Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 1. La différence interrogée : concepts et construits de la différence

L’idée de l’Europe, lectures bulgares

The Idea of Europe, Bulgarian Approaches

Anna Krasteva

Résumé

The author sketches a panorama of the ways in which the European idea has affected the definition of Bulgarian identity since the 19th century Bulgarian renaissance. How did the shift occur from an identity caught up in the conflict between western and eastern otherness, to an identity at once embedded in and peripheral to the European framework ? Although these two competing identities are no longer experienced as a dilemma, they turn into a paradox. While the European identity may well be easily accepted, it has very little influence on the way in which Bulgarian identity is conceived. The question underpinning the current diversity of discourse and perceptions regarding identity remains an open one : “Must one be less Bulgarian to be more European, or should one be more of a Bulgarian to become a worthy partner within the European dialogue ?”

Texte intégral

1L’exemple de la création théâtrale, dimension originale de la Renaissance bulgare au XIXe siècle, peut introduire significativement cette réflexion sur la construction identitaire. À cette époque on a puisé dans le répertoire des pièces de la dramaturgie européenne, mais on a bulgarisé les textes. Ainsi, aux noms donnés aux personnages dans ces textes, on a substitué des noms bulgares et on a procédé de même pour les noms de lieux, l’action étant transférée en terre bulgare. Cette traduction des pièces européennes par le théâtre bulgare est symptomatique de la manière dont, à l’aube de la modernité bulgare, l’Europe est conçue dans ce pays.

2D’une part, la distance culturelle Europe-Bulgarie semble être perçue comme si grande qu’on a besoin de ponts pour la surmonter. D’autre part, dans la traduction un peu naïve qui en est donnée, apparaît l’expression d’une foi aussi grande dans la traductibilité de la culture européenne que dans sa possible lecture bulgare. Enfin, dans cette opération de bulgarisation, l’essentiel semble être ce qui est bulgarisé – les pièces européennes. Pour la Renaissance bulgare, l’Europe est le référent majeur. Alors que la Renaissance en Europe occidentale avait tourné ses regards vers l’Antiquité grecque, la Renaissance bulgare se réalise sur le socle de modèles européens. Le discours sur l’Europe traverse toute l’histoire moderne de la Bulgarie. Après la libération en 1878, un des intellectuels de l’époque affirme : « L’influence européenne atteint la force d’un orage. L’étranger devient maître et culte » (Iliev, 1995, p. 71-72).

3L’interrogation sur les relations entre l’idée de l’Europe et l’identité culturelle bulgare sera conduite sous deux angles, celui de l’identité culturelle bulgare vue dans le miroir de l’Europe, celui de l’idée de l’Europe dans le miroir de l’identité culturelle bulgare. La symétrie des titres ne dissimulera pas l’asymétrie des situations. L’Europe n’est pas la vraie Europe politique et culturelle qui se soucie peu, pour ne pas dire du tout, de l’identité bulgare. II s’agit de l’Europe telle qu’elle est construite par le discours intellectuel bulgare.

4Miroir est une métaphore bien usée. Du « stade de miroir » de Lacan, déterminant pour le développement individuel, jusqu’au miroir représenté par la reconnaissance des autres cultures comme condition de la compréhension de sa propre spécificité, tout le monde s’accorde pour penser l’identité dans sa relation intrinsèque à l’altérité. À force d’être répétée, l’idée devient une trivialité qui cache plus qu’elle ne révèle son sens profond et complexe. Je prends cependant ici la métaphore du miroir dans le sens non pas du reflet, mais de la déformation et du détournement, lesquels lui attribuent un statut plus autonome, moins soumis à l’original, avec des relations inattendues, inexplicables, toujours ouvertes à interprétations.

1. L’idée de l’Europe dans le discours intellectuel bulgare de l’entre-deux-guerres

5L’idéal du Français est le Français parfait, écrit Simmel, l’idéal de l’Anglais est l’Anglais parfait. L’idéal de l’Allemand est l’Allemand parfait et en même temps son opposé, son autre, son complément, l’Italien. À l’image de l’Allemand, l’auto-identification du Bulgare est inséparable d’une réflexion sur son altérité, mais à la différence de celle de l’Allemand, l’altérité bulgare a connu plusieurs visages : Rome ou Byzance, l’Europe ou l’Orient. Ces visages sont distingués comme réalités géopolitiques, mais aussi, et surtout, comme principes spirituels différents : la rationalité, l’efficacité et la scientificité de l’Europe d’une part, la spiritualité, l’énigme, la magie de l’Orient d’autre part. Au XXe siècle, l’Europe l’a définitivement emporté, s’affirmant comme le plus prestigieux référent de l’altérité, avec les États-Unis et le Japon, ce dernier vu surtout dans son occidentalité.

6Un premier type de réflexion, développé au début du XXe siècle et se prolongeant aujourd’hui, comprend l’européanisation avant tout comme modernisation, cette dernière étant déclinée en termes de science, de technique, de culture, de progrès, de développement, de civilisation. Dans cette perspective, l’européanisation est en premier lieu conçue comme nécessité et régularité :

Il y a des régularités dans la vie et l’une d’elles est que nous serons européanisés. La culture occidentale, qui s’est imposée au-delà des océans, dans des pays comme le Japon, ne peut laisser en somnolence culturelle les peuples des Balkans. (Gulubov, 1930, p. 211)

7Si la première dimension de l’apport de l’européanisation se situe dans l’universalité, une seconde apparaît dans une rationalité spécifique :

Jadis le bateau de notre État a dû naviguer dans le dangereux détroit entre Charybde et Scylla ; jadis Charybde était Rome la catholique, Scylla Byzance l’orthodoxe. Par la suite, la place de Rome a été occupée par l’Autriche, et la Russie s’est substituée à Byzance. (Sheitanov, 1925, p. 266)

8Une dernière citation introduit un troisième cercle dans ce champ de la réflexion, celui de la distance par rapport à l’Europe. Paraissant évidente, elle n’est pas démontrée, tout au plus évaluée, et ce dans deux sens différents. L’un critique la fausse identité européenne : même habillé en frac et capable de parler éloquemment d’ordre, de transformation, de progrès, l’Oriental ne se transforme pas en Occidental. De la rationalité européenne, souligne Mihailovski (1940, p. 111), écrivain de la première moitié du siècle, l’Oriental ne réussit pas à s’approprier la « pure valeur du spirituel et la capacité de la raison à se transformer en action ». L’Oriental perçoit l’idée soit dans sa valeur décorative, soit comme objet de marchandise. Chez lui, la belle idée est « comme une pierre précieuse sur une bague : quelque chose qui se vend et s’achète ». L’autre sens retenu ouvre une réflexion plus critique, qui tend à évaluer l’identité européenne à l’aune de l’identité nationale, « la comparaison des deux pouvant permettre de justifier des spécificités des manifestations culturelles bulgares, au regard de l’influence occidentale » (ibid.). Dans les deux cas, on arrive à une conclusion commune : l’européanisation ne peut être atteinte par copie mécanique de valeurs culturelles étrangères ; ces dernières doivent être appropriées, transformées par notre propre tissu social.

2. Les lectures postcommunistes de l’Europe vues de Bulgarie

9Le choix de ces lectures est d’une part lié à un engagement personnel dans les dilemmes de ces temps de transition. Il s’agit d’autre part de montrer que la confrontation avec l’Europe est une des préoccupations prioritaires des Bulgares. Ainsi, on analysera, l’idée de l’Europe sous trois angles successifs : celui du discours politique, celui des réflexions intellectuelles, celui enfin de la conscience quotidienne.

L’Europe dans le discours politique

10Le postcommunisme a découvert… l’Europe. Cette dernière s’est immédiatement affirmée comme une référence privilégiée du nouveau discours, se transformant en leitmotiv des médias, lesquels prétendent suivre, dans ses moindres détails, la voie qui est supposée y conduire. Les intellectuels l’ont aussi inscrite dans leurs discussions, et les artistes y ont vu une inspiration. Durant les dernières années, le nombre d’œuvres d’art portant dans leur titre le mot Europe a de quoi surprendre.

11Le premier président bulgare élu au suffrage universel, Gelio Gelev, docteur en philosophie, partage l’idée de Husserl selon laquelle l’Europe est moins une réalité géographique qu’une essence spirituelle, dont le contenu intellectuel est la philosophie et la réalisation pratique, la démocratie. Une des premières nouvelles formations politiques en Bulgarie, fraction de réformateurs au sein du Parti socialiste, s’est nommée Voie vers l’Europe. Si cette formation a été particulièrement éphémère, son slogan, porteur d’un triple message, s’est durablement imposé dans le discours politique. Il se réfère en premier lieu à la garantie du futur par le choix d’un modèle de développement ayant prouvé son efficacité et sa vitalité. C’est l’usage le plus idéologique de l’idée européenne, une traduction presque littérale de la promesse du futur communiste. Dans les deux cas l’objectif est le même : légitimer le pouvoir qui, ne réussissant pas à bien gérer les problèmes du présent, mène cependant chacun vers le juste futur. Le slogan illustre en deuxième lieu un changement des valeurs. Si le communisme s’identifiait à l’idée d’une société sans classes et valorisait l’égalité, dans la lecture d’aujourd’hui l’Europe symbolise l’autonomie de l’individu, la démocratie libérale, l’économie de marché. Enfin, la formule voudrait démontrer un changement radical des orientations géopolitiques. Les différentes forces politiques articulent l’Europe chacune à leur manière. Ainsi, pour l’Union des forces démocratiques, l’adhésion de la Bulgarie à l’OTAN est la pierre de touche de la pensée démocratique. Le parti de l’ex-monarque, aujourd’hui Premier ministre, mène une politique pro-européenne. Le Mouvement des droits et des libertés, parti qui exprime les intérêts de la minorité turque, a suggéré l’idée assez originale que la voie de la Bulgarie vers l’Europe puisse passer par le Bosphore.

12Une première réserve peut être notée. L’articulation entre l’idée de l’Europe et le discours politique est empreinte de quelques faiblesses remarquables. La première est son asymétrie naïve. Au congrès de Berlin en 1878, Bismark remarqua cyniquement : « Les Balkans ne méritent pas les os d’un seul grenadier poméranien » (Craig, 1995, p. 27), et dans le même ordre d’idées, Churchill considère que « les peuples balkaniques sont chargés de plus d’histoire qu’ils ne peuvent en porter » (Dimitras et Lenkova, 1995, p. 17). Dans le passé certes, mais aujourd’hui encore, politiciens et journalistes occidentaux mettent la Bulgarie et les Bulgares dans la catégorie de l’autre, exotique et effrayant. D’après les observations d’Ivailo Ditchev (1991, p. 31), chercheur bulgare ayant longtemps vécu en France, on peut, même dans des articles bienveillants, voir les Bulgares définis comme « Russes un peu plus civilisés » ou « Grecs qui parlent russe ».

13Une deuxième réserve tient à l’absence de réflexion sur la manière sélective dont l’Europe est conçue dans ces discours. Au début du XXe siècle on pense l’européanisation comme rationalité sociale et technologique, et non pas économique. On chante des hymnes aux machines, tout en soulignant que l’attitude du paysan bulgare face à la terre est affective et non pas instrumentale. À la fin de ce siècle, le discours politique, qui présente l’européanisation comme synonyme de libéralisme et d’économie de marché, ne coïncide pas avec l’opinion publique, dont les préférences vont plutôt à des modèles sociaux-démocrates à la suédoise ou à l’allemande (Mitev et Riordan, 1996). Enfin, ce discours politique tend à sous-estimer la multiplicité de modèles culturels, politiques et sociaux que rassemble l’Europe, leurs élaborations critiques, leurs réalisations, corrections et interprétations.

14La troisième réserve que suggèrent ces discours est la contradiction entre le pathos libéral des défenseurs de l’idée européenne et le type d’argumentation non libéral. L’orientation vers l’Europe est pensée comme une évidence, non comme un choix. Il y a un demi-siècle, le leader communiste bulgare George Dimitrov affirmait : « La liaison avec l’Union soviétique est aussi vitalement indispensable à la Bulgarie que l’air pour chaque être humain. » À la veille du XXe siècle, le père du socialisme bulgare écrivait un livre où il se demandait « Qu’est-ce que le socialisme et y a-t-il du terrain pour lui chez nous ? » Aujourd’hui, plusieurs discussions tournent autour de la question : qu’est-ce que le libéralisme et y a-t-il du terrain pour lui chez nous ? Les métaphores organiques, qui sont le vocabulaire préféré de toute langue de bois, occultent la dimension discutable des thèses idéologiques par l’irréfutabilité du naturel et de l’indispensable. Le libéralisme, quant à lui, part de prémisses épistémologiques opposées : les relations sociales, politiques, économiques ne sont pas prédéterminées et prescrites sur un mode obligé d’affinités, mais elles sont libres de se (re) composer en configurations variées.

Le discours intellectuel sur l’Europe

15Le discours intellectuel sur l’Europe est le plus polyphonique. Le thème est présent dans toute la vie culturelle. Les manuels posent la question de l’origine européenne de la culture bulgare. Une nouvelle revue Europe a été créée. À l’occasion de cent cinquante ans de journalisme bulgare, un ouvrage collectif traite du problème de la dimension européenne de l’histoire bulgare (Zlateva, 1994). Dans une exposition de peinture et sculpture contemporaines deux œuvres élaborent le même motif : Voie vers l’Europe et Europe unie. Une revue intellectuelle au titre significatif, Choix (1991, n° 8), consacre un numéro spécial au thème de l’Europe, dans lequel Jacques Rupnik annonce « Le retour de l’Europe », aux côtés d’un texte de Fernand Braudel qui décrit « Les unités de l’Europe », et d’un autre de Raymond Aron, qui développe sa thèse provocatrice de « l’Europe décadente ». L’Europe – objet d’aspiration – est le thème qui prédomine dans les réflexions intellectuelles. Des études comparatives ont montré la manière différente dont les intellectuels occidentaux et leurs homologues de l’Europe de l’Est pensent et valorisent l’Europe. Pour des intellectuels italiens, l’Europe étant un fait qui va de soi, les entretiens ne duraient pas plus d’une heure. Pour des intellectuels hongrois, l’Europe est un idéal, et ils en parlaient avec plaisir et longtemps, les entretiens duraient plusieurs heures (Licht, 1991, p. 35).

16L’Europe est conçue par les intellectuels bulgares comme un modèle qui n’est pas le résultat d’un calcul rationnel, mais relève du désir et de la passion. Milan Kundera voit dans ces attitudes l’adhésion à une communauté d’esprit et de liberté. D’après Richard Rorty (1989), la culture européenne, avec son respect pour l’individu, sa pensée originale et son droit inviolable de la vie privée, ou, à défaut, le rêve de l’Europe ont été souvent trahis. Selon l’auteur, ils sont cependant suffisamment forts pour nous unir. Le sous-titre d’un ouvrage de Bogdan Bogdanov est emblématique à cet égard : « Réflexions en face de l’Europe » – l’intellectuel bulgare fixe l’Europe comme la nouvelle autorité morale.

17Une autre orientation du discours intellectuel enrichit le thème de l’Europe d’une réflexion critique. Le discours postcommuniste établit aussi une distance par rapport à l’Europe, mais cette distance est bien différente de celle formulée au début du XXe siècle. La figure qui est opposée à l’Européen n’est plus l’Oriental. Nous ne sommes plus entre Occident et Orient, mais dans un espace commun européen. Cet espace est cependant hiérarchisé – culturellement et politiquement. Voie, retour, ces mots-clés dessinent des régions ayant un poids différent, un centre et une périphérie. Le mouvement sensible dans les deux directions n’en est cependant pas moins asymétrique. En sortant de lui-même, le centre s’exporte comme modèle. En revanche, la périphérie aspire à s’éloigner d’elle-même et à se rapprocher du centre. « L’autre nom de la Bulgarie est province », écrit le sociologue Ivan Evtimov (1991), alors qu’elle a été des décennies sous le parapluie soviétique, antérieurement périphérie de l’Allemagne, et durant cinq siècles dans l’Empire ottoman. Être en périphérie a ses avantages : la moindre soumission au pouvoir central, la relative indépendance. Le problème a cependant été de s’autodéfinir après la chute de l’Empire, autonomie de pensée et d’action ne s’inventant pas spontanément le jour du retour à la liberté.

18Faut-il être moins bulgares pour devenir européens, ou faut-il l’être davantage pour devenir des partenaires dignes dans le dialogue européen ? De telles questions préoccupent nombre d’intellectuels bulgares qui analysent différentes formes de préjugés culturels, tels que la peur ou l’adoration de l’étranger. Lazar Koprinarov (1991) affirme que la voie vers l’Europe ne passe pas par le nihilisme national. Quand une culture ne s’apprécie pas elle-même, elle est encline non seulement à imiter les autres cultures, mais aussi à accepter leur image d’elle-même comme sa véritable essence.

19Dans cette perspective, la réflexion critique sur l’Europe est conçu comme une réflexion à l’européenne. L’européanité contient l’idée d’une société ouverte à la pluralité d’alternatives, à la comparaison critique de positions. Le discours intellectuel oscille entre deux tendances extrêmes. La première est celle de l’admiration, l’Europe étant vue comme un modèle positif à suivre. Dans les lectures les plus optimistes, je dirais les plus idéalistes, l’Europe est synonyme de richesse culturelle et de plénitude auxquelles chaque culture particulière doit aspirer. En 1924 déjà, Boyan Penev rêvait que

l’idéal lointain serait de réconcilier en nous l’objectivité, le sens de la responsabilité et la profondeur de la pensée allemande avec le style français vif, d’opposer l’idéalisme russe au pragmatisme bulgare vulgaire, de vaincre le dogmatisme sec avec les formes libres de la créativité anglaise, de repenser et d’anoblir notre individualisme restreint avec la large sociabilité et l’esprit universel de la France. Si l’on pouvait ! (Penev, 1924, p. 143)

20L’autre pôle du discours est celui de la destruction de tout idéal, de tout modèle. L’art est souvent plus en avance, et peut être plus extrémiste dans l’expression des préoccupations culturelles. Je prends comme exemple ce poème que, n’étant pas poète moi-même, je traduis littéralement.

Maison

À maman, avec désespoir

Moi, Vladimir Sabourin, né de mère bulgare d’origine macédonienne et de père cubain, je déclare que je déleste la maison bulgare, début de tous les maux, mère de la violence, du pouvoir, du désespoir, je méprise ma mère qui a trouvé, choisi, payé cette maison, je méprise mon père, qui y a vieilli, je méprise la sanglante douce blessure Macédoine, je méprise la détestable francophonie néo-coloniale. (s. l. n. d.)

21Avec ce poème, on est en pleine postmodernité. Dans une société traditionnelle, comme George Mead et plusieurs autres sociologues et ethnologues l’ont brillamment démontré, l’identité se construit par l’imitation d’un modèle. Dans une société moderne cette construction s’opère par le détournement d’un modèle. Les discours postmodernes remettent en cause les modèles eux-mêmes. Dans la citation de Boyan Penev, l’élan vers l’altérité porte deux messages opposés : la synthèse culturelle est à la fois vitale et impossible à réaliser. Au début du siècle, l’idéal était lointain, mais on croyait apercevoir l’horizon, la volonté de l’atteindre semblait indéfectible. À la fin du siècle et dans le poème : plus d’idéal, plus d’horizon, la volonté se cristallise non plus sur l’accès à cet idéal et sur son perfectionnement, mais sur la déconstruction des modèles, sur leur rejet. Ces deux exemples sont très expressifs du rapport bulgare à l’altérité. Le relativisme culturel est étranger à l’approche bulgare. L’altérité a toujours été intégrée dans une relation productive à notre propre identité, dans un espace de dialogue commun. Or le second exemple renvoie à la réflexion postmoderne sur identité et altérité. Celle-ci est encore à ses débuts en Bulgarie, très éloignée des extrémismes de la déconstruction totale. La poésie est ici mentionnée comme contrepoint intellectuel n’exprimant pas une tendance générale, mais s’y opposant. Car en Bulgarie, la déconstruction n’a pas encore atteint le noyau de l’identité. Elle aspire plutôt, selon les termes même de Julia Kristeva, à approfondir la fusion de l’individu avec la communauté et à permettre à l’individu de s’adresser à elle, non seulement avec le pathos de la glorification, mais encore avec l’ironie de la critique, pouvant permettre une auto-identification non prescrite par la communauté.

22Dans les deux situations extrêmes évoquées par les exemples cités, il y a une similarité profonde : on retrouve le même principe d’inclusion. L’autre, la diversité culturelle, l’Europe, la francophonie ne sont pas exclus de nos préoccupations culturelles, mais intimement incorporés. On découvre dans les deux cas la recherche d’une nouvelle identité. Dans le premier cas, le modèle est connu. Dans le second, il est à inventer librement par soi-même.

La conscience de l’Europe au quotidien

23À côté du discours politique qui utilise l’idée de l’Europe de la manière la plus instrumentale, et du discours intellectuel qui, en la problématisant, souvent la dramatise, la conscience quotidienne de cette idée paraît plus ténue. Un préjugé positif à l’égard de l’Europe est largement répandu. Selon Dimova et Tilkidjiev (1996, p. 53), 52 % des personnes interrogées le confirment et seulement 4 % ne le partagent pas. La Bulgarie est une illustration typique de la manière paradoxale dont les sondages enregistrent l’identité européenne, l’adhésion étant plus affirmée dans l’Europe de l’Est que dans l’Europe de l’Ouest. Le paradoxe est d’autant plus frappant qu’en tête de la liste des attachements européens à l’Est figurent la Roumanie et l’Albanie, tandis que la Tchéquie et la Pologne sont dans les dernières positions. La Bulgarie est au milieu (Mitev et Riordan, 1996, p. 15).

24Le sentiment d’appartenance européenne varie selon les groupes sociaux. Il est plus prononcé chez les intellectuels et les cadres supérieurs, moins chez les ouvriers, et encore moins chez les paysans. La liaison entre attachement à l’Europe et niveau d’éducation est directe. L’orientation varie aussi selon l’origine ethnique : les Juifs et les Arméniens, suivis par les Bulgares, expriment les sentiments européens les plus intenses, cependant que ces derniers semblent faibles chez les Turcs et plus faibles encore chez les Tziganes (Topalova, 1995, p. 106). Les attitudes vis-à-vis de l’Europe sont en outre marquées par une forte différenciation intergénérationnelle, qu’il s’agisse du degré d’ouverture à l’Europe ou du message qu’y lisent les jeunes et les adultes. L’intérêt des jeunes pour la vie dans les pays occidentaux est deux fois plus vif qu’il ne l’est chez les adultes. Il est en outre orienté autrement : les jeunes sont plus impressionnés par les hommes d’affaires ; les adultes, par les politiciens (Mitev et Riordan, 1996, p. 21).

3. Les relations entre identité nationale et identité européenne

25Les relations entre identité nationale et identité européenne passionnent plusieurs auteurs de cultures différentes. Pour Ortega y Gasset (1993, p. 163), les peuples qui ont intégré l’idée européenne, et qui ont fait le choix de la modernisation, ont refusé d’affirmer leur essence, acceptant de reformuler leur caractère national en contrepartie du bien-être, de la puissance et de la connaissance. Un peu comme Faust, ils auraient vendu leur âme, au moins en partie, pour améliorer leur sort. Dostoïevski (1989, vol. XI) s’inscrivait dans la même ligne de questionnement. Il écrivait, avec la même passion, sur l’antinomie entre les identités nationale et européenne, sur leur profonde contradiction, ainsi que sur un horizon possible d’harmonisation.

26On découvre le même pathos dans des textes bulgares de la première moitié du XXe siècle. Aujourd’hui, le choix est fait, les passions se sont apaisées. Les relations entre les deux identités ne sont plus vécues comme un dilemme. En revanche, elles prennent davantage la forme d’un paradoxe : on accepte facilement l’identité européenne, mais celle-ci influence peu la manière dont est conçue l’identité bulgare. L’européanité est structurée autour des valeurs de liberté, d’autonomie de la personne, d’appartenance par choix. L’identité bulgare est pensée comme destin, connue comme déterminée par l’origine. Le peuple est conçu comme une grande famille ; la patrie, comme un sol fructueux qui nourrit l’art, le développement personnel, l’épanouissement culturel. Cette conception de l’identité nationale est profondément ancrée dans la culture bulgare. C’est l’esprit dans lequel les manuels scolaires, aujourd’hui comme hier, socialisent les jeunes générations. Ce mariage, somme toute assez harmonieux, de deux conceptions différentes d’attachement – celui de la patrie et celui de l’Europe – révèle des particularités de la conscience quotidienne postcommuniste. En effet, on accepte au niveau discursif les valeurs du libéralisme, la liberté, le risque du marché, sans que cela change les attitudes égalitaires profondes. Le plus difficile demeure non pas l’acceptation de l’idée de l’Europe, mais l’imprégnation de l’idée d’appartenance couplée à l’Europe et à la Bulgarie.

27Fernand Braudel (1991, p. 15) classe les fondements de l’Europe de la manière suivante : « La culture dit oui à l’unité, l’économie dit presque oui, la politique, par contre, est plus réservée. » Je classerais à l’inverse les lectures postcommunistes bulgares de l’Europe : la politique soutient l’unité ; l’économie est une force plus inerte et moins sujette à une pression volontariste de changement ; la culture y aspire, mais n’a pas encore atteint une conception de l’identité qui ne relève pas du sang mais du choix.

28Les manières dont un pays périphérique comme la Bulgarie peut concevoir les relations entre identités nationale et européenne dépendent largement de la manière dont le centre définit cette européanité. Or les définitions avancées oscillent entre construction et essence. Alain Fenet (1994, p. 405) résume ainsi la première :

Être européen ne renvoie pas à un contenu, mais à une attitude fondamentale. Dans cette perspective, l’Europe est européenne quand elle comprend que nulle idée n’est première et donc digne d’être placée avant d’autre idée, que nulle idée ne peut être mise au centre de tout et considérée comme la plus vraie, la plus belle, la meilleure.

29C’est précisément ce manque de contenu propre qui, selon cet auteur, fonde la vocation de l’Europe à la découverte, à la connaissance et à l’invention, mais aussi à la démocratie, à l’affirmation de la personne, à l’épanouissement de l’individu et à la proclamation des droits de l’homme. Elle est alors comprise comme l’opposé de l’essence, elle est doute, inquiétude, quête. Pierre Rolland (1994, p. 440) cite le philosophe tchèque Ian Patochka, pour qui « l’héritage propre de l’Europe n’est pas seulement la très grande égalité des chances, mais bien davantage l’acceptation de l’ébranlement de toute certitude quant au sens de l’Histoire ». C’est d’un côté l’expression d’une certaine vulnérabilité, mais de l’autre, cette recherche constante est le fondement du rejet de toutes limites tant collectives qu’individuelles ; elle exprime une aptitude à inventer, à s’ouvrir à d’autres espaces, à faire place aux concepts de différence, de mélange et de déracinement. La question de l’identité européenne reste ici ouverte indéfiniment.

30L’autre vecteur de réflexion est bien représenté par le livre de Henri Mendras (1997) L’Europe des Européens. Comme le suggère le titre, l’auteur sépare la vraie, l’unique Europe, de l’autre Europe. Il établit « la coupure entre les deux, à la frontière exacte où est tombé le rideau de fer en 1948 », à deux erreurs près très significatives : l’Allemagne de l’Est et la Bohême sont bien évidemment incluses par l’auteur dans « l’Europe occidentale ». Il s’en explique en prétendant que le choix de délimitation n’est ni géographique ni historique, et qu’il revient à la sociologie de définir le modèle européen. Cet auteur structure son modèle autour de quatre piliers : l’individualisme évangélique et romain, l’idée de nation, le capitalisme, et enfin la démocratie. Or il est de fait que la conclusion de Henri Mendras sur la distance entre les deux Europes est largement partagée des deux côtés de la frontière. Si pendant la guerre froide cette distance était pensée en termes politiques, elle l’est aujourd’hui surtout en termes économiques et, bien plus encore, en termes symboliques. L’Est s’inspire de l’Ouest, l’Ouest se méfie de l’Est. Je dirais que la distance au plan symbolique est la pire qui soit. La Bulgarie et les autres pays de l’Europe de l’Est ne sont ni suffisamment loin pour être pensés comme exotiques, ni suffisamment près pour être considérés comme proches et voisins. Sociologues et politologues parlent de l’effet de halo. On se méfie moins de l’étranger avec lequel on vit, ou de celui qui est très loin, que de celui qu’on sent aux alentours de son quartier, que l’on sent vaguement menaçant, car il pourrait petit à petit pénétrer dans ma sphère. Les Européens de l’Est seraient les immigrés de l’Ouest – au sens littéral comme au sens symbolique.

31Dans la perspective de Henri Mendras, l’Europe n’est plus pensée comme ouverture et invention, mais comme chose, contenu, que certains possèdent, et d’autres pas. Avoir renvoie au statut quo, au pouvoir, à la stabilité de l’ontologie ; être se réfère à la subjectivité et à la construction. Essence, origine sont les arguments préférés de tout essentialisme. Le problème ici posé est celui de l’appartenance. Un espace social et culturel est strictement défini et il n’appartient qu’à ceux qui partagent ses caractéristiques. La vision de Henri Mendras, de nature essentialiste, s’oppose à la première perspective, qui met en avant la capacité de construire de nouveaux espaces sociaux et culturels, celle de forger de nouvelles identités. Les deux approches ont leurs homologues dans les conceptions de la nation. La seconde s’inscrit dans la logique primordialiste qui affirme la primauté de l’origine – réelle ou mythique. La première reprend l’idée d’Ernest Renan, pour lequel la nation française devait être un plébiscite de tous les jours. Alors, l’identité européenne n’est pas donnée, elle est faite par notre volonté toujours renouvelée de vivre ensemble.

Bibliographie

Braudel F., 1991, « Edinstvata na Evropa » (Les unités de l’Europe), Izbor, n° 8, p. 14-17.

Craig R., 1995, « Nation, images of the Balkan in the West », Balkan Forum, vol. III, n° 3, p. 19-53.

Dimitras Panayote E., Lenkova M., 1995, « Advocating Europe’s positive balkanization », Balkan Forum, vol. III, n° 4, p. 15-25.

Dimova L., Tilkidjiev N., 1996, « Profilite na natzionalnata identichnost : mejdu lokalizma i etnotzentrisma » (Les profils de l’identité nationale : entre le localisme et l’ethnocentrisme), Sofia, Fondation Initiative libre.

Ditchev I., 1991, « Maguiata na prehoda » (La magie de la transition), Izbor, n° 8, p. 30-32.

Dostoïevski F., 1989, Subrani proizvedenia (Œuvres), 12 volumes, Sofia, Narodra prosveta.

Evtimov I., 1991, « Provintzia Bulgaria » (La province Bulgarie), Izbor, n° 8, p. 2-5.

Fenet A., 1994, « L’identité européenne : variations contemporaines sur une interrogation ancienne », L’identité politique, Paris, Presses universitaires de France, p. 397-418.

Gulubov A., 1930, « Nashite intelektualni zadachi » (Nos tâches culturelles), dans Zashto sme takiva (Pourquoi sommes-nous tels que nous sommes ?), Sofia, Proseta, 1994, p. 210-212.

Iliev A., 1995, « Esseta ot arhiva » (Essais de l’archive), Sofia, Presses de l’Académie bulgare des sciences.

Koprinarov L., 1991, « Predrazsudutzite kum chujdenetza » (Les préjugés par rapport à l’étranger), Izbor, n° 8, p. 4-45.

Licht S., 1991, « Les minorités de l’Europe de l’Est entre l’Europe et la balkanisation » (Les minorités de l’Europe de l’Est entre l’Europe et la balkanisation), Iztok, n° 2, p. 34-37.

Mendras H., 1997, L’Europe des Européens, Paris, Gallimard, 417 pages.

Mihailovski S., 1940, « Kak zapadat i se provaliat durjavite » (Comment les États déclinent et s’effondrent), dans Zashto sme takiva (Pourquoi sommes-nous tels que nous sommes ?), Sofia, Proseta, 1994, p. 102-115.

Mitev P. E., Riordan J., 1996, Europe, the Young, the Balkans, Sofia, ICMSIR.

Ortega y Gaset J., 1993, Esseta,(Essais), Sofia, Presses de l’université de Sofia.

Penev B., 1924, « Nashata inteligentzia » (Notre intelligentsia), dans Zashto sme takiva (Pourquoi sommes-nous tels que nous sommes ?), Sofia, Proseta, 1994, p. 131-143.

Rolland P., 1994, « L’identité européenne », L’identité politique, Paris, Presses universitaires de France, p. 432-440.

Rorty R., 1989, Contingency, Irony and Solidarity, Cambridge, Cambridge University Press, 201 pages.

Rupnik J., 1992, « Révolution-restauration », Lettre internationale, p. 37-10.

Sheitanov N., 1925, « Preobrajenia na Bulgaria » (Transfiguration de la Bulgarie), Zashto sme takiva (Pourquoi sommes-nous tels que nous sommes ?), Sofia, Proseta, 1994, p. 266-269.

Topalova V., 1995, « L’identité européenne dans une société balkanique en transition », Les Balkans et l’Europe face aux nouveaux défis, Paris, Iresco, p. 102-107.

Zlateva M., 1994, « Evropeiskiat proizhod na bulgarskata jurnalistika » (L’origine européenne du journalisme bulgare), dans 150 godini bulgarskata jurnalistika (150 ans de journalisme bulgare), Sofia, Presses de l’université de Sofia, p. 255-269.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540