Version classiqueVersion mobile

Écrire l'histoire des femmes et du genre

 | 
Françoise Thébaud

Avant-propos à la nouvelle édition

Texte intégral

  • 1 Michelle Perrot a raconté cette expérience lors de la journée d’études organisée à l’occasion des (...)
  • 2 CEFUP : Centre d’études féminines de l’Université de Provence. Sur l’expérience du CEFUP, voir Thé (...)

1Rendre compte de l’aventure intellectuelle d’un domaine de recherche – ici l’histoire des femmes et du genre – n’est jamais simple, et poser des jalons permet, malgré l’effet réducteur, d’en embrasser rapidement les contours. En voici quelques-uns, cités dans cet ouvrage dont la première édition date de 1998. En France, le premier cours d’histoire des femmes organisé par Michelle Perrot à l’Université Paris 7 à l’automne 1973 s’intitulait, signe d’une grande perplexité, « Les femmes ont-elles une histoire ? »1, tandis que se tenait à Aix-en-Provence, sous l’égide du CEFUP constitué à l’initiative d’Yvonne Knibiehler, un cours de formation continue, avant l’ouverture l’année suivante d’un enseignement de Deug sur la « condition féminine »2. Une dizaine d’années plus tard, la table ronde publiée en 1984 sous le titre Une histoire des femmes est-elle possible ? se demandait comment l’écrire – sources, chronologie, notions de rôles sexuels et de culture féminine –, bientôt suivie d’un essai collectif d’historiographie paru dans les Annales ESC. Première tentative de synthèse des travaux et des questionnements des vingt années précédentes, essai d’histoire comparative dont les 3 000 pages connurent un grand succès en France et à l’étranger, l’Histoire des femmes en Occident parut en 1991-1992 et se soumit à des lectures critiques lors d’une rencontre tenue symboliquement à la Sorbonne. Le statut de « grande collection » et la direction de Georges Duby et Michelle Perrot offraient alors une visibilité à un domaine marginalisé et lui ouvraient la porte de la discipline historique. Peu de temps après, l’année de la Conférence internationale de Pékin, préparée en France par un colloque interdisciplinaire, vit la naissance de la revue Clio, histoire, femmes et sociétés qui affirmait, plus nettement que sa devancière Pénélope, pour l’histoire des femmes (1979-1985), son insertion dans la discipline historique.

  • 3 Voir Sohn et Thélamon 1998.
  • 4 L’expression est de Michelle Perrot qui a participé aux 30 pages de « controverses » publiées par (...)

2Huit ans plus tard, 1998 peut sans doute être considéré comme le jalon suivant, marqué par la parution, aux côtés d’Écrire l’histoire des femmes, d’ouvrages importants : Les femmes ou les silences de l’histoire rassemble et met en perspective les multiples contributions de Michelle Perrot à l’histoire des femmes ; Les femmes et leur histoire fait de même pour celles de Geneviève Fraisse, tandis que L’histoire sans les femmes est-elle possible ? – colloque préparé collectivement et rapidement publié – interpelle la communauté des historiens par un questionnement sur les catégories de l’histoire, les innovations thématiques ou la transmission des savoirs3. Au même moment, La domination masculine de Pierre Bourdieu – « livre fanal »4 – connaît un large succès éditorial et suscite à la fois polémiques et débats fructueux. L’auteur y interpelle avec sévérité l’écriture de l’histoire des femmes et particulièrement l’Histoire des femmes en Occident qui aurait négligé d’analyser le travail de reproduction des institutions et les processus de naturalisation de la différence des sexes. Mais il contribue aussi, par sa notoriété, à asseoir la légitimité de l’objet d’étude auprès du grand public et dans les instances universitaires.

  • 5 Dominique Kalifa, « Le laboratoire féminin », Libération, 7 janvier 1999 ; Florence Montreynaud, L (...)
  • 6 Comptes rendus de Geneviève Dermenjian et de Cécile Dauphin, Annales HSS, 54e année, n° 1, janvier (...)
  • 7 Comptes rendus de Andrée Levesque, Histoire sociale - Social History, n° 64, novembre 1999 (Canada (...)
  • 8 L’ouvrage El género en historia s’appuie sur l’enseignement et la recherche effectués sous la dire (...)
  • 9 La référence à la civilité est due à Delphine Gardey qui souligne que la façon de « faire science  (...)

3Préfacé avec empathie par Alain Corbin, qui apporte sa caution d’historien reconnu et invite les chercheurs français à moins de désinvolture en la matière, Écrire l’histoire des femmes reçut alors un accueil plutôt favorable pour un livre d’historiographie qui peut paraître de prime abord austère et trop dense. Mentionné dans la grande presse – Libération, Le Monde diplomatique5 –, recensé dans plusieurs revues françaises d’histoire – notamment les Annales HSS et Le mouvement social6 –, longuement présenté dans au moins trois revues étrangères et dans la jeune revue de sociologie Travail, genre et sociétés7, partiellement traduit en espagnol pour un livre électronique diffusé au Chili8, l’ouvrage a rencontré un public sensible au regard réflexif sur vingt-cinq ans d’histoire des femmes, à la « civilité » du propos qui met en scène une aventure collective, ou au plaidoyer pour la reconnaissance et l’intégration9.

  • 10 Par exemple : Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Les courants historiques en Fra (...)

4Au risque assumé et peut-être maîtrisé de produire un récit canonique de l’histoire de l’histoire des femmes en France, l’objet était en effet de contribuer à l’histoire d’un savoir et d’une communauté d’historiennes, de constituer et transmettre une mémoire des recherches et débats antérieurs, d’ouvrir un dialogue avec l’ensemble de la discipline historique. Comme tel, l’ouvrage est évoqué ou résumé dans plusieurs livres et manuels d’historiographie10 écrits postérieurement et devient, dans quelques enseignements, un outil pour la formation des étudiants. Tiré à quelques centaines d’exemplaires à l’origine, il a été réimprimé plusieurs fois. Une nouvelle édition est l’occasion de pages d’actualisation qui, avec les compléments bibliographiques, sont apparues d’autant plus nécessaires que le domaine de recherche s’est beaucoup développé et transformé depuis quelques années et que l’aventure intellectuelle continue, en France et ailleurs.

  • 11 L’avertissement aux lecteurs justifiait et explicitait un mode de référencement peu utilisé alors (...)
  • 12 Ainsi, pour éviter toute confusion, les « récents » ou « aujourd’hui » ont été remplacés – sauf da (...)

5Quel livre est donc proposé aux lecteurs d’aujourd’hui ? Il ne s’agit pas, disons-le d’emblée et clairement, d’un manuscrit entièrement inédit mais, dans la mesure où l’auteure assume toujours son propos de 1998, d’une réédition largement complétée. Aussi cet avant-propos est-il d’abord suivi des divers éléments composant la première édition de cet ouvrage, y compris de l’introduction et de la conclusion d’alors, qui pourront apparaître comme des documents historiques sur l’état d’esprit d’une protagoniste de l’histoire des femmes à la fin des années 1990. Outre la modification de quelques normes éditoriales, les seules interventions sur le texte d’origine ont été la correction de coquilles typographiques ou de menues inexactitudes dont certaines m’avaient été signalées par des lectrices, la suppression d’un avertissement désormais inutile11, ou bien encore l’ajout de quelques notes d’actualisation, ainsi qu’une attention à la précision temporelle12. Enfin, pour respecter la chronologie d’écriture et celle de l’aventure intellectuelle qui est décrite dans cet ouvrage, les pages rédigées en 2006 sont placées en épilogue et forment une véritable quatrième partie qui met en scène les années 2000 sous le signe du genre.

6D’où une dernière remarque qui concerne le titre de l’ensemble, question qui avait déjà retenu mon attention en 1998. « L’histoire des femmes » apparaissait encore comme une expression générique, la seule couramment utilisée, et « écrire » suggérait un projet, un processus, ainsi qu’une histoire inachevée. L’ampleur du complément éditorial et les évolutions décrites justifient, pour l’éditeur et l’auteure, de lui préférer aujourd’hui Écrire l’histoire des femmes et du genre.

Notes

1 Michelle Perrot a raconté cette expérience lors de la journée d’études organisée à l’occasion des vingt-cinq ans d’études féministes à l’Université Paris 7 (Perrot 2001).

2 CEFUP : Centre d’études féminines de l’Université de Provence. Sur l’expérience du CEFUP, voir Thébaud 2004a.

3 Voir Sohn et Thélamon 1998.

4 L’expression est de Michelle Perrot qui a participé aux 30 pages de « controverses » publiées par la revue Travail, genre et sociétés (n° 1, 1999, p. 202).

5 Dominique Kalifa, « Le laboratoire féminin », Libération, 7 janvier 1999 ; Florence Montreynaud, Le Monde diplomatique, août 1999.

6 Comptes rendus de Geneviève Dermenjian et de Cécile Dauphin, Annales HSS, 54e année, n° 1, janvier-février 1999 (50 pages de comptes rendus en histoire des femmes) ; compte rendu de Patrick Fridenson, Le mouvement social, n° 198, Féminin et masculin, sous la direction d’Anne-Marie Sohn, janvier-mars 2002.

7 Comptes rendus de Andrée Levesque, Histoire sociale - Social History, n° 64, novembre 1999 (Canada) ; de Siân Reynolds, Modern and Contemporary France, vol. 7, n° 4, 1999 (Royaume-Uni) ; de Karen Offen, French Historical Studies (review essay de 13 livres), vol. 26, n° 4, 2003 ; de Delphine Gardey, Travail, genre et sociétés, n° 1, avril 1999. L’ouvrage est aussi recensé, de façon plus concise et en même temps que celui de Michelle Perrot, dans la jeune revue Mouvements (n° 5, septembre-octobre 1999), sous le beau titre « Comment l’histoire vient aux femmes » (Irène Jami).

8 L’ouvrage El género en historia s’appuie sur l’enseignement et la recherche effectués sous la direction d’Anne Pérotin-Dumon à l’Institut d’histoire de la Pontificia Universidad Católica du Chili (Perotin-Dumon 2001).

9 La référence à la civilité est due à Delphine Gardey qui souligne que la façon de « faire science » est sexuée.

10 Par exemple : Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Les courants historiques en France, XIXe-XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1999 ; Philippe Poirrier, Aborder l’histoire, Paris, Seuil (mémo), 2000.

11 L’avertissement aux lecteurs justifiait et explicitait un mode de référencement peu utilisé alors en histoire mais plus courant aujourd’hui. Incluses dans le texte, des parenthèses avec noms d’auteurs renvoient à une bibliographie générale en fin de volume. La bibliographie utilise classiquement et al. à partir du quatrième auteur d’un ouvrage ou d’un article. Par souci d’allégement, il est procédé autrement dans les parenthèses où le premier nom est suivi de et al. dès que le nombre d’auteurs dépasse deux. Grâce à la date de parution, il n’en résulte aucune confusion dans la bibliographie où, derrière un patronyme, les références à auteurs multiples sont classées par nombre d’auteurs et par ordre alphabétique du deuxième auteur.

12 Ainsi, pour éviter toute confusion, les « récents » ou « aujourd’hui » ont été remplacés – sauf dans l’introduction clairement datée dès ses premiers mots – par une date précise ou la mention « à la fin des années 1990 ». Les notes ajoutées ou les compléments aux notes existantes précisent par exemple que la thèse mentionnée a été publiée ultérieurement. Ces ajouts et modifications sont indiqués entre crochets.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search