Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Conclusion de la première édition

Texte intégral

1Il n’est pas facile, ni même peut-être souhaitable, de conclure ce parcours historiographique de plus de vingt-cinq ans d’histoire des femmes en France. Comment clore, en effet, une aventure inachevée qui se poursuit aujourd’hui ? Cependant, portées à la fois par les réflexions sur les pratiques historiennes que suscite la lecture stimulante du livre de Gérard Noiriel sur la « crise » de l’histoire (1996) et par le questionnement initial sur d’éventuelles caractéristiques nationales de l’histoire des femmes, ces pages finales voudraient dégager quelques perspectives et souligner l’esprit dans lequel a été écrit ce texte.

  • 1 Comme Gérard Noiriel (p. 43), il me paraît important de clairement distinguer polémique et controv (...)

2Participante de l’aventure décrite, j’ai conscience d’avoir pu dépasser la neutralité du compte rendu bibliographique, d’avoir pu privilégier certains travaux au détriment d’autres. Sans doute serai-je soupçonnée, selon les formules suggestives de cet auteur, d’avoir établi un bilan-palmarès et d’avoir fait entendre ma musique (Noiriel 1996, p. 327, 142). Sans doute cet ouvrage suscitera-t-il de multiples critiques contradictoires à mon égard et envers le champ considéré. Pourtant, loin de toute polémique, il voudrait plutôt être le point de départ d’une controverse sereine1, d’un débat intellectuel sur la place de l’histoire des femmes dans l’histoire française, sur ses apports à la discipline historique ainsi que sur ses manières de faire et d’interpréter. Aussi, la meilleure « conclusion » possible me paraît-elle être de dégager les termes de ce débat et d’y prendre position, en partant des deux lectures qui peuvent être faites de ce travail.

3Premier usage possible : un usage interne au champ disciplinaire de l’histoire des femmes. Du colloque de Saint-Maximin qui constitua en 1983 – rappelons-le – un important moment de réflexion collective, Arlette Farge disait :

Il ne s’agit ici ni de juger, ni de regretter, ni de distribuer d’étranges satisfecit ; mais bien plutôt de prendre enfin le temps. Le temps de regarder en arrière, de traverser en sens inverse les chemins empruntés. Le temps aussi d’établir des repères pour que la réflexion s’amplifie et qu’elle gagne du terrain. (1984, p. 19-20)

4Plus de dix ans plus tard, j’ai voulu aussi prendre le temps du regard rétrospectif, le temps d’abord d’une habilitation qui ne soit pas seulement une mise en perspective de mes recherches antérieures, puis le temps d’un livre nourri aux interrogations les plus récentes de la discipline historique et de la profession d’historien. De cette pause solitaire, menée parallèlement au lancement plus collectif de la revue Clio HFS, est sorti cet ouvrage quelque peu hybride, à la fois mémoire, bilan et instrument de travail. Aux étudiants et étudiantes engagés dans la recherche en histoire des femmes, comme au public lecteur, il voudrait donner quelques clefs de compréhension des travaux antérieurs et des enjeux actuels, aux apprentis-historiens l’envie de poursuivre l’aventure, aux collègues concerné (e) s celle de discuter cet état des lieux et de l’élargir, afin qu’effectivement « la réflexion s’amplifie et qu’elle gagne du terrain ». Trois points me semblent matière à débat.

5Tout lecteur attentif aux évolutions intellectuelles pourra considérer les divers modes d’approche et interprétations décrits dans cet ouvrage comme autant d’étapes chronologiques vers le mieux-faire : une histoire identitaire des femmes portée par le mouvement de libération des femmes, une histoire de l’oppression ou de la révolte féminine, une histoire de l’autonomie des femmes et de la culture féminine, une histoire qui revisite au féminin les événements historiques, une histoire d’actrices en quête d’intégration, une histoire de la différence sexuelle ou des relations entre les hommes et les femmes, une histoire attentive à cerner la construction sociale du masculin et du féminin, une histoire des différences et des processus de différenciation soucieuse d’articuler des identités multiples. Certes, le chemin de l’histoire des femmes est long, marqué de tournants conceptuels majeurs, de la question initiale « Les femmes ont-elles une histoire ? » à celle posée aujourd’hui : « Une histoire sans les femmes est-elle possible ? » Certes, l’histoire des femmes s’est progressivement démarquée du militantisme de ses origines, dans un mouvement d’objectivation qui garantisse sa scientificité au même titre que toute autre spécialisation disciplinaire. Certes, l’attention portée au genre facilite l’insertion de l’histoire des femmes dans l’histoire générale, de même que le déplacement de l’interrogation du pourquoi au comment, des causes aux processus, l’intègre dans un large courant historiographique actuel. Mais il faut se garder, me semble-t-il, de tout dogmatisme et refuser de labelliser une « bonne » manière d’écrire l’histoire des femmes. Tenter un bilan historiographique conduit nécessairement à privilégier des tendances dominantes au détriment de courants antérieurs ou parallèles et donc à simplifier le paysage. Or, aujourd’hui plus encore qu’hier, les modes d’approche s’enchevêtrent et peuvent, les uns ou les autres, trouver leur justification sur tel ou tel sujet, ou, mieux encore, être associés.

  • 2 Signalons cependant la parution en 1997 (Paris, Fayard) de l’ouvrage de Robert Badinter : Un antis (...)
  • 3 Pour les stratégies développées par les femmes, voir aussi Boigeol 1993.
  • 4 Isabelle Ernot s’est engagée avec beaucoup d’enthousiasme dans ces recherches. [Voir Ernot 2004 et (...)

6Je prendrai deux exemples pour illustrer cette position qui peut paraître trop conciliante. L’histoire des professions libérales et des grands corps de l’État est encore mal connue, tant sur leurs façons de traverser les grands événements du siècle que sur la place accordée aux femmes2. Comblant avec bonheur un vide historiographique, l’article d’Anne Boigeol sur « la difficile mise en œuvre de l’égalité des sexes dans l’accès à la magistrature » (1996) rappelle à certains égards les travaux déjà anciens sur les attitudes du mouvement ouvrier envers le travail féminin. L’auteure étudie l’avant et le contexte de la loi du 11 avril 1946 qui ouvre discrètement la magistrature au deuxième sexe, puis les résistances des magistrats qui invoquent l’inaptitude des femmes à la fonction avant de dénoncer, à partir des années 1970, les dangers de l’invasion féminine. Mais l’étude est aussi une histoire sexuée de la profession de magistrat qui prend en compte l’image et les habitus du métier ainsi que les stratégies – de défense ou de conquête – des hommes et des femmes3. De même, les recherches qui débutent en cette fin des années 1990 en France sur la place des femmes dans la profession d’historien4 répondent sans doute au souci de mettre au jour la préhistoire de l’histoire des femmes, voire à une quête identitaire autour de figures pionnières ; elles permettront surtout de mieux comprendre les pratiques du métier ainsi que les enjeux de la discipline historique.

7Cette position conciliante est-elle le signe de la faiblesse théorique et institutionnelle de l’histoire des femmes en France ou constitue-t-elle une caractéristique à défendre comme telle ? Plus généralement, l’histoire des femmes en France présente-t-elle quelques caractères originaux ? La question mérite d’être posée, même si chacun a toujours tendance à accentuer l’originalité de ce qu’il connaît le mieux, même si les caractères dégagés dépendent du point de comparaison. Privilégiée, la comparaison avec l’historiographie américaine – fortement marquée par la recherche d’une culture féminine puis par le post-modernisme – fait ressortir des différences qui sont plus ténues avec les historiographies européennes. Mode quelque peu irritante, le thème de la singularité française nous est cependant renvoyé par le regard étranger, notamment à propos de la production qui a passé le plus de frontières, la série Histoire des femmes. Il peut nous permettre aussi, en dehors de toute complaisance, de développer un regard critique et dynamique sur nos productions et nos manières de faire. Il serait d’ailleurs particulièrement intéressant que cet ouvrage soit lu et commenté à l’étranger et que s’instaure, par-delà les frontières, un dialogue constructif qui permette à chacun, tant sur le plan théorique qu’institutionnel, de comprendre ses forces et ses faiblesses.

  • 5 Women’s History Review a consacré un numéro spécial à ce thème : Women’s Sexualities. Contest and (...)

8L’histoire des femmes en France a privilégié certains thèmes de recherche liés à des courants historiographiques dominants : le travail et la famille notamment. Elle a, depuis le début des années 1990, commencé à combler des lacunes dans des domaines longtemps négligés comme la sexualité, la question des femmes dans la cité ou l’histoire des femmes du temps présent. Par contre, à la différence de l’historiographie américaine, elle s’est peu intéressée à la construction sociale de la sexualité5, aux rapports coloniaux et plus généralement aux croisements de la différence des sexes avec les catégories sociales et les diversités ethniques. Plus empirique, elle a cependant toujours su réfléchir sur elle-même et évoluer, participant aujourd’hui, si l’on veut bien l’entendre, aux interrogations sur ce qu’est et ce que fait l’histoire, notamment sur la signification et la place à accorder à l’histoire des représentations. Sans manier aisément le terme, pas plus que les « ismes » de préfixe « post », elle a largement assimilé les perspectives ouvertes par le gender, jusque dans ses problématiques complexes de l’analyse sexuée des pratiques et de la déconstruction des discours. Par les sociologues, la perspective multiculturaliste commence à pénétrer en France.

  • 6 J’utilise le terme anglais pour signifier l’histoire des femmes première manière.
  • 7 Voir la troisième partie ; l’expression « éternelles querelles de la philosophie » est de Gérard N (...)
  • 8 Lectrice pour le Mouvement social de l’article de S. Zdatny, qui, dans une longue introduction thé (...)

9Si l’empirisme, et notamment la recherche et le travail sur archives, sont la pierre angulaire de la discipline, en histoire des femmes comme dans toute autre spécialisation, la France ne peut pas, me semble-t-il, ignorer le large débat qui existe sur les mérites respectifs de la women’s history6 et des diverses formes de gender history. Recoupant les discussions sur le tournant linguistique ou sur l’opposition entre l’histoire sociale et l’histoire culturelle, posant d’incontournables questions épistémologiques, ce débat est particulièrement développé aux États-Unis et s’est rapidement diffusé dans de nombreux pays (Europe, Australie, Amérique latine), jusque dans les jeunes démocraties d’Europe de l’Est. Le fait qu’il mobilise bien souvent « les éternelles querelles de la philosophie » sur les fondements de la connaissance et risque de diviser la communauté historienne, comme le déplorent à la fois Gérard Noiriel et Joan Hoff précédemment cités7, est largement compensé par son rôle de stimulation et de renouvellement des recherches empiriques. Aussi me paraît-il souhaitable de le faire connaître, en développant dans les revues françaises des rubriques du style comment and reply des anglophones (commentaires de l’article d’un auteur et réponse de celui-ci aux remarques qui lui ont été formulées) ; ou mieux encore – parce que moins abstrait et permettant aux lecteurs de juger sur pièces – en accolant et confrontant, sur une même question historiographique, des modes d’approche différents : ainsi, dans un numéro du Mouvement social de 1996, l’article de Steven Zdatny, fervent défenseur de l’histoire sociale, sur « la mode à la garçonne », est suivi de la réponse de Mary Louise Roberts qui montre l’intérêt d’une approche d’histoire culturelle de « la mode de l’après-guerre »8. Plus généralement, l’histoire des femmes en France, largement éclectique sans que cet éclectisme n’ait jusqu’ici engendré de clivages majeurs et de polémiques virulentes, doit poursuivre dans cette voie, atout majeur de développement, et cultiver les vertus du dialogue. C’est la tâche que s’est notamment assignée la nouvelle revue Clio HFS, « lieu d’expression et de débat [pour] toutes les recherches qui prennent en compte la dimension sexuée de l’histoire », « lieu de réflexion méthodologique et épistémologique sur la pratique de l’histoire et lieu d’échanges entre les disciplines » (Clio HFS 1, p. 5, 7).

  • 9 Le numéro 5 de Clio HFS a demandé à Michelle Perrot de rendre hommage à l’historien membre de son (...)
  • 10 J’ai déjà cité cette heureuse expression de Rose-Marie Lagrave.

10Troisième point en débat : la question du statut intellectuel de l’histoire des femmes qui recoupe celle de ses liens avec le féminisme et celle de l’interdisciplinarité. Le mouvement des femmes et les questions qu’il pose à la société française – pensons par exemple à la revendication de la parité en politique et au développement d’une histoire qui, en analysant les rapports entre femmes et pouvoirs, interroge les catégories usuelles du politique – continuent d’impulser les recherches de ce champ disciplinaire, au même titre que les transformations et les difficultés de l’Europe communautaire suscitent l’émergence d’une histoire européenne encore balbutiante. Il s’agit là d’une dialectique présent-passé propre à tout domaine historique et reconnue en général par la communauté des historiens. S’interroger sur la place des femmes dans les sociétés passées ou sur les rapports entre les sexes répond sans doute à une de ces « sommations du présent » qu’évoquait Jean Chesneaux dans les années 1970 et à laquelle était particulièrement sensible Georges Duby9. Mais signe de maturité, cette relation présent-passé joue plus aujourd’hui sur les thématiques des recherches que sur leurs modes d’approche ou leurs interprétations, largement irrigués par les débats historiographiques qui ont été décrits dans ce livre et qui traversent l’ensemble de la discipline historique. De même, l’ambition quelque peu démesurée et séparatiste d’une rupture épistémologique induite par la recherche « femmes », plusieurs fois affirmée depuis vingt-cinq ans, a fait place à des conceptions plus nuancées qui admettent majoritairement que, si rupture il y a, elle est « dans le voir, pas dans le connaître »10. Aussi me paraît-il souhaitable et même nécessaire de revendiquer aujourd’hui, pour l’histoire des femmes, l’autonomie relative de tout champ intellectuel par rapport au mouvement social.

  • 11 Le premier numéro date de 1993.
  • 12 Le premier numéro date de 1988.

11Incontestablement, si l’on se rappelle la classification proposée par Rose-Marie Lagrave, mon propos est légitimiste : œuvrer – comme l’ont fait, avant moi et avec succès pour leur propre objet d’étude, les historiens du mouvement ouvrier des années 1950 et 1960 – pour la légitimation de l’histoire des femmes, et proposer une manière de la faire qui respecte les règles du métier. À mes amies féministes qui m’accuseront peut-être encore de « trahison » ou de « récupération », je répondrai que l’histoire est mon métier, qu’elle participe, comme discours enseigné et diffusé, à la production du savoir sur la différence des sexes (savoir qui légitime bien souvent la subordination des femmes) et que la pratique féministe du métier me paraît être dans la recherche d’une intégration de l’histoire des femmes à la discipline, intégration qui modifie le regard et garantisse qu’elle soit enseignée à l’Université, qu’elle atteigne le public, et que ses apports passent dans l’enseignement primaire et secondaire. Pour cela nous avons besoin de moyens d’expression, et notamment d’une revue qui nous rende visibles dans et hors de l’Université. Née en 1995, Clio HFS est la seule revue francophone d’histoire des femmes, aux côtés de deux revues pluridisciplinaires plus anciennes : Sextant11 publiée par le Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes de l’Université libre de Bruxelles et Recherches féministes12 publié par le Groupe de recherche multidisciplinaire féministe de l’Université Laval de Québec.

  • 13 Dans une conférence prononcée en octobre 1996 au centre Pierre-Léon de Lyon, Michelle Perrot évoqu (...)
  • 14 Geneviève Fraisse, La différence des sexes, 1996. [Voir ses ouvrages postérieurs.]
  • 15 Les cahiers du MAGE publient quatre fois par an les actes de rencontres européennes organisées par (...)

12Sans doute imposé par la rigidité des cursus universitaires en France, ce choix disciplinaire, au détriment d’une conception plus ouverte de women’s studies, me paraît nécessaire pour se faire comprendre et pénétrer les formes habituelles du savoir. Il ne signifie pas pour autant fermeture aux autres disciplines car l’histoire, et plus particulièrement l’histoire des femmes, met en œuvre de nombreux savoirs et a été bien souvent renouvelée par l’importation de concepts venus d’ailleurs puis adaptés à son mode de raisonnement13. Tant sur le plan théorique que sur le plan institutionnel, l’histoire des femmes a beaucoup à apprendre des philosophes, des anthropologues et des sociologues qui s’intéressent à la différence des sexes et aux rapports sociaux de sexe. Sans reprendre des points développés dans ce livre, je ne ferai que citer ici deux tentatives fécondes : le travail de Geneviève Fraisse qui veut ouvrir la philosophie à une réflexion sur la différence des sexes14 et la création en 1995 par des sociologues du travail féminin d’un groupement de recherche qui poursuit leur réflexion sur la division sexuelle du travail. Intitulé MAGE, comme les cahiers du même nom15, peut-être réussira-t-il à familiariser les sciences sociales françaises au concept et au terme de genre. Peut-être le terme générique d’« histoire des femmes » que j’utilise encore en cette fin des années 1990 – clair, mobilisateur, il induit cependant un soupçon de particularisme – pourra-t-il prochainement ne signifier qu’une étape ou qu’un des modes d’approche de l’aventure intellectuelle ici décrite ; peut-être faudrait-il désormais acclimater progressivement, en histoire aussi, l’expression « genre »…

13Intégration disciplinaire et dialogue interdisciplinaire, telle me semble donc être la position à tenir. Cette attitude légitimiste se fonde sur la possibilité d’un dialogue avec l’histoire générale et d’une reconnaissance de l’histoire des femmes comme une de ses composantes.

14Cet ouvrage voudrait en effet être lu aussi, en dehors de l’histoire des femmes, par les historiens français d’autres spécialités, et les inviter à débattre de son intérêt intellectuel et de la place qui lui est faite dans la discipline et les institutions. En écrivant le récit de l’émergence, des développements et des débats de l’histoire des femmes en France, en évoquant ses principales productions et leur apport historiographique, j’ai voulu montrer qu’elle a constitué et constitue une aventure intellectuelle digne d’intérêt, que sa démarche est bien une démarche historienne, que ses questions intéressent l’ensemble de la discipline. Je me suis efforcée de lui faire perdre son étrangeté inquiétante, de lui donner, pour reprendre les termes de Daniel Roche sur son champ de recherches, « sens et valeur sur le marché des idées » (1988, p. 9), de permettre, par quiconque le souhaite, l’appropriation de ses problématiques. En situant l’histoire des femmes dans un courant de recherches plus largement développé à l’étranger, j’ai essayé de dégager des convergences et des spécificités et voulu suggérer que la France ne peut, à long terme, se situer en marge. En développant le cas des États-Unis, j’ai voulu souligner le dynamisme incontestable de l’historiographie de ce pays pour tenter de désamorcer son actuelle diabolisation, qui suscite en France la peur de dérives et de tensions insupportables et gêne l’appréciation sereine des recherches tant américaines que françaises. L’historiographie et les pratiques universitaires américaines sont plus complexes et plus diversifiées que la caricature qui en est souvent donnée ; elles répondent à des traditions culturelles et politiques nationales qui sont fort différentes des nôtres, marquées notamment par l’idéal d’universalisme et la peur des particularismes, le prestige et la cohésion d’une discipline historique liée à l’affirmation de l’idée nationale et du pouvoir républicain. Observons les unes et les autres en historien et laissons-les stimuler le dialogue et l’esprit critique. Remarquons aussi que la vivacité des controverses américaines, qui semble une caractéristique de la vie intellectuelle de ce pays, laisse souvent les intellectuels français circonspects mais ne disqualifie pas en général le domaine considéré et les questions posées ; l’histoire des femmes ne doit pas faire exception.

  • 16 À propos de l’histoire de la collaboration notamment. Voir sur ce point : François Bédarida, « Pra (...)

15Ce faisant, j’accepte et même je souhaite que l’histoire des femmes soit soumise, en toute connaissance de cause, au jugement collectif de la communauté des historiens, jugement bien préférable à l’indifférence ou au scepticisme et qui ne peut que nuancer les a priori – histoire militante et non scientifique, spécialité close sur elle-même – trop souvent entendus. Dans son chapitre intitulé « La formation d’une discipline scientifique », Gérard Noiriel rappelle que, pour Marc Bloch comme pour les historiens méthodistes qui ont défini les règles professionnelles toujours en vigueur aujourd’hui, une connaissance « peut être considérée comme “vraie” quand elle est acceptée comme telle par l’ensemble des spécialistes » et que l’importance d’un problème historique résulte de l’accord des historiens concernés pour privilégier l’étude de ce problème (1996, p. 24) ; le recrutement par ses pairs n’étant que la face institutionnelle de cette définition de la vérité et de la légitimité. Mais, en s’appuyant toujours sur le célèbre ouvrage de Marc Bloch rédigé peu avant sa mort, L’apologie pour l’histoire, Gérard Noiriel rappelle aussi que les historiens ont un rôle social et travaillent en phase avec les préoccupations qui dominent la société de leur temps. Face à cette double exigence, l’histoire des femmes en France se trouve aujourd’hui dans une situation paradoxale. D’un côté, les relations entre les hommes et les femmes sont au cœur des interrogations sociales et le public lecteur, masculin comme féminin, manifeste beaucoup d’intérêt pour des travaux historiques ou sociologiques qui permettent d’en comprendre le fonctionnement et remplissent, au moins partiellement, la fonction d’expertise savante dont on parle tant pour d’autres domaines de l’histoire16. De l’autre, l’histoire des femmes n’est pas encore, sauf exception, véritablement reconnue comme une des dimensions de l’histoire et a une très faible place dans les institutions de recherche et d’enseignement. Pourtant, comme l’histoire ouvrière dans les années 1950, elle a su, me semble-t-il – et cet ouvrage est là pour le montrer –, transformer en objets de recherche scientifique ces préoccupations du présent.

  • 17 Reprise par Gérard Noiriel (1996, p. 262), la citation d’André Burguière est issue d’un des articl (...)

16Ce paradoxe s’explique en grande partie par les résistances inscrites dans les traditions culturelles françaises et par le caractère difficilement classable d’une histoire des femmes transversale aux catégories usuelles de la discipline ; or ces catégories (histoire politique, sociale, culturelle...) sont considérées bien souvent, malgré leur détermination historique, comme naturelles ou seules possibles. Mais la situation paradoxale de l’histoire des femmes résulte aussi du fait qu’elle a totalement négligé la troisième dimension du métier d’historien mise au jour par Gérard Noiriel derrière Max Weber : l’exercice du pouvoir qui, bien que non dit, permet seul, au-delà des activités de savoir et de mémoire, la structuration et la légitimation d’une discipline universitaire. Alors qu’en constant renouvellement, l’histoire est faite et enseignée par des historiens qui ont gagné puis oublié leur combat de légitimité – l’enseignement universitaire et la recherche devraient d’ailleurs, comme le suggèrent Jean-Maurice Bizière et Pierre Vayssière (1995), accorder une plus grande place à l’histoire de la discipline et de la profession –, l’histoire des femmes dans son ensemble n’a pas compris que, comme l’écrivait André Burguière à propos des Annales, « tout projet scientifique est inséparable d’un projet de pouvoir » (1979, p. 1353)17. Certes, née dans les années 1970, elle n’a pas bénéficié, comme l’histoire économique et sociale dans les deux décennies précédentes, d’une conjoncture favorable d’expansion institutionnelle, bien au contraire. Portée, pour la majorité de ses chercheur (e) s, par l’enthousiasme de faire du neuf et une grande spontanéité, elle a sans doute aussi manqué des occasions de se faire entendre, et peu utilisé les atouts d’une demande sociale et d’un développement international. Elle risque d’être particulièrement pénalisée en période de contraction des crédits et des postes, la féminisation bien réelle de l’enseignement supérieur n’ayant pas nécessairement d’incidence, du moins immédiate, sur son développement.

  • 18 En témoignent par exemple la publication de la série Histoire des femmes puis le lancement de la r (...)

17Je ne voudrais pas m’étendre trop longuement sur les causes de cette « négligence » qui relèvent plus du débat interne que du dialogue avec l’histoire générale et dont certaines ont déjà été mentionnées : la crainte, aujourd’hui surmontée18, de créer un « ghetto » intellectuel, les difficultés que les femmes entretiennent, de par leur histoire et leur statut social, avec l’exercice du pouvoir, les réticences du féminisme français envers toute forme d’institutionnalisation et son inaptitude à poser la question du pouvoir (Picq 1993, 1998), mais aussi sans doute les conflits de pouvoir et d’intérêt entre groupes ou personnes, particulièrement, me semble-t-il, entre les « intégrées » à un titre ou à un autre dans les institutions et les exclues par choix ou par nécessité. Collectivement, l’histoire des femmes ne s’est pas véritablement imposée et plus d’une de ses actrices – il s’agissait au début essentiellement de femmes – a été laissée au bord du chemin : de cela aussi, il faudra un jour faire l’histoire et débattre, le plus sereinement possible, pour aller de l’avant. Pour l’heure, je soulignerai seulement que cette explication de la faiblesse de l’histoire des femmes en France est rarement avancée par l’ensemble des historiens au profit d’arguments invoquant soit sa non-scientificité – « ce n’est pas de l’histoire » –, soit son caractère désuet : « La problématique de la différence sexuelle est maintenant utilisée par tous, en dehors de toute référence explicite au féminisme. » Plus rare, ce dernier argument ne me semble pas correspondre à la réalité historiographique ; il est en outre particulièrement insidieux dans la mesure où il invoque l’objectif final de l’histoire des femmes (prise en compte du paramètre sexué par l’histoire générale) pour décréter une bonne manière de la faire et dénier à ce domaine de recherche, qui n’a pas encore eu les moyens de produire tous ses effets, le droit d’exister. L’histoire des femmes montre au contraire, me semble-t-il, qu’elle a encore de nombreuses potentialités à développer et qu’elle peut continuer à enrichir de multiples manières l’histoire générale.

18J’insisterai aussi sur les conséquences négatives de cette mise à l’écart de et par l’institution : le risque d’asphyxie et plus encore l’inégalité des chances offertes aux apprentis-historiens. Faut-il dire aux étudiants et aux étudiantes que leur avenir ne dépend pas seulement de leur travail et de leur capacité à mettre en œuvre les règles du métier, qu’il y a de « bons » et de « mauvais » sujets de recherche, qu’il y a des questions historiques à ne pas se poser ? Comment peuvent-ils comprendre ces distinctions si, comme l’écrit Catherine Coquery-Vidrovitch dans l’en-tête de son livre Les Africaines (1994), « pour les nouvelles générations l’histoire des femmes fait partie de l’histoire du monde » ? Ne faut-il pas plutôt, comme le suggère Gérard Noiriel pour l’ensemble de la discipline, œuvrer pour « la démocratisation des activités de jugement », pour l’émergence d’« une société historienne plus juste et plus égalitaire », moyen de « contribuer le plus efficacement à l’enrichissement du savoir historique » (1996, p. 326-327) ? Peut-être l’histoire des femmes – c’est du moins un projet stimulant qui mérite aussi débat – a-t-elle un rôle particulier à jouer dans ce processus, en proposant non seulement de nouvelles manières de penser mais aussi de fonctionner.

  • 19 Extraite de Écrits sur l’histoire, la citation est reprise par G. Noiriel (1996, p. 94), dont le l (...)

19Comme pour Fernand Braudel, qui ne pensait pas dans les années 1960 – mais peut-on lui reprocher ? – à l’histoire des femmes, « toutes les portes me paraissent bonnes pour franchir le seuil multiple de l’histoire » (1969, p. 191)19. En 1992, pour clore l’introduction du volume consacré au XXe siècle de la série Storia delle donne, j’écrivais que

l’histoire des femmes n’est pas le point de vue des points de vue qui prétendrait à toute la vue. Mais à l’heure où l’histoire, bousculée par l’actualité, s’interroge sur son identité disciplinaire et ses principes d’intelligibilité du réel, elle peut être une des voies pour enrichir les modèles historiques, seul moyen de rendre compte de la complexité des processus sociaux. (Thébaud 1992a, p. 23)

20Je souscris toujours à cette affirmation et espère avoir convaincu au fil de ces pages. Laissons l’histoire des femmes infiltrer les formes habituelles du savoir et laissons-la, en même temps, exprimer toutes ses potentialités. L’enjeu en est sans doute la production et la transmission d’une culture mixte, choix majeurs de société à l’aube du XXIe siècle. Une histoire sans les femmes – les femmes et le genre comme objets d’histoire pour les historiens des deux sexes, mais aussi les femmes historiennes – est-elle aujourd’hui possible ?

Notes

1 Comme Gérard Noiriel (p. 43), il me paraît important de clairement distinguer polémique et controverse ; cette dernière « oppose des individus qui parlent le même langage et partagent le même système de normes, alors qu’une polémique oppose des individus dont les critères de jugement relèvent d’univers qui sont étrangers l’un à l’autre ».

2 Signalons cependant la parution en 1997 (Paris, Fayard) de l’ouvrage de Robert Badinter : Un antisémitisme ordinaire. Vichy et les avocats juifs (1940-1944) et de celui de Marc Olivier Baruch : Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard. [Et plus récemment Rennes 2007.]

3 Pour les stratégies développées par les femmes, voir aussi Boigeol 1993.

4 Isabelle Ernot s’est engagée avec beaucoup d’enthousiasme dans ces recherches. [Voir Ernot 2004 et 2007, ainsi que la note 25 (p. 41-42) actualisée de la première partie.]

5 Women’s History Review a consacré un numéro spécial à ce thème : Women’s Sexualities. Contest and Control, Penny Summerfield and Penny Tinkler éd. (1992).

6 J’utilise le terme anglais pour signifier l’histoire des femmes première manière.

7 Voir la troisième partie ; l’expression « éternelles querelles de la philosophie » est de Gérard Noiriel (1996, p. 147).

8 Lectrice pour le Mouvement social de l’article de S. Zdatny, qui, dans une longue introduction théorique, critiquait vertement l’histoire culturelle et l’approche de Mary Louise Roberts, j’ai suggéré à la revue de proposer aux lecteurs tous les éléments du débat.

9 Le numéro 5 de Clio HFS a demandé à Michelle Perrot de rendre hommage à l’historien membre de son comité scientifique. [Elle a ensuite (1998) consacré un numéro à « Georges Duby et l’histoire des femmes ».]

10 J’ai déjà cité cette heureuse expression de Rose-Marie Lagrave.

11 Le premier numéro date de 1993.

12 Le premier numéro date de 1988.

13 Dans une conférence prononcée en octobre 1996 au centre Pierre-Léon de Lyon, Michelle Perrot évoquait le cas d’Ernest Labrousse qui a renouvelé l’histoire en y apportant les concepts de l’économie.

14 Geneviève Fraisse, La différence des sexes, 1996. [Voir ses ouvrages postérieurs.]

15 Les cahiers du MAGE publient quatre fois par an les actes de rencontres européennes organisées par le GDR MAGE (sous la direction de Margaret Maruani) sur le thème général des différences de sexe sur le marché du travail. [Ils ont été remplacés en 1999 par Travail, genre et sociétés qui affiche plus explicitement le terme « genre ».]

16 À propos de l’histoire de la collaboration notamment. Voir sur ce point : François Bédarida, « Praxis historienne et responsabilité » (1994) et « Les responsabilités de l’historien “expert” » (1995b).

17 Reprise par Gérard Noiriel (1996, p. 262), la citation d’André Burguière est issue d’un des articles publiés par les Annales pour son cinquantième anniversaire : « Histoire d’une histoire : la naissance des Annales » (1979).

18 En témoignent par exemple la publication de la série Histoire des femmes puis le lancement de la revue Clio, histoire, femmes et sociétés.

19 Extraite de Écrits sur l’histoire, la citation est reprise par G. Noiriel (1996, p. 94), dont le livre est ainsi une merveilleuse invitation à lire ou relire ces textes fondateurs.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540