Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Partie 1. La différence interrogée : concepts et construits de la différence

Le défi de la différenciation géographique, ou l’Europe à l’épreuve de ses diversités

The Challenges of Geographical Differentiation : Europe Facing Diversity

Violette Rey

Résumé

Diversity and differences are reckoned to be among Europe’s defining characteristics, nearly by-words for its uniqueness, being at the same time assets and challenges for the construction of an enlarged European Union. By taking concepts as a starting point, the text tries to offer an analysis of the processes of diversification and differentiation without reference to any essentialism ; diversity and difference being relativized based on the scale at which they arise. Differentiation based on hard and enduring geographical partition lines (fractures), is analysed as a process in which identity-formation is heavily implicated, and in which complementarity and interrelationships between neighbouring cultural spheres are lacking. When differentiation is expressed by a continuum however, it is analysed as a process of interaction and interdependence, representing the mobility characteristic of economic development. The contemporary challenge derives from the risk of superposing these two types of differentiation, which would amount to being a stubborn obstacle to European integration.

Texte intégral

1La construction européenne en cours est née de la prise de conscience de la fin de la prééminence des Européens sur la scène mondiale après 1945. Confronter ses différences pour les mettre en commun, les dégager de leur cloisonnement territorial et inventer une géométrie variable d’appartenance, tel a été le socle sur lequel jusqu’à la fin des années 80 a pu se construire non sans hésitation et sans heurt l’Union européenne. Avec la chute du rideau de fer et la fragmentation territoriale étatique à l’est de l’Europe, avec la résurgence de différences antérieures à la Seconde Guerre mondiale, cachées ou occultées par le système socialiste, la question des différences a repris le devant de la scène. Le débat des limites à donner à cette géométrie variable a été rouvert. Jusqu’où aller dans une construction commune ? Au nom de quelle identité européenne à construire arrêter l’extension ? À partir d’où la différence devient-elle trop grande et incompatible avec la volonté d’intégration ? Le processus inéluctable d’élargissement de l’Union européenne trouve là une des pierres d’achoppement.

2Ces questions de différence et de différenciation ont aussi été ravivées dans les cercles des sciences humaines et sociales et en particulier dans les milieux préoccupés par le devenir de l’Europe centre-orientale. Après l’échec du courant de transitologie qui interprétait la sortie du communisme comme un retour dans l’évolution européenne générale, les chercheurs ont dû analyser la complexité et la diversité des trajectoires de sortie.

3Or, en amont, la réflexion sur la question des différences bute à la fois sur la difficulté d’articuler de façon cohérente l’un et le multiple et sur les contradictions dont les différences sont porteuses. De tels obstacles à la réflexion sur la différence justifient le terme de défi, défi dont la résolution se dénoue à travers des séries de compromis pragmatiques et dont le sens ne peut souvent être dégagé qu’a posteriori.

4Deux contradictions au moins sont repérables et seront les fils conducteurs de cette lecture. L’une tient à la conviction qu’il est nécessaire de garder et de promouvoir la diversité et de respecter le droit à la différence, alors que les pratiques de gestion des diversités et des différences tendent à homogénéiser, à gommer le contenu de celles-ci. L’autre contradiction est inscrite dans le processus même d’intégration. L’intégration est censée mettre en ordre les différences, les articuler, alors que d’autres différences se trament, inédites et inattendues, qui viennent remettre en question l’intégration en prenant appui sur des diversités négligées. Fluctuation provisoire ou événement-bifurcation, cette contradiction, qui relève du paradoxe, oblige chaque fois à cerner le statut de la différence.

5L’identité et l’intégration européennes s’ancrent dans l’espace géographique et font référence à des conceptions du territoire. La géographie apporterait-elle une définition de l’extension de l’Europe et de sa limite orientale, comme on le lui demande trop souvent, par une paresse d’esprit qui lui transfère le soin de trancher sur ce qui est précisément objet conjoncturel de construction ? Loin de cette solution illusoire, on peut par contre en attendre une explicitation des termes de la différenciation dans leur dimension territoriale, une démarche du mixte, appuyée sur l’observation empirique des localisations en vue d’en proposer une conceptualisation logique, et un point de vue sur les différences qui gravitent autour de l’élargissement de l’Union européenne.

6Diversité et différence, différence et identité, voilà de redoutables couples de mots auxquels je préfère ceux de diversification et différenciation, de différenciation et identification pour analyser des phénomènes dans leurs dynamiques et leur ôter leur côté essentialiste. Toutefois parce que ceux-ci sont le plus souvent perçus et dits comme des états de fait, nous devons aussi les envisager comme tels avant de les aborder comme processus. Souvent utilisés de façon synonyme, diversité et différence ne relèvent pas des mêmes registres logiques, et le glissement de l’un à l’autre permet de pointer l’enjeu analytique qui nous intéresse ici à propos de l’Europe contemporaine. Ne parle-t-on pas de la diversité religieuse de l’Europe, tout en remarquant que c’est le christianisme qui fait une de ses différences, puisqu’il en est la confession majoritaire ? La diversité touche à la variété à l’intérieur d’un ensemble, elle est un indice du multiple, alors que la différence donne une signification à la diversité. La différence établit des distinctions (voire des hiérarchies) dans la diversité, elle construit le réel selon d’autres ensembles. Parce qu’elle introduit la notion de coupure, de discontinuité, la différence apparaît porteuse de violence virtuelle. Cette coupure renvoie au couple différence-identité, car l’identité n’a d’existence que par rapport à ce qui est différent. La notion de territoire est l’expression spatiale de cette idée de différence ; elle implique la limite entre deux territoires et deux territorialités. L’ambiguïté de la question du territoire et de la territorialité proprement européenne est alors posée, puisque ces deux notions restent incertaines et momentanées.

7Partant des diversités, la géographie analyse les différences spatiales. Elle a construit le concept de région pour cerner les imbrications et les combinaisons plus ou moins stables de ces différences. La région exprime la façon dont s’organisent les diversités et les différences élémentaires pour produire une ressemblance et une entité-identité supérieure plus complexe. L’individualisation régionale géographique repose sur trois dimensions. Associée à la notion d’homogénéité, la première correspond au degré interne de différences, plus faible que celui des espaces environnants. La deuxième dimension renvoie au sentiment d’appartenance que partagent les habitants de cet espace, véritable sentiment d’identité puisant partiellement à cette homogénéité. La troisième dimension se réfère enfin aux limites, plus ou moins floues, qui séparent la région de son environnement.

8Suite à ces prémisses, je discuterai les interprétations données au contenu de la différence géographique, aux questions liées à ses limites, et aux interdépendances entre ses niveaux, soit trois aspects du défi européen.

1. La différence géographique, une affaire de nature, de construction territoriale, d’échelle d’observation

9L’Europe lue comme le lieu des diversités géographiques est une image familière à la fois de nos livres d’histoire et de géographie et de l’expérience des visiteurs non européens : le grain spatial européen est un grain menu, de petite extension, qui se manifeste par une juxtaposition de petites unités variées ; un trait de caractère, d’identité, comparé au grain spatial américain ou africain.

10Ce trait peut être pris comme un donné naturel, une diversité triviale. Dans la mesure où celui-ci nourrit une image identitaire, il mérite que l’on s’y arrête, et que l’on problématise la façon dont le contenu de chaque unité diffère de celui de ses voisines. Certes, les milieux physiques y ont leur part, et ce en dehors de toute lecture déterministe du poids de la nature sur l’organisation sociale. Cette péninsule occidentale de la masse terrestre eurasiatique est fragmentée dans ses reliefs, mers et terres s’interpénètrent profondément ; ses climats tempérés résultent d’autres interpénétrations de masses d’air et de courants atmosphériques, dont l’origine est hors de son aire. Deux conséquences en découlent : l’Europe ne peut physiquement être assimilée à un continent et là est bien périodiquement son problème de démarcation en direction des vastes plats pays orientaux ; cette configuration complexe et menue donne une assise naturelle aux constructions géographiques de sa diversité.

  • 1 En 2003, sur les vingt-cinq pays qui constitueront l’Union européenne à partir du 1er mai 2004, six (...)

11Le contenu du grain lui-même est pourtant affaire de construction humaine. Des techniques variées alimentent en permanence cette diversité, tout en la modifiant au cours du temps, faisant d’elle un support d’identité. Dans la perspective actuelle de la construction européenne, il est important de connaître le poids exercé par le façonnement politique et juridico-législatif sur cette diversité. Ce dernier donne en effet une place centrale au grain spatial de l’État, puisque depuis l’époque moderne l’État territorial, précisément délimité, est devenu la forme première du groupement politique en Europe. On est familier des effets d’homogénéisation sociale, culturelle, comportementale introduits par l’appartenance à un même système étatique de règles, qui progressivement sécrètent de l’identité collective nationale. Par contre, la forte hétérogénéité de taille entre les États, accrue par la fragmentation postcommuniste de certains d’entre eux, est le premier obstacle redoutable à la mise en place de la construction politique de l’Union européenne, qui doit concilier une correcte représentativité de chacun et l’efficacité décisionnelle de l’ensemble1. On est familier aussi des effets spatiaux induits par des règles directes de gestion spatiale, comme celles de la cadastration ou encore de la transmission de la propriété foncière ; dans les villes et dans les campagnes, des paysages apparaissent marqués par le sceau de l’appartenance à une même règle, et distincts de ceux relevant d’une autre règle. On a beaucoup moins conscience des effets de spatialisation-différenciation que peuvent produire d’autres dispositions juridiques étatiques ne portant pas directement sur l’espace, et dont la gestion spatiale devient problématique ensuite.

12L’individualisation du territoire roumain sur des cartes européennes est révélatrice de ce processus indirect de territorialisation et de territorialité. La démonstration en est faite par une cartographie des données socio-économiques à un niveau infra-étatique assez fin sur l’ensemble de l’Europe. Les contours des États n’étant pas dessinés sur la carte, se détache alors de façon singulière le territoire roumain. C’est le cas, par exemple, pour les structures démographiques avec les profils de natalité/mortalité, la structure par âges ou encore les taux de mortalité infantile (Grasland, 1991). Cette force des contours des territoires étatiques apparaît aussi pour la remontée de la paysannerie dans la période postsocialiste, et se traduit par les paysages agraires émiettés, en complet contre-courant des tendances européennes générales (Hirschhausen, 1997). Il s’agit des conséquences directes de décisions politiques aberrantes (en 1967 et 1990), dont la trace géographique devenue ensuite si lisible sur des cartes européennes est sans commune mesure avec le contexte du moment de la décision. Cette individualisation géographique se manifeste aussi à travers d’autres phénomènes qui entretiennent à leur tour une individualisation territoriale et les vécus particuliers qui leur sont associés. Ainsi en va-t-il des formes nouvelles de circulation migratoire de Roumains qui construisent une Europe des réseaux par les marges et par en bas, comme en ont apporté la preuve les travaux de Dana Diminescu (2003). Que la société de Roumanie l’ait voulue ou non, cette individualisation territoriale dans le tissu européen mettra longtemps à disparaître. Bien que non choisie, celle-ci crée, par un effet d’expérience commune, une identité en partage qui construit une aire géographique. On est certes loin de l’identité-territoire comme terre des ancêtres (patrimonium), mais on touche à une forme d’autonomisation/homogénéisation du grain spatial, qui se détache de la cause politico-sociale qui l’a fait naître (causalité décalée). Source propre de différenciation, des inédits alternatifs pourraient émerger de cette territorialité non souhaitée.

13Cet exemple très contemporain n’est qu’un exemple parmi de multiples autres cas de différences géographiques produites au cours du temps au niveau des nombreux États européens, dont en outre les délimitations ont été rarement stables. C’est dire alors la force, la multiplicité et l’enchevêtrement de ces différences introduites par l’action politique sur le tissu spatial.

14Dans sa nature comme dans son contenu, la différence est affaire d’échelle. Cet exemple roumain de production de différence spatiale le montre. Il n’a de sens qu’à l’échelle d’une approche européenne ; observée dans une perspective mondiale, l’individualisation démographique de l’espace roumain n’apparaît plus que comme une diversité locale au sein de l’Europe, face aux différences démographiques majeures perceptibles à l’échelon planétaire. Souligner le caractère relatif du construit de la différence en fonction de l’angle d’analyse pose ici la question du sens donné à la différence européenne. Concevoir l’Europe comme une région, au sens précisé ci-dessus, signifie que ses différences internes sont acceptées comme des diversités, qu’elles sont sa spécificité et la matière directe de l’intégration en gestation. La question est alors de savoir si ces différences sont suffisamment interactives pour produire une ressemblance et une entité supérieure à la fois plus complexe et clairement individualisable. La question est aussi de se demander dans quelle mesure certaines différences relèvent alors d’autres échelles, leurs effets venant contrecarrer l’intégration. Il est des différences heureuses, porteuses de richesse et de complémentarité ; il en est de dangereuses, porteuses de conflictualités ingérables dans le contexte d’un processus d’intégration. C’est là le cœur de la question de la construction européenne.

2. Fractures spatiales, lignes de démarcation identitaires et lignes imaginaires

15La démarche contemporaine de construction européenne s’appuie sur l’idée de mise en commun et d’appartenance à un tout. Or, comme l’identité européenne du futur est encore floue, il faut lui trouver des ancrages dans les héritages, dans ce qui réunit par distinction ou même par opposition à l’autre. Une manière commode de savoir qui est soi est de faire surgir l’autre, dans sa figure la plus mal connue, et sur laquelle il devient facile de cristalliser un certain nombre de stéréotypes et de différences, classés incompatibles. Avec le danger d’arriver, selon l’expression d’Amin Maalouf (1998), jusqu’aux « identités meurtrières » par refus de penser et vivre l’identité comme multiple.

16L’identification par le religieux est exemplaire de cette démarche. Les grandes religions combinent la force de la longue durée et la puissance émotive. Elles donnent du sens à la vie par leur message, garantissent l’unité identitaire dans la mesure où on n’appartient qu’à une religion, alors qu’on peut nativement appartenir à deux langues. Du fait de ces propriétés, les religions sont donc un référent d’identification particulièrement discriminant. À ce titre elles ont été mobilisées dans le débat sur la construction politique de l’Europe. Débat sur le plan des principes à inscrire dans la future Constitution : doit-on ou non faire apparaître la référence au religieux ? Débat sur le plan géographique avec deux questions : l’Europe s’arrête-t-elle là où s’arrête le christianisme comme culture dominante, et en outre, sur quelle culture chrétienne s’appuyer ? Deux confessions sont ainsi mises en question, l’islam et le christianisme orthodoxe. C’est à propos de ce dernier qu’on examinera ce mécanisme d’utilisation de l’espace à des fins de séparation identitaire.

  • 2 Tout au moins depuis le sac de Byzance par les croisés en 1204.

17Paradoxalement l’orthodoxie relève de la différence discriminante, alors que, branche de la confession chrétienne, elle ne s’est jamais trouvée dans des conflits directs et violents avec les christianismes occidentaux2, lesquels ont entre eux un rude passé de guerres de Religion ! Ce cas nous conduit à souligner un type de fonctionnement spatial de la différence, celui de l’ignorance que les mondes culturels entretiennent les uns envers les autres. La question a été réactivée après la chute du rideau de fer, avec la réapparition d’une distinction entre Europe centrale et Europe balkanique, sous les décombres d’une Europe de l’Est, qui fut un espace provisoirement unifié par son appartenance au second cercle du système soviétique.

18Quelques jalons permettent de préciser le processus. À partir du XIe siècle on localise la ligne de partage religieuse entre Rome et Constantinople à travers les Balkans. Celle-ci se superpose à la ligne qui, dès l’Antiquité, sépare les langues et alphabets grecs et latins. La stabilisation de la conquête musulmane sur la péninsule balkanique apporte un nouvel élément de consolidation des différences de part et d’autre d’une zone de contact/front, reprenant grosso modo les lignes précédentes. De plus, à partir du XVIIe et suite aux guerres de Religion occidentales, commence au nord une double opération de simplification de la mosaïque religieuse – la religion du prince devient celle de ses sujets – et de laïcisation de la société par intériorisation du religieux dans la sphère privée et individuelle. Au sud au contraire, la diversité religieuse reste la règle sous la tutelle ottomane. Puis au cours du XIXe siècle, le politique prend appui sur le religieux à travers l’éveil des nationalités. Une reconnaissance territoriale politique à base d’identité religieuse est revendiquée : ainsi en va-t-il de la Serbie orthodoxe, de la Croatie catholique, de la Bulgarie orthodoxe, et jusqu’à la nationalité musulmane inventée sous Tito pour couvrir le cas bosniaque.

19Une ligne de partage relativement stable s’est donc installée sur la longue durée entre le christianisme occidental et le christianisme oriental. Elle est si ancienne qu’elle paraît immuable, naturelle, à la manière d’une ligne de cimes montagnardes. Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs ? Cette ligne est une induration progressive sur ce qui était une zone floue d’extension d’influence, de part et d’autre de laquelle se sont enclenchés des processus divergents complexes. Le religieux n’y est en fait qu’une des dimensions, mais autour de cette ligne se sont agrégées périodiquement d’autres différences. Des blocs s’y sont constitués de part et d’autre. L’étiquette religieuse a été retenue pour les besoins du raisonnement identitaire.

  • 3 L’effet des partitions spatiales à des fins de gestion territoriale, par l’intermédiaire des mailla (...)

20Le fonctionnement de cette différence géographique, qui se traduit par une discontinuité spatiale, relève d’abord d’un manque de relations entre ces parties, d’un manque de complémentarités de part et d’autre de la ligne séparante, laquelle peut périodiquement devenir un front, où s’affrontent des idéologies religieuses. Le phénomène gréco-catholique uniate, précisément localisé au contact de ces deux chrétientés (Vernicos, 1999), est un bon témoignage de ce jeu d’affrontement sur une ligne séparante. Il peut donc exister des différences qui créent à la fois des indifférences de longue durée et une non-complémentarité, ce qui correspond à deux métasystèmes spatiaux quasi indépendants. À partir de là, selon le moment, selon le contexte d’analyse et l’intention du discours, on peut donc lire la spatialisation religieuse en termes de diversité ou en termes de fracture. Peut-on pour autant reprendre l’expression de fracture imaginaire que Georges Corm utilise à propos de la fracture Orient/Occident ? Cela est moins sûr, compte tenu des marquages locaux propres à chaque confession. Reste que passer de l’ignorance à la connaissance serait assurément un enrichissement réciproque. Un tel passage implique de franchir la ligne séparante3. Tel est le sens de l’épreuve que représente le passage de l’ignorance culturelle au défi pour la surmonter.

3. Disparités géographiques : gradients et interdépendances liées aux différences de développement économique

21Pas plus que le développement ne se décrète, la croissance n’apparaît spatialement indifférenciée. Les inégalités géographiques de niveaux de développement économique et social, leur difficile maîtrise et leur encore plus difficile réduction restent parmi les plus dures épreuves du monde contemporain. L’entrée géographique de la question est évidente, car le développement économique est par nature différencié spatialement. La différenciation se fonde moins sur les différences de répartition des ressources naturelles, encore que celles-ci n’y soient pas étrangères, que sur la différenciation par la spécialisation des lieux, par la concentration dans les villes et dans certaines régions plutôt que d’autres. Les progrès des moyens de circulation et d’échanges sont toujours à la base de l’actualisation d’autres valorisations de différences et de diversités. De tous temps, les spécialisations de régions ont davantage résulté des avantages comparatifs de chacune que des potentialités naturelles stricto sensu. Elles ont poussé aux concentrations humaines et urbaines par les mécanismes complexes des économies d’échelle et des économies d’agglomération. Comment faire pour que ces différences ne deviennent pas des inégalités, mais s’inscrivent dans des logiques de diversité et complémentarité ?

22À la différence des phénomènes d’inscription identitaire territoriale qui reposent sur la délimitation, l’inscription géographique de la différenciation/spécialisation économique relève d’un continuum, d’un gradient d’intensité décroissante avec des interdépendances multiples et, le plus souvent, asymétriques au sein et de part et d’autre de ce gradient. Bien que l’identitaire puisse s’en emparer pour sa propre fin, la différence a ici un caractère fonctionnel, elle participe d’un système. Par ailleurs, l’inscription géographique de la différenciation/spécialisation économique se traduit aussi par des tissus géographiques particuliers qui constituent nos cadres de vie. Et, quels qu’en aient été les facteurs de localisation à l’origine, l’ancrage spatial de ces cadres de vie appartient à une durée qui dépasse celle du cycle de spécialisation économique. De localisé le lieu ou la région devient localisant pour de nouvelles activités. Lors de grands changements technologiques, tout l’enjeu est dans la manière de conserver un niveau d’activités sur des bases renouvelées, dans la manière de pouvoir et de savoir capter sur les lieux antérieurs les nouvelles organisations et spécialisations économiques. Dans l’actuelle période de globalisation, la valse des localisations à travers l’ensemble du monde est particulièrement source de brutales disparités incontrôlées.

23Dès ses débuts, l’Union européenne a été très consciente des risques liés aux différences et aux inégalités territoriales. Elle a inscrit dans le traité de Rome l’objectif « de réduction des écarts entre les différentes régions et de réduction du retard des moins favorisées » pour assurer la cohésion de la construction globale, ce que l’on appelle dans le jargon de Bruxelles l’unité dans la cohésion. À partir de 1991, et avant même que soit clairement posée la question de l’élargissement, elle a organisé en ce sens des aides en direction de l’Est (programmes Phare, Sapard…). L’élargissement institutionnel de l’Union européenne achoppe sur le problème des disparités territoriales, dans la mesure où les nouveaux pays membres, intégrés à partir de 2004 et 2007, ont tous un produit intérieur brut moyen par habitant inférieur à la moyenne de l’Union européenne (Charleux, 2003). Comment remédier à de tels écarts sans bouleverser complètement la politique européenne de développement régional, qui a tant aidé l’Irlande, le Portugal, l’Espagne et la Grèce à se rapprocher des niveaux moyens de l’Union européenne après leur intégration ? Comment y remédier en conservant l’idée de la cohérence globale ? Les formes prises par la montée des inégalités géographiques consécutives à la chute du rideau de fer dépendent des interactions entre les niveaux spatiaux de différenciation, et participent à l’émergence d’un nouveau système spatial ; ces processus multiniveaux rendent les solutions à trouver particulièrement complexes.

24Avec l’ouverture de l’est de l’Europe à l’économie mondiale de marché et dans un contexte momentané d’effondrement économique et d’irruption du chômage, la surprise postsocialiste pour les non-spécialistes fut entre autres celle de constater une réponse infra-nationale différenciée à la crise. Les grandes villes et les capitales d’une part, les régions occidentales de chaque pays d’autre part, se sont avérées plus réceptives aux changements et aux nouvelles formes d’organisation économique que les régions orientales et les villes moyennes propulsées par le précédent système socialiste. Pour faire bref, la formule spatiale socialiste du développement, appuyée sur l’organisation régulière, uniforme et hiérarchisée de l’espace, et complétée par une surexploitation restée extensive des ressources naturelles à l’abri des frontières étanches, s’est aussitôt effondrée. Elle a laissé place à des dynamiques retrouvant les logiques spatiales antérieures. Libérées de la planification étatique, les interactions économiques changent de cap. Les avantages comparatifs des lieux liés à leur position relative retrouvent un rôle prioritaire. Les inégalités s’inscrivent plutôt selon un gradient que selon une barrière. L’ouverture permet l’épanouissement des flux et des échanges dans la dépendance de la proximité : ils ont lieu avec le pôle occidental. De plus, le jeu des mémoires spatiales, entendues au sens d’organisation du tissu spatial, tels les niveaux d’infrastructures ou encore la tradition non oubliée d’échanges, réactive le gradient ouest-est de la modernité antérieur à 1940 (Rey, 1996 et 2001). Dans chaque pays ces deux facteurs entraînent un gauchissement, une déformation des gradients du changement économique et du niveau de vie, au profit des parties occidentales et des régions capitales. Les inégalités spatiales et non seulement sociales s’aggravent sans pour autant produire de la diversité sensible et mobilisable. Le fonctionnement de la différence dans l’interdépendance en est au stade du renforcement des dissymétries, avec l’accumulation au centre et l’appauvrissement des périphéries, engendrant de graves risques de processus de divergence et de rupture.

  • 4 L’inégalité est une mesure de différences et la disparité en est sa perception. Il peut y avoir de (...)

25Aux deux niveaux d’inégalités4 – celui des États candidats pour l’Union européenne, et celui des régions pour les différents États –, une gestion qui vise l’atténuation progressive des disparités économiques, en vue d’une plus grande convergence et d’une intégration renforcée, est confrontée à des exigences contradictoires. Les États est-européens cherchent d’abord un rattrapage au niveau macroéconomique. Dans cette logique, les régions aux avantages comparatifs déjà visibles ont la faveur des investisseurs, ce qui accentue les différences internes dans chaque État. Ne reste-t-il alors aux régions déprimées qu’à inventer des solutions miracles qui seraient fondées sur la ressource de leurs éventuelles diversités ? Au sein même de l’Union européenne, les politiques régionales tentent de jouer sur le registre plus fin des dynamiques endogènes et du développement participatif, ce qui est encore sans contenu à l’Est. Sous le projet très englobant de convergence, l’hétérogénéité des différences à gérer de l’ouest à l’est de l’Europe conduit donc à concevoir des politiques distinctes. Par quelle diversité de traitements des différences la convergence serat-elle atteinte et comment de tels traitements réussiront-ils à articuler intégration sociale et intégration spatiale ? Ainsi, la gestion des différences induites par l’élargissement est un des vrais défis de la construction européenne. Si l’hypothèse d’une intégration qui à son terme pourrait aboutir à l’abolition des différences reste toute théorique, une grande attention doit être portée à la conservation de différences et de diversités dans le processus d’intégration : il en va de sa réussite.

***

26Cette ébauche de lecture géographique verse quelques éléments au dossier de la différence en partage dans la construction européenne. En disséquant les processus spatio-temporels de la différenciation, en traitant plutôt de la différenciation que de la différence, on sort la différence et l’identité de leur statut d’essences. L’ensemble des textes de cet ouvrage montre que même les individualités territoriales, apparemment les plus rigides, apparaissent provisoires. Les observations fines des nouvelles tendances apparues dans les rapports société/espace vont aussi dans ce sens. De plus en plus marqués par la mobilité et la multi-résidence au cours d’une vie, lesquelles engendrent des territorialités multiples, ces rapports à l’espace et aux lieux peuvent faciliter la marginalisation des identités vécues dans des espaces clos. La mutation informationnelle introduite par Internet, qui n’en est qu’à ses débuts, aura d’autres effets sur l’extraversion des localités et sur la modification de la nature même de l’identité. Enfin et surtout, l’irruption du regard sur la diversité, sa quasi-redécouverte après des décennies de dédain au profit d’une exploration des régularités, assure d’une attention à la nouveauté et à l’inédit qu’intrinsèquement la diversité recèle. À la corbeille de la construction européenne, l’Europe de l’Est apporte certes ses inégalités et ses retards, mais elle contribue aussi à cette conscience nouvelle vis-à-vis des différences-diversités. « Unie dans sa diversité, l’Europe offre les meilleures chances aux peuples de l’Europe… », note la Convention européenne de Thessalonique de juin 2003, qui est une préfiguration de la Constitution européenne.

Bibliographie

Charleux L., 2003, La politique régionale de l’Union européenne : des régions à l’espace ?, thèse de doctorat, Grenoble, université Joseph Fourier, 220 pages.

Corm G., 2002, La fracture imaginaire, Paris, La Découverte, 186 pages.

Diminescu D., 2003, Visibles mais peu nombreux : les situations migratoires roumaines, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 339 pages.

Grasland C., 1991, Espaces politiques et dynamiques démographiques en Europe, 1950-1990, thèse de doctorat, université Paris 1, 440 pages.

Hirschhausen B. von, 1997, Les nouvelles campagnes roumaines : paradoxes d’un retour paysan, Paris, Belin, 239 pages.

Rey V., 1996, Les Europes orientales, dans Géographie universelle, vol. X, Paris, Belin-Reclus, 480 pages.

——, 2001, Les Europes orientales : la force des différences, dans Université de tous les savoirs, vol. VI, Paris, O. Jacob (DVD, 74 mn).

Vernicos S., 1999, Orthodoxie et espace en Roumanie : le rôle du fait religieux dans l’organisation territoriale roumaine, thèse de doctorat, université Paris 1, 330 pages.

Notes

1 En 2003, sur les vingt-cinq pays qui constitueront l’Union européenne à partir du 1er mai 2004, six dépassent les 60 millions d’habitants (l’Allemagne au premier rang avec 82 millions), huit ont entre 16 et 8 millions, six entre 6 et 2 millions, et cinq sont inférieurs à 2 millions (Malte au dernier rang avec 0,39 million).

2 Tout au moins depuis le sac de Byzance par les croisés en 1204.

3 L’effet des partitions spatiales à des fins de gestion territoriale, par l’intermédiaire des maillages administratifs, est un autre cas de figure. La séquence « mise en place d’un découpage à des fins d’intégration, apparition de différenciations spatiales par les pratiques, puis émergence de sentiment d’appartenance territoriale au sein des mailles » est traitée dans sa complexité dans la troisième partie.

4 L’inégalité est une mesure de différences et la disparité en est sa perception. Il peut y avoir de très réels écarts entre un niveau d’inégalité et la perception que l’on en a, soit plus forte encore, soit moins. Cette relative indépendance entre le fait mesuré et le fait perçu oriente la réflexion sur des voies autres (« alternatives ») en matière de développement – ce qui n’est pas abordé ici.

Auteur

Géographe, spécialiste de l’Europe centre-orientale, professeur à l’ENS Lettres et Sciences humaines, et directrice de l’équipe Géophile de l’UMR Géographie-cités - Géophile

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540