Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Quatrième partie

Le temps du genre et de la reconnaissance ?

Texte intégral

  • 1 Le choix n’a pas été fait d’une bibliographie complémentaire. Il est apparu plus logique d’insérer (...)

1En 1998, Écrire l’histoire des femmes s’achevait sur une question impertinente – « une histoire sans les femmes est-elle aujourd’hui possible ? » –, invitation à infléchir les pratiques du métier pour les uns et à poursuivre l’aventure pour les autres. Incontestablement, l’aventure s’est poursuivie, comme l’attestent la diffusion actuelle du terme « genre » et le nombre important d’ouvrages publiés en France et ailleurs. Il est alors apparu nécessaire de continuer l’enquête et d’en présenter les résultats dans une quatrième partie de taille similaire aux trois précédentes. Quelles sont donc, tant sur le plan historiographique qu’institutionnel, les caractéristiques du développement de l’histoire des femmes et du genre depuis la fin des années 1990 ? Des inflexions seront ici notées, et des interprétations proposées, mais il devient toujours plus difficile de cerner les contours de ce domaine de recherche et les points d’interrogation qui marquent trois des quatre sous-titres suivants ne sont pas qu’effets de style. Aujourd’hui plus encore qu’hier, le lecteur est aussi invité à l’indulgence, particulièrement à propos des publications étrangères et de l’état des lieux ici ou là ; les références citées concernent là encore essentiellement l’histoire des XIXe et XXe siècles et, sans doute plus qu’auparavant, l’historiographie1. Le propos ne pouvait cependant pas ignorer la dimension internationale du phénomène, par laquelle s’ouvrent ces pages nouvelles.

Une légitimité internationale : le temps d’une histoire globale ?

  • 2 Réalisé à l’occasion du cinquième anniversaire de la revue, le bilan des douze premiers numéros de(...)

2La première édition de cet ouvrage avait évoqué la richesse de l’histoire des femmes aux États-Unis et dans plusieurs pays d’Europe et tenté de mettre en perspective pour un lecteur français les débats de l’historiographie américaine. Cette dimension comparatiste – tout comme le souci de faire médiation et d’amorcer un dialogue international – a en général été saluée par la critique française et étrangère. Mais les limites de l’essai – inhérentes à l’exercice ou conséquence de pratiques académiques françaises ? – ont aussi été relevées. Rebondissant sur la question, posée dans l’introduction, de l’existence de façons nationales d’écrire l’histoire des femmes, Karen Offen, historienne américaine spécialiste d’histoire française et d’histoire des féminismes européens (Offen 2000), a souligné qu’ Écrire l’histoire des femmes restait à ses yeux, malgré tout son intérêt, un récit « national » et « francophone », oubliant notamment nombre de contributions étrangères à l’histoire des femmes françaises (Offen 2003b). Dite avec amitié, la remarque suggère à juste titre que comparer est plus souvent en France juxtaposer sur un même thème plusieurs aires géographiques que se laisser interpeller en histoire française par des approches différentes et laisser place, sur ce point, aux outsiders2. Elle montre également que le dialogue international est difficile, exigeant un respect réciproque, de nombreuses lectures en langues étrangères et la connaissance des contextes nationaux de production historique.

  • 3 Rebecca Rogers y envisage les usages différenciés de la dichotomie sphère privée/sphère publique, (...)
  • 4 J. Alberti ne mentionne que l’ouvrage collectif Histoire des femmes en Occident et l’article des A (...)
  • 5 Avec quelques remarques toutefois sur la France. Sur l’historiographie britannique, voir en frança (...)

3Formée aux États-Unis et enseignant depuis longtemps en France, Rebecca Rogers, qui a récemment relu les deux historiographies à l’aune du « sexe de l’espace » (Rogers 20003), le confirme dans le parcours qu’elle propose de quarante ans d’appropriations réciproques. Elle observe que l’enthousiasme des premières collaborations s’est heurté au manque de moyens des Françaises, puis aux divergences théoriques, et que, malgré les efforts de quelques-unes en France, « le dialogue autour de l’histoire du genre a besoin [aujourd’hui] d’un nouveau souffle », notamment de la part d’Américaines tournées vers des horizons plus vastes (Rogers 2004a). Ainsi, les historiennes françaises ont parfois l’impression de n’être pas lues ou citées par leurs collègues étrangères, y compris par les spécialistes d’histoire française. Et si je me réjouis de la parution récente d’ouvrages qui mettent en perpective plus de trente ans d’histoire des femmes et du genre au Royaume-Uni et aux États-Unis, je constate que Gender and the Historian (Alberti 2002)4 ne semble pas connaître son équivalent français et que Writing Gender History (Downs 2004) ne le mentionne qu’une seule fois de façon anecdotique, sans présenter son propos d’ensemble ni tenter des comparaisons sur les mises en récit de cette aventure intellectuelle, l’une appuyée sur l’expérience française au miroir des débats américains, l’autre sur la confrontation des expériences britannique et américaine5.

  • 6 Offen 2003a esquisse l’histoire de la Fédération internationale (en anglais : International Federa (...)
  • 7 Voir aussi Histoire des femmes au Maghreb : réponses à l’exclusion, Faculté des lettres de Kénitra (...)

4Cela étant dit, la dimension internationale de l’histoire des femmes et du genre est, aujourd’hui comme hier, un gage de légitimité et d’échanges fructueux. Née aux États-Unis puis dans les pays d’Europe occidentale dont la France, l’histoire des femmes s’est en effet rapidement diffusée : amorcée dans les années 1980, comme en témoigne le premier état des lieux publié en 1991 par la jeune Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes (Offen et al. 1991 ; Offen 2003a)6, son internationalisation s’est accélérée depuis une dizaine d’années sous l’effet conjugué de l’internationalisation du féminisme, de la mondialisation culturelle et de la démocratisation (même relative) de certains États. Significatif à cet égard est le développement ou l’émergence de l’histoire des femmes en Chine où apparaît timidement une histoire non communiste de la libération des femmes, au Maroc qui développe des liens avec la France et l’Europe du Sud (Veauvy et al. 2004) ainsi qu’avec ses voisins du Maghreb (Laguerche 2000)7, ou bien encore et tout particulière ment, dans les pays de l’Europe de l’Est.

  • 8 Les références citées sont des articles synthétiques ou historiographiques. Il existe de nombreux (...)

5En Russie par exemple, où l’ouverture des archives communistes permet un examen sans complaisance du thème de la liberté et de l’égalité des femmes pendant l’ère soviétique, elle participe à l’affirmation d’une histoire sociale qui tente de dépasser l’opposition entre une histoire « vue d’en bas » et une approche « totalitaire » privilégiant les pouvoirs et la violence de l’État (Aïvazova 1998 ; Korovushkina 1999 ; Goldman 2000)8. En Pologne, une histoire des femmes à dominante sociale a trouvé place dans la prestigieuse revue Acta Poloniae Historica et donné lieu à la publication d’une série de sept ouvrages collectifs abordant les questions des rôles sociaux, de la culture, de l’éducation, de la politique, du quotidien et du travail, une des maîtresses d’œuvre de ces recherches ayant récemment rassemblé ses articles en français-anglais-allemand sur le changement social et la place des femmes entre 1870 et 1939 (Zarnowska 2004). De son côté, la Hongrie, particulièrement dynamique et ouverte sur le monde anglophone, semble jouer un rôle fédérateur de diffusion des approches américaines, notamment par la Central European University de Budapest fondée après 1989 par un mécène américain d’origine hongroise (le financier George Soros). Désormais, des départements ou centres de gender studies existent dans plusieurs lieux et des recherches sont publiées en hongrois ou anglais, notamment le travail d’Andrea Petö sur les associations de femmes avant 1951 (Petö 2003). Proposé par cette historienne, un bilan récent sur l’ensemble de l’Europe de l’Est souligne à la fois les difficultés rencontrées – poids des traditions universitaires, force du positivisme dans la discipline historique, confusion sur le concept de gender, insuffisance des traductions – et le chemin déjà parcouru, marqué notamment par la publication de monographies et une coopération fructueuse pour la production de matériaux scolaires et la mise en œuvre d’un vaste projet d’enquêtes orales auprès des femmes de neuf pays (Petö 2004).

  • 9 Il est impossible de donner une bibliographie exhaustive des ouvrages publiés hors de France. Sont (...)
  • 10 Cette revue catalane a publié le texte de Françoise Thébaud qui conclut L’histoire sans les femmes (...)
  • 11 Contributions de Françoise Thébaud (2003a) et de Michelle Zancarini-Fournel (2003a). Le Portugal d (...)

6Malgré son ambition comparative, l’Histoire des femmes en Occident avait privilégié les États-Unis (éventuellement le Canada) et les « grands » pays d’Europe (France, Allemagne, Grande-Bretagne et, à un moindre degré, Italie et Espagne). Traduite en une dizaine de langues – de l’espagnol au coréen – et parfois avec des chapitres ajoutés, elle a pu jouer le rôle de relais d’un domaine mal connu mais aussi, notamment en Europe, de stimulant à la recherche et à la publication pour des historiographies en plein essor. Depuis lors, l’Italie a notamment publié plusieurs ouvrages thématiques de la série Storia delle donne in Italia (Scaraffia et Zari 1994 ; Groppi 1995 ; De Giorgio et Klapisch-Zuber 1996 ; D’Amelia 1997) et lancé en 2002 Genesis qui est la revue de la Société italienne des historiennes. En Espagne, l’Université de Grenade, qui édite depuis 1994 Arenal-Revista de historia de las mujeres, a publié une bibliographie et un état des lieux institutionnels des années 1990. Les publications sont nombreuses sur des thèmes très divers comme la maternité, la citoyenneté, la violence, la guerre (Nash et Tavera 2003) ou les âges de la vie (Pérez Canto et Ortega López 2002)9. Elles ont permis de vastes entreprises collectives d’histoire générale des femmes espagnoles (Garrido Gonzàles 1997 ; Martinez et al. 2000) et dé bouchent aujourd’hui sur une Historia de las mujeres en Espana y América latina en quatre volumes (Morant 2005-2006). Elles ont conduit aussi à des regards réflexifs sur l’ensemble du domaine (Afers 199910 ; Del Val Valdivieso et al. 2004). Ce regard réflexif a été confronté à d’autres historiographies de l’Europe du Sud (Portugal, Grèce et France11 ) lors d’un colloque organisé au Portugal en 1999 où ont été également présentées une dizaine de recherches récentes sur l’enseignement féminin, la prostitution, le travail des femmes, et les associations féminines et féministes portugaises. Le titre en était Écrire l’histoire des femmes en Europe du Sud (Bock et Cova 2003), écho d’Écrire l’histoire des femmes (en France) et signe d’un paysage en expansion.

  • 12 Ce réseau tient un colloque annuel. Celui de 2001, semble-t-il inédit, s’intitulait Recreating the (...)
  • 13 De nombreuses revues étrangères sont désormais disponibles dans le fonds Aspasie de l’IUFM de Lyon (...)

7Ce dynamisme se retrouve dans d’autres pays d’Europe, et d’abord dans les pays scandinaves, pionniers en la matière mais parfois délaissés à cause de la barrière linguistique : il faut rappeler à cet égard la parution ancienne (1992-1993) d’une histoire en plusieurs volumes des femmes scandinaves sous la direction d’Ida Blom et le rôle fédérateur de cette historienne norvégienne (Sogner et Hagemann 2000). De même, l’avance du Royaume-Uni ne s’est pas démentie, tant au niveau des recherches publiées que dans les formes d’irrigation du monde académique : ouverture récente de la Women’s Library – englobant l’ancienne Fawcett Library, lieu d’archives, de documentation et d’exposition – et activités multiples du Women’s History Network ouvert à la fois sur le vaste monde anglophone et sur des relais régionaux actifs – Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord12. Mais l’Europe de l’histoire des femmes et du genre, dotée d’un réseau de revues13, qui apprennent à se connaître et à échanger leurs expériences (Clio HFS 2002 ; Palazzi et Porciani 2004), comprend aujourd’hui, outre l’Europe du Sud et de l’Est déjà citée, des « petits » pays dont la production est devenue bien visible : l’Autriche qui dispose depuis 1990 de la revue L’homme. Zeitschrift für Femi nis - ti sche Geschichtswissenschaft ; l’Irlande où les recherches se développent (Women’s History Review 1997) ; la Suisse qui finance des programmes de recherche sur le genre et publie des thèses récentes (Ballmer-Cao 2000 ; Praz 2005) ; et plus encore la Belgique qui a fondé en 1995, peu après la revue Sextant, le Centre d’archives pour l’histoire des femmes et publie aussi des thèses récentes (Piette 2000). Dans ce contexte, la dimension comparative à une large échelle européenne est la trame de travaux récents – sur le féminisme notamment (Offen 2000, Pelatschek et Pietrow-Enkers 2004) – et Gisela Bock a relevé le défi de la collection The Making of Europe, en proposant d’observer la querelle des sexes comme un débat européen au fil des siècles (Bock 2000). Aujourd’hui, l’approche européenne est au cœur de l’ouvrage collectif proposé aux étudiants par la maison Routledge, The Routledge History of Women in Europe since 1700 (Simonton 2005).

  • 14 Voir par exemple Haruko et al. 1999.
  • 15 Parmi les travaux qui obligent à un décentrement, citons par exemple Scheibe Wolff 1999. Utilisée (...)

8Ainsi, l’Europe fournit encore la majorité des adhérents – 32 sections nationales et onze membres correspondants – de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes mais celle-ci regroupe désormais l’ensemble des continents, l’Asie, l’Amérique du Sud, l’Océanie, l’Afrique ayant au moins deux représentants – le Nigeria et l’Afrique du Sud pour ce dernier. Citons par exemple le Japon, qui a traduit l’Histoire des femmes en Occident et dont les nombreuses publications sont répertoriées dans une Bibliographie des études sur l’histoire des femmes au Japon mise à jour tous les quatre ans14 ; et le Brésil, où les recherches, appuyées sur des revues interdisciplinaires comme Estudos Feministas ou Gênero, se sont beaucoup développées15 et qui a publié, après la traduction en portugais de l’Histoire des femmes en Occident, une imposante Historia das Mulheres no Brasil (Del Priore 1997). De même est parue en 2000 une Historia de las mujeres en la Argentina, dont les deux tomes – Argentine coloniale et XIXe siècle, XXe siècle – proposent chacun trois parties intitulées : « Enfermements et sujétions », « Corps et sexualité », « Résistances et luttes » (Gil Lozano et al. 2000).

  • 16 Les titres des 12e (2002) et 13e (2005) Berkshire Conferences sont respectivement : Local Knowledg (...)
  • 17 Dans le cadre du 20e congrès international des sciences historiques (Sydney, juillet 2005), la Féd (...)
  • 18 Voir le site du musée (International Museum of Women) : www.imow.org

9Inédite, cette situation invite à s’ouvrir à d’autres historiographies, à élargir les comparaisons et à interroger à cette aune nos catégories et approches. Mais peut-on pour autant écrire une histoire « globale » des femmes et du genre ? Thème d’une des trois sessions principales du 19e congrès international des sciences historiques tenu à Oslo en août 2000, l’histoire globale est une préoccupation actuelle du monde académique anglophone qui l’inscrit dans des perspectives post-coloniales et de mondialisation économique et culturelle. L’adjectif – qui apparaît souvent dans les expressions « perspective globale », « contexte global », « phénomène global » – semble très utilisé aux États-Unis où des historiennes et quelques historiens (Searns 2000) travaillent à inclure la dimension de genre dans l’histoire globale et à relire avec ce regard inclusif l’histoire des femmes et du genre. Ainsi, après avoir rassemblé quatorze contributions sous le titre Global Feminisms since 1945, Bonnie Smith a-t-elle été sollicitée par le Comité des historiennes de l’American Historical Association pour diriger les trois volumes, à fonction d’abord pédagogique, de Women’s History in a Global Perspective (Smith 2000, 2004-2005). Cette dimension était aussi très présente lors des deux dernières Berkshire Conferences – rencontres scientifiques qui rassemblent régulièrement depuis 1973 des centaines de communications en histoire des femmes et du genre16 – comme dans le programme du dernier colloque de la Fédération internationale tenu à Sydney en juillet 200517. Elle est enfin au cœur du projet de musée international des femmes qui se construit à San Francisco, projet soutenu par la réflexion et l’engagement de nombreuses chercheuses comme Karen Offen18.

10Au-delà de la volonté de ne pas examiner le passé d’un point de vue unique, la diversité des approches définit cependant une globalité à plusieurs facettes : prêter attention à « toutes les régions du monde », donnant ainsi la plus large dimension à la notion de différence culturelle ; multiplier et croiser les comparaisons entre « les expériences des femmes des différents continents, régions et nations » ; s’intéresser aux processus et phénomènes qui opèrent au-delà des frontières nationales ou régionales, comme les migrations, les échanges culturels ou les internationales féministes (Rupp 1997) ; enfin, et peut-être plus encore, être attentif aux interactions et aux formes d’hybridation des politiques et des cultures. Ce faisant, l’histoire dite « globale » est moins la version modernisée d’une « histoire mondiale de la femme » encline à juxtaposer des aires civilisationnelles (Grimal 1965-1967), qu’une invitation à penser autrement les différences, les hiérarchies, les circulations et les hybridations. Une fois de plus, les États-Unis, maintes fois cités dans la première édition de cet ouvrage, ouvrent une voie stimulante, particulièrement pour une historiographie française très franco-centrée ; avec cependant le risque, toujours présent, de construire un nouveau canon qui remplacerait la trilogie gender, class, race évoquée dans l’ouvrage de 1998, ou celui de masquer des rapports inégaux entre historiographies.

11Dans ce rapide tour du monde, le lecteur attentif aura sans doute remarqué l’emploi récurrent de l’expression « histoire des femmes et du genre », alors que le texte de 1998 considérait la locution « histoire des femmes » comme générique et capable de rendre compte de l’ensemble de l’aventure intellectuelle, du projet de donner un passé aux femmes – becoming visible – aux apports du gender. Il pointait cependant déjà les premiers usages français de « genre ».

Le temps du genre ?

12Ce sous-titre, qui fait écho à la troisième partie de l’ouvrage intitulée « Le temps du gender », recouvre deux réalités dont la seconde qui concerne la France sera plus développée. D’une part, les polémiques du début des années 1990 autour du gender, particulièrement virulentes aux États-Unis, semblent s’être apaisées en même temps que la diffusion – ou la dilution ? – de ses problématiques ; ou du moins, en même temps que la reconnaissance de voies d’approche différentes et complémentaires. D’autre part, les historiennes et historiens français ont adopté le terme et déclinent aujourd’hui les multiples usages du concept, dont la signification première peut être rappelée par les termes de Joan Scott dans la préface à l’édition française de Only Paradoxes to Offer : « […] le genre est l’organisation sociale de la différence sexuelle. Il ne reflète pas la réalité biologique première, mais il construit le sens de cette réalité » (Scott 1998a, p. 15).

13Inscrites sous le vocable de women’s history ou de gender history, trois publications récentes, qui embrassent un parcours historiographique ou dressent un état des lieux actuel, illustrent et expliquent à la fois le premier point. Déjà cité, Gender and the Historian (Alberti 2002) se termine par un chapitre intitulé « La formation d’une communauté historique, 1993-1999 ». Johanna Alberti y rappelle les arguments – et les propos parfois peu amènes – des post-structuralistes et de leurs détracteurs, résumant notamment les articles de Women’s History Review et de Signs présentés dans la première édition de cet ouvrage ; mais elle souligne que la diversité des formes d’écriture signe la richesse du champ de recherche et elle privilégie les positions intermédiaires, comme les ouvrages qui utilisent, de façon à la fois positive et critique, les apports du tournant linguistique. De façon significative, elle clôt son parcours de trente ans (1969-1999) en convoquant, par la présentation de leur recueil d’articles, des figures de la génération pionnière : la Britannique Leonore Davidoff, dont l’histoire sociale s’ouvre in fine aux systèmes de classification (1995), et l’Américaine Gerda Lerner, qui lègue la boîte à outils d’une histoire sociale et politique perçue comme libératrice (1997), mais à qui a été dédié deux ans auparavant un ouvrage collectif qui place le savoir et le pouvoir au centre d’une analyse de genre (Kerber et al. 1995).

  • 19 Il s’agit alors de Leila Rupp connue pour ses travaux sur la propagande à l’adresse des femmes pen (...)

14Qualifiée de mother de l’histoire des femmes aux États-Unis (histoire des femmes américaines), la même Gerda Lerner est sollicitée en 2004 par l’éditrice du Journal of Women’s History19 pour clore un cycle sur l’histoire des femmes dans le nouveau millénaire et développer le dialogue entre générations. Conformément à une pratique fréquente dans les revues anglophones, son bilan du « passé, présent et futur » est commenté et critiqué par quatre jeunes chercheuses, auxquelles elle répond de façon synthétique. Observant la production récente à partir des bibliographies du Journal of American History et des prix décernés, Gerda Lerner souligne le dynamisme et l’inventivité méthodologique et conceptuelle des chercheuses d’aujourd’hui, mais elle regrette aussi l’abandon de l’analyse en termes de classes sociales, tout comme la priorité accordée au XXe siècle, qui laisse dans l’inconnu de larges pans d’histoire antérieure. Constatant un déplacement – moins net cependant dans les travaux sur la communauté noire (African American, selon le terme employé) – des thématiques sociales, politiques et organisationnelles vers les questions de représentation, de culture et d’identité, elle se demande si l’histoire ainsi écrite n’est pas – opposition difficilement traduisible – plus women-focused que women-centered : ne perd-elle pas de vue la capacité des femmes à agir sur leur propre vie, cette fameuse agency, objet de tant de débats depuis trente ans ? (Lerner 2004)

15Consciente du travail et des apports des générations précédentes, Kathi Kern ne partage cependant pas ce constat « alarmiste » et ne ressent pas le besoin d’un « paradigme unifié » de l’histoire des femmes et du genre. Elle défend au contraire l’éclectisme méthodologique et l’intérêt de l’analyse culturelle, qui ne s’est pas développée aux dépens de l’appréhension des réalités matérielles – toujours structurées par les dis cours et les représentations –, ni pour nier les marges de liberté des acteurs, mais pour comprendre « la communauté partagée de discours » et esquisser « la texture émotionnelle » de tout événement ou phénomène (Kern 2004) : belles formules pour exprimer autrement le nécessaire travail d’historicisation des matériaux de l’historien et l’ambition d’une histoire complexe qui évite l’anachronisme. On retrouve ainsi, en filigrane, les débats sur le tournant linguistique et post-structuraliste, débats longuement présentés dans la première édition de cet ouvrage. Mais les échanges se font sans agressivité, avec la volonté de rechercher des points de convergence – articuler social et culturel, placer la question des différences entre femmes, et de la différence en général, au centre de l’analyse – et celle d’avancer, par de multiples voies, vers un but commun. Par ailleurs sont notés de part et d’autre le faible intérêt actuel pour la théorie et le caractère dépassé des affrontements sur les catégories.

  • 20 Les expressions citées sont extraites des pages 100 et 101. Laura Downs est cependant sévère avec (...)
  • 21 Les historiens français n’ont par exemple pas posé la question de l’antihumanisme ou non du post-s (...)

16Deuxième volume d’une collection britannique qui entend réfléchir sur l’écriture de l’histoire et la nature d’une discipline fortement bousculée depuis une vingtaine d’années, l’ouvrage de Laura Lee Downs Writing Gender History (2004) semble confirmer l’analyse. Directement impliquée dans la polémique du début des années 1990 contre Joan Scott et le post-structuralisme (Downs 1993b), Laura Downs présente avec réflexivité et nuance le tournant induit par l’article si souvent cité « Gender : a useful category of historical analysis » (Scott 1986a), les débats qui ont suivi et leurs implications dans les pratiques historiques. Hostile à ce qu’elle appelle une « posture radicalement constructiviste » qui ne permettrait pas de rendre compte du changement en histoire, elle propose de considérer les processus discursifs et les expériences sociales comme constitutifs les uns des autres, et d’articuler histoire sociale et culturelle. Considérés comme représentatifs « d’historiographies post-poststructuralistes »20, les ouvrages présentés dans les trois derniers chapitres, qui concernent notamment l’histoire coloniale et celle de la citoyenneté (voir infra), montrent l’inventivité des approches de genre et les usages désormais multiples – et non exclusifs – du concept. Est-ce à dire que l’analyse proposée en 1998 – un phénomène d’exacerbation des oppositions aux États-Unis – et le point de vue exprimé sur la possibilité de positions médianes et l’intérêt du débat pour les historiens, étaient en avance sur le cours des choses ? Ils étaient sans doute plutôt « français », marqués par une discipline qui garde en France ses distances par rapport aux débats philosophiques21 et à la French theory (Lacan, Derrida, Foucault), et qui, comme le souligne Laura Downs, a su depuis longtemps, par l’histoire des mentalités, mêler approches sociales et culturelles.

  • 22 Notamment Cécile Dauphin et Éric Fassin dans les Annales HSC (janvier-février 1999), Philippe-Jean (...)
  • 23 La citation est d’Éric Fassin, Annales HSC, janvier-février 1999, p. 145.

17Si cet apaisement des conflits peut faciliter le dialogue franco-américain, le décalage entre les deux pays reste néanmoins marqué, comme le montre paradoxalement l’appropriation du terme « genre » au moment même où gender pose de plus en plus question outre-Atlantique. Pionnière du gender aux États-Unis, traduite et lue dans de nombreux pays, Joan Scott a fait paraître depuis longtemps l’étude de cas que Joan Hoff lui réclamait pour tester l’approche post-structuraliste, étude traduite en France sous le titre La citoyenne paradoxale (Scott 1998a). Suivie aujourd’hui d’un ouvrage sur la parité (Scott 2005), celle-ci propose une lecture « non téléologique » d’un féminisme inscrit dans l’histoire du républicanisme français qui, dès l’origine et compte tenu de la répartition contemporaine des pouvoirs, fait prévaloir l’universalisme de la différence sexuelle sur celui des droits naturels et contraint les militantes au paradoxe de réclamer l’égalité au nom de la différence. Mais la spécificité du propos, soulignée par la plupart des critiques22, est plus encore dans l’analyse savante de configurations historiques du paradoxe, incarnées dans quatre figures, dont le combat ne peut être compris qu’à travers l’étude des langages et des débats disponibles en leur temps, qu’ils soient philosophiques, scientifiques ou politiques – avec l’avantage de mettre en évidence, hors de tout anachronisme, variabilité et conflits de signification, au risque d’oublier qu’existent d’autres facettes des féminismes et que « l’histoire excède le langage »23. Peu d’écho a par contre été donné aux reproches que Joan Scott adresse depuis plusieurs années à un usage routinier et banalisé du mot gender qui perd ainsi à ses yeux tout caractère critique ; l’historienne dénonce aussi, dans le contexte américain de retour en force d’une pensée biologisante, les effets pervers de la distinction entre le genre social et le sexe, distinction qui accrédite l’anhistoricité du sexe biologique et sa bicatégorisation (Scott 1999, p. xi et 2001).

  • 24 Commission générale de terminologie et de néologie, « Recommandation sur les équivalents français (...)
  • 25 Les politiques internationales et européennes actuelles promeuvent le gender main-streaming, prati (...)

18Ces critiques pertinentes ne doivent pas conduire à abandonner le terme en France – au moment même où il commence à être utilisé – et la recommandation récente de la commission de terminologie, qui déconseille l’utilisation de « genre », apparaît tout à fait déplacée24. Certes, on ne peut écarter les effets de mode ou de transfert de la sphère politique à la sphère intellectuelle25. On ne peut ignorer non plus que le succès du terme peut être dû à son caractère abstrait – et à la volonté d’écarter tout soupçon de militantisme – et qu’il est parfois employé à tort comme synonyme de femmes ou de sexe. Mais sa diffusion actuelle, qui tend à éclipser, en histoire comme dans d’autres disciplines, les expressions plus classiques de différence des sexes, relations entre hommes et femmes, masculin-féminin ou rapports sociaux de sexe, constitue un phénomène culturel non négligeable et bienvenu. Il marque en effet une prise de conscience de la dimension sexuée des phénomènes et des sociétés, ainsi que des enjeux d’une dénaturalisation de la différence des sexes : « la » femme n’existe pas, sauf dans l’imaginaire des hommes et… des femmes. Il traduit aussi l’acquisition d’une certaine légitimité intellectuelle des approches de genre, forgées dans le débat depuis deux décennies. À l’encontre des craintes de la commission de terminologie, l’intérêt du concept – globalisant – de genre, et du terme – polysémique – qui le désigne, est justement dans ces caractéristiques. Comme l’écrit Margaret Maruani dans un ouvrage qui rassemble les « savoirs capitalisés » de toutes les disciplines concernées, « les gender studies à la française sont traversées de débats, de controverses et de polémiques qui gagnent à être connus – qui font avancer la connaissance » (2005, p. 8). Il ne saurait être question cependant de reprendre ce qui a été longuement développé dans les pages publiées en 1998. Comme je l’ai fait dans deux articles récents (Thébaud 2004c, 2005b), je me contenterai de quelques remarques synthétiques, et peut-être éclairantes, en termes d’usages et de déplacements.

  • 26 La citation est extraite de l’introduction courte (non titrée et non référencée dans la bibliograp (...)
  • 27 MAGE : groupe de recherche Marché du travail et genre ; RING : Réseau inter-universitaire et inter (...)

19Quelques mots d’abord de l’usage du terme, dont le refus marquait pour Michèle Riot-Sarcey, qui l’a précocement défendu, les réticences de l’historiographie française, notamment politique, à « penser l’historicité des rapports de pouvoir » (2000)26, mais répondait d’abord, chez les historiennes des femmes sensibles depuis longtemps aux implications du concept de gender, à la crainte de n’être pas comprises. Amorcée timidement à la fin des années 1990 – notamment par les historiennes les plus jeunes ou par les francophones suisses ou belges –, la francisation de gender s’impose plus nettement avec le nouveau siècle. La revue Clio HFS l’introduit en 1999 dans un titre qui joue sur les sens du mot (Femmes travesties : un « mauvais » genre) et de façon plus explicite un an plus tard dans Le genre de la nation. Section française de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes, Mnémosyne, fondée en 2000, se déclare Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre. Le laboratoire d’histoire de l’Université Rennes 2 réunit en septembre 2002 le premier colloque d’historiens qui affiche le terme sans ambiguïtés – Le genre face aux mutations du Moyen Âge à nos jours (Capdevila et al. 2003) –, tandis que Vingtième siècle - Revue d’histoire publie, la même année, un numéro spécial intitulé Histoire des femmes, histoire des genres, Le mouvement social préférant de son côté titrer Féminin et masculin. Cette tendance s’est confirmée depuis lors, avec la tenue de plusieurs colloques interdisciplinaires organisés par le MAGE ou le RING27 (Laufer et al. 2001, 2003 ; Fougeyrollas et al. 2003), avec la publication de numéros de revues et d’ouvrages qui tentent de faire le point sur l’état des savoirs et l’objet des débats (Cahiers du genre 2003 ; Maruani 2005), ou bien encore celle de livres collectifs d’histoire qui relisent un domaine à la lumière du genre, l’histoire des intellectuels par exemple (Racine et Trebitsch 2004). Ainsi aujourd’hui, la réflexion interdisciplinaire semble retrouver la place importante qu’elle tenait au début des études sur les femmes, et qu’avait amorcée, à propos de la distinction entre sexe et genre, le colloque publié en 1991 par Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch et réédité en 2002 avec un utile avant-propos. Historiens, sociologues, politologues ou philosophes peuvent difficilement ignorer le genre – le mot du moins – comme le confirment encore les titres de deux ouvrages récents : Penser le sexe et le genre (Varikas 2006) et L’emprise du genre : masculinité, féminité, inégalité (Löwy 2006).

20« Une histoire du genre est-elle possible ? » – c’est-à-dire comment l’écrire – demande Pauline Schmitt Pantel, vingt ans après Une histoire des femmes est-elle possible ? Concluant une journée d’étude tenue à la Sorbonne sur Genre et histoire, elle souligne qu’« un certain flou continue à régner entre […] les genres en tant que catégories sexuées, le genre en tant que construction culturelle de la division des sexes et en tant qu’expression des relations de domination entre les sexes » (2005, p. 346). Certes, la question de la centralité (ou non) de la domination hommes/femmes, celle du poids des structures (et donc de la capacité ou non d’agir) et celle du constructionnisme divisent encore les historiennes et historiens du genre, mais je préfère évoquer la multiplicité stimulante des usages qui sont autant de déplacements opérés en histoire des femmes et en histoire générale. Les cinq premiers déplacements, déjà exposés en 1998 pour montrer l’intérêt de « la gender history première manière » et du « gender post-structuraliste », ne sont rappelés que pour mémoire ou pour évoquer les débats historiographiques d’aujourd’hui, tandis que le ou les deux derniers usages, à peine esquissés ou entrevus alors, font l’objet de plus longs développements. Sauf exception, qui illustre le propos, les ouvrages récents qui mettent en pratique ces diverses approches seront présentés plus loin, à propos des thèmes de recherche.

21Le premier usage, sans doute le plus fréquent, opère un déplacement des femmes au genre, de l’histoire du groupe social des femmes à une histoire comparée des hommes et des femmes. L’utilisation du genre ouvre ainsi la porte à une histoire des relations réelles et symboliques entre les hommes et les femmes, histoire qui replace plus fermement les femmes du passé dans leurs contextes historiques et analysent dans ces contextes la construction des rôles (masculins et féminins) et des identités sexuées, ainsi que les systèmes de représentations qui leur sont associés. Mais si l’expression, sans doute trop structurale, de « système de genre » semble aujourd’hui moins fréquente qu’hier, demeure la question de savoir si l’histoire du genre est seulement une histoire des pouvoirs et des hiérarchies. Certaines historiennes comme Arlette Farge, qui a travaillé avec le groupe d’histoire des femmes de l’École des hautes études en sciences sociales sur les violences exercées « sur » et « par » les femmes (Dauphin et Farge 1997) ou bien encore sur la séduction, critiquent des analyses considérées comme trop simplistes et invitent à travailler sur les marges de liberté, « l’ambiguïté du désir et le nuancier infini de la rencontre entre hommes et femmes », rencontre qui n’est pas marquée seulement par la domination (Dauphin et Farge 2001, p. 8). Les historiennes anthropologues, notamment celles dont les recherches portent sur l’anthropologie du symbolique, soulignent aussi, avec Agnès Fine répondant à l’article des Annales de 1986, que « la problématique du pouvoir n’épuise pas la question du rapport entre les sexes » ; tout aussi importante leur apparaît une recherche sur les territoires du masculin et du féminin, recherche qui, sans conforter l’idée de complémentarités harmonieuses, « dévoile le sens des aspects inconscients de nos propres pratiques d’êtres sexués » (Fine 2002, p. 161, 163).

  • 28 Ce fut l’objet du colloque Genre, laïcité (s), religions, 1905-2005 organisé par Florence Rochefor (...)

22Longuement développé en 1998, le deuxième usage, qui opère un déplacement du neutre au genre, interpelle l’histoire générale et toute forme d’écriture de l’histoire. Il propose une relecture sexuée des événements et phénomènes historiques, qui contribue à l’explication de problèmes classiques en histoire sociale, politique ou culturelle. Ainsi, une analyse de genre de la laïcité – analyse attentive aux rôles prescrits aux hommes et aux femmes comme aux normes de masculinité et de féminité – permet de mieux comprendre les processus de laïcisation des sociétés et les relations complexes entre les religions, les partis politiques et les États28. Et, de même que l’Américaine Carole Pateman (1988) avait explicité « le contrat sexuel » de la Révolution française – entre exclusion et inclusion des femmes –, Florence Rochefort (2005) met au jour « le pacte de genre » négocié dans les années 1930 entre radicaux et catholiques sociaux à propos de la loi sur la capacité civile de la femme mariée : limiter l’égalité civile des époux par la notion de chef de famille construit les équilibres sociaux et politiques du « pacte laïc » de la Troisième République.

  • 29 Citons, par exemple, le n° 12 de Clio HFS (Le genre de la nation) ou la thèse en cours de Linda Gu (...)

23Plus généralement, et l’on peut parler là d’un troisième usage particulièrement stimulant, s’interroger sur « le genre de… » – la protection sociale, la citoyenneté, la nation, l’immigration ou la naturalisation29 – permet d’analyser les enjeux de signification de la division entre masculin et féminin et de mieux comprendre la construction des rapports sociaux hiérarchiques. Par exemple, les travaux sur le genre de l’histoire montrent la disqualification progressive au XIXe siècle des femmes amateurs au profit des hommes professionnels ainsi que les enjeux de l’écriture de l’histoire des femmes (Smith 1998 ; Ernot 2004, 2007) ; ils expliquent pourquoi la discipline historique est encore aujourd’hui, particulièrement en France, investie d’identité masculine et… rétive au genre. Derrière Joan Scott qui a beaucoup écrit sur cette approche, ou derrière Michèle Riot-Sarcey en France, il s’agit moins de mettre l’accent sur les parties (les hommes et les femmes) que sur le principe de partition et ses significations, en analysant comment se construit, dans des configurations historiques données et changeantes, le savoir culturel sur la différence des sexes et quels sont ses effets de pouvoir. D’une part, la définition dominante du masculin et du féminin, comme celle des rapports de sexe, est à tout moment le résultat de la confrontation et de l’échec d’autres possibilités de définition – on peut penser là à l’invitation de Roger Chartier à travailler « sur les luttes de représentation, dont l’enjeu est l’ordonnancement de la structure sociale elle-même » (Chartier 1989, 1998, p. 79). D’autre part, le pouvoir se dit dans le langage du genre – par exemple en féminisant l’ennemi ou le groupe socialement dévalorisé.

  • 30 Pour le titre du livre, Femmes et justice pénale a été préféré à « Justice et différences des sexe (...)
  • 31 Plusieurs centres de recherche français sur le sport ont développé un axe « Femmes et genre ». Ava (...)
  • 32 Laura Downs évoque à ce propos une « industrie en pleine expansion » dans les années 1990 (Downs 2 (...)
  • 33 Voir les contributions rassemblées autour du thème Masculin du n° 198 du Mouvement social (janvier (...)
  • 34 Par exemple Gauthier M.-V. 1999.

24Ces trois usages, comme les suivants, ne sont pas ou n’apparaissent plus nécessairement exclusifs l’un de l’autre ; ils se mêlent ou se complètent pour appréhender un même objet – la justice par exemple (Bard et al. 2002)30 ou bien encore le sport (Terret et al. 2005)31 – et faire effectivement du genre « une catégorie utile d’analyse historique ». Passer du neutre au masculin, puis aux genres au pluriel, décline en effet un quatrième usage qui a ouvert le vaste chantier d’une histoire des hommes et des masculinités : on ne naît pas homme, on le devient dans des contextes historiques donnés et les rôles masculins, comme les perceptions du masculin, sont des constructions sociales et culturelles. Très présent dans le monde anglophone32 qui dispose depuis 1998 de la revue interdisciplinaire Men and Masculinities, revue fondée par le sociologue américain Michael Kimmel dont Daniel Welzer-Lang tente de faire connaître les travaux (Welzer-Lang 2000), ce domaine de recherches est plus récent en France, où n’ont pas été traduits les ouvrages pionniers de Robert Nye (1992) ou John Tosh (1991, 1999). Après avoir pris comme point d’observation des situations paroxystiques de souffrance et de violence – la guerre ou le service militaire (Roynette 2000) –, cette histoire commence à s’intéresser aux situations plus ordinaires – les collèges, le sport, le militantisme, les relations intimes, la paternité33 – et publie ses premiers essais stimulants (Mosse 1997 ; Rauch 2000, 2004). Elle débouche aujourd’hui, par exemple avec Luc Capdevila (2002 ; Capdevila et al. 2003), sur le projet, complexe mais stimulant, d’une histoire des identités sociales et sexuées, à travers l’historicisation des identités, l’analyse des formes de confrontation des individus aux modèles identitaires dominants, ou l’observation des crises d’identité dans des moments de rupture. Ces pistes d’une « histoire des genres » valorisent, pour les femmes comme pour les hommes, la recherche et la consultation des sources du moi (correspondances34, journaux intimes, autobiographies) et invitent, tendance actuelle de l’historiographie qui redonne place aux acteurs, à questionner le sens que les individus donnent à leurs pratiques comme les modes d’expression du vécu.

  • 35 Signalons par exemple les journées d’étude organisées par l’association EFiGiES (association de je (...)
  • 36 Citée dans la première édition de cet ouvrage, la thèse de Nancy Green qui réside en France est de (...)

25Quant au cinquième usage, il opère un déplacement du groupe à ses composantes et différences internes et invite, aujourd’hui plus encore qu’hier, à confronter le genre à d’autres catégories d’analyse et d’interprétation, pour en évaluer la pertinence dans telle ou telle conjoncture, pour mesurer l’hétérogénéité du groupe des femmes ou de celui des hommes, pour comprendre les identités multiples des individus (et des groupes) et leurs configurations changeantes35. Parmi ces catégories, les plus classiques à la discipline historique sont la classe sociale et l’appartenance nationale ou religieuse, mais elles ne doivent pas laisser dans l’ombre le groupe d’âge, l’orientation sexuelle ou la race. Malgré un passé national marqué par la colonisation et l’immigration, l’histoire des femmes, comme l’ensemble de la discipline, avait, en France jusqu’à ces dernières années, peu pris en compte cette dimension36 (voir infra ) et devrait sans doute, pour dépasser les difficultés de l’idéal universaliste, réfléchir à ce que les Américains appellent la race sans ethnicité, soit une culture et une histoire, et non une couleur de la peau. À cet égard, Céline Bessière, jeune sociologue qui travaille aujourd’hui sur les exploitations familiales viticoles de la région de Cognac, fait œuvre pédagogique dans son essai historiographique sur les femmes du sud des États-Unis autour de la guerre de Sécession : elle montre l’émergence puis le développement d’une southern women’s history qui tente d’imbriquer les rapports de genre, de race et de classe, pour dégager des configurations historiques concrètes de relations de pouvoir (Bessière 2003). De même, le facteur âge, longtemps négligé sauf en histoire de l’éducation, intervient dans les travaux les plus récents qui, s’intéressant à l’éducation sentimentale des filles et des garçons, à l’enfance abandonnée ou « inadaptée » (D. Murat 2003, 2004), aux mouvements de jeunesse ou aux colonies de vacances (Sohn 2001 ; Cheroutre 2002 ; Downs 2002b), introduisent les âges de la vie en histoire des femmes et la différence des sexes et des classes dans une histoire de l’enfance (Becchi et Julia 1998), de l’adolescence (Thiercé 2000 ; Maynes et al. 2005) ou de la vieillesse. Ainsi, les femmes âgées sortent de l’ombre et le genre de la vieillesse devient une approche éclairante (Feller 1997, 2005 ; Cribier et Feller 2005).

  • 37 Déjà anciennes aux États-Unis. Parmi les pionnières des lesbian studies, citons Lillian Faderman d (...)
  • 38 Ce travail est à la fois la mise au jour d’une histoire méconnue (et d’acteurs méconnus) et un mod (...)
  • 39 George Chauncey doit prochainement publier ses recherches sur la période 1940-1970.
  • 40 Régis Révenin est l’auteur d’un premier travail publié sur la période 1870-1918 (2005).

26Les deux derniers usages, paradoxalement les moins travaillés en France, tirent le fil du genre comme construction culturelle et sociale, construction qui implique d’une part de possibles distorsions entre sexe anatomique, genre social et sexualités, et qui invite d’autre part à s’intéresser à la distinction entre sexe et genre, comme à l’histoire du terme et de ses usages. La prégnance dans la culture occidentale d’une norme de correspondance sexe-genre (et de l’idée du caractère explicatif du sexe biologique), ainsi que celle de l’hétéronormativité ont conduit à négliger pendant longtemps, en histoire comme dans maintes disciplines – la psychologie faisant exception avec sa notion de degrés de féminin et de masculin –, les questions de l’androgynie et du travestissement (et plus généralement des pratiques transgenres), comme celles des sexualités hors norme. Sur ces deux points, le paysage intellectuel commence cependant à changer. Pionnière dans l’étude des relations amoureuses entre femmes, Marie-Jo Bonnet a poursuivi des travaux sur la symbolique du couple de femmes dans l’art, puis sur le statut et l’apport des femmes à l’art (Bonnet 2000, 2004), tandis que sont devenues plus visibles ce que les Américains appellent les études gays et lesbiennes37, visibilité marquée notamment par la publication du Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (Eribon 2003) et du Dictionnaire de l’homophobie (Tin 2003). En histoire, il faut évoquer l’ouvrage comparatiste de Florence Tamagne (2000), qui étudie, dans trois pays aux modèles différents (Allemagne, Royaume-Uni et France), le statut, les mouvements, les identités et la perception des homosexuel (le) s dans des années de libération puis de reflux et de répression (1919-1939)38, mais aussi la traduction (2003) du livre de l’historien américain George Chauncey qui observe à la même époque les facettes et les transformations de la culture gay à New York, une culture moins tolérée au cours du second tiers du XXe siècle que du premier39. On citera également la thèse remarquée de Laure Murat qui propose une histoire culturelle du « troisième sexe » au XIXe siècle (2006), ainsi que les recherches de Régis Révenin sur les homosexualités masculines entre 1870 et 196840. Ainsi, l’histoire des femmes et l’histoire générale, bousculées par les études gays et lesbiennes qui placent les catégories de la sexualité au centre de l’analyse, accordent désormais une plus grande attention à l’histoire des sexualités (voir infra).

  • 41 Ce terme qui signifie « bizarre » était une injure à l’égard des homosexuels, qui l’ont repris pou (...)
  • 42 Voir aussi, sur la pensée et la politique queer, Bourcier 2005.
  • 43 Voir aussi, sur les débats des féministes de langue anglaise, l’analyse éclairante d’Irène Jami (2 (...)
  • 44 Cité par Éric Fassin (2005, p. 15).
  • 45 La citation est extraite du Monde 2 du 18 mars 2002 où Frédéric Joignot présente Judith Butler.

27De même, sur l’androgynie ou le travestissement existent des travaux récents qui concernent surtout la fin du Moyen Âge et la période moderne : la thèse inédite de Frédérique Villemur sur les figures de l’androgyne à la Renaissance ; l’ouvrage de Sylvie Steinberg qui, joliment intitulé La confusion des sexes, met en scène plus de 300 personnes – surtout des femmes – qui, malgré l’interdiction légale et pour diverses raisons, ont pris l’habit de l’autre sexe entre la Renaissance et la Révolution (Steinberg 2001) ; ou bien encore le colloque Travestissement féminin et liberté (s), Moyen Âge - XXe siècle, organisé en 2005 par l’angliciste Guyonne Leduc et publié depuis lors (2006). Comment interpréter le phénomène qui renvoie à une conception hiérarchique de la différence des sexes – prendre l’habit du dominant, tendre vers le parfait selon la conception ancienne de l’ordre des choses – mais qui joue aussi des normes de genre ? Dans le numéro 10 (1999) de Clio HFS qui, coordonné par Christine Bard et Nicole Pellegrin, repère dans le passé des subversions d’« un mauvais genre », Marie-Hélène Bourcier propose trois modèles d’interprétation du travestisme : le modèle médical des sexologues, le modèle féministe d’émancipation et le modèle queer41 de la performativité qui parle de pratiques transgenres et insiste sur la fluidité du genre, hors de toute identité fixe42. L’ouvrage pionnier de ce courant théorique et politique, qui subvertit les identités liées au genre et à la sexualité – invitant notamment à penser et agir en dehors du binarisme masculin-féminin et de l’hétérosexualité – est celui de la philosophe américaine Judith Butler (Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity), qui, paru aux États-Unis en 1990, a connu un large écho dans ce pays et à l’étranger, avec une réédition complétée en 1999 et seize traductions. Préfacée par Éric Fassin, qui joue là encore le rôle de passeur des questionnements américains (Fassin 2004, 2005)43, suggérée sans doute par la politisation actuelle des questions sexuelles (Fabre et Fassin 2003), la récente traduction française (2005) fait entrer au cœur d’une réflexion qui pense ensemble les normes de genre et de sexualité, qui remet en cause le partage « naturalisé » entre sexe biologique et genre social, et repose la question d’une politique féministe qui ne soit pas fondée sur l’identité féminine. Pour Judith Butler, le sexe, comme le genre, est une construction sociale élaborée au travers de pratiques discursives et non discursives. Être féminine, c’est représenter la féminité, non pas comme un jeu esthétique mais, a-t-elle précisé en réponse aux critiques qui l’ont accusée de nier la matérialité des corps, comme le résultat d’une assignation normative, qui reste cependant « une pratique d’improvisation dans une scène de contrainte »44 ; pour la philosophe en effet, l’individu garde une capacité d’agir et les pratiques minoritaires de sexualité ou de genre troublent la norme. Intervention dans les combats d’aujourd’hui, cette pensée, que vient préciser la traduction consécutive de Undoing Gender (Butler 2006), a aussi de quoi stimuler l’historiographie du genre, des sexualités et des féminismes, malgré les résistances françaises aux gender, cultural, queer studies (Cahiers du genre 2005). Elle a inspiré le sociologue Alain Touraine qui en fait le point de départ d’une réflexion sur la place des femmes sur la scène de la modernité (2006). Il serait toutefois réducteur – notamment pour les approches historiques – de définir les gender studies comme « les nouvelles études américaines sur la sexualité », comme on le voit écrit ici ou là45.

  • 46 Il s’agit du livre issu de la thèse citée dans la première édition de cet ouvrage.
  • 47 Cité dans la première édition de cet ouvrage, Thomas Laqueur a montré qu’à partir du XVIIIe siècle (...)

28Tirer le fil de l’histoire des termes et de leurs usages – ceux qui désignent des comportements sexuels ou de genre, mais aussi le terme même de genre – semble être un des chemins possibles d’une enquête à poursuivre, comme l’a fait par exemple Sylvie Chaperon à propos du féminisme, seul moyen d’étudier les associations féminines des années 1945-1970 et de sortir des classifications élaborées pour des périodes antérieures ou postérieures (Chaperon 200046). De fait, le terme français « genre » est plus ancien que la traduction contemporaine de gender (Offen 2006). Comme l’ont montré des travaux de modernistes (Steinberg 2001), certains auteurs de traités de médecine et de physiognomonie des XVIe et XVIIe siècles distinguent le sexe, organe de la reproduction, et le genre (masculin et féminin) qui englobe les autres différences corporelles et les différences morales, distinction sexe/genre qui ne recouvre pas la distinction contemporaine d’un sexe biologique et d’un sexe social. De fait, durant la période moderne, ce sont à la fois les définitions du genre et celles du sexe qui ont varié et les ambiguïtés du vocabulaire sont source d’enseignements sur leur caractère historiquement construit. Déjà partiellement explorée – tournant du XVIIIe siècle mis en évidence par Thomas Laqueur (1992), moment stollérien étudié par Pierre-Henri Castel (2003)47 –, l’histoire de la distinction sexe/genre a encore beaucoup à nous apprendre, quitte à remettre en cause ou à relativiser les usages actuels de la catégorie d’analyse.

  • 48 Sur la question du sexe des sportives, voir Louveau et Bohuon 2005.

29À cet égard, la nouvelle histoire des sciences, qui privilégie l’étude des pratiques scientifiques et de l’articulation de ces pratiques avec les mondes sociaux et politiques, se révèle particulièrement stimulante, observant les interactions complexes entre la production des connaissances (en anthropologie, sexologie, psychiatrie, psychologie, biologie, physiologie et médecine) ou les modes d’intervention sur les corps d’une part, et, d’autre part, l’existence de convictions partagées d’une pensée binaire de la différence des sexes. Collectifs et interdisciplinaires, des ouvrages récents ont analysé la fabrication du féminin et du masculin par les sciences des XIXe et XXe siècles, sorte d’« invention du naturel » ou de naturalisation de la domination masculine. Ils ont esquissé les étapes récentes de la dissociation entre sexe et genre, dissociation bousculée par la découverte des hormones et leur utilisation ultérieure comme médicaments (contre les anomalies du sexe de naissance ou les stérilités, pour soigner les troubles identitaires des transsexuels), puis de nouveau par les nouvelles techniques de reproduction. Ils ont aussi souligné que, malgré la découverte de la complexité du sexe biologique et son impossible bicatégorisation – qu’elle ait été recherchée dans l’anatomie, les hormones, les chromosomes ou les gènes –, les pratiques scientifiques d’une société, qui ne peut concevoir des individus autrement que comme des hommes ou des femmes à part entière, ont tenté d’effacer toute forme d’ambiguïté sexuelle, par exemple dans le traitement de l’intersexualité ou la détermination du sexe des sportifs (Gardey et Löwy 2000 ; Cahiers du genre 2003)48.

30Le genre précède le sexe, dans la mesure où les différences entres les corps sont perçues à travers le prisme d’une culture qui hiérarchise et divise. Cette affirmation apparaît plus clairement aujourd’hui que lors de ses premières formulations en France, notamment par Christine Delphy (1991), dont les diverses contributions ont été récemment rassemblées dans deux ouvrages, le deuxième étant sous-titré Penser le genre (Delphy 1998 et 2001). De même est mieux comprise, si ce n’est admise, l’idée qu’au-delà de la reproduction sexuée, le système binaire des sexes et des genres est le résultat de constructions sociales et culturelles. Mais dans ce qui reste, au-delà de la nécessaire déconstruction de cette opposition, Une histoire entre biologie et culture (sous-titre du numéro des Cahiers du genre cité ci-dessus), semble surgir aujourd’hui, du moins en France, la nécessité d’une nouvelle réflexion sur la matérialité du corps dont « le statut et la place dans le jeu à deux du sexe et du genre se révèlent problématiques » (Rouch et al. 2005, p. 10). Présente dans la plupart des disciplines, informée par les débats qui viennent d’être présentés, stimulée par les évolutions sociales d’aujourd’hui, l’attention actuelle au corps n’est pas un simple retour aux questionnements des années 1970 ou du début des années 1980, questionnements centrés d’abord sur l’expérience vécue (Zancarini-Fournel 2005b). En histoire, elle est notamment mise en œuvre par Georges Vigarello qui, après avoir proposé en 2004 une histoire de long terme de la beauté – histoire des codes esthétiques, des manières de les énoncer et de les regarder ; histoire des moyens d’embellissement –, s’est associé avec Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine pour tenter une difficile histoire du corps de la Renaissance à nos jours, qui observe dans leurs configurations changeantes les représentations du corps de l’autre, les ressorts du désir masculin et féminin, les normes et les pratiques corporelles (Corbin et al. 2005, 2006).

  • 49 Tout en invitant à user du genre, Michelle Perrot a rappelé qu’il ne fallait pas abandonner « l’hi (...)
  • 50 Comme l’ont montré les travaux historiques (Gubin et al. 2004), les féminismes se sont toujours dé (...)

31Work in progress, l’histoire du genre est sans doute, pour reprendre les termes de Laura Downs (2004, p. 182), la « fille plus ambitieuse » de l’histoire des femmes, qu’il serait cependant dommage – et injuste – de disqualifier aujourd’hui, en invoquant l’archaïsme d’une approche trop positiviste ou les naïvetés induites par un lien trop fort avec le militantisme. Celle-ci, qui s’est d’ailleurs complexifiée, a encore beaucoup à nous apprendre et à nous faire comprendre du passé, tant les silences de l’histoire restent à cet égard assourdissants, tant domine encore un récit androcentrique du passé. La génération pionnière – celle de Michelle Perrot ou d’Yvonne Knibiehler en France, celle de Gerda Lerner aux États-Unis, celle de Sheila Rowbotham au Royaume-Uni – le souligne aujourd’hui49 et j’y souscris tout à fait, comme Karen Offen par exemple : faisons, selon les thèmes et les sujets, et de l’histoire des femmes et de l’histoire du genre, l’une ou l’autre, ou les deux, pour plus d’intelligibilité. De fait, la plupart des recherches actuelles mêlent les deux approches, justifiant la locution « histoire des femmes et du genre » qui désigne aujourd’hui le domaine de recherche. Mais le doute qui étreint certaines ne peut être évacué : ainsi, le groupe d’histoire des femmes de l’École des hautes études en sciences sociales, dont plusieurs articles ou livres ont scandé l’aventure intellectuelle décrite dans cet ouvrage, dit son malaise d’une « distorsion entre le “réel” et l’insuffisance des outils d’analyse […], d’une absence par rapport aux enjeux actuels du domaine social et politique », malaise exprimé aussi par Arlette Farge dans ses entretiens avec Jean-Christophe Marti (2005). Dans un « arrêt sur image », le groupe propose à sept voix une critique du vocabulaire et des notions utilisés et souligne que « le concept de genre a ses limites : devenu stéréotypal, il n’est pas assez politique et largement intemporel » (Cottias et al. 2004 p. 231 et 233, 2005). Plus optimiste, Pauline Schmitt Pantel se félicite au contraire de ce que l’histoire des femmes et du genre « a su renouveler ses questionnements, peut-être parce qu’elle reste, plus que d’autres […], adossée au mouvement social », mais elle invite aussi à rester « attentif à ce que la notion de genre conserve sa valeur heuristique et militante » (2005, p. 347-348). Peut-on encore appliquer à ce domaine de recherche les qualifications généreuses utilisées par Alain Corbin dans la préface de la première édition de cet ouvrage : « carrefour, confluence de toutes les interrogations actuelles, laboratoire de novations » ? Les pages précédentes incitent à répondre par l’affirmative, mais en même temps la dilution de ses problématiques, la diversification toujours plus grande des thématiques historiques et la complexité grandissante du présent, que traduit par exemple la fragmentation actuelle du féminisme50, lui enlèvent sans doute une partie de sa puissance suggestive. Quoi qu’il en soit, le point suivant propose de décliner les novations d’une autre façon, en entrant plus avant dans les recherches empiriques des dernières années.

Nouvelles approches, nouveaux objets

  • 51 Françoise Héritier a nuancé cette analyse dans le deuxième tome de Masculin-Féminin, sous-titré Di (...)

32J’emprunte ce sous-titre, en l’amputant du premier volet, au manifeste de « l’histoire nouvelle » Faire de l’histoire, publié en trois volumes en 1974 (Le Goff et Nora). En effet, les « nouveaux problèmes » ont été déclinés dans les pages précédentes qui ont évoqué les usages diversifiés du genre et les débats qu’ils ont soulevés, parmi lesquels il faut cependant rappeler l’interrogation récurrente autour de la domination (masculine) et de la capacité d’action des femmes. L’histoire des femmes et du genre est ainsi marquée par une tension permanente entre une analyse pessimiste, qui souligne le poids des structures, voire, comme une part de l’anthropologie, l’universalité d’une « valence différentielle des sexes » (Héritier 1996a51), et une analyse plus optimiste, peut-être dominante aujourd’hui, qui les relativise et laisse place à l’action et aux stratégies des individus, l’agency des recherches anglo-américaines mise en avant dans la dernière fresque de Sheila Rowbotham (1997). Mais les chronologies saccadées ou les dichotomies en usage dans les années 1970 entre une majorité de femmes victimes et une minorité de rebelles, entre domination des hommes et oppression des femmes, entre égalité et différence ont fait place à des travaux beaucoup plus nuancés et des approches plus complexes. L’histoire des femmes travaille aujourd’hui sur les marges de liberté, les formes de micro-résistance, l’ambiguïté des relations, le « nuancier infini de la rencontre entre hommes et femmes », les moments de consensus. Elle s’interroge, comme Pierre Bourdieu qui souligne l’existence d’une violence symbolique et de l’incorporation de la domination, ou comme d’autres auteurs qui insistent sur les formes de régulation sociale, sur la question difficile du consentement. Elle n’évite plus les figures ou les postures considérées comme négatives, telles la violence exercée par des femmes (Dauphin et Farge 1997), l’engagement nationaliste, la collaboration, la participation aux guerres civiles. Elle interroge la notion de mutation, en envisageant, dans sa dynamique et ses conflits, la façon dont les hommes et les femmes donnent sens aux expériences nouvelles et reconstruisent objectivement et subjectivement les transformations (Capdevila et al. 2003), en observant d’autre part les lents processus de transformation et « les faibles intensités du réel » (Arlette Farge) tout autant que les moments de rupture. Il y a bien, en France comme ailleurs, renouvellement des approches et mise au jour de nouveaux objets et la bibliographie ici présentée sera, par nécessité, à dominante francophone. Elle concernera aussi prioritairement les XIXe et XXe siècles, mentionnant toutefois le beau livre d’histoire et d’anthropologie, Ève et Pandora (Schmitt 2002), qui présente les deux grandes figures mythiques de la femme et les compare à d’autres mythes qui ont pensé comme un fait d’origine la différence des sexes, ou bien encore le numéro conjoint d’EspacesTemps et de Clio HFS consacré à l’helléniste Nicole Loraux.

33Comme le montrent les recherches collectives menées par le groupe de recherches Femmes-Méditerranée, le réexamen d’anciennes grilles de lecture peut être fécond : ainsi, réfléchir sur la visibilité sociale n’est plus seulement rendre visibles les femmes du passé, c’est aussi s’interroger sur les procédés et les acteurs de « l’invisibilisation », sur les conditions d’accès à la visibilité et sur ses conséquences politiques, sociales et culturelles (Dermenjian et al. 2000). De même, observer « le panthéon des femmes » ouvre, par l’analyse des processus d’héroïsation, des significations genrées de l’héroïsme et du travail de la postérité, sur une meilleure compréhension des relations entre hommes et femmes à un moment donné (Dermenjian et al. 2004).

  • 52 Publié en 1997, l’ouvrage est d’Yvonne Knibiehler, qualifiée à juste titre de « pionnière de l’his (...)

34Des thèmes classiques de l’histoire des femmes et du genre – la maternité, le travail, les luttes syndicales et politiques, la ville, l’éducation, les féminismes, l’investissement associatif – ont aussi été revisités, pour élargir les connaissances, développer une nouvelle approche ou offrir des synthèses historiographiques nationales ou internationales (Simonton 1998 ; Schweitzer 2002 ; Riot-Sarcey 2002 ; Gubin et al. 2004), tandis que des thèses évoquées dans la première édition de cet ouvrage sont devenues livres (Guéraiche 1999 ; Chaperon 2000 ; Diebolt 2001 ; Downs 2002a ; Gardey 2001). Thématique chère à l’histoire au féminin, l’histoire de la maternité s’est diversifiée depuis la parution, citée dans la première édition de cet ouvrage, de La révolution maternelle depuis 194552. Des historiennes démographes ont repris, d’une autre manière, la question de la médicalisation de l’accouchement (Beauvalet-Boutouyrie 1999) et de la profession de sage-femme, ou celle de l’emprise de l’État sur les mères – à travers des institutions sociales ou le corps des inspecteurs de l’Assistance publique par exemple (De Luca et Rollet 1999 ; De Luca 2002) –, questions qui sont aujourd’hui au cœur des recherches sur l’Afrique subsaharienne (Barthélémy 2004 ; Hugon 2004). De leur côté, Marianne Caron-Leulliez et Jocelyne George (2004) ont tenté de comprendre les multiples facettes de « la révolution oubliée » qu’a été l’accouchement sans douleur, importé d’URSS dans les années 1950. Mais, comme l’a souligné un des derniers numéros de la revue Clio HFS, d’autres travaux ont privilégié des approches plus centrées sur le pouvoir des mères ou la mobilisation, réelle ou symbolique, de la maternité en politique, tandis que les évolutions sociales contemporaines ont conduit à de nouveaux débats sur la parenté (Fine et Neyrinck 2000 ; Iacub 2004 ; Godelier 2004). À noter également des recherches convergentes sur des expériences historiques étrangères : formes diverses de la protection maternelle et infantile en Belgique (Masuy-Stroobant et Humblet 2004), modalités et effets de la médicalisation de la maternité au Québec entre 1910 et 1970 (Baillargeon 2004), révolution du statut de l’enfant – De l’enfant utile à l’enfant précieux – dans la Suisse des années 1860-1930. Dans ce dernier ouvrage qui compare quatre villages du canton protestant de Vaud et du canton catholique de Fribourg, Anne Praz (2005) renouvelle l’approche de la transition démographique en observant les partages entre les sexes dans les discours et les pratiques, notamment de scolarisation.

  • 53 Comme le montre la revue Travail, genre et sociétés qui a succédé en 1999 aux Cahiers du Mage.
  • 54 La première édition de cet ouvrage a malencontreusement omis de signaler les recherches de Catheri (...)
  • 55 Signalons deux thèses en cours sur le genre du syndicalisme (culture syndicale et identités milita (...)

35En ce qui concerne le travail, sur lequel les sociologues du MAGE ont produit des analyses stimulantes pour les historiens53, ont été poursuivies les approches en termes de trajectoires professionnelles et de division sexuée des tâches et des emplois54. Celle-ci est de plus en plus appréhendée dans sa construction dynamique – à travers notamment les conventions collectives, la législation sociale ou les imaginaires sociaux – ou comme un mode de lecture globale de l’inégalité sociale, par exemple dans un ouvrage suisse récent (Christe et al. 2005). Le travail – ou plutôt les identités individuelles et collectives de quatre générations d’ouvrières et d’ouvriers de l’industrie troyenne – est aussi au cœur de la monographie d’Helen Chenut qui intègre, dans un projet d’histoire totale observant « la fabrique du genre », la production, la politique, la consommation, la vie privée et la culture (Chenut 2005), tandis que Joceline Chabot présente l’expérience originale – entre conservatisme et modernité – du syndicalisme féminin chrétien de la première moitié du XXe siècle (Chabot 2003)55. Il est toutefois à noter un déplacement des recherches vers d’autres lieux que l’usine. Négligée depuis les travaux pionniers des années 1970, la condition ancillaire vient d’être étudiée en profondeur pour la Belgique du XIXe siècle et la thèse d’histoire sociale de Valérie Piette (2000) a été complétée, pour d’autres pays et d’autres périodes, par un numéro de la revue belge Sextant. De même, l’ouvrage de Linda Clark (2000) sur l’accès des femmes à l’administration publique française depuis 1830 complète amplement la trame élaborée précédemment par Guy Thuillier (1988), tandis que le monde des bureaux – y compris le tertiaire de l’entreprise – a été l’objet des recherches de Delphine Gardey (1999 et 2001) qui s’est intéressée à la fois aux identités sociales, aux formes organisationnelles et aux techniques de travail. L’infirmière et l’institutrice ont été revisitées pour le Québec par Yolande Cohen d’une part (2000), Andrée Dufour et Micheline Dumont d’autre part (2004), tandis qu’un numéro récent (2003) d’Histoire de l’éducation consacré aux enseignantes – Formations, identités, représentations – offre des aperçus internationaux. Un bilan historiographique y souligne que la variété et la quantité des travaux développant une approche femmes et genre – particulièrement nombreux en anglais – ont transformé l’histoire de ce groupe professionnel, désormais étudié aussi en contexte colonial français (Barthélémy 2004). Mais, figures interrogées aujourd’hui par l’histoire des femmes et par l’histoire des intellectuels (Mil neuf cent 1998 ; Sextant 2000 ; Clio HFS 2001 ; Racine et Trebitsch 2004), les intellectuelles sont pour l’heure plus abordées sous l’angle de leurs engagements dans les débats de leur époque, qu’au travers de l’accès aux professions intellectuelles (Rennes 2007), même si l’activisme à cet égard des associations de femmes diplômées des universités – une fédération internationale et des associations nationales nées dans les années 1920 – est partiellement mis au jour dans plusieurs pays et que la thèse de Loukia Efthymiou (2002) fait mieux comprendre le métier d’enseignante du secondaire et les identités des femmes professeurs de la première moitié du XXe siècle. Parmi ces professeurs, Colette Audry (1906-1990), qui traversa le siècle avec des engagements multiples à gauche et l’écriture d’une œuvre littéraire, méritait une biographie intellectuelle (Liatard 2007), tout comme la chartiste Édith Thomas (1909-1970), écrivaine et résistante (Kaufmann 2007). Quant aux femmes des champs, elles restent, plus encore que celles de la boutique ou de l’artisanat, largement méconnues, du moins en France (Sainclivier 2005 ; Hubscher 2005) ; de même que le genre des activités agricoles, objet de recherches ethnologiques plus qu’historiques.

  • 56 Colette Cosnier et Dominique Irvoas-Dantec, Parcours de femmes à Rennes, Rennes, Apogée, 2001 (à p (...)

36Lieu de la modernité, lieu d’une éventuelle émancipation des femmes mais aussi de pratiques sexuées de l’espace ou de figures de la pauvreté – comme le rappelle la synthèse de Rachel Fuchs sur le XIXe siècle européen (2005) –, la ville a été plus étudiée que les campagnes par l’histoire des femmes et du genre. Des travaux récents se dégagent deux directions. D’une part, plusieurs projets collectifs ont tenté de réparer les oublis de la mémoire et de l’histoire des villes, brossant notamment les portraits – individuels ou collectifs – des femmes qui ont fait l’histoire de Marseille (Dray-Bensousan et al. 1999) ou de Genève (Deuber Ziegler et Tikhonov 2005), mais aussi, à des échelles plus modestes, de Lyon ou Rennes56. D’autre part, une approche interdisciplinaire sur « le genre des territoires » matériels ou imaginaires (Bard 2004) ouvre, malgré l’indifférence de la majorité des géographes français à ce questionnement, des pistes multiples sur l’analyse des relations sociales entre hommes et femmes, qui vivent « ensemble-séparés », selon les termes du sociologue américain Erving Goffman dont L’arrangement des sexes n’a été traduit en français qu’en 2002 (Zaidman 2002) : malgré l’idéal démocratique de mixité, rien n’est moins évident que le mélange des sexes et des genres.

  • 57 À l’occasion du bicentenaire de la création des lycées napoléoniens a été organisé un colloque qui (...)
  • 58 La question des origines est toujours un enjeu en histoire, comme le montre le sous-titre combatif (...)

37Impulsée sans doute par sa remise en cause dans les sociétés d’aujourd’hui, l’histoire de la mixité – théorie pédagogique et utopie sociale, pratique d’enseignement et politique scolaire – apparaît comme un des questionnements actuels en histoire de l’éducation, tant en France où elle a été généralisée tardivement que dans d’autres pays occidentaux (Zancarini-Fournel 2003b ; Clio HFS 2003 ; Rogers 2004b). Ce faisant, elle tend à déplacer les recherches vers le siècle dernier, mais les périodes antérieures restent aussi très étudiées (Leduc 1997), notamment le XIXe siècle français sur lequel les archives des congrégations sont très riches (Curtis 2000 ; Hurel 2001). Dotée d’une double culture historiographique et académique, Rebecca Rogers propose à cet égard un regard neuf sur l’éducation des jeunes bourgeoises dans les congrégations religieuses et les pensionnats laïcs avant les lycées républicains57 : diversification de la demande scolaire, émergence d’un réseau hiérarchisé d’établissements, formation d’une culture scolaire spécifique d’un modèle français, exportation de ce modèle dans les colonies et certains pays anglophones (2005a). Contribution à l’écriture d’une histoire coloniale qui n’oublie ni les femmes ni le genre, ses recherches actuelles portent sur l’œuvre scolaire de Mme Allix-Luce en Algérie – création en 1845, dans le but d’encourager « la fusion des races », d’une école pour jeunes filles musulmanes – et sur sa réception au-delà des frontières, dans les cercles du pouvoir et les milieux féministes internationaux. De son côté, Jean-Noël Luc a poursuivi ses recherches sur la préscolarisation, proposant un aperçu comparatif en Europe (Histoire de l’éducation 2000), ou esquissant, à partir de correspondances et d’un journal intime, un beau portrait d’Émilie Mallet qui, avant Marie Pape-Carpentier (Cosnier 2003) ou Pauline Kergomard (Kergomard 2000), peut être considérée comme la pionnière de l’école maternelle française (Luc 2000)58.

  • 59 Il est sans doute significatif que les deux premiers prix décernés à des étudiants de maîtrise par (...)
  • 60 C’est le cas du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (dit Maitron) qui publie aujourd’hu (...)
  • 61 La première édition de cet ouvrage avait évoqué le travail de Philippe Lejeune, fondateur en 1992 (...)

38En France comme ailleurs, mais moins qu’aux États-Unis ou au Royaume-Uni où sont parus récemment de nombreux ouvrages sur des militantes des XIXe et XXe siècles (comme Elizabeth Cady Stanton, Eleanor Roosevelt, Emmeline ou Sylvia Pankhurst, Nelly Roussel, Simone de Beauvoir…), l’histoire des femmes participe à l’attrait actuel – ou retrouvé – pour les biographies, devenues terrain d’expérimentation pour les historiens (Dosse 2005)59. S’y côtoient des parcours d’engagement – comme dans les notices des dictionnaires biographiques qui accordent une place de plus en plus grande aux femmes60 –, des biographies intellectuelles comme celles déjà citées de Colette Audry et Édith Thomas, ou bien encore celle de Clémence Royer, « philosophe et femme de sciences », rééditée à l’occasion du centième anniversaire de sa mort (Fraisse 2002), et des « récits de séquences biographiques » d’un itinéraire singulier, telle l’aventure quasi romanesque de Marie Isabelle, « modiste, dresseuse de chevaux, femmes d’affaires, etc. » dans la société du Second Empire (Houbre 2003). S’y construit une réflexion sur l’écriture biographique, marquée notamment aux États-Unis par la parution de The New Biography (Margadant 2000) et, en France, par l’avant-propos de Vidal, le tueur de femmes, où Philippe Artières et Dominique Kalifa proposent de monter des discours, comme on monte des images au cinéma, pour « restituer la multiplicité des voix et des points de vue qui constituent le réel » (2001, p. 11). Cette réflexion concerne en particulier l’usage historien des archives de soi (correspondances, journaux intimes, autobiographies, témoignages oraux), qui ne sont pas seulement des sources documentaires mais aussi des objets d’histoire qui informent sur les pratiques culturelles d’écriture, sur le travail de la mémoire, sur les processus de mise en scène ou d’auto-construction de soi (Sociétés et représentations 2002 ; Dauphin 2000)61. À cet égard, comme a tenté de le montrer le numéro 11 de Clio HFS (2000), l’histoire des pratiques culturelles – l’écriture, mais aussi la lecture ou le dire – peut se nourrir avec profit des travaux d’anthropologie, de sociologie ou d’études littéraires qui analysent les manifestations du genre à l’œuvre dans ces pratiques : que signifie lire au féminin (Fabre 2000) ? L’épistolaire est-il un genre féminin (Planté 1998) ? Pourquoi et comment les femmes ont-elles fait de l’écriture domestique – une des formes des écritures ordinaires ou quotidiennes explorées par Daniel Fabre (1993, 1997) – leur terrain privilégié (Fine 2000) ?

  • 62 Coécrit avec Noël Burch, La drôle de guerre des sexes du cinéma français a été cité dans la premiè (...)
  • 63 En France, l’ouverture récente des archives de l’Institut national de l’audiovisuel (après la loi (...)
  • 64 L’éditeur Berg a par exemple ouvert une collection Leisure, Consomption & Culture dirigée par Rudy (...)

39Ainsi, plus encore que dans les années 1990, l’histoire des femmes et du genre participe au développement de l’histoire culturelle, qui utilise à la fois des approches anthropologiques et politiques, s’interrogeant notamment sur les « rapports sociaux de sexe dans le champ culturel », titre d’un séminaire animé par l’historienne du cinéma Geneviève Sellier62 et la moderniste Éliane Viennot (Krakovitch et Sellier 2001 ; Krakovitch et al. 2001 ; Sellier et Viennot 2004). L’analyse sexuée de la production, de la réception et des usages des produits culturels – notamment celle des images genrées véhiculées par les médias63 –, rejoint les préoccupations plus anciennes des chercheurs et chercheuses anglophones sur la consommation, la mode, le divertissement ou la beauté64, de façon à promouvoir une approche conjointe de la culture d’élite, de la culture de masse et de la culture matérielle. De même, l’étude, sous l’angle du genre, des langages du politique dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui (Mots. Les langages du politique 2005) – Hubertine Auclert appelait par exemple en 1889 à un « Quatre-vingt-neuf féminin » –, comme celle des politiques actuelles de la langue (Houdebine-Gravaud 1998 ; Baudino 2001), conduit à une meilleure compréhension de l’espace public et des stratégies individuelles de présentation de soi. Ceci est également vrai de l’analyse des controverses, par exemple celle qui a porté sous la Troisième République sur l’accès des femmes aux professions de prestige (Rennes 2007).

  • 65 Citée dans la première édition de cet ouvrage, la thèse pionnière de William Guéraiche sur les Fra (...)
  • 66 Auteure d’une thèse récemment publiée sur les combats pour la paix des femmes israéliennes et pale (...)

40Plus encore qu’en 1998, il est en effet possible aussi de souligner que l’axe principal des recherches s’est déplacé de l’exploration de la sphère privée (nouvel objet d’histoire dans les années 1970 et 1980) vers l’analyse de l’appropriation par les femmes de la sphère publique (par l’exercice des droits politiques et par l’engagement associatif), de leur accès à la citoyenneté65, des usages sexués de l’espace public, du genre des politiques ou de la symbolique nationale, Maurice Agulhon ayant achevé sa trilogie sur Marianne (2001). Les travaux sont trop nombreux, en France comme à l’étranger, en histoire (Veauvy 2004) comme en sciences politiques (Ballmer-Cao et al. 2000), pour opérer des choix de citations. Permis par l’approche de genre, stimulés sans doute par l’ouvrage souvent cité de Benedict Anderson sur les nations comme « communautés imaginées » (1983, 1991) et suscités peut-être par l’actualité politique internationale, les questionnements les plus récents semblent porter sur la nature de l’État et sur celle de la nation, sur la compréhension des nationalismes – au XIXe siècle ou dans les conflits contemporains66 – et sur les processus de construction des États-nations, avec l’hypothèse stimulante d’une masculinisation de l’État et d’une féminisation de la nation aux XIXe et XXe siècles (Blom et al. 2000 ; Clio HFS 2000). Cependant, l’usage dichotomique des sphères (privé/public) a laissé place à des analyses qui soulignent les formes diverses et conflictuelles de leur imbrication (Rogers 2000 ; Dubesset 2000).

  • 67 Voir aussi Women’s History Review 2002c et 2003.
  • 68 Signalons aussi que Mathilde Dubesset achève un ouvrage sur les formes d’engagement des chrétienne (...)
  • 69 C’est par exemple un des axes de recherche de la thèse en cours de Catherine Jacques sur les mouve (...)
  • 70 Citons la thèse de Sandrine Garcia, restée inédite : Le féminisme, une révolution symbolique ?, EH (...)
  • 71 Signalons notamment la vaste enquête de Xavière Gauthier pour promouvoir une histoire sociale et p (...)
  • 72 Par exemple sur le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) ou sur (...)

41L’histoire du féminisme en est un bon exemple, même s’il n’est plus possible – là encore – de présenter l’ensemble des recherches qui la concernent, tant les productions ont été nombreuses ces dernières années, marquées par un regain d’intérêt pour les luttes de femmes et les théories féministes, notamment au moment de dates anniversaires : 200 ans (1997) après la mort de Mary Wollstonecraft ; 50 ans (1999) après la parution du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, dont sont alors envisagés la philosophie, l’actualité, le mode d’écriture ou la réception contemporaine et postérieure (Delphy et Chaperon 2002 ; Galster 2004a, 2004b) ; 100 ans (2003) après la fondation par Emmeline Pankhurst de la Women’s Social and Political Union. C’est particulièrement vrai aux États-Unis et au Royaume-Uni où paraissent readers et encyclopédies critiques (Code 1999), où sont réédités de nombreux textes originaux, où a été fondée en 2000 la revue Feminist Theory. En histoire, la question du suffragisme et de l’acquisition des droits politiques par les femmes y tient une place importante, comme le montre l’épais numéro récent (2005) de Women’s History Review qui, consacré aux suffragettes, ouvre ses colonnes à une quinzaine d’historien (ne) s connu (e) s pour leurs travaux sur ce thème : notamment June Purvis, Sandra Holton ou Barbara Caine67. Dans une historiographie qui a toujours réfléchi sur son mode d’écriture (Studer et Thébaud 2004), les approches se sont aussi beaucoup diversifiées : par exemple, la « lecture déconstructive » de Joan Scott, qui étudie le paradoxe récurrent du féminisme français (se battre pour l’universalisme en faisant appel à la différence sexuelle), n’est pas celle, plus classique, de Karen Offen qui propose, dans une perspective comparatiste et de long terme, une histoire contextualisée des défis à l’hégémonie masculine et des réactions antiféministes en Europe de 1700 à 1950 (Scott 1998a, Offen 2000). L’histoire du féminisme s’est en effet enrichie de la dimension comparative qui ébranle l’idée d’universalité et insère les mouvements dans leurs cultures politiques nationales respectives (Cohen et Thébaud 1998), de l’analyse des internationales féministes (Rupp 1997) et des échanges culturels transnationaux, ainsi que de l’étude de la réception du mouvement qui conduit à se pencher sur les hommes féministes (John et Eustance 1999) et, en Allemagne et en France, sur les diverses formes de l’antiféminisme (Planert 1996 ; Bard 1999 ; Rennes 2007). En France, le travail déjà cité de Sylvie Chaperon sur les années 1945-1970, qui a complété les études sur les périodes antérieures et suivi l’émergence d’un nouveau féminisme sensible à l’oppression dans la sphère privée, a proposé de façon heuristique de « tenir ensemble les deux bouts de la chaîne qui va du féminin au féminisme ». L’étude thématique ou monographique du monde trop invisible des associations, à laquelle se sont consacrées depuis longtemps Évelyne Diebolt (2001, 2004b), Geneviève Dermenjian ou Dominique Loiseau, a en effet renouvelé l’histoire du militantisme des femmes, mis en évidence le rôle des épouses et des ménagères dans la sphère publique, reposé la question d’une culture et de pratiques féminines et questionné l’impact de la structure associative sur la société civile et l’État. Longtemps hostiles au féminisme et opposées au travail des femmes, mais puissantes et actrices dans le champ social et politique, les associations catholiques ne sont plus délaissées (Cova 2000, Dumons 2006)68, de même que les enjeux de pouvoir entre groupes féministes à un moment donné font l’objet de plus d’attention69. Mais historiennes et historiens, qui ont commencé à travailler « sur les années 68 » (Dreyfus-Armand et al. 2000), pourraient sans doute désormais investir plus avant l’étude des mouvements dits de la deuxième et de la troisième vague – décennies 1970 et suivantes –, acteurs négligés d’une histoire du temps présent qui a plus volontiers travaillé depuis une dizaine d’années sur la deuxième guerre mondiale, la citoyenneté sociale et politique des femmes ou les médias (Zancarini-Fournel 2003a). Sur ces mouvements féministes du très contemporain sont parus de nombreux essais, des mémoires, des recueils d’affiches ou de photographies, des travaux de sociologie70, un dictionnaire critique (Hirata et al. 2000, 2004), des ouvrages fondés sur l’enquête orale71, et seulement quelques articles historiques72. Un regard réflexif et synthétique a cependant été tenté par un collectif de six historiennes et vingt-sept auteur (e) s, regard qui analyse le XXe siècle comme le siècle des féminismes – et pas seulement des communismes ou des fascismes –, propose une histoire comparatiste des mouvements dans l’espace et le temps, mesure leur portée critique et politique et ouvre sur des aires non occidentales (Gubin et al. 2004).

  • 73 Citée dans la première édition de cet ouvrage ; voir notamment, en ouverture, le « prospectus ».

42Sociologue et éditrice en 1997 d’une imposante Encyclopédie politique et historique des femmes73, Christine Fauré avait alors reproché à l’histoire des femmes d’avoir privilégié les « actes intemporels » du cycle de vie, escamoté les événements, les révolutions et les conflits et oublié les actions protestataires des femmes ; bref, d’avoir soustrait ces dernières à l’histoire. La critique paraissait injustifiée, particulièrement pour l’étude des deux derniers siècles couverts par l’encyclopédie. Elle l’est plus encore aujourd’hui où l’ensemble de la discipline historique a revalorisé le temps court de l’événement et la place de l’individu en histoire. Genre et mutation, genre et événement : les suggestions que je faisais dans la première édition de cet ouvrage pour analyser les périodes de changement des rapports de sexe – terme des années 1990 – ont été systématisées dans les recherches collectives du groupe de recherche de l’Université Rennes 2, observant « les ajustements de genre face aux mutations » – réorganisation des rapports de pouvoir entre les sexes, des identités sexuées et des imaginaires sociaux sur le masculin et le féminin (Capdevila et al. 2003) – ou les dynamiques de genre en « histoire des crises et des conflits » (Bergère et Capdevila 2006). Parmi les événements particulièrement étudiés, j’évoquerai ici la Révolution française et les guerres du XXe siècle, qui ont donné lieu à de nouvelles interprétations.

  • 74 Olivier Blanc a complété en 2003 la biographie qu’il avait fait paraître en 1989.
  • 75 Voir notamment le colloque organisé et publié par Marie-France Brive (Brive, 1989, 1990, 1991).
  • 76 À paraître sous la direction de Christine Fauré et A. Geffroy.
  • 77 On peut citer aussi la thèse encore inédite de Laura Talamante : Les Marseillaises. Women and Poli (...)
  • 78 Nous renvoyons au site de la SIEFAR (Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Ré (...)

43Spécialistes de la période, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied ont récemment mis en perspective l’historiographie de la Révolution française, autour d’une dialectique entre « récit d’exclusion » et « récit d’ouverture » (2005). Citées dans la première édition de cet ouvrage, les Américaines Joan Landes (1988), Carole Pateman (notion de « contrat sexuel », 1988) et Lynn Hunt (construction d’une « communauté des frères », 1995) avaient défendu la thèse d’une défaite historique des femmes, marquée par leur exclusion des droits et du savoir politiques ou par le sort contemporain et posthume fait à des militantes comme Olympe de Gouges74. Mais récit d’exclusion et récit d’ouverture ont cheminé de concert, notamment en France où les recherches de Dominique Godineau, Geneviève Fraisse, Christine Fauré et d’autres ont aussi souligné, dès les années 198075 mais plus encore ensuite, que les femmes ont répondu à l’exclusion – une exclusion plus fabriquée que théorisée –, participé aux événements révolutionnaires et bénéficié de droits civils égalitaires. Présentés lors de colloques récents – l’un à Aix-en-Provence (Lapied et Peyrard 2003) où s’expriment notamment Dominique Godineau (2003a) et Lynn Hunt (2003), et un autre à la Sorbonne portant sur la prise de parole publique des76 –, les derniers travaux soulignent qu’en province comme à Paris, et dès 1789, les femmes de tous les camps sont presque partout présentes sur la scène politique et que le modèle opposant sphère privée et sphère publique doit être nuancé. Les archives révèlent en effet des modes d’intervention très divers et, pour certaines femmes, des destinées bouleversées : ainsi, que la sécularisation ait été subie ou volontaire, deux tiers des religieuses du diocèse de Poitiers encore vivantes sous l’Empire n’ont pas alors repris le chemin du couvent (Murphy 2005). Les historiennes américaines participent aussi à cette réévaluation nuancée : après Carla Hesse qui a mis au jour un nombre croissant d’auteures publiées pendant et après la Révolution (2001), Susan Desan montre comment des femmes utilisent les lois civiles pour construire une politique domestique – en faveur des enfants naturels notamment – et agir sur « la sensibilité masculine » (2004)77. Se pose ainsi en termes renouvelés la question souvent débattue de l’évaluation respective, à l’aune des libertés et des pouvoirs des femmes, du XIXe siècle et des siècles modernes, sur lesquels les publications sont aussi nombreuses : citons l’analyse par Fanny Cosandey (2000) du statut paradoxal de la reine – à la fois sujette et souveraine, exclue du pouvoir et au cœur de l’État –, la biographie de la reine Margot écrite par Éliane Viennot (2005) qui édite depuis quelques années des textes de femmes politiques et de femmes de lettres de cette période mal connue (2004), et le travail de Madeleine Ferrières (2004) qui, concernant les milieux populaires, montre la place centrale des femmes dans l’économie souterraine construite autour du mont-de-piété d’Avignon et donc leur participation à l’administration des biens du couple78. Éliane Viennot propose aujourd’hui (2006, 2007) les résultats d’une enquête de long terme sur les rapports entre les femmes et le pouvoir en France, pour en préciser les modalités diverses et comprendre la construction de phénomènes d’exclusion. Le débat n’est pas clos…

44La Révolution a-t-elle fait de la famille une catégorie politique ? Préfacé par Mona Ozouf, l’ouvrage d’Anne Verjus, Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848 (2002), a suscité un intéressant débat. L’analyse des écrits politiques, des débats parlementaires et des lois électorales permet à l’historienne d’affirmer qu’avant l’instauration du suffrage universel masculin en 1848, les femmes ne sont pas exclues de la citoyenneté mais appartiennent à la communauté réelle des citoyens en tant que membres de la famille, la capacité censitaire à devenir électeur étant par exemple évaluée à partir des contributions de ses membres, femmes et hommes. Mais la mise au jour novatrice d’une pensée politique contemporaine familialiste – pensée dominante de l’époque – ne doit pas faire oublier les voix minoritaires de celles et ceux – « sujets critiques de leur temps » dirait Michèle Riot-Sarcey – qui dénoncent l’exclusion politique des individues femmes et imaginent d’autres rapports sociaux et familiaux entre les sexes. De son côté, l’Américaine Jennifer Heuer (2005) examine les liens entre citoyenneté politique et nationalité, ainsi que les tensions entre famille et nation entre 1789 et 1830.

  • 79 Les recherches de ce criminologue américain n’ont été pour l’heure publiées qu’en français. Une ve (...)

45Face au retour de la guerre en Europe dans les années 1990 et à la réalité des conflits contemporains qui soulignent l’exacerbation des nationalismes et touchent durement les populations civiles, les historiens ont beaucoup questionné le phénomène de la guerre et les formes qu’elle a prises, l’approche comparative étant sollicitée en histoire des femmes (Guerres mondiales et conflits contemporains 2000 ; Nash et Tavera 2003) comme en histoire sociale et culturelle. En France comme ailleurs, la violence de guerre est devenue un questionnement central pour rendre compte des deux guerres mondiales (Audoin-Rouzeau et al. 2002), mais aussi des guerres coloniales, notamment de la guerre d’Algérie étudiée par Raphaëlle Branche à travers la question de la torture et celle des viols (2001, 2002). De même, longtemps angles morts de l’histoire, le phénomène massif des tontes de la Libération (Virgili 2000) ou celui des viols commis par les GI’s (Lilly 200379) ont été mis au jour, ainsi que toutes les formes, y compris violentes et punitives, de sorties de guerre (Capdevila 1999, Bergère 2004). La violence est aussi un des objets de la nouvelle histoire culturelle de la Grande Guerre, qui, autour de Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette et Jean-Jacques Becker (2000, 2004), propose d’écrire une histoire non aseptisée du conflit et de cerner la culture de guerre dont la violence serait la matrice des seuils de brutalité franchis entre 1914 et 1918 et dans les décennies suivantes. Nourrie des travaux de George Mosse sur « la brutalisation » des relations sociales et politiques (1999), stimulante mais contestée – notamment sur la thèse d’un consentement massif des populations à la guerre (Prost et Winter 2004) –, cette approche semble moins conflictuelle chez nos voisins européens et moins coupée des recherches en histoire des femmes et du genre, avec lesquelles elle partage maintes thématiques. Citons par exemple les travaux de Susan Graysel (1999), Margaret Darrow (2000) ou Nicoletta Gullace (2002), cette dernière explorant les ressorts culturels de la loi de 1918 accordant un droit de vote partiel aux femmes britanniques. Mais l’histoire des femmes peut aussi souligner que le consentement majoritaire des élites féministes patriotes ne signifie pas celui de l’ensemble des femmes (Thébaud 2004d).

  • 80 Comme cela a été rappelé dans une note précédente, la première édition de cet ouvrage avait soulig (...)
  • 81 Ce colloque interdisciplinaire organisé par le Centre de recherche sur les identités nationales et (...)

46L’histoire des femmes et du genre a beaucoup travaillé ces dernières années sur la deuxième guerre, pour comprendre des expériences individuelles et collectives très différentes d’un pays à l’autre, tant dans le poids des épreuves et des deuils que dans l’importance de la mobilisation féminine au travail et dans les forces armées (Thébaud 1998). Pourtant férue d’histoire de la mémoire, l’historiographie française a, beaucoup moins que l’italienne, la britannique, l’allemande et l’espagnole (cette dernière sur la guerre civile), sollicité la mémoire orale des femmes80 pour tenter de restituer les expériences subjectives de guerre dans leur diversité et appréhender le travail de la mémoire (Diamond 1999, Summerfield 1998), remarque qui s’applique aussi à l’étude des écrits féminins de la Grande Guerre (Higonnet 1999, Le Jeune 200581). Elle s’est plus intéressée à la place des femmes dans la Résistance et au genre de l’Occupation et de la Libération (Modern & Contemporary France 1999), cette dernière apparaissant marquée par une véritable quête de masculinité et par la construction sociale d’un « éternel masculin » autour des figures du travailleur, du guerrier et du père nourricier (Virgili 2000 ; Capdevila 1998, 2002). Amorcée par des travaux anglophones (Melman 1998) et développée en France par Luc Capdevila et d’autres, l’histoire subtile des identités de genre a en effet permis de reposer la question récurrente des effets de la guerre sur les rapports de sexe. Fonction de l’échelle d’observation (l’individu, le groupe social, la collectivité) et de l’angle d’approche, la réponse n’est pas simple et doit prendre en compte les différences entre les individu (e) s. Elle reste aussi toujours à nuancer, même si les recherches récentes ont mis en avant les souffrances des hommes au combat et les vacillements de l’identité virile dans ces périodes de bouleversements. Ainsi, l’ouvrage collectif issu d’un séminaire tenu à l’Institut d’histoire du temps présent sur « identités de genre et guerres au XXe siècle » (Capdevila, Rouquet et al., 2003) défend la thèse d’un « changement en profondeur » des relations entre les hommes et les femmes par la guerre, mais l’analyse de détail introduit de fortes nuances à cette affirmation et conclut de façon prudente. Il invite toutefois à creuser le sillon prometteur des identités, qui apparaît, à certains égards et notamment sous l’angle des masculinités, comme un nouvel objet d’histoire, qui sollicite les écrits personnels (correspondances, journaux intimes, mémoires).

47De « nouveaux objets » sont en effet repérables en France depuis 1998 : outre les identités et les masculinités déjà évoquées, citons particulièrement les sexualités, le colonialisme et la (les) colonisation (s), la laïcité, la consommation, ou bien encore les savoirs et les sciences. Les uns comme les autres sont pris en charge à la fois par l’histoire des femmes et du genre et par l’histoire générale qui développe ainsi de nouveaux champs d’étude, champs stimulés par des travaux étrangers antérieurs et sensibles, plus que de coutume, à la dimension du genre. Les uns comme les autres – les sexualités tout particulièrement – reposent, mais de façon plus sereine qu’autrefois, la question des rapports entre histoire des discours et histoire des pratiques et des expériences, entre histoire culturelle et histoire sociale. Ainsi, la traduction française de l’ouvrage de Thomas Laqueur Le sexe en solitaire (2005) est précédée d’une introduction qui précise ce qu’est et n’est pas une histoire culturelle de la sexualité ; l’auteur y résume son propos qui est d’expliquer la naissance de la masturbation moderne, « en tant que question de morale sexuelle sérieuse », entre 1712 et 1714.

  • 82 Le nazisme a aussi été récemment envisagé sous l’angle de la sexualité (Herzog 2004 et 2005).
  • 83 Les sources principales sont des autobiographies et des correspondances. Le thème de l’intime a ét (...)
  • 84 Citons les principaux historiens constructivistes engagés depuis les années 1980 dans une controve (...)
  • 85 Ainsi ont été publiés, respectivement en 2005 et 2006, le discours de Simone Veil à la Chambre des (...)

48La parution récente des thèses de Jean-Yves Le Naour (2002) et Cyril Olivier (2005), qui abordent la Grande Guerre et le régime de Vichy à travers la question de la sexualité des Français82, souligne le développement de cette thématique depuis la première édition de cet ouvrage qui en avait pointé l’émergence à travers les travaux d’Anne-Marie Sohn, Martine Sévegrand, Jean-Clément Martin ou ceux de Janine Mossuz-Lavau dont le livre Les lois de l’amour a été récemment actualisé pour intégrer les débats et législations des années 1990. Rédigé par Anne-Claire Rebreyend (2005), qui a fait de l’intime des « individus ordinaires » au XXe siècle – sexualités et sentiments amoureux – l’objet d’une thèse récente (2006)83, un bilan de la recherche publié par le numéro de Clio HFS consacré aux utopies sexuelles en précise les contours, à l’aune de la vaste production anglo-américaine centrée sur l’approche « constructionniste » des catégories de l’homosexualité84. Au-delà de l’appropriation – facilitée par un mouvement actuel de traductions (Chauncey 2003 ; Giddens 2004 ; Halperin 2004 ; Laqueur 2005) – de problématiques développées ailleurs et souvent inspirées de Michel Foucault, l’historiographie française, d’abord produite par les antiquisants, médiévistes et modernistes – citons la récente Histoire du plaisir de Robert Muchembled (2005) –, se fraie un chemin avec des études concernant les hommes et les femmes, ainsi que l’ensemble des pratiques sexuelles. Comme en témoigne la naissance en 2003 d’EFiGiES – association de jeunes chercheuses et chercheurs en Études féministes, genre et sexualités –, la thématique n’est plus négligée et peut s’afficher, tandis que des historiens plus confirmés la prennent aussi comme objet d’étude. Ainsi, Sylvie Chaperon achève une histoire de la sexologie déjà abordée dans plusieurs articles (2002, 2004) et Claude Langlois montre que le discours catholique sur la limitation des naissances devient de plus en plus rigoureux à partir de 1851, consacrant pour longtemps la victoire de la perspective doctrinale dans le refus d’une gestion moderne de la sexualité dans le mariage (2005). De son côté, Annick Tillier (2001) a mis au jour les multiples facettes de l’infanticide au XIXe siècle : attitudes des communautés villageoises devant les grossesses illégitimes, réactions des autorités laïques et religieuses, stratégies et souffrances des femmes qui recourent à cet acte. Citons encore l’ouvrage d’Yvonne Knibiehler (2002), les travaux de Fabienne Casta-Rosaz qui achève une thèse sur le flirt et vient de publier une histoire synthétique de la sexualité en Occident (2004), ou la vaste enquête de Xavière Gauthier sur les combats pour la liberté de la contraception et de l’avortement (2002, 2004). De fait, à la faveur de dates anniversaires – 30 ans après la loi Veil ou 50 ans après la naissance de la Maternité heureuse/Planning familial – la révolution sexuelle du dernier tiers du XXe siècle suscite toujours publications et recherches nouvelles85. Par contre, le travail sur le corps des femmes – éducation physique et sexuelle, offres et usages de soins corporels, influence des médias de masse – a été plus étudié par des chercheuses étrangères que françaises – la Canadienne Mary Lynn Stewart par exemple (2001). Sur ce point, il y a sans doute encore des pistes à explorer.

  • 86 Laura Downs présente l’analyse détaillée de deux ouvrages paradigmatiques (Sinha 1995, Wildenthal (...)
  • 87 Clio HFS avait consacré auparavant un numéro aux femmes d’Afrique (1997) et un autre aux femmes du (...)
  • 88 Signalons toutefois, à la croisée de l’histoire, de la démographie et de la sociologie des politiq (...)

49Lors du 18e congrès des sciences historiques tenu à Montréal en 1995, les journées d’étude de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes étaient consacrées aux colonialismes, impérialismes et nationalismes, soulignant ainsi la place centrale des femmes et du genre dans les études coloniales en plein développement depuis les années 1980. Mais il n’y eut pas alors de communication française. Le décalage chronologique et quantitatif entre l’historiographie de langue anglaise longuement présentée par Laura Downs (200486) et les recherches françaises est en effet plus grand encore à propos des questions coloniales que des sexualités. Là aussi cependant, des travaux récents placent les femmes et le genre au cœur d’une analyse complexe du projet impérial et des sociétés coloniales : Christelle Taraud a étudié la prostitution au Maghreb entre 1830 et 1962 (2003a), ainsi que l’orientalisme des photographies de femmes qui reconstruisent les réalités locales à l’usage d’un imaginaire européen (2003b) ; Pascale Barthélémy s’est interrogée sur les carrières, les destins et les identités de l’« élite féminine auxiliaire » formée dans les écoles d’institutrices et de sages-femmes d’Afrique-Occidentale française (2004) ; Anne Hugon, qui travaille actuellement sur la médicalisation de la maternité au Ghana au XXe siècle, a rassemblé les contributions d’un atelier coorganisé avec la revue Clio HFS87 sur l’histoire des femmes en situation coloniale et le genre de la colonisation (2004). Leurs approches et conclusions rejoignent celles des ouvrages anglophones qui concernent prioritairement les colonies anglaises, néerlandaises ou allemandes. Soulignant que les femmes sont présentes et actives des deux côtés de la barrière coloniale : militantes d’associations colonisatrices et expatriées de gré ou de force, dont la diversité sociale, culturelle et générationnelle doit être mise en valeur ; colonisées aux passés multiples que ne touchent pas de façon homogène les politiques de la métropole. Observant l’importance que ces dernières accordent au contrôle de la sexualité et de la reproduction, ou réfléchissant, comme l’a fait Emmanuelle Saada pour l’Indochine (2003), sur les catégories juridiques de la nationalité et de la citoyenneté que suscitent les formes de métissage. Mettant au jour les métaphores genrées et familiales qui structurent la compréhension européenne des relations coloniales entre pays « virils » et peuples « efféminés », entre métropole protectrice et populations qui doivent être guidées comme des enfants vers la « civilisation ». Comme l’a montré Elsa Dorlin dans son beau travail d’histoire et de philosophie des sciences sur la généalogie de la nation française (2006), les études coloniales nécessitent de penser l’articulation entre questions raciales (sexualisées) et questions sexuelles (racialisées), comme entre pouvoirs et savoirs, une « science impériale », étudiée par Emmanuelle Sibeud pour l’Afrique (2002), se construisant dans les dernières décennies du XIXe siècle et les premières du XXe siècle. Stimulées par les recherches de jeunes chercheurs et chercheuses dans d’autres disciplines, des travaux d’histoire des femmes et du genre sur l’impact de l’esclavage et de la colonisation sur les institutions, les représentations et les politiques publiques des sociétés postcoloniales vont sans doute émerger88.

  • 89 Rappelons le travail déjà cité de Linda Guerry qui porte sur le genre de l’immigration et de la na (...)
  • 90 Ouvrage à paraître aux Presses universitaires du Mirail sous la direction de Florence Rochefort.
  • 91 Coorganisatrice en 2004 d’un colloque publié (Chatriot et al. 2004).

50À la fois liés à la colonisation et indépendants de celle-ci – migrations provinciales, intra-européennes ou lointaines, échanges universitaires, exils politiques –, les phénomènes de migration et de naturalisation sont aussi en train de devenir en France un thème majeur de l’histoire générale – travaux de Marie-Claude Blanc-Chaléard, Nancy Green, Gérard Noiriel, Paul-André Rosental, Philippe Rygiel, Patrick Weil notamment – et de l’histoire des femmes et du genre. Organisé par le Centre d’histoire du XXe siècle de l’Université Paris 1 et l’École normale supérieure, un colloque récent intitulé Histoire, genre, migration en a montré les multiples potentialités et a souligné là encore le poids des travaux étrangers qui ont fourni plus des deux tiers des communications89. De même, les journées d’étude Genre, laïcité (s), religions 1905-200590 témoignent de nouvelles rencontres fructueuses entre histoire des femmes et du genre, histoire religieuse, histoire culturelle et politique. Comme l’a montré Caroline Ford à travers quatre études de cas (2005), la construction en France d’une culture républicaine laïque se forge dans l’opposition à la féminisation de la religion au XIXe siècle, une féminisation qui, perçue comme un danger, conduit les Républicains à limiter les droits des femmes et à adopter des politiques de laïcisation qui rencontrent l’opposition de puissantes ligues de femmes catholiques (Dumons 2006). En 1905 puis tout au long du XXe siècle, en France comme ailleurs, les religions et les laïcités ont un genre et la question des droits des femmes et des mutations des rapports de sexe ne peut être séparée de l’analyse des relations entre les religions et les États. Disons quelques mots aussi de l’histoire de la consommation qui se développe en France – autour de Marie Chessel notamment91 – et qui englobe des approches de genre, des travaux américains sur la France ayant depuis longtemps lié ce phénomène à la construction des identités de genre, comme à la construction de la nation et de l’État (après Furlough et Auslander déjà cités, Tierston 2001). Mais ce rapide tour d’horizon des nouveaux objets voudrait s’arrêter plus longuement sur les savoirs, les sciences et les techniques.

51L’accès des filles et des femmes au savoir fait depuis longtemps l’objet d’études qui avaient cependant négligé le monde des universités dont la formation conduit aux professions libérales et intellectuelles. Les étudiantes, les rares enseignantes du supérieur et les politiques universitaires sont désormais mieux connues, notamment pour l’Angleterre (Dyhouse 1995), la Suisse (Tikhonov 2003 et 2004), la France (Charle 1994 et 1999) ou la Belgique, où l’Université libre de Bruxelles fut une pépinière de militantes pour l’émancipation des femmes (Gubin et Piette 2004). En sciences humaines – ce fut l’objet d’un colloque international récemment publié (Carroy et al. 2005) –, des femmes ont pu faire carrière et devenir de grands noms, telles Maria Montessori ou Ellen Key, mais elles furent plus nombreuses à être auxiliaires ou collaboratrices, inspiratrices ou objets d’observation, tandis que d’autres produisaient des savoirs en marge et concurrents, comme les historiennes des femmes étudiées par Isabelle Ernot (2004) ou par Alice Primi pour le Second Empire (2002). En effet, portant sur les pratiques scientifiques et les contenus des savoirs des XIXe et XXe siècles, le deuxième volet des recherches récentes a montré que l’activité scientifique n’est pas neutre, qu’elle construit du masculin et du féminin – depuis l’usage de métaphores genrées jusqu’aux affirmations sur les corps –, et que ces savoirs sont mobilisés pour caractériser « la nature » de la différence des sexes : L’invention du naturel ont joliment titré Delphine Gardey et Ilana Löwy (2000). À cette fabrication du féminin et du masculin a aussi contribué une préhistoire occidentale étudiée par Claudine Cohen (2003) : longtemps réputée comme « archéologiquement invisible », la femme préhistorique fut livrée aux fantasmes et aux lieux communs, objet de constructions successives ancrées dans les sociétés des XIXe et XXe siècles, sujet d’une lutte de représentations pour l’anthropologie pré-historique féministe américaine – et plus largement anglophone – qui, dans les années 1970, place l’activité féminine de collecte au cœur du processus d’hominisation et tente aujourd’hui, avec plus de nuances, de mettre en évidence des rôles sexués et des rapports sociaux. De son côté, Nicole Edelman (2003) souligne aussi que le discours sur l’hystérie est un instrument de la différenciation sexuée et montre la fragilité des évidences scientifiques en contextualisant « les métamorphoses de l’hystérique » sur plus d’un siècle : au début du XIXe siècle, l’hystérique est perçue comme une femme gouvernée par son sexe, érotique et rebelle, dont la maladie cède à la masturbation et se résout dans le mariage ; à partir des années 1840-1850 se manifeste une volonté de désexualiser l’hystérie, désormais attribuée à une atteinte du système génital féminin (ovaires) ou du système nerveux central, des médecins construisant pendant une cinquantaine d’années le modèle d’une femme sans désir et sans besoin sexuel, « une sorte de catégorie femme-épouse-mère » ; au début du XXe siècle, la maladie devient psychique, questionnant l’individu tout entier et ouvrant la voie à la psychanalyse.

  • 92 Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques, Cité des sciences et de l’industri (...)

52Genre et savoir fut le titre de la 10e rencontre des historiennes suisses, publiée deux ans plus tard (Bosshart-Pfluger et al. 2004) ; Science, recherche et genre, celui du colloque présenté en 2005 dans Travail, genre et sociétés et publié dans son intégralité l’année suivante. Les approches les plus récentes tentent en effet d’articuler la question de l’exclusion des femmes de l’accès aux savoirs scientifiques et celle de la construction des pratiques, des objets et des savoirs scientifiques. Elles reposent d’une autre façon la question de l’objectivité et de la subjectivité du chercheur, comme celle des liens entre militantisme et recherche (Löwy 2000). Il faut souligner à cet égard le travail de Delphine Gardey qui, chercheuse au CRHST92, a beaucoup œuvré depuis dix ans pour mettre à la disposition des chercheurs français le travail critique réalisé dans le champ international des études des sciences (Gardey et Löwy 2000 ; Gardey 2006) et suggérer des pistes pour croiser ces acquis avec des questionnements de genre. La même démarche a été proposée pour l’étude des techniques qui, pas plus que les savoirs, ne sont neutres : elles participent de la culture masculine, fabriquent des identités de genre, contribuent à produire et reproduire des rôles masculins et féminins (Gardey 1999 ; Chabaud-Richter et Gardey 2002).

  • 93 Évelyne Diebolt a entrepris une enquête orale sur l’aventure de Pénélope.

53L’histoire des femmes et du genre, dont cet ouvrage présente l’historiographie, est aussi un savoir qu’il serait intéressant d’étudier, à l’échelle nationale et internationale, sous ces angles d’histoire et de sociologie des sciences. Quelle est l’histoire individuelle, relationnelle et générationnelle des individu (e) s et des groupes qui l’ont portée depuis trente ans, mais aussi, nous le savons maintenant (Ernot 2004), dans les décennies antérieures ? Quelles furent, dans des contextes successifs, ses conditions de production : postes, groupes de recherches, revues, financement notamment ? Comment, à différents moments, a été gérée la double question de la subjectivité et de la mixité des chercheurs ? Comment l’histoire des femmes, puis celle du genre, ont-elles été reçues par le monde éditorial, le public lecteur ou les institutions de recherche et d’enseignement : y a-t-il eu notamment, et comment, transmission scolaire ? Quels effets ont-elles eus sur l’histoire générale et sur les rapports sociaux de sexe ? Il y a là de multiples pistes de recherche et, pour la France à ce jour, quelques études fragmentaires : Cécile Dauphin (2001) a présenté l’expérience de Pénélope, première revue française d’histoire des femmes dont les archives ont été déposées à la bibliothèque Marguerite-Durand93 ; j’ai moi-même ébauché l’histoire du CEFUP (Centre d’études féminines de l’Université de Provence) à travers sa revue, esquissé une histoire comparative de Pénélope et de Clio HFS et relu l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes à l’aune des concepts et des centres d’intérêt de l’histoire des intellectuels – engagement, génération, sociabilité, lieux et supports de la vie intellectuelle (Thébaud 2004a, b, e). De son côté, Delphine Gardey (2005) a de manière plus large envisagé « les sciences et la recherche au risque du genre ». Ces éléments peuvent aussi contribuer à une reconnaissance actuelle des études sur les femmes et le genre.

Le temps de la reconnaissance ?

54En 1998, Alain Corbin évoquait dans sa préface l’attitude de rejet intellectuel d’un grand nombre d’historiens et les barrières dressées par l’institution universitaire ; il soulignait aussi la promesse de fécondité que possède la marginalité et la cruauté des situations individuelles. Huit ans plus tard, cet état des lieux a-t-il changé ? La réponse doit être nuancée, procéder par étapes et évoquer des degrés divers d’optimisme ou de pessimisme.

55Tout d’abord, les spécialistes français ne peuvent que regarder avec admiration et envie la situation qui prévaut aux États-Unis – et à un moindre degré dans d’autres pays anglophones – quant à l’insertion dans le monde académique. Publiées en 1999 à l’occasion du trentième anniversaire du Coordinating Committee on Women in the Historical Profession (CCWHP), vingt voix d’historiennes américaines ont raconté leur engagement pour promouvoir l’histoire des femmes et améliorer la situation des femmes dans la profession d’historien (Boris et Chaudury). Cet engagement, qui a pris la forme d’un long et difficile processus de lobbying, d’infiltration par le bas (jusqu’à la présidence de l’American Historical Association) et de structuration d’un réseau national et international, fut globalement victorieux. L’histoire des femmes et du genre est désormais totalement reconnue aux États-Unis et, après des recrutements sur postes fléchés dans les années 1980 et 1990, intégrée dans la plupart des programmes d’enseignement d’histoire ou dans ceux de women’s studies (Boxer 1998 et 2001), tandis qu’une communauté vivante permet une recherche dans et hors institution. Historienne connue par ses travaux antérieurs, Ellen Carol Dubois vient de signer avec Lynn Dumenil (2005) un superbe manuel illustré d’histoire des femmes américaines, que la critique loue pour ses qualités pédagogiques – « les étudiants vont être captivés » ! De même, la plupart des colloques, des revues et des ouvrages d’histoire générale anglophones intègrent depuis longtemps cette dimension de l’histoire qui irrigue et transforme le récit du passé, y compris lorsqu’ils traitent d’histoire française : ainsi du livre de Charles Sowerwine (2001) sur la France depuis 1870, ou de French Historical Studies qui publie dans son numéro de printemps 2004 un forum pédagogique sur l’intégration des femmes et du genre dans les cours d’histoire de la France. La reconnaissance et l’intégration de ce domaine de recherche se manifestent enfin par la publication d’ouvrages dans des collections généralistes, celui de Susan Foley par exemple dans les European Studies de Palgrave Macmillan (2004), ou celui de Laura Downs déjà cité dans la série Writing History dirigée par Stefan Berger, Heiko Feldner et Kevin Passmore. Dans leur préface, ces éditeurs soulignent « l’immense richesse d’un champ qui reste à la pointe de l’écriture historique », après être passé « des marges au centre ».

  • 94 Tenu à l’IUFM de Lyon, le colloque avait pour titre : L’histoire des femmes et du genre : enseigne (...)
  • 95 Citons par exemple le succès des rééditions de l’ouvrage de Florence Montreynaud – Le XXe siècle d (...)

56Ce « modèle » d’intégration et de transmission dans l’enseignement supérieur est-il transposable en France, s’est demandé Rebecca Rogers, lors du colloque organisé en mars 2005 par l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre/Mnémosyne94. Certes, les spécificités américaines sont fortes, tant au niveau du système universitaire – diversité des établissements et des cursus, moins grande disciplinarisation des études, attention à la demande étudiante et aux recherches en cours, rôle joué par les women’s colleges, absence de lien étroit entre le secondaire et le supérieur – que de l’organisation et de la culture de la corporation des historiens, regroupés dans l’influente American Historical Association et animés d’une véritable « course à la nouveauté ». Mais les stratégies mises en œuvre – constitution de réseaux, investissement institutionnel, attention à la pluridisciplinarité – peuvent être utilisables dans d’autres contextes, souligne encore Rebecca Rogers (2005b). J’ajouterai que l’argument souvent utilisé de la marginalité – voire de l’inutilité – de l’histoire des femmes et du genre pour former un enseignant du secondaire résiste mal à l’intérêt manifesté par un certain nombre de ces enseignant (e) s pour une approche qui répond à des questions vives de société, comme l’a montré l’affluence aux Rendez-vous de l’histoire de Blois consacrés en 2004 à cette thématique. La situation française peut en effet toujours être décrite comme paradoxale, marquée à la fois par la résistance des institutions de recherche et d’enseignement, l’importance des recherches et des publications et une forte demande sociale du public lecteur et auditeur95, des associations de la société civile, d’une partie des enseignants du secondaire et des étudiant (e) s qui répondent présents si l’offre leur est faite. Cependant, des éléments nouveaux sont intervenus depuis la première édition de cet ouvrage, Christine Bard qualifiant même la période 1995-2002 « d’embellie » (2003).

  • 96 Association de jeunes chercheuses et chercheurs en Études féministes, genre et sexualités, déjà ci (...)
  • 97 Plusieurs ont été cités dans les pages précédentes. Mentionnons aussi les 50 pages de comptes rend (...)

57Le point le plus notable est sans doute l’existence d’une relève de chercheurs d’âges et de sexes différents, la mixité étant devenue ou redevenue une réalité, même si les historiens restent minoritaires. Parfois dotées d’allocations de recherche pendant leurs études, quelques diplômées en histoire des femmes ont obtenu un poste dans la décennie 1990 à la faveur de recrutements consécutifs à la croissance du nombre d’étudiants et soutiennent depuis quelques années des habilitations à diriger des recherches, portant à une dizaine en histoire contemporaine les universitaires pouvant encadrer des thèses. Malgré une nouvelle raréfaction de postes et des difficultés attendues d’insertion professionnelle, des plus jeunes, qui se meuvent avec facilité sur la toile et dans l’espace européen voire international, préparent et soutiennent des doctorats en histoire et autres disciplines, se rassemblant depuis 2003 dans l’association EFiGiES qui propose listes de diffusion, groupes de travail, ateliers de discussion et action de sensibilisation96. Par ailleurs, des signes de reconnaissance intellectuelle sont manifestes : ouverture des revues généralistes d’histoire qui publient plus régulièrement des articles et des comptes rendus d’ouvrages en histoire des femmes et du genre, ou qui organisent occasionnellement un numéro spécial97 ; bonne réception nationale et internationale de la revue Clio HFS et consultation fréquente de son site sur revues.org ; insertion dans les manuels d’historiographie récents de chapitres sur ce domaine de recherches ; présence dans certains dictionnaires critiques de la dernière génération d’entrées sur les femmes, les rapports de sexe ou le féminisme ; mise au concours – celui pour le recrutement de professeurs de lycées professionnels puis celui de l’agrégation de sciences sociales – d’une question d’histoire des femmes ; publication, qui atteste un développement – réel ou attendu – dans l’enseignement, des cinq premiers manuels universitaires en histoire moderne et contemporaine (Ripa 1999 ; Bard 2001 ; Godineau 2003 ; Beauvalet-Boutouyrie 2003 ; Zancarini-Fournel 2005a) ; sans oublier l’intérêt actuel manifesté par les archivistes dont l’aide est fondamentale pour la conservation des traces et la publication de guides des sources (Tillier 2004 pour la BNF).

  • 98 Les trois premiers prix ont été attribués à Anne Renoult (2004), Cédric Weis (2005) et Hélène jacq (...)
  • 99 Pour une approche plus complète de l’histoire de ces associations ou réseaux, de leurs structures, (...)
  • 100 Voir son site : www.lyon.iufm.fr/aspasie

58Une troisième nouveauté réside dans l’importance des lieux associatifs qui, nés en 2000 pour trois d’entre eux, bien après l’ANEF (Association nationale des études féministes) mais avant EFiGiES, remplissent des fonctions complémentaires, structurent le domaine de recherche et en assurent la visibilité. Ainsi, l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre/Mnémosyne organise des journées d’étude et des colloques, décerne chaque année un prix de master98 – petit frère du prestigieux Joan Kelly Price de l’American Historical Association – et tente de favoriser l’insertion professionnelle des chercheurs et chercheuses concernés ; soucieuse de transmission à tous les degrés de l’enseignement, elle a conçu une brochure sur les ressources disponibles à cet effet, organisé le colloque déjà cité, publié en 2005-2006 un épais dossier dans Historiens & Géographes – revue des professeurs de l’enseignement secondaire – et prépare actuellement un manuel pour lycéens qui intègre les femmes et le genre. De son côté, l’interdisciplinaire Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) réalise, à côté des fonctions traditionnelles de mise en réseau et d’organisation de rencontres, une importante tâche de réédition de textes anciens et propose en ligne un dictionnaire des femmes de l’Ancienne France composé de notices modernes et d’entrées reprises d’ouvrages antérieurs. Quant à Archives du féminisme, elle œuvre à différents niveaux pour la conservation et la mise à disposition des chercheurs des archives des mouvements de femmes : elle a notamment suscité la création d’un Centre d’archives du féminisme à l’Université d’Angers qui complète les fonds de la bibliothèque Marguerite-Durand, a pris l’initiative d’un musée virtuel du genre très utile aux enseignants et étudiants – MUSEA –, et vient de publier un guide des sources à l’échelle nationale (Bard et al., 2006). Existe aussi le RING (Réseau interuniversitaire et interdisciplinaire national sur le genre), plus institutionnel et créé en 200199. Paysage trop éclaté ? Peut-être. En tout cas, ces structures, qui disposent toujours d’un soutien du Service des droits des femmes, ont bénéficié d’aides financières, notamment au début des années 2000 où le succès de la revendication de parité en politique, ainsi que les politiques européennes en faveur des études de genre et de la parité dans les sciences, ont créé de nouveau un climat favorable et incité les institutions françaises d’éducation et de recherche à faire quelque chose : création d’une mission pour la parité au CNRS et d’une mission à l’égalité des chances dans l’enseignement supérieur, enquêtes sur la formation des maîtres ou la place des femmes à l’université, recensement des enseignements sur les femmes et le genre, rapport au Conseil économique et social sur la place des femmes dans l’histoire enseignée (Wieviorka 2004). De ces initiatives, une des plus durables (2000-2006) est issue de la signature en février 2000, à l’initiative de Francine Demichel, d’une convention pour la promotion de l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif : choix de l’IUFM de Lyon comme établissement-pilote pour sa mise en œuvre, mise en place de modules de formation pour les futurs enseignants et création à Lyon, grâce au Fonds social européen, d’un centre de documentation en plusieurs langues sur l’histoire des femmes et le genre en éducation (centre dénommé Aspasie100).

  • 101 Ainsi, chez Scarlett Beauvalet-Boutouyrie très distante envers l’histoire des femmes, l’histoire d (...)
  • 102 L’expression a été utilisée par Siân Reynolds au colloque de Lyon à propos d’historiens écossais ( (...)
  • 103 Signe cependant de résistances encore fortes, un poste de chargé de recherche (CR2) en sociologie (...)
  • 104 Devenu Groupe de recherche européen en 2003. Son équipe a beaucoup œuvré ces dernières années pour (...)
  • 105 Par exemple, la présence d’historien (ne) s dans l’équipe Simone-SAGESSE (Savoirs, genre et rappor (...)
  • 106 Trois postes de maîtres de conférences : Toulouse, Paris 8, Paris 7 ; deux postes de professeur : (...)
  • 107 Les pôles de l’histoire des femmes sont traditionnellement Paris 7 - Jussieu, Paris 8, l’EHESS, le (...)
  • 108 Placée auprès du Premier ministre, cette commission a été créée en 1996 pour « favoriser l’enrichi (...)

59Est-ce à dire que, sans trop de heurts et « à la française » en quelque sorte, l’histoire des femmes et du genre a été progressivement intégrée à la discipline, à la profession et aux institutions de recherche et d’enseignement, et qu’elle détient désormais en France la place qu’elle mérite ? Sans nier que le paysage ait évolué, je ne serai pas, pour plusieurs raisons, aussi optimiste. Tout d’abord, sa légitimité intellectuelle ne semble pas encore totalement assurée. Elle est toujours perçue par certains comme spécialisée, voire particulariste et, comme l’ont écrit Jacqueline Laufer, Catherine Marry et Margaret Maruani, « la nécessité d’une lecture sexuée du monde social reste à conquérir » (2001, p. 23). Elle rencontre encore de fortes résistances marquées d’indifférence, de scepticisme ou d’hostilité – une hostilité teintée d’antiféminisme et d’antiaméricanisme – et les stratégies mises en œuvre pour la contourner ou la disqualifier sont multiples : l’ignorer et requalifier autrement une approche qui s’y apparente101 ; se démarquer publiquement et critiquer, sans les connaître, avec force sous-entendus, la gender history ou « l’histoire féministe » ; rejeter la spécificité au nom de l’intégration102, alors que les deux sont nécessaires et que l’intégration est loin d’être achevée. Par ailleurs, la reconnaissance intellectuelle n’est pas toujours suivie d’une reconnaissance institutionnelle qui permet à un domaine de recherche de se développer et de pénétrer les formes habituelles du savoir : sur ce plan, tout semble toujours à recommencer. Le CNRS, qui commence à croiser la réflexion sur la place des femmes dans les carrières scientifiques et l’approche de genre dans les disciplines, semble plus ouvert que l’Université et a demandé à Delphine Gardey un rapport sur « les enjeux des recherches sur le genre et le sexe » (2004)103, mais il n’y a pas en histoire l’équivalent du MAGE104, seulement une présence dans des équipes pluridisciplinaires ou un axe de recherche dans un laboratoire d’histoire autour de quelques personnes105. De façon générale, la discipline historique paraît plus fermée que d’autres, comme la sociologie ou les sciences de l’éducation, voire les sciences politiques. Dans les universités et les IUFM, qui disposent pour l’ensemble de la France de seulement cinq postes spécifiques d’histoire des femmes et du genre106, des enseignements ne sont assurés que dans quelques pôles107 et la majorité des étudiants français effectuent un cursus sans entrevoir ces problématiques et ce savoir. Enfin, l’attention actuelle au sexe du chercheur et la sensibilité paritaire – nécessaires dans les sciences « dures » – ne doit pas masquer le sort réservé aux études sur les femmes et le genre. Depuis trente à quarante ans, le monde des historiens français a relativement bien absorbé, sauf dans le langage des fonctions, le choc de la féminisation, le sexe du chercheur devenant un facteur de moins en moins discriminant, en tout cas moins discriminant qu’aux États-Unis et dans maints pays d’Europe. En France, les résistances portent d’abord sur l’inclusion du domaine de recherches (et de ses promotrices ainsi sursélectionnées) dans les institutions de recherche et d’enseignement, et donc sur la production et plus encore la transmission d’une culture mixte (Thébaud 2003a). Publié au Journal officiel du 22 juillet 2005, l’avis de la commission générale de terminologie et de néologie108 semble confirmer le constat : l’emploi du mot « genre » pour traduire gender y est déconseillé et les définitions de ce terme, considéré comme un néologisme, sont très en retrait de la richesse de ses usages et de ses potentialités. Dans ce contexte, la revendication actuelle d’allocations de recherche et de postes fléchés accompagne une réflexion commune pour mieux intégrer l’histoire des femmes et du genre, et plus généralement les études de genre, dans les parcours du LMD (licence, master, doctorat).

  • 109 Citons notamment le master « Genres, politique et sexualité » de l’École des hautes études en scie (...)
  • 110 Des informations sont disponibles sur le site : www.mnhm.fr/iec

60De fait, la rentrée universitaire 2006 a vu à la fois la naissance de quelques masters109 – ou de modules sur le genre dans des diplômes habilités –, et l’inauguration à Paris de l’institut Émilie Du Châtelet. Financé par la région Île-de-France, qui a labellisé les problématiques du genre comme « domaines d’intérêt majeur », cet institut pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre, que préside Françoise Barret-Ducrocq, annonce peut-être, dans le cadre des politiques de décentralisation et d’investissement des régions dans l’enseignement supérieur et la recherche, de nouvelles formes d’institutionnalisation. En tout cas, les actions prévues – et notamment l’attribution d’allocations de recherche déjà expérimentée – constituent un soutien indéniable au développement de ce domaine de recherche et à la diffusion de ses résultats dans l’ensemble de la société…110

Notes

1 Le choix n’a pas été fait d’une bibliographie complémentaire. Il est apparu plus logique d’insérer les références citées dans la bibliographie existante.

2 Réalisé à l’occasion du cinquième anniversaire de la revue, le bilan des douze premiers numéros de Clio HFS a souligné l’ouverture internationale (53 % d’articles sur d’autres pays que la France et 35 % d’auteurs étrangers), malgré la faible représentation de l’Asie ou de l’Océanie. Mais la question de la place accordée aux historiens étrangers qui travaillent sur la France n’a pas été posée.

3 Rebecca Rogers y envisage les usages différenciés de la dichotomie sphère privée/sphère publique, ses remises en cause récentes et les convergences actuelles sur l’étude des pratiques sexuées de l’espace de la cité.

4 J. Alberti ne mentionne que l’ouvrage collectif Histoire des femmes en Occident et l’article des Annales (Dauphin et al. 1986), traduits en anglais. L’Histoire des femmes en Occident lui semble offrir un pont entre la women’s history et la gender history, ce que j’ai appelée en 1998 « le gender à la française ».

5 Avec quelques remarques toutefois sur la France. Sur l’historiographie britannique, voir en français Downs 2003.

6 Offen 2003a esquisse l’histoire de la Fédération internationale (en anglais : International Federation for Research in Women’s History, IFRWH), qui est une commission interne du Comité international des sciences historiques. L’accès à son site et à ses newsletters est possible par le site de l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre/Mnémosyne, qui en est la section française (www.mnemosyne.asso.fr).

7 Voir aussi Histoire des femmes au Maghreb : réponses à l’exclusion, Faculté des lettres de Kénitra, série colloques et séminaires n° 5, 1999. Le n° 9 de Clio HFS a pour titre Femmes du Maghreb.

8 Les références citées sont des articles synthétiques ou historiographiques. Il existe de nombreux travaux récents de chercheurs et chercheuses russes ou étrangers. En français, il est éclairant de consulter le numéro spécial du Mouvement social (n° 196, juillet-septembre 2001), Le social en proie à l’État soviétique, sous la direction de Jean-Paul Depretto.

9 Il est impossible de donner une bibliographie exhaustive des ouvrages publiés hors de France. Sont cités les ouvrages consultés et particulièrement les synthèses et ouvrages-bilans.

10 Cette revue catalane a publié le texte de Françoise Thébaud qui conclut L’histoire sans les femmes est-elle possible ? (Sohn et Thélamon 1998).

11 Contributions de Françoise Thébaud (2003a) et de Michelle Zancarini-Fournel (2003a). Le Portugal dispose aussi depuis 1999 d’une revue semestrielle interdisciplinaire : Faces de Eva. Estudos sobre a Mulher.

12 Ce réseau tient un colloque annuel. Celui de 2001, semble-t-il inédit, s’intitulait Recreating the Past : Women, Gender and the Rewriting of History ; il a souligné l’ambition de l’histoire des femmes – réécrire l’histoire – ainsi que son caractère international. Les chercheuses des universités écossaises publient aujourd’hui Gender in Scottish History, renouvelant l’histoire régionale traditionnellement marquée par la question politique et nationale (Abrams et al. 2006). Elles viennent aussi d’achever un dictionnaire biographique des femmes écossaises (Ewan et al. 2006).

13 De nombreuses revues étrangères sont désormais disponibles dans le fonds Aspasie de l’IUFM de Lyon (www.lyon.iufm.fr/aspasie/). Dans cette nouvelle partie ne sont référencés que les articles et numéros spéciaux repérés et lus.

14 Voir par exemple Haruko et al. 1999.

15 Parmi les travaux qui obligent à un décentrement, citons par exemple Scheibe Wolff 1999. Utilisée de façon récurrente, l’expression « par exemple » voudrait souligner les limites imposées à ce texte d’actualisation. Il est en effet impossible de rendre compte de tous les travaux étrangers qui me sont connus – et qui ne sont de surcroît qu’une infime parcelle de ce qui est produit. Que les collègues et amies – au Brésil, Joana Maria Pedro, Maria Izalda Santos de Matos, Rachel Soihet, et ailleurs, bien d’autres – n’y voient que nécessité et non indifférence…

16 Les titres des 12e (2002) et 13e (2005) Berkshire Conferences sont respectivement : Local Knowledge - Global Knowledge et Sin Fronteras : Women’s Histories, Global Conversations. L’auteure de ces pages a assisté à la dernière conférence et participé à la table ronde « Gendering trans/national historiographies : similarities and differences in comparison » (textes parus en mars 2007, Journal of Women’s History, vol. 19, n° 1).

17 Dans le cadre du 20e congrès international des sciences historiques (Sydney, juillet 2005), la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes a organisé un colloque intitulé Women’s History Revisited : Historiographical Reflections on Women and Gender in a Global Context (actes à paraître).

18 Voir le site du musée (International Museum of Women) : www.imow.org

19 Il s’agit alors de Leila Rupp connue pour ses travaux sur la propagande à l’adresse des femmes pendant la deuxième guerre mondiale (1978) et sur les internationales féministes (1997). L’équipe éditoriale de Journal of Women’s History change tous les huit ans.

20 Les expressions citées sont extraites des pages 100 et 101. Laura Downs est cependant sévère avec l’ouvrage de Mary Louise Roberts (1994) présenté dans la première édition de cet ouvrage.

21 Les historiens français n’ont par exemple pas posé la question de l’antihumanisme ou non du post-structuralisme.

22 Notamment Cécile Dauphin et Éric Fassin dans les Annales HSC (janvier-février 1999), Philippe-Jean Catinchi dans Le Monde (6 mars 1998), Mathilde Dubesset dans Travail, genre et sociétés (n° 2, novembre 1999), Françoise Thébaud dans Clio HFS (n° 12, 2000).

23 La citation est d’Éric Fassin, Annales HSC, janvier-février 1999, p. 145.

24 Commission générale de terminologie et de néologie, « Recommandation sur les équivalents français du mot gender », Journal officiel n° 169 du 22 juillet 2005.

25 Les politiques internationales et européennes actuelles promeuvent le gender main-streaming, pratique traduite en français par « démarche intégrée de l’égalité des chances » et, de plus en plus, par « prise en compte des effets de genre ».

26 La citation est extraite de l’introduction courte (non titrée et non référencée dans la bibliographie) de Michèle Riot-Sarcey à la première partie « Le genre » de l’ouvrage Quand les femmes s’en mêlent… (Bard et al. 2004).

27 MAGE : groupe de recherche Marché du travail et genre ; RING : Réseau inter-universitaire et interdisciplinaire national sur le genre, domicilié à l’Université Paris 7 puis Paris 8, et regroupant plusieurs universités et des individus isolés.

28 Ce fut l’objet du colloque Genre, laïcité (s), religions, 1905-2005 organisé par Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel en mai 2005 (actes à paraître).

29 Citons, par exemple, le n° 12 de Clio HFS (Le genre de la nation) ou la thèse en cours de Linda Guerry sur le genre de l’immigration et de la naturalisation à partir du cas marseillais (thèse Université d’Avignon, sous la direction de Françoise Thébaud). Introduire les femmes immigrées et le genre est un des moyens, comme l’a souligné Nancy Green (2002), de « repenser les migrations ».

30 Pour le titre du livre, Femmes et justice pénale a été préféré à « Justice et différences des sexes » (titre du colloque tenu en 2001) et le terme « genre » a été évité.

31 Plusieurs centres de recherche français sur le sport ont développé un axe « Femmes et genre ». Avant d’organiser en 2005 un vaste colloque intitulé Sport et genre, Thierry Terret a coédité avec Pierre Arnaud une Histoire du sport féminin en deux volumes (1996). Citons aussi les deux ouvrages d’Annick Davisse et Catherine Louveau sur la part des femmes (1997) et la différence des sexes (1998). La revue Clio HFS a mis en valeur ces convergences d’approche dans son numéro 23 (2006).

32 Laura Downs évoque à ce propos une « industrie en pleine expansion » dans les années 1990 (Downs 2004, p. 78). Citons aussi les recherches des Allemandes Ute Frevert (2004) et Karen Hagemann (2002).

33 Voir les contributions rassemblées autour du thème Masculin du n° 198 du Mouvement social (janvier-mars 2002), sous la direction d’Anne-Marie Sohn qui invite au « nouveau défi » de « traiter à égalité féminin et masculin », comme elle le tente dans son histoire des jeunes des années 1960 (Sohn 2001). Sur les liens entre sport et masculinités, voir Terret et Liotard 2005. Sur la paternité, déjà abordée sur le long terme par Yvonne Knibiehler (1987) et par Jean Delumeau et Daniel Roche (1990), on retiendra la thèse devenue livre de l’Américaine Kristen Stromberg Childers qui observe comment l’État intervient en France au XXe siècle pour définir et redéfinir la paternité et qui analyse les effets contradictoires des idéologies et des politiques sur la place et les droits des pères de famille (Childers 2003).

34 Par exemple Gauthier M.-V. 1999.

35 Signalons par exemple les journées d’étude organisées par l’association EFiGiES (association de jeunes chercheuses et chercheurs en Études féministes, genre et sexualités) et le RING (réseau interuniversitaire sur le genre) : « Le genre au croisement d’autres rapports de pouvoir » (12-13 mai 2005, à l’IRESCO).

36 Citée dans la première édition de cet ouvrage, la thèse de Nancy Green qui réside en France est devenue livre. L’ouvrage observe sur le long terme l’industrie parisienne et new-yorkaise du vêtement où s’affairent femmes et immigrés de vagues successives, présente « un Paris multicolore » et analyse les identités sociales, sexuelles et ethniques dans la confection parisienne (Green 1998).

37 Déjà anciennes aux États-Unis. Parmi les pionnières des lesbian studies, citons Lillian Faderman dont les travaux soulignent la contribution des lesbiennes à l’histoire américaine (Faderman 1999).

38 Ce travail est à la fois la mise au jour d’une histoire méconnue (et d’acteurs méconnus) et un mode de lecture des sociétés de l’entre-deux-guerres. Comme Mary Louise Roberts (1994) et Christine Bard (1998), F. Tamagne montre que la lesbienne catalyse les angoisses nées de l’émancipation féminine et incarne « la femme nouvelle » menaçante.

39 George Chauncey doit prochainement publier ses recherches sur la période 1940-1970.

40 Régis Révenin est l’auteur d’un premier travail publié sur la période 1870-1918 (2005).

41 Ce terme qui signifie « bizarre » était une injure à l’égard des homosexuels, qui l’ont repris pour en faire une expression porte-drapeau. Rappelons qu’un siècle plus tôt « féminisme » fut aussi le résultat d’un processus d’appropriation-retournement d’un terme péjoratif (Offen 1987).

42 Voir aussi, sur la pensée et la politique queer, Bourcier 2005.

43 Voir aussi, sur les débats des féministes de langue anglaise, l’analyse éclairante d’Irène Jami (2003).

44 Cité par Éric Fassin (2005, p. 15).

45 La citation est extraite du Monde 2 du 18 mars 2002 où Frédéric Joignot présente Judith Butler.

46 Il s’agit du livre issu de la thèse citée dans la première édition de cet ouvrage.

47 Cité dans la première édition de cet ouvrage, Thomas Laqueur a montré qu’à partir du XVIIIe siècle, la femme n’est plus dans le discours savant un homme imparfait, mais un être radicalement autre (dans un modèle à deux sexes qui remplace celui d’un genre unique) : la médecine des Lumières sexualise le corps humain et ancre le culturel dans le biologique. Psychiatre et psychanalyste américain, Robert Stoller utilise dans les années 1960 le terme de gender pour témoigner de la diffraction constatée chez certains patients entre corps et identité.

48 Sur la question du sexe des sportives, voir Louveau et Bohuon 2005.

49 Tout en invitant à user du genre, Michelle Perrot a rappelé qu’il ne fallait pas abandonner « l’histoire dite “des femmes” toute simple « (Vingtième siècle - Revue d’histoire 2002, p. 176) ; Gerda Lerner est plus explicite encore, invitant les jeunes chercheuses à remplir tous les blancs de la carte de l’histoire des femmes américaines (Lerner 2004, p. 24).

50 Comme l’ont montré les travaux historiques (Gubin et al. 2004), les féminismes se sont toujours déclinés au pluriel et ont été traversés de tensions internes mais le paysage actuel semble plus complexe encore, comme le montrent les entretiens réalisés par Christelle Taraud en 2005 (Taraud 2005).

51 Françoise Héritier a nuancé cette analyse dans le deuxième tome de Masculin-Féminin, sous-titré Dissoudre la hiérarchie (2002).

52 Publié en 1997, l’ouvrage est d’Yvonne Knibiehler, qualifiée à juste titre de « pionnière de l’histoire des mères » dans les études récemment réunies en son hommage (Bernos et Bitton 2004). Yvonne Knibiehler s’est beaucoup engagée ces dernières années pour réconcilier dans la société française maternité, travail et citoyenneté (voir par exemple Knibiehler 2001) et préside la Société d’histoire de la naissance qui rassemble professionnels de la santé et historiens (femmes et hommes).

53 Comme le montre la revue Travail, genre et sociétés qui a succédé en 1999 aux Cahiers du Mage.

54 La première édition de cet ouvrage a malencontreusement omis de signaler les recherches de Catherine Omnès sur les ouvrières parisiennes (1997).

55 Signalons deux thèses en cours sur le genre du syndicalisme (culture syndicale et identités militantes, syndicalisme au féminin, politiques et pratiques sexuées des organisations syndicales) : Slava Liszek observe sous ces angles la CGT de 1945 à 1968 ; Pascale Le Brouster, la CFDT des décennies 1960 et 1970 (Université Paris 7, sous la direction de Françoise Thébaud).

56 Colette Cosnier et Dominique Irvoas-Dantec, Parcours de femmes à Rennes, Rennes, Apogée, 2001 (à partir des demeures qu’ont occupées des femmes ayant marqué l’histoire de la ville) ; Bernadette Angleraud, Marie-Christine Bôle du Chaumont, Jean Etèvenaux, Catherine Pellissier, Lyonnaises d’hier et d’aujourd’hui, Lyon, Éditions Bellier, 2005. Signalons aussi l’ouvrage coordonné par Marc Guillaume, Paris. Aux noms des femmes, Paris, Descartes & Cie, 2005 (40 femmes d’aujourd’hui se promènent dans les rues qui portent des noms de femmes – une centaine sur 6 000, dont 35 attribués depuis 1974 – et évoquent le personnage).

57 À l’occasion du bicentenaire de la création des lycées napoléoniens a été organisé un colloque qui a pris en compte la différence des sexes (Caspard et al. 2005).

58 La question des origines est toujours un enjeu en histoire, comme le montre le sous-titre combatif utilisé par Colette Cosnier en 2003 pour évoquer Marie Pape-Carpentier (1815-1878), La véritable fondatrice de l’école maternelle, mais elle permet surtout de préciser les généalogies. Émilie Mallet (1794-1856) ouvre la première salle d’asile à Paris en 1826, tandis que Pauline Kergomard (1838-1925) œuvre plus tard dans le cadre républicain.

59 Il est sans doute significatif que les deux premiers prix décernés à des étudiants de maîtrise par l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre/Mnémosyne concernent des biographies : voir Renoult 2004 et Weis 2005. Voir aussi Maréchal 2003.

60 C’est le cas du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (dit Maitron) qui publie aujourd’hui le deuxième tome sur la période 1940-1968. C’est le cas aussi du Dictionnaire biographique du monde religieux dans la France contemporaine qui annonce un volume Femmes dirigé par Bruno Dumons et Anne Cova. L’ouvrage d’Évelyne Diebolt (2001) ainsi que le site Femmes et associations offrent de nombreuses biographies de militantes associatives.

61 La première édition de cet ouvrage avait évoqué le travail de Philippe Lejeune, fondateur en 1992 de l’Association pour l’autobiographie, qui a rassemblé depuis lors plus de 2000 textes (médiathèque d’Ambérieu-en-Bugey, voir Lejeune 1998) ; ces textes sont la source principale de la thèse d’Anne-Claire Rebreyend sur une histoire de l’intime au XXe siècle (2006). En 1998 a aussi été présenté le lien consubstantiel entre histoire des femmes et histoire orale, pratique sur laquelle on dispose aujourd’hui de la somme de Florence Descamps (2001). Parmi les publications de correspondances, signalons la correspondance entre George Sand et Armand Barbès (Sand-Barbès : correspondance d’une amitié républicaine, 1848-1870, Paris, Le Capucin, 1991, édition établie par Michelle Perrot) et la correspondance croisée d’Alfred et Lucie Dreyfus, qui révèle le rôle méconnu que Lucie a tenu dans l’Affaire et auprès de son mari : « Écris-moi souvent, écris-moi longuement… » : Correspondance de l’île du Diable, édition établie par Vincent Duclert, avant-propos de Michelle Perrot, Paris, Éditions Mille et une nuits, 2005. De son côté, Rémy Cazals (2003) a utilisé la correspondance de guerre conservée par Marie-Louise Puech (thèse en cours de Nicole Dabernat sur cette militante pacifiste et féministe) pour reconstituer le réseau de solidarités qui a protégé des intellectuelles étrangères dans la France de Vichy.

62 Coécrit avec Noël Burch, La drôle de guerre des sexes du cinéma français a été cité dans la première édition de cet ouvrage. Plus récemment, G. Sellier (2005) s’est intéressée au cinéma de la Nouvelle vague.

63 En France, l’ouverture récente des archives de l’Institut national de l’audiovisuel (après la loi du 20 juin 1992 sur le dépôt légal) et la réflexion méthodologique engagée depuis plusieurs années offrent aux chercheurs un champ d’investigation nouveau. La réflexion sur les images télévisées a été engagée notamment par Marie-Françoise Lévy, qui a codirigé avec Monique Ageron de l’INA l’édition de Images du temps présent à la télévision, 1949-1964 (50 vidéocassettes) et publié : « Famille et télévision » (1995) ; « Les femmes du temps présent à la télévision : la mutation des identités (1960-1975) » (2000) ; La télévision dans la République, 1945-1964, Bruxelles, Complexe, 1999. Signalons que Ménie Grégoire a déposé sa documentation sonore, et l’immense courrier reçu, aux archives départementales de l’Indre-et-Loire. L’association Archives du féminisme a organisé en 2004 une journée d’étude consacrée aux sources audiovisuelles pour l’histoire du féminisme.

64 L’éditeur Berg a par exemple ouvert une collection Leisure, Consomption & Culture dirigée par Rudy Koshar. Citons notamment Burman 1999, Stewart 2001, Daunton et Hilton 2001.

65 Citée dans la première édition de cet ouvrage, la thèse pionnière de William Guéraiche sur les Françaises et la vie politique de la Libération aux années 1970 est devenue livre en 1999.

66 Auteure d’une thèse récemment publiée sur les combats pour la paix des femmes israéliennes et palestiniennes de 1948 à 1998, Valérie Pouzol (2006) anime actuellement, avec Fabrice Virgili, un séminaire sur les rapports entre genre et nationalismes dans les conflits contemporains (UMR IRICE).

67 Voir aussi Women’s History Review 2002c et 2003.

68 Signalons aussi que Mathilde Dubesset achève un ouvrage sur les formes d’engagement des chrétiennes dans l’Église et la cité au XXe siècle.

69 C’est par exemple un des axes de recherche de la thèse en cours de Catherine Jacques sur les mouvements féministes en Belgique dans les années 1920 et 1930.

70 Citons la thèse de Sandrine Garcia, restée inédite : Le féminisme, une révolution symbolique ?, EHESS 1993, sous la direction de Pierre Bourdieu.

71 Signalons notamment la vaste enquête de Xavière Gauthier pour promouvoir une histoire sociale et politique de la contraception et de l’avortement : Naissance d’une liberté. Contraception, avortement : le grand combat des femmes au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, 2002, et Paroles d’avortées : quand l’avortement était clandestin, Paris, La Martinière, 2004. De même est paru pour le cinquantenaire du Planning familial Liberté, sexualités, féminisme. 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes, ouvrage conçu et rédigé par Isabelle Friedmann, Paris, La Découverte, 2006.

72 Par exemple sur le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) ou sur le féminisme d’État des années du ministère Roudy des Droits de la femme : Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire (s) de MLAC », Clio HFS, n° 18, 2003 ; Françoise Thébaud, « Promouvoir les droits des femmes : ambitions, difficultés et résultats », François Mitterrand – Les années du changement (1981-1984), sous la direction de Serge Berstein, Pierre Milza et Jean-Louis Bianco, Paris, Perrin, 2001, p. 567-600. Bibia Pavard, qui est intervenue à la journée d’étude du 8 mars 2006 consacrée à l’histoire du Planning familial (Bard et Mossuz-Lavau 2007), prépare à l’IEP de Paris une thèse intitulée Contraception, avortement et société française, 1955-1982 : histoire d’un changement culturel et politique.

73 Citée dans la première édition de cet ouvrage ; voir notamment, en ouverture, le « prospectus ».

74 Olivier Blanc a complété en 2003 la biographie qu’il avait fait paraître en 1989.

75 Voir notamment le colloque organisé et publié par Marie-France Brive (Brive, 1989, 1990, 1991).

76 À paraître sous la direction de Christine Fauré et A. Geffroy.

77 On peut citer aussi la thèse encore inédite de Laura Talamante : Les Marseillaises. Women and Political Change during the French Revolution (sous la direction de Lynn Hunt).

78 Nous renvoyons au site de la SIEFAR (Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime) pour de nombreuses informations bibliographiques sur les femmes de l’Ancien Régime. Citons toutefois des travaux rencontrés : l’ouvrage de Danielle Haase-Dubosc (1999) sur l’imaginaire et la pratique de l’enlèvement au XVIIe siècle ou le colloque international sur les lectrices d’Ancien Régime (2002).

79 Les recherches de ce criminologue américain n’ont été pour l’heure publiées qu’en français. Une version en anglais est annoncée en 2007.

80 Comme cela a été rappelé dans une note précédente, la première édition de cet ouvrage avait souligné le lien très fort qui existait au début entre histoire orale et histoire des femmes et avait présenté le travail de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) à cet égard. Dans un article à paraître (« Histoire des femmes, sources orales et “tournant mémoriel” : histoire d’un évitement »), Michelle Zancarini-Fournel tente d’expliquer pourquoi ce lien a été rompu et pourquoi l’histoire des femmes n’a pas pris le tournant de l’histoire de la mémoire : manque de soutien institutionnel pour le recueil de sources, peur de faire une histoire militante, doutes sur l’existence d’une mémoire collective, évitement des subjectivités.

81 Ce colloque interdisciplinaire organisé par le Centre de recherche sur les identités nationales et l’interculturalité (CRINI) de l’Université de Nantes (Paroles de femmes dans la guerre) a donné la parole à beaucoup de collègues étrangères.

82 Le nazisme a aussi été récemment envisagé sous l’angle de la sexualité (Herzog 2004 et 2005).

83 Les sources principales sont des autobiographies et des correspondances. Le thème de l’intime a été abordé par le sociologue anglais Anthony Giddens récemment traduit en français (2004) et en France par Florence Montreynaud qui a suivi un siècle de liens amoureux (1997).

84 Citons les principaux historiens constructivistes engagés depuis les années 1980 dans une controverse contre l’approche « essentialiste » de John Boswell : David Halperin, Jonathan Katz, George Chauncey ou Jeffrey Weeks.

85 Ainsi ont été publiés, respectivement en 2005 et 2006, le discours de Simone Veil à la Chambre des députés (discours prononcé le 26 novembre 1974) et l’ouvrage déjà cité sur le planning familial réalisé par Isabelle Friedmann à partir d’enquêtes orales. Organisé par l’association Archives du féminisme et le Centre d’histoire de Sciences Po, le colloque tenu le 8 mars 2006 sur l’histoire du planning familial vient d’être publié (Bard et Mossuz-Lavau 2007).

86 Laura Downs présente l’analyse détaillée de deux ouvrages paradigmatiques (Sinha 1995, Wildenthal 2001), qu’elle ouvre par une citation du reader de Frances Gouda et Julia Clancy-Smith (1998).

87 Clio HFS avait consacré auparavant un numéro aux femmes d’Afrique (1997) et un autre aux femmes du Maghreb (1999).

88 Signalons toutefois, à la croisée de l’histoire, de la démographie et de la sociologie des politiques publiques, les recherches d’Arlette Gautier. Le très intéressant ouvrage dirigé par Patrick Weil et Stéphane Dufoix (L’esclavage, la colonisation et après…, France, États-Unis, Grande-Bretagne, Paris, PUF, 2005) parle peu des femmes et n’a pas d’approche de genre.

89 Rappelons le travail déjà cité de Linda Guerry qui porte sur le genre de l’immigration et de la naturalisation à Marseille dans l’entre-deux-guerres. Linda Guerry est aussi l’auteure d’articles récents (2006).

90 Ouvrage à paraître aux Presses universitaires du Mirail sous la direction de Florence Rochefort.

91 Coorganisatrice en 2004 d’un colloque publié (Chatriot et al. 2004).

92 Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques, Cité des sciences et de l’industrie. Depuis septembre 2006, Delphine Gardey enseigne la sociologie à l’Université Paris 8.

93 Évelyne Diebolt a entrepris une enquête orale sur l’aventure de Pénélope.

94 Tenu à l’IUFM de Lyon, le colloque avait pour titre : L’histoire des femmes et du genre : enseignements et transmissions des savoirs (communications disponibles sur le site : www.mnemosyne.asso.fr). Bonne connaisseuse des deux systèmes d’enseignement, Rebecca Rogers enseigne en France après cinq années passées à l’Université d’Iowa, où l’histoire des femmes et du genre était au cœur des recherches et des enseignements d’un quart des collègues du département d’histoire. Enseignante à Bâle et auteure d’une toute récente introduction à l’histoire des genres (2005b, en allemand), Claudia Opitz a présenté avec un certain pessimisme la situation en Europe (2005a, en français). La Suisse pourtant crée actuellement des chaires sur le genre et ses réseaux – le LIEGE par exemple – y sont particulièrement dynamiques ; la revue Nouvelles questions féministes possède désormais un comité de rédaction franco-suisse, dirigé par Christine Delphy (CNRS) et Patricia Roux (Université de Lausanne). Il est vrai aussi que des historiennes allemandes citées dans cet ouvrage – Ute Frevert et Karen Hagemann – sont parties enseigner aux États-Unis, pour développer leurs recherches ou faute de poste.

95 Citons par exemple le succès des rééditions de l’ouvrage de Florence Montreynaud – Le XXe siècle des femmes – et de l’Histoire des femmes en Occident (2002, soit dix ans après la première édition ; seul le volume 5, Le XXe siècle, a été complété par Françoise Thébaud) ; ou bien encore la collection Combats de femmes dirigée chez Autrement par Évelyne Morin-Rotureau, déléguée départementale aux droits des femmes (Sarthe), qui organise des cyles de conférences très suivis. Michelle Perrot, qui anime depuis une dizaine d’années « Les lundis de l’histoire » sur France Culture, a réalisé en mars 2005 un cycle « Mon histoire des femmes » dont les auditeurs ont souhaité la publication – livre et CD (Perrot 2006). Tout un travail de recherche serait à faire sur la place (et les formes) de l’histoire des femmes dans les médias audiovisuels.

96 Association de jeunes chercheuses et chercheurs en Études féministes, genre et sexualités, déjà citée à propos des recherches actuelles sur les sexualités. Voir son site : http://efigies.free.fr. Plusieurs de ses membres ont participé ou codirigé le numéro 10 de Terrains et travaux. Revue de sciences sociales (ENS de Cachan), numéro intitulé Dynamiques du genre.

97 Plusieurs ont été cités dans les pages précédentes. Mentionnons aussi les 50 pages de comptes rendus parus dans les Annales HSS de janvier-février 1999.

98 Les trois premiers prix ont été attribués à Anne Renoult (2004), Cédric Weis (2005) et Hélène jacquemin (publication à paraître).

99 Pour une approche plus complète de l’histoire de ces associations ou réseaux, de leurs structures, de leurs membres et de leurs activités, voir les sites : www.mnemosyne.asso.fr ; www.siefar.org ; http://bu.univ-angers.fr/ARCHFEM/index.htm ; http://musea.univ-angers.fr ; www.univ-paris8. fr/RINg

100 Voir son site : www.lyon.iufm.fr/aspasie

101 Ainsi, chez Scarlett Beauvalet-Boutouyrie très distante envers l’histoire des femmes, l’histoire de l’accouchement à l’hopital (1999) est placée sous le signe d’« une histoire sociale de la médecine ».

102 L’expression a été utilisée par Siân Reynolds au colloque de Lyon à propos d’historiens écossais (2005).

103 Signe cependant de résistances encore fortes, un poste de chargé de recherche (CR2) en sociologie du genre n’a pas été pourvu en 2005 par la commission de recrutement de la discipline ; il est reparu en histoire du genre en 2006 et n’a pas non plus été pourvu…

104 Devenu Groupe de recherche européen en 2003. Son équipe a beaucoup œuvré ces dernières années pour dresser un état des savoirs de genre en sciences sociales (Laufer et al. 2001, 2003 ; Maruani 2005).

105 Par exemple, la présence d’historien (ne) s dans l’équipe Simone-SAGESSE (Savoirs, genre et rapports sociaux de sexe, Université de Toulouse - Le Mirail/CNRS) ou l’axe Genre et société du LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes).

106 Trois postes de maîtres de conférences : Toulouse, Paris 8, Paris 7 ; deux postes de professeur : Paris 8 et IUFM de Lyon. Djamila Amrane ayant été promue professeure, puis ayant quitté ses fonctions, le fléchage du poste de Toulouse a disparu.

107 Les pôles de l’histoire des femmes sont traditionnellement Paris 7 - Jussieu, Paris 8, l’EHESS, les Universités de Provence et de Toulouse - Le Mirail. Mais des cours se tiennent aussi à Paris 1, Rennes 2, Strasbourg 2, Rouen, Lyon 2 et l’IUFM de Lyon, Grenoble 2 et l’IEP de Grenoble, Angers, Avignon, l’ENS LSH (et peut-être ailleurs).

108 Placée auprès du Premier ministre, cette commission a été créée en 1996 pour « favoriser l’enrichissement de la langue française » et améliorer sa diffusion (décret n° 96-602 du 3 juillet 1996 relatif à l’enrichissement de la langue française).

109 Citons notamment le master « Genres, politique et sexualité » de l’École des hautes études en sciences sociales (mention sociologie) ou le master « Genre (s), pensées de la différence, rapports de sexe » de l’Université Paris 8, qui, interdisciplinaire, se substitue au DEA d’études féminines fondé en 1974. Signalons aussi la mise en place, à l’initiative de l’Université de Vienne en Autriche, d’un master européen d’histoire des femmes et du genre auquel coopère l’équipe Genre et sociétés du LARHRA. Carola Sachse, qui a publié en 2002 une passionnante histoire de la journée du travail domestique en Allemagne (1939-1994), en assure la coordination.

110 Des informations sont disponibles sur le site : www.mnhm.fr/iec

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540