Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jésuites à Lyon

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Bernard Hours

Première partie. L'ancienne compagnie

Des jésuites et de la bibliothèque municipale de Lyon

Yves Jocteur-Montrozier

Texte intégral

1Le récent et remarquable dépôt fait par la Compagnie de Jésus de la collection des Fontaines (Chantilly) à la bibliothèque municipale de Lyon ne doit pas laisser dans l’ombre l’apport beaucoup plus ancien des jésuites dans la constitution du fonds patrimonial de la bibliothèque municipale de Lyon. Cet apport amène nécessairement à évoquer la bibliothèque du collège de la Trinité, bibliothèque qui joua pendant tout l’Ancien Régime un rôle essentiel dans la vie intellectuelle et érudite lyonnaise, ainsi que son destin à travers la constitution de la bibliothèque municipale de Lyon. On s’attachera ici principalement à étudier le fonctionnement de la bibliothèque des jésuites dans les locaux qui devinrent, après la Révolution, ceux de la bibliothèque municipale jusqu’en 1912 et conditionnèrent son activité au XIXe siècle, puis à examiner l’importance et le contenu bibliophilique des collections de cette bibliothèque et leur devenir pendant la première moitié du XIXe siècle.

Conception et rôle de la bibliothèque

  • 1 Cité par G. Guitton, Les jésuites à Lyon sous Louis XIV et Louis XV, Lyon, La Procure, 1953, p. 156

2On retrouve au collège de Lyon les caractéristiques particulièrement bien observées des bibliothèques jésuites, telles qu’elles ont été fixées dès la fin du XVIe siècle par les Regulæ præfecti bibliothecæ, qui resteront en vigueur jusqu’à la suppression de la Compagnie en 1762. Ces règles, fixées en douze articles, déterminent le fonctionnement de l’ensemble des bibliothèques des collèges jésuites. Elles reposent sur deux principes : 1) Une bibliothèque commune est obligatoire. Le vœu de pauvreté, qui ne permet pas la propriété individuelle d’une bibliothèque, et les nécessités de l’enseignement sont à l’origine de la création de bibliothèques communes dont la première réglementation apparaît dès 1546 à Coimbra (Portugal). 2) La bibliothèque est destinée aux professeurs et aux érudits. Les élèves disposent soit de livres personnels pour les textes expliqués en prælectiones, soit de la bibliotheca convictorum pour les pensionnaires, soit de bibliothèques de congrégation : en tant que telle, la bibliothèque n’est donc pas une institution pédagogique. Elle se veut avant tout un instrument de travail, réservé aux religieux, désireux d’avoir à leur disposition les auteurs ascétiques et mystiques pour leur vie spirituelle, les ouvrages de théologie, morale et casuistique pour leurs actions apostoliques, les ouvrages savants pour leurs travaux intellectuels ou pour leurs activités scolaires. En 1703, dans une harangue au consulat, le père recteur souligne : « Nous entrons dans nos bibliothèques et là le prédicateur s’adresse au rang des pères et des interprètes. Le directeur de conscience va consulter les casuistes. Chaque professeur s’attache à la faculté qui le regarde. »1

3La bibliothèque joue un très grand rôle dans la formation scientifique des jésuites, indique le père Charmot. Les livres sont à la fois « le pain et la flamme dont se nourrit l’ardeur au travail », et les supérieurs devront généralement estimer que l’argent dépensé pour l’achat des livres est bien placé.

4À Lyon, au XVIe siècle, la bibliothèque s’organise progressivement. Elle n’est pas conservée dans un corps de bâtiment distinct, mais plutôt dans une série de petites bibliothèques individuelles établies dans les chambres de la douzaine de pères qui résident au collège :

  • 2 Lettre du père Perpinien au père Barthelemy Romano datée du 23 novembre 1565, citée par G. de Groër (...)

Dans les chambres se trouvent selon l’usage de France des bibliothèques fermées et couvertes par des planches ; elles sont longues de neuf ou dix palmes, larges de sept ou huit, un peu plus hautes que longues. On dirait de petites chambres enfermées dans les grandes. À l’intérieur se trouve une table et tout autour des étagères bien disposées, ce qui permet dans un espace assez étroit d’avoir un assez grand nombre de livres de belle impression et de lire, écrire et méditer à son aise. C’est là que nous nous réfugions pour conserver plus de chaleur pendant l’étude, non seulement à nos esprits, mais aussi à nos corps.2

5Comme le collège reçoit fréquemment des livres nouveaux, il en est peu à peu encombré et les doctes habitants de la maison ne savent bientôt plus où mettre leurs richesses bibliographiques. On voyait des livres partout dans les classes et les cellules des pères, sur des tables, dans des coffres et des placards. Pour en faire un usage commode à l’étude, on put enfin les réunir selon un ordre méthodique dans un vaste local réservé à cet usage.

  • 3 Cité par C. Marty, Les bibliothèques publiques de la ville de Lyon du XVIIe au XIXe siècle, d’après (...)
  • 4 L’essor de la Compagnie au XVIIe siècle, fruit de la Contre-Réforme, s’accompagna d’une organisatio (...)
  • 5 Archives municipales de Lyon (AML), DD379.
  • 6 J.-M. Marquis, Le collège de la Trinité de Lyon, architecture et décoration, mémoire de maîtrise, 1 (...)

6Cet emplacement plus vaste fut trouvé et construit, à une date cependant mal connue. L’architecte jésuite Étienne Martellange établit les plans pour l’ensemble du collège, entre 1607 et 1620. Toutefois, la construction de la bibliothèque semble ultérieure. D’après Charvet : « On se proposait […] en 1641 de faire la première partie de la bibliothèque. »3 Le fait est que le 13 novembre 1641 la congrégation4 des Messieurs donne 3 000 livres pour aider à la construction d’une bibliothèque et s’engage à payer « le couvert de la bibliothèque » (les frais de toiture) à condition qu’elle soit édifiée au-dessus de leur chapelle, le long du quai du Rhône5. Si l’on reprend les dimensions de la chapelle des Messieurs, la bibliothèque aurait eu une dimension approximative de 22,50 m de long sur 10 mètres de large ou de 30 mètres sur 10,20 m6.

  • 7 A. Péricaud, Éphémérides lyonnaises, 1835, voir année 1644, p. 7.

7Malheureusement, un incendie en 1644 ravagea une grande partie des bâtiments et le procès-verbal dressé le 16 mars 1644 relève comme ayant brûlé : les deux bibliothèques, les instruments de mathématiques, les livres des pères, les meubles de leur chambre, etc. Ce qui « a causé une perte tant en bastiments qu’en livres et autres meubles estimée plus de deux cent mille livres »7. La reconstruction fut difficile et longue, malgré les libéralités d’Anne d’Autriche, et les travaux se poursuivirent au moins jusqu’en 1657 sous la direction de Simon Maupin.

  • 8 G. Guitton, Les jésuites à Lyon, p. 68.

8En 1670, le recteur du collège, ayant exposé qu’il était évident que les fonds du collège ne lui permettaient pas de rétablir le bâtiment, encore moins d’acheter les livres pour compléter la bibliothèque, demande au consulat d’acheter au moins les livres nécessaires pour l’instruction des régents dont le profit et l’avantage se répandraient sur toute la jeunesse de la ville, le consulat arrête « qu’il sera alloué chaque année une somme de 300 livres aux Jésuites du Collège de La Trinité pour reconstituer leur bibliothèque entièrement détruite lors de l’incendie de l’établissement, en 1644 »8. Une inscription devait rappeler ce bienfait, et sur chaque ouvrage devaient être gravés les armoiries de la ville et les noms du prévôt des marchands et des échevins alors en charge.

  • 9 D’après G. Guitton, ibid. : « Les voisins ayant réclamé, parce que ce nouvel alignement “faisait un (...)

9La bibliothèque fut rapidement reconstituée grâce à l’activité du père de La Chaize. En 1672, le consulat lui concéda une maison au coin de la rue Neuve et de la courtine sur le Rhône. Ainsi la bibliothèque, grâce à l’appui de l’archevêque Camille de Neufville, s’agrandit au-dessus de la chapelle de la congrégation des Grands Artisans et, reliée à la partie précédente par une arche de 6 mètres, prit ses dimensions définitives, soit pratiquement celles de la nef de l’église9. En 1675, le consulat prend acte des frais dépensés par les jésuites pour agrandir la collection d’ouvrages de leur bibliothèque et augmente la rente jusqu’à concurrence de 450 livres, en indiquant que

  • 10 Archives départementales du Rhône, DXIX, 1.

les pères jésuites avaient fait des dépenses extraordinaires pour agrandir la bibliothèque, que cette réparation avait eu l’approbation générale et même l’agrément, même des étrangers qui pour satisfaire leur curiosité y entrent journellement en foule, et comme cette augmentation rend la salle de cette bibliothèque de deux tiers plus longue et de conséquence l’une des plus grandes et plus belles d’Europe, ledit collège s’était épuisé pour ce bâtiment.10

  • 11 J. -B. Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, Paris, F. Didot, 1866, t. IV, p. 78.

10Combien de livres abritait alors la bibliothèque ? Les avis diffèrent. Nous savons par Léonard Michon, un avocat, que la bibliothèque comportait au début du XVIIe siècle seize mille volumes. Monfalcon indique qu’« à ce moment, 30 janvier 1644, il y avait déjà plus de 30 000 volumes dans cette bibliothèque »11. Clapasson, dans sa Description de la ville de Lyon (1741), en annonce quarante mille, nombre considérable.

11La bibliothèque devient alors un vaisseau impressionnant, témoignage de la culture des jésuites et de l’importance qu’ils attachent à l’érudition. C’est le monument de culture que l’on trouvera désormais dans beaucoup de collèges jésuites. La prédiction un peu emphatique du père Leyman se trouvait réalisée :

  • 12 Cité par G. Guitton, Les jésuites à Lyon, p. 68.

Ceux qui viendront à Lyon vanteront la majesté et la grandeur de la ville ; mais ceux qui visiteront cette bibliothèque se tairont d’admiration, puis avoueront que vous avez élevé là un monument plus durable que l’airain. On ne pourrait, en effet, imaginer un édifice plus noble que celui où vous vous êtes montré l’hôte magnifique de toutes les sciences.12

12Organisé en un vaste vaisseau de 48 mètres de long, 11 de large et 13 de hauteur, le « sanctuaire des muses » est entouré d’une galerie en saillie à mi-hauteur, composée de quarante voûtes d’arêtes formant trente-six arcades, surmontée d’un balustre ; elle permettait de ranger les livres sur seize rayons, et pouvait abriter de cinquante à soixante mille volumes. La partie inférieure comportait cinquante-trois armoires grillées de six rangs pour les in-folio et in-quarto.

  • 13 Le globe terrestre, encore conservé, est exposé à la bibliothèque de la Part-Dieu ; le globe célest (...)

13En 1756, les jésuites avaient fait réaliser le pavage en carreaux jaune et bleu en marbre, qui fut posé par Dorel après trois ans de réclamation. Un portrait par Mignard de Louis XIV à cheval couronné par la Victoire vint orner le fond de la salle. Il fut détruit pendant la Révolution. Le cadre sauvegardé reçut au XIXe siècle le portrait du père Ménestrier. Un portrait du père de La Chaize, confesseur du roi et créateur du médaillier, et un autre de Marc Perrachon, un donateur, ornaient cette salle, ainsi que quatre globes : un globe terrestre, réalisé pour Louis XIV à la demande du cardinal d’Estrées à Venise en 1686 par l’Académie cosmographique des argonautes, témoin précieux de l’état des connaissances géographiques au début du XVIIIe siècle ; un globe céleste réalisé avec la collaboration de Jean-Baptiste Nolin (1657-1725), réputé pour la qualité de la figuration des constellations ; une autre paire provenant du collège de la Guillotière13, qui ne fut installée qu’en 1792 dans la grande salle de la bibliothèque. En 1675, John Locke qui la visite y voit « une des merveilles de l’Europe » et ajoute à l’adresse des jésuites qu’il fallait lui donner cette dimension pour la mettre en état de renfermer tous leurs bienfaits. Dom Mabillon déclare la bibliothèque « très vaste et bien disposée ».

14On adjoignit la galerie de Villeroy à cette salle. Camille de Neufville ayant légué aux jésuites sa bibliothèque, une galerie de 22 mètres de long sur 5 mètres de large, portée par une arche qui s’étendait jusqu’au-dessus de la sacristie de l’église, permit de recevoir les douze mille volumes, pour la plupart reliés en « maroquin incarnat du Levant ». Cet agrandissement fut probablement achevé en 1694, comme en témoignait une inscription de reconnaissance disparue à la Révolution. Elle abritait un buste en marbre grandeur nature de l’archevêque par Mimerel, daté de 1658.

  • 14 C. -F. Ménestrier, Éloge historique de la Ville de Lyon, Lyon, Benoist Coral, 1669, p. 9. Le cabine (...)

15Par un couloir ouvrant sur une cour (transformé en salle pour les ouvrages anciens au XIXe siècle), on accédait au cabinet des médailles et des antiques, installé dans la souche du clocher qui devait faire pendant à celui réalisé en 1620, par une porte surmontée de l’inscription Antiquitas Civilium Sumptibus Rediviva, apposée en 1772 à la suite de la querelle entre le consulat et les oratoriens. Le plafond de cette salle représente un ciel nuageux avec au centre Louis XIV en médaillon soutenu par deux anges, avec l’inscription S. MAGNUS REX CH au-dessus d’un rameau de laurier. Au-dessus de la corniche sont peints des vases aux formes tourmentées et des têtes de chimères. Tout permet d’affirmer qu’elle fut aménagée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle sous la direction du père de La Chaize, alors professeur à la Trinité, qui, selon Ménestrier, « a dressé depuis dans la grande Bibliothèque un Cabinet des Médailles, Monnoyes, Iettons et raretez naturelles et artificielles qui attirent tous les curieux »14.

  • 15 Léopold Niepce, Les bibliothèques anciennes et modernes, Lyon, H. Georg, 1876, p. 88.

16Les charges d’entretien des locaux sont généralement aux frais de l’ordre, mais avec participation de la ville. Ce qui ne va pas sans tensions. Cependant, en 1725, des dégradations majeures survenues à la voûte de la bibliothèque « qui compromettaient non seulement les richesses littéraires renfermées dans ce dépôt mais la sûreté des personnes que les sciences ou la curiosité y attirent journellement » amènent un don exceptionnel de 6 000 livres pour contribuer « au rétablissement et à la construction d’une nouvelle voûte plus élevée que la première, à la charge par lesdits jésuites de perfectionner cette opération dans le courant de la présente année sans pouvoir demander aucune autre chose à ce sujet » (10 avril 1725)15.

  • 16 Almanach de la Ville de Lyon, Lyon, Aimé Delaroche, 1762, p. 155-156.

17L’almanach de Lyon16 indique : « Quoiqu’elle ne soit point ouverte au public, on s’empresse d’y recevoir les personnes curieuses, surtout les étrangers et de leur communiquer les livres qu’ils peuvent souhaiter », mais pour l’essentiel, la bibliothèque est réservée aux savants dont les travaux exigent une documentation abondante et tenue à jour. Ainsi à Lyon, comme dans d’autres villes, la bibliothèque du collège, du fait de la continuité dans les acquisitions et de la compétence du bibliothécaire, sera au cœur des préoccupations des élites scientifiques et religieuses.

Le bibliothécaire

  • 17 Comme le fait remarquer C. Marty, Les bibliothèques publiques…, p. 66, les noms des bibliothécaires (...)
  • 18 S. Van Damme, Un jésuite homme de lettres au Grand Siècle, […] Claude-François Ménestrier, mémoire (...)
  • 19 Ibid., p. 43.

18La charge de bibliothécaire était une promotion remarquable pour celui qui était désigné. Dans les collèges importants, comme celui de Lyon, on le choisit parmi les écrivains pour ses connaissances historiques et littéraires (Claude-François Ménestrier et avant lui les révérends pères Antoine Milieu, auteur du Moyses viator, Pierre Labbé, puis après lui, Dominique de Colonia, Joseph Jouve, Danton, Xavier Tolomas17). Cette place permettait au jésuite de travailler en étroite collaboration avec les milieux érudits qui lui donnaient des conseils pour l’acquisition de livres ou lui apportaient des ouvrages qu’ils avaient eux-mêmes collectés. De plus, le bibliothécaire, rémunéré par la ville, tout en exerçant ses fonctions, pouvait poursuivre des travaux personnels et des publications18. L’œuvre du père Ménestrier ou celle du père de Colonia en est l’illustration. Nous n’avons malheureusement pas le catalogue tenu par les jésuites pour le collège de la Trinité, et il ne nous est pas possible d’évaluer plus précisément la compétence bibliographique des différents responsables de la bibliothèque. Il est cependant établi que la valeur d’une bibliothèque dépend en grande partie du bibliothécaire. La notoriété de ces bibliothécaires et celle des savants du collège firent de Lyon, selon Alain Viala, « un foyer actif de publications savantes et religieuses »19.

Les collections

  • 20 Les établissements jésuites en France, P. Delattre éd., Enghien, Institut supérieur de théologie, 1 (...)

19En ce qui concerne les ressources dont pouvaient disposer les bibliothécaires, la part des bienfaiteurs, des dons en argent ou en rentes, était déterminante. La bibliothèque du collège de la Trinité fut régulièrement alimentée par des dons. En 1577, François Gérard, grand prévôt de l’église de Bourg, lègue sa « belle librairie », en même temps qu’une maison jouxtant le collège. La renommée de la bibliothèque est consacrée par le père Auger qui reçoit d’Henri III un don de mille cinq cents livres reliés aux armes royales, avec la mention Regis Henrici christanissimi pium munus atulit RP. Edmundus Augerius Lutetia pro collegio lugdunensi Societatis Jesu. D’autres dons arriveront régulièrement grâce à l’apport des pères jésuites comme les pères Coton, La Chaize ou Ménestrier. En 1610, François Bullioud, conseiller du roi en la sénéchaussée de Lyon et au parlement de Dombes, fait don de sa bibliothèque personnelle aux jésuites. En 1659, Marc-Antoine Mazenod donne également « quelques milliers de volumes ». Un don superbe vient apporter un prestige supplémentaire aux collections déjà constituées : en 1693, un legs de cinq mille imprimés et manuscrits, généralement reliés en maroquin aux armes, dû à l’archevêque de Lyon, Camille de Neufville de Villeroy, reconnaissant de l’éducation que lui ont apportée ses anciens maîtres. Marc Perrachon, un nouveau converti, en 1699, lègue un capital de 6 000 livres dont le revenu sera employé à l’achat « des livres de théologie et d’autres bons livres nouveaux »20.

20La bibliothèque était enrichie également par les pères eux-mêmes donnant soit leurs propres œuvres littéraires ou scientifiques ou leur propre bibliothèque, soit des œuvres rares amassées au cours de voyages. Enfin, la bibliothèque disposait de son propre budget d’acquisition. Ainsi, nous savons par des documents conservés aux archives municipales que de 1670 à 1692 les prévôts ont fait payer des deniers de la ville pour achats de livres la somme totale de 8 850 livres (300 livres par an jusqu’en 1674, et 450 livres jusqu’en 1692) à divers libraires : Chavance, Molin, Anisson et Posuel. Un arrêt de règlement ordonne la suppression de cette subvention en 1694.

  • 21 Mémoire des livres qui ont este acheptez pour la bibliothèque du Collège de la Trinité, depuis 1671 (...)
  • 22 Une liste datée de 1682 comporte plus de cent titres, mais aucun détail de prix n’y est porté.
  • 23 Voir C. Jolly, « Les collections jésuites », Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Promodis (...)

21La liste des documents achetés21, qui comprend aussi les frais de reliure, est tout à fait suggestive ; certaines années le budget est entièrement pris par une ou plusieurs séries : en 1674 les « vingt et un premiers volumes in-folio du livre intitulé Tractatus tractatum ». La moyenne est d’une vingtaine de volumes par an ; avec l’augmentation de la subvention du consulat, cette moyenne a pu s’élever à plus de soixante en 168122. L’essentiel des achats est constitué de traités de théologie, vies des saints, ouvrages d’histoire ou d’érudition (œuvres du père Kircher, Chronologie de Riccioli, Histoire de France de Mézeray, mais aussi Villehardouin, Monstrelet, Froissard), d’éloquence (Harangues de Lemaistre, Eloquentia poetica), auteurs latins et grecs (Aristophane, Xénophon, Plutarque, Aristote, Cicéron, Virgile, Horace, Plaute), grammaires, dictionnaires, ouvrages de science (l’Art de naviguer, Opera agricolationum) et de numismatique (Spanemi numismata), Comme l’avait bien vu le père de Dainville, le sérieux des achats, l’importance des entrées d’ouvrages scientifiques, l’absence presque totale de livres philosophiques, l’importance attachée aux périodiques et aux souscriptions étaient des constantes des collections jésuites23.

  • 24 D. de Colonia, Histoire littéraire de la Ville de Lyon, Lyon, François Rigollet, 1730, p. 758-760.

22Quant à certains trésors, la première description, malheureusement superficielle et incomplète, en est donnée par le père de Colonia, dans son Histoire littéraire de la ville de Lyon (1730)24. Celui-ci signale plusieurs incunables de grande valeur, un Tite-Live, un Pline, un Cicéron ; des livres rares du XVIe siècle, une Bible de Gryphe, des Commentaires d’Étienne Dolet, les œuvres de Martin Luther en sept volumes in-folio, un Talmud de Daniel Bomberg ; une Histoire byzantine, les Conciles généraux en trente-sept volumes, les Histoires de Villehardouin et de Commynes, les anciens poètes latins, trois cents manuscrits chinois, syriaques, coptes, grecs, latins, français, italiens ; enfin une œuvre unique aux yeux du père de Colonia : une Histoire de la Chine en trente volumes. Selon les conceptions de l’époque, la classe des voyages, celle de médecine, que nous savons abondantes par les exemplaires qui nous sont restés, ne sont pas citées, et Colonia parle rapidement des poèmes et romans gothiques, des romans de chevalerie et des légendes dorées.

23La conclusion confirme ce que l’on pouvait pressentir : les jésuites n’étaient pas bibliophiles dans le sens du terme donné au XIXe siècle. Ils s’attachaient de préférence aux écrits utiles, aux bons ouvrages en tous genres, aux grands recueils théologiques ou historiques, à ce qui était excellent en matières ecclésiastiques. Il semble toutefois que cette bibliothèque si riche s’essouffle quelque peu pendant le cours du XVIIIe siècle et perde de sa vigueur. Elle ne reçoit plus de dons importants après 1730. Nous le verrons avec les conclusions d’Adamoli, le collectionneur.

Adamoli

  • 25 Y. Sordet, Pierre Adamoli et ses collections : l’amour des livres au Siècle des lumières, Paris, Éc (...)

24Une autre estimation de la bibliothèque nous est donnée par le bibliophile lyonnais Pierre Adamoli. Comme l’a noté Yann Sordet25, c’est lui qui eut le rôle d’expert pour déterminer la valeur et l’intérêt de la bibliothèque du collège. Sa réputation européenne, mais surtout sa familiarité avec le révérend père Tolomas, chargé de la bibliothèque du collège, et même son rôle de mentor l’y prédisposaient.

  • 26 Mémoire instructif pour Messieurs les Juges de la Sénéchaussée de Lyon […] donné au mois d’avril 17 (...)

25Adamoli reprend à son compte la description des documents évoqués par le père de Colonia, trente ans auparavant, et annonce qu’il les a tous vus l’année précédente (1761). Sur trois cent cinquante manuscrits, il signale douze m[anoscrit]ti raris[simi]26 : entre autres, Le Roman de la Rose sur vélin, ainsi qu’un Virgile orné de belles miniatures, un bréviaire ayant appartenu à Henri V, roi d’Angleterre, « semé d’un bout à l’autre d’une quantité prodigieuse de vignettes », les quatre Évangiles en grec sur vélin, « manuscrit antique », une ancienne liturgie grecque, l’Alcoran de Mahomet, « le livre sur les Évangiles, manuscrit en beau caractère carlovingien écrit de la main de St Agobard, archevêque de Lyon dans le IXe siècle », ou encore des homélies grecques et des sermons de saint Basile, manuscrits qui paraissent du Xe siècle, une bible manuscrite sur vélin en deux gros volumes in-folio du XIe siècle, les offices des Églises chaldéennes ou anciennes syriaques par Micael, prêtre et religieux.

  • 27 Ibid., f. 51.

26Pour les imprimés, il classe les plus précieux en trois catégories : rares, très rares, extrêmement rares. Il en qualifie seize de rares, quinze de très rares (dont la bible polyglotte du cardinal Ximenès) et six d’extrêmement rares. Il note en passant « que l’on doit trouver dans lad. Bibliothèque toutes les œuvres des Pères grecs et latins et des historiens en corps complet et les collections considérables des conciles Provinciaux et généraux »27. Mais pour apprécier la collection, toutes époques confondues, des incunables aux fables de La Fontaine illustrées par Oudry, il a un point de vue bibliophilique et profane qui lui fait distinguer d’autres livres que ceux mis en valeur par le père de Colonia. Il remarque de vieilles éditions incunables et des imprimés du XVIe siècle, et note des ouvrages plus actuels : Les Cérémonies religieuses des peuples, édition d’Hollande, avec les belles figures de Picard, premières épreuves, in-folio sur grand papier, ou l’Histoire du Vieux et Nouveau testament (par David Martin, orné de 400 belles figures, très belles épreuves, « planches sans cloux »), l’Histoire de Louis le Grand par les médailles, les Descriptions des carrousels, et des tapisseries du Louvre offerts par Sa Majesté au collège de Lyon, etc.

27Ses conclusions sont intéressantes, mais il les faut prendre avec prudence : il révèle que d’après les confidences du père Tolomas et de son devancier le père Jouve, depuis près de quarante ans, il n’y avait plus aucun crédit affecté par les jésuites à l’augmentation de la bibliothèque et que seuls les 300 livres du legs Perrachon profitaient aux achats. Le vrai revenu provenait des ventes de doubles, triples et quadruples exemplaires :

  • 28 Ibid., f. 52.

Il est également certain que le père Tolomas, dans le cours de son exercice, a sorti de lad. Bibliothèque pour 15 ou 16 000 francs de livres en tous genres de littérature, seulement les exemplaires doubles, même plusieurs triples et quadruples, très inutiles, provenans de dons ou legs faits par différents citoyens de cette ville.28

  • 29 On a compté que, depuis qu’il avait accepté la réédification du collège en 1607 jusqu’en 1732, le c (...)
  • 30 Voir P. Adamoli, Mémoire instructif pour les juges de la sénéchaussée de Lyon, Bibliothèque municip (...)

28Ces livres étaient vendus à des libraires ou en vente publique et le produit en servait à acheter, dit-il, de très beaux et bons livres29. Ainsi Adamoli affirme que le père Tolomas a vendu des livres aux armes des Mazenod30.

29Quant à l’évaluation quantitative de « cette grande collection de livres mêlée de bons, d’excellents, de rares, d’environ 350 manuscrits joints à un tas affreux de bouquins qui est le genre dominant », il apparaît, résultat de discussions avec le père Tolomas, qu’elle peut être estimée à quarante deux mille volumes « et qu’ayant été extrêmement négligée depuis lesdites 40 à 50 années, on ne l’avoit pas augmentée de plus de 2 000 volumes ». Il l’estime financièrement tout au plus à 180 000 livres, 150 000 si un acheteur survenait pour l’acheter en totalité, attendu :

  • 31 BML, ms. Palais des arts 79, f. 55.

le grand tas poudreux de livres indifferens, inutiles, et en vieilles éditions particulièrement des commentaires sur l’écriture sainte et les P. de l’Église, sur la jurisprudence et l’ancienne philosophie, le tout joint à un autre tas plus énorme de vieux livres classiques et dépareillés, dont ensemble on chargerait vingt tombereaux pour envoyer au pilon.31

30Telle est la conception importante qui présidera aux tris futurs. En revanche, Adamoli met tout à fait à l’honneur la bibliothèque de Villeroy, fertile en livres choisis et rares qu’il estime à 40 000 livres.

Le sort des collections de la bibliothèque des jésuites

La gestion par les oratoriens

  • 32 Procès-verbal de la remise des bâtiments du collège de la Trinité aux oratoriens dans la personne d (...)

31En 1762, ce ne fut pas sans débats que la question de la dévolution des collections du collège des jésuites de la Trinité fut résolue. Les consuls firent valoir qu’elles étaient propriété de la ville, alors que les créanciers et certains jésuites voulaient en soustraire une partie à leur profit. En outre, les oratoriens qui avaient pris la succession des jésuites dans l’administration de la bibliothèque souhaitaient garder la libre disposition des collections. Mais en leur remettant la garde et l’usage de la bibliothèque, le consulat insistait : « Il demeure néanmoins libre au consulat de rendre lad. Bibliothèque publique ainsi et quand il le jugera à propos et néanmoins toujours sous la garde de lad. Congrégation. »32 En 1765, la question était tranchée. Désormais, l’ancienne bibliothèque des jésuites sera publique, comme d’ailleurs dans d’autres villes : Toulouse, Douai et Reims.

  • 33 Les sculptures de cette porte ont été récemment démolies, lors de travaux sur la terrasse.
  • 34 J. -M. Marquis, Le collège de la Trinité, p. 108-109.

32Les oratoriens eurent à cœur de faire entretenir la bibliothèque : une visite des bâtiments par les architectes Grand (Jean-François) et Morand (Jean-Antoine) eut lieu dès le 23 juillet 1763. Pour remplacer la pharmacie des jésuites et les écuries qui clôturaient les bâtiments du collège à l’est, les oratoriens firent construire une aile neuve qui servit de terrasse à la bibliothèque : sa façade harmonieuse, classique, est la seule du collège présentant une concession à un aspect plus ornemental. On ouvrit alors une porte donnant accès de la bibliothèque à la terrasse, dont le sculpteur Pinet, de novembre 1767 à juin 1768, orna le fronton33. En ce qui concerne la bibliothèque proprement dite, le bureau des collèges, sous la direction de l’architecte de Gérando fit poser des armoires en 1764, puis les fit grillager en 1766, la serrurerie étant réalisée en 1768 et la peinture et maçonnerie, durant les années 1767-176834.

  • 35 BML, mss 1460-1462.

33Le catalogue de la bibliothèque est confié au sieur Benoît Duplain, libraire qui y travaille de 1763 à 1767 et rédige sous forme manuscrite le Catalogus Librorum Bibliothecæ publicæ lugdunensis35. Dès le mois d’août 1763, on lui avait proposé de mettre un peu d’ordre dans les livres. Et il avait demandé, selon l’abbé Duret, 6 000 livres pour l’arrangement de la bibliothèque. Il proposait de mettre à part les incunables et de suivre l’ordre des catalogues de Gabriel Martin. Mais la tâche de Duplain ne va pas s’arrêter là : en 1765, la bibliothèque des jésuites se voit adjoindre par ordre du consulat, qui veut économiser les frais de fonctionnement de deux bibliothèques, la bibliothèque dite du Collège ou des Avocats conservée à l’hôtel de Fléchères.

  • 36 Il aurait été judicieux d’étudier ces ventes, mais le libraire Duplain ayant mêlé aux livres proven (...)
  • 37 Los Rios propose en janvier 1769 à B. Duplain et au père Léti, oratorien, la somme de 1 000 livres (...)

34Duplain aidé par le libraire Los Rios est chargé de faire le tri des doubles et d’élaborer un catalogue. Par trois ventes successives et annuelles (1767-1769), les oratoriens font vendre une partie des doubles constitués par la réunion des deux bibliothèques36. Cette vente produisit 16 000 livres, utilisées pour des achats nouveaux. Los Rios, le libraire, en profita pour acheter à son bénéfice des doubles qu’il revendit ensuite37. En rendant hommage indirectement aux jésuites, il s’explique ainsi dans sa Bibliographie instructive :

On sera peut-être surpris de voir, par la lecture de ce précis de bibliographie qu’il me soit tombé sous la main et en si peu de temps, un aussi grand nombre de livres rares et singuliers, qu’on trouveroit à peine dans les bibliothèques les plus riches et les mieux choisies du royaume. Mais si l’on fit attention que la majeure partie des articles qui doivent réellement porter le caractère de livres rares, sortent de la bibliothèque des jésuites de Lyon, dont je fis l’acquisition en 1768, que la plupart de ces religieux étant des hommes savans, ils n’avoient rien épargné pour se procurer de toutes parts ce qui pouvait flatter leur curiosité et nourrir leur esprit ; on conviendra d’abord que leur bibliothèque devoit être un vrai sanctuaire de la science, et qu’il n’en pouvoit sortir que des articles précieux et absolument désirés des connoisseurs.

  • 38 Y. Sordet, Pierre Adamoli et ses collections : l’amour des livres au Siècle des lumières, p. 51-52.

35Un grand nombre d’ouvrages, au grand mécontentement du père Beraud, ancien jésuite, sont vendus directement à Duplain, « parmi lesquels il y avoit de bons livres grecs qui ont été donnés pour rien ». Celui-ci les revend pour « six sols à choisir »38.

36Ces ventes mettent en appétit les bibliophiles, qui comme le duc de La Vallière font pression sur le bureau des collèges pour enrichir leurs collections personnelles d’éditions rares : trois incunables précieux sont ainsi « prêtés » au duc. L’un sera relié à ses armes. Ce n’est qu’après sa mort qu’ils reviendront à Lyon. L’abbé Duret note en 1781 :

  • 39 Journal de l’abbé Duret, BML, ms. 804, f. 70. Le Tite-Live imprimé sur vélin retournera à la Biblio (...)

Les trois livres empruntés de bureau et de la bibliothèque du collège par M. le duc de La vallière ont été rendus et remis entre les mains de Mr l’archevêque scavoir le Tite-Live de 1470 edition princeps, le Pline de 1472 2e edit. mai sur vélin et de la plus grande beauté, le Cicéron de Milan en 4 vol. in folio ed. princeps.39

  • 40 Ainsi le comte de Provence, Gustave III de Suède, le prince Henri de Prusse, l’archiduc de Milan, L (...)

37Néanmoins, avec les hôpitaux et le théâtre de Soufflot, la bibliothèque appelée improprement « bibliothèque des jésuites » reste une des curiosités dont on offre la visite aux visiteurs de marque40. L’Allemand Hallem qui la visite a un lapsus révélateur : « La bibliothèque des jésuites est la plus importante. Le bibliothécaire a compté plus de 60 000 volumes et prétend que la théologie est au complet. Il nous montra toutes sortes de livres rares, des livres chinois imprimés ou manuscrits. »

La bibliothèque sous la Première République

38À la suite de la Révolution, les ordres monastiques furent supprimés et avec eux la conservation et l’entretien de la bibliothèque : il n’y eut plus de bibliothécaire. La garde provisoire des livres fut commise en 1790 à François Tabard, ancien professeur d’humanités, à qui fut adjoint le libraire Raynal.

39La ville de Lyon s’étant déclarée contre le pouvoir, la Convention fit assiéger Lyon dès les premiers jours d’août 1793. Des scellés furent posés sur les portes de la bibliothèque. Il n’y eut plus de lecteurs. Les républicains installés au fort Montessuy accablèrent la bibliothèque et le bâtiment contigu sous les bombes et les boulets :

  • 41 J. -B. Monfalcon, Étude sur la bibliothèque de la Ville de Lyon, depuis les origines jusqu’à nos jo (...)

Le feu violent, prolongé pendant plusieurs jours causa de grands dommages. La toiture de l’édifice et le beau plafond de la grande salle s’effondrèrent sous les projectiles […]. Un autre [boulet] éventra un des globes astronomiques. Des balles atteignirent et mutilèrent des in-folio dans la section d’histoire et un biscaïen coupa en deux le bel exemplaire de l’édition originale de Tacite, vénérable in-folio imprimé en 1470 par Vindelin de Spire. Ces dévastes étaient grands.41

40Les désastres n’étaient pas terminés, et nous en connaissons des détails par une lettre de Delandine écrite au préfet, le 17 nivôse an XIII (5 janvier 1805) :

  • 42 Ibid., f. 21.

La ville de Lyon s’étant rendue le 9 octobre, les scellés posés avant le siège furent enlevés. Deux compagnies de volontaires prirent possession de la grande salle qui leur avait été désignée comme caserne. Le temps était froid. Les soldats se servirent sans scrupule comme combustible des livres en si grand nombre, utilisant en particulier les petits formats plus combustibles. Un juge de paix du district de St-Nizier fit remplir plusieurs charrettes de ces volumes pris au hasard dans les salles et les employa pour alimenter les poëles de son ménage et ceux de sa section.42

  • 43 L’abbé Grégoire signale qu’un ouvrage imprimé par Vindelin de Spire avec d’autres ouvrages lyonnais (...)
  • 44 Voir à ce sujet, C. Marty, Les bibliothèques publiques…, p. 88.

41Dès 1794, les délégués de la Convention firent un tri pour la Bibliothèque nationale et remplirent de livres et de manuscrits vingt caisses43. Selon les auteurs, le nombre de caisses parties pour Paris varie de quatorze à plus de trente. Pour Van Praet, conservateur de la Bibliothèque nationale, qui fit une mise au point dans les Archives historiques et statistiques du Rhône : dix-huit caisses ont été réellement reçues à Paris. Les manuscrits et les incunables ont été déposés à la Bibliothèque nationale, les beaux livres furent conservés par les membres du comité de l’Instruction publique. Une rumeur non vérifiée voudrait que d’autres caisses aient été dirigées via le Rhône vers Toulon, où la flotte anglaise les aurait embarquées44.

  • 45 J. -B. Monfalcon, op. cit., f. 152.

42Enfin, la Convention envoya dans le département du Rhône le représentant Poullain-Grandprey, esprit modéré et ferme, qui commença à réorganiser l’instruction publique à Lyon. Comme une loi venait de créer les Écoles centrales, celle de Lyon eut ses cours scientifiques et littéraires dans l’ex-collège des jésuites. Poullain-Grandprey annexa la bibliothèque à cette école et la reconstitua en la composant de la bibliothèque de Pierre Aubert et de Brossette et de la bibliothèque Adamoli, et de livres provenant de couvents supprimés. Il lui donna comme bibliothécaire François Tabard, un bon bibliothécaire qui eut sous sa responsabilité tous les nombreux détails de la réorganisation et qui s’adjoignit le concours du libraire Raynal et du professeur Sébastien Brun. Brun et Tabard parent au plus pressé, font déblayer et nettoyer la grande salle, trient les ouvrages. Ceux qui sont abîmés, incomplets sont mis au rebut, ceux qui sont en double sont vendus publiquement, et l’argent sert au transport, au classement et au tri des ouvrages. Les deux bibliothécaires rétablissent « l’ancien ordre autant qu’ils en ont la possibilité »45. Quatre-vingts à quatre-vingt-dix mille volumes sont ainsi rangés selon la classification des libraires parisiens. Devant une tâche d’une telle ampleur, la rédaction du catalogue n’avançait pas et il fut finalement demandé à Tabard de fournir simplement un inventaire sommaire des ouvrages pour l’usage de la bibliothèque centrale. Cet inventaire, qui est encore conservé, ne recense que onze mille titres. Cette lenteur influa sans doute pour le choix d’un nouveau bibliothécaire qui fut Antoine-François Delandine.

Après 1803, un nouveau statut pour la bibliothèque

43Le 28 janvier 1803, une loi régla le sort des bibliothèques des ex-Écoles centrales : les bibliothèques furent désormais mises à disposition des villes et placées sous la surveillance des municipalités, à charge pour elles de nommer et de rémunérer un bibliothécaire. L’État se désengageait de la charge des bibliothèques, qu’il laissait au soin des villes. À Lyon, la ville prend à charge la bibliothèque qui est gérée en totale indépendance de l’administration scolaire. La bibliothèque prend peu à peu la physionomie de la bibliothèque municipale du XIXe siècle.

44Grâce à l’action des différents bibliothécaires, Delandine (1803-1820), Péricaud (1827-1847), Monfalcon (1847-1874), la bibliothèque fut l’objet de plusieurs projets d’aménagement : une salle pour les estampes, un cabinet de lecture pour l’hiver chauffé par un poêle, un cabinet pour les éditions lyonnaises, un autre pour les manuscrits et les incunables. Des rayonnages sont installés dans de nouveaux espaces. Un cabinet est aménagé pour le bibliothécaire dans l’antichambre de la grande salle. Ce sera une « réserve » regroupant, dans huit armoires, mille deux cents volumes. Trois cabinets sont aménagés au-dessus de la grande salle pour des ouvrages qu’elle ne peut abriter. Au troisième étage est établie une salle de dépôt. D’autres travaux de gros œuvre, en particulier pour l’escalier en 1810 et 1842, se soldèrent en 1881 par l’ouverture d’un accès 27, rue Gentil. En 1842, un incendie allumé par un élève se produisit dans la nuit du 3 au 4 mars dans la salle de Villeroy : l’architecte Dardel fit alors établir dans le toit un éclairage zénithal pour cette salle. Ce qui eut pour résultat d’exposer, pendant de longues années, dix mille volumes aux intempéries.

  • 46 L. Niepce, Notes et documents, Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 2467.
  • 47 L’archevêque en avait demandé 15 000, et seuls 1 742 ouvrages seront livrés.

45Le rapport en 1874 de Léopold Niepce46 signale l’exiguïté des locaux : cent cinquante mille volumes sur 1 450 mètres carrés, un dépôt de livres étant installé dans les combles de l’église. L’engorgement ne sera évité que par un nouveau déménagement. Des livres quittent la bibliothèque : restitution de livres de théologie à l’archevêque de Lyon pour le grand séminaire47, dépôts de doubles aux bibliothèques des archives, des hôpitaux, et de la préfecture. Cinq mille six cents ouvrages en double iront encore rejoindre la nouvelle bibliothèque du Palais des arts. Une grande vente d’ouvrages, en majorité de théologie et d’histoire (2 000 pour chaque classe), est effectuée en 1831 (6 970 articles). De nouvelles ventes de livres eurent lieu en 1832. Il est impossible de savoir la proportion d’ouvrages provenant de la bibliothèque des jésuites dans ces aliénations successives.

Conclusion

46Jusqu’en 1912, la bibliothèque municipale garde l’empreinte extrêmement forte des jésuites, par ses locaux qui sont ceux d’origine, par ses collections qui forment un fonds encyclopédique et d’érudition, par sa gestion que l’on pourra opposer à l’époque à celle du Palais des arts. Le déménagement dans le Palais de l’archevêché près de la primatiale Saint-Jean et la réunion des livres avec ceux du Palais des arts modifieront sensiblement l’aspect général de son contenu intellectuel.

47Que représente actuellement dans nos collections la bibliothèque du grand collège après tous les aléas de l’histoire ? Avec les déprédations, les ventes successives, nous savons que si nombre d’ouvrages s’y trouvent encore aujourd’hui, beaucoup ont disparu, et on les chercherait en vain au catalogue. Le fichier des possesseurs, utilisé avec prudence, peut nous donner une indication : sur un corpus de 329 exemplaires, seuls 118 livres ont une origine et un possesseur identifiable ; 83 % des livres dont on a pu identifier la provenance sont issus de bibliothèques de communautés religieuses. La congrégation la mieux représentée est évidemment la Société de Jésus avec 82 livres (soit 69,5 %). Si nous prenons dans notre base informatique les ouvrages référencés comme provenant des jésuites sous l’Ancien Régime, nous obtenons 2 225 références, soit dix fois plus que les carmes, quarante fois plus que les capucins.

  • 48 F. Charmot, La pédagogie des jésuites, ses principes, son actualité, Paris, SPES, 1943, p. 526.

48La présence de la collection des jésuites est donc toujours prédominante dans le fonds ancien qu’elle marque profondément. Par un retour inattendu de l’histoire, le dépôt de la bibliothèque des Fontaines en 1999 lui a apporté un remarquable complément. Selon le père Charmot, « le but de la formation intellectuelle n’est pas, pour les jésuites, la science. Bien plus, l’intelligence n’est parfaitement cultivée que si elle acquiert la sagesse »48. Sagesse, dirons-nous, acquise par une vie spirituelle intense. C’est peut-être ce sentiment d’intelligence mise au service de la sagesse que révèle la fréquentation quotidienne de ce fonds.

Notes

1 Cité par G. Guitton, Les jésuites à Lyon sous Louis XIV et Louis XV, Lyon, La Procure, 1953, p. 156.

2 Lettre du père Perpinien au père Barthelemy Romano datée du 23 novembre 1565, citée par G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France, le collège de la Trinité au XVIe siècle à Lyon, Paris, Publisud, 1995, p. 99.

3 Cité par C. Marty, Les bibliothèques publiques de la ville de Lyon du XVIIe au XIXe siècle, d’après les papiers d’un érudit lyonnais, Jean-Baptiste Monfalcon (1792-1874), mémoire de maîtrise, 1988.

4 L’essor de la Compagnie au XVIIe siècle, fruit de la Contre-Réforme, s’accompagna d’une organisation d’élèves et d’anciens élèves en congrégations mariales, prônant la sanctification personnelle et l’apostolat charitable. Il y avait sept congrégations en 1682 comptant plus de deux mille membres.

5 Archives municipales de Lyon (AML), DD379.

6 J.-M. Marquis, Le collège de la Trinité de Lyon, architecture et décoration, mémoire de maîtrise, 1970, p. 66.

7 A. Péricaud, Éphémérides lyonnaises, 1835, voir année 1644, p. 7.

8 G. Guitton, Les jésuites à Lyon, p. 68.

9 D’après G. Guitton, ibid. : « Les voisins ayant réclamé, parce que ce nouvel alignement “faisait une avance de dix pieds sur ladite courtine” », le consulat conseilla d’acquérir ces maisons et fournit 1 000 livres pour contribuer à cet achat (16 mai 1673).

10 Archives départementales du Rhône, DXIX, 1.

11 J. -B. Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, Paris, F. Didot, 1866, t. IV, p. 78.

12 Cité par G. Guitton, Les jésuites à Lyon, p. 68.

13 Le globe terrestre, encore conservé, est exposé à la bibliothèque de la Part-Dieu ; le globe céleste qui avait reçu l’éclat d’une bombe pendant le siège de Lyon fut détruit à la demande du bibliothécaire Cantinelli, qui le jugeait « illisible » (voir lettre du 9 octobre 1918, AML, 177 WP, 13). Note communiquée par M. Jean-François Lutz.

14 C. -F. Ménestrier, Éloge historique de la Ville de Lyon, Lyon, Benoist Coral, 1669, p. 9. Le cabinet des médailles est le seul élément de la bibliothèque des jésuites actuellement conservé. Dans un état très médiocre, il nécessiterait une restauration.

15 Léopold Niepce, Les bibliothèques anciennes et modernes, Lyon, H. Georg, 1876, p. 88.

16 Almanach de la Ville de Lyon, Lyon, Aimé Delaroche, 1762, p. 155-156.

17 Comme le fait remarquer C. Marty, Les bibliothèques publiques…, p. 66, les noms des bibliothécaires ne sont pas tous connus. Seule une liste lacunaire est donnée par A. -F. Delandine, Des bibliothèques de Lyon et en particulier celle de la ville. Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, Lyon, Mistral, 1812, p. 15-18.

18 S. Van Damme, Un jésuite homme de lettres au Grand Siècle, […] Claude-François Ménestrier, mémoire de maîtrise, 1992.

19 Ibid., p. 43.

20 Les établissements jésuites en France, P. Delattre éd., Enghien, Institut supérieur de théologie, 1953, t. II, p. 1547.

21 Mémoire des livres qui ont este acheptez pour la bibliothèque du Collège de la Trinité, depuis 1671 jusqu’en 1682 inclusivement, AML, GG154, Collège de la Trinité.

22 Une liste datée de 1682 comporte plus de cent titres, mais aucun détail de prix n’y est porté.

23 Voir C. Jolly, « Les collections jésuites », Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Promodis, t. II, p. 61.

24 D. de Colonia, Histoire littéraire de la Ville de Lyon, Lyon, François Rigollet, 1730, p. 758-760.

25 Y. Sordet, Pierre Adamoli et ses collections : l’amour des livres au Siècle des lumières, Paris, École des chartes, 2001.

26 Mémoire instructif pour Messieurs les Juges de la Sénéchaussée de Lyon […] donné au mois d’avril 1762 par Mr Pierre Adamoli, conseiller du Roy, bibliothèque municipale de Lyon (BML), ms. Palais des arts 79, f. 50.

27 Ibid., f. 51.

28 Ibid., f. 52.

29 On a compté que, depuis qu’il avait accepté la réédification du collège en 1607 jusqu’en 1732, le consulat avait donné 349 171 livres 1 sou 4 deniers (détails dans M. Perrin, La culture des lettres et les établissements d’instruction à Lyon, 1892).

30 Voir P. Adamoli, Mémoire instructif pour les juges de la sénéchaussée de Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon, ms., Palais des arts 79, f. 54. « Le père Tolomas a vendu plusieurs desdits livres dans les ventes publiques et à differens particuliers de cette ville dont on donnera la preuve par la justification desdites armoiries. »

31 BML, ms. Palais des arts 79, f. 55.

32 Procès-verbal de la remise des bâtiments du collège de la Trinité aux oratoriens dans la personne de Laurent d’Anglade, leur supérieur (31 juin 1763).

33 Les sculptures de cette porte ont été récemment démolies, lors de travaux sur la terrasse.

34 J. -M. Marquis, Le collège de la Trinité, p. 108-109.

35 BML, mss 1460-1462.

36 Il aurait été judicieux d’étudier ces ventes, mais le libraire Duplain ayant mêlé aux livres provenant de la ville beaucoup d’autres sortis de ses magasins, on ne peut les distinguer les uns des autres.

37 Los Rios propose en janvier 1769 à B. Duplain et au père Léti, oratorien, la somme de 1 000 livres pour le rachat des volumes dépareillés et en mauvais état issus de la réunion des deux bibliothèques. Cité par D. Bougé Grandon, La carrière d’un libraire étranger à Lyon : François de Los Rios, Paris, Bulletin du bibliophile, 2001, p. 94.

38 Y. Sordet, Pierre Adamoli et ses collections : l’amour des livres au Siècle des lumières, p. 51-52.

39 Journal de l’abbé Duret, BML, ms. 804, f. 70. Le Tite-Live imprimé sur vélin retournera à la Bibliothèque nationale non sans avoir été traversé par un boulet en 1793. Voir Y. Sordet, Pierre Adamoli…, p. 352.

40 Ainsi le comte de Provence, Gustave III de Suède, le prince Henri de Prusse, l’archiduc de Milan, La Fayette en 1785.

41 J. -B. Monfalcon, Étude sur la bibliothèque de la Ville de Lyon, depuis les origines jusqu’à nos jours, BML, ms. 1701, f. 13.

42 Ibid., f. 21.

43 L’abbé Grégoire signale qu’un ouvrage imprimé par Vindelin de Spire avec d’autres ouvrages lyonnais vient d’entrer à la Bibliothèque nationale. Rapport à la Convention 12 avril 1794, cité par Niepce, op. cit., p. 91.

44 Voir à ce sujet, C. Marty, Les bibliothèques publiques…, p. 88.

45 J. -B. Monfalcon, op. cit., f. 152.

46 L. Niepce, Notes et documents, Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 2467.

47 L’archevêque en avait demandé 15 000, et seuls 1 742 ouvrages seront livrés.

48 F. Charmot, La pédagogie des jésuites, ses principes, son actualité, Paris, SPES, 1943, p. 526.

Auteur

Conservateur en chef à la bibliothèque municipale de Lyon

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540