Version classiqueVersion mobile

Les jésuites à Lyon

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Bernard Hours

Première partie. L'ancienne compagnie

Une implantation difficile : controverse religieuse et polémiques politiques (1565-1607)

Yann Lignereux

Texte intégral

  • 1 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France. Le collège de La Trinité au XVIe siècle à Lyon, P (...)

1Plutôt que d’entreprendre précisément la narration d’une histoire largement établie pour en rappeler les fondations, il s’agit de voir ici comment les jésuites, participant d’une économie de la faveur royale et de la grâce du prince, deviennent pour le consulat lyonnais l’un des éléments constitutifs de l’identité symbolique de la ville, au cœur d’une dynamique de redéfinition politique de ses légitimités1. C’est ce processus proprement politique d’incorporation des jésuites, à la cité et à son imaginaire, qu’on s’efforcera de mettre en avant en privilégiant la période henricienne de cette histoire.

  • 2 Y. Lignereux, Lyon et le Roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal, 1594-1654, Seyssel, (...)

2Dans les vicissitudes qui suivent la fin de la Ligue, les jésuites, objets de méfiance et de haine, se tiennent et sont tenus à l’extérieur de la communauté des habitants et du corps civique. Dans la dynamique de recomposition des fidélités et de l’affermissement de l’autorité royale dans l’ancienne capitale ligueuse, leur présence équivoque symbolise la pérennité des luttes anciennes et témoigne des difficultés présentes de la pacification. Après l’attentat de Jean Châtel contre Henri IV en décembre 1594 et l’expulsion des jésuites de la ville au mois de janvier suivant, leur retour, en 1604, participe de la refondation des relations politiques entre la ville et son roi, de la construction de l’identité lyonnaise, partagée entre Mercure et Minerve, comme de son imaginaire civique2.

3Pour rendre compte de ce processus, on rappellera tout d’abord les circonstances et les conditions de la présence initiale des jésuites au collège de La Trinité de Lyon en 1565 jusqu’à leur expulsion de la ville, trente ans plus tard, suite à l’arrêt du parlement de Paris du 29 décembre 1594. La poursuite par les échevins lyonnais du rétablissement d’un collège d’excellence sous la direction des membres de la Compagnie de Jésus témoigne d’un double processus de redéfinition de l’identité urbaine liant de manière consubstantielle la cité rhodanienne au prince et à la religion. C’est le second volet de cette histoire fondatrice qui sera privilégié, la période 1604-1607 définissant, en effet, les principaux caractères des relations de la ville avec les jésuites jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

De la lutte contre le protestantisme à la résistance aux rois très chrétiens : 1565-1593

  • 3 Lettre du père Perpinien à Paul Manuce, datée de 1565, citée par M. -M. Compère et D. Julia, Les co (...)
  • 4 Éloge historique de la Ville de Lyon, et sa Grandeur Consulaire sous les Romains, et sous nos Rois, (...)

4L’occupation protestante, d’avril 1562 à mars 1563, provoque chez les autorités catholiques de la ville le besoin d’une vive réaction qui prévienne la cité à l’avenir de telles extrémités. Toutefois, il a été question déjà, en automne 1560, de confier la responsabilité du collège de la ville aux jésuites afin que le corps professoral y soutienne les efforts de la Réforme catholique et, dès 1556, leur Compagnie a été pressentie pour cette charge. Le rôle présumé de l’enseignement alors dispensé en ces murs dans l’occupation protestante de la cité et son état de dérèglement spirituel, selon le témoignage d’une lettre des citoyens de Lyon au père Jacques Lainez datée du 15 mars 1564, rendent plus nécessaire et plus urgente sa reprise en main pour en faire une « citadelle de la vraie foi »3 . Les prêches des pères jésuites Antoine Possevin et Edmond Auger durant les années 1562-1563 et le zèle déployé par ce dernier au secours des pestiférés au début de l’année 1564 favorisent la cause de la Compagnie, à laquelle le consulat confie, le 1 er mai 1565, la direction du collège de La Trinité, se réservant la propriété des bâtiments dont il a la responsabilité depuis le 21 juillet 15274.

  • 5 ADR, D2, pièce n ° 6.
  • 6 AML, BB 87, f. 14-20.
  • 7 ADR, D2, pièce n ° 12.
  • 8 AML, BB 89, f. 160.
  • 9 AML, AA 110, f. 193r et f. 194-195, cités par G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France, p. (...)

5Cette cession est acceptée par un bref pontifical du 15 août 1565 et le 3 octobre suivant les jésuites ouvrent leurs classes. La prise de possession véritable a lieu cependant le 14 septembre 1567, date du contrat définitif entre le consulat et les jésuites5. Parmi ses clauses, il est arrêté que, le jour de la fête de la Sainte-Trinité, cet acte fondateur doit être rappelé : le recteur présentant un cierge de cire blanche aux armes de la ville au consulat et la lecture du contrat de fondation devant être faite durant le service divin6. Le père Auger obtient en août 1571 que ces exigences soient aménagées dans le sens d’un plus grand respect du sacré7. Il est alors décidé que la lecture du contrat sera faite avant la messe, dans la chambre du recteur, en conservant cependant à la remise du cierge sa dimension publique et solennelle8. Le magistère des jésuites, sous le rectorat notamment des pères Guillaume Creytton et Antoine Possevin, rencontre un succès remarquable à la grande satisfaction des autorités de la ville et, hormis quelques péripéties comme celles liées à la question du pensionnat en 1574, les relations entre la Compagnie de Jésus et le pouvoir consulaire sont sans heurt. Le chiffre de huit cents élèves en 1592 témoigne de ce succès comme une lettre du 21 mars de cette année, envoyée par le consulat à l’agent du duc de Mayenne auprès du pape, dans laquelle outre la reconnaissance de la qualité de l’éducation prodiguée, instruisant à la vertu et aux bonnes lettres, il est affirmé que depuis l’arrivée des jésuites à Lyon « l’hérésie qui y avait été auparavant plantée en reste du tout déracinée »9.

6La Ligue place les jésuites lyonnais dans une situation profondément ambiguë. La proximité du père Auger avec Henri III – son confesseur depuis 1583 – et sa place auprès du gouverneur Mandelot – qui a refusé l’alliance avec les Guises – leur attirent une certaine inimitié populaire tandis que la cause de la Sainte-Union les rend hostiles au prince protestant. Les efforts du confesseur du roi pour lui conserver la ville après les événements de février 1589 précipitant Lyon du côté de la Ligue le rendent suspect aux yeux des partisans de celle-ci, qui obtiennent, à la fin du mois de mars suivant, qu’il soit chassé de Lyon. En outre, les liens privilégiés que leur recteur – nommé provincial en mai 1592 – Bernardin Castori entretient avec le duc de Nemours, alors gouverneur de la cité, achèvent de compliquer leur situation en raison de l’ambition princière de ce dernier, méprisant les libertés urbaines et l’autorité consulaire. Malgré une virulence moindre que leurs confrères parisiens, l’inscription des jésuites lyonnais dans le combat ultra-catholique peut se lire dans le choix de la représentation théâtrale, La mort de Julien l’Apostat, jouée sur la scène de leur collège en 1590, dont l’actualité polémique ne pouvait échapper à personne. L’insurrection du 18 septembre 1593 qui renverse le gouverneur de Nemours et le conduit à la prison de Pierre-Scize sous la garde du consulat vient enfin menacer le collège, où les émeutiers soupçonnent de se trouver cachés bon nombre de fidèles du gouverneur déchu.

7Les jésuites, aux lendemains de ces journées, sont donc confrontés à une double hostilité. Celle de l’archevêque et de la population d’une part qui leur reprochent les liens entretenus avec Nemours, le rival politique d’Épinac et l’ennemi des bourgeois lyonnais dont les biens dans la province sont ravagés par son frère, le marquis de Saint-Sorlin. Celle des « politiques » d’autre part qui leur reprochent l’intransigeance pontificale à l’égard d’Henri IV, qui a pourtant abjuré le protestantisme et été absous par un certain nombre d’évêques français, le 23 juillet 1593, à Saint-Denis.

Une communauté soupçonnée, un corps expulsé : 1594-1595

  • 10 A. Péricaud, « Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon : Lyon sous Henri IV » Annuaire (...)
  • 11 AML, BB 131, f. 77v. Lors d’une précédente assemblée générale, tenue le 23 mars en l’hôtel de ville (...)
  • 12 Ibid., p. 223.
  • 13 H. Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus en France des origines à la suppression (1528-1762) (...)
  • 14 Litteræ Societatis Jesu. Duorum Annorum M. D. XCIIII. et M. D. XCV. Ad Patres et Fratres ejusdem So (...)

8La situation des jésuites lyonnais devient plus dramatique encore après l’insurrection de la ville en faveur d’Henri IV, le 7 février 1594. Tenus d’observer les ordres pontificaux et ceux du père général Aquaviva, ils ne peuvent reconnaître la légitimité du roi dont l’excommunication n’a pas été levée par le pape. Après le sacre royal de Chartres, le 27 février 1594, ils refusent encore de prêter serment « de vivre et mourir en la Religion catholique, apostolique et romaine sous l’obéissance de notre Roi très-chrétien, Henri quatrième, Roi de France et de Navarre » comme les y invite le consulat le 14 mars suivant. La veille, ils n’ont pas participé à la procession générale faite pour rendre grâces à Dieu de la réduction de la ville à l’autorité souveraine10. Ces refus sont essentiels, car ils signifient la rupture des derniers liens qui les faisaient participer du corps de la ville et qui les incorporaient à la communauté de ses habitants. En l’absence du provincial et du recteur, c’est une communauté sans chef et isolée qui doit affronter l’hostilité d’un peuple qui trouve peut-être dans la virulence de ses attaques l’exutoire de cinq années d’infidélité au roi et qui en s’en prenant à ce corps désormais étranger à la communauté, politique et civique, s’amende de ses errements passés. Qualifiés, lors d’une assemblée générale tenue au consulat, le 31 mars 1594, de « boutefeux » et accusés d’entretenir les « murmures des couvents » comme l’inquiétude spirituelle du peuple en refusant de recevoir les confessions, de célébrer les communions, de prier pour Henri IV et de prêcher, ils sont soumis aux violences et calomnies d’une population qui les tient pour des « conjurateurs » adversaires de l’œuvre pacificatrice du souverain11. Leur nouvelle absence, ensuite, lors de la procession organisée, le 17 avril, pour rendre grâces de la soumission au roi de Paris, de Rouen et de la Normandie, fait redoubler l’hostilité dont ils sont l’objet12 . Ces avanies, avant de se modérer à partir du mois suivant quand les jésuites lyonnais, comme leurs confrères parisiens, décident la reprise de leur exercice spirituel, sont particulièrement détaillées et déplorées dans les Lettres annuelles de 159413. Des gardes sont ainsi placées aux portes du collège pour surveiller les allées et venues, les écoliers sont molestés et battus, les pères injuriés, leurs marchandises fouillées, leurs lettres ouvertes, et chaque nouvel incident menace le collège d’une violence populaire soudaine14.

  • 15 Ibid., p. 269 et p. 271.
  • 16 Lettre de Pomponne de Bellièvre au roi, datée de Lyon, le 1er février 1595 (BNF, ms. français 15 89 (...)

9L’attentat du 27 décembre 1594 précipite leur chute, le parlement de Paris prononçant deux jours après un arrêt d’expulsion contre eux, accusés de corrompre les mœurs de la jeunesse, de perturber le repos de l’État, d’avoir conseillé la mort d’Henri III et d’être responsables de l’attentat contre son successeur. Le 5 janvier suivant, le lieutenant général de la sénéchaussée, Villars, et le premier échevin, Montmartin, sont députés auprès des jésuites pour leur commander de se tenir enfermés dans leur collège afin d’éviter tout scandale et surtout toute violence à leur endroit, faisant apposer à cet effet des gardes journalières constituées de bourgeois, est-il dit, « honnêtes et modestes ». Installés dans les bâtiments au milieu du mois, ceux-ci se comportent cependant avec insolence comme en place conquise jusqu’à ce que la protection du comte de Tournon assure aux jésuites un plus grand ménagement15 . Finalement, Balthazar de Villars, accompagné de deux échevins, vient leur présenter, le 31 au soir, l’arrêt du Parlement et leur commander de sortir de la ville dès le lendemain. C’est donc quarante et un jésuites qui quittent la cité le 1er février 1595 pour gagner Chambéry, Avignon ou Dole, pourvus d’un certain nombre de libéralités, gratifiés « d’honnêtes aumônes » privées et publiques, et accompagnés de la démonstration inattendue du regret de la foule16.

De la déchéance au manifeste de la faveur royale : 1595-1605

10Sans entrer dans le détail des difficultés du collège de La Trinité occasionnées par le départ des jésuites lyonnais, il est cependant nécessaire de souligner combien le consulat peine à leur trouver des successeurs aussi compétents et dévoués. Sans leur présence, le collège périclite et se vide de ses élèves. Conscient qu’une telle faillite diminue la gloire de la cité et attente à son image comme à son honneur, le consulat cherche auprès du roi les moyens d’un rétablissement qui compense par ailleurs la détresse commerciale de la ville et qui témoigne de la faveur du prince à son endroit. En effet, dans une économie de la grâce royale, le collège de La Trinité constitue pour les autorités consulaires l’un des media par lequel l’idéal d’intimité avec le pouvoir souverain, poursuivi depuis 1594, trouverait une démonstration publique exemplaire, si nécessaire alors à la nouvelle légitimité du corps de ville après l’épisode ligueur de son infidélité.

  • 17 AML, BB 134, f. 99r.

11Après divers échecs, le choix par le consulat de la personne d’Antoine Poursan, le 10 juillet 1597, pour remplir la charge de principal du collège, montre combien le parlement de Paris restait vigilant quant à la bonne exécution de son arrêt de décembre 1594 précisé au mois d’août suivant17. Cet ancien jésuite, natif de la ville, est en effet dénoncé par ce dernier comme contrevenant à ses ordres et il est condamné, les 25 septembre et 16 octobre 1597, à être conduit prisonnier au Palais pour y être jugé à la réquisition de l’avocat général Simon Marion, qui fait valoir avec éloquence combien les bonnes intentions consulaires pourraient provoquer les plus grands maux pour leur ville et le royaume, brandissant alors la honte et les remords des Lyonnais :

  • 18 Plaidoyé de M. Antoine Arnauld, advocat en Parlement, et ci-devant Conseiller et Procureur-Général (...)

[…] s’il advenoit, que des Mains de Porsan, du Sein de sa Doctrine, du Venin de sa Langue, et des Fascinations que ceux de sa Secte donnent à la Jeunesse sousmise à leur Verge, et aux Fantosmes qu’ils leur peignent en l’Ame, il sortist quelque jour un second Chastel ?18

12Après avoir assuré le consulat de son aide pour trouver un principal et des régents, il ajoute que le peuple s’est laissé abuser à considérer l’excellence des jésuites dans les lettres et la philosophie. Pour les premières, la vérité, affirme Marion,

est, que ce Genre d’Hommes n’a jamais bien sceu, ny enseigné, les Lettres, et qu’ils ont, au contraire, commencé d’estouffer leur pure Semence, renée en ce Royaume, sous les Auspices du grand Roy Francois, pour y replanter petit-à-petit l’ancienne Barbarie.

13Quant à la seconde,

Roine des Sciences humaines, [elle] doit estre puisée pour la voir naïfve, en la pure Source des Livres d’Aristote, dont les Jésuites ne sçavent que le Nom ; et mesprisans son Texte, suivent les Ambages des vaines Questions tirees de la Lie des Docteurs Scholastiques.

  • 19 Ibid., p. 122, 123 et 125.
  • 20 AML, BB 135, f. 24-25. Lors de la séance consulaire du 27 février 1597, le consulat avait admonesté (...)
  • 21 AML, BB 134, f. 74v.
  • 22 AML, BB 134, f. 120r.

14Enfin, l’avocat général termine son vigoureux plaidoyer en recommandant aux Lyonnais de ne pas « se rendre trop subtil à chercher les Causes des Affaires, qui ne leur doivent pas tousjours estre cogneues » estimant qu’ils « seront mieux regis » par le roi, le Parlement et leur gouverneur « que par leur propre Sens et par les Mouvemens de leurs privez Desirs »19. Face à telles difficultés, un chanoine de Saint-Just, Benoît Minières, accepte la charge de recteur, le 5 février 159820. Il ne peut cependant arrêter le déclin du collège, dont la traditionnelle messe lors de la fête de la Sainte-Trinité rend alors compte, puisque c’est désormais en habit ordinaire seulement que s’y rendent les membres du consulat21 . C’est donc avec un grand soulagement que ces derniers apprennent que le roi, par son édit de Rouen daté du 1 er septembre 1603, a décidé d’autoriser le retour des jésuites dans son royaume, satisfaits de cette décision qui met un terme à la ruine de leur collège, jugée « grandement prejudiciable au service du Roy et au general de la ville, attendu que c’est le seminaire des magistratz officiers et aultres gens de vertu vrayes colonnes de l’Estat » dont le déclin a nourri l’ignorance et la barbarie22.

  • 23 ADR, D2, pièce n ° 21.
  • 24 AML, BB 140, f. 206r.
  • 25 Ibid., f. 209v.

15Le 2 septembre 1603, Henri IV adresse donc à l’intendant lyonnais, Refuge, son édit autorisant le retour des jésuites, lui recommandant de ne pas attendre son enregistrement pour l’exécuter et faire ouvrir les classes le 1er octobre prochain afin que la Compagnie et la ville puissent jouir dès lors de sa « grâce »23. Le 7 septembre, le consulat prend connaissance de cette volonté et de l’édit dont une copie lui est fournie par l’intendant et par l’ancien recteur, le père Creytton24. Par prudence, les jésuites attendent toutefois l’enregistrement de l’édit par le parlement parisien, le 2 janvier 1604, pour mettre véritablement en œuvre leur retour à Lyon même si les négociations avec le consulat lyonnais ont été engagées bien avant25.

  • 26 Ibid., f. 208v. Si le prévôt des marchands fait valoir que les 1 500 livres annuelles que le consul (...)
  • 27 Ibid., f. 39-40.
  • 28 Ibid., f. 40v et f. 52r. À la suite des mémoires évoqués plus bas, le consulat évoque la propositio (...)
  • 29 AML, BB 141, f. 48-52. Ce texte fondamental est reproduit en annexe.

16Les jésuites ayant, en effet, remis, le 14 octobre 1603, l’état de leurs exigences pour reprendre la direction du collège et celui-ci étant paru comme « merveilleusement excessif » le prévôt des marchands et les échevins convoquent, le 23 janvier, à l’hôtel de ville une assemblée pour discuter des moyens de rétablir le collège26. Rappelant aux comparants la grâce particulière faite à la ville par le roi, l’intendant les exhorte de « tirer de ceste occasion le plus grand profict et advantaige » en « faisant du premier coup un bon colleige entier et parfaict qui puisse descharger les habitans de ceste ville d’envoyer leurs enfans pour estudier ailleurs et convier les voysins d’y amener les leurs pour tousjours davantage bonifier lad. ville ». L’assemblée le prie avec le prévôt des marchands, La Salle, de solliciter l’aide royale et d’obtenir du Conseil du roi la permission de prélever 6 000 livres sur les deniers d’octroi afin de subvenir à l’entretien annuel des jésuites nécessaires au collège, estimés alors au nombre de soixante27. Cette assemblée est l’occasion également pour certains de demander le rétablissement de « l’ancienne université » qui avait été « en ceste ville en toutes sortes de sciences et facultez et de supplier le Roy d’y vouloir establir et fonder de ses finances ung college royal »28. Le 27 janvier 1604, il est fait lecture des mémoires consulaires dressés au sujet du rétablissement des jésuites à Lyon et, l’ayant remis à ses députés, le consulat leur recommande d’en conférer avec le père Coton qui « sera bien aisé d’en donner quelque coup et d’obtenir du Roy une bonne parolle advant que nul aultre s’y puisse opposer soubz pretexte du mesnage des affaires de sa Majesté »29. Il s’agit là d’un document considérable qui précise le projet de refondation générale de la cité sous l’égide d’un consulat renouvelé, cherchant dans l’établissement d’un collège parfait la reconnaissance de l’excellence, savante et religieuse, de l’immémoriale cité rhodanienne. Au retour des jésuites dans la ville est ainsi associée la renaissance d’une cité qui trouverait donc la conclusion définitive des errances ligueuses durant lesquelles sa fidélité s’était pervertie et sa gloire abîmée dans l’illusion d’un zèle religieux alors dévoyé. C’est une œuvre de restauration universelle des caractères de la cité que le consulat poursuit dans ce projet de perfection. Retrouver la splendeur d’un passé mythifié lui permet de pallier les misères présentes et de s’inscrire dans une continuité glorieuse. Dans ce texte capital, le roi est célébré comme un nouvel Auguste et un second Charlemagne, faisant entrer la ville dans la promesse d’un âge d’or imminent comme l’avait imaginé dès septembre 1595 l’entrée solennelle du roi dans sa cité.

  • 30 AML, AA 112, f. 59-60. Le consulat, le 18 juin précédent, avait confié préalablement le soin à Jacq (...)
  • 31 Après avoir été examinée par le procureur général de la ville, elle est « remise es archives de lad (...)
  • 32 AML, BB 141, f. 93v.

17Après que le consulat a fait chercher en vain par le secrétaire de la ville les contrats antérieurs, commandé ensuite, le 8 octobre, à l’ancien procureur général de la ville, Rubys, un mémoire à ce sujet et obtenu enfin des jésuites copie de ces pièces, un traité est passé de nouveau avec ces derniers, le 3 juillet 1604, reprenant les clauses de 1567 et de 1571 (si les six classes d’humanités et le pensionnat sont maintenus, les classes d’abécédaire sont cependant supprimées)30. Cette convention est ratifiée par le général de la Compagnie le 11 décembre suivant31. En plus d’une pension annuelle de 6 000 livres, le consulat leur garantit l’exemption des droits de l’entrée du vin et de pourvoir aux agrandissements nécessaires des bâtiments. Le 6 mars précédent, s’étant rendu au collège de La Trinité où se trouvaient les officiers de la sénéchaussée chargés de recevoir le serment des jésuites, et lecture ayant été faite de l’arrêt du rétablissement de ces derniers, le consulat assiste à la grand-messe célébrée dans la chapelle du collège par l’un des pères32. Le lundi suivant a lieu la réouverture solennelle des classes et, lors des fêtes de Pâques, elles comptent déjà neuf cents élèves.

  • 33 Le 18 mars 1604, il est ainsi payé au maçon Perret la somme de 108 livres 7 sols pour diverses répa (...)

18Dès le mois d’octobre, en raison de cette affluence et afin d’honorer ses engagements, le consulat doit louer des maisons voisines, après avoir déjà pris à sa charge divers travaux et réparations33.

  • 34 AML, BB 142, f. 64v.

19La fête de la Sainte-Trinité du 5 juin 1605 est particulièrement solennelle puisqu’elle consacre le rétablissement public des liens entre la cité et la Compagnie. Revêtus de leurs robes consulaires, précédés par les capitaine et lieutenant de ville, et escortés jusqu’au collège de leurs mandeurs ordinaires, les membres du consulat assistent à la célébration du service divin. La messe achevée, le recteur vient leur présenter le cierge blanc aux armes de la ville « comme a leurs tres honorez et tres affectionez fondateurs en recognoissance et memoyre perpetuelle de la fondation d’icelluy college faicte par lesd. sieurs prevost des marchans et eschevins ». Après être entrés ensuite dans l’une des cours du bâtiment et avant de dîner avec les pères de la Compagnie, ils se voient offrir par les écoliers et les régents diverses pièces poétiques en l’honneur du consulat et recommandation de la fondation du collège34.

Le collège des jésuites, membre éminent d’une cité régénérée : l’épreuve de l’année 1607

  • 35 En l’absence du registre des délibérations consulaires de l’année 1606, qui a été distrait des arch (...)
  • 36 Le 22 mai 1607, il est ainsi procédé à l’estimation d’une maison (et grange à tenir bois, foin et p (...)
  • 37 J. Picot, Les jésuites à Lyon de 1604 à 1762. Le collège de la très saincte Trinité, Lyon, Éditions (...)
  • 38 AML, BB 143, f. 200-201. Le 4 décembre suivant, il est décidé le paiement de 900 livres sur les 6 0 (...)
  • 39 « ANNO M. DC. VII. EXEUNTE HENRICI CHRISTIANISSIMI REGIS XVIII AUSPICANTE HOC SAXUM VETERI ATHENAE (...)

20Quelque temps plus tard, en vertu des termes du contrat, il est exposé au consulat, le 22 juin 1606, la nécessité d’une nouvelle construction35. Le débat porte notamment sur l’éventualité d’un édifice totalement neuf sur la place des Terreaux, mais il est finalement décidé d’aménager le lieu et les bâtiments d’origine, ce qui rend nécessaire l’acquisition par le consulat de maisons adjacentes36. Le 29 novembre 1607, ayant fait état qu’une place suffisante a été dégagée autour du collège, le père Barthélemy Jacquinot présente au consulat les plans des bâtiments élevés par le frère Martellange, l’invitant à poser, en tant que fondateur, la première pierre de ceux-ci37. À la demande du recteur, le prévôt des marchands et les échevins accordent 6 000 livres pour « exciter par leur liberalité les charitables intentions des particuliers » seule la construction de l’église étant ajournée38. Le 19 décembre 1607, le consulat reçoit de la Compagnie les honneurs liés à sa qualité de fondateur. La première pierre, bénie ce jour par le recteur et posée par le consulat, porte alors précisément une inscription saluant l’éternité de la ville et rappelle l’origine fabuleuse de son université39.

  • 40 « HOC SS. TRINITATIS COLLEGIUM/HENRICO IV. CHRISTIANISSIMO REGE/PHILI-BERTO DE LA GUICHE GUBERNATOR (...)
  • 41 Le refus initial du consulat manifesté à l’encontre de la construction d’un noviciat illustre cette (...)

21Cette incorporation des jésuites dans l’identité urbaine se lit donc dans la pierre, avec la construction, trois ans après leur retour, d’un nouveau bâtiment qui, répondant à des nécessités matérielles et contingentes évidentes, témoigne également d’une affirmation nouvelle. La référence à la glorieuse cité athénienne d’où est tenue provenir toute la sagesse lyonnaise inscrit l’événement dans une histoire mythifiée et glorieuse. L’inscription placée sur la façade du bâtiment porte à la postérité la mémoire de l’événement et les liens alors tressés entre les jésuites et le consulat40. Le collège demeurant la « maison » de ce dernier, ceux qui l’occupent se trouvent de fait placés dans une relation domestique particulière établie sur l’idée d’une certaine réciprocité de service41.

  • 42 La Ratio studiorum autorisait ces représentations comme participant des techniques visant à dévelop (...)
  • 43 C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Paris, A. Picard, 1894 (réédition, Louvain, (...)

22Le contrat de 1604 stipule la nécessité de l’engagement consulaire dans l’agrandissement des bâtiments ; il pose également l’obligation de son soutien en cas de calomnies, comme en témoignent les polémiques nées en août 1607 après la représentation au collège d’une pièce sur le jugement dernier accompagnant la distribution des prix annuels42. Trois ouvrages illustrent la diffusion de la polémique, au récit français s’ajoutant en effet deux traductions contemporaines anglaise et allemande43. Le dessein de ce texte, daté du 22 août 1607, est de dénoncer l’ambition mondaine de la Compagnie, l’avidité des pères et leur désinvolture spirituelle.

23Sur la scène du collège, ils donnèrent ainsi pendant trois jours, est-il indiqué dans cet ouvrage partisan, une pièce représentant le jugement dernier, à laquelle participèrent quatre-vingts à cent élèves, où figurèrent un « Dieu Jesuitique », un « Jésus-Christ », « le Pape et sa suite, les Rois Catholiques et Chrétiens », « les Turcs, le Prêtre Jean, les mécréants et hérétiques », enfin « quelques diables et Lucifer leur maître ».

24Le pape et sa suite ayant été logés, le 7 août, au paradis, le lendemain fut réservé à la damnation des mécréants, mais avant qu’on ait pu allumer le premier pétard accompagnant leur chute, le polémiste prétend que s’abattit sur le collège la colère du ciel qui manifesta la désapprobation divine, occasion pour l’adversaire des « Loyolites » d’affirmer « que l’on a peu y remarquer le secret redoutable jugement de Dieu, sur telles abominations et attentats execrables contre celui qui domine au ciel et en la terre ». Car voilà l’air auparavant clair qui se couvre, expose-t-il, « d’une nuee si espaisse, et une pluye si impetueuse survient qu’on ne pouvoit aller par les rues de Lyon. Outreplus les eclairs estoyent si frequens et les tonnerres si effroiables que plusieurs pensoient que ce fust la fin du monde » estimant « que Dieu courroucé de telle impiete manifestoit sa puissance ». Après avoir tué une petite dizaine d’acteurs, la foudre tombe sur une tour au bord du Rhône, proche du collège, blesse un homme et tue une femme, sort de la cheminée, frappe un bateau chargé de bois et le coule avant de s’épuiser dans les flots… L’auteur termine son ouvrage par une prière afin que Dieu ouvrît les « yeux aux disciples des Jesuites, pour leur faire cognoistre de quel esprit leurs Docteurs sont poussez ». Il achève sa diatribe par ces vers :

  • 44 Sur la destinée funeste de Salomonée et de sa maison condamnés par les dieux pour leur impiété, Vir (...)

L’infame troupe en France condamnée,
Et maugré France en France r’ amenée,
Entreprenant Salmonee imiter,
Dedans Lyon voulut Dieu despiter :
Contrefaisant son magnifique ouvrage,
Mais le loyer de ce felon ouvrage,
Fust, est, sera honte et destruction
De Salmonee et de sa nation.44

  • 45 Conviction veritable du recit fabuleux, divulgue touchant la representation exhibee en face de tout (...)
  • 46 « Les bourdes qu’il advance sont si espesses et ont tant d’accusateurs de leur fausseté qu’il me se (...)

25Une telle attaque suscite une défense systématique des jésuites, réfutant les calomnies et les mensonges de celui qui est présenté comme un suppôt genevois, un « certain Tenebrion sans nom, sans pays, sans adveu, et qui pis est sans foy, sans justice et sans Religion »45. Dédié au prévôt des marchands et aux échevins de la ville et daté du 10 octobre 1607, l’intention de cet ouvrage est de défendre non seulement l’honneur de la Compagnie de Jésus, mais également celui du consulat blessé ainsi de manière conjointe par un opuscule dont le crédit naissant impose cette réaction46. Le prenant alors à témoin, il soutient la décence et la gravité de la représentation jouée par les jésuites et leurs élèves comme il en défend l’intention et en loue les effets. Il corrige les erreurs de son adversaire qui prend ainsi le personnage de l’Église pour le pape et dénonce, de manière très savoureuse, ses mensonges extraordinaires dont il ridiculise l’exagération fantastique :

C’est merveille que ce Menteur ayant une fois laché la bride à l’impudence, n’aye dit que tout le mont de Forviere avoit capriolé au delà du Rhosne et s’estoit allé percher dessus le colombier de la Ferrandiere et que là dessus il faisoit le moulin à vent : ou que tout le quartier de sainct Sebastien esbranlé en ses fondemens s’estoit perdu dans les abismes quatre sept cens cinquante six toises au delà du centre de la terre : et que le Rhosne passant ores par dessus et se joignant avec la Saone on y peschoit des huittres longues de dix huict brassees. (p. 12-13)

26À l’ironie s’ajoute, pour dénoncer le polémiste adverse, la précision des détails qui soutient sa propre crédibilité. Alors que le premier prétend que la foudre est tombée sur une tour jouxtant le collège, y faisant les ravages évoqués plus haut, André de Gaule précise qu’il s’agit en fait d’une tour « nommée la Tour du commis, la plus proche de la Porte des Cordeliers, et la quatrième en contant depuis la porte de la rue neuve, habitée par Michel Gouille, homme de bien et honnête personne » (p. 15). Il précise également que si quelques acteurs sont bien morts après la représentation, c’est de « la maladie populaire » dont ils étaient atteints précédemment, et non par l’échauffement de leur rôle. Il récuse par ailleurs les accusations d’enrichissement que leur prête son adversaire, défendant le désintéressement et le dévouement des jésuites, affirmant l’honneur et la légitimité des « représentations des choses sainctes » autorisées même par de prestigieux modèles comme Isaïe, Jérémie et Ézéchiel (p. 19 et 21). S’adressant au prévôt des marchands et aux échevins, de Gaule achève son plaidoyer en montrant que les jésuites, en cette occasion solennelle,

se sont montrez autant zelateurs du bien public, qu’amateurs de vostre honneur, et desireux de l’advancement de vos enfants [ayant] le desir et bonne volonté de vous servir : et vous servans, de glorifier celuy, pour lequel ils endureront volontiers en ce monde, appuyez sur la ferme Esperance qu’ils ont qu’apres le travail suyvra le repos, qui est promis aux gens de bien au sejour de l’Eternité. (p. 25-26)

  • 47 AML, BB 133, f. 107.

27L’ouvrage est accompagné de la permission et des approbations des autorités religieuses et judiciaires de la cité. Il est clos par une attestation, datée du 16 octobre 1607, du consulat, dont les membres déclarent qu’il ne s’est « rien passé en l’Action dudit jour 7 aoust dernier, que de grave, moderé, devot, edificatif, et convenable au sujet entreprins. Ce que nous sçavons et pouvons tesmoigner, pour avoir (comme Fondateurs dudit College, auquel la Representation fut faite) assisté durant les trois jours ». Cet épisode, loin de ne constituer qu’une simple péripétie anecdotique ou de ne figurer qu’un écho particulier et circonstancié de la polémique antijésuite, signale l’empressement du consulat à combattre toute atteinte au modèle de sa légitimité retrouvée dans la réconciliation à Lyon du politique et de la religion après l’interprétation radicale de leur relation sous la Ligue. Le consulat poursuit ainsi la définition et l’illustration d’un corps de ville « zélé » comme l’a montré quelques années auparavant sa vigoureuse réaction contre les réserves faites par l’archevêque d’Épinac quant à la vertu religieuse de ses membres, celui-ci trouvant alors en effet que « les gros de la ville n’estoient gros chrestiens et qu’il n’y avoit que le petit peuple de bons catholicques »47. Le nouveau bâtiment et ce texte témoignent de l’alliance renouvelée du consulat et des jésuites. Attenter à l’honneur de l’un est altérer la dignité de l’autre, l’année 1607 illustrant ainsi l’une des modalités de la renaissance de la cité dans l’incorporation proprement politique des jésuites au cœur de son identité culturelle et religieuse, lui permettant de renouer glorieusement avec une histoire exemplaire par-delà l’incidence de la déréliction ligueuse.

28À la fin du règne d’Henri IV, une relation étroite unit désormais la Compagnie de Jésus au consulat lyonnais après les troubles de la Ligue qui ont rompu le lien initial entre les deux corps, faisant du premier l’arme d’un parti étranger et l’instrument d’une dynamique conflictuelle continuée, et du second un corps de ville sur lequel pèse le soupçon de l’infidélité politique et religieuse. Les ambiguïtés de la Compagnie, liées à sa fidélité double, ont été dépassées à la faveur d’un processus de redéfinition symbolique de la cité et par la grâce du prince, pour faire des jésuites les membres authentiques de la communauté civique en les associant étroitement au corps éminent qui la représente.

29Sans leur présence, le collège périclite ; sans celui-ci, l’honneur de la ville est atteint. Sans leur action, l’image d’une cité vertueuse est brouillée, et par là même s’épuisent les efforts consulaires pour réconcilier le zèle religieux et le dévouement bourbonien. C’est donc l’efficacité d’un imaginaire urbain renouvelé qui rend compte des efforts comme des ambitions du consulat en 1604 et en 1607 pour lier la défense des jésuites et de la religion à celle de sa légitimité. Les jésuites œuvrent alors doublement à la restauration des lettres lyonnaises et à la gloire consulaire, laquelle trouve parmi eux les plumes les plus brillantes pour chanter, au XVIIe siècle, ses mérites et mettre en spectacle ses œuvres.

Annexe

Présentation

30Témoigner d’un héritage continu, par-delà les péripéties ligueuses, avec la perfection d’un passé illustre pour renouer avec l’image d’une cité trouvant sa gloire dans sa double fidélité, au roi et à la religion, tel est l’un des enjeux de l’effort consulaire pour obtenir le rétablissement d’un collège d’excellence dirigé par la Compagnie de Jésus en 1603-1604. C’est dans le souvenir d’une Antiquité fondatrice que sont chantées la piété et l’érudition, piliers inébranlables ou phénix renaissants dans la corruption des siècles, d’une perfection et d’une exemplarité lyonnaises tant en matière d’éducation qu’au regard de la foi. Prise dans les desseins de la Providence, la cité ne peut totalement s’abîmer malgré les malheurs extrêmes qui l’ont frappée. Il appartient dès lors au roi, par sa grâce et quelques subsides, de permettre une renaissance achevée de la cité résipiscente en y restaurant la perfection ancienne de son collège. C’est dans ce but qu’un mémoire destiné au roi est dressé en janvier 1604 pour qu’en permettant à la ville de renouer avec son héritage antique, renouvelé et conduit à sa perfection par les lumières de la religion, le souverain place ses pas dans ceux glorieux d’Auguste et de Charlemagne.

31Lecture, le 27 janvier 1604, par le greffier du consulat des mémoires dressés sur la dernière assemblée au sujet du rétablissement des jésuites à Lyon (AML, BB 141, f. 48-52)

32La scituation de la ville de Lyon tant de foys rechantée pour l’unicque de l’univers en abundance de toutes sortes de commodité que les meres Oceane et mediterranée peulvent fournir des endroictz recogneuz par les homes, ne fust pas employée par ses fundateurs les Romains a l’effect seullement d’en faire au mesme instant le sejour de leurs lieutenans generaulx, le magasin de leurs negoces, l’arcenal de leurs armées, le bureau de leurs finances et la citadelle des Gaules.

33L’on y veoit encores le nom et les marques de ce grand et superbe Athenée qu’ilz y feirent bastir du temps d’Auguste au confluent du Rhosne et de Saosne, ou les soixante provinces gauloises maintenoient le culte de la religion et l’exercice de toutes langues et sciences avec telle admiration que l’oser y comparoir estoit pallir et le parler estoit orer artifice certainement digne de la prudence des Autheurs d’icelluy qui n’en eussent jamais peu inventer de meilleur pour s’acquerir le cœur et l’affection du Gaulois qui proprio atque insito odio in Romanos accenduntur (dict Tite Live) et qui quoties cumque exarcerunt (dict Orace) totiest opibus suis Roma derrita est.

34Et combien que lad. ville ait depuis souffert aultant de ruines ou pour le moingtz d’extremes convultions qu’il a passé de siecles et que a ceste occasion plusieurs desd. qualites luy aient defaillis par intervalles, sy en a elle tousjours heu de telles que successivement elle a esté recommandable entre les plus grandes et meilleures de ce Royaulme et par dessus toutes les aultres frontieres d’icelluy.

35[f. 48v] Mesmes en ce qui touche les deux dernieres et principales de la piete et de l’erudition car nul ne peult denyer que l’esglise de Lyon a tousjours conserve l’honeur de la primatie des gaules a elle acquise par le triumphe de tant de martirs et la succession non jamains interrompue de ses bons et fideles pasteurs et pour le regard des bonnes lettres et de leurs institutions s’il est arrivé quelque hyver qui ayt terny leurs fleurs il a esté bien tost suivy d’ung gracieux printemps qui leur en a faict poulser d’aultres nouvelles.

36Les ravages des Gots qui exercerent leur barbarie a Lyon comme par tout ailleurs speciallement contre ces deux colonnes de vertu furent en apres repares en lad. ville par le bon archevesque Ledandus du commandement expres et aux despens de Charlemaigne qui voiant ce bon œuvre avoir sy bien reussy et en ung lieu sy propre fust convie d’establir sa bibliotheque au lieu de l’Isle barbe aux portes de Lyon.

37Et despuis par plusieurs siecles les successeurs des prelas continuerent de pourveoir en lad. ville de docteurs regens en droict civil et canon et pour le surplus l’arrest du parlement de Paris de l’an 1402 tesmoigne que les habitans de Lyon avoient pouvoir d’en tenir de leur part esd. Facultes et toutes aultres pour faire profession d’estudes et enseignemens des sciences liberales.

38Aussy ceste universite y florissoit avec sy bonne odeur qu’il n’estoit pas jusques aux estrangers qui n’y envoiasent leurs enfans pour en traitant les bonnes lettres apprirent la langue francoise et adoulcir leurs plus rudes complexions.

39[f. 49r] A quoy ilz estoient invites par l’amenité du lieu, la commodité de son assiete qui est a la dessente de l’Italie de l’Allemaigne de la Savoye et du comte de Bourgougne celle de son abord qui est par deux grandes rivieres venant desd. lieux, la debonarité du peuple qui l’habite, la bonté et abundance de tous biens, la facilité que le Commerce donne de veoir les escholiers ou de les faire veoir par les amys a chacune des foyres, leur faire tenir argent par lettres de change a toutes heures des lieux plus esloignes et avoir de leurs nouvelles de jour a aultre par le moien des postes qui de toutes les party de la Chrestienté respondent en lad. ville.

40De quoy (oultre l’utilité que les habitans d’icelle en recepvoient) le Royaulme rapportoit ceste cy que comme les Romains avoient institué l’Academie de Lyon a l’endroict du confluent desd. deux rivieres pour desraciner du cœur des gaulois qu’ilz avoient subjugué leurs anciene et naturelle ininité, des mesmes mais a plus forte raison les estrangiers y venant soubz le regne legitime de noz Roys et y recepvant un gracieux traitement ilz aprennent avec la langue francoise a devenir bons francois.

41La verité est que les divisions des maisons d’orleans et bourgougne et les guerres faictes au Royaulme par les Anglois suyvies par celles d’Italie et depuis par noz civiles contentions forgees soubz le pretexte de la religion furent des debauches subsecutifs les ungs aux aultres qui avoient presque du tout estainct en lad. ville de Lyon et la vraye foy et l’institution des bonnes lettres.

42Mais Dieu voulant pour le bon hœur d’icelle et pour l’honneur de ceulx de la societe des jesuistes qu’ilz furent les premiers [f. 49v] qui apres l’edict de janvier y dirent la messe laquelle en avoit esté bannye par quelque temps et que bien tost apres leur college y fust erige qui seroit venu a telle perfection qu’en l’annee 94 qu’il pleust au Roy les en faire retirer il estoit veritablement l’ung des plus accomplis et frequentes que l’on sceut tant pour les lettres humaines que pour la philosophie les mathematicques et la theologie.

43Aujourd’huy que l’incommodité soufferte par leur absence les a faict regreter et que la bonté du Roy s’est inclinée a les y vouloir restablir, le desir commung des habitans s’est disposé de restituer led. Colleige en sa premiere perfection voire de l’augmenter s’il est possible mais l’effect d’une sy bonne et necessaire deliberation se trouve retardé par ung empeschement survenu durant leur retraicte qui sera d’aultant plus aysé a lever s’il plaict a sa Majesté qu’il depend entierement de sa grace sans laquelle sa bonne volunté ne peult estre executée pour le restablissement desd. Jhesuistes en l’estat qu’ilz y estoient auparavant.

44C’est le moien de les funder et entretenir qui mancque a ce besoing parce qu’il a esté faict estat que cela ne se peult faire a moings de soixante personnes de lad. societé et que pour les entretenir le corps commung de lad. ville ne peult moingtz faire en son esgard que d’y fournir jusques a six mil livres.

45Ce neantmoingtz il est notoire et le conseil du Roy a suffisante cognoissance que lad. ville quoy qu’elle soit exposee aux charges et despences plus que nulle aultre de ce Royaulme elle n’a pourtant aulcung patrimonial ny a disposer d’aultre chose que de ce qu’il plaict a sa Majesté luy eslargir de sa grace.

46[f. 50r] Ce qu’ayant est considere de longues annees en ca et que les antiens octrois destines aux reparations et fortifications de ceste tant importante frontiere ne reviennent par communes années qu’a cinq ou six mil livres et que les habitans en icelle avoient esté sy bons subjectz que d’avoir contribue des grandes sommes en infinies necessités qui se sont presentees pour le service de noz Roys et conservation de lad. ville advant et depuis les premiers troubles et verification faicte des prestz dont lesd. habitans avoient secouru leurs majestés au grand besoing de leurs affaires ce furent les causes pourqouy leursd. Majestes leur assignerent et successivement confirmerent quinze mil escus a prendre sur les droictz de doanne de lad. ville tant pour se rembourser desd. prestz et fournitures que pour employer a ce que leurs deniers patrimoniaulx ne pouvoient pas porter.

47De ceste assignation ilz ont tousjours jouy synon depuis deux ans ou environ qu’il a pleu au Roy s’en servir combien que sa Majesté se treuvant sur le lieu en l’an 1600 la leur eust de nouveau confirme avec grande cognoissance de cause et que depuis par arrest de son conseil du 26 e juillet de la mesme annee lad. assignation ait esté chargee du courant des rentes constituees a ceulx sur lesquelz furent pris les fondz de l’enclos et des envions de la citadelle lors de la construction d’icelle.

48De maniere que comme cest la verite que de ces deniers la le colleige desd. jhesuistes avoit tousjours esté entretenu il est bien evident que s’il ne plaict au Roy permectre que lad. ville jouysse comme devant de l’assignation desd. quinze mil escus, il sera impossible de pouvoir executer la bonne intention de sa Majesté pour le restablissement desd. jhesuistes et ainsy lad. ville perdant la jouyssance d’icelle assignation [f. 50v] adjoustera aux aultres incommodites qu’elle souffre et qui courent toutes a sa derniere ruyne la perte qu’elle fera de tout le bien dont sad. Majesté au moien dud. restablissement la voullu gratiffier par dessus tant d’aultres villes et provinces qui ont desire et poursuivy pareille grace avec tres grande importunité.

49Que sy au contraire le bon plaisir de sad. Majesté est tel que de leur restituer lad. assignation il donnera subject a ses bons et fideles lyonnois de dire avec Strabon parlant de l’Athenee cy dessus mentionne adest ara dignitatis eximae gentium sexaguita numeo suscriptum habens titulum.

50Par ce que comme la religion des payens s’exercoit dignement en ce lieu la ensemblement avec l’accademie de toutes langues et sciences par le moien de soixante peuples des Gaules, de mesmes en ce nouvel Athenée s’exercera en toute dignité nostre religion chrestienne et catholicque avec l’institution des bonnes lettres par soixante tous naturelz françois de lad. societé qui seront a ce choisis et delegués puys que l’eedict le veult ainsy et que led. college ne se peult accomplir qu’avec le mesme nombre comme il a esté dict cy dessus.

51Et comme l’antien Athenée fust eedifié soubz Auguste du temps duquel Jhesus Christ vint au monde y estant la paix universelle pareillement aussy ce nouvel Athenée sera remis en pied soubz nostre Roy qui a toutes les qualites convenables a ce nom d’Auguste et en ung temps que sa Majesté apres avoir faict comme renaistre en son Royaulme la foy catholicque romaine a estably une paix generalle en toute la Chrestienté.

52Et comme encores Charlemaigne fust le restaurateur a ses propres despens de la pieté et des sciences que la rage des peuples barbares avoit exilé de Lyon, au semblable aussy nostre Roy y remectant et maintenant par sa liberalité [f. 51r] le seminaire de pieté et d’erudition qui s’offre fera ung acte digne du nom de grand qui luy est meritoirement acquis par dessus tous les aultres monarques qui l’ont jamais porté.

53Qui sont tous rencontres de sy bon augure qu’il ne peult advenir aultrement que le Roy et le Royaulme en general comme lad. ville en particulier n’en rapportent vraysemblablement des commoditez plus grandes que ny les Romains ny depuis eulx les Francois ne les en ont peu recepvoir quoy qu’elles aient esté telles par le passé comme il a esté dict cy dessus que le miserable estat ou la ville de Lyon se veoit reduicte par la cessation du commerce qui soloit estre son seul maintien les rende non pas souhaitables ny utiles mais plus que necessaires pour donner au paouvre peuple quelques moien de respirer.

54C’est pourquoy l’assemblee faicte en l’hostel commung de lad. ville des principaulx de tous les ordres des habitants le 23e jour du present moys a supplie monsieur de Refuge conseiller du Roy maistre des requestes ordinaire de son hostel venu en lad. assemblée comme porteur et executeur de l’eedict dud. restablissement et aussy monsieur de la Salle prevost des marchans lesquelz l’on scavoit estre sur le poinct d’aller en court, que leur bon plaisir fust de vouloir espouser cest affaire et assister lad. ville en la requeste qui en sera faicte a sad. majesté par les deputez d’icelle ville selon qu’il est cy apres contenu.

55Premièrement sera tenté par tous moyens d’obtenir du Roy la mainlevée de lad. assignation des quinze mil escus soubz le pretexte tant de l’entretenement dud. colleige qui ne peult estre moindre au regard du corps et communaulté de lad. ville que de six mil livres pour soixante personnes que aussy du paiement des rentes constituées a cause desd. fondz prins de l’auctorité du Roy pour la construction de la citadelle joinct les aultres pertinentes raisons contenues es memoyres [f. 51v] que monsieur de Fromente a delaissé es mains de monsieur Ravot toutes lesquelles joinctes ensemble avec la faveur desd. sieurs de Refuge et de la Salle font esperer bon succes de lad. poursuicte.

56Que sy ce poinct se peuly ainsy obtenir il fauldra en tous cas se restraindre a ce que s’il plaict a sa majesté se servir pour encores de lad. assignation des quinze mil escus que pour le moingtz elle voullut favoriser led. colleige et les paouvres interesses esd. Rentes de la citadelle relaschant lad. somme de six mil livres pour le colleige et encores pour lesd. Rentes ce a quoy led. seigneur de Refuge verifiera qu’elles se peuvent monter par chacun an.

57Au pis aller et ne pouvans faire mieulx il sera necessaire incister au moingtz pour lesd. six mil du colleige.

58Et plustost que de ne rien faire et de se mectre en danger de perdre une sy bonne occasion l’on se promect que sad. majesté ne refusera jamais de permectre que les prevost des marchanss et eschevins puissent prendre sur toutes natures des dons et octrois d’icelle ville lad. somme de six mil livres parlant ainsy confusement et le faisant escrire en sorte s’il est possible qu’il demeure en la disposition des ordonateurs de prendre lad. somme sur telle nature desd. octrois qu’ilz jugeront plus expedient pour le desir que l’on a de solager aultant que faire se pourra les deniers destines a l’acquict des debtes de lad. ville ou pour mieulx dire pour ne pas rendre les octrois du surtaux de la doanne et de l’entree du vin perpetuelz comme l’assignation de l’entretenement dud. colleige estant rejectee la dessus les rendroit telz ou bien s’ilz ne l’estoient lad. assignation ne pourroit non plus estre perpetuelle ce qu’il est de besoing qu’elle soit.

59Car le faisant ainsy ordonné l’on rejectera toujsours le plus de la despence dud. colleige sur ceulx desd. octrois [f. 52r] qui moingtz incommoderont la ville et ou le fondz se pourra plus aisement trouver en tout ou en partie et puis sy quelque jour lad. assignation des quinze mil escus peult revenir il sera par ce moien au pouvoir desd. ordonateurs de s’en servir en ce subject et ainsy l’on sera tousjours parvenu au poinct que l’on desire.

60Aulcungs de lad. assemblée avoient esté d’advis de supplier le Roy de fonder luy mesme le college et le rendre royal aultres se contenter de tirer de sa liberalité lesd. six mil livres et neantmoingtz remectre en termes l’establissement de l’ancienne université dont il a esté parlé cy dessus et a ces fins requerir sa majesté de vouloir adjouxter a la perfection de ce college des jhesuistes des lecteurs publicz et royaulx en droict civil et canon et encores en medecine mais d’aultant qu’il est malaisé d’entreprendre tant de choses a la foys l’on remect a la prudence de ceulx qui obligeront en ce faict lad. ville de leur conseil assistance et faveur de faire tant et sy peu de cest article qu’ilz jugeront selon l’estat des affaires present.

61Seront neantmoingtz lesd. sieurs deputez advises d’avoir conference et communication sur le tout avec le bon pere Cotton par ce que luy aiant faict entendre ce qui sera trouve necessaire du contenu en ces memoyres il luy sera bien aisé d’en donner quelque coup et d’obtenir du Roy une bonne parolle advant que nul aultre s’y puisse opposer soubz pretexte du mesnage des affaires de sa majesté, a quoy l’on estime que ce bon personnage se disposera d’aultant plus volontiers qu’il scait asses la difficulté qu’il y auroit d’en venir a chef aultrement et qu’il pourra bien recognoistre de quel zele la ville de Lyon s’y veult porter.

62Et pour poursuivre l’execution de ce que dessus circonstances et dependances, ont este commis et deputes monsieur Jehan Goujon advocat en la seneschaulssée siege presidial de Lyon et procureur general [f. 52v] de lad. ville qui se trouve presentement en court deputé pour le faict du sel et monsieur Jehan Baptiste Ravot advocat en la court de parlement et au Conseil du Roy aiant charge des affaires de lad. ville tous deux ensemble et chacun d’eulx en l’absence de l’aultre suivant la forme et teneur desd. memoires et aultrement selon que par led. sieur de la Salle prevost des marchans de lad. ville estant aussy presentement en Court sera advisé pour le mieulx. En foy de quoy ont lesd. sieurs eschevins signe ces presentes et icelles faict expedier par led. greffier de lad. ville et communaulté les an et jour susd. [Signatures : Pollalion ; Debartoly ; Richard.]

Notes

1 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France. Le collège de La Trinité au XVIe siècle à Lyon, Paris, Publisud, 1995.

2 Y. Lignereux, Lyon et le Roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal, 1594-1654, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

3 Lettre du père Perpinien à Paul Manuce, datée de 1565, citée par M. -M. Compère et D. Julia, Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècle. Répertoire, I. France du Midi, Paris, INRP-CNRS, 1984, p. 381 ; G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France, p. 74, 92-93 et 113.

4 Éloge historique de la Ville de Lyon, et sa Grandeur Consulaire sous les Romains, et sous nos Rois, par le P. Claude François Menestrier de la Compagnie de Jesus, à Lyon, chez Benoist Coral, 1669, in-fol., p. 184 ; Archives départementales du Rhône (ADR), D2, pièce n ° 1, et Archives municipales de Lyon (AML), BB 84, f. 35v.

5 ADR, D2, pièce n ° 6.

6 AML, BB 87, f. 14-20.

7 ADR, D2, pièce n ° 12.

8 AML, BB 89, f. 160.

9 AML, AA 110, f. 193r et f. 194-195, cités par G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France, p. 126.

10 A. Péricaud, « Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon : Lyon sous Henri IV » Annuaire départemental, administratif, historique, industriel et statistique, seconde partie, Lyon, Mogin-Rusand Éditeur, 1844, p. 197-198.

11 AML, BB 131, f. 77v. Lors d’une précédente assemblée générale, tenue le 23 mars en l’hôtel de ville, les jésuites, ainsi que les capucins et les minimes, avaient été accusés de détruire le service du roi et de se présenter comme les « prescheurs des Princes » (A. Péricaud, ibid., p. 203).

12 Ibid., p. 223.

13 H. Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus en France des origines à la suppression (1528-1762), Paris, A. Picard et fils, 1910-1913, t. II, p. 270. La cérémonie traditionnelle de la fête de la Sainte-Trinité, le 5 juin 1594, ne semble pas avoir été l’objet de troubles particuliers (AML, BB 131, f. 154r).

14 Litteræ Societatis Jesu. Duorum Annorum M. D. XCIIII. et M. D. XCV. Ad Patres et Fratres ejusdem Societatis. Superiorum Permissu, Neapoli, Apud Tarquinium Longum, M. DC. IV., in-8°, 869 pages, p. 259 et p. 261.

15 Ibid., p. 269 et p. 271.

16 Lettre de Pomponne de Bellièvre au roi, datée de Lyon, le 1er février 1595 (BNF, ms. français 15 893, f. 200r) ; AML, BB 132, f. 13r.

17 AML, BB 134, f. 99r.

18 Plaidoyé de M. Antoine Arnauld, advocat en Parlement, et ci-devant Conseiller et Procureur-Général de la défuncte Roine Mere des Rois, pour l’université de Paris, demanderesse, contre les jésuites, défendeurs, des 12 et 13 juillet 1594. Nouvelle édition, précédée de la résolution et de la requeste de l’université, demandant l’expulsion des jésuites ; suivie du plaidoyé de Simon Marion, advocat-général au Parlement de Paris, contre leur rétablissement tenté à Lyon ; et accompagnée de quelques remarques historiques et critiques, s. l. n. d., in-8°, 130 pages, sur l’édition originale faite à Paris par M. Patisson, Imprimeur du Roy, avec privilège, 1594, et sur celle insérée dans l’Historia Universitatis Parisiensis Cæsaris Egasse Bulæi, 1673. Le texte de Simon Marion est intitulé dans cette édition : « Le Plaidoyé de Simon Marion, advocat-général au Parlement de Paris, contre les Jésuites tentans frauduleusement de rentrer à Lyon ; suivi de l’Arrêt du même Parlement rendu contre eux le 16 d’octobre 1597, sur l’édition originale, faite à Paris, par Mamert Patisson, Imprimeur du Roy, 1597, Avec Privilege du Roy » p. 120-121.

19 Ibid., p. 122, 123 et 125.

20 AML, BB 135, f. 24-25. Lors de la séance consulaire du 27 février 1597, le consulat avait admonesté le principal et les régents du collège à « faire leur devoir, et les régents qui font leur résidence dans la ville [avaient été] exhortés de se loger dans cet établissement » (AML, BB 134, f. 32r). Dans ses remontrances du 20 septembre suivant, le consulat précisait qu’il avait « selon l’occurance des affaires pourveu d’ung principal aud. colleige, docteur en la faculté de saincte theologie lequel pour la pezanteur de la charge ou que des affaires l’appelloient ailleurs auroit esté contrainct demander son congé et se retirer a raison de quoy le colleige seroit longuement demeure despourveu de chef bien que on eust estably en la premiere classe ung homme d’aage que l’on jugeaoit experimenté et familier aux lettres humaines lequel neantmoins s’estans trouvé mal sentir de nostre religion catholicque apostolicque et romaine par les plainctes et frequentz rapportz qu’ilz en avoient de leurs concitoyens mesmes des confreres de La Trinité jusques a y faire escandalle public pour detester ou mespriser le sainct sacrifice de la messe auroient esté contrainct de le licentier » (ibid., f. 119r).

21 AML, BB 134, f. 74v.

22 AML, BB 134, f. 120r.

23 ADR, D2, pièce n ° 21.

24 AML, BB 140, f. 206r.

25 Ibid., f. 209v.

26 Ibid., f. 208v. Si le prévôt des marchands fait valoir que les 1 500 livres annuelles que le consulat propose représentent presque le double de l’ancienne pension octroyée à la Compagnie, le provincial lui répond que cette somme « estoit bien moderee attendu que d’un coste les denrees et toutes aultres choses necessaires a leur entretien estoient de beaucoup encheries depuis led. premier contract et que d’aultre part les articles et conditions soubz lesquelles il a pleu au Roy les restablir leur ostent le moien de retirer des commoditez particulieres de ceulx qui leur en vouldroient donner par le moyen de quoy l’espereance soubz laquelle ilz avoient passe led. premier contratc pour 800 L. leur estoit du tout retranche et ne leur seroit demeure aultre moien pour vivre et entretenir leur societe mesme en ceste ville que ceulx desquelz il leur seroit faict estat pour le service que le public recepvra d’eulx en l’instruction de la jeunesse » (ibid., f. 209r) ; AML, BB 141, f. 39v.

27 Ibid., f. 39-40.

28 Ibid., f. 40v et f. 52r. À la suite des mémoires évoqués plus bas, le consulat évoque la proposition faite par certains de rétablir l’ancienne université lyonnaise, héritée des Athéniens, ou d’y fonder un Collège royal, « mais d’aultant qu’il est malaisé d’entreprendre tant de choses a la foys l’on remect a la prudence de ceulx qui obligeront en ce faict lad. ville de leur conseil assistance et faveur de faire tant et sy peu de cest article qu’ilz jugeront selon l’estat des affaires present ». Sur cette université fabuleuse, voir l’« Histoire de l’origine et progrez du College de Medecine de Lyon, et de l’ancienneté de l’Université, fondée en cette Cité, long temps avant la venuë de nostre Seigneur » harangue prononcée le 5 novembre 1643 par Lazare Meyssonnier au couvent des Cordeliers (Histoire de l’Université de Lyon, et du College de Medecine faisant partie d’icelle avec les Privileges des Professeurs et Docteurs qui y sont aggregez. Harangue prononcée à l’ouverture des Leçons publiques en Chirurgie de cette Année, dans la Sale des RR. PP. Cordeliers, par Lazare Meyssonnier, Masconnois, Conseiller et Medecin ordinaire du Roy, Docteur en Medecine de l’Université de Montpelier, Professeur et D. aggregé aud. College, à Lyon, par Claude Cayne, rue Noire, au Lyon d’or, 1644, avec permission, in-4 °, 27 pages. Il y fait état de l’exil volontaire, alors que Minos régnait sur Athènes, de plusieurs philosophes de cette cité, dont une partie, après avoir débarqué à Marseille, s’installa à la confluence du Rhône et de la Saône, y fondant une académie relevée ensuite par les Romains et dont le nom de l’abbaye d’Ainay porterait le souvenir (p. 2-3).

29 AML, BB 141, f. 48-52. Ce texte fondamental est reproduit en annexe.

30 AML, AA 112, f. 59-60. Le consulat, le 18 juin précédent, avait confié préalablement le soin à Jacques Moyron de voir les anciens contrats passés avec les jésuites « pour dresser memoyres des articles qu’il sera besoing nouvellement contractes avec eulx pour avoir un colleige parfaict de toutes facultées des humanites philosophie mathematicque et theologie pour iceulx memoyres communicquer avec MM. de Refuge, de Villars, de Liergues et Austrein » (AML, BB 141, f. 149r). En raison cependant des démarches entreprises par d’autres villes pour débaucher de Lyon les jésuites qui, installés au collège, menaçaient de s’en retirer faute de ce contrat, le consulat décide, le 28 juin, de s’engager pour la pension annuelle de 6 000 livres, promise bien qu’il n’ait pas encore connaissance de la volonté royale à ce sujet (ibid., f. 157v et f. 164r). Au début de l’année suivante, Henri IV autorisa l’établissement d’une maison de probation et noviciat de l’ordre à Lyon, la charte à cet effet étant communiquée au consulat le 1er février 1605 par Villars et le recteur Jacquinot, les lettres patentes y afférentes, datées du 18 mars, étant lues au consulat le 21 avril suivant (AML, BB 142, f. 20-21 et f. 52r).

31 Après avoir été examinée par le procureur général de la ville, elle est « remise es archives de lad. ville avec led. contract dans une boete de fer blanc pour y avoir recours quand besoin sera » (séance consulaire du 10 février 1605, AML, BB 142, f. 27-28).

32 AML, BB 141, f. 93v.

33 Le 18 mars 1604, il est ainsi payé au maçon Perret la somme de 108 livres 7 sols pour diverses réparations faites au collège selon un état du mois de février (AML, BB 141, f. 101r). Dans l’« État par le menu des gaiges et charges ordinaires que Messieurs les prevost des marchans et eschevins que la ville et communaulte de Lyon ont payé chacun an aux personnes et pour lesd. causes contenues au present estat » dressé le 1er février 1605, il est indiqué, après la mention des 6 000 livres payées aux jésuites « pour leur pension et entretien » la location de deux maisons « joignant le collège de La Trinité que l’on a été contraint de prendre depuis le rétablissement des pères jésuites pour y faire des nouvelles classes » 300 livres (AML, BB 142, f. 21v) ; voir également les mandements ordonnés les 8 et 29 novembre suivants (ibid., f. 145v et f. 155r).

34 AML, BB 142, f. 64v.

35 En l’absence du registre des délibérations consulaires de l’année 1606, qui a été distrait des archives municipales lyonnaises, la connaissance de ces débats est possible grâce à la correspondance consulaire de cette année, comme en témoigne plus particulièrement une lettre du consulat à Henri IV, datée du 29 juin 1606, où l’on retrouve une partie de l’éloquence des mémoires du mois de janvier 1604. Il est intéressant d’y relever notamment que le début de cette lettre capitale pose la restauration des jésuites à Lyon comme une grâce permettant « de reparer par ce moien quelques ungs des deffaulx que la decheance du Commerce avoyt causé parmy ce pauvre peuple ». Il y est en outre fait état que le succès de cette grâce est telle « qu’en nostre ancien college il ne se trouve pas de plasse suffisante pour y recepvoir la moitié des escholiers » (AML, AA 113, f. 183r).

36 Le 22 mai 1607, il est ainsi procédé à l’estimation d’une maison (et grange à tenir bois, foin et paille) près du collège, convoitée par le consulat comme nécessaire à celui-ci pour 2 500 livres, à la charge de la pension annuelle de 22 livres qui demeure due sur le fonds. Il est ordonné au receveur de remettre cette somme de 2 500 livres au receveur des consignations pour le prix de cette maison, selon la sentence de la sénéchaussée du 10 mars dernier, qui faisait droit à une précédente requête du consulat (AML, BB 143, f. 80-81). Le 12 juin suivant, plusieurs propositions sont faites par le consulat aux propriétaires des maisons destinées à l’agrandissement du collège, l’une d’elles étant acceptée le lendemain (ibid., f. 88-89) ; voir également à la date du 13 novembre de cette même année (ibid., f. 187r). Le 19 août 1608, en raison de la grande affluence des eaux sur les lieux, il est encore question de l’acquisition d’une « masure et grange a boys » pour procéder à l’ouverture d’un canal depuis l’entrée du collège jusqu’au Rhône, « pour en faire une place pour faciliter le contour et charron par dessus led. canal qui sera au milieu du portal » (AML, BB 144, f. 94r).

37 J. Picot, Les jésuites à Lyon de 1604 à 1762. Le collège de la très saincte Trinité, Lyon, Éditions aux Arts, 1995.

38 AML, BB 143, f. 200-201. Le 4 décembre suivant, il est décidé le paiement de 900 livres sur les 6 000 promises (ibid., f. 202r). Le 22 avril 1608, le consulat accorde, à la requête des jésuites, que le reste de cette somme – 2 400 livres – soit payé en une seule fois au lieu d’être éteint par mensualités de 600 livres comme il avait été procédé jusque-là (AML, BB 144, f. 53v). Pour poursuivre cet inventaire jusqu’à la fin du règne d’Henri IV, le 5 janvier 1610, le recteur ayant remontré au consulat « l’apprehention en laquelle il est a cause de l’affluance des escholiers qui ne pouvant trouver plasse dans les classes du College de la ville en cette saison d’hyver sont pour se retirer quand les chaleurs arriveront ou pour causer quelque accident s’il n’y est obvié en parachevement de bonne heure les bastimens ja commancez pour ce mesme subject a quoy neantmoingtz il ne peult rien advancer s’il ne luy est faict fondz pour payer les ouvriers et materiaulx ayant desja esté consommé tout ce que la liberalité du public et la charité de quelques particulliers y a cy devant contribué requerant qu’il plaise ausd. sieurs y adviser et pourveoir selon qu’ilz jugeront par leur prudence » il est décidé de lui accorder pendant neuf ans la somme annuelle de 1 000 livres afin qu’elle soit employée à l’achèvement des bâtiments commencés (AML, BB 146, f. 7v).

39 « ANNO M. DC. VII. EXEUNTE HENRICI CHRISTIANISSIMI REGIS XVIII AUSPICANTE HOC SAXUM VETERI ATHENAE SOC. JESU OMNIBUS ARTIBUS RENOVANDO MARCUS ANT. DE CAMUS DU PERON MERCAT. PRAEPOS. LEO STROZZI PETRUS BERNICO, AMABILIS THIERRY HUIUS AETERNAE URBIS LUGD. OPT. COSS. POSUERUNT QUOD UTI SEMPITERNUM SUI, PUBLICIQUE ERGA IUVENTUTEM STUDII MONIMENTUM FIET ; TU DEUS E CAELO VOLENS LUBENS ANNUE », Éloge historique de la Ville de Lyon, année 1607.

40 « HOC SS. TRINITATIS COLLEGIUM/HENRICO IV. CHRISTIANISSIMO REGE/PHILI-BERTO DE LA GUICHE GUBERNATORE/MERCAT. PRAEPOSITUS COSS. Q. LUGD./PIE-TATIS DOCTRINAEQUE CAUSA/SOCIETATIS JESU ADDIXERUNT/M. DC. IV. » (ibid., année 1604) ; séance consulaire du 7 décembre 1604 (AML, BB 141, f. 263v).

41 Le refus initial du consulat manifesté à l’encontre de la construction d’un noviciat illustre cette volonté de contenir les jésuites dans un rôle strictement lié à leur vocation d’enseignants au bénéfice de la cité.

42 La Ratio studiorum autorisait ces représentations comme participant des techniques visant à développer, par les procédés les plus attrayants, toutes les facultés et aptitudes de l’élève, le portant au travail par l’émulation et par le plaisir légitime du succès. Les premières remises de prix furent introduites au Collège romain en 1564. Les pièces jouées lors de celles-ci étaient considérées comme « l’aboutissement de la pédagogie du Collège » dans sa « démarche pédagogique, éthique et esthétique » (J. Lacotte, « La notion de jeu dans la pédagogie des jésuites au xviie siècle » Revue des sciences humaines, n ° 158, maijuin 1975, p. 251-265 [p. 263]). Voir également sur ce sujet F. de Dainville, L’éducation des jésuites (XVIe - XVIIIe siècle), M. -M. Compère éd., Paris, Minuit, 1978, p. 476-487, et « Allégorie et actualité sur les tréteaux des jésuites » Dramaturgie et société. Rapports entre l’œuvre théâtrale, son interprétation et son public aux XVIe et XVIIe siècles, J. Jacquot éd., Paris, CNRS, 1968, p. 433-443. À Lyon, ces représentations s’inscrivaient dans une tradition dramaturgique ancienne comme en témoigne la pièce donnée par B. Aneau en 1537 du mystère de la Nativité : C. Ledré, « Théâtre et Exercices publics dans les collèges lyonnais du XVIIe et du XVIIIe siècle » Bulletin de la société littéraire, historique et archéologique de Lyon, t. XVI, 1940-1944 (1947), p. 1-29, et t. XVII, 1945-1949 (1950), p. 1-19.

43 C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Paris, A. Picard, 1894 (réédition, Louvain, 1960), col. 219-220 ; The Jesuites Comedie. Acted at Lyons in France, the seaventh and eight dayes of August last past 1067 [sic]. To the great amazement of the Actors themselves, and the whole Auditorie. Galat. 6.7. Be not deceived, God is not be mocked, London, imprinted by E. Allde and are to be sold by Arthur Johnson, at the signe of the white Horse nere the great North doore of Saint Paules Church, 1607, in-4°, 2 parties paginées séparément. La première a pour titre : « True report, concerning a Comedie played by the Jesuites, and their Disciples, in the Citie of Lyons, in the moneth of August, this present yeare, 1607 » daté du 22 août. La seconde s’intitule : « Récit touchant la comédie jouée par les Jésuites, et leurs disciples, en la ville de Lyon, au mois d’Aoust l’an 1607 » à Londres, imprimé selon la copie imprimée en France, 1607.

44 Sur la destinée funeste de Salomonée et de sa maison condamnés par les dieux pour leur impiété, Virgile, Énéide, liv. VI, v. 554-616, et Apollodore, Bibliothèque, liv. I, 9, 7-9.

45 Conviction veritable du recit fabuleux, divulgue touchant la representation exhibee en face de toute la ville de Lyon, au College de la Compagnie de Jesus, le 7 d’Aoust, de la presente annee 1607, André de Gaule, à Messire le prevost des marchands, et eschevins de ladite Ville, à Lyon, par Abraham Cloquemin, 1607, avec permission, in-16 °, 29 pages, p. 3. Plus loin, il affirme ainsi que le bruit a couru jusqu’à Paris, « qu’un Daemon vray Daemon se soit trouvé parmy ceux qui les representoyent en ceste Action sur le Theatre » et qu’à Genève on tenait pour certain que la foudre avait abîmé le collège et que dix-huit des jésuites furent foudroyés, dont le provincial, le recteur et le rhétoricien qui avait composé l’action (p. 17).

46 « Les bourdes qu’il advance sont si espesses et ont tant d’accusateurs de leur fausseté qu’il me sembloit estre chose superfluë de mettre la main à la plume pour les refuter. Mais par ce que je m’apperçoys et par le rapport de divers endroits je suis asseuré que cest imprimé court pays sans arrest, et avec creance en plusieurs parts : j’ai jugé pour la gloire de la vérité, pour la confusion des menteurs, pour l’honneur de nostre ville et le vostre en particulier (pour qui ceste Action a esté dressée) qu’il faut donner un coup de corne en la bouche de cet homme menteur, et faire cognoistre au monde le fait qu’il s’est passé » (ibid., p. 3-4).

47 AML, BB 133, f. 107.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search