Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Préface de la première édition

Alain Corbin

Texte intégral

1Aucune des historiennes de sa génération n’était mieux préparée que Françoise Thébaud à porter, à l’occasion d’une « pause solitaire », un regard rétrospectif sur le cheminement d’une histoire à laquelle son propre itinéraire tend à l’identifier. Sa participation à toutes les entreprises collectives qui ont jalonné ce que l’on est convenu d’appeler, en France, l’Histoire des femmes, la direction d’un volume de la série qui porte ce titre, la rédaction de ses ouvrages personnels, en bref toute son aventure intellectuelle s’est fondue dans cette nouvelle manière de lire le passé qui constitue, ici, son objet.

2Fournir les clefs de cette histoire enchevêtrée, rendre clair le relais des questionnements qui l’ont peu à peu constituée, élucider ce qui les a suscités et ce qui les a rendus possibles tenait de la gageure. Or, Françoise Thébaud a réussi à tracer des lignes nettes. Son livre va permettre à tous ceux qui se sont arrêtés en chemin, à tous ceux que l’entrecroisement des débats avait quelque peu découragés, d’englober, en une vue panoramique mais aussi diachronique, l’une des plus fascinantes tentatives de novation de la discipline historique. Cette revue d’une histoire vibrante faite de débats passionnés, de polémiques retentissantes et aussi de sarcasmes, s’éclaire de la lucidité tranquille de Françoise Thébaud et se mue, pour finir, en un plaidoyer aux accents presque émouvants.

3L’histoire des femmes ainsi présentée s’ouvre par une décennie placée sous le signe de l’enthousiasme, de l’indignation et de la dénonciation. Le ton militant des textes initialement produits atteste la relation existentielle qui noue l’historienne à son objet. Le monopole des femmes sur l’écriture de leur histoire est alors résolument revendiqué. Avides de déceler les mécanismes de la domination, les procédures de l’assignation aux rôles sexuels, moins pressées de détecter ce qui relevait du consentement ou de la compensation, les historiennes des femmes se sentent alors animées par le plaisir que procure la conviction d’ébruiter ce qui était silence, de rendre visible ce qui était caché, de faire accéder au statut de sujets historiques celles qu’elles considèrent comme autant de victimes. Elles s’attachent à décrire la condition, la solitude, le malheur ; à dire la révolte, à traquer tout ce qui relevait de la ruse subreptice, tout ce qui témoignait d’une quête d’identité, d’une capacité d’autonomie. Françoise Thébaud sait mettre en évidence la tension qui alors s’instaure entre le désir de déconstruire une catégorie prédéterminée et le besoin de la prendre en compte pour mieux en dénoncer les affres.

4À ceux qui en sont restés à cette vision des choses, Françoise Thébaud apportera beaucoup. L’aventure qu’elle retrace – il convient, en effet, d’éviter ici la topologie et de renoncer à l’emploi des substantifs « territoire » ou « champ » – se définit d’abord par l’écoute permanente de ce qui se dit ou de ce qui se fait de plus novateur en matière d’écriture de l’histoire. Toute quête de nouveaux objets se révèle inséparable d’une réflexion sur la manière d’en écrire les résultats. Les historiennes des femmes ont été très tôt obligées de se prêter aux lectures en creux, de pratiquer la chasse aux traces évanescentes ou furtives. Lectrices de Michel Foucault, elles se sont révélées d’emblée attentives aux manques. Elles sont vite devenues familières des angles morts et des points aveugles.

5On imagine difficilement, après avoir lu Françoise Thébaud, comment un historien pourrait aujourd’hui se dispenser de considérer le devenir de cette aventure, sinon de se mêler aux débats qui la constituent. Cette histoire contre laquelle se hérissent les barrières de l’institution universitaire et dont on décrète trop souvent la clôture, est, en fait, carrefour, confluence de toutes les interrogations actuelles, laboratoire de novations. Contentons-nous d’une énumération, en vrac. Les historiennes des femmes ou des rapports de sexe débattent des formes de la narration, des procédures de la construction sociale des catégories, de celle des identités et des sentiments d’appartenance, dont elles soulignent la multiplicité. Elles s’interrogent sur le statut de l’histoire des représentations et sur son articulation avec l’histoire sociale instituée. Les débats actuels sur la validité de la dichotomie entre les discours et les pratiques, sur la fécondité de la variation des échelles d’analyse, sur la manière dont les représentations se transforment, à travers le langage, en réalités sociales, sans oublier la revendication de l’intérêt de l’étude du discontinu et de l’éphémère, de tout ce qui se manifeste dans les interstices d’une histoire linéaire, sont au cœur des ouvrages de ces historiennes.

6Il n’est pas une interrogation, pas un débat qui traverse la communauté des historiens qui n’agite, du même coup, l’histoire retracée par Françoise Thébaud. Il ne serait pas, de ce fait, de meilleure propédeutique pour les étudiants de premier cycle que de se plonger au cœur de cette recherche que l’institution tend à marginaliser. Ce rejet subreptice s’explique. Le foisonnement est riche de novations virtuelles, c’est-à-dire lourd de menaces pour tous ceux qui craignent la mise en cause des routines, l’abandon des courtes vues et le bouleversement des certitudes tranquilles. Par bonheur, la marginalité possède sa promesse de fécondité. Le travail incessant de légitimation stimule. La position inconfortable préserve des risques de l’assoupissement. Que les historiennes des femmes se résignent. Je crains que malgré la qualité de ce livre et l’appel irénique à l’intégration qui le clôt, la cruauté des situations individuelles ne se maintienne encore longtemps.

7Il est un autre fil directeur à la lecture de l’ouvrage de Françoise Thébaud : celui qui permet de suivre le débat qui oppose une histoire anglo-saxonne dominante à une histoire nationale qui clame sa différence. La première, hantée par la marginalité sexuelle, par les clivages ethniques et par le colonialisme rejette, plus ou moins ouvertement, cette autre scène sur laquelle les rapports se sont construits d’une manière différente. La polémique suscitée par le livre récent de Mona Ozouf est, à ce propos, fort révélatrice. Mis à part les quelques spécialistes de l’Hexagone, les historien (ne) s anglo-saxons prennent en compte les seuls travaux français traduits en langue anglaise. De ce fait, le risque grandit de la constitution de deux histoires distinctes, ou de l’effacement de la spécificité française, à l’issue d’une défaite linguistique, déjà consommée sur bien d’autres terrains. Le jeu sur les termes anglais history/herstory, dépourvu de tout fondement étymologique et de toute signification dans une autre langue, me paraît symbolique d’une lutte de pouvoir ; de celle qui, par exemple, se cache derrière la political correctness et à laquelle participent paradoxalement bien de celles ou de ceux qui se disent les plus violents adversaires de tout impérialisme.

8Mais cela n’a pas besoin d’être souligné tant on sait que de tels débats linguistiques et culturels ordonnent désormais les relations – et les tensions – internationales. L’essentiel est bien l’attitude de Françoise Thébaud, qui prône l’écoute réciproque, l’optique compréhensive, l’acceptation de l’autre. Une telle « appréciation sereine » peut, seule, désarmer les tenants du protectionnisme culturel, comme l’arrogant dédain de ceux qui se trouvent en position de domination.

9La lecture du livre de Françoise Thébaud montre qu’au cœur de l’histoire des femmes (women’s studies), tout ce qui relève de l’étude de la condition, de l’identité et de la révolte n’est plus guère contesté. Mais cette lecture montre aussi que cette histoire se trouve cantonnée, à l’intérieur de l’institution universitaire française, un peu à la manière de l’histoire ouvrière sur le modèle de laquelle elle s’est édifiée, malgré la méfiance témoignée par les syndicalistes à l’égard de l’émancipation féminine.

10Par-delà cette constatation, somme toute banale, se dresse un double défi, plus massif, s’affirment deux visées plus stimulantes. Françoise Thébaud les présente de façon lumineuse. Il s’agit, en premier lieu, de tout ce qui relève d’une relecture du passé, réinterrogé au féminin, d’une remise à plat des catégories établies, des hiérarchies et des oppositions instituées, d’une saisie de nouvelles scansions, d’une réinterprétation des événements ; en bref, de l’élaboration d’une « chronologie au féminin ». Force est de constater que nous restons en attente de travaux majeurs et décisifs, à ce propos. C’est que le projet nécessite, au préalable, un long travail de déconstruction, puis de détection de sources, dans la mesure où celles qui étaient jusqu’alors utilisées étaient masculines. Il impose aussi une longue réflexion sur les manières d’écrire l’histoire.

11Il est donc logique que le cheminement de l’histoire des femmes et des gender studies aboutisse à des recherches extrêmement novatrices, ordonnées par le besoin d’une lecture sexuée – et non seulement féminisée – du passé, attentive, de ce fait, à l’historicité des procédures de construction de la virilité et, plus profondément, par la volonté de saisir la façon dont les rapports de sexe, qui sont des relations de pouvoir en perpétuel réajustement, se trouvent inscrits dans le langage. Nous abordons là les plus âpres débats qui secouent actuellement la discipline historique, qui suscitent les plus vifs effrois et les réactions de défense les plus résolues.

12Françoise Thébaud nous plonge au cœur de ce bouillonnement dont la manière de faire de l’histoire sortira transformée. Gageons que la force de son plaidoyer, confortée par la limpidité sereine de son écriture, provoquera les plus désinvoltes à la méditation.

Auteur

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540