Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Troisième partie

Le temps du gender

Texte intégral

  • 1 [Rappelons que cette troisième partie était la dernière de l’édition originale dont la rédaction a (...)

1Comme le disent en souriant nos collègues étrangères, les historiennes et historiens français ont longtemps eu un problème avec le terme gender, qu’ils n’ont pas su traduire et imposer. Alors que le gender devient familier aux historiennes américaines et britanniques dès les premières années de la décennie 1980, alors que la signification de ce terme en sciences sociales s’inscrit désormais dans des dictionnaires de langue anglaise – à côté de son sens usuel ou grammatical –, alors qu’il trouve des traductions en allemand (Geschlecht), italien (genere), espagnol (género), le terme français « genre » est peu utilisé en histoire et a encore une très faible visibilité intellectuelle à la fin des années 19901.

  • 2 Ce colloque des 3 et 4 mars 1989 marque un aboutissement de l’Action thématique programmée du CNRS (...)
  • 3 Dans le numéro de décembre 1994 de L’histoire, l’historien suisse Thomas Späth (Université de Bâle (...)
  • 4 Christine Bard, Agnès Fine, Gabrielle Houbre, Christiane Klapisch-Zuber, Claudine Leduc, Catherine (...)
  • 5 Françoise Collin est directrice des Cahiers du Grif dont le numéro 45 s’intitule Savoir et différe (...)

2Publié (Hurtig et al. 1991), le colloque interdisciplinaire Sexe et genre a tenté en 19892 d’expliciter la notion et de montrer l’intérêt heuristique de la distinction sexe/genre, tandis que deux numéros de revues se sont expressément intéressées au genre en histoire : Le genre de l’histoire des Cahiers du Grif en 1988 et le numéro 6 de Genèses au titre plus incertain – Femmes, genre, histoire – en 1991. Mais les historien (ne) s des femmes se disent rarement, comme leurs collègues étrangers, spécialistes du genre ou des genres3, et les titres de leurs enseignements contiennent plus volontiers « femmes », « rapports de sexe » ou même « sexe », comme le séminaire « Sexe et race » qu’a organisé et régulièrement publié Rita Thalmann à l’Université Paris 7 ou le DEA « Sexe et société » de cette même université. De même, alors qu’en 1995 le CNRS a accepté la création par les sociologues du travail féminin d’un groupement de recherche intitulé « Marché du travail et genre », qui publie Les cahiers du MAGE, la revue d’histoire dont j’ai pris l’initiative au même moment a choisi, après un long débat entre les neuf membres de son comité de rédaction4, un titre plus acceptable par la profession, clin d’œil modeste au triptyque des Annales ESC : Clio, histoire, femmes et sociétés . Quant aux éditeurs, ils découragent l’emploi d’un terme qu’ils considèrent comme incompris du public – alors que « femmes » est plutôt commercialement porteur – et ont osé seulement à quelques reprises, le plus souvent à la demande d’organisatrices de colloques, intituler un livre « Le sexe de… », titre qui souligne bien la dimension sexuée d’un phénomène historique ou social. Après Le sexe du travail déjà cité (Barrère-Maurisson 1984) sont parus Le sexe du pouvoir, Le sexe des sciences, Le sexe des politiques sociales (Aubert et al. 1986 ; Collin5 1992b ; Gautier et Heinen 1993). Par contre, la table ronde, organisée en 1993 par Michelle Zancarini-Fournel et l’Américaine Leora Auslander sur « le genre de la protection », n’a pu être publiée que sous le titre, considéré comme plus explicite, Différence des sexes et protection sociale (1995).

  • 6 Elles se réfèrent à un espace (histoire urbaine, rurale, africaine...), une catégorie (histoire ou (...)
  • 7 Par exemple, Delphine Gardey et Ilana Löwy ont intitulé la journée d’étude organisée le 24 janvier (...)

3Comment expliquer cette particularité nationale ? Est-elle le reflet de notre faiblesse théorique et institutionnelle ? Sans doute. Ou la conséquence de différences linguistiques ? Peut-être, dans la mesure où, à la différence de l’expression sexual difference, « différence sexuelle » ne renvoie pas seulement à la différence biologique. De fait, cette particularité me semble de même nature que la résistance opposée, par le rire ou l’autorité du dictionnaire, à la féminisation des fonctions, grades et titres, féminisation devenue effective au Québec francophone. Mais si je suis, sans réticence aucune, favorable à cette dernière, il ne m’est pas pendant longtemps apparu très opportun ni particulièrement nécessaire de revendiquer et diffuser l’appellation « histoire du genre ». On a dit et redit au début des années 1980 que l’histoire des femmes était piégée par son nom, qui sous-entend celle d’une catégorie particulière d’individus et non un questionnement nouveau. Pourtant elle a su, en France comme ailleurs – et là est l’essentiel –, intégrer les apports méthodologiques et conceptuels de la notion de gender, proposer une histoire du rapport entre les hommes et les femmes, entre le masculin et le féminin, et amorcer une lecture sexuée des événements et phénomènes historiques. Riche du passé, des tensions et débats que je décris dans cet ouvrage, l’appellation « histoire des femmes » peut être considérée comme générique et inclusive, englobant comme étape et composante l’histoire du genre. Elle rassemble tout en laissant place au débat et n’a pas nécessairement vis-à-vis de l’extérieur – la communauté des historiens, les étudiants, le public lecteur – les inconvénients qu’on lui prêtait. A-t-on longtemps reproché à l’histoire ouvrière d’être une histoire marginale ou trop spécialisée ? Et celle-ci s’est-elle demandée si elle devait perdre son nom pour devenir « l’histoire de classe » ? Les spécialités dont se ré clament les historiens en France sont de nature diverse6 et évolutive, enjeux non dits de la discipline et de la profession. Dans leur perfectionnisme à se bien nommer, celles et ceux qui pratiquent l’histoire des femmes sont sans doute victimes du soupçon qui a pesé et pèse encore sur leur légitimité et/ou leur compétence ; nouvel objet ou nouveau point de vue, l’histoire des femmes est transversale aux spécialités reconnues et trouve difficilement sa place, quelle que soit son appellation. Inversement – et je m’interroge, séduite par l’aisance avec laquelle des collègues plus jeunes utilisent le terme « genre »7 –, aucun historien ne peut être insensible au poids des mots et aux enjeux, symboliques et réels, de la diffusion d’une nouvelle expression ou d’une nouvelle signification…

4Autre argument et deuxième élément qui complique la perception du gender en France : l’usage quasi rituel du terme en Grande-Bretagne et aux États-Unis, dans les titres de livres, de cours ou de sessions de colloques. Comme l’a souligné l’historienne britannique Claire Duchen, qui a recensé dans la seule bibliothèque de l’Université du Sussex 678 titres le contenant, gender est si largement répandu qu’il court le risque de perdre toute signification. Employé comme nom, seul ou en association – gender relations, gender systems, gender identity… –, il prend aussi la forme d’un adjectif et de plus en plus d’un verbe : gendering. Utilisé tantôt à la place de « sexe » ou de « femmes », tantôt en opposition à ces termes, il reste le plus souvent indéfini, comme si sa signification était évidente et faisait l’unanimité. Déjà signalé par Joan Scott en 1986, ce phénomène de mode qu’elle dénonce et attribue notamment à la plus grande acceptabilité intellectuelle du terme – abstrait, il apparaît plus « objectif » que « femmes » –, inspire à Claire Duchen un salutaire article de clarification sur ses différents usages dans le féminisme et le discours académique (1994a). Dans cette perspective, le premier point de ce chapitre sera consacré à une brève histoire du terme et du concept, ainsi qu’à sa réception en France dans le champ de l’histoire des femmes.

  • 8 Les versions originales en anglais – « Gender : a useful category of historical analysis » et « Ge (...)
  • 9 Elle s’intitule « Women’s history ». Je remercie Siân Reynolds d’avoir attiré mon attention sur ce (...)

5Troisième élément à prendre en compte : l’existence de plusieurs acceptions du concept de gender. Ceci est mal connu en France, faute d’écho suffisant au large débat polémique qui oppose, aux États-Unis surtout, les historiennes des femmes qui se réclament du post-structuralisme ou du tournant linguistique, et celles qui dénoncent les dangers de ce « nouvel historicisme ». Nous sommes loin, semble-t-il aujourd’hui, des échanges cordiaux entre Louise Tilly et Joan Scott – les deux ex-coauteurs de Women, Work and Family (1978) –, échanges mieux connus grâce à la traduction en français de deux articles importants. Paru en 1990 dans la revue Genèses, l’article de Louise Tilly intitulé « Genre, histoire des femmes et histoire sociale » était une forme de réponse non polémique à l’essai de sa collègue inséré dans Les cahiers du Grif de 1988 : « Genre : une catégorie utile d’analyse historique »8. M’inspirant de la distinction opérée quelque temps plus tard par Joan Scott, dans une contribution fort éclairante9 à l’ouvrage collectif de Peter Burke New Perspectives in Historical Writing (1991b), entre l’approche « science sociale » du gender et l’approche post-structuraliste du gender, j’avancerai dans cette troisième partie par étapes. Après un rappel des origines, j’expliciterai, avec ses conséquences historiographiques et les critiques qu’elle engendre, la signification la plus courante de la gender history, avant de regarder, notamment avec la série Histoire des femmes, ce qui s’est pratiqué en France, pour finir sur les clivages contemporains et les tendances de l’historiographie française des années 1990.

6Moins historiographiques – au sens de recensement de travaux –, plus théoriques et plus internationales que les chapitres précédents, ces pages voudraient mettre un peu de clarté autour du gender et de ses enjeux. Montrer aussi que, si la pratique de l’histoire des femmes est aujourd’hui fragmentée – fragmentation toutefois moins manifeste en France et même en Europe qu’aux États-Unis – entre la women’s history, la gender history première manière et la gender history post-structuraliste, ses débats tout comme ses objets peuvent enrichir la discipline et faire écho à ses interrogations. Même s’il nous faut constater qu’en ce domaine comme ailleurs, la France a longtemps porté une moins grande attention que d’autres pays à l’épistémologie de l’histoire.

Brève histoire du terme et du concept

  • 10 Tous les articles américains et français consultés renvoient au travail d’Ann Oakley mais Claire D (...)

7Celle-ci commence par la mise en évidence, par Robert Stoller d’abord dans un livre peu connu de 1968 – Sex and Gender –, puis par la sociologue Ann Oakley dans une étude plus largement divulguée – Sex, Gender and Society (1972) –, de la différence entre sexe et genre10. Le premier terme fait référence à la nature, aux différences biologiques entre hommes et femmes, mâles et femelles ; le deuxième renvoie à la culture et concerne la classification sociale et culturelle en masculin et féminin. Le genre est en quelque sorte « le sexe social » ou la différence des sexes construite socialement, ensemble dynamique de pratiques et de représentations, avec des activités et des rôles assignés, des attributs psychologiques, un système de croyances. Le sexe est ainsi perçu comme un invariant, tandis que le genre est variable dans le temps et l’espace, la masculinité ou la féminité – être homme ou femme ou considéré comme tel (le) – n’ayant pas la même signification à toutes les époques et dans toutes les cultures.

8Fondamentale pour le féminisme dans son combat contre le déterminisme biologique, cette distinction ouvre la porte à l’histoire des rapports de sexe, à une histoire moins descriptive et plus analytique, perspective proposée très tôt à l’histoire des femmes, particulièrement aux État-Unis. En 1974, à la conférence de Berkshire, Natalie Zemon Davis esquisse le programme collectif d’une « histoire des femmes en transition » – le titre de l’article paru deux ans plus tard dans Feminist Studies – et s’explique longuement :

Notre but est de comprendre la signification des sexes, des groupes de genre dans le passé. Notre but est de découvrir les variations des rôles et du symbolisme sexuels dans différentes sociétés et périodes, de comprendre ce qu’ils signifiaient et comment ils fonctionnaient pour maintenir l’ordre social ou promouvoir son changement. Notre but est d’expliquer pourquoi les rôles sexuels furent tantôt étroitement prescrits, tantôt fluides, tantôt asymétriques, tantôt plus égalitaires. (Davis 1976, p. 90)

9Ce faisant, elle souligne déjà les incidences positives de cette approche sur la discipline historique – repenser les questions centrales de pouvoir, de structure sociale, de propriété, de symbolisme, de périodisation… –, et formule le vœu que s’occuper du genre comme des classes devienne une seconde nature pour les historiens. Plus ferme encore chez Joan Kelly qui propose de comprendre le changement social en articulant relations de sexe et de classe (1976), ce vœu est encore peu réalisé vingt ans plus tard, et n’est entendu des historiennes des femmes que dans les années 1980, après les développements de la herstory et parallèlement à la popularisation du terme gender. Signe indubitable de reconnaissance et d’intégration intellectuelle, son entrée dans les titres de revues est d’ailleurs fort tardive : Gender & History est créée en 1989, au même moment que Gender and Education, et peu de temps après la revue d’études anglaises et américaines Genders (1988) ou celle de sociologie Gender & Society (1987).

10Le concept de genre met aussi beaucoup de temps à traverser l’Atlantique, même si en France – je l’ai déjà souligné –, la nécessité d’une histoire relationnelle des deux sexes est affirmée dès le début et à maintes reprises. Ce qu’écrivent les chercheuses de l’Institut d’histoire du temps présent, à l’écoute des nouveautés historiographiques, me semble un bon indicateur. Rédigée début 1982 par Claire Auzias, Helen Chenut et Danièle Voldman, l’introduction à une bibliographie d’histoire orale et d’histoire des femmes signale qu’aux États-Unis « le courant féministe ou women’s studies paraît le plus intéressant et le plus solidement implanté dans les sciences sociales, face à des courants comme l’histoire de la famille ou gender studies, qui ont tendance à essayer d’orienter les études féminines vers celle des rapports entre les hommes et les femmes, sans apporter pour autant un cadre théorique plus fécond à l’histoire des femmes » (Auzias et al. 1982, p. 60-61). Mais le séminaire d’histoire orale reçoit Louise Tilly en juin 1986, et douze mois plus tard Natalie Zemon Davis qui rend compte des questions soulevées dans son cours à Princeton et réaffirme ses engagements de longue date. Au colloque de Toulouse, on débat surtout, pour en marquer les filiations et les limites, de concepts plus marxisants comme classe de sexe, mode de production domestique ou encore patriarcat, qui conceptualisent peu la différence des sexes ou du moins en rigidifient la perception. Le genre n’est évoqué que dans des sessions animées par des spécialistes des études anglo-américaines – Françoise Basch et Françoise Ducrocq notamment – et défini comme « la nécessité de replacer le thème “femme” dans l’optique socio-culturelle et politique » (AFFER, p. 34) ; l’expression « sexe social » y est écarté au profit de « masculin-féminin ».

  • 11 Je renvoie aux bibliographies et aux articles très clairs de Michèle Ferrand, Nicky Le Feuvre et M (...)

11Ignoré dans les interventions de Saint-Maximin, – mais Michelle Perrot souligne dans la préface aux actes du colloque qu’elles ont reproduit le récent débat américain –, le concept de genre se diffuse lentement. Cité au détour d’une phrase dans un bilan historiographique écrit en 1985, puis dans un autre de 1987, il lui est préféré immédiatement l’expression « rapports de sexe » qui appelle les précisions suivantes : « Quels que soient les objets traités, l’histoire des femmes est celle de leurs rapports, individuels et collectifs, réels et symboliques à l’autre sexe ; il s’agit de faire l’histoire de ces rapports à tous les niveaux : discours, représentations, pratiques effectives… ; d’articuler aussi rapports de sexe et rapports de classe » (Perrot 1987c, p. 26). Comme les représentantes d’autres disciplines et particulièrement les sociologues, qu’un long cheminement régulièrement décrit et théorisé conduit de l’étude de la condition féminine à une sociologie des « rapports sociaux de sexe » (Ferrand et Le Feuvre 1992 ; Haicault 1992)11, les historiennes françaises, de fait beaucoup plus empiriques, retrouvent par elles-mêmes ou assimilent des éléments du gender mais en boudent le terme. Ainsi, par effet de style ou pour éviter les répétitions, les historiennes peuvent employer « masculin-féminin » pour « hommes-femmes », ou bien encore « masculin-féminin » comme englobant l’une et l’autre des relations précédentes. De même, et tout cela est source d’incompréhensions d’une discipline à l’autre, le genre est qualifié tantôt de notion, tantôt de concept, bien qu’il soit plus précisément un concept. Le concept ne fera d’ailleurs jamais l’unanimité en France dans les années 1990, apprécié de façon plutôt contradictoire comme l’a montré le colloque Sexe et genre, d’où émergent trois points de vue : pour les unes, dont l’anthropologue Nicole-Claude Mathieu qui a rassemblé en 1991 ses travaux critiques sur les catégorisations du sexe et préfère parler de « sexe social », le genre risque de masquer le rapport de domination entre hommes et femmes ; pour d’autres, c’est un concept utile comme catégorie d’analyse mais source d’ambiguïtés ; pour d’autres enfin, il est le seul à pouvoir rendre compte du rapport de domination. Pointant les difficultés théoriques et les enjeux scientifiques, ce colloque appelle à une nécessaire explicitation des rapports sexe/genre, le biologique apparaissant, contrairement aux premières affirmations, comme objet de réélaboration psychologique et sociale. Représentation et lieu de pouvoir, le corps aussi a une histoire ; en ce sens, le genre, catégorie de la pensée, précède le sexe et le module…

12De ces prémisses découle ce qui peut être appelée une méthode d’étude du genre, dont les maîtres-mots sont comparer et plus encore mettre en relation : comparer la situation des femmes et celle des hommes à tous les niveaux et à travers toutes les sources possibles, toujours rapporter l’évolution de la condition féminine à celle de la condition masculine, travailler sur les processus plus que sur l’état des choses, analyser dans toutes ses modalités la rencontre sexuée. Ainsi écrivais-je à propos des femmes occidentales de ces dernières décennies :

Si dans le monde du travail, la féminisation de certains métiers [et la croissance de la main-d’œuvre féminine] perpétuent l’écart des positions entre hommes et femmes, la possibilité de méthodes modernes de contraception ne libère pas seulement les femmes de grossesses indésirées ; elle leur donne, au détriment des hommes, la maîtrise de la fécondité et doit être placée en parallèle avec les modifications du droit civil qui mettent fin, au même moment, à leur subordination privée. (Thébaud 1992a, p. 16)

13Le genre invite aussi à considérer tout ce qui donne sens aux activités et statuts respectifs des hommes et des femmes, à porter attention à toute forme de symbolisme sexué. L’histoire des femmes n’est plus celle des acquis féminins, qui put par erreur d’optique conduire à un discours simpliste sur le progrès et l’émancipation ; elle s’interroge plutôt sur l’évolution du gender system, à la fois ensemble de rôles sociaux sexués et système de pensée ou de représentations définissant culturellement le masculin et le féminin et façonnant les identités sexuelles. Ainsi écrivais-je encore :

Longtemps décrite comme émancipatrice pour les femmes, la guerre, dont les effets psychologiques et sociaux se font sentir bien au-delà de l’arrêt des hostilités, la Grande Guerre en particulier, apparaît alors comme profondément conservatrice dans la mesure où, loin des aspirations égalitaires et des interrogations identitaires, elle favorise, jusque dans le féminisme, le triomphe d’une pensée dichotomique en matière sexuelle. (Thébaud 1992a, p. 17)

  • 12 Joan Scott et Louise Tilly (1990, p. 148) citent toutes deux – avec des mots différents – la réact (...)
  • 13 Pour les citations, j’utilise la version française. C’est moi qui souligne les mots importants.

14Mais pour les historiennes françaises, comme pour les Américaines et d’autres, la théoricienne du genre est Joan Scott dont l’intervention de décembre 1985 au colloque de l’American Historical Association devient l’année suivante l’article célèbre traduit en plusieurs langues : « Gender : a useful category of historical analysis » (Scott 1986a et 1988c). Soulignant que le genre est une construction intellectuelle heuristique, cet article développe des thèmes amorcés dans un bilan critique de la women’s history, une histoire considérée comme trop descriptive et qui ne théorise pas comment le genre opère historiquement (Scott 1983). Pour tenter de dépasser à la fois l’inaptitude des théories existantes – marxisme, psychanalyse, théorie du patriarcat – à expliquer les inégalités persistantes entre hommes et femmes et à introduire la variabilité historique, comme celle de l’histoire des femmes à forcer les portes de la reconnaissance et transformer les concepts dominants de la discipline12, Joan Scott propose d’adopter la définition suivante du genre : « Le genre est un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir » (Scott 1988c, p. 141)13. Là est l’essentiel, semble-t-il, dans un regard plus politique qui tente d’analyser les voies par lesquelles, réciproquement, la politique – entendue au sens large de tout ce qui implique des distributions inégales de pouvoir et donc des conflits – « construit le genre et le genre construit la politique ». D’une part, puisque la différence sexuelle apparaît comme un moyen fondamental de marquer, par opposition binaire, la différenciation et de légitimer la hiérarchie, le genre irrigue la société et la tâche de l’historien est de traquer toute forme explicite et implicite de politiques ou de discours « genrés » – en français on dit plus facilement sexués –, pour comprendre comment le genre construit les rapports sociaux. D’autre part, la recherche historique doit faire éclater l’apparente fixité des distinctions hommes/femmes, et, en s’intéressant aux processus de détermination culturelle de la différence des sexes plus qu’aux causes originelles, montrer que cette différence est non seulement variable historiquement, mais à tout moment l’objet de débats, conflits, défis et le résultat de la répression d’autres possibilités de définition, donc le produit de relations de pouvoir inscrites dans le langage. Particulièrement attentive au langage, cette analyse du genre tend à devenir celle de la production du savoir sur la différence sexuelle, celle de la construction des significations subjectives et collectives « femmes/hommes » comme catégories d’identité.

  • 14 Méthode théorisée dans De la grammatologie (Derrida 1967, traduction américaine 1976) et qui a bea (...)

15Inspirée de Jacques Lacan – dont le langage est au centre de la théorie –, mais plus encore de Michel Foucault – dans sa conception du pouvoir et son projet d’analyse critique des discours – et de Jacques Derrida – dans sa méthode déconstructionniste d’analyse des textes14 –, l’approche de Joan Scott est qualifiée par Louise Tilly de « littéraire et philosophique » (Tilly 1990, p. 158). Désormais les chemins divergent.

La gender history première manière15 : richesse et limites

  • 15 J’utiliserai aussi par commodité dans ce paragraphe le qualificatif « classique ».

16Ce sont les historiennes post-structuralistes – les plus connues sont Joan Scott aux États-Unis et Denise Riley en Grande-Bretagne – qui ont les premières souligné les clivages, qu’elles attribuent notamment au traitement de la question des différences au sein de la différence sexuelle, des différences entre femmes. La gender history, disent-elles, suppose que nous savons ce que sont un homme et une femme, que ceux-ci sont dans une opposition binaire fixe, qu’ils possèdent des identités cohérentes en corrélation directe avec les catégories sociales hommes-femmes et que les variations de ces identités sont dues à d’autres caractéristiques sociales instituées, comme la classe ou la race. Dans cette perspective, me semble-t-il, les notions d’expérience et d’identité des femmes, notions si chères à la women’s history, gardent la même valeur – le rôle de l’histoire est de les mettre au jour – et des significations proches, même si le genre pluralise la catégorie « femmes » et produit un ensemble bigarré d’histoires et d’identités collectives. On reste dans le même cadre épistémologique à l’intérieur duquel je voudrais observer maintenant le caractère productif de la gender history.

  • 16 Comme l’écrit Louise Tilly (1990, p. 159), Joan Scott « intervient non seulement dans le débat sur (...)
  • 17 La revue est éditée chez Basil Blackwell ; la première directrice de publication est Jane Rendall (...)

17De fait, tout autant philosophiques et politiques que disciplinaires – mais ses promotrices renieraient l’opposition16 –, les critiques poststructuralistes m’apparaissent souvent trop sévères, accentuant les clivages et sous-estimant la fécondité des recherches historiques classiques sur le genre. Beaucoup de ses praticien (ne) s, particulièrement en Europe, intègrent des éléments de la définition du genre proposée par Joan Scott et adoptent une approche pluraliste. En témoigne la revue britannique Gender & History qui paraît au printemps 1989 avec un éditorial programmatique très ouvert. Le journal veut « éclairer les chemins dans lesquels les sociétés ont été formées par les relations de pouvoir entre femmes et hommes », « mettre au jour les expériences passées des femmes dans toute leur variété », porter « attention à la construction historique de la masculinité », « examiner tous les aspects du genre : à la maison et au travail, dans les espaces de voisinage et la diplomatie, dans le jeu et la guerre, dans les relations privées et les parlements », « alerter les lecteurs sur la multiplicité des langages (et métaphores) genrés à travers un large spectre d’époques et de cultures », développer le sens du genre qui, la formule est jolie et enthousiaste, « pousse au plus haut degré d’imagination historique »17. Cet éditorial est suivi par un article synthétique et comparatif de Gisela Bock qui brosse un rapide bilan d’un quart de siècle d’écriture de l’histoire des femmes et souligne que l’intérêt du genre est d’inviter les historiens à penser en termes de relations et d’articulation de l’ensemble des relations socio-culturelles (Bock 1989). Considérée comme une historienne classique, elle est pourtant l’auteure deux ans plus tard de « Challenging dichotomies » qui fait écho à certaines pages de Joan Scott, notamment sur le danger historique et politique des oppositions binaires et la nécessité de dépasser les trois dichotomies qui structurent depuis les années 1980 les études sur les femmes. Au lieu d’opposer sexe et genre, Gisela Bock propose en effet d’historiciser aussi le biologique ; au lieu d’opposer égalité et différence – dichotomie qui relève de l’idéologie et à propos de laquelle Joan Scott avait fait remarquer que le contraire de « différent » est « identique » ou « similaire », en aucun cas « égal » (Scott 1988a) –, de reconnaître et déconstruire les deux termes, ainsi que ceux d’autonomie et d’intégration. Ce faisant – thèmes développés dans Beyond Equality and Difference (Bock et James 1992) –, elle affirme le rejet de hiérarchies mutuellement exclusives et revendique « l’égalité dans la différence » et « la différence dans l’égalité », comme le firent d’ailleurs dans le passé la plupart des mouvements féministes, même si cela n’a pas été suffisamment exploré (Bock 1991).

18Productive, la gender history l’est d’abord parce qu’elle reconsidère des questions soulevées par l’histoire des femmes. Par exemple, au lieu d’une histoire du corps féminin, Thomas Laqueur tente, des Grecs à Freud, une histoire des savoirs et des représentations de la différence des sexes (1990 ; traduction française 1992). Il montre le passage, à la fin de l’époque moderne, d’une vision unisexuée de la différence sexuelle – la femme est simplement moins parfaite que l’homme dans un rapport d’inversion des organes – à une conception où domine l’altérité entre homme et femme, où l’inégalité peut se fonder biologiquement. Il montre aussi, et c’est tout l’intérêt du genre, l’écart entre la connaissance scientifique et les représentations sociales – le sexe fantasmé –, ainsi que la coexistence dans le temps des deux modèles, écart et coexistence qui interrogent les notions de causalité et d’évolution. Mais, comme d’autres travaux contemporains et antérieurs, souligne l’italienne Giana Pomata, cette étude appuie le « stéréotype » de la misogynie du discours médical sur les femmes, faute de s’être suffisamment penchée sur l’histoire du corps masculin. Or, dans la tradition galénique, il arrive aussi que le corps masculin soit perçu à travers le modèle du corps féminin, comme dans l’analogie qui lie les hémorroïdes à la menstruation, elle-même « considérée comme un paradigme de l’effort spontané et salutaire de la nature pour débarrasser le corps du sang superflu, exemple que le médecin imitait en usant de la saignée » (Pomata 1992, 1993a, p. 32). Plus récent, l’ouvrage de Gabrielle Houbre, qui a consulté sans exclusive textes normatifs et écrits autobiographiques et intégré dans son analyse un large corpus de lithographies sur le thème de l’amour et de l’initiation sexuelle, évite cette dissymétrie et tente, dans la confrontation des expériences et des rêves des deux sexes, une histoire de « l’éducation sentimentale à l’âge du romantisme » (1997).

19En effet, deuxième point, la notion de genre implique qu’il n’y a pas de sexe que féminin et rend les hommes visibles comme être sexués. L’histoire au masculin a fait silence sur les autres mais elle a aussi, dans le neutre, refusé l’examen de la masculinité, de la position dominante comme des souffrances des hommes. C’est l’histoire des femmes qui a mis au jour les lieux et temps où les hommes se voient comme hommes et défendent leurs intérêts d’hommes ; elle a aussi peu à peu reconnu que les textes normatifs, tant étudiés au début, révèlent autant ou plus sur les mentalités masculines qu’ils ne cernent les vies des femmes. Ce que les anglophones appellent les men’s studies n’a cependant pas partout le même développement. Fort présentes aux États-Unis et en Grande-Bretagne, à un moindre degré au Québec, leurs productions couvrent des rayons de librairies et bibliothèques, en histoire comme dans d’autres sciences humaines. Engagée en ce sens, le premier numéro de Gender & History consacre à quatre ouvrages un compte rendu thématique intitulé « Men made manifest : histories and masculinities », et la revue ouvre ensuite largement ses pages à des recherches sur la construction ou les modalités de la masculinité (Wiesner 1989 ; Roper 1991 ; Walters 1993). En histoire contemporaine, derrière Eric Hobsbawm qui a montré la masculinisation de la symbolique ouvrière dans le dernier tiers du XIXe siècle (1978), elle s’intéresse fréquemment à la classe ouvrière qui a construit son identité de travail et de militantisme – le communisme ne fera qu’accentuer le phénomène – sur le mode de la virilité et laissé les femmes en marge (Blewett 1993 ; Rose 1993b)...

20Sur ce point, en revanche, la France fait encore figure de parent pauvre au début des années 1990. Au colloque de Saint-Maximin, Alain Corbin dénonçait « la dissymétrie historiographique qui risque de nous aveugler » et s’étonnait que les historiens du XIXe siècle, siècle guerrier, ne s’intéressent pas au simple soldat et n’étudient pas « le modèle dominant de la virilité et le théâtre sur lequel s’exacerbe la souffrance masculine » (1984, p. 151-152). Mais il a, semble-t-il, été peu entendu. Sur l’histoire des hommes et de la masculinité ne peuvent être cités que quelques livres, comme celui de Stéphane Audoin-Rouzeau (1986), qui déchiffre, à travers la presse des tranchées, la vie et les sentiments des soldats de la Grande Guerre, et des travaux isolés sur la paternité (Knibiehler 1987 ; Delumeau et Roche 1990) ou sur les crises identitaires masculines. Réaction au développement du féminisme et aux changements dans le statut des femmes, ces crises s’expriment généralement par la peur de l’indifférenciation sexuelle comme par la volonté de réaffirmer la supériorité des hommes. Particulièrement vive, celle qui se développe au début du XXe siècle a été étudiée à la fois par Jacques Le Rider pour la Vienne intellectuelle – autour des figures de Otto Weininger qui se suicide peu après la publication en 1903 de Sexe et caractère, et de Karl Kraus, pourfendeur de la pacifiste Bertha von Suttner puis « satiriste de la femme en guerre » (1982, 1990a, 1990b) – et par Annelise Maugue pour la France de la Belle Époque (1987, 1991). Cette dernière poursuit ses recherches dans la littérature romanesque de l’entre-deux-guerres, pour analyser les conséquences du conflit sur la représentation que les hommes se font d’eux-mêmes, des femmes et de l’univers politique ; elle y entrevoit l’émergence « d’une nouvelle figure du politique », qui, par sa conception guerrière, permet de consolider le monopole masculin dans ce domaine (1996).

  • 18 [CREA : Centre de recherches et d’études anthropologiques de l’Université Lumière - Lyon 2. ]

21Si certaines féministes américaines voient dans les men’s studies un danger pour les femmes et l’histoire des femmes, elles m’apparaissent plutôt comme une des voies prometteuses, par lesquelles nos rapports de sexe peuvent bouger et l’histoire traditionnelle être bousculée. Je ne peux que saluer l’initiative du CEFUP, qui, après un appel largement diffusé en France et au Québec, a ouvert en 1992 les colonnes de son bulletin aux réflexions menées par des hommes sur la construction sociale du masculin, l’inégalité des sexes et la relation hommes-femmes. Le CEFUP respectait ainsi sa tradition de mixité et manifestait, comme l’expriment en préambule Daniel Welzer-Lang et Marie-France Pichevin, « la volonté conjointe, dans le champ scientifique, de femmes féministes et d’hommes, qui pour certains se réclament du masculinisme, de réfléchir ensemble aux effets sur les hommes de la domination du genre masculin sur le genre féminin » (CEFUP/CREA18 1992, p. 8). Cette approche a été surtout développée en anthropologie, particulièrement par Daniel Welzer-Lang qui s’est intéressé à la violence exercée par les hommes dans le viol ou la vie conjugale (1988, 1991), a engagé, pour la comprendre, « des recherches comparatives sur les représentations et pratiques dites masculines et féminines » (1992, p. 127) – son livre sur la prostitution (1994) s’intitule significativement Prostitution : les uns, les unes, les autres –, avant de se pencher sur la violence subie par les hommes, notamment en prison (1996)...

  • 19 Louise Tilly cite aussi, comme traitant de multiples problèmes de l’histoire américaine, le livre (...)
  • 20 Voir aussi la recension par R. Milkman de travaux américains récents d’histoire du travail féminin (...)

22Productrice de savoirs, la gender history l’est aussi et surtout, parce qu’elle reconsidère dans une perspective sexuée des événements et phénomènes historiques, contribuant ainsi à l’explication de problèmes généraux et à une réécriture de l’histoire. Dans l’article de Genèses, où elle défend la conception d’une histoire des femmes enracinée dans l’histoire sociale, Louise Tilly fait la distinction entre des travaux qui utilisent le genre dans « son acception sociologique » et restent encore largement descriptifs, et une « histoire sociale analytique qui étudie un passé marqué par le genre » et répond aux grandes questions générales comme « la formation des classes », « la naissance et le déclin de la proto-industrie, les conditions de variation de la division sexuelle du travail, la forme et les objets des politiques sociales » (1990, p. 161, 163). Mais à considérer les travaux recensés, la distinction me semble ténue ou résulter essentiellement d’une façon de présenter les résultats obtenus. Prenons quelques exemples français ou étrangers, parmi ceux que je connais. L’étude de Léonore Davidoff et Catherine Hall (1987) sur les hommes et les femmes de la classe moyenne anglaise de la première moitié du XIXe siècle montre, comme des travaux plus anciens que Louise Tilly qualifierait volontiers d’« histoire au féminin compensatoire », l’exclusion des femmes du monde des affaires et de la citoyenneté ou leur participation aux mouvements religieux de réforme, mais aussi leur rôle fondamental dans les processus de mobilité sociale, question historiographique de première importance19. De son côté, Ruth Milkman, insistant sur les stratégies patronales, montre l’existence, les variations et la persistance d’une forte ségrégation sexuelle dans deux industries fort différentes – l’industrie automobile et celle des matériels électriques –, des années 1930 aux années 1950, malgré la poussée de féminisation de la seconde guerre mondiale ; elle analyse ainsi la dynamique ou les processus de différenciation à l’œuvre dans toute phase d’industrialisation (1987)20.

  • 21 Majoritairement féminine et organisée autour du système de la Fabrique, l’industrie rubanière stép (...)
  • 22 Le livre est la réécriture d’une thèse soutenue à l’Université Lyon 2 en 1993 (direction : Yves Le (...)

23De fait, en France comme ailleurs, – je pense notamment aux pages de Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel (1993) sur la rubanerie stéphanoise21 ou l’entreprise Casino, à celles de Bernadette Angleraud sur les boulangers lyonnais (1998)22, à celles de Laura Lee Downs, Manufacturing Inequality (1995), sur les entreprises métallurgiques françaises et britanniques de l’entre-deux-guerres, ou bien encore à l’ouvrage collectif américain d’Ava Baron intitulé Work Engendered (1991) –, l’histoire ouvrière du travail féminin et l’histoire des activités féminines tendent à être remplacées ou complétées par une histoire sexuée du travail et du mouvement ouvrier, qui montre comment les notions de masculin et de féminin ont façonné le développement du travail, de la classe ouvrière et de ses organisations, comment la différence sexuelle modèle les relations hiérarchiques dans l’entreprise, le parti ou le syndicat. Derrière Louise Tilly mais aussi Joan Scott, cette histoire prend en compte, dans son analyse du genre, les structures ou conditions matérielles ainsi que les représentations et les discours. Elle est sensible au partage des tâches et des espaces, aux représentations et à l’image des métiers qui façonnent les identités ouvrières et jouent un rôle important dans la définition même des qualifications, aux politiques syndicales bien souvent exclusives des intérêts spécifiques des femmes, aux formes et enjeux d’une législation de protection différente pour les hommes, les femmes et les enfants. Ce faisant, comme le souligne Laura Frader dans un ouvrage codirigé avec Sonya Rose (1996a) ou dans un bilan à l’usage des lecteurs français (1996b), l’historiographie du mouvement ouvrier repense « le paradigme de la prolétarisation » et celui de la séparation public-privé ; elle s’interroge aussi sur la signification de la citoyenneté pour la classe ouvrière ainsi que sur le rôle de l’État.

  • 23 Avec Elinor Accampo, auteure d’un livre sur Saint-Chamond au XIXe siècle (1989), et Rachel Fuchs q (...)

24Au cœur d’enjeux contemporains, l’histoire de la protection sociale du travail, et plus généralement des États-providence, fait l’objet depuis le milieu des années 1980 de multiples recherches en histoire des femmes et du genre. Signalons pour le premier point les travaux de Jane Lewis sur la Grande-Bretagne (1983), ceux de la Canadienne Mary Lynn Stewart sur la France d’avant 1914 (1989)23, le livre collectif dirigé par Ulla Wikander sur les pays du nord de l’Europe (1995), et en français la table ronde – devenue livre (1995) – organisée par Michelle Zancarini-Fournel et Leora Auslander à l’occasion du centenaire de la loi de 1892. Votée après quarante-cinq ans de tergiversations fort instructives (Zancarini-Fournel 1995), cette loi limite, moyennant de multiples dérogations et une application difficile, le travail en usine des femmes et des enfants, interdisant notamment le travail de nuit. En contradiction avec l’idéologie et le système libéral, en contradiction aussi avec l’égalité juridique des individus, de nombreux États interviennent en effet dès le XIXe siècle dans les relations de travail qui concernent les enfants et les femmes. Longtemps présentée comme la nécessaire protection des plus faibles ou le fruit des luttes sociales, cette législation apparaît aussi comme la réponse apportée par l’ensemble du corps social au « problème » – identifié comme tel – que constitue le travail féminin à l’extérieur du foyer et comme un des moyens de maintenir la division sexuelle du travail et l’exclusion des femmes des métiers qualifiés. Sans nécessairement utiliser pour la France de la Troisième République, comme Mary Lynn Stewart, le terme de « patriarcat social », il est intéressant de souligner derrière cette historienne que, par-delà les oppositions politiques ou de classe, cette législation reçoit l’assentiment de la plupart des hommes et constitue un des éléments de l’intégration des ouvriers dans la République. Inscrite également dans une peur du déclin démographique et fondée sur le thème nationaliste de la « défense de la race », elle impose durablement « une conception de la féminité et de la catégorie travail », exclut les Françaises de « l’accès aux droits universels » mais les inclut « dans la nation par le biais du devoir maternel » (Zancarini-Fournel 1995, p. 89).

  • 24 De Pat Thane, on peut lire en français l’article sur le « genre et (la) protection sociale » paru (...)

25Cette problématique de l’inclusion et de l’exclusion, des droits et des devoirs, traverse les recherches bien souvent comparatives sur les États-providence. Observant la place des femmes à la fois comme destinataires et initiatrices – en matière de protection maternelle et infantile notamment – des politiques sociales, ainsi que le contenu sexué de ces politiques, l’histoire des femmes en réexamine l’émergence et le fonctionnement. Elle montre qu’ils ont transformé, au profit d’une logique des ayants droit du chef de famille, les propositions des mouvements de femmes, – on parle parfois de féminisme maternaliste –, qui réclamaient au début du siècle la reconnaissance de la maternité comme fonction sociale. Poursuivant les recherches collectives développées à l’Institut universitaire européen de Florence (Bock et Thane 1991 ; Bock 1992b)24 et au Centre d’études européennes de l’université d’Harvard (Koven et Michel 1993), Anne Cova (1997) retrace avec minutie, débats parlementaires et textes féministes à l’appui, la genèse de la protection de la maternité en France de 1892 à 1939, tandis que Susan Pedersen compare les logiques et les processus politiques à l’origine des États-providence britannique et français avant la deuxième guerre mondiale. Contribution stimulante aux « chantiers de la paix sociale » (Cohen et Baudouï 1995), son analyse oppose la stratégie « parentale » qui, soutenue par les natalistes et les catholiques sociaux, entend répartir en France le coût des enfants entre les familles, et le modèle, contesté par les féministes mais ancré dans les traditions britanniques et soutenu par les syndicats, de l’homme nourricier de la famille, du male breadwinner (Pedersen 1993). Faut-il alors parler de citoyenneté sociale ? Faut-il opposer citoyenneté sociale et citoyenneté politique ?

26Je ne voudrais pas, dans ce bref panorama sur la relecture sexuée des phénomènes historiques, développer trop d’exemples. Je soulignerai seulement, pour reprendre les termes de l’introduction du volume XXe siècle de l ’Histoire des femmes, que l’histoire politique n’échappe pas à la règle, que prendre en compte les femmes et la différence des sexes

élargit la vision des politiques de guerre qui désignent l’ennemi au féminin et engendrent un État-père coercitif et protecteur envers les femmes ; [qu’] elle fait réfléchir sur la nature du fascisme ou du nazisme, qui sont aussi de nouveaux systèmes sexués d’exploitation garantissant la stabilité des relations entre les sexes ; [qu’] elle révèle les spécificités du vichysme ou du franquisme, régime national-catholique ; [...] ; [qu’] elle peut aider à comprendre la faillite du modèle soviétique, marqué, dans le domaine des rapports de sexe comme ailleurs, par l’économisme et le volontarisme juridique. (Thébaud 1992a, p. 17)

  • 25 Il existe des travaux en Belgique et en France, animés notamment à Marseille par l’association Les (...)

27Je citerai aussi, bien qu’à l’état encore de première approche, le thème transversal fort prometteur des femmes et de la ville, qui irrigue d’une interrogation sur les rapports de sexe les recherches sur le peuplement et l’habitat urbains, les sociabilités et les modes de vie citadins, les élites et les métiers de la ville25 ; ainsi que les travaux, nombreux en France depuis le bicentenaire de la Révolution – j’y reviendrai –, sur la place des hommes et des femmes dans les démocraties représentatives. Que penser en effet de la distinction opérée par Pierre Rosanvallon dans son histoire du suffrage universel (1992), entre une conception universaliste de la démocratie, longtemps exclusive pour les femmes – en France notamment –, et une conception utilitariste plus ouverte au sexe féminin comme groupe particulier ? Comment expliquer l’accès des Françaises à la citoyenneté politique en 1944 et leur faible place depuis cinquante ans dans les institutions représentatives ? Faut-il parler de vote sexué quand la différence des sexes recouvre d’autres variables explicatives, comme le niveau culturel ou le fait d’avoir ou non une activité professionnelle ?

  • 26 Notamment dans : « The doubled vision of feminist theory » (1979). Joan Kelly reconnaît aux systèm (...)
  • 27 Pour plus de détails, voir les ouvrages de Ute Frevert parus en allemand en 1986 et 1988.

28Productive, la gender history l’est encore parce que, comme toute histoire relationnelle qui ne se bouche pas les yeux, elle doit reconnaître l’existence d’autres types de relations socio-culturelles que le rapport entre les sexes ; parce que, comme toute histoire conceptuelle, elle doit se poser la question de la pertinence de sa catégorie d’analyse – le genre – et la confronter à d’autres préexistantes. Et d’abord à celle qui a dominé l’histoire sociale : la classe. Débat entre féminisme et marxisme sur le poids des causalités économiques, les interactions privé-public ou les priorités identitaires, débat anglo-américain à la fin des années 1970 d’où émergent les propos de Joan Kelly26 et le livre collectif Sex and Class in Women’s History (Newton et al. 1983), puis débat international, les rapports entre sexe et classe ont impulsé de multiples recherches, aux États-Unis et ailleurs. Ainsi, Ute Frevert, en s’intéressant aux identités masculines et féminines dans la bourgeoisie allemande du XIXe siècle et non simplement à la contribution passive – par la dot – ou active – par l’enfantement et l’éducation – des femmes à la réussite sociale, montre que celles-ci s’identifiaient peu à leur classe et impulsèrent largement ce que l’histoire sociale appelle « la féodalisation » de la bourgeoisie (Frevert 1991)27. De fait, le pouvoir, la richesse, le statut ne sont pas également partagés entre les sexes et n’ont pas les mêmes significations et incidences pour les hommes et les femmes. De fait, le sexe est un facteur de différenciation de groupes trop souvent considérés comme homogènes, comme la bourgeoisie ou la classe ouvrière.

  • 28 Claire, la formule est de Roger Chartier, qui souligne au contraire, par ses travaux sur les prati (...)

29Il a été dit et redit que, de même que le primat donné à l’infrastructure économique et aux classes sociales a bouleversé en son temps la conception de l’histoire, le primat de la variable sexe remet en question les modèles d’interprétation du passé. Mais ce qui pourrait être qualifié « d’impérialisme du genre » et conduire à « investir la différence entre les sexes d’une force explicative universelle »28, n’est pas une position dominante aujourd’hui dans la gender history classique. Comme l’écrit Gisela Bock, pour qui le genre n’est pas un principe universel mais une catégorie spécifique du contexte,

  • 29 Le verbe « agit » est la traduction rapide de « contribute to and affect ».

… même si cela a conduit à des découvertes historiques, je ne suggère pas de dire que les relations de sexe sont plus importantes que toute autre relation humaine. Je veux suggérer qu’elles sont aussi importantes, qu’elles contribuent à construire et affectent toute relation humaine, et inversement que toute relation humaine agit sur les rapports de sexe.29 (1989, p. 21)

30En conséquence, aucun groupe – pas plus un sexe qu’une classe – n’est homogène et l’histoire doit prêter attention autant aux relations sociales à l’intérieur du groupe qu’à celles développées avec l’extérieur. En conséquence, il ne s’agit pas de chercher quelle dimension est la plus fondamentale, mais plutôt de découvrir les interactions des différentes relations humaines – relations de classe, de sexe, de race, relations entre générations, nations, communautés familiales, religions, cultures… –, de tenter une histoire inclusive qui rende compte de la complexité des processus sociaux en articulant les différentes catégories d’analyse.

31Sans déterminer l’antériorité de telle ou telle historiographie contemporaine, constatons que sur ce point l’histoire des femmes rejoint les préoccupations de l’histoire sociale qui pense en termes d’appartenances multiples et d’identités complexes. J’ajouterai cependant – et le rôle de l’histoire est de le mettre au jour – qu’il y a des moments ou des lieux où telle catégorie peut être déterminante. Dans un contexte donné en effet, un groupe ou un individu peut revendiquer, comme choix politique et identitaire, une appartenance prioritaire. Par exemple, l’institutrice Hélène Brion, qui, syndicaliste de la CGT et membre de la SFIO, tente de faire entendre la cause des femmes dans les organisations ouvrières, se considère avant tout comme féministe, car, explique-t-elle dans La voie féministe en 1917, « les femmes sont plus exploitées encore par la collectivité masculine en tant que femmes qu’elles ne le sont par le capital en tant que productrices » (Brion 1978, p. 53). Par exemple encore, la plupart des féministes françaises, membres d’organisations internationales attachées à la paix, pensent comme Jane Misme à l’automne 1914 que « tant que durera la guerre, les femmes de l’ennemi seront aussi l’ennemi » et assument fermement un choix patriotique (Thébaud 1990, p. 31 ; Bard 1995). Inversement, un groupe peut être, à son corps défendant, désigné comme tel par les puissants du moment, assigné à une identité de sexe – l’histoire des femmes y a été particulièrement sensible à ses débuts –, ou, de façon plus rigide et plus dramatique, à une identité de race.

  • 30 La remarque est d’Eleni Varikas (1993, p. 75).
  • 31 La remarque est de Liliane Kandel (1996, p. 240) qui cite E. T. Beck (1991) et Paul Berman (1994).

32Aux États-Unis, où, dans les polémiques sur la conceptualisation de la catégorie « femmes », le facteur de classe n’a acquis une réelle visibilité qu’à partir des débats sur le racisme30, de nombreuses historiennes ont depuis le début des années 1980 souligné que l’appartenance ethnique, ou plutôt les constructions sociales et culturelles de race et d’ethnicité, brisait l’unité du sexe féminin et interdisait toute généralisation sur « les » femmes. Elles ont contesté le « modèle uniracial » de l’historiographie des années 1960 et 1970, qui, à la recherche d’une culture féminine définie par contraste avec celle des hommes, posait comme universelle l’expérience des femmes blanches des classes moyennes. Elles ont tenté d’aller « au-delà de la quête de sororité » – c’est le titre en 1985 d’un article historiographique de Nancy Hewitt dans Social History –, et de prêter attention aux différences. Sensibles aux conflits et rapports de pouvoir entre femmes comme aux liens entre hommes et femmes, elles ont développé l’histoire des femmes noires, celle des immigrantes et des diverses minorités – indiennes (Native American Women), chinoises, mexicaines… – puis proposé une approche multiculturelle dont Unequal Sisters, réédité en 1994, offre, en trente-six contributions, un panorama thématique et méthodologique (Ruiz et Dubois 1991, 1994). Reformulant les conclusions de l’histoire des femmes sur le travail, la famille ou la sexualité, cette approche invite, non sans difficultés sur sa mise en œuvre et débats sur ses effets politiques et théoriques – jusqu’où faut-il segmenter l’humain et reconnaître de la différence ? Pourquoi l’histoire juive trouve-t-elle rarement sa place dans la mosaïque multiculturelle31 –, à surmonter le risque d’une histoire fragmentée, à explorer les franges interculturelles et les relations dialectiques entre les diverses catégories sociales construites comme le genre, la classe, la race, la culture, la génération… Ainsi, tout autant qu’un combat contre des modèles ethniques différents, l’américanisation des familles d’immigrés s’inscrit dans l’expansion des normes middle class de domesticité féminine.

33Dès lors aux États-Unis, le tryptique gender, class, race – l’ordre peut varier – apparaît, du moins dans les intentions, comme un cadre d’analyse quasi obligé de toute recherche en histoire des femmes. Alors que les historiens de langue allemande du mouvement ouvrier lui ont consacré leur 28e congrès (Hauch 1993 ; Studer 1993), il laisse sceptique en France, où le multiculturalisme pénètre tardivement la réflexion sociologique (Wieviorka M. 1996). Pourtant, n’y aurait-il pas là une autre façon d’appréhender l’histoire sociale ou politique ? Comme le souligne par exemple Laura Frader dans son bilan historiographique sur le mouvement ouvrier français, s’interroger sur « les rapports entre les discours et les pratiques vis-à-vis des travailleurs immigrés et vis-à-vis des travailleuses […] permettrait de mieux comprendre les enjeux discriminatoires au sein du syndicalisme lui-même » (1996, p. 235-236). De même, Nancy Green considère que la classe et l’ethnicité – conçue comme un processus – ne sont pas des catégories caduques de l’histoire sociale (1995) et propose, dans sa thèse d’histoire comparative sur l’industrie de la confection à Paris et New York (1998), des perspectives stimulantes sur lesquelles je reviendrai plus avant dans cet ouvrage.

  • 32 Plus récemment (1997), Liliane Kandel a dirigé la publication du colloque en l’honneur de Rita Tha (...)

34En histoire européenne, au-delà de travaux surtout américains sur l’impérialisme ou les femmes esclaves (Ramusak et Burton 1994 ; Gautier 1985) et de la réflexion de Colette Guillaumin sur les deux naturalismes que sont le racisme et le sexisme ou sur les rapports d’appropriation que constituent l’esclavage et le « sexage » (1992), l’attention portée à la catégorie de race s’est plutôt concentrée sur l’analyse des régimes racistes et des persécutions raciales de la deuxième guerre mondiale et elle a posé d’autres questions à l’histoire des femmes. Dans ses recherches sur le national-socialisme, régime sexiste et raciste, Gisela Bock a tenté d’articuler sexe et race (1986, 1992a). Le racisme, explique-t-elle, ne peut être compris sans sa dimension sexuée qui est un de ses facteurs constitutifs : le langage raciste est obsédé par les sexes et la sexualité, les femmes juives et tsiganes sont les victimes désignées du génocide nazi, comme mères potentielles d’une génération future. Inversement, une analyse du sexisme qui incorpore celle du racisme, conduit à affirmer que la politique nazie envers les femmes n’est pas faite de pronatalisme et de culte de la maternité – là n’est pas du moins sa spécificité dans une Europe de l’entre-deux-guerres hantée par la question démographique –, mais d’antinatalisme, de culte de la virilité et d’extermination de masse des femmes. Ces conclusions s’inscrivent dans un double débat qui traverse le féminisme avec des accents particulièrement dramatiques, ce dernier ayant eu tendance, comme l’a souligné Liliane Kandel32 dans un article des Temps modernes, à considérer « les femmes comme victimes – souvent seulement victimes et parfois seules victimes » (1990, p. 41). Le premier porte, depuis longtemps et bien avant la controverse suscitée par le livre de Daniel Goldhagen sur « les bourreaux volontaires de Hitler » (1997), sur la part et l’origine de la responsabilité des femmes allemandes dans les crimes nazis. Il oppose la thèse de l’innocence, voire de la victimisation par un patriarcat spécifique, de femmes astreintes à la maternité à celle – c’est par exemple la position de Claudia Koonz dans Les mères-patries du IIIe Reich (1989) – de la responsabilité globale des Allemandes qui auraient couvert les atrocités et collé au nazisme dans leur fonction de mères et d’épouses, ou à celle, plus nuancée, de l’implication d’une fraction des femmes attirées par l’idéologie ou les aspects modernisateurs du régime.

  • 33 [Les actes de ce colloque ont été publiés en 1998 sous la direction de Dalia Ofer et Leonore Weitz (...)
  • 34 Sur les questions posées, Gisela Bock et Annette Wieviorka sont intervenues dans le séminaire que (...)

35Le deuxième débat relève de l’éthique historique et se demande jusqu’où la dimension sexuée des phénomènes et des événements doit être appréhendée et notamment si la catégorie de sexe est légitime pour étudier le génocide ? Dans le numéro du cinquantenaire des Temps modernes (1996), Liliane Kandel exprime son malaise de féministe devant les dérives du radicalisme, dénonce les thèses sur « les femmes et l’Holocauste » de l’Américaine Joan Ringelheim (1990, 1993) qui, affirmant l’universalité de la domination de genre, réinterprète Auschwitz, nie la singularité du génocide, « tentative d’éradication d’un groupe humain dans son ensemble, tous sexes, âges ou statuts confondus » (Kandel 1996, p. 231), et cherche à comptabiliser « privilèges » masculins et excès de souffrance féminine. Mais si « le genre ne peut en aucun cas épuiser la lecture des situations, ni des personnes » (Kandel 1996, p. 245), s’il faut à juste titre s’interroger sur ses limites et les risques d’« une pensée empêchée » – c’est le titre de son article –, je ne partage pas le pessimisme de Liliane Kandel sur l’histoire des femmes. Celle-ci, me semble-t-il, sait penser les singularités et les ruptures et ne considère pas le genre comme une grille de lecture universelle. Elle tente aussi d’affronter la question posée – notamment lors du colloque Women in the Holocaust tenu à l’université hébraïque de Jérusalem en 199533 –, relativisant la différence des sexes et complexifiant tout à la fois son usage, attentive par exemple à la chronologie des persécutions raciales. Intervenante à ce colloque, Gisela Bock34 souligne désormais que le racisme, plus que le sexisme, est au cœur du nazisme et que la différence des sexes ne permet de caractériser ni les acteurs ni les victimes de sa politique raciale (1993). Plus généralement, elle appelle à une reconceptualisation du genre et invite l’histoire des femmes et des rapports de sexe à n’être pas seulement une histoire de la différence sexuelle, mais aussi une histoire des similarités sexuelles et des relations entre différence et similarité.

  • 35 Auteure de nombreux articles et de deux ouvrages de documents sur le sujet (1981, 1983 avec Susan (...)
  • 36 The Institute for Research on Women and Gender (IRWG) publie un bulletin régulier qui rend compte (...)
  • 37 La citation est de Karen Offen dans un article inédit prêté par l’auteure : « Toward a historiogra (...)

36Cette critique de la gender history est sans doute l’une des plus stimulantes, parmi les nombreuses réactions, d’ailleurs contradictoires, qu’elle a suscitées. Du côté de l’histoire générale d’abord, l’accusation fréquente de tout regarder à travers un prisme déformant ; cette accusation me semble injuste, même s’il est vrai que la perspective inclusive décrite ci-dessus n’est pas toujours mise en œuvre et que le genre est souvent privilégié, face à la faible reconnaissance de la dimension sexuée des phénomènes. Du côté de l’histoire des femmes ensuite – au sens de women’s history –, la crainte exprimée par certaines historiennes de rendre de nouveau les femmes invisibles, de s’éloigner de la tâche fondamentale qu’est l’analyse de l’oppression des femmes. C’est par exemple la position de la médiéviste américaine Judith Benett, qui insiste, contre l’idée d’un âge d’or précapitaliste, sur la continuité dans le temps d’un statut féminin dévalorisé et affirme la priorité explicative du patriarcat qu’il convient, répond-elle aux critiques de la Britannique d’Oxford Bridget Hill, d’historiciser (Benett 1988, 1989, 1993 ; Hill 1993). C’était déjà, dans le premier numéro de la revue américaine Journal of Women’s History, la réaction d’une pionnière de l’histoire des femmes, Loïs Banner, à l’article « Culture et pouvoir des femmes... », où elle voyait se diluer la domination masculine et même surgir « un modèle androcentrique d’étude basé sur la complexité croissante et l’attention au détail » (1989). De même, tout en affirmant sa complémentarité avec les revues existantes et son lien privilégié avec l’enseignement, la Women’s History Review, qui naît en 1992 en Grande-Bretagne, entend, selon l’éditorial programmatique de sa fondatrice Jane Purvis, réactiver l’histoire des femmes et « ne pas laisser l’emphase sur les différences entre les femmes obscurcir les inégalités et les relations de pouvoir entre les sexes ». De son côté, plus sensible à la pluralité des approches et moins focalisée sur le concept de domination, Karen Offen, spécialiste de l’histoire des femmes et du féminisme français35, comme ses collègues de l’Institut de recherche sur les femmes et le genre de l’Université de Stanford36, défend néanmoins le projet initial – tout à fait inachevé – de herstory et prône une histoire centrée sur les femmes comme acteurs historiques, une histoire qui mette au jour leur expérience à tous les niveaux d’activité et particulièrement là où elles ont été ou se sont définies comme femmes. « Histoire par les femmes, sur les femmes et pour les femmes comme femmes »37, celle-ci doit être faite en profondeur et nécessite encore beaucoup de recherches avant que les relations de genre ne puissent être évaluées et une histoire de l’humanité écrite.

37En France, où les pratiques sont restées multiples, l’approche masculin/féminin comme l’appelle Karen Offen est plutôt bien accueillie par les historiennes des femmes, soucieuses d’intégration à l’histoire générale, et les réticences d’historiennes-anthropologues comme Agnès Fine, qui y voient l’interdiction de travailler sur le féminin, ne donnent pas lieu alors à débat public. Par contre, et c’est le troisième type de critique formulée envers la gender history, Michèle Riot-Sarcey met en garde contre l’utilisation du concept de genre « en dehors de la confrontation » et, trop descriptif, le juge insuffisant pour permettre une réécriture de l’histoire qui restitue l’historicité des tensions entre hommes et femmes. Pour bousculer une histoire politique qui s’écrit le plus souvent dans le cadre donné par ceux qui ont imposé un rapport de force, et une histoire des femmes qui, en soulignant les spécificités du groupe, a tendance à redoubler les représentations d’une époque – les femmes représentatives sont des « femmes conformes aux représentations dont elles sont l’objet » souligne-t-elle dans un article de la Revue de synthèse, où elle explique plus longuement qu’en 1991 la démarche mise en œuvre dans ses travaux sur le XIXe siècle (1991, 1997) –, elle recherche les discontinuités historiques et confronte les discours et pratiques normatives avec « les propos dissonants des femmes et des hommes non représentatifs, mais dont le sens critique permet de mieux comprendre les enjeux du moment ». Restituant à l’histoire des représentations sa dimension politique – la représentation est une forme de pouvoir –, dévoilant les préjugés contemporains comme ceux du passé, elle propose « une histoire singulière » qui restitue, dans leurs parcours singuliers, « des sujets critiques de leur temps » : ainsi de Jeanne Deroin, Désirée Gay, Eugénie Niboyet au cœur du XIXe siècle (1994).

  • 38 Dans une communication au séminaire de formation Mujeres e historia tenu à l’université internatio (...)
  • 39 Comme le suggère le titre de l’introduction générale « Ordres et libertés ». Le XIXe siècle appara (...)

38En effet, proche des pratiques italiennes de la microstoria, saluée aussi par l’Espagnole Isabel Morant38, la reconstruction de biographies féminines permet d’éviter une définition a priori de « la » femme, de s’intéresser à l’appropriation subjective des idées et à la relation entre le « pensé » et le « vécu », de croiser histoire intellectuelle, politique et sociale. À contre-courant du retour à une philosophie du sujet, la gender history, trop séduite parfois par l’analyse des représentations, effacerait-elle les singularités « à partir desquelles s’était pourtant construite l’idée même d’une histoire des femmes », l’histoire de sujets qui « se constituent entre une identitée rejetée et une autre affirmée », dans un « écart producteur de communauté » ? (Rancière 1993, p. 54). Jacques Rancière le suggère dans sa lecture critique du volume XIXe siècle de l’Histoire des femmes (Fraisse et Perrot 1991), volume pourtant construit sur la tension entre la mise en tutelle des femmes et leurs possibilités d’accès à la liberté et à un statut de sujet39.

Le gender à la française : l’Histoire des femmes en Occident

  • 40 La série a été publiée en une dizaine de langues.
  • 41 Les lectures critiques sont de Claude Mossé, Giana Pomata, Roger Chartier, Jacques Rancière, avec (...)

39Loin de moi l’idée d’affirmer que les cinq volumes de l’Histoire des femmes, parus chez Plon et Laterza de 1990 à 1992 (Schmitt-Pantel 1991 ; Klapisch-Zuber 1991 ; Davis et Farge 1991 ; Fraisse et Perrot 1991 ; Thébaud 1992a), représentent toute l’histoire des femmes en France, encore moins, malgré leur dimension internationale dans les propos et l’écriture – 40 % d’auteurs non français –, toute l’histoire des femmes en Occident. Ils furent néanmoins une tentative de synthèse des travaux des vingt années précédentes et un succès éditorial, tant en France qu’à l’étranger40, succès inattendu qui reflète une demande sociale, tout au moins la curiosité et peut-être le plaisir de nombreuses femmes de découvrir qu’elles ont une histoire digne de travaux universitaires. Il y aurait, riche d’enseignements sur les façons nationales d’écrire l’histoire et sur l’état des rapports de sexe dans telle ou telle société, tout un travail comparatif à faire sur les modes de traduction de ces ouvrages – traduction simple, avec préface, avec ajout de chapitres nationaux – et sur leur réception par le public et la communauté historienne. Mon propos sera plus modeste : préciser les choix de la collection et montrer à travers quelques réactions étrangères qu’elle est perçue comme française, dire quelques mots du volume XXe siècle et de ma lecture sexuée de la Grande Guerre, enfin expliciter les critiques que l’ensemble a suscitées. Critiques spontanées ou sollicitées – la démarche n’est pas fréquente – lors d’un colloque organisé à la Sorbonne en novembre 1992 et publié l’année suivante sous le titre Femmes et histoire41, elles tracent les contours des débats méthodologiques et théoriques qui traversent alors, par-delà le domaine considéré, la discipline historique en général.

40Étonnant pour nos collègues étrangères, particulièrement américaines, et même scandaleux pour certaines, est le fait que, par-delà la mixité des auteurs – 20 % d’hommes –, cette entreprise n’ait pas bénéficié d’une totale autonomie féminine et soit codirigée par Georges Duby et Michelle Perrot. Elles ne savent pas toujours que l’initiative en est totalement masculine et revient à l’éditeur italien Laterza : sensible à l’air du temps et heureux traducteur de l’Histoire de la vie privée, il sollicita Georges Duby, codirecteur avec Philippe Ariès de cette série et médiéviste soucieux de la différence des sexes, auteur en 1981 du Chevalier, la femme et le prêtre ; ce dernier se tourna vers Michelle Perrot. Accepter la proposition fut considéré comme « la possibilité de faire connaître à un large public des travaux assez confidentiels », « l’occasion, voire le moyen, de sortir du “ghetto” toujours possible » (Perrot 1994) et cette attitude illustre la voie française de l’histoire des femmes, comme d’ailleurs celle de la majorité du féminisme français, qui est plus la recherche de la confrontation et de l’intégration que de la sécession.

  • 42 Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes, XIXe siècle, XXe siècle.

41Bien français aussi apparaissent le choix de la longue durée – de l’Antiquité gréco-romaine à nos jours – et l’organisation de l’ensemble en cinq volumes qui reprennent les césures chronologiques classiques de l’histoire et des grands ouvrages précédents42 comme l’Histoire de la France rurale, l’Histoire de la France urbaine, l’Histoire de la vie privée. Au risque de masquer, dans l’autonomie des périodes envisagées et la difficulté de les comparer, des continuités fondamentales, des discontinuités majeures, des événements décisifs. Bien que les vingt essais de Becoming Visible couvrent 5 000 ans d’histoire des femmes, en admettant dans le premier chapitre rédigé par l’anthropologue Eleanor Leacock (1987) l’existence de sociétés préhistoriques égalitaires, les fresques proposées par les historiennes américaines ou britanniques sont en général moins larges, même quand elles portent sur l’Europe. Paru en 1989, Changing Lives, il est vrai rédigé par la seule plume de Bonnie Smith et sans doute un cours remanié, couvre la période du XVIIIe siècle à nos jours, comme les mille pages de documents européens et américains présentés et commentés par Susan Bell et Karen Offen sous le titre Women, the Family and Freedom (1983).

42Conformément à l’édition française qui a tenu à préciser en titre intérieur Histoire des femmes en Occident, j’écrivais dans l’introduction du volume XXe siècle :

Ce livre, qui appelle de ses vœux des entreprises parallèles et complémentaires, n’est ni une histoire universelle, ni même dans son champ une histoire exhaustive. C’est seulement une histoire occidentale des femmes occidentales, plus encore une histoire des femmes blanches natives d’Occident. Il lui manque la dimension, encore peu étudiée sous cet angle, des rapports entre le monde et l’Occident, la mesure de la domination Nord-Sud qui passe, après l’ère de la colonisation, par l’impérialisme économique ou culturel et les migrations de population. (1992a, p. 22)

  • 43 [Communication inédite de Bonnie Smith en 1993.]

43Le choix de l’Occident – Europe de l’Ouest et Amérique du Nord – n’est pas particulièrement familier aux historiens français qui produisent surtout des histoires hexagonales ; conforme à l’espace d’émergence et de production de l’histoire des femmes, il apparaissait cependant légitime, répondait à des conditions de faisabilité et invitait à une approche comparatiste, qui ne fut d’ailleurs pas toujours, faute de travaux ou par négligence, respectée, ou seulement au profit des plus grands pays : États-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie. Mais ce choix contient aussi l’hypothèse, trop peu explicitée, qu’il existe un « Occident des rapports de sexe » et produit incidemment une catégorie abstraite et globalisante, celle des femmes occidentales. Pionnières de l’approche multiculturelle, les Américaines ont souligné que cette catégorie n’englobe trop souvent que les femmes blanches, hétérosexuelles des classes moyennes, et nous ont invitées à regarder d’un autre œil notre société française, à nous décentrer en Europe pour redéfinir le sens normatif de l’Occident, à « imaginer les femmes d’Occident dans une mer d’autres couleurs, d’autres religions, d’autres cultures »43.

  • 44 De la même façon, pour d’autres raisons peut-être, Alain Corbin (1993) se dit « frappé par l’actue (...)

44Plus sensibles encore aux différences, les post-structuralistes ont contesté la possibilité d’une histoire générale des femmes et de toute tentative de synthèse44, tandis que Bonnie Smith, attentive à la fois à la nature problématique de l’histoire et aux opérations de pouvoir et d’exclusion dans la discipline, a exprimé la crainte que la collection n’érige un canon de référence obligée en histoire des femmes. Dans l’introduction rédigée quelque temps plus tard pour le livre de Patricia Ebrey sur les femmes chinoises de la période Sung (1993), elle met en garde contre toute prétention totalisante :

C’est toujours important d’imaginer que notre connaissance va refaire le monde, mais en même temps de s’assurer que nos fantaisies méthodologiques sont exprimées comme des questions laissant un espace à d’autres actes d’interprétation et d’autres récits historiques.

45Mais les historiennes françaises sont bien conscientes qu’il s’agit là d’une histoire des femmes et d’un moment dans un développement qui continue, pas d’une encyclopédie achevée ; pour les autres, le risque est d’autant plus minime que les thèmes abordés et la manière de les traiter sont très souvent perçus comme français.

  • 45 Par exemple dans Recherches féministes, volume 4, n° 1, 1993, p. 119-133.
  • 46 Intitulée « The use and abuse of “herstory” », cette critique est parue dans The New Republic du 2 (...)
  • 47 Cette préface de deux pages s’intitule « A new kind of history » et précède le volume sur l’Antiqu (...)
  • 48 Un seul chapitre sur ce sujet, celui d’une Américaine, souligne Lawrence Stone (Judith Walkowitz d (...)

46Ainsi, tandis que les Québécoises font de longs comptes rendus descriptifs qui précisent les articulations et les principales conclusions des volumes45, Britanniques et Américaines avertissent les lecteurs du « biais français » – l’expression est de l’éminent historien Lawrence Stone dans une critique fort sévère46 – et l’édition américaine est précédée d’une préface en ce sens rédigée par Natalie Zemon Davis et Joan Scott47. Lawrence Stone trouve « hilarant » l’existence d’un chapitre sur le Québec dans le cinquième volume et surtout inexcusable le faible poids des auteurs anglo-saxons, alors que les État-Unis ont le domaine le plus large, le plus vivant, le plus organisé. Mais deux caractéristiques apparaissent plus fondamentales. D’une part, la prédominance accordée à des sujets « européens » comme le travail des femmes, la vie domestique, la famille, la religion, la politique étatique, au détriment de thèmes plus travaillés par l’historiographie américaine comme le colonialisme et l’ethnicité, ou les pratiques sexuelles et l’homosexualité, cette dernière omission étant jugée particulièrement grave48 . D’autre part, l’éclectisme de la collection, qui traduirait la faiblesse de la réflexion théorique ; ni l’ensemble, ni les volumes ne sont organisés autour d’un seul axe d’analyse, encore moins autour des questions qui préoccupent alors les historiennes américaines et que j’ai déjà évoquées : le couple égalité-différence, l’articulation race, class, gender ou la construction du genre et de la sexualité.

47De fait, autant ou plus par choix que par ignorance, les approches utilisées dans l’Histoire des femmes sont plurielles, reflétant l’état du domaine en France et peut-être un certain attachement à une histoire empirique ou la crainte d’un théoricisme stérilisant. Si la réflexion y est bien présente, il n’y a pas dans la collection de ligne préétablie, seulement quelques convictions partagées et explicitées dans l’introduction générale : les femmes ont une histoire qu’il est légitime d’écrire ; l’évolution de l’imaginaire sur les femmes et de la pensée de la différence des sexes est une question majeure qui ne doit pas faire oublier les réalités et les pratiques, comme la mise au jour de sujets actifs ; les relations entre les sexes, « à tous les niveaux de la représentation, des savoirs, des pouvoirs et des pratiques quotidiennes », sont la dimension indispensable à l’écriture d’une histoire des femmes (Duby et Perrot 1991, p. 17). Ceci étant dit, il est vrai que les soixante-douze auteurs n’étaient pas tous au même point de réflexion sur le gender.

  • 49 Siân Reynolds souligne que ma volonté de convaincre, dans l’introduction, de l’intérêt du gender s (...)
  • 50 D’où le titre de la première partie : « La nationalisation des femmes ».
  • 51 Dans une critique parue dans le Journal of Women History (volume 7, n° 2, 1995), Karen Offen dénon (...)

48Même s’il apparaît comme le plus « genré »49, notamment dans sa tentative de relecture cohérente du premier XXe siècle, où les démocraties européennes comme les régimes totalitaires « nationalisent » les femmes pour répondre au double défi de la démocratisation et de la question démographique50, le cinquième volume n’échappe pas au phénomène d’éclectisme, et pas seulement parce qu’il dut faire appel à d’autres disciplines. Il est aussi une histoire des représentations – celles de la garçonne, de la femme moderne ou de la femme libérée –, une histoire non triomphaliste – peut-être trop pessimiste51 – des mutations de ce siècle où, dans les pays riches d’Occident, les femmes accèdent, longtemps après les hommes, à la modernité, et, avec les hommes, à une vie meilleure, moins vouée au travail et à la peine, une histoire enfin des révolutions symboliques produites par la création et la pensée du féminisme contemporain. Il s’interroge longuement sur les facteurs d’évolution, propose une géographie mouvante et une chronologie non linéaire des rapports de sexe, qui invite notamment à une réflexion sur la place de la guerre dans le siècle.

  • 52 Comme le montrent quelques titres ou sous titres du chapitre : « Mobilisation des hommes, mobilisa (...)

49Je voudrais surtout évoquer ici la façon dont j’ai traité dans ce livre la Grande Guerre, étape importante dans une réflexion déjà ancienne fortement stimulée par la lecture des travaux étrangers – je citerai, en dehors des ouvrages d’histoire nationale, les actes d’un colloque tenu à l’Université d’Harvard Behind the Lines : Gender and the Two World Wars (Higonnet et al. 1987) –, l’incitation à une approche comparatiste et les développements de la gender history. Sans être alors très consciente de ses clivages, sans savoir exactement ce que recouvrait l’histoire culturelle et post-structuraliste, j’y ai utilisé de façon pluraliste toutes les approches qui me semblaient produire du sens pour comprendre, sous l’angle des femmes et des rapports de sexe, cet événement. D’abord, montrer en quoi il affecte les vies des femmes dans leur diversité nationale et sociale, élargissant mon propos antérieur sur la guerre des femmes et leurs expériences de guerre. Parallèlement, observer comment la guerre redéfinit dans la réalité et la symbolique le rapport masculin-féminin, d’où l’attention portée aux situations des deux sexes52 et à toutes les formes d’expression cuturelle qui donnent sens aux expériences des uns et des autres, où peuvent se lire des réactions au bouleversement sexuel engendré par l’événement. Enfin, m’interroger sur ce qu’on peut appeler la sexuation des politiques de guerre, « le gender [apparaissant] en effet comme un principe d’organisation, voire une arme de la guerre, sa construction ou sa déconstruction constituant un front de combat pour les États, les groupes ou les individus » (Thébaud 1992b, p. 34). Quelques exemples feront mieux comprendre les points deux et trois.

50Il faut souligner, je crois, qu’hommes et femmes vivent une chronologie différente du conflit. Quand, persuadés de leur bon droit et d’une victoire rapide, les premiers courent à l’assaut de l’ennemi – par ailleurs souvent identifié comme féminin –, les femmes esseulées attendent pieusement, mises au chômage par la désorganisation de l’économie, prises en charge par l’État qui se substitue au mari mobilisé, invitées à servir dans des tâches bien féminines. Quand la guerre s’enlise et qu’ils s’enfoncent dans la boue des tranchées, victimes parfois de maladies « féminines » comme l’hystérie, elles accèdent à l’espace et aux responsabilités publiques pour faire marcher la machine de guerre, et les journaux des soldats comme la littérature disent leur peur d’être dépossédés ou trompés, le sentiment d’un sacrifice des hommes et d’une embellie pour les femmes. Pourtant, comme le suggère l’image de la double hélice proposée dans Behind the Lines par Margaret et Patrice Higonnet, il y eut constante subordination, réelle ou médiatisée par le langage, des rôles féminins aux rôles masculins. Enfin, quand sonne l’heure des armistices, les femmes sont brutalement démobilisées et bien mal récompensées, et les hommes aspirent à une impossible restauration, malgré le triomphe d’une pensée sociale et politique qui rétablit pour longtemps une ligne de partage ferme entre le masculin et le féminin. La Grande Guerre – comme tous les conflits du siècle, y compris les guerres de libération nationale (Amrane 1991 et 1994) – a modifié certains comportements individuels mais bien peu les rapports entre les sexes.

  • 53 Très étudiée aux États-Unis pour la deuxième guerre mondiale, la campagne de mobilisation des femm (...)

51Autre exemple : la mobilisation féminine, particulièrement dans des secteurs considérés comme masculins – les usines de guerre – suscite de nombreuses réactions où dominent la méfiance ouvrière et la peur de la « masculinisation » des femmes – le mot est d’époque –, la peur de la confusion des sexes. Mais, alors que je souriais autrefois de fréquentes et curieuses métaphores – faire de la métallurgie comme du tricot, enfiler des obus comme des perles… – et des descriptions attendrissantes – les munitionnettes ont su garder toute leur grâce –, j’y vois désormais un moyen de servir les exigences de rationalisation et de déqualifiation du travail dans la métallurgie ainsi qu’une forme de conjuration langagière qui affirme le caractère temporaire de la situation et l’immuabilité de la frontière des sexes. De même, au lieu de faire appel à des compétences, les campagnes officielles de mobilisation jouent sur les relations familiales – sauver son poilu – et usent de la rhétorique du sacrifice, qui est par définition exceptionnel53 . Inversement, les féministes, qui veulent faire de l’expérience de guerre un tremplin vers l’égalité professionnelle et politique, utilisent les expressions viriles de « deuxième front », « combattantes de l’arrière », « appel de la Patrie » : au lieu de souligner leur chauvinisme – première réaction –, on peut voir dans ce combat sur le langage et les représentations, une volonté de faire bouger la définition des sexes et d’obtenir l’intégration des femmes dans la nation. Comme le soulignent Miriam Cooke et Angela Woollacott dans l’introduction de l’ouvrage collectif américain Gendering War Talk qui explore l’articulation en langage et images des expériences masculines et féminines de conflits du XXe siècle dans divers parties du monde, « la guerre est devenu un terrain où le genre est négocié » (1993, p. xi). Plus généralement, me semble-t-il – et j’ai proposé des pistes de recherche en ce sens pour comprendre les difficultés de la rencontre entre les Françaises et la citoyenneté à la Libération (Thébaud 1996) –, toute analyse d’une période de mutation des rapports de sexe doit envisager, dans sa dynamique et ses conflits, la façon dont les hommes et les femmes donnent sens à ces expériences nouvelles et reconstruisent subjectivement les transformations. Mais cette perspective culturelle d’analyse des discours n’a de sens pour moi que liée aux réalités sociales et politiques qu’elle contribue à révéler, dont elle montre la rigidité ou les détournements...

  • 54 Dans « De l’histoire des représentations à l’histoire sans nom » (1993), Alain Corbin suggère, me (...)

52Si le volume consacré au XXe siècle de l’Histoire des femmes n’a pas bénéficié d’une lecture critique lors du colloque Femmes et histoire organisé en 1992 par Georges Duby, Michelle Perrot et les directrices des cinq tomes, les remarques alors formulées valent pour l’ensemble du domaine de recherches. Par-delà des critiques déjà explicitées dans le chapitre précédent sur la gender history, ces remarques ouvrent un débat, à l’évidence difficile, entre histoire sociale et histoire culturelle, ou plutôt, comme l’écrivait Bernard Lepetit en ouverture du dossier correspondant des Annales, sur « la définition de l’histoire sociale et la place qu’il convient d’y accorder aux représentations » (Lepetit 1993, p. 997). Elles montrent que l’histoire des femmes n’est pas un isolat intellectuel ou une spécialité étrange, mais qu’elle est, bien au contraire, au cœur des interrogations historiographiques contemporaines sur les rapports entre pratiques sociales et représentations, sur ce qu’est le réel et plus généralement sur les systèmes d’interprétation. Elles font écho aux propos d’Alain Corbin qui peu de temps auparavant, s’étonnait dans le numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine consacrée à l’histoire culturelle, que la question « radicale », « qui consiste à savoir s’il peut être envisagé une autre histoire que celle qui se fonde résolument sur l’étude des représentations, voire qui se confond avec elle », « ne suscite pas davantage de réunions scientifiques et n’entretienne pas en permanence la réflexion collective des historiens » (Corbin 1992, p. 118)54 . C’est peut-être ce qui leur valut droit de cité dans les Annales, où Bernard Lepetit faisait encore remarquer que « l’opposition des systèmes interprétatifs a rarement été aussi clairement exprimée ».

  • 55 Une femme esclave était-elle d’abord une femme ou d’abord une esclave ? demande à juste titre Clau (...)

53En effet, bien qu’elles portent essentiellement et presque toutes sur la place excessive accordée aux discours et images, ou sur le mauvais usage des représentations, les critiques formulées ne se cumulent ni ne se répondent vraiment, inscrite chacune dans une articulation particulière entre réel et représentation. Claude Mossé craint « qu’à trop parler du féminin on perde de vue les femmes dans leur réalité concrète » ou qu’on masque leurs « différences de statut, de fortune, d’activités » – ce que Bernard Lepetit appelait fort justement « l’effet d’unification »55 –, et elle énumère les paramètres à étudier – statut, naissance, richesse, insertion dans le monde de l’échange – pour véritablement insérer l’histoire des femmes dans une histoire globale des sociétés anciennes où l’esclavage est un fait social de première importance (Mossé 1993, p. 21). Ferme tenante d’une histoire sociale des femmes qui établisse des « faits » et « étende les limites de notre mémoire du passé » comme le souhaitait Virginia Woolf, Giana Pomata va plus loin encore dans la critique du genre, « pure sottise » qui revivifie l’histoire du discours masculin sur les femmes et ne livre que des stéréotypes ; elle propose de rechercher dans les archives la « véritable influence des textes sur la vie des femmes » et d’étudier en particulier « le rôle (jusqu’ici négligé) du droit dans la construction sociale des sexes » (Pomata 1993, p. 26, 30, 29, 33, 34). De même, Jacques Rancière dénonce la « vogue actuelle de l’analyse des “représentations” et de la “lecture” des images », qui fonctionnent comme « métaphores de la science » et remplacent la recherche « des modes de subjectivation », qui empêchent de penser ce qui change et de faire l’histoire réelle des formes d’un re-partage entre les sexes, « des formes et des chances d’apparition des sujets sur une scène de communauté » (Rancière 1993, p. 57, 58, 61).

54L’Histoire des femmes a-t-elle abusé de « ce mauvais ciment des “représentations” qui tient l’édifice et lui donne son caractère achevé » (Rancière 1993, p. 61) ? La critique est rude mais la question mérite d’être posée. Non pour se justifier mais pour tenter d’expliquer une tendance et nourrir le débat, les auteures peuvent répondre, d’une part que les sources masculines prédominent – notamment pour les siècles plus lointains –, d’autre part que les historiennes des femmes ont conscience du poids du symbolique dans la constitution des rapports de sexe ainsi que de la longue durée des systèmes de valeur qui fondent la domination masculine. Elles peuvent dire aussi que d’autres leur reprochent de n’être pas allées assez loin dans la déconstruction des discours, que ces critiques, comme la série, apparaissent finalement bien françaises ou européennes. Même celle de Roger Chartier qui se situe dans une toute autre perspective.

55Sensible par ses travaux sur les pratiques de lecture et d’écriture au caractère culturel de la différence des sexes, et familier de la notion de violence symbolique qui développée par Pierre Bourdieu incite à travailler sur les usages du consentement, Roger Chartier pose comme exemplaire la contribution de Joan Scott, où est analysée la construction discursive de la répartition du travail selon les sexes à l’âge de la révolution industrielle. Pour lui, « loin d’éloigner du “réel” et de n’indiquer que les figures de l’imaginaire masculin, les représentations de l’infériorité féminine, inlassablement répétées et montrées, s’inscrivent dans les pensées et les corps des uns et des autres », organisent la réalité et le quotidien (Chartier 1993, p. 42). Puisque la différence sexuelle est toujours construite par les discours qui la fondent et la légitiment, la tâche de l’histoire est « d’identifier, pour chaque configuration historique, les mécanismes qui énoncent et représentent comme une “donnée naturelle” la division sociale des rôles et des fonctions », mais elle est aussi d’analyser la relation entre pratiques discursives et systèmes non discursifs (1993, p. 43). Là comme ailleurs, Roger Chartier met en garde contre les tentations du linguistic turn qui « finit par oublier qu’il existe des positions ou des intérêts sociaux extérieurs aux discours » et il entend lier « construction discursive du social et construction sociale des discours » (1993, p. 44).

56Nous sommes une fois encore renvoyés outre-Atlantique, où le débat sur le tournant linguistique et le post-structuralisme est fort animé depuis le début des années 1990. Pour établir les conditions d’un dialogue avec l’historiographie américaine, je voudrais en envisager les éléments dans le domaine de l’histoire des femmes, avant de clore cette troisième partie sur les tendances de la décennie en France.

Le débat américain autour du linguistic turn et du gender post-structuraliste

  • 56 Seul Jean-François Lyotard utilise le mot post-moderne et le prend comme titre et thème de ses liv (...)
  • 57 [Voir à ce sujet les synthèses récentes (2004) de Pascal Ory et de Philippe Poirrier.]

57Il y a quelque paradoxe – ou plutôt un phénomène classique d’appropriation sélective et de réélaboration – à ce que le courant intellectuel du post-modernisme (à l’origine une tendance architecturale) et du post-structuralisme soit si mal connu en France et ses termes à peine utilisés, alors qu’il est attribué à l’influence notable – mais non unique – de philosophes français comme Lyotard, Foucault, Derrida ou Lacan56. Critique de la culture moderne, ce courant qui signe la mort des grands récits de légitimation fondés sur une temporalité linéaire et l’idée de progrès – le marxisme et le féminisme en sont de bons exemples –, comme la perte de confiance en l’idée d’une totalité sociale, qui met l’emphase sur la variabilité et la volatilité des significations, qui défie la supposition d’un sujet doté d’une totale autonomie et d’une identité fixée, qui affirme le caractère discursif de toute pratique, a beaucoup bousculé la discipline historique attachée aux causalités et aux acteurs. Il y a impulsé ce qui est souvent appelé « tournant linguistique », évolution générale et controversée de l’histoire sociale vers une histoire culturelle qui renvoie nettement aux États-Unis – en France sa définition reste très57 – à une histoire plus théorique et marquée par l’analyse linguistique et la critique littéraire. Particulièrement dynamique aux États-Unis, cette dernière discipline cherche à replacer les textes littéraires dans leur contexte et à les relier aux autres écrits culturels qui les informent – ce qu’elle appelle « nouvel historicisme » –, ou bien à dévoiler les oppositions hiérarchiques artificielles de la culture occidentale – ce qu’elle appelle derrière Jacques Derrida « déconstruction » ; ce faisant, elle a proposé un mode d’analyse du culturel qui ne peut laisser indifférents les historiens.

  • 58 Ce livre propose, avant quatre applications empiriques (par Thomas Laqueur et Roger Chartier notam (...)
  • 59 Plusieurs fois citée dans cet ouvrage comme pionnière de l’histoire des femmes et codirectrice, av (...)
  • 60 Herman Lebovics est l’auteur d’un livre traduit en français sur la création et les effets d’une dé (...)
  • 61 La remarque est de Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel dans l’introduction de leur ouvra (...)

58Née parmi les historiens américains spécialistes de l’Europe et plus particulièrement de la France de l’époque moderne et de la Révolution – issu d’un colloque tenu à l’Université de Berkeley et publié par Lynn Hunt en 1989, The New Cultural History58 est dédié à Natalie Zemon Davis59 –, « la nouvelle histoire culturelle » est définie avec quelque grandiloquence par un de ses praticiens, Herman Lebovics60, comme « la version actuelle d’un projet de libération né de la crise du marxisme occidental des années 1960 » (1995a, p. 116). Attentive aux approches d’autres disciplines, soucieuse d’« étudier de manière universelle le droit à la différence », de « désontologiser les catégories sociales » et de « traquer les systèmes de contrôle invisibles » (Lebovics 1995a, p. 121), elle pense l’expérience historique à travers ses productions culturelles, aborde l’histoire comme un texte et utilise l’analyse du langage au sens le plus large du terme. Mais elle est aujourd’hui traversée de multiples débats et oppose, selon Herman Lebovics, les historiens attachés à la tradition philosophique de l’École de Francfort – dans laquelle il se range –, à ceux, parmi lesquels de « nombreuses féministes », qui prennent leurs outils théoriques en France et font ressortir les aspects oppressifs de ce qui était autrefois décrit comme le progrès. Les « féministes » concernées ne se reconnaîtront pas nécessairement dans cette classification ; elle a néanmoins le mérite de souligner que le féminisme américain, confronté à la reproduction des discriminations et à l’éclatement du mouvement, et plus particulièrement l’histoire des femmes, ont joué dans cette évolution intellectuelle un rôle fondamental, parfois reconnu, le plus souvent ignoré comme le déplore Joan Scott. Et ceci, parce que l’histoire des femmes était à la recherche d’une théorie pour asseoir sa légitimité et parce que la démarche interdisciplinaire pratiquée dans les women’s studies favorise l’abstraction, langage commun entre les disciplines61.

  • 62 Cet ouvrage comprend deux communications d’historiennes engagées de longue date en histoire des fe (...)
  • 63 Judith Butler est l’auteure d’un livre qui a fait date en 1990 : Gender Trouble. Feminism and the (...)
  • 64 La réponse est de Barbara Lasslett (1993).
  • 65 Arthur Marwick est notamment l’auteur de The Deluge : British Society and the First World War (196 (...)
  • 66 Vingt ans après Metahistory, la revue internationale éditée à Milan Storia della storiografia revi (...)

59La bibliographie de langue anglaise sur le tournant linguistique et les effets – revendiqués ou critiqués – du post-modernisme en histoire ou dans le féminisme est vaste, alimentée par la parution de nombreux ouvrages collectifs et par de continuels débats dans les revues américaines, débats récurrents qui clarifient les positions mais multiplient aussi les clivages et les appellations de nature à laisser perplexe un lecteur français. Sans prétendre à aucune exhaustivité de lecture, je rappellerai le colloque interdisciplinaire publié en 1986 par la théoricienne de cinéma Teresa de Lauretis et intitulé Feminist Studies, Critical Studies62, le débat exprimé dans la revue Signs en 1987-1988 entre post-structuralime et « féminisme culturel », ainsi que le numéro de Feminist Studies du printemps 1988 consacré à « la déconstruction ». Parmi les parutions des années 1990, je citerai The Postmodern Turn. New Perspectives on Social Theory, ouvrage collectif dirigé par Steven Seidman (1994) et dans lequel Judith Butler63, philosophe de formation et éditrice avec Joan Scott de Feminists Theorize the Political (1992), réexamine les fondements du féminisme ; ou bien le débat lancé en 1993 dans la revue Contention par Ruth Bloch qui, à la recherche d’une théorie de la culture de genre, reproche au « post-structuralisme radical » de définir « le symbolisme de genre » comme le produit de relations de pouvoir, d’en ignorer l’autonomie causale et de privilégier le conflit sur le lien64 ; enfin l’échange paru dans The Journal of Contemporary History en 1995 et marqué de totale incompréhension entre l’historien social britannique Arthur Marwick65, qui réfute comme métaphysique l’approche post-moderne, et Hayden White, auteur en 1973 de Metahistory. The Historical Imagination in 19th Century Europe66 et figure de référence du tournant linguistique.

  • 67 Sur l’analyse de ces deux courants, voir la contribution de Françoise Collin au volume 5 de l’Hist (...)

60En France et en français, l’origine et la signification du post-modernisme, comme ses implications épistémologiques et politiques sur le féminisme, sont analysées avec clarté et esprit critique à la fois par la philosophe Françoise Collin et l’historienne Eleni Varikas. La première insiste sur le rôle décisif de l’enseignement de Jacques Derrida dans les universités américaines, situe ce courant, aux côtés de l’universalisme et du différencialisme67, parmi les trois grandes théories philosophiques contemporaines de la différence des sexes et souligne que, « privilégiant la catégorie du féminin indépendamment des appartenances sexuelles effectives », il « semble oublier la réalité socio-politique incontournable des femmes » (Collin 1995, p. 21 ; 1993). Bonne connaisseuse des contextes socio-culturels français et américain, la seconde tente d’« établir les enjeux d’un dialogue intercontinental sur les options théoriques qui traversent la réflexion féministe actuelle » et souligne les risques des présupposés scientistes du post-modernisme et ceux d’une « pensée affirmative » qui répudie l’espérance et hypothèque toute « critique vraiment transformatrice de la réalité sociale » (Varikas 1993, p. 64, 80).

  • 68 Représenté par exemple par Gareth Stedman Jones, auteur de Languages of Class : Studies of English (...)

61Manifestes, ces divergences d’appréciation franco-américaines se retrouvent chez les historiens. Le lecteur français peut lire avec profit dans Genèses (1992) l’article historiographique de Geoff Eley qui explique, avec une sympathie non dissimulée, les incertitudes d’une génération d’Anglo-Américains et le passage, par la critique littéraire notamment féministe et le post-marxisme britannique68, d’une « histoire sociale amorphe et expansive des années 1970 » au tournant linguistique. Puis se reporter au paragraphe correspondant de Sur la « crise » de l’histoire, où Gérard Noiriel explore, en historien critique, l’archéologie et la diffusion du linguistic turn qui, de débat interne à l’histoire intellectuelle américaine – critique littéraire des textes ou étude des pratiques culturelles –, devient rapidement, dans la concurrence que se livrent les universitaires, une machine de guerre contre les historiens sociaux. Comme ailleurs dans son ouvrage, Gérard Noiriel déplore là l’introduction dans la discipline historique des querelles philosophiques insolubles sur les fondements de la connaissance, qui conduit – le propos est féroce – « à une surenchère permanente sur le new, le post et le rethinking », avant de s’aventurer avec circonspection sur le terrain de « l’histoire féministe » décrite, pour les mêmes raisons, comme très conflictuelle (Noiriel 1996, p. 144). En « propos[ant] une théorie du gender fondée sur la philosophie “post-structuraliste” » et en négligeant « un travail d’explicitation » et de communication, Joan Scott « choisit-[elle] délibérément de se placer en dehors des compétences “normales” de sa communauté professionnelle », aggrave-t-elle les divisions internes du mouvement féministe et du champ de l’histoire des femmes (Noiriel 1996, p. 147-148) ?

  • 69 C’est le terme employé par Geneviève Fraisse et Michelle Perrot dans l’introduction de la première (...)

62Dans les pages qui suivent, je voudrais, ces préliminaires exposés, recentrer la question sur mon objet, tenter de rendre compte de ce qui se joue en histoire des femmes et, conformément à l’esprit de cet ouvrage, aller au-delà de la polémique. Parce qu’elle a travaillé sur des phénomènes et des périodes que je connais relativement bien, parce qu’elle essaie de faire comprendre son évolution intellectuelle et que, figure de proue du gender post-structuraliste, elle suscite un large débat contradictoire, je citerai longuement cette historienne américaine. Mais je dirai auparavant quelques mots du travail de Lynn Hunt, une spécialiste de la Révolution française beaucoup plus optimiste dans ses interprétations que Joan Scott qui dénonce la paradoxale incarnation de l’universel révolutionnaire dans la particularité de l’homme blanc (1989), ou Joan Landes qui a souligné l’exclusion des femmes de la vie politique (1988) ou bien encore Carole Pateman qui a distingué pour cette période la contestation du droit paternel et le renforcement du droit patriarcal sur l’épouse (1988). Plus sensible à l’ambivalence69 de l’événement, Lynn Hunt pense que « l’association de l’individualisme avec des personnes de sexe mâle […] était historiquement contingente » et que la Révolution a rendu « possible l’émergence d’un courant féministe, c’est-à-dire d’un questionnement continu sur les femmes » (1995, p. 224-225). Tel est du moins l’épilogue de son ouvrage traduit en français – et utilement préfacé par Jacques Revel –, où, signe de l’inventivité de l’histoire culturelle, elle rend intelligible l’événement passé au crible de sa production culturelle (romans, pamphlets, tableaux, caricatures), à travers le concept freudien de « roman familial », et montre la prégnance des modèles familiaux dans l’imaginaire des révolutionnaires ; après avoir, dans des travaux antérieurs, analysé la sexuation du répertoire iconographique et de la culture politique révolutionnaire (1984), puis la signification de la littérature politico-pornographique contre la reine (1991a). Comme toutes les périodes de mutation entre les sexes, la Révolution engendre en effet chez les contemporains une peur de l’indifférenciation sexuelle, peur dévoilée par l’analyse de ses productions symboliques ; elle tente aussi de réaffirmer, notamment en recourant à des images de la famille et au moment même où elle est contestée, la division sexuelle du monde et de la société…

  • 70 Thèse publiée aux États-Unis et traduite tardivement en France : Les verriers de Carmaux. La naiss (...)
  • 71 Livre pionnier d’histoire sociale, publié en 1963 et traduit tardivement en français (Seuil, 1988) (...)
  • 72 Ces trois articles sont repris dans la troisième partie (« Gender in History ») du recueil Gender (...)

63Lorsqu’elle tente de faire comprendre son parcours intellectuel – par exemple dans l’introduction de son livre Gender and the Politics of History (1988b) – et d’expliquer pourquoi, à la recherche d’une forme de conceptualisation, elle s’est tournée, par la fréquentation d’autres disciplines – critique littéraire, philosophie –, vers la théorie post-structuraliste, Joan Scott souligne que le déplacement fondamental vint en posant la question suivante : comment les hiérarchies de genre sont-elles construites, légitimées, maintenues, défiées ? Prêter attention aux fondements conceptuels de la différence et de la domination devenait le seul moyen de rendre clairs l’histoire des relations entre les sexes et bien des problèmes d’histoire générale, même si cela minait la prétention historienne à une synthèse narrative – ce qui est arrivé aux hommes et aux femmes et comment ils ont réagi. Issue de l’histoire sociale avec une thèse sur les verriers de Carmaux (1974)70, incitée dans les années 1970 à enseigner et pratiquer l’histoire des femmes par la demande étudiante – déjà cité, son premier livre mettait en évidence les liens étroits entre le travail féminin et la famille (Scott et Tilly 1978) –, elle a constaté que les différences économiques ou l’appartenance à des classes distinctes étaient impuissantes à rendre compte de la différence sexuelle et de sa production constante d’inégalité, et que l’histoire des femmes n’était pas celle d’un projet linéaire et cumulatif. Elle s’est alors dans un premier temps attachée à une critique de l’histoire ouvrière classique, notamment du monument – novateur en son temps – de Edward P. Thompson The Making of the English Working Class (Scott 1987b, 1988b)71 et à une reformulation de la question du travail féminin à travers l’étude des discours de l’enquête statistique, des syndicats ouvriers ou de l’économie politique. Il ne s’agit plus, suggère-t-elle, de perpétuer les termes du discours du XIXe siècle en traitant les ouvrières comme marginales dans les processus d’urbanisation, d’industrialisation ou de formation de la classe ouvrière – « L’ouvrière ! mot impie, sordide », écrivait Jules Simon derrière Michelet (1860) –, mais bien au contraire de comprendre le fonctionnement de ces processus à travers la genèse de la marginalisation des ouvrières (Scott 1984, 1986b, 1988b)72. Comme elle le souligne dans « La travailleuse », contribution synthétique au quatrième volume de l’Histoire des femmes, la répartition du travail par sexe à l’âge de la révolution industrielle n’est pas le résultat des conditions objectives du développement industriel mais le produit de discours contemporains qui enracinent dans une différence de nature les oppositions foyer-travail, production-reproduction ; ce faisant, ces discours constituent un facteur du développement dont ils façonnent les formes, ainsi qu’une justification du statut subalterne des femmes sur le marché du travail (Scott 1991a).

  • 73 Work Engendered est le titre d’un ouvrage collectif dirigé par Ava Baron (1991), engendering work (...)
  • 74 Les termes du débat seront précisés plus loin.

64Sensible aux représentations symboliques et à leurs effets – la définition d’un métier, d’une qualification est bien affaire de langage –, cette démarche, dans laquelle les détracteurs de Joan Scott devraient voir au moins un renouvellement de la critique des sources – par l’analyse des catégories sexuées qui les structurent – et une invitation à une histoire moins positiviste, a inspiré, sous la bannière du work engendered ou du engendering work73, de nombreuses recherches américaines sur le travail et plus encore le mouvement ouvrier. Ava Baron, par exemple, a montré comment les discours sur la masculinité ont guidé les pratiques syndicales des typographes américains au début du siècle (1991). De son côté, phénomènes déjà mis en évidence par l’histoire ouvrière du travail féminin, mais analysés plus comme une anomalie et un frein à l’émancipation des ouvrières que comme un élément constitutif du développement économique et social, Sonya Rose a souligné que la rhétorique des syndicats ouvriers anglais, développée au XIXe siècle jusque dans les bassins de forte activité féminine comme le Lancashire, plaçait les femmes en marge du travail industriel et en dehors de la politique du mouvement ouvrier, y compris lors des grèves dont l’énonciation virile contraint les femmes à des formes d’expression moins organisées (1991a, 1991b). Même Laura Downs, qui s’est opposée publiquement à Joan Scott en 199374, accorde, pour comprendre la nouvelle division sexuelle du travail issue de la Grande Guerre, une grande place, aux côtés des changements technologiques, aux discours sexués des industriels de la métallurgie qui définissent désormais comme féminines les tâches parcellisées nécessitant dextérité et aptitude aux travaux monotones (1995). Il y a là, me semble-t-il, par-delà des clivages théoriques, des convergences dans les manières de faire que je souligne une nouvelle fois.

65Mais il est vrai aussi que le post-structuralisme, qui pose toutes les catégories d’analyse – l’histoire en utilise de multiples : classe, race, genre, expérience, action et bien d’autres – comme contextualisées, contestées et contingentes, va plus loin et propose d’analyser le genre comme des processus littéraires et philosophiques. Au lieu de prouver l’opposition binaire masculin/féminin, il se demande en effet comment s’est établie cette opposition ; au lieu de supposer une identité préexistante « femmes », il s’intéresse aux processus de sa construction ; au lieu d’attribuer un sens inhérent aux catégories « hommes » et « femmes », il analyse comment ce sens se construit et s’affirme, comment les sujets sont constitués comme différents. Cette analyse considère la signification comme son objet propre et examine les pratiques et les contextes – d’où la récurrence du terme « historiciser » – dans lesquels se produisent les signifiés de la différence sexuelle. Dit autrement, elle considère « l’émergence des concepts et des identités comme des événements historiques qui ont besoin d’être expliqués », en prêtant attention aux conflits et contradictions des systèmes de discours ainsi qu’aux significations multiples qu’ils déploient (Scott 1991c, p. 792). Ce faisant, elle n’introduit pas de déterminisme linguistique ni ne prive les sujets de capacité d’action, mais elle relativise l’identité « femmes » et la coupe de sa base en une expérience essentialisée et conçue comme un mélange – « sanctifié » par le féminisme, selon le mot ironique de Denise Riley dans « Am I that Name ? » Feminism and the Category of « Women » in History (1988, p. 100) – d’attribué, d’imposé et de vécu.

66Si l’histoire des femmes a produit une « rupture épistémologique », elle est là, dans cette problématisation de l’« expérience » qui est un fondement non interrogé de l’explication historique : après l’histoire sociale qui prétendait lire l’expérience dans le statut social des individus, la women’s history, soucieuse de promouvoir les femmes comme acteurs historiques et de s’appuyer sur leurs modes d’expression, a revendiqué leur expérience comme autre, situé leur résistance en dehors de sa pratique discursive et « naturalisé » ainsi la différence des sexes, au risque de reproduire les systèmes idéologiques et sociaux et de masquer la domination. Pour les post-structuralistes au contraire – et Joan Scott s’explique longuement dans un article de Critical Inquiry intitulé « The evidence of experience » (1991c) –, l’expérience ne peut être supposée « authentique », ni être l’origine de l’explication historique. Médiatisée par le langage, elle est au moins toujours une interprétation et quelque chose qui a besoin d’être interprétée, en insistant à la fois sur les processus de production d’identité, la nature discursive de l’expérience et la « politique » conflictuelle et contingente de sa construction…

67Consciente de la difficulté d’écrire une histoire des femmes de forme cohérente sans une notion fixe et partagée de ce qu’elles sont, Joan Scott souligne néanmoins que le post-structuralisme offre « des interprétations dynamiques du genre qui insistent sur la controverse, la contradiction idéologique et les complexités des relations changeantes de pouvoir », et surtout qu’il répond à de vrais problèmes historiographiques et politiques (1991b). Évoquons par exemple l’ouvrage d’une de ses anciennes étudiantes, Mary Louise Roberts, qui répond de façon stimulante à la question fort débattue des effets de la Grande Guerre sur les rapports de sexe et la société en France. Civilisation Without Sexes : Reconstructing Gender in Postwar France ne prétend pas mesurer le changement réel, ni savoir comment les femmes incorporent à leur identité les représentations contradictoires du féminin. Il examine le débat sur l’identité féminine comme prisme discursif pour comprendre l’impact de la guerre, observant « l’économie culturelle » de la société française bouleversée par le conflit. Ce faisant, il identifie, à travers l’étude de journaux, romans, ouvrages didactiques, images de mode ou discussions parlementaires, trois modèles différents et concurrents : celui de la femme moderne qui cristallise les peurs du changement, le modèle antagoniste et rassurant de la mère, celui enfin de la femme seule qui permet de négocier le changement, de réconcilier l’ancien idéal domestique avec l’organisation sociale changeante, de – l’expression est jolie et éclaire sur la France de l’entre-deux-guerres et de Vichy – « regarder en arrière vers le futur » (Roberts 1994, p. 217). Cette « reconstruction du genre », conclut l’auteure qui attribue cette fonction cathartique à La garçonne de Victor Margueritte, fait plus que normaliser la vie des femmes, elle apaise les anxiétés sexuelles et culturelles – anxiétés bien réelles – sur les effets de la guerre ; elle permet de « faire la paix », comme titre l’étude fort proche de Susan Kingsley Kent sur la Grande-Bretagne, étude plus centrée cependant sur le déclin du féminisme ou plutôt la coupure entre le courant égalitariste fidèle aux anciens idéaux et un new feminism marqué par la violence de guerre et convaincu de la nécessaire complémentarité entre les sexes (1993).

68De son côté, Joan Scott travaille depuis le début des années 1990 sur le féminisme français et le discours politique républicain, plus précisément sur la lutte des femmes pour l’égalité politique et sur les rapports complexes entre universalisme et féminisme. Intitulée « Les femmes qui n’ont que des paradoxes à offrir. Féministes françaises 1789-1945 », sa contribution à l’ouvrage des historiens suisses Hans Jost, Monique Pavillon et François Valloton sur la citoyenneté (1994) est devenue un livre prochainement disponible en français (1998a). Sa lecture – comme celle de son article sur « l’universalisme dans l’histoire du féminisme » (1998b) ou de l’ouvrage de Natalie Davis sur trois portraits de femmes (1997) –, peut permettre aux lecteurs français de confronter les historiographies et de mieux entrevoir les enjeux d’approches différentes.

69Pour comprendre l’échec toujours renouvelé de la lutte politique des femmes et dépasser le récit linéaire des luttes féministes comme la querelle des classifications, Joan Scott propose d’étudier le féminisme « comme interne à son contexte historique discursif » (1994, p. 13), celui de la politique démocratique qui, dès l’origine – la Révolution française – et compte tenu de la répartition contemporaine des pouvoirs, assimile l’individu à l’être masculin, pour résoudre, en expliquant la différence en termes de différence sexuelle, la tension entre les deux définitions existantes de l’individu : le prototype abstrait et la personne distincte. Ainsi, « le féminisme expose les contradictions constitutives de l’individualisme (qui énoncent des principes universels et excluent les femmes des droits politiques) en même temps qu’il est produit par lui », et l’histoire du féminisme est, comme le dit d’elle-même Olympe de Gouges, « l’histoire de femmes qui n’ont que des paradoxes à offrir », de femmes qui réclament les droits de l’homme, de femmes contraintes à accepter et refuser à la fois la différence sexuelle (1994, p. 12). Condition constitutive du féminisme, par laquelle il obtient son effet subversif, cette tension interne se perpétue d’une génération à l’autre, alors même que bougent les significations d’universalisme et de féminisme ainsi que leur rapport d’interdépendance ; et ce jusqu’à nos jours, malgré l’obtention par les Françaises de la citoyenneté politique en 1944, où, explique l’historienne, les deux termes – homme et citoyen – ont cessé de se définir l’un l’autre, sans que soit entrepris une réelle critique de l’universalisme. Attentive aux sources et au fonctionnement du paradoxe féministe, éloignée de la démarche biographique comme du récit de l’histoire politique qui décrit un système pluraliste et perfectible, cette histoire du féminisme pourra apparaître comme particulièrement désincarnée et indifférente aux subjectivités féminines, injuste aussi parfois envers l’historiographie antérieure qui n’a pas ignoré le paradoxe. Elle est pour Joan Scott « l’histoire féministe elle-même », « critique de la pratique historique conventionnelle et de l’idéologie (libérale) qu’elle appuie » et composante « du projet sur lequel elle écrit » (1994, p. 26). Non sans débat d’historiennes et de militantes.

  • 75 Eleni Varikas a écrit un article intéressant sur le débat Tilly-Scott : « Genre, expérience et sub (...)

70Même si l’histoire post-structuraliste en général – et Joan Scott en particulier – entend montrer non seulement comment fonctionne le langage dans la construction de l’identité sociale, mais aussi comment les idées se convertissent, à travers le langage, en réalités sociales, ce qui est en jeu, ce qui est perçu comme en jeu, sont le statut du social et du réel, la place dévolue aux déterminations spécifiquement sociales. Cette question oppose ceux qui affirment la transparence des faits – on trouve des faits dans les archives – et ceux qui soutiennent que toute réalité est interprétée et construite, que le monde est un texte ; opposition qui prend des formes particulières en histoire des femmes. Incontestablement, le gender post-structuraliste a déplacé les questions et l’intérêt de l’histoire des femmes, des faits et déterminations matérielles, thèmes travaillés par Joan Scott dans les années 1970, vers l’analyse du langage et de la production sociale de signifiés. Sa collaboratrice d’alors, Louise Tilly, a réagi avec mesure, mais en soulignant son désaccord et son incompréhension envers une méthode – elle parle plus volontiers de déconstruction – qui surestimerait la contrainte sociale, porterait une attention insuffisante au contexte (Joan Scott dit le contraire mais en insistant sur le contexte discursif), et mettrait « radicalement en question l’existence d’un monde réel et la possibilité de le connaître et de l’expliquer ». Comme Gérard Noiriel à l’encontre des historiens-épistémologues, elle reproche à sa collègue de sortir de sa discipline et d’intervenir « aussi sur la politique féministe, sur l’épistémologie et sur l’ontologie » (Tilly 1990, p. 160, 159)75.

  • 76 Le numéro de Signs de l’été 1990 a publié des comptes rendus réciproques et des échanges de vue en (...)
  • 77 « Si “femme” est seulement une catégorie vide, pourquoi ai-je peur de me promener seule la nuit ? (...)
  • 78 Cette position est exprimée par exemple dans un dialogue du Journal of Women’s History (vol. 5, n° (...)
  • 79 Par exemple dans le livre collectif édité par Ann-Louise Shapiro : Feminists Revision History (199 (...)

71Louise Tilly reçut dans cette circonstance – paru en anglais dans Social Science History, son article fut suivi de commentaires et d’une réponse de sa part (1989) – le soutien de Judith Benett et celui de Gay Gullickson qui dénonça la déconstruction comme outil inaccessible à la plupart des historiennes des femmes, et ses résultats comme incompréhensibles en dehors d’un petit cercle de spécialistes. Les opposantes ont ensuite donné au débat un tour plus polémique, le situant résolument sur le plan politique et l’inscrivant dans des dichotomies féministe/non féministe ou théorie/politique, la théorie étant considérée comme abstraite, élitiste et masculiniste, la politique comme concrète, pratique et féministe. Tandis que Joan Scott répond que les deux termes ne peuvent être séparés et que des inconditionnelles voient dans le post-structuralisme « la » théorie par excellence, certaines historiennes comme Linda Gordon lui reprochent sa trop grande insistance sur le pluralisme qui ne permet plus d’identifier ni le patriarcat ni l’ennemi de classe et détruit tout concept collectif de « femmes »76. D’autres critiquent sa représentation abstraite des différences au détriment du monde réel et de l’expérience commune des femmes. C’est le cas, par exemple, de Laura Downs qui, défendant une approche plus empirique d’articulation des discours et des pratiques sociales, d’unification de l’histoire des femmes et du genre, ouvre un échange dévastateur avec un article qui sonne comme un manifeste féministe : « If “woman” is just an empty category, then why am I afraid to walk alone at night ? Identity politics meets the postmodern subject »77 (1993b). C’est le cas aussi d’une historienne de l’Allemagne de Weimar, Kathleen Canning, qui insiste sur l’expérience corporelle des femmes (1994). D’autres encore parlent d’élitisme, de terrorisme intellectuel, de soumission aux « gourous » français. Ces échanges peu amènes laissent toutefois un espace aux positions intermédiaires d’ouverture qui ne dédaignent pas d’utiliser empiriquement les apports du tournant linguistique78, et à la confrontation plus sereine des défis de l’histoire des femmes et de ses contributions à l’épistémologie de l’histoire79.

  • 80 Débat peu soulevé en France dans la communauté historienne ; un peu plus dans d’autres disciplines (...)
  • 81 Ellen Furlough a déchiffré l’histoire du mouvement des coopératives de consommation en France (199 (...)

72Comment savons-nous ce que nous savons ? Comment pensons-nous savoir quelque chose ? Comment écrivons-nous ce que nous pensons savoir ? Quel est le rôle du statut personnel de l’auteur ? « Épines au flanc » de la discipline historique selon l’expression d’Arlette Farge (1995, p. 290), ces questions, soulevées en France par ceux que Gérard Noiriel appelle « les historiens-épistémologues des années 1970 » (la génération Veyne - de Certeau), comme par Jacques Rancière ensuite, font retour en histoire des femmes par l’intermédiaire du débat américain que je viens d’évoquer. S’il reflète incontestablement des enjeux propres au paysage intellectuel des États-Unis où notamment, comme le souligne Eleni Varikas, « la course à la théorie constitue la règle d’or de la réussite » (1993, p. 62), ce débat me paraît stimulant et ne peut être esquivé. D’une part, le gender post-structuraliste, quelque peu désenchanteur par les limites qu’il semble poser à l’ambition historique, est à mes yeux novateur par les approches qu’il suscite dans le traitement du langage et utile par sa fonction critique des catégories historiques usuelles80. D’autre part et plus généralement, l’historiographie américaine a la vertu de nous rappeler l’intérêt – et les risques – de l’interdisciplinarité, d’ébranler nos certitudes positivistes, et de nous inviter à interroger la différence, à faire entrer dans nos recherches françaises, plus que de coutume, l’étude systématique de la différence et des différences. D’ouvrir aussi des thématiques neuves, parmi lesquelles par exemple « le sexe des choses » – titre d’un livre collectif dirigé par Victoria de Grazia et Ellen Furlough (1996)81 –, ou le genre du goût et de la consommation exploré par Leora Auslander à propos du mobilier (1996). Dirigé et introduit par Joan Scott qui répond aux critiques et explique les chemins de l’histoire des femmes, Feminism & History, qui réédite vingt contributions majeures sur sept catégories de l’histoire – femmes, genre, race, classe, sexualité, féminisme, histoire –, témoigne de cette vitalité (1996).

73Mais inversement, je ne peux pas non plus être indifférente à la réaction de Joan Hoff, réaction qu’elle attribue à ses deux ans de séjour hors des États-Unis, à Dublin. Dans un article de la Women’s History Review dont le titre est un plagiat cinglant – « Gender as a postmodern category of paralysis » –, elle tente d’expliquer l’audience du post-structuralisme dans l’histoire des femmes aux États-Unis comme un phénomène de génération. Elle y dénonce les trois aspects négatifs du post-modernisme, hostile à l’histoire et ses méthodes, sexiste – c’est, dit-elle, l’idéologie patriarcale de la fin du XXe siècle –, et politiquement paralysant. Et elle exprime la crainte que cette théorie n’isole d’une part l’histoire des femmes du mouvement des femmes et des enseignantes qui essaient d’en utiliser les acquis dans leurs cours, d’autre part et « plus fâcheusement », les historiennes américaines de leurs collègues de l’Est et du tiers monde qui commencent seulement à écrire sur leur passé et ne peuvent « se payer le luxe de la théorie » (1994). Malgré ses outrances – la revue reçut de nombreuses réactions, majoritairement favorables, mais aussi hostiles à l’anti-intellectualisme du propos –, cet article eut le mérite, comme le souligne Jane Purvis qui ouvre ses colonnes en 1996 à des réponses argumentées (Kent, Ramazanoglu, Hoff), de faire pénétrer en Grande-Bretagne le débat sur le post-structuralisme et de stimuler l’histoire des femmes. Peut-être mon propos aura-t-il le même effet en France, où la situation de l’histoire des femmes apparaît à la veille du XXIe siècle fort paradoxale.

Retour en France : richesse et paradoxes de l’histoire des femmes

74Au terme de ce parcours de près de trois décennies, je ne ferai que quelques remarques rapides sur la situation de l’histoire des femmes en France à la fin des années 1990, marquée, me semble-t-il, de plusieurs paradoxes.

  • 82 [L’édition 2007 a supprimé les références aux thèses, pour n’indiquer que les livres qui en sont i (...)
  • 83 Siân Reynolds fut l’éditrice en 1989 d’un ouvrage collectif et comparatif sur le genre et le pouvo (...)

75Le paradoxe le plus apparent oppose la richesse des développements historiographiques à la fermeture des institutions universitaires et de recherche qui s’exprime fortement par un refus de reconnaître l’existence de ce champ disciplinaire et d’en faciliter le développement. Pourtant, recherches et publications se sont poursuivies et comblent en partie des thèmes ou des périodes jusque-là peu explorées. Signalons notamment l’investissement de l’histoire du temps présent qui s’affirme avec la parution du premier numéro de Clio HFS sur « résistances et libérations » ; avec aussi l’analyse, derrière celle des combats de plusieurs décennies pour une sexualité « sans procréation », « sans âge », « sans violence » et « sans normes » (Mossuz-Lavau 1987 et 1991), de « la révolution maternelle qui les accompagne et modifie, au fil de trois générations contrastées – celle des mères du baby-boom, celle des filles du refus, celle « du désir » – les relations entre maternité et citoyenneté (Knibiehler 1997) ; avec, plus encore, la soutenance de trois thèses sur l’après-1945. Qu’elles portent sur les femmes de la vie politique française de la Libération aux années 1970 (Guéraiche) ou sur les associations féminines catholiques, communistes ou féministes (Loiseau 1996 ; Chaperon), ces thèses82 mettent au jour le militantisme des femmes qui a tissé l’histoire politique, ouvrière et sexuée de ces décennies, en renouvellent la perception et s’interrogent, chacune à leur manière, sur les continuités et les ruptures ainsi que sur les phénomènes générationnels. Elles témoignent aussi du poids dans l’historiographie des années 1990 de la question de la place des femmes dans l’espace public, question qui alimente le débat sur la singularité française, interpelle une histoire politique en plein renouvellement et en propose, comme le fait l’historienne britannique Siân Reynolds83 pour un entre-deux-guerres trop familier, une relecture stimulante (1996). Après la réédition complétée en 1995 de Muse de la raison, texte pionnier de Geneviève Fraisse, et la publication par Éliane Viennot du colloque sur « la démocratie “à la française” » (1996), la seule année 1997 compte au moins sept parutions sur ce thème (Corbin et al. ; Dermenjian et Haicault ; Fauré ; Le Bras-Chopart et Mossuz-Lavau ; Pisano et Veauvy ; Perrot 1997a, 1997b).

  • 84 Par exemple lors d’une journée d’études organisée à l’Université Paris 7 sur « la richesse des fem (...)
  • 85 La remarque est moins vraie pour l’histoire du Moyen Âge et des Temps modernes. Ainsi Jean Delumea (...)
  • 86 [Son livre sur « le crime d’Onan » est publié en 2005.]

76Trois autres thématiques sont également particulièrement travaillées. D’une part, la question de la valeur et de la richesse des femmes, qui a suscité dans les années 1980 plusieurs travaux collectifs d’histoire et d’anthropologie (GRIEF 1982 ; Weiner 1983 ; CEFUP 1986 ; Ravis-Giordani 1987), est reprise84 et infléchie parfois vers l’étude de leur rôle économique. D’autre part, le facteur religieux, longtemps point aveugle d’une histoire au féminin, particulièrement pour la période contemporaine85, suscite de multiples recherches, dont le deuxième numéro de Clio HFS souligne la richesse et la diversité. Alors que Nicole Edelman a consacré sa thèse devenue livre à la quête des femmes somnambules, médiums et spirites au XIXe siècle (1995), Claude Langlois, qui a décrit autrefois l’univers des congrégations féminines et montré la féminisation du catholicisme au XIXe siècle (1984) – le dimorphisme sexuel de la pratique religieuse perdure d’ailleurs au XXe siècle (1995) –, élargit désormais, dans le cadre de la chaire d’Histoire et sociologie du catholicisme contemporain de l’École pratique des hautes études, l’articulation entre histoire religieuse et histoire des femmes. Il s’intéresse, après Jacques Maître (1995), à la figure de Thérèse de Lisieux, propose de relire le phénomène marial dans toutes ses manifestations et d’en préciser les inflexions chronologiques (1997), reprend le dossier, récemment étudié pour le XXe siècle par Martine Sévegrand qui évoque les dramatiques dilemmes des couples catholiques (1995, 1996), de la sexualité féminine et du contrôle des naissances86.

  • 87 Fabrice Virgili écrit une thèse d’histoire sur ce phénomène. [La thèse, soutenue, est devenue livr (...)
  • 88 Cette question est abordée aussi par deux historiennes américaines : Ruth Harris (1993) et Judith (...)

77De fait, la sexualité devient en France un objet d’étude historique, appréhendé au travers des comportements intimes des couples (Sohn 1996a, 1996b) et des violences sexuelles qui manifestent un « usage politique de la cruauté (Nahoum-Grappe 1996, Héritier 1996b) et ramènent « les femmes [...] à leur condition d’êtres asservis aux hommes (Martin J. -C. 1997, p. 109) : harcèlement sexuel au travail (Louis 1994), tontes de la Libération (Virgili87 1995a, 1995b), profanations sexuelles commises sur le corps des femmes pendant la période révolutionnaire (Martin J. -C. 1996a, 1996b, 1997), viols de Françaises par des soldats allemands pendant l’invasion de 191488 (Audoin-Rouzeau 1995). Inscrit dans une prometteuse perspective d’histoire culturelle de la première guerre mondiale que Stéphane Audoin-Rouzeau appelle de ses vœux, au début des années 1990, L’enfant de l’ennemi est moins un livre sur le viol de guerre et ses victimes que sur les fantasmes et débats autour du devenir des enfants du viol, mais il n’aurait sans doute pu voir le jour sans les recherches antérieures en histoire des femmes et études féministes, en France comme à l’étranger. L’auteur ne reconnaît pas cette filiation et éprouve le besoin de se démarquer en introduction d’« un certain féminisme américain » et d’une historiographie américaine « de plus en plus conditionnée par les appartenances identitaires » : en ce sens, il illustre le premier paradoxe de l’histoire des femmes en France.

  • 89 [Les actes ont été publiés en 1998 par Ruth R. Pierson et Nupur Chaudhuri.]

78Le deuxième paradoxe oppose les réticences françaises et la relative ouverture des institutions internationales ou européennes. Pour la première fois, « le rapport masculin-féminin » – étudié dans les grandes mutations historiques et introduit par un rapport méthodologique de Yolande Cohen – constituait un des trois thèmes majeurs du 18e congrès international des sciences historiques tenu à Montréal l’été 1995 ; tandis que la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes y organisait, sans aucune contribution de la France (ex-pays colonisateur), deux journées de travail sur « femmes, colonialismes, impérialismes et nationalismes à travers les âges »89. De même, la question des femmes et du genre est une des thématiques développées dans les conférences européennes d’histoire sociale que promeut depuis 1996 l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam.

  • 90 Revue semestrielle comportant toujours un gros dossier thématique, Clio, histoire, femmes et socié (...)
  • 91 Le « nous » signifie au moins l’auteure de ces lignes qui a pris l’initiative de cette revue accep (...)
  • 92 Contestant notamment la note Études et recherches sur les femmes en France publiée en annexe du ra (...)
  • 93 Ephesia est le pseudonyme collectif du conseil scientifique de l’ouvrage : Marianne Berthod-Wurmse (...)
  • 94 [La thèse est devenue livre en 2001.]

79Cette constatation doit toutefois être nuancée, tout d’abord par le lancement en 1995 d’une revue d’histoire des femmes qui place la France dans un courant européen de développement et de légitimation de ce champ de recherche. Aux côtés des récentes revues britanniques (Gender & History et Women’s History Review), autrichienne (L’homme. Zeitschrift für Feministiche Geschichtswissenschaft), espagnole (Arenal) et belge (la plus interdisciplinaire Sextant ), Clio, histoire, femmes et sociétés90 marque, par son titre et ses exigences académiques – nous91 ne voulons plus seulement être des Pénélope –, la maturité de l’histoire des femmes et sa volonté d’insertion et de dialogue avec la discipline historique. D’autre part, dans le cadre de la préparation de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes – celle de Pékin –, et malgré quelques tensions entre la mission officielle de coordination et l’Association nationale des études féministes92, la communauté scientifique française a été mobilisée en mars 1995 autour d’un colloque international et pluridisciplinaire de l’ampleur de celui de Toulouse sur les trois thèmes d’égalité, d’identité et de différence. Publié très rapidement par le collectif Ephesia93, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales montre la richesse et les avancées conceptuelles des recherches sur les rapports de sexe, ainsi que leur « fonction irremplaçable […] pour fonder l’action politique en faveur des femmes » (Ferrand et Commaille 1995, p. 636). En histoire comme dans d’autres disciplines, la notion de gender – rencontre sexuée et différence sexuelle en perpétuelle reconstruction – s’est affirmée et précisée. Elle est par exemple mise en œuvre systématiquement par Delphine Gardey dans une thèse sur le monde des employés de bureau de 1890 à 1930, pour articuler les trois processus de féminisation, mécanisation et rationalisation de ce « monde en mutation » et cerner l’identité de ce goupe social (1996)94. Elle côtoie, avec Gabrielle Houbre, les rivages délicats d’une histoire culturelle de « l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme » (1997).

  • 95 Déjà cité, le livre d’Alain Boureau est une démonstration sans failles mais il contient aussi une (...)
  • 96 Christine Bard organise depuis 1996 à l’université d’Angers des journées d’études sur ce thème, po (...)

80Cependant – et c’est le troisième paradoxe que je voudrais souligner –, cette diffusion du gender s’accompagne de deux mouvements divergents qui, intégrant la dimension du genre, ne doivent pas être considérés comme des retours en arrière : le rappel de la domination masculine et l’attention au féminin, voire au corps des femmes. Derrière les anthropologues qui, comme Françoise Héritier (1996a) font de la différence hiérarchisée des sexes le principe organisateur des sociétés et des structures cognitives, mais avec une attention aux changements et aux conjonctures, l’histoire des femmes s’intéresse particulièrement aujourd’hui aux « crispations de pouvoir », aux « déplacements frontaliers de l’inégalité, [aux] incessantes décompositions et recompositions des partages entre les deux sexes » (Perrot 1995, p. 51), ainsi que, comme les sociologues, « aux mécanismes reproducteurs de discrimination » (Ferrand et Commaille 1995, p. 641). Elle rappelle aussi le risque historiographique, voire « l’indécence » – le terme est de Geneviève Fraisse dans un commentaire du livre d’Alain Boureau sur la « fabrication » du mythe du droit de cuissage95 – de « traiter des représentations sans les sujets et sans le réel », de « se détourner de la réalité d’oppression et d’inégalité des femmes » (Fraisse 1996b, p. 259-260) et propose au contraire de réfléchir ensemble au mythe, au droit et à la réalité pour penser la relation entre les sexes. Ne faut-il pas comprendre ainsi l’émergence de l’histoire de l’antiféminisme96 qui, pour ne pas être seulement l’étude – amorcée dès les années 1970 – de textes normatifs ou de discours réactionnaires, doit s’appuyer sur cette articulation de la norme, des pratiques et des discours. Est alors explorée, à la recherche d’une chronologie, l’économie culturelle d’une société qui confronte, dans de multiples configurations, réactions et représentations hostiles ou favorables aux mutations des rapports de sexe. De son côté, Francine Muel-Dreyfus met en perspective les discours de Vichy sur « l’éternel féminin » par un travail de sociogenèse des représentations sociales : elle analyse leurs usages sociaux et politiques, souligne la violence de la stigmatisation des femmes et montre que l’affirmation d’une inégalité sexuelle inscrite dans la biologie constitue le paradigme et le socle de tous les rapports hiérarchiques dans un ordre social pensé comme naturel (1995). Ces recherches sur les violences exercées contre les femmes et sur la dimension sexuée de la violence ne dispense cependant pas d’une réflexion sur la violence réelle et imaginée des femmes, réflexion à laquelle invite l’essai collectif dirigé par Cécile Dauphin et Arlette Farge (1997)…

81« Les femmes ne sont pas des hommes comme les autres » : enquête sociologique sur l’identité sexuelle dans la France des années 1990, le livre de la politologue Janine Mossuz-Lavau et de la gynécologue Anne de Kervasdoué montre que, parallèlement au rapprochement intellectuel entre les courants universaliste et différencialiste du féminisme – la différence ne s’oppose pas à l’égalité mais à l’identité –, les Françaises d’aujourd’hui dénoncent les différences subies et discriminatoires mais revendiquent à la fois l’égalité et des différences fondées sur la « capacité procréatrice des femmes qui structure une manière d’être au monde particulière » (1997, p. 285). Cet ouvrage n’est pas une recherche historique mais, comme l’essai de Véronique Nahoum-Grappe sur « le féminin » (1996) ou le livre déjà cité d’Yvonne Knibiehler qui scrute le point de vue des femmes sur « la révolution maternelle » des dernières décennies, il invite à explorer encore les figures du féminin et les composantes d’une éventuelle différence de culture entre hommes et femmes, sans toutefois réduire au sexe et au corps les fondements de l’identité individuelle ou collective des femmes. Dans l’histoire de la jeunesse qui trouve également une nouvelle dynamique, « le temps des jeunes filles » révèle aussi bien des spécificités (Knibiehler et al. 1983 ; Clio HFS 1996 ; Thiercé 1996).

  • 97 L’idée du colloque est issue d’une discussion entre Anne-Marie Sohn et Françoise Thébaud, tenue ap (...)
  • 98 [La thèse est devenue livre en 1998.]

82Ces paradoxes français, la diversité croissante des perspectives comme la confrontation avec les historiographies étrangères sont en France moins source de clivages qu’incitation à faire le point – tant sur le plan méthodologique et théorique qu’institutionnel –, objet du colloque L’histoire sans les femmes est-elle possible ? Réflexion épistémologique et pluralité des approches organisé, quatorze ans après celui de Saint-Maximin, à l’Université de Rouen fin novembre 199797. Ils invitent aussi à prêter attention à l’originalité de démarches qui embrassent, pour aller au-delà, des traditions différentes. À cet égard me paraît exemplaire la thèse de Nancy Green98, diplômée de l’université de Chicago et membre de l’École des hautes études en sciences sociales, qui analyse sur le long terme l’industrie parisienne et new yorkaise du vêtement où s’affairent femmes et immigrés de vagues successives. La mode en production : la confection et les immigrés, Paris - New York, 1880-1980 propose de repérer « un nouveau territoire méthodologique » – celui d’une histoire comparée à multiples facettes, sensible aux niveaux d’analyse de la comparaison comme au repérage des similitudes et des différences dans l’espace et le temps – et d’aller « vers un structuralisme post-structurel » qui décèle une structure et retrouve ses variantes. Comme l’écrit joliment son auteure :

D’où qu’ils provinssent, les ouvriers du vêtement pestaient de la même manière lorsque l’aiguille se brisait ou que le fil se cassait, quoiqu’en des langues différentes ; selon le moment, nous insisterons sur la bobine de fil ou sur le facteur linguistique.

83Comment mieux achever ce parcours dans la richesse et les méandres du gender ?

Notes

1 [Rappelons que cette troisième partie était la dernière de l’édition originale dont la rédaction a été achevée en 1997. Elle évoque donc la situation des années 1990. Sans doute inexacte aujourd’hui, sa première phrase (« Les pages qui suivent apparaîtront sans doute moins familière au lecteur français ») est supprimée dans la présente édition qui actualise le propos dans une quatrième partie.]

2 Ce colloque des 3 et 4 mars 1989 marque un aboutissement de l’Action thématique programmée du CNRS Recherches sur les femmes et recherches féministes et porte sur un des thèmes développés dans cette ATP, « l’analyse critique de la conceptualisation des sexes ».

3 Dans le numéro de décembre 1994 de L’histoire, l’historien suisse Thomas Späth (Université de Bâle) se présente comme spécialiste de l’historiographie romaine et de l’histoire des genres dans l’Antiquité.

4 Christine Bard, Agnès Fine, Gabrielle Houbre, Christiane Klapisch-Zuber, Claudine Leduc, Catherine Marand-Fouquet, Florence Rochefort, Françoise Thébaud, Michelle Zancarini-Fournel.

5 Françoise Collin est directrice des Cahiers du Grif dont le numéro 45 s’intitule Savoir et différence des sexes (automne 1990) et le numéro 46 Provenances de la pensée. Femmes/philosophie (printemps 1992). Notons que les sciences dites dures n’ont pas échappé au questionnement féministe, tant sur la place des femmes dans les structures de recherche et d’enseignement que sur les connaissances produites.

6 Elles se réfèrent à un espace (histoire urbaine, rurale, africaine...), une catégorie (histoire ouvrière, des entreprises...), un niveau ou sous-niveau de réalité (histoire économique, sociale, du travail, politique, des institutions, culturelle, des religions, des mentalités…).

7 Par exemple, Delphine Gardey et Ilana Löwy ont intitulé la journée d’étude organisée le 24 janvier 1997 au Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (La Villette) : « Genre et science. État de la question historique en France et à l’étranger ».

8 Les versions originales en anglais – « Gender : a useful category of historical analysis » et « Gender, women’s history and social history » – ont été publiées respectivement dans l’American Historical Review (volume 91, n° 5, décembre 1986) et Social Science History (volume XIII, n° 4, hiver 1989). Comme je l’ai déjà indiqué, l’article de Joan Scott est inclus dans son recueil Gender and the Politics of History (1988b).

9 Elle s’intitule « Women’s history ». Je remercie Siân Reynolds d’avoir attiré mon attention sur ce texte et Isabel Morant de me l’avoir envoyé en espagnol.

10 Tous les articles américains et français consultés renvoient au travail d’Ann Oakley mais Claire Duchen (1994b) signale le livre pionnier de Robert Stoller. Malgré la faible diffusion du terme « genre » en français, je l’utiliserai par commodité dans la suite de cette partie ; par contre, je garderai le terme anglais de gender history.

11 Je renvoie aux bibliographies et aux articles très clairs de Michèle Ferrand, Nicky Le Feuvre et Monique Haicault parus dans les Actes du groupe de travail Sociologie des rapports sociaux de sexe. Ce groupe de travail s’est formé à l’occasion du 14e Congrès de l’AISLF tenu à Lyon en juillet 1992, après le constat des résistances de la communauté scientifique française. On trouve dans ces actes des parcours et des interrogations très proches de ceux de l’histoire des femmes. On peut consulter aussi la collection des Cahiers du GEDISST qui paraissent depuis 1990, et particulièrement le numéro 3 intitulé Rapports sociaux de sexe. Une journée de discussion.

12 Joan Scott et Louise Tilly (1990, p. 148) citent toutes deux – avec des mots différents – la réaction d’un historien de la Révolution française à l’issue d’un séminaire sur Olympe de Gouges : « Maintenant que je sais que des femmes ont participé à la Révolution, quelle différence cela fait-il ? »

13 Pour les citations, j’utilise la version française. C’est moi qui souligne les mots importants.

14 Méthode théorisée dans De la grammatologie (Derrida 1967, traduction américaine 1976) et qui a beaucoup inspiré l’actuelle critique littéraire. Elle analyse comment les arguments sont structurés et présentés, comment le sens est porté à travers contraste et différenciation interne, comment les contraires d’une opposition binaire sont dans une interdépendance hiérarchique et tout à fait ambigus et instables.

15 J’utiliserai aussi par commodité dans ce paragraphe le qualificatif « classique ».

16 Comme l’écrit Louise Tilly (1990, p. 159), Joan Scott « intervient non seulement dans le débat sur la pratique des études sur les femmes (et sur l’histoire des femmes en particulier), mais aussi sur la politique féministe, sur l’épistémologie et sur l’ontologie ».

17 La revue est éditée chez Basil Blackwell ; la première directrice de publication est Jane Rendall (Université de York).

18 [CREA : Centre de recherches et d’études anthropologiques de l’Université Lumière - Lyon 2. ]

19 Louise Tilly cite aussi, comme traitant de multiples problèmes de l’histoire américaine, le livre de Mary P. Ryan : Cradle of the Middle Class : The Family in Oneida County, 1790-1865 (1981).

20 Voir aussi la recension par R. Milkman de travaux américains récents d’histoire du travail féminin dans le numéro de Signs de l’hiver 1993 : « New research in women’s labor history ».

21 Majoritairement féminine et organisée autour du système de la Fabrique, l’industrie rubanière stéphanoise associe usines, ateliers des fabricants et travail à domicile (pour la phase essentielle du tissage). Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, attentives à la fois aux réalités et aux représentations – c’est le sous-titre de leur livre qui analyse, dans leurs composantes mixtes et non mixtes, les « parcours » des femmes à Saint-Étienne entre 1880 et 1950 – étudient la répartition générale des tâches (aux femmes les travaux de préparation et de finition, aux hommes la conception du ruban et en grande partie le tissage), avant de se focaliser sur les ateliers familiaux, lieux d’observation privilégiés des rapports de sexe (place des femmes dans les stratégies familiales, partage des tâches et des pouvoirs dans l’atelier) et des conséquences de la technologie ; ainsi, l’électrification des métiers au début du XXe siècle renforce pour un temps les ateliers familiaux et féminise le travail du tissage.

22 Le livre est la réécriture d’une thèse soutenue à l’Université Lyon 2 en 1993 (direction : Yves Lequin).

23 Avec Elinor Accampo, auteure d’un livre sur Saint-Chamond au XIXe siècle (1989), et Rachel Fuchs qui a mené des recherches sur les enfants abandonnés et les mères pauvres dans le Paris du XIXe siècle (1984, 1992), elle a dirigé un livre collectif sur le réformisme et les réformes sociales de la Troisième République avant 1914 (Accampo et al. 1995).

24 De Pat Thane, on peut lire en français l’article sur le « genre et (la) protection sociale » paru dans Genèses en 1991.

25 Il existe des travaux en Belgique et en France, animés notamment à Marseille par l’association Les femmes et la ville et à Bruxelles par le Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes (Knibiehler et al. 1993 ; Les femmes et la ville. Un enjeu pour l’Europe 1993 ; Gubin et Nandrin 1993). Rappelons aussi le travail de Catherine Pellissier sur la vie privée et les sociabilités lyonnaises (1996, 1997) ainsi que les pages de Jean-Paul Burdy : « Travaux et espaces des hommes et des femmes », troisième partie de son livre sur le quartier stéphanois du Soleil (1989). De son côté, la thèse d’Anne Pérotin-Dumont (1996) sur « la ville aux Iles » fait intervenir le genre pour comprendre la formation d’une société urbaine aux Antilles. [Elle a été publiée en 2000.]

26 Notamment dans : « The doubled vision of feminist theory » (1979). Joan Kelly reconnaît aux systèmes de genre une existence indépendante et l’interaction réciproque des systèmes de genre et de classe mais Joan Scott lui reproche de demeurer dans un cadre marxiste et de trop mettre l’accent sur la causalité économique.

27 Pour plus de détails, voir les ouvrages de Ute Frevert parus en allemand en 1986 et 1988.

28 Claire, la formule est de Roger Chartier, qui souligne au contraire, par ses travaux sur les pratiques d’écriture, qu’il n’y a pas « d’écriture féminine », de relation spécifique des femmes à l’écrit, mais « des usages sexuellement différenciés de modèles culturels communs aux deux sexes » (1993, p. 41).

29 Le verbe « agit » est la traduction rapide de « contribute to and affect ».

30 La remarque est d’Eleni Varikas (1993, p. 75).

31 La remarque est de Liliane Kandel (1996, p. 240) qui cite E. T. Beck (1991) et Paul Berman (1994).

32 Plus récemment (1997), Liliane Kandel a dirigé la publication du colloque en l’honneur de Rita Thalmann intitulé Féminismes et nazisme.

33 [Les actes de ce colloque ont été publiés en 1998 sous la direction de Dalia Ofer et Leonore Weitzman.]

34 Sur les questions posées, Gisela Bock et Annette Wieviorka sont intervenues dans le séminaire que j’ai organisé à Lyon de 1993 à 1997. Annette Wieviorka a souligné l’intérêt d’une approche sexuée de la condition des juifs en France, de la déportation politique et du système concentrationnaire mais son illégitimité pour le génocide.

35 Auteure de nombreux articles et de deux ouvrages de documents sur le sujet (1981, 1983 avec Susan Groag Bell), [elle a entrepris un ouvrage comparatif sur les féminismes européens de 1700 à 1950. L’ouvrage est publié en 2000 avec comme sous-titre A Political History].

36 The Institute for Research on Women and Gender (IRWG) publie un bulletin régulier qui rend compte de l’activité de ses membres.

37 La citation est de Karen Offen dans un article inédit prêté par l’auteure : « Toward a historiography of women’s and gender history for Modern France. An outsider’s insight ». [Elle a été reprise dans Offen 2003b.]

38 Dans une communication au séminaire de formation Mujeres e historia tenu à l’université internationale Menendez Pelayo de Valence en octobre 1994, intitulée « Las formas y el lugar de la historia de las mujeres en Europa y America (un analisis desde el sur) » (diffusion restreinte), Isabel Morant décrit un parcours espagnol très proche du parcours français.

39 Comme le suggère le titre de l’introduction générale « Ordres et libertés ». Le XIXe siècle apparaît ainsi comme un siècle-pivot dans l’histoire du genre, susceptible de plusieurs interprétations. Soulignons toutefois que la réévaluation opérée ici est globale et politique, et très différente de celle, antérieure, qui soulignait les aspects positifs de l’existence des deux sphères et d’un monde des femmes.

40 La série a été publiée en une dizaine de langues.

41 Les lectures critiques sont de Claude Mossé, Giana Pomata, Roger Chartier, Jacques Rancière, avec remarques de Pierre Bourdieu ; ces lectures ont été reprises dans un dossier des Annales de juillet-août 1993 sous le titre « Histoire des femmes, histoire sociale ». La présence et les remarques de Pierre Bourdieu, cité comme « grand témoin », ont suscité la réaction de Françoise Armengaud dans Nouvelles questions féministes (volume 14, n° 3, 1993, p. 83-86) ; il est notamment reproché à P. Bourdieu de s’approprier, sans en citer les auteures, les thèses des féministes qui ne sont pas « de la différence » (notamment Christine Delphy, Colette Guillaumin, Nicole-Claude Mathieu, Michèle Le Dœuff).

42 Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes, XIXe siècle, XXe siècle.

43 [Communication inédite de Bonnie Smith en 1993.]

44 De la même façon, pour d’autres raisons peut-être, Alain Corbin (1993) se dit « frappé par l’actuelle impossibilité de la synthèse en histoire » et par le fait que « désormais les acquis des historiens semblent difficilement cumulables ». Il me semble tout de même que des synthèses partielles sont possibles et que l’Histoire des femmes a essayé d’être autre chose « qu’une série de regards successifs ».

45 Par exemple dans Recherches féministes, volume 4, n° 1, 1993, p. 119-133.

46 Intitulée « The use and abuse of “herstory” », cette critique est parue dans The New Republic du 2 mai 1994. De même, dans le numéro de l’été 1993 de Gender & History, Siân Reynolds fait une critique des deux derniers volumes intitulée « French histories of women in western societies » ; cette dernière critique est cependant plus positive et élogieuse que celle de L. Stone dont le grand titre est précédé de : « A team of scholars combine to get it wrong ».

47 Cette préface de deux pages s’intitule « A new kind of history » et précède le volume sur l’Antiquité (A History of Women. From Ancient Goddesses to Christian Saints). Tous les volumes de la collection parus aux États-Unis chez Harvard University Press comportent un sous-titre caractérisant la période.

48 Un seul chapitre sur ce sujet, celui d’une Américaine, souligne Lawrence Stone (Judith Walkowitz dans le volume 4).

49 Siân Reynolds souligne que ma volonté de convaincre, dans l’introduction, de l’intérêt du gender s’adresse au public et historiens français, que les lecteurs anglophones y verront du « déjà vu ».

50 D’où le titre de la première partie : « La nationalisation des femmes ».

51 Dans une critique parue dans le Journal of Women History (volume 7, n° 2, 1995), Karen Offen dénonce une utilisation trop « orthodoxe » du concept de genre (en quelque sorte « congelé ») qui éloigne d’une histoire centrée sur les femmes comme acteurs historiques, sur leurs réussites et acquis incontestables, et qui donne à l’ensemble un ton mélancolique de « mal de siècle ».

52 Comme le montrent quelques titres ou sous titres du chapitre : « Mobilisation des hommes, mobilisation des femmes », « mort des hommes, douleur des femmes », « guerre des hommes, paix des femmes ? »

53 Très étudiée aux États-Unis pour la deuxième guerre mondiale, la campagne de mobilisation des femmes met en scène une nouvelle héroïne nationale Rosie the Riveter, la ménagère devenue riveteuse : là aussi, avec ce personnage éclatant de féminité, il ne s’agit pas seulement de convaincre les femmes de la facilité du travail, mais aussi hommes et femmes de l’immuabilité de la division sexuelle (Rupp 1978). Voir aussi l’ouvrage de Ruth Roach Pierson sur les Canadiennes (1986).

54 Dans « De l’histoire des représentations à l’histoire sans nom » (1993), Alain Corbin suggère, me semble-t-il, une explication à cette discrétion, soulignant que « l’intrusion de l’histoire des représentations bouleverse la recherche historique », parce qu’elle introduit de « nouvelles découpes en diagonale » qui transgressent les limites des domaines traditionnellement reconnus et conduisent « à s’interroger sur l’existence même de centres de recherches ou d’emplois de chercheurs spécialisés ». N’en est-il pas de même de l’histoire des femmes ?

55 Une femme esclave était-elle d’abord une femme ou d’abord une esclave ? demande à juste titre Claude Mossé.

56 Seul Jean-François Lyotard utilise le mot post-moderne et le prend comme titre et thème de ses livres, par exemple dans La condition post-moderne (Paris, Éditions de Minuit, 1979) ou Le post-moderne expliqué aux enfants (Paris, Galilée, 1988), alors que Jacques Derrida préfère le terme de déconstruction. De même aux États-Unis, l’intitulé French Feminism ne correspond pas à la réalité socio-politique du féminisme français et se réfère à la pensée d’auteures comme Hélène Cixous, Luce Irigaray ou Julia Kristeva (voir sur ce point Varikas 1993 ; Moses 1996).

57 [Voir à ce sujet les synthèses récentes (2004) de Pascal Ory et de Philippe Poirrier.]

58 Ce livre propose, avant quatre applications empiriques (par Thomas Laqueur et Roger Chartier notamment), des « modèles » pour l’histoire culturelle : l’histoire de la culture de Michel Foucault, le travail de Natalie Zemon Davis sur la France du XVIe siècle, l’approche anthropologique de Clifford Geertz et « le défi littéraire » de Hayden White et Dominick La Capra.

59 Plusieurs fois citée dans cet ouvrage comme pionnière de l’histoire des femmes et codirectrice, avec Arlette Farge, du volume 3 de l’Histoire des femmes, Natalie Zemon Davis est spécialiste de l’histoire sociale et culturelle de la France et de l’Europe du XVIe siècle. Ses principaux ouvrages ont été traduits en français : Les cultures du peuple : rituels, savoirs et résistance au XVIe siècle (1979) ; Le retour de Martin Guerre (1982) ; Pour sauver sa vie : récits de pardon au XVIe siècle (1988b) ; [Juive, catholique, protestante : trois femmes en marge au XVIIe siècle (1997). Deux autres ouvrages ont paru en 2003 et 2004.]

60 Herman Lebovics est l’auteur d’un livre traduit en français sur la création et les effets d’une définition étroite de la francité dans la première moitié du XXe siècle : La vraie France (1995b).

61 La remarque est de Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel dans l’introduction de leur ouvrage sur la protection sociale (1995, p. 11).

62 Cet ouvrage comprend deux communications d’historiennes engagées de longue date en histoire des femmes : Linda Gordon et Carroll Smith-Rosenberg.

63 Judith Butler est l’auteure d’un livre qui a fait date en 1990 : Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity [traduction française en 2005]. Le livre de Seidman inclut, dans sa dernière partie sur les illustrations empiriques de la théorie sociale post-moderne, l’article de Joan Scott déjà cité sur « les usages de la théorie post-structuraliste pour le féminisme », article paru dans le numéro Déconstruction de Feminist Studies (1988) et, sous le titre de « The Sears case », dans son ouvrage Gender and the Politics of History (1988b).

64 La réponse est de Barbara Lasslett (1993).

65 Arthur Marwick est notamment l’auteur de The Deluge : British Society and the First World War (1965) ; Women at War (1977) ; War and Social Change in the Twentieth Century : A comparative Study of Britain, France, Germany, Russia and the United States (1979) ; plus récemment de The Nature of History (troisième édition 1990) et de Class : Image and Reality in Britain, France and the USA since 1930 (deuxième édition 1990).

66 Vingt ans après Metahistory, la revue internationale éditée à Milan Storia della storiografia revient sur la signification et les enjeux de l’ouvrage (1993).

67 Sur l’analyse de ces deux courants, voir la contribution de Françoise Collin au volume 5 de l’Histoire des femmes (1992a).

68 Représenté par exemple par Gareth Stedman Jones, auteur de Languages of Class : Studies of English Working Class History (1983).

69 C’est le terme employé par Geneviève Fraisse et Michelle Perrot dans l’introduction de la première partie (« La rupture politique et le nouvel ordre du discours ») du volume 4 de l’Histoire des femmes (1991, p. 23). Sur l’historiographie de la Révolution française, voir l’article critique de Karen Offen (1990) et en français le livre de Catherine Marand-Fouquet (1989). [Voir aussi la quatrième partie de cet ouvrage.]

70 Thèse publiée aux États-Unis et traduite tardivement en France : Les verriers de Carmaux. La naissance d’un syndicalisme (1982).

71 Livre pionnier d’histoire sociale, publié en 1963 et traduit tardivement en français (Seuil, 1988), La formation de la classe ouvrière anglaise tournait le dos à une histoire mécaniste des avant-gardes au profit de l’étude des vies et des valeurs des ouvriers. La critique de Joan Scott, incluse dans son recueil d’articles de 1988 (deuxième partie : « Gender and Class »), a été faite dès 1983 dans une communication au colloque de l’American Historical Association.

72 Ces trois articles sont repris dans la troisième partie (« Gender in History ») du recueil Gender and the Politics of History (1988b).

73 Work Engendered est le titre d’un ouvrage collectif dirigé par Ava Baron (1991), engendering work est une expression de Laura Frader (1996a).

74 Les termes du débat seront précisés plus loin.

75 Eleni Varikas a écrit un article intéressant sur le débat Tilly-Scott : « Genre, expérience et subjectivité. À propos du désaccord Tilly-Scott », publié dans une revue italienne Passato e Presente (1991).

76 Le numéro de Signs de l’été 1990 a publié des comptes rendus réciproques et des échanges de vue entre Linda Gordon et Joan Scott. Le livre de L. Gordon s’intitule : Heroes of Their Own Lives : The Politics and History of Family Violence, Boston 1880-1960 (1988).

77 « Si “femme” est seulement une catégorie vide, pourquoi ai-je peur de me promener seule la nuit ? Les politiques d’identité rencontrent le sujet post-moderne ». Cet article de la revue Comparative Studies in Society and History est suivi de la réponse de Joan Scott (« The tip of the volcano ») et de la réponse de Laura Downs à Joan Scott.

78 Cette position est exprimée par exemple dans un dialogue du Journal of Women’s History (vol. 5, n° 1 printemps 1993) avec introduction de Sonya Rose (« Gender history/women’s history : is feminist scholarship losing its critical edge ? ») et commentaires de Kathleen Canning, Anna Clark, Mariana Valverde et Marcia Sawyer. J’ai déjà cité, dans cette mouvance, le livre collectif dirigé par Laura Frader et Sonya Rose (1996).

79 Par exemple dans le livre collectif édité par Ann-Louise Shapiro : Feminists Revision History (1994).

80 Débat peu soulevé en France dans la communauté historienne ; un peu plus dans d’autres disciplines lorsqu’elles affirment par exemple que le sexe ne doit pas être considéré comme une variable simple à deux valeurs, ou qu’il faut travailler sur les frontières et les transgressions des catégories du sens commun ; ou encore dans le féminisme lorsqu’il affirme : « Le genre précède le sexe… »

81 Ellen Furlough a déchiffré l’histoire du mouvement des coopératives de consommation en France (1991).

82 [L’édition 2007 a supprimé les références aux thèses, pour n’indiquer que les livres qui en sont issus. Dans les trois cas cités, les thèses ont été respectivement soutenues en 1992, 1993 et 1996. Sur l’histoire du temps présent, voir Zancarini-Fournel 2003a.]

83 Siân Reynolds fut l’éditrice en 1989 d’un ouvrage collectif et comparatif sur le genre et le pouvoir en Europe depuis 1789.

84 Par exemple lors d’une journée d’études organisée à l’Université Paris 7 sur « la richesse des femmes » et publiée dans le numéro 7 de Clio HFS.

85 La remarque est moins vraie pour l’histoire du Moyen Âge et des Temps modernes. Ainsi Jean Delumeau a dirigé au Collège de France tout un ensemble de recherches sur le rôle des femmes dans la transmission de la foi (1992). L’histoire contemporaine des femmes a toutefois montré la force des associations catholiques comme la Ligue patriotiques des Françaises (Sarti 1988) et celle des mouvements d’action sociale (Fayet-Scribe 1990a).

86 [Son livre sur « le crime d’Onan » est publié en 2005.]

87 Fabrice Virgili écrit une thèse d’histoire sur ce phénomène. [La thèse, soutenue, est devenue livre en 2000.]

88 Cette question est abordée aussi par deux historiennes américaines : Ruth Harris (1993) et Judith Wishnia (1995).

89 [Les actes ont été publiés en 1998 par Ruth R. Pierson et Nupur Chaudhuri.]

90 Revue semestrielle comportant toujours un gros dossier thématique, Clio, histoire, femmes et sociétés publie à l’automne 1997 son sixième numéro Femmes d’Afrique (sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch et Françoise Thébaud), après Résistances et libérations, France 1940-1945 (Françoise Thébaud), Femmes et religions (Agnès Fine et Claudine Leduc), Métiers, corporations, syndicalismes (Michelle Zancarini-Fournel), Le temps des jeunes filles (Gabrielle Houbre), Guerres civiles (Catherine Marand-Fouquet).

91 Le « nous » signifie au moins l’auteure de ces lignes qui a pris l’initiative de cette revue acceptée par les Presses universitaires du Mirail et les huit autres membres du comité de rédaction : Christine Bard, Agnès Fine, Gabrielle Houbre, Christiane Klapisch-Zuber, Claudine Leduc, Catherine Marand-Fouquet, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel, directrice de publication avec Françoise Thébaud. Mais ce « nous » signifie sans doute aussi une grande partie des chercheur (e) s en histoire des femmes.

92 Contestant notamment la note Études et recherches sur les femmes en France publiée en annexe du rapport pour l’ONU Les femmes en France : 1985-1995 (La Documentation française 1994), l’ANEF présente son propre bilan en annexe du livre du collectif Ephesia (ANEF 1995).

93 Ephesia est le pseudonyme collectif du conseil scientifique de l’ouvrage : Marianne Berthod-Wurmser, Michel Bozon, Jacques Commaille, Monique Dental, Annie Fouquet, Marie-Claude Hurtig, Luce Irigaray, Annie Labourie-Racapé, Camille Lacoste-Dujardin, Jacqueline Laufer, Nadine Lefaucheur, Thérèse Locoh, Margaret Maruani, Janine Mossuz-Lavau, Michelle Perrot, Françoise Picq, Olivier Schwartz, François de Singly, Jean-Marie Sztalryd.

94 [La thèse est devenue livre en 2001.]

95 Déjà cité, le livre d’Alain Boureau est une démonstration sans failles mais il contient aussi une introduction et une conclusion plus polémiques sur l’histoire des femmes (1995).

96 Christine Bard organise depuis 1996 à l’université d’Angers des journées d’études sur ce thème, pour comprendre « la genèse de l’antiféminisme moderne » et ses formes successives. [Elles ont conduit, en 1999, à la publication d’un livre qui observe le phénomène depuis la fin du XIXe siècle.]

97 L’idée du colloque est issue d’une discussion entre Anne-Marie Sohn et Françoise Thébaud, tenue après la journée « masculin-féminin » du Congrès international des sciences historiques de Montréal, journée qui avait souligné des différences entre les historiographies française et américaine. Organisé par Anne-Marie Sohn à l’Université de Rouen, le colloque est conçu par un comité scientifique qui rassemble autour d’Anne-Marie Sohn et Françoise Thélamon, enseignantes dans cette université, Evelyne Diebolt, Nicole Edelman, Gabrielle Houbre, Michelle Perrot, Michèle Riot-Sarcey, Yannick Ripa, Pauline Schmitt-Pantel, Françoise Thébaud, Eleni Varikas et Michelle Zancarini-Fournel. [Le colloque est devenu livre en 1998.]

98 [La thèse est devenue livre en 1998.]

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540