Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Introduction de la première édition

Texte intégral

  • 1 Le français dispose d’un seul terme pour évoquer à la fois la réalité passée et le travail intelle (...)
  • 2 Cet essai ouvre l’ouvrage codirigé avec Roger Chartier et Jacques Revel et intitulé La nouvelle hi (...)
  • 3 Les articulations de l’article de Jacques Le Goff sont les suivantes : La place originale de l’his (...)

1Au cœur des années 1990, le moment est-il venu d’écrire l’histoire de l’histoire des femmes1 ? À beaucoup comme à moi-même, l’entreprise paraîtra prématurée, ambitieuse, démesurée et d’aucuns me jugeront beaucoup trop engagée dans la discipline pour en parler avec assez de distance critique. Aussi dirai-je d’emblée, puisque la comparaison avec la « nouvelle histoire » sera filée, que cet opuscule ressemble plus à l’essai de Jacques Le Goff « L’histoire nouvelle » paru en 19782 qu’aux plus récentes, plus denses et plus critiques histoires de ce courant écrites par des historiens plus extérieurs : notamment Hervé Coutau-Bégarie (1983) et François Dosse (1987) pour une lecture iconoclaste, ou bien Olivier Dumoulin (1983) pour une approche plus sereine. Comme mon illustre collègue, plus maladroitement peut-être, je tente ici de rendre compte en actrice d’une aventure intellectuelle, de faire comprendre ses origines, ses thématiques, ses inflexions successives, ses tâches à venir3. Animée pour cela d’une triple motivation.

2Il me paraît d’abord légitime de contribuer à forger, même de façon partielle, une mémoire de quelque vingt-cinq années de recherche française en histoire des femmes, mémoire nécessaire à tout champ disciplinaire pour aller de l’avant. À l’origine de ce travail, il y a sans doute l’impression curieuse d’entendre à plusieurs reprises, dans des colloques récents, des propos déjà tenus des années auparavant, et le sentiment corrélatif d’une difficile transmission des acquis d’une génération à l’autre. Il y a aussi une curiosité plus personnelle à l’égard de la pratique et des développements de l’histoire des femmes aux États-Unis, l’envie de comprendre et de mettre de l’ordre dans les quelques bribes qui m’étaient parvenues, afin d’en tirer peut-être matière à réflexion, d’être apte tout au moins à ne pas céder aux critiques ou aux modes trop rapides.

  • 4 Le titre de couverture est Histoire des femmes mais le titre intérieur, plus conforme à la réalité (...)
  • 5 Cette citation est extraite de la courte préface « Écrire l’histoire des femmes » insérée au début (...)

3Troisième motivation, et non la moindre, le désir de faire connaître un domaine de recherche trop souvent ignoré, et de répondre ainsi à des jugements hâtifs, voire péjoratifs. Bien des collègues historiens craignent une histoire militante ou hors des sentiers de la discipline. D’autres classent l’histoire des femmes, de façon réductrice, dans une catégorie connue : en général l’histoire des mentalités ou l’histoire sociale, cette dernière ayant, il est vrai, une ambition plus totalisante. Ainsi, Alain Boureau, dans un article programmatique de 1989, inscrivait-il d’abord l’histoire des femmes, aux côtés de celle du peuple, du sexe et des corps, dans une histoire des mentalités conçue comme « le refuge des objets historiques exclus par “l’histoire normale” », avant de lui accorder le statut actuel mal défini de discipline indépendante, improprement appelée gender studies : « Quelque chose comme l’histoire sociale de la distinction entre hommes et femmes » (Boureau 1989, p. 1493). Plus récemment, il qualifiait d’« ouvrage collectif de vulgarisation » (Boureau 1995, p. 253) les quelque trois mille pages de la série Histoire des femmes4 (Duby et Perrot 1991-1992), qui se voulait pourtant, avec la conscience du travail accompli et de ses limites, « bilan provisoire, instrument de travail, plaisir de l’Histoire, lieu de mémoire »5. Pareille appellation, inimaginable pour toute autre collection de format équivalent dont la France semble s’être fait une spécialité – par exemple l’Histoire de la France urbaine également dirigée par Georges Duby –, invite, par-delà la polémique, à préciser les choses et à proposer un dia logue plus serein. Comme l’écrit joliment Arlette Farge dans un bilan récent de cinquante ans d’histoire sociale en France, où elle accorde quelques pages à l’histoire des femmes, pour en esquisser trop rapidement l’évolution d’une histoire des « minorités et des déviances » à celle de « la construction sociale des rôles sexuels » : « Dire le relatif silence qui se fait sur cette histoire fait partie de l’histoire » (Farge 1995, p. 295). Pourquoi ne pas essayer de briser ce silence, tenter de faire entendre la richesse et la complexité de cette histoire-là ?

4Comme tout projet de cette nature, qui est autant ou plus un discours sur l’histoire que sur les réalités du passé dont elle est censée rendre compte, celui-ci comporte de multiples risques. Et d’abord celui de ne pas rencontrer un public féru d’histoire mais rebuté par l’historiographie ou l’épistémologie de la discipline. Il peut aussi agacer une large partie de la corporation historienne, attachée – c’est particulièrement vrai en France où la tradition historiographique s’est longtemps gardée de toute philosophie de l’histoire – à une discipline fondamentalement empirique. Il prend enfin le risque d’oublier, par mégarde ou ignorance, de citer tel ou tel ouvrage, de mal le lire ou bien encore d’en rendre compte de façon trop allusive, et de mécontenter ainsi des chercheuses et des chercheurs passionnés de leurs sujets. L’exhaustivité de lecture est hors de portée d’une seule personne, particulièrement pour les travaux étrangers qui se comptent par milliers, et les pages qui suivent doivent être comprises, par-delà l’honnêteté qui m’anime, comme une lecture personnelle qui appelle de ses vœux commentaires et précisions, ainsi que des travaux ultérieurs.

5Cependant le texte présenté, réécriture de ce qui était à l’origine un mémoire soutenu en janvier 1995 pour le diplôme d’habilitation à diriger des recherches, me semble trouver justification, voire utilité dans le contexte actuel. Pour ce qui nous concerne ici, ce dernier se caractérise en effet, d’une part par le développement de la réflexion épistémologique dans la production historienne française, d’autre part par une nouvelle poussée d’anti-américanisme centrée sur la dénonciation de la political correctness et des méfaits du féminisme d’outre-Atlantique dans la société et l’Université.

  • 6 Voir les réflexions qu’il m’a inspirées en conclusion.
  • 7 Dès 1986, dans le numéro 12 de la revue Vingtième siècle, Daniel Roche appelait les historiens à e (...)
  • 8 Le livre de Gérard Noiriel le montre avec érudition.
  • 9 Ils s’intitulent de façon significative « Nouveaux problèmes », « Nouvelles approches », « Nouveau (...)

6Pour Gérard Noiriel, qui propose aujourd’hui une clarification collective des pratiques du métier d’historien dans ses trois dimensions de savoir, mémoire et pouvoir et dont la lecture stimulante a accompagné les derniers temps de ce travail6, ces débats épistémologiques, joints aux mutations récentes du métier7, alimentent chez les historiens le sentiment d’une crise de l’histoire et accentuent leurs divisions (Noiriel 1996). Ils sont le signe aussi, me semble-t-il, de la vitalité de la discipline historique qui a toujours réfléchi sur elle-même et entretenu depuis un siècle des relations complexes avec la philosophie8. Quoi qu’il en soit, l’optimisme conquérant de la « nouvelle histoire » – manifestée par exemple dans les trois volets de Faire de l’histoire9 publié en 1974 sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora – a fait place effectivement, dans les années quatre-vingt, aux incertitudes et aux doutes, à la mise en question des notions, catégories et méthodes utilisées – classes sociales, catégories socio-professionnelles, méthodes quantitatives notamment –, ainsi qu’à la crise des paradigmes unifiants comme le marxisme, le structuralisme ou le fonctionnalisme.

  • 10 De Jacques Rancière voir aussi : Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir (1992).
  • 11 L’appel au tournant critique est lancé par les Annales dans son numéro de mars-avril 1988 (« Histo (...)
  • 12 Ce colloque est organisé par Christophe Charle à l’ENS d’Ulm les 27 et 28 janvier 1989, et publié (...)
  • 13 Ils méritent d’être mentionnés ici intégralement : Passés recomposés. Champs et chantiers de l’his (...)
  • 14 Je pense notamment à celle d’Antoine Prost dans Le mouvement social de janvier-mars 1996 ; elle s’ (...)

7Bousculée par l’actualité ou les nouvelles théories de la connaissance, l’histoire s’interroge sur ses critères d’intelligibilité du passé, sa vérité, son objectivité ; elle se plonge pour y répondre dans les délices de l’historiographie critique, au risque d’y perdre sa spécificité, pour y gagner peut-être une nouvelle légitimité. Comme l’écrit Jacques Rancière, philosophe et historien, « une réflexion sur l’écriture de l’histoire est une des voies par laquelle peut passer aujourd’hui une réflexion nouvelle sur l’objet historique » (Rancière 1994, p. 195)10. Manifeste dans le « tournant critique » des Annales, qui propose en 1989 de devenir un « lieu d’expérimentation » de nouveaux rapports entre histoire et sciences sociales11, ou bien encore au colloque Histoire sociale, histoire globale ? qui entend, au-delà du constat, réagir contre l’éclatement de l’histoire sociale12, cette réflexion a pris une nouvelle actualité en 1995 avec la publication presque simultanée de quatre ouvrages collectifs de bonne taille (Boutier et Julia, Bédarida, Lepetit, et le numéro triple de la revue EspacesTemps). Ces ouvrages aux titres significatifs13 – de Passés recomposés au Temps réfléchi, en passant par Les formes de l’expérience – ont suscité eux-mêmes des recensions critiques14 apportant leur pierre au débat.

  • 15 Intitulée « Femmes/hommes : une question subversive », elle est résumée par la for mule récurrente (...)

8Or, cet état des lieux qui, par-delà le constat de crise, propose des manières de faire et analyse les évolutions en cours – réintroduction des acteurs insérés dans de multiples réseaux qui façonnent identités et liens sociaux complexes, attention aux paroles et parcours singuliers comme aux catégories historiquement construites de la connaissance historique, dialogue avec les philosophes et prise en compte de la dimension narrative de l’histoire –, accorde peu de place à l’histoire des femmes. Outre les pages déjà citées d’Arlette Farge, une seule contribution lui est consacrée, incluse dans le thème « Mutations » de Passés recomposés et rédigée avec optimisme par la Britannique Olwen Hufton15. Pourtant, en France comme ailleurs, l’histoire des femmes est bien vivante ; elle a, comme cet ouvrage voudrait le montrer, sa place dans le questionnement historiographique actuel et son mot à dire sur les tendances esquissées.

  • 16 Il s’est exprimé notamment dans la revue Le débat qui, en novembre-décembre 1995 (numéro 87, p. 11 (...)

9Mon propos intervient aussi dans le cadre du débat contradictoire16 suscité en France par le livre de l’historienne Mona Ozouf Les mots des femmes. Essai sur la singularité française (1995). À travers dix portraits de femmes superbement écrits et un essai plus polémique, le livre entend montrer, par une comparaison souvent rapide avec un modèle américain, la singularité privilégiée des rapports de sexe en France : les hommes et les femmes y entretiendraient des relations sans agressivité, reposant plus, dans la lignée de la société de cour et des salons des Lumières relayée par l’individualisme démocratique, sur la séduction et l’échange que sur l’affrontement. Attribuée à notre « génie national », cette particularité aurait gêné le développement d’une conscience identitaire des femmes et l’affirmation du féminisme, dont la faiblesse est, une fois encore répétée, à l’encontre des conclusions des travaux les plus récents (Klejman et Rochefort 1989 ; Picq 1993 ; Riot-Sarcey 1994 ; Bard 1995 ; Chaperon 1996). Cette faiblesse est opposée à la guerre des sexes d’un féminisme américain présenté comme un tout homogène et sans historicité. Au passage, l’auteur égratigne les historiennes américaines et suspecte la rigueur historique de celles qui, comme Joan Scott, fondent leurs analyses en termes de pouvoir et sur la conscience que « la différence des sexes est un ensemble de relations culturellement et historiquement spécifiques » (Scott 1995, p. 136).

  • 17 Numéro 43, juillet-septembre 1994. Le dossier (p. 3-42) s’intitule « Histoire au présent de la “po (...)

10Dans l’esprit du dossier de la revue Vingtième siècle qui a tenté, dans son numéro de l’été 1994, de resituer historiquement et politiquement le débat américain sur « le politiquement correct »17, mon propos historiographique et mon intrusion dans les recherches américaines constituent une forme de réponse non polémique à la thèse de Mona Ozouf et plus encore à ses effets négatifs sur le champ disciplinaire de l’histoire des femmes, qui sort confirmée, au mieux dans son inutilité, au pire dans son caractère outrancier et dangereux. Son essai sur la singularité française, qui « séduira, comme l’a écrit Michelle Perrot dans le journal Libération du 30 mars 1995, tous ceux qui rêvent d’un monde sans conflits de sexes », risque ainsi de conforter la méfiance des historiens français et la marginalisation institutionnelle de l’histoire des femmes.

  • 18 Le poids des cultures politiques nationales dans ses rapports au féminisme (et donc indirectement (...)

11Les motivations, les risques et les justifications énoncées, il reste à dire maintenant ce qu’est et ce que n’est pas cet ouvrage, à préciser son mode d’approche du phénomène histoire des femmes. Rappelons d’abord que cet ouvrage garde les dimensions et les limites d’un essai. Il ne peut qu’esquisser, en privilégiant les plus accessibles, les multiples facettes qu’abordera nécessairement un jour une thèse d’histoire culturelle sur ce sujet : les conditions intellectuelles et sociales d’émergence, les individus et les réseaux de promotion, les principales productions et directions de recherche, la diversité dans le temps et dans l’espace des théories mises en œuvre et des pratiques historiographiques, les débats et les conflits internes, la réceptivité ou les résistances des institutions, les effets (et leurs voies) sur la discipline historique, l’enseignement et la société. Il ne peut pas non plus embrasser la large perspective comparative que justifie son objet. Car l’histoire des femmes est un phénomène international – occidental à ses débuts –, mais qui revêt dans ses recherches et ses structures des visages nationaux, fonction de l’organisation des champs académiques et plus généralement des rapports de sexe dans telle ou telle société ainsi que des cultures politiques nationales18. Quoiqu’averti de tout cela, mon propos sera nécessairement moins ample et moins systématique, privilégiant le parcours méthodologique et historiographique français.

  • 19 Ce livre contient sept articles méthodologiques et dix-neuf articles sur « The State of the Art in (...)
  • 20 Sans prétendre être exhaustif, on peut citer : Eliane Gubin, « Histoire des femmes, histoire de ge (...)

12À ma connaissance, il ne semble pas y avoir encore, dans aucun pays, de large étude comparative du phénomène histoire des femmes, tout au plus la thèse de sciences de l’éducation soutenue à Londres en 1986 par Renate Duelli Klein, The Dynamics of Women’s Studies : An Exploratory Study of its International Ideas and Practices in Higher Education. Mais la création en 1987, comme commission interne du Comité international des sciences historiques, d’une Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes a suscité, dans un esprit de dialogue et avec un objectif de visibilité, une première série de bilans parus dans le cadre de l’ouvrage collectif Writing Women’s History : International Perspectives (Offen et al. 1991)19. Cette série a été suivie d’une seconde vague de publications toute récente, plus éclatée mais particulièrement significative20. Dernière justification s’il en est besoin : mon travail s’inscrit dans ce mouvement de réévaluation d’un champ de recherche et espère contribuer au dialogue international qu’il peut susciter.

  • 21 Cette publication a suscité des réactions très diverses, notamment parmi les générations plus jeun (...)
  • 22 C’est à cela qu’invite finalement la rédaction d’une synthèse pour l’habilitation à diriger des re (...)

13Pénétrant sans effraction, presque avec délicatesse, dans ces récits d’« historiens cherch[ant] à se faire les historiens d’eux-mêmes », j’avais beaucoup aimé, lorsqu’ils parurent en 1987, les Essais d’ego-histoire (Nora 1987)21. Parce qu’ils humanisaient des noms bien connus. Pour le projet qu’ils représentaient : contribuer, selon les mots de Pierre Nora, à l’élaboration d’« un genre nouveau, pour un nouvel âge de la science historique », âge marqué par « l’ébranlement des repères classiques de l’objectivité historique » et par « l’investissement du présent par le regard historique » (Nora 1987, p. 5). Parce qu’ils me renvoyaient à ma propre histoire, à mon parcours fait de hasards et de nécessités, où mai 1968 et ses prolongements jouèrent un rôle décisif dans le « choix » de l’histoire et des thématiques abordées : l’histoire contemporaine, l’histoire des femmes… Si le genre, dont l’autonomie n’est pas facile à trouver entre de classiques mémoires et une auto-psychanalyse, ne s’est pas vraiment développé, il a, me semble-t-il, accru chez les historiens le besoin de regarder d’où ils viennent et comment ils travaillent, de faire le point de temps à autre22.

14Dans cet esprit, j’éviterai les confidences sur mes origines, mes choix et ma carrière mais n’hésiterai pas à évoquer mes propres recherches et mon parcours d’historienne qui m’apparaît au demeurant assez représentatif de l’évolution de l’histoire des femmes. En laissant aux critiques futures le soin de dire si cette affirmation de représentativité ne serait que l’illusion rassurante d’un regard personnel, en espérant ne pas avoir été trop aveugle à l’expression de courants plus marginaux. Au seuil de ces pages, le lecteur doit cependant être averti d’une limite imputable à l’incapacité d’un seul individu à tout embrasser et à l’organisation des carrières universitaires françaises qui spécialise les enseignants-chercheurs par période. Le panorama proposé ici porte essentiellement sur l’écriture de l’histoire des femmes en histoire contemporaine (XIXe et XXe siècles) avec seulement quelques incursions en histoire moderne. De ce fait, il néglige ou n’effleure que rapidement les problématiques et modes d’approche anthropologiques plus développés par les historiens et historiennes de l’Antiquité, du Moyen Âge et de l’époque moderne, qui ont par exemple mené une réflexion commune avec les ethnologues de la parenté sur la question des femmes et du patrimoine dans les sociétés européennes, ou se sont inspirés de l’ethnologie du symbolique pour comprendre la production sociale du masculin et du féminin.

  • 23 Catherine Coquery-Vidrovitch a publié récemment : Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique no (...)
  • 24 Dans un ouvrage récent, Masculin/Féminin. La pensée de la différence (1996), Françoise Héritier pr (...)

15Comme l’histoire contemporaine générale, l’histoire contemporaine des femmes a jusqu’ici peu noué d’échanges avec l’ethnologie, malgré les travaux pionniers d’Yvonne Verdier sur la symbolique des fonctions féminines dans le village de Minot (Verdier 1979) ou ceux d’Agnès Fine sur le trousseau et la parenté spirituelle (1984, 1994). L’histoire des femmes s’est même parfois définie, comme pour l’histoire des femmes africaines impulsée par Catherine Coquery-Vidrovitch, contre l’anthropologie23. Cependant, cet état de fait ne présume pas de l’avenir des relations entre ces deux disciplines complémentaires pour comprendre tout à la fois le féminin, la différence des sexes et la suprématie masculine, la prise de conscience de la persistance des inégalités malgré des mutations historiques récentes ne pouvant qu’inciter à la collaboration24. Il ne justifie pas non plus à mes yeux la définition quelque peu réductrice d’une histoire contemporaine des femmes trop axée sur l’analyse des pouvoirs et réticente à l’approche culturelle du masculin et du féminin. Comme cet essai espère le montrer, l’histoire des femmes s’est aussi intéressée, dans ses développements les plus récents, à ce qui structure la pensée de la différence des sexes.

  • 25 Mémoires de maîtrise et thèses non publiées qu’il faudrait recenser et cataloguer.
  • 26 Par exemple la série Histoire des femmes diffusée à environ 20 000 exemplaires en France.
  • 27 L’histoire de chaque école historique est aussi celle de résistances rencontrées et surmontées, co (...)

16Bribes d’une éventuelle thèse d’histoire culturelle, échappées d’ego-histoire, les pages qui suivent voudraient, en effet, être aussi autre chose. Et d’abord un manifeste de défense et illustration de l’histoire des femmes, qui en France comme ailleurs, a produit depuis vingt ans une importante littérature grise25, a connu des succès de librairie qui montrent une réceptivité du public et peut-être une demande sociale26, mais reste un domaine marginal et marginalisé de l’Université et de la recherche françaises. Je n’évoquerai que rapidement son histoire institutionnelle et je ne tenterai pas d’expliquer longuement les résistances rencontrées, où interviennent spécifiquement la place de l’histoire dans notre culture nationale et la force des écoles historiques françaises27. Au profit d’un exposé qui, retraçant les différentes étapes de l’émergence à aujourd’hui – puis-je dire de l’enfance à la maturité ? – peut souligner la richesse de l’histoire des femmes et ses apports possibles à la discipline historique : richesse des thématiques abordées qui apporte un éclairage complémentaire ou contribue au renouvellement des grandes questions historiques, richesse de la réflexion méthodologique sur l’écriture de l’histoire, source de multiples débats dont il sera fait état.

  • 28 Voir, par exemple, le numéro spécial de la Revue d’histoire moderne et contemporaine de janvier-ma (...)
  • 29 Annales ESC, juillet-août 1993 (p. 998-1051). Il s’agit, suivies de nombreux comptes rendus, des l (...)
  • 30 De « Économies, sociétés, civilisations » à « Histoire, sciences sociales » en janvier-février 199 (...)
  • 31 Voir l’éditorial « Histoire, sciences sociales » du premier numéro intitulé Annales HSS. L’interro (...)
  • 32 L’expression est d’Antoine Prost (1995) qui donne raison à Gérard Noiriel et cite son intervention (...)

17Sans doute stimulée par sa faible légitimité, l’histoire des femmes s’est, à chaque étape de son développement, interrogée sur ses méthodes. Elle s’est mise à la recherche d’une théorie ou tout au moins de concepts offrant des réponses satisfaisantes aux questions qu’elle posait et se posait, et d’abord celle à laquelle est confrontée l’histoire de n’importe quel groupe : sur quelles bases partage-t-il une expérience historique commune ? De plus en plus sophistiquée, l’histoire des femmes apparaît aujourd’hui, particulièrement aux États-Unis, comme un des courants les plus théoricistes de l’histoire. S’il peut conduire à des dérives, ce souci théorique peut aussi être entendu et rencontrer les préoccupations de certains courants de l’histoire sociale et plus encore d’une histoire culturelle en pleine rénovation et à la recherche de ses marques28. Il m’apparaît fort significatif que la prestigieuse revue des Annales, longtemps hermétique aux productions de l’histoire des femmes, ait publié en 1993 un gros dossier « Histoire des femmes, histoire sociale »29 et qu’elle ait, plus récemment encore, en changeant de sous-titre30, affiché une priorité pour les « processus de connaissance »31. Je souscris cependant tout à fait à la nécessité ressentie par maints historiens et réaffirmée avec force par Gérard Noiriel dans son dernier ouvrage, de ne pas dissocier, dans toute présentation, interrogation sur les méthodes et exemples de leur mise en œuvre, de « toujours entrer dans le concret des choses » (Prost 1996, p. 19)32. Comme l’écrivait d’ailleurs dès 1976 une des pionnières américaines, Berenice A. Carroll, dans l’introduction du livre collectif Liberating Women’s History, une théorie de l’histoire des femmes qui ne s’appuierait pas sur des travaux empiriques fournissant une large information serait « au mieux hypothétique, au pire irréelle et stérile » (Carroll 1976, p. xi).

  • 33 Feminist Periodicals publié par Phyllis Holman Weisbard, Women’s Studies Librarian, University of (...)
  • 34 Par exemple, The American Historical Review, volume 89, n° 3, juin 1984 : Women’s History Today ou (...)

18Autour de Une histoire des femmes est-elle possible ? publiée en 1984 sous la direction de Michelle Perrot, les historiennes françaises ont produit maints articles et ouvrages, le plus souvent collectifs, qui seront abondamment cités. Mais antériorité et ampleur de la production font incontestablement des États-Unis, relayés par la Grande-Bretagne, le pays le plus novateur en matière d’histoire des femmes, l’inventeur par exemple des concepts de gender et gender system, aux acceptions aujourd’hui multiples. C’est aussi un pays qui s’est donné les moyens d’être un lieu d’échanges et de controverses sur les thématiques et les façons de faire, par une ample politique éditoriale d’ouvrages et de revues : fin 1993, la bibliothèque de l’université du Wisconsin recensait 114 « périodiques féministes »33 anglophones, pour la plupart des périodiques interdisciplinaires de women’s studies des universités américaines, comme Feminist Studies (lancé en 1972, c’est l’un des plus anciens), Frontiers (1975), Signs (1975), Gender and Society (1987). Les revues spécifiques d’histoire sont apparues plus récemment, comme Journal of Women’s History (1989) ou deux revues britanniques particulièrement dynamiques, Gender & History (1989) et Women’s History Review (1992). Des articles d’histoire des femmes paraissent aussi de façon significative dans Critical Inquiry ou History and Theory, tandis que les revues prestigieuses comme The American Historical Review ou French Historical Studies consacrent de temps à autre des numéros spéciaux à cette thématique34.

  • 35 En France, en dehors de la jeune revue Clio HFS, la revue la plus soucieuse de réflexion épistémol (...)
  • 36 En témoigne, par exemple, le numéro spécial (1996, n° 4) de la revue Women’s History Review dirigé (...)

19Du débat américain qui a pris une grande ampleur depuis une dizaine d’années, bien peu d’échos sont parvenus en France, faute de relais adéquats35. Or, s’il paraît parfois répétitif – chacun choisit son camp dans une société communautariste qui transforme souvent, me semble-t-il, des querelles d’écoles en enjeux politiques –, il ne peut être ignoré et a beaucoup à nous apprendre : le caractère international de l’histoire des femmes, qui touche aujourd’hui les anciens pays de l’Est36, les jeunes démocraties d’Amérique latine ou des États d’Asie et d’Afrique, est un atout majeur de légitimité comme le gage d’échanges fructueux et de développement futur. Ce pourrait donc être le dernier apport de ce travail qui, à une échelle modeste – l’exhaustivité de lecture est hors de portée, répétons-le une dernière fois, d’une seule personne –, représente un effort de médiation culturelle. J’évoquerai les contributions importantes de l’historiographie étrangère, essentiellement anglo-américaine – les travaux américains en histoire française sont d’ailleurs nombreux et peu connus –, et tenterai, à chaque étape de l’histoire des femmes, de mesurer leur influence sur l’historiographie française, ou plutôt de signaler les points de convergence et de divergence dans les interprétations et les pratiques. Car je m’interroge, sans toujours savoir y répondre, sur la part respective, dans la dynamique de l’histoire des femmes en France, des apports extérieurs et des mouvements de l’historiographie ou de la société françaises, et plus généralement sur l’existence de façons nationales d’écrire l’histoire des femmes. Cette dernière question, dont chacun peut mesurer aujourd’hui les risques de simplification, voire de caricature, reste légitime à mes yeux pour son pouvoir heuristique. Il ne s’agit pas, en effet, de distribuer des bons et des mauvais points, mais de situer les recherches françaises dans un ensemble international, pour établir des correspondances et dégager d’éventuelles spécificités qui mettront en relief, tant le travail accompli, que les tâches à venir.

20Avant de conclure, je tenterai aussi de donner du sens au débat contemporain, d’en préciser les enjeux et les questions essentielles, notamment les suivantes : le critère de sexe (au sens de rapport entre les sexes, le gender en anglais) ne risque-t-il pas de remplacer celui de classe, avec la même prétention totalisante, masquant le poids d’autres types de relations sociales et les singularités individuelles ? Faut-il faire une histoire des femmes (women’s history) ou une histoire des relations entre les sexes (gender history) ? Et quand on parle de gender history, de quelle « histoire du genre » s’agit-il ? Faut-il faire une histoire sociale des femmes ou une histoire des représentations ? Le tournant linguistique ne peut-il mener à une dérive langagière ?… Ces questions appellent des réponses et les choix sont fort divergents. J’en donnerai mon interprétation, dirai ce que j’en retiens, pour finalement arguer qu’il peut exister une voie originale en histoire des femmes, celle qui s’est progressivement dégagée en vingt-cinq ans d’existence, celle que je souhaite voir se développer en France : éclectique, ouverte au dialogue international comme au dialogue interne avec les autres courants de l’histoire, ouverte aux échanges avec d’autres disciplines mais capable d’affirmer sa spécificité…

  • 37 En passant par La nouvelle histoire (voir note 2), le Dictionnaire des sciences historiques (Burgu (...)

21Quelques mots, avant de clore cette introduction, des sources de ce travail, dont certaines ont déjà été évoquées. Pour la France, il a été facile à une actrice du mouvement décrit de rassembler les articles ou ouvrages de mise au point qui ponctuent les deux dernières décennies, de relire les actes des colloques successifs, de parcourir de nouveau les bulletins des quelques groupes ou séminaires de recherche (la plupart interdisciplinaires), de consulter les productions bien souvent plus théoriques d’autres disciplines, comme la sociologie, l’anthropologie ou la philosophie. J’y ai ajouté un regard sur les bilans historiographiques et les synthèses programmatiques, du célèbre Faire de l’histoire (Le Goff et Nora 1974) aux ouvrages déjà cités de l’année 199537. J’ai pu aussi pratiquer un peu d’« histoire orale », interrogeant les deux historiennes pionnières en ce domaine : d’une part, Michelle Perrot qui, à la rentrée 1973, organise à l’Université Paris 7 le premier cours – il s’intitulait « Les femmes ont-elles une histoire ? » – et dirige les premières recherches systématiques – dont mon mémoire de maîtrise –, avant de rédiger de nombreux articles bilans ; d’autre part, Yvonne Knibiehler de l’Université de Provence, où elle crée en 1972 le premier centre d’études féminines, avant de susciter en 1975 le premier colloque, malheureusement non publié, Les femmes et les sciences humaines. Qu’elles soient remerciées de leurs réponses et de leurs encouragements ainsi que Christine Bard, Anne Cova, Cécile Dauphin, Evelyne Diebolt, Arlette Farge, Geneviève Fraisse, Florence Rochefort et Eleni Varikas qui m’ont signalé ou envoyé des articles français ou étrangers.

  • 38 Il s’agit d’un ouvrage posthume.
  • 39 Deux articles de cet ouvrage sont disponibles en français : « Genre : Une catégorie utile d’analys (...)
  • 40 Ces bulletins sont une mine d’informations sur l’activité (colloques, publications) en histoire de (...)

22Acquise au fil des ans, ma documentation étrangère, d’où émergent quelques ouvrages collectifs et les recueils d’articles de Joan Kelly et Joan W. Scott – respectivement Women, History and Theory (1984)38 et Gender and the Politics of History (1988)39 –, a été complétée par imprégnation et regroupement de notes signalant les mêmes références, par la lecture des bulletins (newsletters) de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes40, et par la consultation des deux revues britanniques Gender & History et Women’s His tory Review qui ouvrent largement leurs colonnes aux étrangères, surtout américaines ; un grand merci à Laura Frader, Paula Schwartz et particulièrement à Siân Reynolds qui se sont prêtées à mes questions et demandes. À dominante anglo-américaine – avec quelques incursions au Canada anglophone et francophone –, cette documentation ne néglige cependant pas totalement d’autres pays européens avec des articles des Allemandes Gisela Bock et Ute Frevert, de l’Italienne Giana Pomata, des Espagnoles Isabel Morant et Mary Nash, de la Belge Eliane Gubin, de la Suissesse Brigitte Studer.

  • 41 Sur le modèle de la Revue d’histoire moderne et contemporaine déjà citée : Pour une histoire cultu (...)
  • 42 Sur le modèle du livre de Régis Debray qui m’avait marquée en son temps (1978) : Modeste contribut (...)
  • 43 Sur le modèle de la contribution d’Alain Corbin à la Revue d’histoire moderne et contemporaine (19 (...)

23Il reste la question non anodine du titre, qui recoupe celle, – j’y reviendrai –, de l’appellation de ce que nous faisons aujourd’hui après plus de vingt ans de pratique de l’histoire des femmes. J’ai hésité entre un titre militant et programmatique, Pour une histoire des femmes en France41 ; un titre anniversaire, Modeste contribution à un vingtième anniversaire42 ; un titre poétique, Esquisse panoramique d’une histoire méconnue43 ; un titre question, Qu’est-ce que l’histoire des femmes ? ou Où en est l’histoire des femmes ? ; un titre chronologique, De l’histoire des femmes à l’histoire des rapports entre les sexes ou De l’histoire des femmes à une lecture sexuée de l’histoire, ou bien encore De l’histoire des femmes à une histoire du genre ; pour finalement opter pour un titre plus neutre qui suggère pourtant un projet, un processus, un questionnement, ainsi qu’une histoire inachevée : Écrire l’histoire des femmes.

Notes

1 Le français dispose d’un seul terme pour évoquer à la fois la réalité passée et le travail intellectuel de lecture de ce passé. Dans cet ouvrage, sauf précision contraire, l’expression « histoire des femmes » évoque le champ disciplinaire « histoire des femmes » ou, comme l’indique le titre, l’écriture de l’histoire des femmes.

2 Cet essai ouvre l’ouvrage codirigé avec Roger Chartier et Jacques Revel et intitulé La nouvelle histoire. Les dix articles essentiels de cet ouvrage ont été réédités en livre de poche (Éditions Complexe), en 1988, sous la direction de Jacques Le Goff qui ajoute une nouvelle préface et des compléments bibliographiques.

3 Les articulations de l’article de Jacques Le Goff sont les suivantes : La place originale de l’histoire ; Naissance de l’histoire nouvelle : L’« École des Annales » ; Les pères de l’histoire nouvelle ; Une histoire française ? ; L’histoire nouvelle aujourd’hui ; Les tâches de l’histoire nouvelle.

4 Le titre de couverture est Histoire des femmes mais le titre intérieur, plus conforme à la réalité du contenu, est Histoire des femmes en Occident.

5 Cette citation est extraite de la courte préface « Écrire l’histoire des femmes » insérée au début des volumes 2 à 5.

6 Voir les réflexions qu’il m’a inspirées en conclusion.

7 Dès 1986, dans le numéro 12 de la revue Vingtième siècle, Daniel Roche appelait les historiens à en débattre collectivement, afin de remédier aux blocages de la profession et au développement des inégalités parmi ses membres.

8 Le livre de Gérard Noiriel le montre avec érudition.

9 Ils s’intitulent de façon significative « Nouveaux problèmes », « Nouvelles approches », « Nouveaux objets ».

10 De Jacques Rancière voir aussi : Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir (1992).

11 L’appel au tournant critique est lancé par les Annales dans son numéro de mars-avril 1988 (« Histoire et sciences sociales. Un tournant critique », p. 291-293). La première série de réponses paraît dans le numéro de novembre-décembre 1989 intitulé Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ; le rôle de « lieu d’expérimentation » est revendiqué dans l’introduction intitulée « Tentons l’expérience » (p. 1317).

12 Ce colloque est organisé par Christophe Charle à l’ENS d’Ulm les 27 et 28 janvier 1989, et publié en 1993 par les Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

13 Ils méritent d’être mentionnés ici intégralement : Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire (Boutier et Julia) ; L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995 (Bédarida ; c’est le titre le plus neutre) ; Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale (Lepetit) ; Le temps réfléchi. L’histoire au risque des historiens (revue Espaces Temps).

14 Je pense notamment à celle d’Antoine Prost dans Le mouvement social de janvier-mars 1996 ; elle s’intitule : « Où va l’histoire sociale ? »

15 Intitulée « Femmes/hommes : une question subversive », elle est résumée par la for mule récurrente – bien trop conquérante à mes yeux pour décrire la réalité historiographique française : « Qui imaginerait désormais une histoire de… sans se rapporter à la distinction des sexes ? »

16 Il s’est exprimé notamment dans la revue Le débat qui, en novembre-décembre 1995 (numéro 87, p. 117-146), sous le titre « Femmes : une singularité française ? », a donné la parole à Bronislaw Baczko (« Égalité et exclusions »), Elisabeth Badinter (« L’exception française »), Lynn Hunt (« Temps et contrainte des femmes »), Michelle Perrot (« Une histoire sans affrontements »), Joan W. Scott (« Vive la différence ! »), avant la réponse de Mona Ozouf (« Le compte des jours »).

17 Numéro 43, juillet-septembre 1994. Le dossier (p. 3-42) s’intitule « Histoire au présent de la “political correctness” » et comprend les articles de Denis Lacorne : « Des coups de canon dans le vide ? La “civilisation occidentale” dans les universités américaines », de Marie-Christine Granjon : « Le regard en biais. Attitudes françaises et multiculturalisme américain (1990-1993) », d’Eric Fassin : « Political correctness en version originale et en version française. Un malentendu révélateur ». Voir aussi d’Eric Fassin : « La chaire et le canon. Les intellectuels, la politique et l’Université aux États-Unis », Annales ESC, mars-avril 1993 (p. 265-301).

18 Le poids des cultures politiques nationales dans ses rapports au féminisme (et donc indirectement à l’histoire des femmes) a été creusé dans un colloque que j’ai proposé au centre Jacques-Cartier et organisé avec Geneviève Fraisse, Yolande Cohen et Francine Descarries (Cohen et Thébaud 1998).

19 Ce livre contient sept articles méthodologiques et dix-neuf articles sur « The State of the Art in Women’s History », de l’Australie au Brésil en passant par l’Inde, le Niger, la Suisse, l’Irlande. Au même moment paraissent en Suisse des articles-bilans écrits par Brigitte Studer (1989 et 1990-1991).

20 Sans prétendre être exhaustif, on peut citer : Eliane Gubin, « Histoire des femmes, histoire de genre », Sextant, n° 2, été 1994 (p. 89-103) ; Denyse Baillargeon : « Des voies/x parallèles. L’histoire des femmes au Québec et au Canada anglais (1970-1995) », Sextant, n° 4, 1995 (p. 133-168) ; Suzanne Marchand, « Femmes et Histoire. Bilan de la production universitaire québécoise (1970-1993) », Les cahiers de recherche du GREMF, n° 63, 1994 ; Joy Parr, « Gender history and historical practice », The Canadian Historical Review, n° 76, September 1995 ; Jane Purvis, « Women’s history in Britain : an overview », The European Journal of Women’s Studies, volume 2, n° 1, 1995 (p. 7-19).

21 Cette publication a suscité des réactions très diverses, notamment parmi les générations plus jeunes : voir par exemple Le débat n° 49 (mars-avril 1988) : « Autour de l’ego-histoire » (p. 122-140).

22 C’est à cela qu’invite finalement la rédaction d’une synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches : évoquer une expérience personnelle et dresser l’état d’une question. De fait, j’ai longtemps hésité devant ce qui, mal défini, me paraissait un exercice de convention et d’autoproclamation. Mais je soulignerai aujourd’hui les vertus de cette pause forcée qui permet de penser le passé, son passé et celui de son champ de recherche pour mieux se projeter dans l’avenir. Et je dirai volontiers que le passage, dans les carrières universitaires, du grand œuvre qu’était la thèse d’État aux tâtonnements des bilans-perspectives, s’il n’en est pas l’effet, me semble refléter l’état de la discipline historique décrit précédemment. D’autre part, compte tenu du caractère récent de l’histoire des femmes, il n’existe que quatre thèses d’État sur le sujet : celles, pionnières, de Françoise Mayeur et Claude Langlois, respectivement publiées en 1977 et 1984 (L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République et Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle) ; celles, plus récentes, d’Anne-Marie Sohn et d’Evelyne Diebolt. La thèse d’A.-M. Sohn, Les rôles féminins dans la vie privée à l’époque de la Troisième République, effectuée à l’Université Paris 1 sous la direction de Maurice Agulhon et soutenue en septembre 1993, a été publiée en 1996 aux publications de la Sorbonne sous le titre Chrysalides. Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles) ; celle d’Evelyne Diebolt, Les associations face aux institutions. Les femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle 1900-1965, effectuée à l’université Paris 7 sous la direction de Michelle Perrot a été soutenue en juin 1993. [Elle a été publiée en 2001 par l’association Femmes et Associations.]

23 Catherine Coquery-Vidrovitch a publié récemment : Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXe au XXe siècle (1994). Elle a aussi coordonné le dossier « Femmes d’Afrique » du numéro 6 de la revue Clio, histoire, femmes et sociétés notée Clio HFS dans la suite de l’ouvrage (sur cette revue voir la troisième partie de cet ouvrage). Elle explique sa position sur l’anthropologie dans le numéro 90 du Débat (mai-août 1996, p. 114-128) : « L’anthropologie ou la mort du phénix ? »

24 Dans un ouvrage récent, Masculin/Féminin. La pensée de la différence (1996), Françoise Héritier présente la synthèse de nombreux travaux anthropologiques ; l’analyse des rapports de sexe au travers des systèmes de représentations des sociétés les plus diverses jusqu’à nos jours tend à révéler l’universalité de la suprématie masculine et sa prégnance dans nos mentalités contemporaines.

25 Mémoires de maîtrise et thèses non publiées qu’il faudrait recenser et cataloguer.

26 Par exemple la série Histoire des femmes diffusée à environ 20 000 exemplaires en France.

27 L’histoire de chaque école historique est aussi celle de résistances rencontrées et surmontées, comme le montre la publication récente de la correspondance entre Marc Bloch et Lucien Febvre (Müller 1994).

28 Voir, par exemple, le numéro spécial de la Revue d’histoire moderne et contemporaine de janvier-mars 1992 : Pour une histoire culturelle du contemporain et le livre récent de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli : Pour une histoire culturelle (1997).

29 Annales ESC, juillet-août 1993 (p. 998-1051). Il s’agit, suivies de nombreux comptes rendus, des lectures critiques de la série Histoire des femmes (Duby et Perrot 1991-1992) faites lors du colloque Femmes et histoire à la Sorbonne en novembre 1992 et publiées par ailleurs dans les actes du colloque (Duby et Perrot 1993). 30.

30 De « Économies, sociétés, civilisations » à « Histoire, sciences sociales » en janvier-février 1994.

31 Voir l’éditorial « Histoire, sciences sociales » du premier numéro intitulé Annales HSS. L’interrogation vient de plus loin, du tournant critique déjà évoqué.

32 L’expression est d’Antoine Prost (1995) qui donne raison à Gérard Noiriel et cite son intervention au colloque Histoire sociale, histoire globale ? : « Pour rendre acceptable par la communauté historienne une réflexion théorique […], il est stratégiquement fondamental de montrer concrètement le profit que le chercheur peut en tirer pour ses travaux empiriques » (Charle 1993, p. 113).

33 Feminist Periodicals publié par Phyllis Holman Weisbard, Women’s Studies Librarian, University of Wisconsin System, automne 1993. La publication d’un tel catalogue avec contenu des numéros en cours semble régulière.

34 Par exemple, The American Historical Review, volume 89, n° 3, juin 1984 : Women’s History Today ou French Historical Studies, volume 16, n° 1, printemps 1989 : Women and Gender in French History.

35 En France, en dehors de la jeune revue Clio HFS, la revue la plus soucieuse de réflexion épistémologique et d’histoire des femmes me semble être Genèses qui a publié dans sa rubrique « Fenêtres » deux articles intéressants : Louise A. Tilly, « Genre, histoire des femmes et histoire sociale » (n° 2, décembre 1990, p. 148-166) et Geoff Eley, « De l’histoire sociale au “tournant linguistique” dans l’historiographie anglo-américaine des années 1980 » (n° 7, mars 1992, p. 163-193). D’autre part, le numéro 6 de décembre 1991 est consacré à Femmes, genre, histoire. Les cahiers du Grif ont aussi édité un numéro spécial au printemps 1987 (n° 37-38) : Le genre de l’histoire.

36 En témoigne, par exemple, le numéro spécial (1996, n° 4) de la revue Women’s History Review dirigé par Louise Tilly, où s’expriment des historiennes polonaises, hongroises et américaines.

37 En passant par La nouvelle histoire (voir note 2), le Dictionnaire des sciences historiques (Burguière 1986) ou, dans un autre registre, Écrire l’histoire du temps présent (hommage à François Bédarida 1993).

38 Il s’agit d’un ouvrage posthume.

39 Deux articles de cet ouvrage sont disponibles en français : « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique » (Les cahiers du Grif, n° 37-38, printemps 1988, Le genre de l’histoire) et « “L’ouvrière, mot impie, sordide…”. Le discours de l’économie politique française sur les ouvrières, 1840-1860 » (Actes de la recherche en sciences sociales, n° 83, juin 1990, Masculin/féminin 1). Signalons aussi en français sur l’historiographie américaine, outre les deux articles de Genèses cités précédemment, Chantiers d’histoire américaine (Jean Heffer et François Weil 1994) qui contient une contribution de Ginette Castro : « De l’histoire des femmes à l’histoire des genres ».

40 Ces bulletins sont une mine d’informations sur l’activité (colloques, publications) en histoire des femmes dans chaque pays membre. La section française, qu’il m’a été demandé d’organiser, a été agréée en assemblée générale lors du Congrès international des sciences historiques de Montréal (1995) ainsi que l’amendement proposé sur le titre français : celui-ci est devenu « Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes », expression qui rend mieux compte de notre pratique que « de l’histoire des femmes », traduction directe de l’anglais. Cette section aurait cependant besoin de plus d’énergie collective…

41 Sur le modèle de la Revue d’histoire moderne et contemporaine déjà citée : Pour une histoire culturelle du contemporain. Pour une histoire des femmes fut le sous-titre de la revue Pénélope, publication du Groupe d’études féministes de l’Université Paris 7 et du Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales (treize numéros thématiques, comptes rendus de travaux achevés ou en cours, de juin 1979 à l’automne 1985).

42 Sur le modèle du livre de Régis Debray qui m’avait marquée en son temps (1978) : Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire.

43 Sur le modèle de la contribution d’Alain Corbin à la Revue d’histoire moderne et contemporaine (1992) : « “Le vertige des foisonnements”. Esquisse panoramique d’une histoire sans nom ».

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540