Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires d'Europe

 | 
Violette Rey
, 
Thérèse Saint-Julien

Introduction

Violette Rey et Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1Deux tendances inverses travaillent l’espace continental durant cette période charnière du passage du XXe au XXIe siècle : celle du regroupement de territoires et de leur intégration en entités plus vastes et complexes, dont l’Union européenne rassemblant un nombre croissant d’États est un peu le prototype ; celle de la fragmentation en unités territoriales plus petites au nom d’une identité spécifique forte que leurs habitants disent partager, comme l’ex-Yougoslavie en a offert l’exemple. Mouvement dialectique, donc, de dépassement des différences dans la perspective de construire un niveau plus large de mise en commun inventant une nouvelle identité (participant d’une invention identitaire), et en même temps processus de valorisation d’autres différences jusqu’alors marginales, ou marginalisées, qui désintègrent la situation antérieure au nom de la reconnaissance du droit à la différence. À travers ces multiples remises en question territoriales la question de l’identité européenne est de fait posée.

2La fin de la partition de l’espace européen en deux blocs antagonistes et étanches a été un événement au sens plein que le philosophe Paul Ricœur donne à ce terme, c’est-à-dire porteur d’inattendu, d’inconnu et de virtuellement riche d’innovations. Cet événement a fortement contribué à donner une vigueur nouvelle au questionnement sur la différence en général, sur celle des territoires en particulier. Quoique en voie de banalisation, la rencontre des deux Europes fait découvrir que les différences produites par cinquante ans de régimes opposés ne pouvaient s’effacer. Elle oblige à repenser le sens et le statut de la différence à travers toute l’expérience européenne prise dans son sens le plus large.

3La rencontre des deux Europes est dans le même temps arrimage de l’Europe centre-orientale à une construction commune, celle de l’Union européenne, autre événement qui l’a précédée et qui est tout aussi porteur d’innovations et de contradictions. Cette construction a ses racines à l’ouest, dans une volonté politique du vivre-ensemble, autrement que n’avaient su le faire jusqu’au milieu du XXe siècle les États et les populations. Elle propose un projet d’intégration qui est un peu une création continue, partie certes d’une idée simple, mais progressivement devenue une construction complexe. Elle exerce toutes les fascinations d’une création continue qui n’a fait jusqu’ici ses preuves que dans la partie occidentale du continent. Par ses résultats cette construction européenne suscite envie à l’extérieur et des peurs partout, parmi lesquelles celle de l’intégration, dont le prix fort à payer serait celui de l’abandon des différences et d’un appauvrissement de la diversité.

  • 1 L’ouvrage restitue les conclusions d’un séminaire pluridisciplinaire de recherche qui, avec le sout (...)

4L’ouvrage prend appui sur la portée inaugurale, l’événement, remarquable moment de cette prise de conscience de la différence1. Loin de se satisfaire d’une approche figée des différences, qui seraient léguées à chacun une fois pour toutes, comme inscrites dans les marbres territoriaux, l’ouvrage évoque les multiples facettes de la différence, il en suggère les significations, et il en explore les implications pour le devenir du continent. Il s’attache en particulier à reconnaître les marques du double processus de différenciation-intégration qui modèle en continu le territoire européen sur le temps long. L’objectif de l’ouvrage est donc de réinterroger les différences et de penser la coexistence hétérogène sur ces terres d’Europe. Le déficit d’ européanité et la facticité de l’invention d’une identité européenne n’y sont donc pas des préoccupations centrales. Au fil des chapitres, on s’attache à identifier les formes observables d’identification-différenciation plus ou moins souples qu’engendrent les groupes sociaux. On examine en quoi ces formes témoignent d’une articulation des groupes à d’autres niveaux de société et d’espace plus englobants. On s’intéresse enfin plus particulièrement aux différences porteuses d’interdépendance, de mise en relation par des complémentarités qui contournent ce qui peut être l’obstacle des appartenances identitaires.

5L’ouvrage est structuré en cinq parties. La première partie interroge le concept de différence et en propose des lectures croisées. La deuxième partie traite des rapports des lieux et des mémoires collectives en Europe, cherchant à voir en quoi mémoires des lieux et lieux de mémoire sont producteurs de différences en étant vecteurs d’identité. Partant des nombreuses expériences nationales et européennes en cours pour créer, amender et redessiner des maillages territoriaux, une troisième partie aborde le rôle de ces maillages dans les processus de différenciation spatiale et de territorialisation. Toujours à partir de différents exemples, la quatrième partie montre comment les représentations et les expériences collectives de la différence se traduisent dans les projets politiques des États. La dernière partie évoque enfin le rôle de la centralité comme principe intégrateur des diversités territoriales en Europe.

6L’échange à plusieurs voix autour duquel est volontairement construit l’ouvrage ne devrait pas surprendre le lecteur, tout au plus le dérouter parfois. Différence, diversité, identité, mémoire, territoire sont devenus les mots de tous. Pourquoi se priver des outils de tous ceux qui, porteurs d’une large palette d’expériences intellectuelles et sensibles, dans des disciplines différentes et dans des contextes nationaux variés, ont eu à penser ces termes et se sont interrogés sur la portée du contrat commun dans lequel volontairement les pays européens se sont déjà engagés ou s’apprêtent à le faire ?

octobre 2004

Notes

1 L’ouvrage restitue les conclusions d’un séminaire pluridisciplinaire de recherche qui, avec le soutien du CNRS, s’est tenu régulièrement entre l’automne 1999 et la fin de l’année 2002. Ce séminaire était intitulé « Territoires européens : diversité, différenciation et intégration ».

Auteurs

Géographe, spécialiste de l’Europe centre-orientale, professeur à l’ENS Lettres et Sciences humaines, et directrice de l’équipe Géophile de l’UMR Géographie-cités - Géophile

Géographe, spécialiste de géographie urbaine de la géographie de la France et de l’Europe, professeur à l’université Paris 1, membre de l’UMR Géographie-cités - Géophile

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540