Version classiqueVersion mobile

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Première partie

L’émergence de l’histoire des femmes ou l’affirmation d’un nouvel objet-sujet d’étude

Texte intégral

  • 1 Les auteurs sont respectivement Michel de Juglart, Marianne Debouzy, Hélène Zamoyska, Geneviève Ag (...)

1Telle que nous l’entendons aujourd’hui, au cœur des années 1990, telle que nous la connaissons au travers de ses productions dont l’Histoire des femmes en Occident (Duby et Perrot 1991-1992) est un élément significatif parmi d’autres, l’histoire des femmes est récente : une bonne vingtaine d’années en France, un peu plus aux États-Unis. À cet égard, la comparaison, qui ne se veut pas présomptueuse, du volume sur le XXe siècle que j’ai dirigé (Thébaud 1992a) et des chapitres correspondants de l’Histoire mondiale de la femme dirigée par Pierre Grimal et parue, pour le tome intitulé Sociétés modernes et contemporaines, en 1966, me paraît éloquente. Faute de travaux réalisés à l’époque, cet ouvrage ne comprend que six chapitres sur le sujet ; rédigés par un juriste (« L’émancipation juridique de la femme »), des civilisationnistes (« La femme américaine », « La femme en URSS »), des historiens de l’art (« Peintres et sculpteurs au XXe siècle devant la femme », « La femme à l’écran »), et une philosophe (« La femme devant la philosophie contemporaine »)1, ils semblent, à l’exception des portraits nationaux, ne pouvoir rencontrer aucune des questions classiques de l’histoire du XXe siècle sur les guerres, les régimes politiques, les mouvements de l’économie ou les transformations sociales et privilégient des considérations culturelles et décontextualisées…

2Mais la question des origines, fondamentale pour comprendre tout mouvement intellectuel ou politique, ne paraît simple qu’aux néophytes qui bien souvent s’autoproclament précurseurs. À l’instar des féministes, depuis lors qualifiées de « néo » ou de « deuxième vague », qui proclamèrent l’année 1970 « année zéro » de la libération des femmes, faut-il rechercher l’année zéro de l’histoire des femmes ? Sur quel critère ou ensemble de critères la déterminer : le premier cours ? La première thèse ? Le premier livre ou le premier article programmatique ? Cette première partie voudrait aller plus profond : expliquer la longue surdité de la discipline historique, rendre compte des changements en œuvre dans les décennies 1960 et 1970, exposer les caractéristiques françaises de l’histoire des femmes à ses débuts, pour finir sur le pourquoi et le comment de mon engagement dans l’aventure. Avec en préliminaire, un parallèle quelque peu malicieux entre l’histoire nouvelle et l’histoire des femmes.

Histoire nouvelle – histoire des femmes : textes pour convaincre

  • 2 J’utilise, pour référencer les citations, l’édition de 1988, plus accessible.
  • 3 Sont présentés ici des extraits : la deuxième coupure est faite par moi, la première et la troisiè (...)

3Rappelant « la longue et illustre lignée » dont descend l’histoire nouvelle, Jacques Le Goff cite, dans son essai du même nom (1978, 1988, p. 47)2, ce très beau texte de Voltaire extrait des Nouvelles considérations sur l’histoire (1744)3 :

Peut-être arrivera-t-il bientôt dans la manière d’écrire l’histoire ce qui est arrivé dans la physique. Les nouvelles découvertes ont fait proscrire les anciens systèmes. On voudra connaître le genre humain dans ce détail intéressant qui fait aujourd’hui la base de la philosophie naturelle […]. Après avoir lu trois ou quatre mille descriptions de batailles et la teneur de quelques centaines de traités, j’ai trouvé que je n’étais guère plus instruit au fond. Je n’apprenais là que des événements […]. Je voudrais apprendre quelles étaient les forces d’un pays avant une guerre, et si cette guerre les a augmentées ou diminuées. L’Espagne a-t-elle été plus riche avant la conquête du nouveau monde qu’aujourd’hui ? De combien était-elle plus peuplée du temps de Charles Quint que sous Philippe IV ? Pourquoi Amsterdam contenait-elle à peine vingt mille âmes il y a deux cents ans ? Pourquoi a-t-elle aujourd’hui deux cent quarante mille habitants ? Et comment le sait-on positivement ? […]. Voilà déjà un des objets de la curiosité de quiconque veut lire l’histoire en citoyen et en philosophe. Il sera bien loin de s’en tenir à cette connaissance ; il recherchera quel a été le vice radical et la vertu dominante d’une nation ; pourquoi elle a été puissante ou faible sur la mer ; comment et jusqu’à quel point elle s’est enrichie depuis un siècle ; les registres des exportations peuvent l’apprendre. Il voudra savoir comment les arts, les manufactures se sont établis ; il suivra leur passage et leur retour d’un pays dans un autre. Les changements dans les mœurs et dans les lois seront enfin son grand objet. On saurait ainsi l’histoire des hommes au lieu de savoir une faible partie de l’histoire des rois et des cours. En vain, je lis les Annales de France ; nos historiens se taisent tous sur ces détails. Aucun n’a eu pour devise : Homo sum, humani nil a me alienum puto.

4Effectivement, commentée par Jacques Le Goff (1988, p. 48), la revendication d’une histoire nouvelle est étonnante :

Histoire économique, démographique, histoire des techniques et des mœurs et pas seulement histoire politique, militaire, diplomatique. Histoire des hommes, de tous les hommes, et pas uniquement des rois et des grands. Histoire des structures et non des seuls événements. Histoire en mouvement, histoire des évolutions et des transformations, et non histoire statique, histoire tableau. Histoire explicative, et non histoire purement narrative, descriptive – ou dogmatique. Histoire totale enfin.

5Mais l’histoire, jusques et y compris celle de l’École des Annales, s’est longtemps déclinée au masculin. Confondant en toute bonne conscience l’homme - être sexué (vir en latin) et l’homme - être humain (homo), elle s’est présentée comme l’histoire générale, comme un discours de l’universel. L’historien-philosophe n’a pas perçu l’importance et les effets de la différence des sexes. L’historien-citoyen n’a accordé aucune place à celles qui, longtemps, furent considérées comme inaptes à la citoyenneté.

  • 4 Sur Olympe de Gouges, voir les recherches d’Olivier Blanc et notamment Une femme de liberté, Olymp (...)
  • 5 Colloque organisé dans le cadre du bicentenaire par Marie-France Brive, Henri Coulet, Dominique Go (...)

6Aussi ferai-je écho aux propos de Voltaire en présentant ici deux textes que j’utilise volontiers pour inaugurer un cours d’histoire des femmes et montrer la nécessité comme l’intérêt de ce mode d’approche. En premier lieu, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, texte d’Olympe de Gouges4 dédié à la reine en septembre 1791, et quasi exacte réplique (un préambule, dix-sept articles, un postambule), au féminin ou sur le mode de la mixité, de la célèbre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, passage obligé, et à juste titre, de l’enseignement républicain. Ainsi, le célèbre article premier, qui proclame l’égalité en droits de tous les hommes, devient : « La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fon dées que sur l’utilité commune » ; et l’article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même fondamentales ; la femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ; pourvu que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la loi ». Or, les manuels du secondaire ne reproduisent que le texte adopté par l’Assemblée constituante le 26 août 1789 ; s’ils ont peu à peu assorti leur commentaire sur la nouveauté des principes affirmés et leur portée universelle de remarques sur le caractère bourgeois d’une déclaration qui privilégie le droit de propriété, bien peu encore en soulignent les aspects sexués. Les apports de travaux récents impulsés par la célébration du bicentenaire, comme ceux du colloque de Toulouse d’avril 1989 Les femmes et la Révolution française5, sont encore, malgré leur publication rapide en trois volumes (Brive 1989-1991), largement ignorés.

  • 6 Sur ces points, voir notamment les travaux de Dominique Godineau (1988 et 1991) et d’Elisabeth Sle (...)
  • 7 Sur ce point, voir les travaux pionniers de Geneviève Fraisse (1989 et 1992). Voir aussi Pierre Ro (...)
  • 8 N’est-ce pas ce point que néglige Mona Ozouf dans son insistance à ne voir que la dynamique positi (...)

7Les étudiants ne connaissent pas en général la Déclaration des droits de la femme, pas plus que son auteur ; ils ont peu entendu parler de la participation des femmes à la Révolution (tout au plus lors des journées d’octobre 1789), encore moins de leurs revendications6, et pas du tout compris l’ambiguïté de la rupture révolutionnaire annonciatrice, pour les femmes, d’un XIXe siècle d’ordres et de libertés, comme le soulignent Geneviève Fraisse et Michelle Perrot dans l’introduction du volume correspondant de l’Histoire des femmes en Occident. Fermant les clubs féminins et rappelant les femmes à leurs foyers, la Révolution est l’acte qui fonde l’exclusion des femmes de la vie de la cité7, hormis le statut d’épouse et de mère de citoyen ; mais, en affirmant l’égalité des droits individuels, elle porte en elle-même la contradiction de ce principe d’exclusion qui nourrit la revendication féministe des décennies durant. Encore faut-il comprendre – la question révolutionnaire dans sa complexité et la diversité de ses modes d’interprétation est ainsi particulièrement riche d’enseignements pour les étudiants – à qui et par quels processus les contemporains accordaient le statut d’individu8.

8Accoler les deux « déclarations » n’est cependant pas – les lecteurs comme les étudiants ne doivent pas s’y tromper – assimiler leur portée et leur intérêt historiques : le texte d’Olympe de Gouges est un pamphlet parmi d’autres et le cri d’une activiste engagée qui appelle à la mobilisation des femmes. Mais leur confrontation fait surgir du sens et suggère que l’histoire n’est pas une science exacte ni exhaustive, qu’elle a produit, non par un oubli anodin mais par un processus actif, l’invisibilité des femmes comme actrices de l’histoire et l’occultation de la dimension sexuée des phénomènes. C’est particulièrement vrai de l’histoire politique qui fut longtemps l’essentiel de l’histoire enseignée, et notamment de l’histoire des idées politiques qui n’accorde pas au féminisme le statut de mouvement et de pensée politiques. Parue en 1987, la Nouvelle histoire des idées politiques dirigée par Pascal Ory l’ignore presque autant que l’ouvrage plus ancien dirigé par Jean Touchard (première édition 1959, seconde édition 1971 et 1973).

9Bien qu’il risque de devenir le texte fétiche de l’histoire des femmes, cité en toutes les langues, je propose aussi aux étudiants et le reprends ici l’extrait suivant d’Une chambre à soi de Virginia Woolf, A Room of One’s Own paru en 1929 et traduit seulement en 1951 par Clara Malraux. Les pages où, avant d’inventer une sœur à Shakespeare, l’écrivain, qui confère sur les femmes et la création, se tourne vers l’histoire :

  • 9 Au moment où écrit Virginia Woolf, l’un des historiens britanniques les plus connus.
  • 10 J’utilise la dernière édition (Denoël 1992).

Je m’adressai à nouveau au Pr Trevelyan9 pour savoir quelle était sa conception de l’Histoire. J’ai trouvé, en regardant les têtes de chapitre, qu’il la comprenait ainsi : « La cour du château et les méthodes de culture en plein champ… Les cisterciens et l’élevage des moutons… Les croisades… L’université… La Chambre des Communes… La guerre de Cent Ans… La guerre des Deux Roses… Les érudits de la Renaissance… La dissolution des monastères… Le conflit agraire et religieux… L’origine de la puissance maritime de l’Angleterre… La grande Armada, etc. » De temps en temps, une femme précise est mentionnée, une Élisabeth ou une Marie Stuart ; une reine ou une grande dame. Mais jamais une femme de la classe moyenne, n’ayant à sa disposition que son intelligence et son caractère, n’a pu participer à l’un quelconque des grands mouvements qui, rapprochés, constituent la vue de l’historien sur le passé. Et nous ne trouverons pas non plus la femme dans les collections d’anecdotes d’Aubrey. Jamais elles n’écrivaient leurs mémoires, rarement elles tinrent un journal, on ne possède d’elles qu’une poignée de lettres. Elles ne laissèrent ni drames, ni poèmes sur lesquels nous puissions les juger. Ce dont on a besoin, pensais-je, c’est une masse de renseignements, et pourquoi quelque brillant étudiant de Newnham ou de Girton ne nous la procurerait-il pas ? À quel âge se mariaient-elles ? À quoi ressemblaient leurs maisons ? Disposaient-elles d’une chambre à elles ? Faisaient-elles la cuisine ? Pouvaient-elles avoir une domestique ? Toutes ces précisions se trouvent quelque part, dans les registres communaux et les livres de comptes, sans doute. La vie de la femme moyenne sous le règne d’Élisabeth doit être dispersée en de multiples endroits. Ne pourrait-on pas rassembler ces éléments épars et en faire un livre ? C’est là une ambition qui dépasse mon audace, pensai-je, tout en cherchant sur les rayons des livres qui ne s’y trouvaient pas, que de suggérer aux étudiants de ces fameuses facultés de réécrire l’Histoire. Il me semble pourtant bien reconnaître que l’Histoire telle qu’elle est me semble un peu bizarre, irréelle et bâtie de guingois. Mais pourquoi n’ajouterait-on pas un supplément à l’Histoire ? Supplément auquel on donnerait, bien entendu, un nom sans importance pour que les femmes puissent y figurer sans inconvenance ? […] Me voici en train de me demander pourquoi, à l’époque élisabéthaine, les femmes n’écrivaient pas de poésie et je ne suis pas seulement sûre de la façon dont elles étaient élevées. Leur apprenait-on à écrire ? Avaient-elles un salon personnel ? Combien de femmes avaient-elles des enfants avant leur vingt et unième année ? En un mot que faisaient-elles de huit heures du matin à huit heures du soir ? (Woolf 1992, p. 67-69)10

10Derrière l’ironie du supplément au nom sans importance, que de force dans la dénonciation d’une histoire « irréelle et bâtie de guingois », parce qu’elle a oublié la moitié de l’humanité, parce qu’elle a oublié le privé et le quotidien. Et quel parallélisme avec le propos de Voltaire que Virginia Woolf semble élargir et poursuivre, en le féminisant : les questions concrètes de l’un comme de l’autre offrent de nouveaux objets à la discipline historique ; tous deux posent la question des sources et proposent des réponses ; l’un comme l’autre appellent à une réécriture de l’histoire. Bonne connaisseuse de l’histoire française, l’historienne américaine Joan Scott concluait d’ailleurs en 1981 un article du Débat sur « dix ans d’histoire des femmes aux États-Unis », en posant comme préalable à l’avènement d’une véritable « nouvelle histoire » l’entrée de l’histoire des femmes dans la science historique…

  • 11 Réédité chez Stock en 1986 ; traduction et introduction par Eric Hicks et Thérèse Moreau.
  • 12 Je souligne l’expression « écrite par sa femme ».

11Mais quel historien des années 1930, ou même des années 1950, a médité les questions dérangeantes de Virginia Woolf ? En France très peu certainement, aucun peut-être, pas plus qu’ils n’ont lu l’ouvrage fort documenté, mais perçu comme un manifeste, de Simone de Beauvoir Le deuxième sexe paru en 1949. Si le nom de Christine de Pizan (1364-1429) et son livre La cité des dames11 sont sortis de l’ombre, qui connaît aujourd’hui la Française Marguerite Thibert, Léon Abensour ou l’Américaine Mary Beard, qui peuvent être considérés comme des précurseurs de l’histoire des femmes ? Sur cette dernière (1876-1958), qui publia en 1946 Woman as a Force in History, ouvrage réédité en 1985, je me suis livrée à une petite enquête dans trois générations d’encyclopédies Larousse (le Grand Larousse encyclopédique de 1960, le Grand dictionnaire encyclopédique de 1982, le Grand Larousse universel de 1991), enquête qui illustre à merveille mon propos. Dans ces trois ouvrages à visée encyclopédique, seul figure l’historien Charles Austin Beard son mari (1874-1948), créateur d’une école de recherches sociales et producteur de livres célèbres comme The Rise of American Civilisation (1927) ; plus politiques, les versions des années 1980 et 1990 précisent qu’il a joué un rôle au sein du courant progressiste, combattu la politique étrangère de Roosevelt et « influencé plusieurs générations d’historiens par la synthèse écrite avec sa femme sur la culture nationale »12. Mary n’a pas de nom, pas de carrière, pas de production. Pourtant, elle s’inscrit, par ses travaux des années 1930 – On Understanding Women paraît en 1931, America through Women’s Eyes en 1933 – dans une longue tradition féminine de narration historique qui inclut des biographies de femmes, des études des mœurs ou de la vie sociale et culturelle passée. Contre les maîtres du positivisme, elle a défendu l’idée que le récit historique est fonction de la position de l’observateur, revendiqué l’expérimentation méthodologique et la multiplicité des approches, et considéré l’histoire des femmes, qui les met en scène comme actrices sociales à part entière, comme un défi à la position privilégiée de l’histoire masculine (Smith 1984).

Une histoire au masculin. Une discipline masculine

12Effectivement, selon la belle formule de Michelle Perrot et Georges Duby reprise de Michel Foucault dans l’introduction de la série Histoire des femmes, écrire l’histoire des femmes nécessite une « volonté de savoir » qui fit longtemps défaut. De l’Antiquité au XXe siècle, le silence de l’histoire officielle est pesant, sauf à évoquer quelques femmes exceptionnelles en beauté, en vertu ou en méchanceté, panégyrique des femmes illustres, et dénonciation des excès du caractère féminin. À cet égard, le cas d’Olympe de Gouges est exemplaire, soit délaissée par la grande historiographie du XIXe siècle, soit violemment critiquée dans les recueils de femmes célèbres de la Révolution, soit reléguée dans les ouvrages d’histoire anecdotique (Blanc 1993).

13Ce silence fut difficilement rompu par la contribution des femmes à l’historiographie, contribution que nous avons presque totalement oubliée ou qui nous est devenue invisible, mais que des historiennes américaines comme Natalie Zemon Davis ou Bonnie Smith ont, dès la fin des années 1970, tenté de mettre au jour, afin d’inscrire le travail contemporain dans une généalogie qui lui donne tout son sens (Smith 1984 ; Davis 1976 et 1980). Même si la succession de noms de personnes et d’ouvrages peut apparaître aujourd’hui quelque peu fastidieuse, ces travaux nous invitent à ne pas négliger en France, pour comprendre nos pratiques et peut-être nos difficultés actuelles, les recherches sur ce que j’appellerai, dans l’état de nos connaissances, la préhistoire de l’histoire des femmes.

  • 13 À côté de travaux d’histoire sociale sur l’Allemagne, elle entreprend la traduction d’Auguste Comt (...)

14De fait, après Christine de Pizan qui célèbre les grandes dames du passé dans le but de réfuter les accusations misogynes de son époque, l’invocation des femmes illustres, comme la compilation de leurs écrits, a largement inspiré la recherche historique des femmes, organisé leur mémoire du passé et permis de revendiquer, que leur rôle soit jugé positif ou négatif, leur place dans l’histoire. Citons par exemple pour la France, le Dictionnaire historique des Françaises (1804) de Fortunée Briquet ou Les femmes dans l’histoire (1889) de Henriette Guizot de Witt, ou bien encore les vies des saintes qui fleurissent à la fin du XIXe siècle pour affirmer la supériorité morale du sexe féminin. Mais la production historique des femmes a été marquée aussi par une grande attention, soutenue par la préoccupation de traduire les œuvres étrangères, à l’histoire comparative ; ainsi Clarisse Bader (1840-1902) s’intéresse-t-elle à Madame Roland, Marie-Antoinette, sainte Claire d’Assise, mais aussi à la femme biblique, la femme grecque et la femme romaine, titres d’ouvrages respectivement parus en 1866, 1873, 1877 et qui lui permettent de porter des jugements comparatifs sur la situation de la femme française de son temps (1884). Loin des biographies plus ou moins naïves, cette production a cherché parfois, et de plus en plus fréquemment, à rendre compte des conditions de vie, des mœurs et des mentalités d’une population donnée, véritable histoire sociale avant la lettre, illustrée, entre autres, par l’Anglaise Sarah Taylor Austin (1793-1867)13 ou l’Américaine Lucy Maynard Salmon (1853-1927) qui ne reçoit que mépris pour ses recherches sur le travail domestique et la domesticité, qualifiées péjorativement d’history in the backyard, d’« histoire d’arrière-cour ».

  • 14 Dans son essai d’ego-histoire « L’air du temps », Michelle Perrot raconte que, proposant au printe (...)

15En effet, la situation se fige au XIXe siècle, lorsque l’histoire se constitue en récit d’énonciation puis en discipline universitaire. Une analyse rapide de ses courants de pensée montre un traitement particulier des femmes ou leur éviction pure et simple de la scène historique. Bon exemple de l’histoire romantique, Jules Michelet voit dans le rapport des sexes un moteur de l’histoire mais il assimile les hommes à la culture et les femmes à la nature, une nature tantôt sauvage et tantôt maternelle : quand les femmes usurpent le pouvoir, l’histoire se dérègle (Moreau 1982). Refoulant le privé et le quotidien pour affirmer le primat du politique, revendiquant la rigueur scientifique pour définir le métier d’historien, l’École positiviste – que Gérard Noiriel préfère appeler « méthodiste » – de Victor Langlois et Charles Seignobos exclut les femmes du champ de l’histoire et de la profession, « métier d’hommes qui écrivent l’histoire des hommes, présentée comme universelle, tandis que les murs de la Sorbonne se couvrent de fresques féminines » (Duby et Perrot 1991, p. 14). Prôné par la première génération des Annales, celle de Marc Bloch et de Lucien Febvre, et plus encore par leurs successeurs Ernest Labrousse et Fernand Braudel, le primat de l’économique et du social, teinté ou non de marxisme, ne favorise pas non plus la prise en compte de la dimension sexuée de l’histoire14, tandis que l’histoire quantitative établit des séries à partir de documents d’où les femmes sont absentes. Plus réceptive, la troisième génération des Annales, celle de la « nouvelle histoire », sera évoquée dans le point suivant.

  • 15 Cette information est tirée de la note 21 de l’article.
  • 16 En cela, elles illustrent l’évolution, décrite dans ce volume, de l’ensemble du champ disciplinair (...)
  • 17 Joan Scott utilise le terme gender dont je préciserai plus avant les sens ; « rapports de sexe » e (...)

16Si l’histoire universitaire s’est écrite au masculin, c’est notamment parce qu’elle a été écrite majoritairement par des hommes. Que l’histoire ait été, en France particulièrement, une discipline masculine, qu’elle le reste encore partiellement dans ses élites, est pour nous Françaises une impression, parfois une expérience, confirmée par les travaux biographiques sur le monde universitaire (Charle 1985a, 1985b, 1986, 1988). Dans un de ses ouvrages La République des universitaires, Christophe Charle (1994) accorde quelques pages limpides à « la femme indésirable » dans les facultés de lettres avant la deuxième guerre : il y évoque la triple candidature malheureuse de la germaniste Geneviève Bianquis, pourtant surdiplômée mais en butte à une « tactique concertée du soupçon », et il suggère comme explication, par-delà le sexisme ordinaire, la peur des collègues de se singulariser et d’affaiblir la fonction stratégique de la section d’allemand. Il y a en effet, derrière la réalité chiffrée – pour l’ensemble de la faculté des lettres de l’Université de Paris qui a délivré de 1925 à 1934 trente doctorats sur 288 à des chercheuses, il n’y avait à la rentrée universitaire de 1936 que deux femmes enseignantes, une assistante de grec et une assistante de russe (Davis 1992, p. 132)15 –, tout un chantier de recherches ouvert depuis quelques années par des étrangers et particulièrement par des historiennes américaines. Il faut citer, là encore, Natalie Zemon Davis et Bonnie Smith qui, sans la renier, ont ainsi dépassé leur approche antérieure trop descriptive16, ainsi que Joan Scott. Cette dernière semble avoir donné l’impulsion en s’intéressant, pour la période récente, puis sur le long terme, à la place des femmes dans l’American Historical Association fondée en 1884, et plus précisément aux interconnexions entre les politiques de la discipline, au sens large du terme – conceptions du savoir produites et protégées, relations de pouvoir dans la profession et ses organisations –, et les rapports de sexe (Scott 1988b)17. Comme elle le souligne dans le premier article de son livre Gender and the Politics of History, c’est la rencontre de la résistance de l’histoire aux analyses de l’histoire des femmes qui a suscité les recherches sur la nature profondément sexuée de la discipline et de la profession.

  • 18 Les équipes familiales sont fréquentes dans la profession, en France comme ailleurs, et pas seulem (...)
  • 19 Lucien Febvre, Autour de l’Heptaméron. Amour sacré, amour profane, Paris, Gallimard, 1944.

17L’École des Annales, qui fascine les étrangers, a été la plus explorée. Pour y découvrir qu’elle est une communauté d’hommes – « une confrérie de frères » écrit Natalie Zemon Davis (1988a, p. 23 et 1992) – qui bénéficie du travail gratuit ou salarié de femmes œuvrant dans l’ombre : Suzanne Dognon Febvre, sévrienne, agrégée, qui arrête dès le mariage ses recherches de doctorat pour élever ses trois enfants et assister son mari avant de devenir bibliothécaire à Sèvres ; Simone Vidal Bloch dont l’aide dans la préparation de notes de recherche ou la relecture de manuscrits n’a jamais été notifiée dans les publications de son mari18 ; Rose Brua Celli et Henriette Psichary qui collaborent à la réalisation de l’Encyclopédie française tout en poursuivant leurs projets propres : la première est romancière, la seconde se consacre à l’édition des œuvres complètes de son grand-père Ernest Renan ; ou bien encore Lucie Varga. Étrange itinéraire que celui de Lucie, redécouvert par Peter Schöttler (1991, 1992) : jeune juive autrichienne réfugiée en France, docteur en histoire du Moyen Âge, mais aussi ethnohistorienne du Voralberg et bonne observatrice du nazisme, Lucie est l’assistante de Lucien Febvre en 1934 – elle traduit de l’allemand et prépare des notes de lecture –, bientôt admise dans le premier cercle des Annales. Elle est la seule femme avec Thérèse Sclafert à avoir signé des articles dans la revue entre sa fondation en 1929 et la mort de Marc Bloch en 1944, dont son « extraordinaire article » (dixit Lucien Febvre en 1950) sur « la genèse du national-socialisme » dans le numéro spécial de 1937 sur l’Allemagne. Mais, abandonnée par Febvre qui recule devant une passion naissante, elle perd appui, relations et travail, et elle est bientôt contrainte, en un temps particulièrement dur pour les exilés, d’abandonner ses recherches sur les cathares, avant de mourir à 36 ans, faute de soins, en avril 1941. Déprimé, Lucien Febvre avait entrepris, l’été 1937, un long voyage en Amérique latine qui lui permit de rencontrer, sur le paquebot du retour, un fils spirituel en la personne de Fernand Braudel et d’amorcer une relation amicale et intellectuelle avec Paule Braudel. Peu après, il manifesta quelque intérêt pour les femmes comme sujets historiques, en entreprenant des recherches sur Marguerite de Navarre, thème de conférences données à l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, puis de ses cours au Collège de France (année 1940-1941), enfin d’un livre publié en 194419.

  • 20 Sur ce point je suis en désaccord avec Olivier Faure (« Lucien Febvre et les historiens : un singu (...)
  • 21 Le premier numéro des Annales d’histoire économique et sociale paraît en janvier 1929.
  • 22 Thèrèse Sclafert, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, EPHE, VIe se (...)

18Cette réparation des « silences patriarcaux du passé », pour reprendre les termes de Natalie Zemon Davis, peut paraître à certains une inutile entreprise de désacralisation fondée sur l’exhumation voyeuriste d’affaires privées20. Mais elle apprend beaucoup sur le statut des femmes et leurs difficultés d’exister comme intellectuelles dans l’entre-deux-guerres ainsi que sur l’institution universitaire. À cet égard est exemplaire le cas de l’historienne Thérèse Sclafert qui publia, dans le premier volume des Annales, un article sur « les routes du Dauphiné et de la Provence sous l’influence du séjour des papes à Avignon »21. La publication en 1926 d’une thèse – Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge –, dont Marc Bloch fit un compte rendu élogieux, n’eut pour elle aucune incidence de carrière ; célibataire liée par une grande amitié à la directrice de l’École normale supérieure de Fontenay, elle continua de donner des cours de grammaire et de latin dans cette école après avoir été enseignante du secondaire. Les recherches et l’écriture, qu’elle poursuivit sa vie durant, permirent cependant la publication posthume, par le Centre de recherches historiques de la VIe section de l’École pratique des hautes études, d’un livre pionnier d’histoire écologique22. De fait, l’École pratique des hautes études fut, dès les années 1920 et 1930, plus ouverte, si ce n’est à l’histoire des femmes, du moins aux femmes chercheurs et sa section de philologie accueillit quelques historiennes comme chargée de conférences ou directrice d’études, par exemple la spécialiste d’histoire byzantine Germaine Rouillard.

  • 23 Là encore c’est le terme de gender qui est utilisé par les historiennes américaines.

19Cette réparation des silences apprend aussi beaucoup sur l’histoire de la profession d’historien et sur la fabrication de l’histoire. Ce n’est nullement de la petite histoire, pas plus qu’une autre piste qui explore le corollaire de l’absence des femmes aux postes clefs de la discipline : la différence des sexes23 comme constitutive de l’histoire qui, pour s’affirmer comme science, se pense comme masculine et prend corps à travers l’opposition originalité-objectivité masculine et copie-falsification féminine. Ainsi, semble-t-il, chaque tournant historiographique aux États-Unis a joué de ce procédé (Scott 1988b). Ainsi en France, des historiens positivistes et des Annales ont utilisé la rhétorique de la veuve abusive envers Athénaïs Mialaret-Michelet – collaboratrice de l’écrivain et éditrice post-mortem – pour asseoir leur autorité et définir les limites scientifiques de l’histoire (Smith 1992).

  • 24 Par leur choix d’articles et d’auteurs, leurs éditoriaux et manifestes programmatiques, leurs crit (...)
  • 25 [Depuis la première édition de cet ouvrage, ces recherches ont été entreprises en France et ailleu (...)

20Particulièrement audacieuse et stimulante dans un article de 1993 au titre significatif « Gender, objectivity and the rise of scientific history », Bonnie Smith propose l’hypothèse suivante pour expliquer pourquoi l’histoire des femmes et ses praticiennes ont encore tant de mal à être acceptées, malgré l’évolution du champ disciplinaire vers l’étude des relations entre hommes et femmes : l’écriture historique est, depuis ses métamorphoses du XIXe siècle, un lieu investi d’identité masculine. Ainsi, dans la bouche de Leopold von Ranke, considéré comme le père fondateur de l’histoire scientifique, les métaphores de la professionnalisation évoquent la relation amoureuse de l’historien sauvant une belle princesse – le fait caché dans les documents – ou découvrant, plein de flammes, une collection encore vierge. Plus généralement, l’histoire-métier s’est définie contre des attitudes considérées comme féminines : investigation méthodique des documents contre amateurisme et ornement littéraire, primat d’une histoire politique fondée sur la consultation d’archives publiques contre tout discours légendaire sur des femmes de pouvoir. Or, comme le souligne Gérard Noiriel à propos de la « naissance du métier d’historien », « la plupart des normes, règles et habitudes qui régissent aujourd’hui encore le métier » sont, par-delà les polémiques d’écoles ou de générations, celles « inventées à la fin du XIXe siècle, au moment où se constitue véritablement en France l’université littéraire et scientifique » (Noiriel 1990, p. 58). Il y a, sur ces questions difficiles et controversées de la constitution du savoir historique et de la formation de la profession d’historien, encore bien des recherches à entreprendre, qu’historiennes et historiens français ne devraient pas négliger24. Elles permettraient de croiser les rapports de sexe avec les enjeux politiques, sociaux et générationnels mis au jour par les études institutionnelles et biographiques, et de mieux comprendre pourquoi la république des historiens est restée si longtemps masculine25.

  • 26 Leurs travaux les plus connus sont les suivants : Suzanne Grinberg, Historique du mouvement suffra (...)
  • 27 La lingerie et les lingères (1928), Histoire des dames employées dans les Postes, télégraphes et t (...)
  • 28 Léon Abensour a publié Le féminisme sous le règne de Louis Philippe et en 1848 (1913), Les vaillan (...)
  • 29 Les éditions Viviane Hamy ont publié en 1995 trois inédits d’Edith Thomas présentés par l’Américai (...)

21Lorsqu’un jury de la Sorbonne décerne en 1934 la mention très honorable à l’étudiante chinoise Li Dzeh-Djen pour sa thèse très hagiographique sur la presse féminine en France de 1869 à 1914, il affirme douter du rôle des militantes dans l’évolution de la condition féminine tout en déclarant que « la plus élémentaire gratitude fait un devoir aux femmes de notre temps de se pencher sur cette histoire déjà oubliée et encore si peu connue ». Le féminisme est un sujet de femmes qui risquent peu d’entrer dans l’institution universitaire. Aux États-Unis, où il met particulièrement l’accent au début du siècle sur le rôle des femmes dans la vie publique, il suscite une monumentale histoire du combat suffragiste – History of Women Suffrage – qui, écrite par un groupe de militantes, paraît en six volumes de 1881 à 1922 et dessine pour longtemps le cadre d’une histoire des femmes entre oppression et libération. En France, la thèse de Li Dzeh-Djen est contemporaine d’autres travaux sur l’histoire des femmes et plus encore du féminisme, réalisés par des hommes et des femmes engagés ou proches du mouvement féministe : Suzanne Grinberg, Marguerite Thibert, Jules Puech26, Jeanne Bouvier, syndicaliste autodidacte qui réalise un travail d’historienne sur les lingères et les dames des postes27, ou encore l’agrégé d’histoire et professeur de lycée Léon Abensour28. Leurs travaux renouvellent un genre confiné dans les études, assez nombreuses au tournant du siècle, sur le statut juridique de la femme dans diverses sociétés et des origines à nos jours. De l’ouvrage d’Abensour La femme et le féminisme en France avant la Révolution paru en 1923, comme de celui de la socialiste fabienne Alice Clark Working Life of Women in the Seventeenth Century (1919), Natalie Zemon Davis écrivait en 1976 qu’ils égalaient et même dépassaient les productions contemporaines, tant par la méthode que par la finesse de l’analyse ou la recherche d’une théorie. Pionniers, pionnières à redécouvrir, comme plus récemment l’historienne et militante Edith Thomas (1909-1970) qui rédigea des biographies de femmes révolutionnaires et une étude sur la participation des femmes à la Commune (les pétroleuses)29, ils restèrent isolés dans la discipline, et pour les spécialistes, dans la profession.

  • 30 Dans un article de l’American Historical Review de 1988, Natalie Zemon Davis a comparé les carrièr (...)
  • 31 Medieval English Nunneries paraît en 1922, Medieval Women, texte fondateur pour la nouvelle histoi (...)

22Ne peut-on clore ce chapitre en évoquant une singularité française, ou plutôt, à l’échelle européenne, une singularité anglaise qui apparaît à la lecture de la biographie de l’historienne Eileen Power (Berg 1996), contemporaine et admiratrice – la réciproque est vraie – de Marc Bloch30. Personnage charismatique, engagée dans le combat suffragiste et pacifiste, médiéviste de renommée internationale – son livre de 1924, Medieval People, est encore disponible après dix éditions successives –, Eileen Power (1889-1940) milita pour une histoire économique et sociale qui n’oublie pas la dimension humaine et individuelle, marqua sa discipline et la culture de son temps – elle n’hésitait pas à écrire dans les journaux et à donner des conférences à la radio –, et développa les recherches et l’enseignement en histoire des femmes, notamment par des travaux sur les religieuses et la vie des femmes du Moyen Âge31. Sa carrière est celle d’une « première », enseignant notamment à la London School of Economics, figure de proue, aux côtés de R. H. Tawney, de la Economic History Society et de la Economic History Review. Mais sa biographe ne veut pas en faire une héroïne, plutôt la situer dans un courant de recherches féminines et s’interroger sur le déclin des femmes dans la profession et la discipline au lendemain de la deuxième guerre, comme sur l’oubli concomitant des générations antérieures.

23De ce côté-ci de la Manche, la question, qui mériterait des recherches comparatives, devient, me semble-t-il : pourquoi n’y eut-il pas d’Eileen Power en France ? De ce fait, le développement universitaire de l’histoire des femmes dans les années 1970 peut y apparaître comme un phénomène plus nouveau.

Les facteurs de changement ou les origines intellectuelles et politiques de l’histoire des femmes

  • 32 Les quatre volumes sont les suivants : Préhistoire et Antiquité ; L’Occident des Celtes à la Renai (...)

24Signe des temps, les quatre tomes de l’Histoire mondiale de la femme32 – environ 2 000 pages – paraissent à la Nouvelle Librairie de France de 1965 à 1967, sous la direction de Pierre Grimal, un spécialiste de la Rome antique. Certes, le contenu ne correspond pas à l’ambition totalisante du titre ; il est souvent, comme je l’ai déjà souligné dans l’introduction de cette première partie, plus civilisationniste ou juridique qu’historique, mais il utilise les travaux des précurseurs cités précédemment. Certes, la relecture aujourd’hui de l’introduction et de la conclusion, qui exposent les considérants et les apports de l’entreprise, fait mesurer le chemin parcouru. Pierre Grimal critique les historiens traditionnels qui, « sous prétexte de raconter l’histoire des “hommes” s’en tiennent à celle des maris, des frères, des fils et des pères », il milite pour une histoire des civilisations qui prenne en compte « la moitié quotidienne de l’humanité », il souligne le poids des images et des mythes qui façonnent les individus aux exigences sociales et attirent le consentement. Il suggère même que « l’une des plus importantes “émancipations” de la femme serait peut-être que l’histoire reconnût et mesurât son rôle réel dans le devenir humain ». Mais il se perd, en homme des années 1960, dans des considérations sur l’essence féminine – située du côté de la permanence, de l’enfantin, du sacré –, sur la part respective du biologique et du social dans « l’originalité de l’univers féminin », sur le choix social idéal entre l’arraisonnement maternel des femmes – le mot est plus tardif – et leur autonomie. Il cherche aussi à absoudre avec insistance les hommes de « l’étrange accusation de vouloir asservir les femmes ». Cependant, l’existence même de la série témoigne d’un nouvel état d’esprit. Tenter une histoire des femmes, qui plus est dans une entreprise à visée synthétique, ne paraît plus incongru. C’est que l’histoire et d’autres disciplines sont en train de bouger.

25La sociologie apparaît pionnière, ou plutôt quelques sociologues femmes – Madeleine Guilbert, Andrée Michel, Evelyne Sullerot – qui, liées aux mouvements féminins de l’époque, prennent comme objets d’étude la presse féminine, le travail ou le syndicalisme des femmes. Paru en 1964, La condition de la Française d’aujourd’hui, d’Andrée Michel et Geneviève Texier, est le premier titre de la collection « Femme » lancée par Colette Audry chez Denoël Gonthier. Il est suivi, chez d’autres éditeurs, de l’Histoire de la presse féminine des origines à 1848 (Sullerot 1966), des Fonctions des femmes dans l’industrie (Guilbert 1966a), des Femmes et l’organisation syndicale avant 1914 qui présente et commente des documents pour une étude historique du syndicalisme féminin (Guilbert 1966b), enfin de l’Histoire et sociologie du travail féminin, synthèse neuve sur le sujet (Sullerot 1968). S’ils considèrent la femme comme un cas spécifique dans un modèle général masculin, et la condition féminine comme un état pré-déterminé, s’ils attendent d’un hypothétique changement des mentalités une réduction des inégalités entre les hommes et les femmes, ces travaux montrent néanmoins la nécessité de comparer entre les sexes et de ne pas cantonner à la famille les études sur les femmes. Ils bousculent ainsi une sociologie du travail qui prend comme norme l’ouvrier professionnel de sexe masculin et interpellent l’histoire qui ne s’est pas encore beaucoup posé la question de la différence des sexes. Leurs auteures les poursuivent dans les années 1970, mesurant le travail des femmes, décrivant les changements induits par la société industrielle ou les incidences réciproques entre l’activité professionnelle et la vie conjugale (Sullerot 1973 ; Michel 1974 et 1975). Dans un colloque devenu livre en 1978 – Le fait féminin –, Evelyne Sullerot pose de nouveau la question insoluble « qu’est-ce qu’une femme ? », pour y répondre par un vaste débat nature-culture ; le livre est critiqué pour la part belle faite au biologique mais il montre aussi la pesanteur des faits de culture et paradoxalement la nécessité d’une histoire des femmes.

  • 33 Rappelons que c’est ainsi que s’intitulent les trois parties de Faire de l’histoire, publié en 197 (...)
  • 34 Philippe Ariès a publié en 1960 L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime. Sur le quotidie (...)
  • 35 Notamment sous l’influence de l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss.
  • 36 A. Burguière dirige le dictionnaire et rédige l’article « Anthropologie historique ».

26Parallèlement, sous l’impulsion de la troisième génération des Annales – celle de la « nouvelle histoire » qui propose de « nouveaux problèmes », de « nouvelles approches » et de « nouveaux objets »33 –, le champ historique s’élargit progressivement aux pratiques quotidiennes, aux conduites ordinaires, aux « mentalités » communes, aux sentiments, et, derrière Philippe Ariès, aux attitudes devant la vie34. Fortement marquée par une ethnologie et une anthropologie en plein renouvellement théorique35, devenue parfois anthropologie historique – André Burguière souligne dans le Dictionnaire des sciences historiques paru en 1986 combien ce terme est à la fois imprécis et polysémique36 –, l’histoire travaille aussi sur les structures de parenté et de sexualité et redécouvre l’importance de la famille comme cellule fondamentale et évolutive des sociétés. Elle se met enfin à compter les hommes et à observer leur cycle de vie et, par tous ces chemins, met en avant les femmes et le féminin.

  • 37 Démographie historique et condition féminine.
  • 38 Recenser des ouvrages m’emmènerait trop loin ; citons, au risque d’en oublier, quelques noms d’his (...)
  • 39 Sur ce point, voir aussi le catalogue de l’exposition de l’automne 1973 au musée des Arts et tradi (...)
  • 40 Le sous-titre de son livre est plus explicite : La laveuse, la couturière, la cuisinière.
  • 41 L’ensemble est préfacé par Claude Lévi-Strauss, les deux tomes respectivement par Georges Duby et (...)

27Certes, la démographie historique, qui appuie ses démonstrations sur un ensemble de chiffres, prend tardivement en compte la différence des sexes pourtant fort instructive (Head-König 1991) ; certes, elle néglige longtemps la dimension de l’expérience vécue par les femmes et ne s’intéresse que progressivement à des figures féminines, la mère célibataire par exemple : ce n’est qu’en 1979 qu’elle ressent le besoin d’organiser une rencontre sur « la démographie historique et les femmes » dont il est rendu compte dans un numéro spécial de 1981 des Annales de démographie historique37. Certes, l’histoire de la famille n’est pas celle des femmes, pas même celle des rapports de sexe dans la famille (Bridenthal et al., 1979). Mais il faut souligner, je crois, l’importance, dans l’émergence de l’histoire des femmes et son orientation vers le monde et la culture des femmes (voir infra, deuxième partie), de ces deux approches, très productives dans les années 1970 et particulièrement développées en France et en Grande-Bretagne autour de l’École de Cambridge38. Elles complètent un regard ethnologique sur le monde rural traditionnel qui, avec les travaux de Martine Segalen, décrit la répartition sexuée des tâches dans le village et la maison et suggère un partage plus ou moins harmonieux, voire une complémentarité, des pouvoirs entre les sexes (Segalen 1980)39. De son côté, Yvonne Verdier, dont le Façons de dire, façons de faire a ébloui plus d’une lectrice en 1979, s’interroge sur le mode d’initiation sexuelle des filles et la construction culturelle du féminin dans un village de Bourgogne, et montre la place des femmes comme gardiennes de la tradition et de la mémoire40. Plus tardive, l’Histoire de la famille en deux volumes apparaît comme une synthèse ethnologique et historique qui souligne la variabilité des stratégies matrimoniales, des formes et des rôles de l’institution familiale, met en évidence les modes de contrôle par les groupes humains de leur fécondité et offre de multiples regards sur les relations entre sexes ou générations (Burguière et al. 1986)41.

28L’enracinement de l’histoire des femmes à ses débuts dans l’histoire démographique et de la famille est particulièrement vrai pour l’histoire moderne et rappelé a posteriori par des historiennes spécialistes de la France comme Natalie Zemon Davis et Olwen Hufton (Davis 1976 ; Hufton 1983). Mais pour d’autres aussi, et beaucoup certainement, le côtoiement de la « nouvelle histoire » a créé une sensibilité. Yvonne Knibiehler souligne le rôle qu’a joué pour elle la lecture d’Ariès. De mon côté, je pense avoir été confortée dans mes premiers choix par le peu classique programme d’agrégation de l’année 1974-1975 sur la famille, l’enfant et l’éducation du XVIe au XVIIIe siècle, pour lequel j’avais lu avec bonheur L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime et nombre d’études monographiques.

29Apparaît décisif aussi, un autre courant revendiqué par la « nouvelle histoire » – l’ouvrage qui porte le même titre ainsi que le Dictionnaire des sciences historiques lui consacrent tous deux un article (Schmitt 1978 ; Farge 1986) –, et qui, dans la foulée de la décolonisation relayée par mai 1968, s’intéresse aux déviants et aux marginaux, aux groupes minoritaires et aux cultures opprimées, aux relations entre les marges et le centre du pouvoir. Longtemps ignorés parce que non acteurs de l’événement historique, les exclus retrouvent existence et dignité et deviennent ceux qui peuvent éclairer le fonctionnement des normes collectives dans une société donnée. Souvent majoritaires en nombre, les femmes constituent une minorité sociale et politique, qui plus est, exclue de l’histoire : il fallait les réentendre, leur donner vie, et comprendre les mécanismes de domination du masculin sur le féminin.

  • 42 Ce terme se trouve dans le titre d’un court article de l’Histoire (« Michel Foucault et les histor (...)

30L’influence de Michel Foucault, pionnier de ce mode de lecture de la société au travers de ses exclus, est à la fois évidente et difficile à cerner, tant les relations des historiens français avec le philosophe furent difficiles, fondées, comme le soulignait Arlette Farge en 1992, sur un malentendu42. La génération arrivée à l’âge adulte dans les années 1970, la mienne, fut surtout marquée, me semble-t-il, par un de ses visages multiples, celui de l’observateur minutieux des pratiques disciplinaires et de la diffusion des pouvoirs qui publie en 1975 Surveiller et punir. Cinq ans plus tard, retransmis dans L’impossible prison, le débat qui s’instaure à propos du système pénitentiaire et de son mode d’approche permet à Michel Foucault d’expliciter, sans vaincre toutes les réticences de la profession, sa démarche de philosophe qui travaille le matériau de l’histoire pour comprendre par quels systèmes de pensée s’organisent des pratiques institutionnelles :

Mon thème général, affirme-t-il alors, ce n’est pas la société, c’est le discours vrai/faux : je veux dire, c’est la formation corrélative de domaines, d’objets et de discours vérifiables et falsifiables qui leur sont afférents ; et ce n’est pas seulement cette formation qui m’intéresse mais les effets de réalité qui lui sont liés. (Perrot 1980, p. 55)

  • 43 Parmi ces textes, je signalerai celui que j’ai le plus souvent rencontré dans les ouvrages américa (...)

31Aussi me paraît-il possible d’opposer, avec quelque circonspection, deux modes d’influence de Michel Foucault sur l’histoire des femmes. En France, une influence diffuse accompagne l’émergence et le développement de ce champ de recherche et conduit à une utilisation empirique de ses concepts et outils : l’histoire des femmes peut s’appuyer sur sa démarche antinaturaliste et l’affirmation que rien ne va de soi ; elle trouve aussi aisément asile dans ses objets – la folie, l’enfermement, les disciplines, le pouvoir, le corps, la maladie, ou bien encore la sexualité. Aux États-Unis, une lecture plus systématique du philosophe prend en compte son projet d’analyse critique et historique des discours, projet qui remet en cause des notions chères à l’histoire comme l’origine, la causalité ou la continuité et qui, derrière l’inertie du vocabulaire des objets historiques, met au jour des configurations provisoires et successives. Cette lecture orientera, dans la seconde moitié des années 1980, un courant de l’historiographie incarné par Joan Scott vers l’analyse de la production du savoir culturel sur la différence sexuelle et celle des différentes formes qu’il revêt – mais c’est là une anticipation sur des évolutions qui seront décrites plus avant dans cet ouvrage. Plus généralement, elle suscite le développement d’« études féministes foucaldiennes », dont Jana Sawicki s’est fait à plusieurs reprises l’exégète : centrés sur l’analyse du pouvoir disciplinaire qui subjugue les femmes sujets et objets du savoir, ou bien sur les cultures et stratégies de résistance, reprochant parfois au philosophe son androcentrisme ou un refus de théoriser la résistance, des textes de plus en plus nombreux43 interrogent, à partir de l’œuvre de Foucault, les questions d’identité et cherchent de « nouvelles manières de penser le rôle de la théorie et de l’action politique » (Sawicki 1994).

32Ainsi, l’histoire des femmes a pu prendre racine dans des courants intellectuels divers. Mais l’impulsion décisive est venue, incontestablement, du mouvement des femmes, qui fait ses premières apparitions publiques en France en 1970 et affirme, avec le dépôt d’une gerbe à la femme du soldat inconnu, que l’histoire et la mémoire ne le laissent pas indifférent (Picq 1993). Les multiples interrogations qu’il suscite, les remises en question qu’il entraîne, les combats qu’il mène, posent très vite la question des femmes et de leur passé. La recherche d’une histoire et la constitution d’une mémoire permettent de donner corps à l’affirmation du « nous les femmes » et de construire l’avenir en se détachant du passé, tandis que, dans le mouvement, les voix du passé font écho aux préoccupations contemporaines. Dans la France des années 1970, comme aux États-Unis dans les années 1960, l’apparition de l’histoire des femmes comme discipline et le renouvellement des recherches en histoire du féminisme accompagnent ainsi la renaissance du féminisme. De fait, aucun autre champ de l’histoire ne semble autant lié à un mouvement social. Si l’histoire ouvrière a été faite par des intellectuels souvent proches du Parti communiste, l’histoire des femmes est faite, à ses débuts du moins, par des intellectuelles engagées dans le mouvement – elles y sont nombreuses – ou proches de la mouvance féministe, et les recherches se font à la fois dans et hors des institutions, sous l’impulsion parfois d’associations féministes de recherche dont le rôle est souvent oublié aujourd’hui (Diebolt et Fayet-Scribe 1986). L’Université suit tant bien que mal, à l’initiative de quelques enseignantes ou à la demande des étudiantes majoritaires dans cette filière littéraire.

  • 44 Sur le féminisme américain, on peut consulter en français : Sara M. Evans (1991) et Ginette Castro (...)
  • 45 Thème alors prégnant de l’anthropologie féministe américaine, il est moins présent en France. Le l (...)

33La force de ce lien rend compte de l’antériorité américaine44 et britannique et peut expliquer, sans la justifier, la résistance des institutions qui craignent une histoire militante. Pour répondre à ce soupçon originel, j’avancerai trois arguments dont la force me semble croissante. Certes, l’histoire des femmes à ses débuts et dans quelques-unes de ses productions a pu affirmer un certain schématisme – par exemple, en usant, comme mode de lecture linéaire, du thème récurrent de la confiscation par les hommes du pouvoir des femmes, confiscation qui suppose une inversion des rapports entre les deux sexes et même l’existence première du matriarcat45 –, mais ce schématisme a rarement été sans nuances et a presque toujours été contesté à l’intérieur de la discipline dans tous les pays concernés. Il est tout à fait remarquable que dès 1969, une historienne américaine comme Gerda Lerner, une des pionnières de ce champ de recherches aux États-Unis, en critique l’insuffisance théorique dans le Journal of Social History et souligne, avec une vigueur à la fois salutaire et contestable, que « le schéma de référence féministe est devenu archaïque et tout à fait inutilisable », qu’« un nouveau cadre conceptuel est nécessaire pour traiter des femmes dans l’histoire américaine » (Lerner 1969, 1976, p. 351). Le débat se poursuit les années suivantes, dans les colloques de l’American Historical Association comme à la Berkshire Conference qui réunit régulièrement, à partir de 1973, sur la côte Est des États-Unis, les chercheurs et chercheuses en histoire des femmes. En 1974, Gerda Lerner y préside les sessions intitulées « L’histoire des femmes en transition » et « Effets de l’histoire des femmes sur les conceptions traditionnelles de l’histoire », où interviennent d’autres historiennes citées dans ce livre : Natalie Zemon Davis, Joan Kelly, Renate Bridenthal et Carroll Smith-Rosenberg.

34En France, sans entrer maintenant dans les détails d’un débat qui est l’objet même de ce livre, la scientificité a été très tôt revendiquée et les brochures au ton militant venues d’outre-Atlantique ont rarement convaincu. Il n’y a, par exemple, aucune commune mesure entre de courts essais, exaltant la sorcière comme femme libre défiant l’ordre masculin ou dénonçant la mort des matrones, et les travaux de Robert Muchembled (1979, 1981), Carlo Ginzburg (1980), Jean-Michel Sallmann (1989, 1991) qui analysent la complexité des phénomènes de sorcellerie, ou ceux de Françoise Loux (1978), Marie-France Morel (1978), Mireille Laget (1978,1982), Jacques Gélis (1978, 1984, 1988), Catherine Fouquet et Yvonne Knibiehler (1980, 1983) qui portent un regard historique ou ethnologique sur la naissance et la maternité du Moyen Âge à nos jours.

  • 46 La citation exacte est : « Je ne connais en tout cas pas d’historien qui puisse se passer d’un sys (...)

35Extérieurs au champ spécifique, les deux autres arguments qui peuvent être opposés au soupçon d’une histoire non scientifique n’en prennent que plus de poids et ne nécessitent pas de longs développements. Tout d’abord, on ne peut reprocher à l’histoire des femmes ce qui, mis en avant par l’École des Annales, est accepté aujourd’hui par toute la profession : à savoir que l’historien, consciemment ou non, pose au passé les questions que lui évoque sa propre société et que le questionnement, venu le plus souvent de l’extérieur de la discipline, renouvelle constamment l’historiographie. D’autre part, je dirai, avec Pierre Vidal-Naquet (1991, tome 2, p. 12), qu’il n’y a « pas d’historien qui puisse se passer d’un système de valeurs »46, affirmation qui paraît une évidence dans maints pays étrangers mais qui fait souvent problème en France au nom de l’objectivité et de l’universalité…

36Là encore, les comparaisons internationales sont fort instructives et m’invitent aux précisions suivantes, parenthèse nécessaire au point de mon discours. Alors que les historiennes américaines et britanniques revendiquent l’appellation de feminist history, les Françaises, en dés accord parfois avec des chercheuses d’autres disciplines, récusent, dans leur majorité, la notion de « science féministe ». Comme le dit Rose-Marie Lagrave au colloque de Toulouse Femmes, féminisme et recherches (voir infra), où le débat sur ce point est fort animé et contradictoire, « la recherche ne peut être féministe […], la rupture est dans le voir, pas dans le connaître » (Lagrave 1984, p. 911). Au grand étonnement de nos collègues étrangers, peu férus d’universalisme à la française, le terme d’« histoire féministe » est rarement utilisé en France, et le plus souvent dans un sens péjoratif, par ceux qui, comme Mona Ozouf en 1995, ne voient dans les recherches considérées qu’une analyse partiale et idéologique centrée sur l’affrontement entre les sexes. De même, la question du monopole des femmes sur l’écriture de leur histoire ne pouvait être tranchée qu’en faveur de la mixité, même si, dans un premier temps, l’utilisation par un homme d’outils d’analyse issus de la démarche féministe parut à beaucoup scandaleuse. Par contre, bien que l’histoire des femmes comme les autres disciplines ait mis en valeur, à travers le sexe de l’auteur, l’importance de la subjectivité dans toute recherche – le « en tant que femme » comme moteur de la production d’un savoir nouveau –, elle a peut-être trop vite délaissé en France ce questionnement controversé qui remettait en cause l’objectivité et obligeait la recherche masculine à se nommer. Il y a quelque ironie à lire et relire chez Joan Scott des citations de Michel de Certeau invitant à dépasser le discours épistémologique sur « la vérité » et donc à déconstruire l’opposition entre idéologie et histoire…

37Décisive, l’impulsion du mouvement des femmes ne fut cependant pas immédiate ni directe. Écrire l’histoire des femmes n’est pas, en effet, la préoccupation première ni la préoccupation de toutes les militantes féministes. Pour tout un courant lié à la psychanalyse, il s’agit d’affirmer la réalité positive spécifique des femmes, de chercher une « essence » féminine articulée à leur corps, et donc de se tourner vers cette discipline, ou, en quête d’une écriture féminine, vers la linguistique ou les études littéraires. Seules les féministes qui, dans la lignée de Simone de Beauvoir, s’opposent à l’idée d’une « nature féminine », pour défendre celle de la construction sociale de la différence des sexes, peuvent s’adresser à l’histoire. Car il n’est pas d’histoire possible qui ne repose sur l’affirmation de l’historicité des expériences des femmes et celle des rapports de sexe. Mais l’historicité peut faire problème aussi, notamment en histoire du féminisme, lorsque les historiennes professionnelles, qui, pour la plupart, pratiquent d’emblée une histoire critique et problématique de la pensée féministe, font surgir des modes de pensée qui paraissent anachroniques ou « aliénés » – le terme d’aliénation a été beaucoup utilisé dans certains écrits des années 1970 – et gênent l’identification à des héroïnes du passé : ainsi de l’association féminisme (du XIXe siècle) et moralisme analysée par Geneviève Fraisse dès 1975, dans un article de la nouvelle revue Les révoltes logiques. Comment les femmes peuvent-elles revendiquer leur place, si ce n’est au nom des qualités maternelles et domestiques que la tradition leur attribue ?

  • 47 Les révoltes logiques ont publié seize numéros de 1975 à 1981 aux éditions Solin et deux cahiers e (...)
  • 48 Les citations sont extraites du « manifeste » du Centre de recherches sur les idéologies de la rév (...)

38Largement ouverte, dès ses premières parutions et tout au long d’une histoire centrée sur l’analyse des pratiques du pouvoir et de la révolte47, aux recherches sur le travail des femmes ou des enfants et plus encore sur les voix/voies du féminisme, la revue Les révoltes logiques témoigne à la fois des convergences intellectuelles et politiques autour de l’histoire des femmes et de la complexité des relations entre ce champ historique et le militantisme. Revue du Centre de recherches sur les idéologies de la révolte, centre fondé en novembre 1974 par Jean Borreil, Geneviève Fraisse et Jacques Rancière et rattaché à la chaire d’Histoire des systèmes de pensée que tient Michel Foucault au Collège de France, elle rassemble des philosophes déçus de l’althussérisme, insatisfaits de l’histoire des mentalités « qui réserve aux élites le soin du changement », et lecteurs de Foucault. Dans le contexte des mouvements sociaux et du débat intellectuel de l’époque, elle se propose, de façon dialectique, d’« interroger l’histoire à partir de la révolte et la révolte à partir de l’histoire », pour retrouver une mémoire populaire, la mémoire de « la révolte ouvrière, paysanne, nationale (catalane et occitane) ainsi que [de] la protestation féministe ». Mais elle n’a, comme elle l’affirme d’entrée de jeu et le montre dans ses articles, « aucune vocation à la bonne parole », sensible au contraire aux chemins de traverse de la révolte comme à ses contradictions, attentive aux débats qu’elle suscite48.

39Que dire alors du rôle du féminisme dans l’évolution des thématiques et des points de vue de l’histoire des femmes ? Pris dans une continuelle tension entre le besoin de bâtir une identité féminine et celui de déconstruire la catégorie « femme », affirmant d’une lutte à l’autre que « le personnel est politique », le féminisme a pu ouvrir de multiples voies de recherches parallèles ou successives. Mais, une fois lancée, l’histoire des femmes acquiert aussi une certaine autonomie intellectuelle et il devient difficile, et hors de mon propos, de mesurer la part respective, dans sa dynamique, du mouvement des femmes, de l’historiographie française, des pratiques de l’histoire des femmes dans d’autres pays ou de ses tensions internes. Témoin et actrice d’une aventure intellectuelle qu’il m’importe de faire comprendre, je privilégierai désormais l’histoire intérieure de ce champ de recherches…

  • 49 Angliciste, Françoise Basch a par exemple effectué une des premières recherches sur « les femmes v (...)
  • 50 Le colloque Les femmes et les sciences humaines n’a pas donné lieu à publication ; je remercie Mic (...)
  • 51 Comme cela est fréquent aux États-Unis, ces deux articles de revue sont repris en 1976 dans l’ouvr (...)

40Que sait-on en France chez les historiens, au début des années 1970, de l’effervescence des universités américaines, de la naissance des women’s studies et des travaux anglo-américains ? Peu de choses, semble-t-il, malgré le rôle de relais joué par les départements de civilisation anglaise et américaine49. Présentant le premier bilan au colloque Les femmes et les sciences humaines, qui se tient à Aix-en-Provence en 1975, Michelle Perrot déclare : « Nous souhaitons vivement qu’une historienne américaine puisse nous renseigner sur l’essor, l’importance, les formes d’action des women’s studies et sur les secteurs de l’histoire auxquels elles se sont attaquées en priorité »50. Elle cite ensuite l’historienne américaine Natalie Zemon Davis qui vient de publier une bibliographie en histoire moderne, Society and the Sexes in the Earlier Modern Europe, 15th-18th centuries (1973), ainsi que l’historienne britannique Sheila Rowbotham dont Payot vient de traduire le Women, Resistance and Revolution (Féminisme et révolution, 1972) et qui a rassemblé une bibliographie plus contemporaine sous le titre Women’s Liberation and Revolution (1972b). Mais elle ne mentionne pas, du même auteur, l’ouvrage devenu célèbre par la suite, Hidden from History, paru en 1973 et réédité en 1974, ni les premières réflexions méthodologiques des pionnières américaines comme Gerda Lerner (1969, 1975)51. Sont surtout connus les travaux en histoire européenne et plus encore en histoire française, comme le Ph. D. de Charles Sowerwine, soutenu en 1973 (Women and Socialism in France, 1841-1921), résumé pour une part dans un article du Mouvement social de 1975 et qui rencontre une des préoccupations principales de l’histoire des femmes en France.

Quelques caractéristiques françaises

41Je n’ai que trop souligné déjà le caractère récent de l’histoire des femmes en France ainsi que le rôle pionnier joué par les Américaines et les Anglaises, comme par certaines branches de la sociologie française. En 1972, deux historiens, Yvonne Knibiehler et Marcel Bernos, participent activement à la création du Centre d’études féminines de l’université de Provence (CEFUP) qui organise un premier enseignement thématique et interdisciplinaire à la rentrée 1973. Cette même rentrée, Michelle Perrot, Fabienne Bock et Pauline Schmitt ouvrent à l’Université Paris 7 le premier cours, dont le titre interrogatif – « Les femmes ont-elles une histoire ? » – manifeste une hésitation à entrer dans l’inconnu et peut-être le vide. De façon tout à fait significative, la même question est traitée en 1975 dans la prestigieuse université d’Oxford par Carl Degler – un pionnier de l’histoire des femmes aux États-Unis plus tard fort critiqué par Joan Scott – dans une conférence devenue livre : « Is There a History of Women ? » Vouées au silence de la reproduction, à la répétition de gestes quotidiens, à une division sexuelle qui semble vieille comme le monde et immuable, les femmes ont-elles véritablement une histoire ? Face à une telle question et faute de matériaux, le cours de Paris 7 procède, après un semestre de sociologie ouvert par Andrée Michel, par conférences d’historiens invités à faire part de l’état de leur réflexion, comme Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Jean-Louis Flandrin, Emmanuel Le Roy Ladurie, Mona Ozouf (Perrot 1975, 1985). Parallèlement s’amorcent, dans cette université et ailleurs, de nombreuses recherches historiques sur ce qui est alors couramment appelé la condition féminine.

  • 52 J’ai d’ailleurs découvert tardivement, au début des années 1980, en écrivant un livre sur les femm (...)
  • 53 La remarque est d’Anne-Marie Sohn (1996a, p. 11).

42Ces recherches prennent le relais de travaux plus isolés, engagés quelques années auparavant à l’initiative d’étudiantes ou d’enseignantes sensibles à cette thématique. Ainsi, c’est pour approfondir la remarque d’un cours d’agrégation mentionnant la rupture induite par la première guerre dans la condition des Françaises52 qu’Anne-Marie Sohn (1996a, p. 10) commence à la rentrée 1969 des recherches, dirigées à l’Université de Nanterre par Annie Kriegel, sur la réception par l’opinion publique du célèbre roman de Victor Margueritte paru en 1922 – La garçonne – et sur les institutrices féministes favorables aux thèses de l’ouvrage (Sohn 1972, 1973). Au même moment, Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard qui a découvert à la faveur des événements de 1968 « la distorsion politique entre les sexes »53, élargit sous la direction de Madeleine Guilbert des travaux antérieurs sur le mouvement ouvrier et s’intéresse aux rapports entre féminisme et syndicalisme, en particulier sur la question du travail des femmes (Zylberberg-Hocquart 1978). Vingt-cinq ans plus tard, la convergence de ces premières recherches, contemporaines du travail de Charles Sowerwine, apparaît remarquable.

  • 54 En 1965, dans l’introduction du colloque L’histoire sociale. Sources et méthodes (publié en 1967), (...)
  • 55 Dans une communication au colloque de Malaga, 1er au 4 décembre 1992, El trabajo de las mujeres. P (...)

43En effet, dans le contexte français où l’historiographie est encore à dominante économique et sociale54, où, dans une perspective marxiste, l’inégalité sociale prime toute autre forme d’inégalité, l’histoire des femmes prend comme premier et principal objet d’étude la question du travail des femmes et des rapports entre femmes – travailleuses ou non – et mouvement ouvrier. C’est le temps de ce que j’ai appelé ailleurs une « histoire ouvrière du travail féminin »55, où de nombreuses études portant surtout sur le XIXe siècle mettent en évidence plusieurs phénomènes. Tout d’abord la surexploitation des femmes cantonnées dans des secteurs spécifiques – textile, habillement, tabac et allumettes, conserves – et sous-payées : en moyenne, à la fin du siècle, les ouvrières perçoivent la moitié d’un salaire masculin, ce que la société appelle un « salaire d’appoint », d’où la nécessité parfois de compléter par la prostitution ou l’impossibilité présumée de vivre seule. S’appuyant, à travers la presse ouvrière ou les archives de police, sur des études de cas mais aussi sur les nombreux livres d’époque rédigés par des médecins, des hommes politiques ou des économistes qui font du travail des femmes un problème social – « ouvrière, mot impie » écrit Jules Simon derrière Michelet –, ces études veulent montrer le traumatisme engendré par la Révolution industrielle. Pensée comme une rupture sociale et économique, celle-ci aurait détruit la famille en séparant foyer et lieu de travail et pesé particulièrement sur les femmes et les enfants.

  • 56 Intitulée « Women’s work and the family in nineteenth century Europe », la communication de Joan S (...)

44Mais dès 1975, dans une table ronde à la Maison des sciences de l’homme sur l’impact de l’industrialisation sur le travail et la condition des femmes, cette thèse est fortement nuancée par Louise Tilly et Joan Scott qui, en combinant histoire démographique, économique et de la famille, soulignent plutôt les continuités avec l’ancienne économie familiale ou du moins l’importance du legs rural, le travail des femmes restant rythmé par les activités reproductrices et les besoins de la famille56. Sans toujours convaincre, l’histoire des femmes apparaît là comme précurseur d’une relecture de la Révolution industrielle, dont le terme exprime trop l’idée d’un bouleversement radical, particulièrement peu conforme à la réalité française. De fait, malgré l’accroissement notable de la population active féminine dans la deuxième moitié du XIXe siècle, accroissement rendu nécessaire par le fléchissement démographique, on doit se rendre à l’évidence que les secteurs d’emploi demeurent très traditionnels et que la pénétration des femmes dans la grande industrie reste faible, y compris, comme le montre le recensement de 1906, au seuil du XXe siècle. Toutefois, la surexploitation des ouvrières est manifeste aussi dans des formes particulières d’encadrement du travail féminin : ateliers caporalisés ou bien encore couvents-usines du Sud-Est de la France dans le travail de la soie, notamment celui de Jujurieux dans l’Ain dont Dominique Vanoli explique les modalités et la logique d’enfermement (1975, 1976). Ainsi surgit une figure de femme victime, opprimée parmi les opprimés, la plus opprimée peut-être.

  • 57 Entre 1978 et 1984, sont ainsi réédités, sur la question du travail des femmes et plus généralemen (...)

45Deuxième phénomène mis en évidence dans de nombreux travaux (Guilbert 1966 ; Devance 1973 ; Zylberberg-Hocquard 1978, 1981 ; Sowerwine 1978 ; Perrot 1976) : la grande méfiance du mouvement ouvrier français, plus marqué par Proudhon que par Marx, envers le travail des femmes. Les ouvriers français et leurs organisations – une CGT anarchosyndicaliste, une SFIO très composite avec une tendance guesdiste peu importante – craignent la concurrence du travail féminin sous-payé et posent comme un idéal la mère au foyer, éducatrice du petit prolétaire qu’il ne faut pas livrer à des mains « mercenaires » et « abeille » de la ruche ménagère. Construisant leur identité sur le mode de la virilité, ils défendent jalousement des métiers considérés comme masculins – le bois, le métal, le livre –, comme le montre l’affaire Couriau, véritable interdiction professionnelle dans le milieu du livre, qui fit beaucoup de bruit dans le monde féministe et syndical en 1913 mais représente une situation extrême : venu de Paris, un couple de typographes, Emma et Louis Couriau, s’embauche dans des entreprises lyonnaises et demande son adhésion à la section syndicale du Livre de Lyon, laquelle refuse l’adhésion d’Emma et radie le mari coupable d’avoir laissé travailler sa femme dans un métier masculin… Le travail des femmes est ainsi au cœur d’un violent conflit entre mouvement ouvrier et mouvement féministe dont certaines figures sont alors redécouvertes au travers de leurs écrits, et parfois rééditées, notamment dans la collection « Mémoire des femmes » qu’Huguette Bouchardeau ouvre chez Syros en 197857. Ces femmes défendent l’idée d’une double oppression féminine – par le capitalisme et par les hommes –, dénoncent l’exploitation au travail tout en défendant le droit à l’emploi, cherchent à organiser les travailleuses dans des structures autonomes ou essaient, comme l’institutrice Hélène Brion (1882-1962), de faire entendre la voix des femmes au sein des organisations ouvrières.

46Le dernier phénomène mis en évidence, dans la foulée des travaux de Madeleine Guilbert (1966b) et Michelle Perrot (1974), est la participation médiocre et épisodique des femmes aux luttes ouvrières. Ces luttes font surgir quelques figures de rebelles, comme Philomène Rozan, leader de la grève des ovalistes de Lyon de juin-juillet 1869 (Auzias et Houel 1982) ou bien Lucie Baud qui mène la grève des tisseuses de soie de Vizille et Voiron en 1905-1906 et dont le témoignage est publié dans Le mouvement social en 1978. Elles conduisent souvent à une poussée éphémère de syndicalisation mais révèlent aussi une défaillance fréquente, d’un sexe à l’autre – y compris du masculin au féminin – des solidarités de classe. Dans ce paysage, les institutrices d’extrême gauche de l’après-guerre, étudiées par Anne-Marie Sohn (1973, 1977) puis par Slava Liszek à travers la biographie de Marie Guillot (1994), constituent un groupe bien particulier.

  • 58 La remarque est faite par Cécile Dauphin dans l’entrée « Femmes » qu’elle rédige pour La nouvelle (...)
  • 59 Né au milieu des années 1970, History Workshop, a Journal of Socialist Historians modifie son sous (...)

47Cohérent, ce premier ensemble de recherches donne lieu à une bibliographie synthétique intitulée Travail et condition féminine et commentée par Madeleine Guilbert, Nicole Lowit et Marie-Hèlène Zylberberg-Hocquard (1977), puis à un numéro spécial du Mouvement social présenté par Michelle Perrot (1978) et consacré aux Travaux de femmes dans la France du XIXe siècle. Il suscite aussi deux colloques : Les femmes et la classe ouvrière, organisé par Madeleine Rébérioux à Vincennes en 1978 et malheureusement non publié, puis, en 1980, Les femmes et la question du travail, mis en œuvre dans une perspective plus interdisciplinaire par le Centre lyonnais d’études féministes (CLEF 1984). Il montre, à la différence des États-Unis où l’histoire des femmes a largement contribué au développement d’une histoire sociale jusqu’alors marginale58, mais comme en Grande Bretagne – autour d’History Workshop par exemple59 –, l’existence de liens forts et durables entre l’histoire des femmes et l’histoire sociale, notamment dans sa composante histoire ouvrière et histoire du travail.

  • 60 Michelle Perrot y réclamait déjà la constitution d’un fichier de travaux en histoire des femmes, f (...)
  • 61 La thèse de troisième cycle de Francis Ronsin – Mouvements et courant néo-malthusiens en France, 1 (...)
  • 62 Après sa maîtrise menée avec Magda Safwan, Claude Maignien préface et annote la réédition en 1978 (...)

48Dominante, cette histoire ouvrière du travail féminin n’est cependant pas toute l’histoire des femmes à ses débuts. Considérons par exemple le recensement, effectué par Michelle Perrot et inséré en annexe de sa contribution au colloque d’Aix-en-Provence, des travaux en cours ou achevés dans trois universités parisiennes en juin 197560. Le mémoire de maîtrise, que j’ai rédigé avec deux amies sur les ouvrières des usines de guerre (Mathilde Dubesset et Catherine Vincent ; voir Dubesset et al. 1974), entrait dans le courant majoritaire, aux côtés de recherches sur les midinettes, les ouvrières des manufactures de tabacs, les ouvrières en soie, le travail à domicile, ou les grèves de 1936 dans les Grands Magasins. Mais il y avait aussi, à l’écoute de l’actualité, des travaux sur l’avortement et les origines de la loi de 1920, sur le mouvement néomalthusien (Ronsin 1974)61, sur les prostituées ou les femmes en prison – autres figures de femmes victimes –, ainsi que sur l’homosexualité féminine à laquelle Marie-Jo Bonnet a consacré nombre de ses recherches d’historienne (1974, 1981, 1995). En même temps étaient redécouvertes quelques grandes figures féministes comme Nelly Roussel et Madeleine Pelletier (Maignien et Safwan 1975)62, ou bien encore Marguerite Durand et son journal quotidien La Fronde. Ces derniers travaux complétaient la thèse de l’Américain Patrick Bidelman sur les débuts du mouvement féministe en France, thèse soutenue en 1975 et déposée à la bibliothèque parisienne Marguerite Durand.

  • 63 Il y a, sur la saint-simonienne Eugénie Niboyet, de nombreux travaux postérieurs à ces premières r (...)

49De fait, l’histoire du féminisme suscite très vite de nombreuses recherches pour répertorier les organes de presse et les mouvements, établir les biographies des militantes, analyser leurs revendications et décrire leurs combats. Latente, la revendication des femmes surgit à chaque ébranlement politique du XIXe siècle, s’exprime notamment dans une presse engagée – citons par exemple Le Conseiller des femmes (1833-1834) ou La Voix des femmes (1848) d’Eugénie Niboyet63 –, que commencent à étudier, derrière Evelyne Sullerot (1966), Geneviève Fraisse (1975, 1979a) et Laure Adler (1979) pour le temps des « premières journalistes », puis d’autres pour la période postérieure. Sorti de l’ombre par des ouvrages généraux – dès 1977 paraît la première tentative de synthèse, Histoire du féminisme français du Moyen Âge à nos jours, sous la plume de Daniel Armogathe et Maïté Albistur qui publient l’année suivante une très utile anthologie de textes intitulée Le grief des femmes –, le féminisme présente encore toutefois un visage trop lisse et masque quelque peu d’autres formes de luttes de femmes, moins formalisées et moins étudiées.

  • 64 . Ce thème est aussi abordé dans une perspective plus générale et de façon pionnière par Van Ussel (...)
  • 65 Edward Shorter a écrit de nombreux articles et ouvrages. En français, on peut lire notamment Naiss (...)
  • 66 Depuis lors, Angus McLaren a poursuivi ses travaux sur les comportements sexuels et les politiques (...)

50Du côté de l’histoire démographique et de la famille, peu développée pour la période contemporaine, l’histoire des femmes propose aussi des pistes neuves : histoire de la sexualité et de la répression sexuelle (Guerrand 1971)64, histoire du difficile contrôle des naissances qui passe par l’infanticide, l’avortement et la contraception ou encore histoire du corps féminin qu’Yvonne Knibiehler défriche à travers l’analyse du discours médical dans deux articles parus en 1976, l’un dans les Annales, l’autre dans le numéro spécial de la revue Romantisme consacré aux « mythes et représentations de la femme au XIXe siècle ». Elle montre notamment comment, au seuil du XIXe siècle, les médecins décrivent la femme malade, concluent à la nécessité de la protéger et justifient scientifiquement son assujettissement, inscrit dans le Code civil. Ce faisant, elle nuance fortement la thèse optimiste d’Edward Shorter qui voit, dans la croissance au même moment des naissances illégitimes ou dans le recul tout au long du siècle de la fécondité dans le mariage, l’indice d’une libération sexuelle et d’une plus grande autonomie des femmes (Shorter 1971, 1973)65. Quant à Angus McLaren (1977, 1978), il décrit l’avortement, de plus en plus pratiqué par des femmes mariées et multipares, comme une forme de féminisme populaire, posant lui aussi la question, cruciale pour le XIXe siècle, de l’interprétation des novations, qu’elles soient démographiques, politiques ou économiques66. Au centre des premiers efforts de l’histoire des femmes, ce siècle interroge en effet les historiens et les historiennes sur les changements de la condition féminine. Quels sont les effets, positifs ou négatifs, de la modernisation et de l’industrialisation ? Loin des débats de l’historiographie américaine qui s’interroge déjà sur la notion de « culture féminine », l’historiographie française, centrée sur l’étude du monde ouvrier et la découverte des modèles normatifs, n’est alors pas très optimiste…

51Que se passe-t-il quand les femmes entrent à l’usine ? Le travail extérieur au foyer est-il toujours libérateur pour les femmes ? Ce questionnement, historique et politique, sous-tendait ma première recherche en histoire des femmes.

Choisir l’histoire des femmes : un phénomène générationnel

52Automne 1973, Université Paris 7 : Michelle Perrot, qui a raconté ailleurs pourquoi elle avait, après 1968, opté pour cet établissement et ce qu’elle devait au mouvement des femmes (1987a, p. 287-292), propose ses premiers sujets de recherche en histoire des femmes. Comme d’autres de ma génération, en cette période de mouvements sociaux les plus divers, j’ai été attirée par la réputation d’ouverture de cette université, pour y découvrir un meeting quasi permanent et y écouter des cours sur les ouvriers, les expériences socialistes ou le tiers monde. Avec bonheur, Jean Chesneaux professait alors un regard critique sur l’histoire et ses professionnels, avant de publier Du passé, faisons table rase (1976), symbole à mes yeux, avec son équivalent géographique écrit par Yves Lacoste – La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre –, de ces années de contestation intellectuelle, et empreinte durable sur une génération d’étudiants.

53Quelques années plus tôt, j’aurais sans doute embrassé de façon plus classique l’histoire ouvrière. En 1973, comme Mathilde Dubesset et Catherine Vincent qui m’ont rejointe à Paris 7 – fortes de complicités amicales et militantes, nous voulions travailler ensemble –, les questions soulevées par le mouvement des femmes me préoccupaient tout autant que la question sociale. Demandeuses à la fois d’une recherche en histoire ouvrière et d’un sujet « femmes », imprégnées des thèses et débats marxistes tout autant que féministes sur l’indépendance économique et la libération des femmes, nous avons accepté avec empressement celui proposé sur les ouvrières des usines de guerre pendant la première guerre mondiale (Dubesset et al. 1974, 1977). Comme nous l’écrivions dès les premières lignes, après avoir cité la préface de Pierre Grimal à l’Histoire mondiale de la femme, « certes l’histoire des femmes est à faire ! Pas seulement des femmes comme filles, épouses, sœurs et mères, mais aussi comme travailleuses ». Trop tranchée, cette opposition entre travail et statut familial nous paraissait alors fondamentale et l’histoire de la vie privée plutôt secondaire. Cependant, dans les séminaires qui réunissaient régulièrement les étudiants de Michelle Perrot – une majorité de filles et une minorité de garçons inscrits en histoire ouvrière –, nous étions très attentives aux recherches plus directement liées à l’actualité du mouvement féministe, notamment à celles qui portaient sur les origines de la loi de juillet 1920 réprimant toute forme de « propagande anticonceptionnelle », et découvrions les multiples facettes du questionnement historique. Ignorantes de la plupart des travaux précurseurs cités précédemment, n’ayant reçu de l’enseignement secondaire et supérieur qu’une vision masculine du passé, nous avons travaillé avec l’ardeur des néophytes, l’enthousiasme de faire du neuf, l’impression de travailler et militer à la fois…

54Ce fut une bonne école. Il fallait pour traiter correctement le sujet s’approprier les travaux antérieurs sur l’histoire du travail féminin et des rapports femmes - classe ouvrière, connaître l’essentiel sur des thèmes aussi divers que la mobilisation économique ou l’attitude du mouvement ouvrier pendant la guerre, et surtout consulter, pour y découvrir parfois l’ouvrière, la gréviste, la pacifiste ou la féministe, une quantité importante de sources, archives de différents ministères ou de la Préfecture de police, publications officielles, presse ouvrière, féministe et grand public, ouvrages d’auteurs… Si la moisson fut riche, malgré la difficulté à trouver des données précises sur l’importance numérique des ouvrières, nous concluions à « la très faible expression des femmes ouvrières » et tentions d’y pallier par la recherche de témoignages oraux. Toujours émouvants, ceux-ci livraient des souvenirs précis – l’accident dramatique à la cartoucherie, le contremaître odieux affublé du sobriquet de Zigomar, la peur de la main-d’œuvre étrangère –, ainsi que des appréciations contradictoires sur l’expérience de guerre des femmes.

55Perplexes comme Anne-Marie Sohn (1972) sur l’image de la garçonne diffusée dans les manuels scolaires, soucieuses d’interroger la notion de travail libérateur, nous cherchions en effet à savoir si l’entrée des femmes dans l’industrie de guerre – environ 100 000 dans le département de la Seine, un tiers de la main-d’œuvre –, soit dans les secteurs traditionnellement masculins de la métallurgie, de la chimie et de la mécanique, avait constitué pour elles une expérience positive. Pour y répondre, il fallait analyser les origines et les formes de la mobilisation des ouvrières – qui est embauché, comment, pour quelles tâches et avec quelle organisation du travail ? –, leurs conditions de travail et de salaire, leurs modes de combativité et son inscription dans les luttes ouvrières, mais aussi – le thème s’est imposé à nous – le traitement social de la maternité ouvrière ou la perception et les tentatives de résolution de ce que nous appelions « la contradiction maternité – travail ». Quant aux représentations et discours sur ces femmes, omniprésents et contradictoires, ils furent tout au long de l’étude comparés entre eux et confrontés aux réalités pour, disions-nous, « faire apparaître l’importance particulière de l’idéologie dans ces années de guerre et mesurer sa force de frein sur la prise de conscience des ouvrières » (Dubesset et al. 1974, p. 12).

  • 67 Ainsi, nous écrivions en introduction : « Quant au mouvement ouvrier, principale force de contesta (...)

56Sensibles à la difficulté de cerner « le vrai » derrière la profusion des discours, qui nous indignaient, nous faisaient sourire ou nous émouvaient, nous accordions plus de crédit aux uns qu’aux autres et n’en percevions pas toujours la fonction. Mais il y avait déjà dans ce travail une histoire des femmes fort contextualisée et une histoire des rapports de sexe à l’usine, même si le rôle du mouvement ouvrier peut y apparaître surestimé67. Contribution à une histoire économique et sociale de l’arrière – celle de « l’autre front » (Fridenson 1977) – qui renouvelait alors l’histoire de la Grande Guerre, il apportait plus généralement une réponse nuancée, et plutôt négative, à la thèse de l’émancipation des femmes par la guerre, qui a certes favorisé le droit au travail des jeunes bourgeoises mais bien peu amélioré la vie des ouvrières. Dernier recours après le rappel d’ouvriers mobilisés et l’embauche de main d’œuvre étrangère et coloniale, les « munitionnettes » viennent en effet de tous les horizons, chômeuses et ménagères en quête d’un revenu, jeunes attirées par les hauts salaires. Toujours inférieurs aux rémunérations masculines, sous prétexte de financer la modernisation de l’outillage et la réorganisation du travail rendues nécessaires par l’embauche d’une main-d’œuvre non qualifiée, ceux-ci ne peuvent masquer le caractère intensif et dangereux du travail. Alors que le besoin de main d’œuvre favorise tardivement l’invention de mesures d’aide aux mères – la création de chambres d’allaitement notamment –, la fin du conflit voit surgir avec insistance, même du côté des syndicats masculins dont la méfiance n’est pas entamée par les circonstances, le thème du retour au foyer et du devoir maternel. « Après les obus, les enfants », écrivions-nous alors, un brin provocantes, mais conscientes de la complexité des enjeux autour du travail féminin et convaincues que l’histoire des femmes pouvait et valait la peine d’être entreprise…

57Revenons, pour conclure cette première phase, au colloque interdisciplinaire d’Aix-en-Provence de juin 1975. Déjà citée, la communication de Michelle Perrot s’achève par des « propositions pour une histoire des femmes » qui méritent d’être rapportées intégralement :

L’histoire des femmes demande de l’ingéniosité pour pallier la pauvreté des sources classiques […]. Les méthodes de cette histoire devraient emprunter beaucoup à l’ethnologie, aussi bien pour le déchiffrement des mythologies que pour l’exploration du quotidien. Comme elle, elle devrait user de la quête du récit, à la manière des Anglo-Saxons beaucoup plus avancés que nous dans cette direction de l’histoire orale. Enfin l’histoire des femmes devrait réaffirmer sans cesse sa problématique qui est la recherche obstinée d’une relation à l’autre sexe et à l’histoire globale, non pas l’édification précise d’une geste solitaire – même si comme la négritude, la féminitude peut se comprendre et temporairement se justifier. Pourquoi et comment la grande division du travail entre les sexes s’est-elle globalement et généralement transformée en sujétion voire en exclusion des femmes ? Quelles sont les sinuosités d’une histoire sans doute non linéaire et peut-être plus pleine de bruit et de fureur qu’on ne le croit ? Quelle est l’histoire brisée de la conscience féminine et pourquoi s’affirme-t-elle aujourd’hui avec une telle force ? La réévaluation de cette dimension sexuelle de l’histoire ne devrait-elle pas changer quelque chose à sa compréhension globale ?

  • 68 L’éditorial du premier numéro paru en juin 1979 l’affirme explicitement : « Nous ne voulons pas cr (...)

58Toute l’histoire de l’histoire des femmes depuis ses débuts, son projet et ses tensions, se trouvent dans ces propos, affirmant à la fois la volonté d’explorer les territoires du féminin – jusques et y compris « la conscience féminine » – et la nécessité d’une histoire relationnelle qui puisse contribuer à la réécriture de l’histoire générale. S’il était théoriquement possible de maintenir en même temps les deux exigences, du moins collectivement, la cécité de l’histoire envers la dimension sexuée des phénomènes, la découverte de la richesse du sujet, le sentiment de donner enfin un passé aux femmes ont poussé la plupart d’entre nous à privilégier pendant quelques années la première exigence, à focaliser leurs recherches sur les femmes en histoire, à écrire ce que l’on peut appeler l’histoire au féminin. Exprimée à plusieurs reprises par Michelle Perrot, Arlette Farge, Cécile Dauphin, l’équipe de Pénélope68 et bien d’autres, la peur de créer un ghetto intellectuel, de produire une histoire parallèle et isolée ne pouvait empêcher cela. Au même moment aux États-Unis, où l’histoire des femmes avait déjà une dizaine d’années, où le débat était engagé sur la nécessité d’intégrer l’histoire des femmes à celle d’un « passé humain », Berenice A. Carroll rappelait dans l’introduction de Liberating Women’s History (1976) que pour de nombreuses femmes, écrire leur propre histoire apparaissait encore légitime en soi, sans devoir invoquer son apport à la connaissance d’autres questions. En France comme ailleurs, l’histoire au féminin était en quelque sorte une étape nécessaire de l’histoire des femmes.

Notes

1 Les auteurs sont respectivement Michel de Juglart, Marianne Debouzy, Hélène Zamoyska, Geneviève Agel, Henri Agel, Sylvie Le Bon.

2 J’utilise, pour référencer les citations, l’édition de 1988, plus accessible.

3 Sont présentés ici des extraits : la deuxième coupure est faite par moi, la première et la troisième par J. Le Goff mais je les ai agrandies. Ce texte de Voltaire fut déjà cité par J. Ehrard et Guy P. Palmade dans leur livre intitulé L’histoire (1964, p. 161-163).

4 Sur Olympe de Gouges, voir les recherches d’Olivier Blanc et notamment Une femme de liberté, Olympe de Gouges (1989). La Déclaration des droits de la femme peut être lue dans l’ouvrage de Maïté Albistur et Daniel Armogathe : Le grief des femmes. Anthologie de textes féministes, tome 1, Du Moyen Âge à 1848 (1978, p. 182-185). Récemment, les éditions Côté-femmes, qui remplissent, à une plus large échelle que la collection « Mémoire des femmes » chez Syros dans les années 1970, la fonction de rééditer des textes historiques de femmes ou de féministes, ont republié les Écrits politiques d’Olympe de Gouges (1993) avec une préface d’Olivier Blanc et, dans son intégralité, la brochure Les droits de la femme ; ainsi que ses pièces de théatre : Théâtre politique 1790-1793, préface de Gisela Thiele-Knobloch, 1992, et L’esclavage des Noirs (1992, préface d’Eléni Varikas). Par ailleurs, les éditions Cocagne, de Montauban qui a désormais un festival et un collège Olympe de Gouges, ont entrepris la publication des œuvres complètes d’Olympe de Gouges.

5 Colloque organisé dans le cadre du bicentenaire par Marie-France Brive, Henri Coulet, Dominique Godineau et Yvonne Knibiehler. L’édition des actes a été préparée par M.-F. Brive. [Les derniers manuels sont plus ouvertss à cette question.]

6 Sur ces points, voir notamment les travaux de Dominique Godineau (1988 et 1991) et d’Elisabeth Sledziewski (1989 et 1991). Voir aussi le livre de Catherine Marand-Fouquet dans la collection « La femme au temps de » (1989).

7 Sur ce point, voir les travaux pionniers de Geneviève Fraisse (1989 et 1992). Voir aussi Pierre Rosanvallon (1992).

8 N’est-ce pas ce point que néglige Mona Ozouf dans son insistance à ne voir que la dynamique positive de la Révolution (1995, p. 341 ; « à la vie des femmes, la Révolution a tout changé »), tout en reconnaissant son ambiguïté initiale et « la contradiction entre l’égalité universelle des individus et l’exclusion des femmes de la citoyenneté » (p. 365). Dans son histoire du suffrage universel qui inaugure une histoire intellectuelle du politique (comprendre ce qui est culturellement acceptable à un moment donné), Pierre Rosanvallon (1992) suggère, pour expliquer l’exclusion des femmes, la thèse d’une réaction compensatrice à l’ampleur de la novation révolutionnaire.

9 Au moment où écrit Virginia Woolf, l’un des historiens britanniques les plus connus.

10 J’utilise la dernière édition (Denoël 1992).

11 Réédité chez Stock en 1986 ; traduction et introduction par Eric Hicks et Thérèse Moreau.

12 Je souligne l’expression « écrite par sa femme ».

13 À côté de travaux d’histoire sociale sur l’Allemagne, elle entreprend la traduction d’Auguste Comte, Guizot ou Ranke.

14 Dans son essai d’ego-histoire « L’air du temps », Michelle Perrot raconte que, proposant au printemps 1949 à Ernest Labrousse de travailler sur le féminisme, celui-ci lui suggéra de travailler plutôt sur la condition ouvrière (Nora 1987, p. 277).

15 Cette information est tirée de la note 21 de l’article.

16 En cela, elles illustrent l’évolution, décrite dans ce volume, de l’ensemble du champ disciplinaire de l’histoire des femmes.

17 Joan Scott utilise le terme gender dont je préciserai plus avant les sens ; « rapports de sexe » est une traduction par défaut. Son article s’intitule « American women historians, 1884-1984 ».

18 Les équipes familiales sont fréquentes dans la profession, en France comme ailleurs, et pas seulement pour cette génération ; on peut citer les Beard, les Braudel, les Chaunu… Sur Marc Bloch, voir le livre de Carole Fink (1989).

19 Lucien Febvre, Autour de l’Heptaméron. Amour sacré, amour profane, Paris, Gallimard, 1944.

20 Sur ce point je suis en désaccord avec Olivier Faure (« Lucien Febvre et les historiens : un singulier destin », Cahiers d’histoire, 1993, n° 2, p. 203-208), sceptique sur les méthodes et le contenu du livre de Peter Schöttler ; « inutile et suspect », ce livre explique peu selon lui « la fabrication de l’histoire en ce temps-là, la seule chose qui nous importe », parce que « Lucie Varga n’obtint jamais aucun poste et n’eut pas le temps d’imprimer sa marque à la recherche historique ». Je comprends mal l’insistance d’Olivier Faure à dénier toute originalité et maîtrise à Lucie Varga – les « textes choisis » publiés par Peter Schöttler en témoignent amplement –, et à répondre par les mérites d’historien de Lucien Febvre qui ne sont absolument pas en cause.

21 Le premier numéro des Annales d’histoire économique et sociale paraît en janvier 1929.

22 Thèrèse Sclafert, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, EPHE, VIe section, Centre de recherches historiques, Paris, 1959.

23 Là encore c’est le terme de gender qui est utilisé par les historiennes américaines.

24 Par leur choix d’articles et d’auteurs, leurs éditoriaux et manifestes programmatiques, leurs critiques de livres, les revues professionnelles sont certainement une source intéressante à exploiter.

25 [Depuis la première édition de cet ouvrage, ces recherches ont été entreprises en France et ailleurs. Signalons la parution, après le maître-livre de Bonnie Smith sur le genre de l’histoire (1998), du colloque de Bologne sur les historiennes d’hier et d’aujourd’hui (Palazzi et Porciani 2004) et du séminaire tenu à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine ces dernières années (Pellegrin 2006). On y trouve notamment les contributions d’Isabelle Ernot qui a soutenu en 2004 une thèse sur « la préhistoire » de l’histoire des femmes, croisant l’approche biographique d’un grand nombre d’intellectuelles oubliées à une étude des représentations historiques qui offre, sur le long terme, un mode de lecture des relations de genre dans la société française. Elle y a promu un usage large (au-delà de l’institution historique) et heuristique de la qualification d’historienne et vient de répondre, avec clarté et nuances (Ernot 2007), aux réserves exprimées à cet égard.]

26 Leurs travaux les plus connus sont les suivants : Suzanne Grinberg, Historique du mouvement suffragiste depuis 1848, Paris, Henri Goulet, 1926 ; Marguerite Thibert, Le féminisme dans le socialisme français de 1830 à 1850, Paris, Giard, 1926 ; Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan, Paris, Giard, 1925.

27 La lingerie et les lingères (1928), Histoire des dames employées dans les Postes, télégraphes et téléphones de 1714 à 1929 (1930). Jeanne Bouvier a aussi publié Les femmes pendant la Révolution, leur action politique, sociale, économique, militaire, leur courage devant l’échafaud (1932), Mes mémoires (1936 ; réédition en 1983 à La Découverte/Maspéro, avec introduction de Daniel Armogathe), et rassemblé 270 000 notices biographiques pour un dictionnaire (inédit) des femmes célèbres… Pour plus de détails sur ces premier (ère) s historien (ne) s des femmes, voir Christine Bard 1995 (et plus encore la thèse dont est issu le livre).

28 Léon Abensour a publié Le féminisme sous le règne de Louis Philippe et en 1848 (1913), Les vaillantes – héroïnes, martyres et remplaçantes (1917), Histoire générale du féminisme des origines à nos jours (1921), La femme et le féminisme avant la Révolution (1923), Le problème féministe : un cas d’aspiration collective vers l’égalité (1927).

29 Les éditions Viviane Hamy ont publié en 1995 trois inédits d’Edith Thomas présentés par l’Américaine Dorothy Kaufmann qui s’intéresse depuis longtemps à cette historienne, romancière et journaliste ; il s’agit de ses mémoires rédigés en 1952 (Le témoin compromis), d’extraits de son journal intime tenu entre 1939 et 1944 et du journal fictif d’un bourgeois pétainiste, écrit entre 1940 et 1941 (Pages de journal 1939-1944 suivies de Journal intime de Monsieur Costedet). [Une biographie d’Edith Thomas par Dorothy Kaufmann vient de paraître début 2007.]

30 Dans un article de l’American Historical Review de 1988, Natalie Zemon Davis a comparé les carrières et comportements professionnels de Marc Bloch et d’Eileen Power, engagés dans le même combat pour une histoire économique et sociale du Moyen Âge et admirateurs l’un de l’autre, pour souligner de grandes différences dans leur style personnel et la composition (bien plus mixte en Angleterre) de leur entourage professionnel.

31 Medieval English Nunneries paraît en 1922, Medieval Women, texte fondateur pour la nouvelle histoire des femmes, est un livre posthume publié seulement dans les années 1970, grâce à la deuxième femme de son mari, Cynthia Postan.

32 Les quatre volumes sont les suivants : Préhistoire et Antiquité ; L’Occident des Celtes à la Renaissance ; L’Orient, l’Afrique Noire, l’Asie, l’Océanie, et l’Amérique précolombienne ; Sociétés modernes et contemporaines.

33 Rappelons que c’est ainsi que s’intitulent les trois parties de Faire de l’histoire, publié en 1974 sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora.

34 Philippe Ariès a publié en 1960 L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime. Sur le quotidien, voir notamment Guy Thuillier (1977).

35 Notamment sous l’influence de l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss.

36 A. Burguière dirige le dictionnaire et rédige l’article « Anthropologie historique ».

37 Démographie historique et condition féminine.

38 Recenser des ouvrages m’emmènerait trop loin ; citons, au risque d’en oublier, quelques noms d’historiens : E. A. Wrigley, Peter Laslett, Richard Wall, Edward Shorter, Jack Goody, Lawrence Stone, Louis Henri, Jacques Dupaquier, André Burguière, Jean-Louis Flandrin, E. Le Roy Ladurie. Le numéro spécial des Annales intitulé Famille et société (n° 4-5, 1972) fournit une vue d’ensemble.

39 Sur ce point, voir aussi le catalogue de l’exposition de l’automne 1973 au musée des Arts et traditions populaires : Mari et femme dans la France rurale traditionnelle.

40 Le sous-titre de son livre est plus explicite : La laveuse, la couturière, la cuisinière.

41 L’ensemble est préfacé par Claude Lévi-Strauss, les deux tomes respectivement par Georges Duby et Jack Goody.

42 Ce terme se trouve dans le titre d’un court article de l’Histoire (« Michel Foucault et les historiens : le malentendu », n° 154, avril 1992) qui fait écho à deux articles plus anciens du Magazine littéraire : « Face à l’histoire » (Arlette Farge, n° 207, 1984) et « Foucault et les historiens » (entretien avec Jacques Revel, n° 101, 1975). La lecture de Foucault par les historiens et d’autres a été réactivée par la publication au début des années 1990 de Dits et écrits 1954-1988 (Daniel Defert et François Ewald 1994, 4 volumes) et celle de colloques tenus au même moment : Michel Foucault dix ans après. Écrire, diffuser, traduire (Université Paris 7, décembre 1994, avec une communication de Jana Sawicki sur la théorie féministe et Foucault) ; L’histoire au risque de Foucault (Beaubourg 1995, avec une communication de Michelle Perrot sur Foucault et l’histoire des femmes). Sur Foucault, voir notamment Dreyfus et Rabinow 1984, Revel 1986, Brossat 1994.

43 Parmi ces textes, je signalerai celui que j’ai le plus souvent rencontré dans les ouvrages américains et donc consulté : Judith Butler, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity (1990) [sa traduction française date de 2005].

44 Sur le féminisme américain, on peut consulter en français : Sara M. Evans (1991) et Ginette Castro (1984).

45 Thème alors prégnant de l’anthropologie féministe américaine, il est moins présent en France. Le livre de Pierre Samuel, Amazones, guerrières et gaillardes (1975) veut surtout montrer la force physique des femmes. Sur le mythe du matriarcat, voir Françoise Picq (1979) et Stella Georgoudi (1991).

46 La citation exacte est : « Je ne connais en tout cas pas d’historien qui puisse se passer d’un système de valeurs. »

47 Les révoltes logiques ont publié seize numéros de 1975 à 1981 aux éditions Solin et deux cahiers en 1984 et 1985 aux éditions La Découverte.

48 Les citations sont extraites du « manifeste » du Centre de recherches sur les idéologies de la révolte publié dans le premier numéro du Doctrinal de Sapience, et du feuillet d’annonce du premier numéro des Révoltes logiques ; je remercie Geneviève Fraisse de m’avoir envoyé ces documents.

49 Angliciste, Françoise Basch a par exemple effectué une des premières recherches sur « les femmes victoriennes » et utilisé à cet effet les sources littéraires. Sa thèse est devenue livre (1979).

50 Le colloque Les femmes et les sciences humaines n’a pas donné lieu à publication ; je remercie Michelle Perrot de m’avoir prêté sa communication intitulée « Où en est l’histoire des femmes ? »

51 Comme cela est fréquent aux États-Unis, ces deux articles de revue sont repris en 1976 dans l’ouvrage édité par Berenice A. Carroll, Liberating Women’s History : Theoretical and Critical Essays. Quelques années plus tard (1979), Gerda Lerner publiera un livre qui fit date et au titre significatif : The Majority Finds its Past.

52 J’ai d’ailleurs découvert tardivement, au début des années 1980, en écrivant un livre sur les femmes pendant la Grande Guerre (Thébaud 1986a), l’existence d’un épais diplôme d’études supérieures effectué par Yvonne Delatour sous la direction de René Rémond et soutenu en 1965 : Les effets de la guerre sur la situation de la Française d’après la presse féminine 1914-1918.

53 La remarque est d’Anne-Marie Sohn (1996a, p. 11).

54 En 1965, dans l’introduction du colloque L’histoire sociale. Sources et méthodes (publié en 1967), Ernest Labrousse soulignait que l’école historique française est « la plus anciennement et la plus profondément sociale de toutes les écoles historiques du monde ». Les années 1960 et le début des années 1970 sont l’époque des grandes thèses sur le mouvement ouvrier – celles de Michelle Perrot (Les ouvriers en grève, France 1871-1890, Paris, Mouton, 1974) et d’Yves Lequin (Les ouvriers de la région lyonnaise dans la seconde moitié du XIXe siècle, 1848-1914, Lyon, Presses universitiares de Lyon, 1977) –, de la mise en chantier puis de la parution de l’Histoire économique du monde sous la direction de Pierre Léon, et de l’Histoire économique et sociale de la France sous la direction de F. Braudel et E. Labrousse.

55 Dans une communication au colloque de Malaga, 1er au 4 décembre 1992, El trabajo de las mujeres. Pasado y presente : « L’approche historique et sociologique du travail des femmes en France. »

56 Intitulée « Women’s work and the family in nineteenth century Europe », la communication de Joan Scott et Louise Tilly est citée par Michelle Perrot au colloque d’Aix-en-Provence (1975). Ces deux historiennes américaines développent leur thèse dans un ouvrage paru aux États-Unis en 1978 (Women, Work and Family) et traduit tardivement en France (1987).

57 Entre 1978 et 1984, sont ainsi réédités, sur la question du travail des femmes et plus généralement de leur expérience et de leurs droits, des textes d’Hubertine Auclert, Bettina Brentano von Arnim, Hélène Brion, Maria Deraismes, Emma Goldman, Paule Minck, Madeleine Pelletier, Nelly Roussel.

58 La remarque est faite par Cécile Dauphin dans l’entrée « Femmes » qu’elle rédige pour La nouvelle histoire (1978).

59 Né au milieu des années 1970, History Workshop, a Journal of Socialist Historians modifie son sous-titre en 1982 (à partir du n° 13) – A journal of Socialist and Feminist Historians –, pour affirmer son intérêt et son engagement pour l’histoire des femmes. En 1995, il abandonne tout sous-titre.

60 Michelle Perrot y réclamait déjà la constitution d’un fichier de travaux en histoire des femmes, fichier jamais réalisé. Signalons toutefois la bibliographie interdisciplinaire établie par Nicole Demouge et Guy Olivier au laboratoire Erestrate de l’Université de Nancy 2 : Les femmes : repères bibliographiques. Une approche interdisciplinaire à travers l’exemple du Canada et de la France.

61 La thèse de troisième cycle de Francis Ronsin – Mouvements et courant néo-malthusiens en France, 1880-1914 (direction Michelle Perrot) – a été complétée pour devenir livre : La grève des ventres, propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité française, XIXe-XXe siècles (1980). Sur cette question comme sur d’autres, Roger-Henri Guerrand avait ouvert la voie en 1971 avec La libre maternité.

62 Après sa maîtrise menée avec Magda Safwan, Claude Maignien préface et annote la réédition en 1978 chez Syros de L’éducation féministe des filles de Madeleine Pelletier.

63 Il y a, sur la saint-simonienne Eugénie Niboyet, de nombreux travaux postérieurs à ces premières recherches des années 1970, notamment : Planté (1983, 1986) ; Czyba (1986) ; Riot-Sarcey (1994).

64 . Ce thème est aussi abordé dans une perspective plus générale et de façon pionnière par Van Ussel (1977) ou Zeldin (1977).

65 Edward Shorter a écrit de nombreux articles et ouvrages. En français, on peut lire notamment Naissance de la famille moderne XVIIIe-XXe siècles (1977), traduction de The Making of Modern Family (1975), et Le corps des femmes (1984).

66 Depuis lors, Angus McLaren a poursuivi ses travaux sur les comportements sexuels et les politiques démographiques en Grande-Bretagne, au Canada et secondairement en France. En 1996 a été traduite en français son histoire de la contraception de l’Antiquité à nos jours.

67 Ainsi, nous écrivions en introduction : « Quant au mouvement ouvrier, principale force de contestation du “vieux monde”, de son attitude face à la mobilisation des femmes dans la métallurgie, face aux conditions de travail, face à la maternité ouvrière, dépendait en grande partie que les femmes puissent tirer de leur nouvelle situation toutes les conséquences : l’acquisition, comme le souhaitait Péricat (leader de la fédération CGT du bâtiment) en 1912, d’une “conscience de classe qui la rattache au prolétariat dont elle est, et qui lui confère le sens de la dignité personnelle, de la dignité collective”. » En conclusion, nous faisions aussi une référence très datée au livre que Claudie Broyelle venait de publier sur les femmes chinoises, La moitié du ciel (Paris, Denoël Gonthier, 1973).

68 L’éditorial du premier numéro paru en juin 1979 l’affirme explicitement : « Nous ne voulons pas créer un “ghetto” de l’histoire des femmes. » Plus d’informations sur Pénélope seront données dans la deuxième partie de cet ouvrage.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search