une paysannerie qui a un pouvoir d’achat relativement élevé, constituant ainsi une bonne clientèle pour l’industrie – elle achète à la fois des machines agricoles, et des biens de consommation. La double boucle ainsi décrite a été facilitée par la présence des villes, car le Pendjab est un seuil, où l’urbanisation est toujours présente, avec récurrence d’implantation de capitales, dont Delhi est la dernière en date.

25L’importance de ce seuil est un élément d’une mémoire du temps des hommes. En outre, la croissance a été aidée par la proximité de l’Himalaya, dont les eaux sont utilisées pour produire de l’hydroélectricité et pour irriguer. Voilà le type même du système qu’on peut considérer à plat : il y a certes du temps, mais je peux considérer qu’il y a interaction et je peux mettre ce temps entre parenthèses.

26Il reste cependant des éléments d’explication à apporter pour comprendre comment ce système agricole s’auto-entretient, pour savoir pourquoi il est apparu là et non ailleurs. On peut faire l’hypothèse que l’une des conditions essentielles du fonctionnement du système au Pendjab est le poids important dans la région d’une paysannerie moyenne, laquelle ne se retrouve pas en aval de la plaine du Gange où prévaut une société micro-fundiaire, dominée par quelques accapareurs avec des statuts variés qui sont restés en place malgré les réformes agraires. Or partout en Inde la paysannerie moyenne a été le grand vecteur de la révolution verte, parce qu’elle était capable d’investir et de s’ouvrir à l’innovation ; son poids élevé au Pendjab peut être considéré comme un élément décisif du fonctionnement du système pendjabi tel qu’il a été décrit.

27Alors pourquoi y a-t-il au Pendjab une paysannerie moyenne plus développée qu’ailleurs ? Pour répondre, on doit faire intervenir la diachronie, une autre mémoire. Le Pendjab a une saison des moussons courte et peu abondante ; il a longtemps été moins peuplé que les espaces plus en aval dans la plaine du Gange, où s’est accumulée une forte masse démographique, profitant des pluies abondantes. On peut dire que la mémoire du passé, au Pendjab, est celle d’une région assez sèche, et restée longtemps relativement vide, avant d’être peuplée systématiquement, mais de façon relativement contrôlée, lorsqu’on a développé au XIXe siècle une irrigation assez facile à mettre en œuvre grâce à la proximité de l’Himalaya. Il reste des traces de ce processus : la paysannerie est moins nombreuse par rapport à la terre disponible que dans le reste de l’Inde. Finalement, l’existence d’une région relativement sèche, a eu pour effet la création d’une frange pionnière, frange fondée sur l’irrigation parce qu’elle était irrigable avec l’eau de l’Himalaya. On a ici l’exemple type d’un rôle du milieu naturel, mais d’un rôle décalé. On peut dire en effet que, si le système décrit existe au Pendjab, c’est parce que le Pendjab est sec, bien qu’actuellement ce facteur n’intervienne qu’indirectement, mais par l’intermédiaire du rôle qu’il a joué naguère dans la mise en place du peuplement et de la société, caractérisée par le poids de la paysannerie moyenne.

28Donc dans le schéma explicatif interviennent trois temporalités tout à fait différentes. Une première temporalité gouverne le climat et le relief de la région. Une deuxième temporalité beaucoup plus courte est celle de l’enchaînement historique qui a mis en place la société de paysannerie moyenne. Puis intervient en troisième lieu la temporalité du système présent, qu’on peut mettre entre parenthèses, en considérant ce système dans un cadre synchronique.

29Histoire et mémoire de l’espace relèvent bien de deux registres, et la multiplicité des temporalités à prendre en compte pour produire une explication de la différenciation géographique traduit l’inhérente complexité des processus. Par le jeu des causalités décalées, un système spatial peut s’enclencher puis s’auto-entretenir, tout en ayant oublié les mémoires initiales sur lesquelles se sont forgés les éléments de sa systémogénèse. Les références géographiques mobilisées montrent toutes que les constructions géographiques fortement individualisées relèvent de durées non conjoncturelles, qui débordent l’expérience individuelle.

Auteur

Géographe, spécialiste de modélisation et de géographie de la péninsule indienne, professeur émérite à l’université Paris 7

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540