Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'homme à la conquête du sauvage. Recompositions et domestications

Pêcheurs, pisciculteurs, science et État français face au « sauvage » aquatique de 1842 à 1908

Jean-François Malange

Texte intégral

1Entre le milieu du XIXe et la première décennie du XXe siècle, la nature fascine les hommes. Un journaliste de la Belle Époque écrit que

  • 1 Le petit journal, 12 mars 1902, cité dans le Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, mars-avri (...)

si les animaux pouvaient savoir à combien de Sociétés, de Ligues et d’Associations le souci de leur reproduction a donné naissance, parmi les hommes, ils nous considéreraient certainement comme leurs meilleurs amis. Toutes les chaînes des êtres y passent : de l’écrevisse à l’éléphant, de la grive au rhinocéros.1

  • 2 Alain Corbin, « Les balbutiements d’un temps pour soi. La pêche à la ligne et la polarisation des h (...)
  • 3 Henri de la Blanchère, Nouveau dictionnaire général des pêches, Paris, Delagrave, 1868, p. 644-645.

2Cette tendance trouve ses origines à l’époque moderne et devient de plus en plus fréquente à l’époque contemporaine. Les Européens observent leur environnement proche, partent faire des expéditions exotiques, inventorient la faune sauvage terrestre et aquatique. Dans ce contexte culturel, les pratiques de pêche se développent à partir des années 18202. Une passion halieutique apparaît et nourrit un désir de poisson, en particulier chez les élites, et de façon plus accentuée qu’au siècle précédent. Les poissons d’eau douce constituent une faune sauvage qui subit une révolution de la reproduction au cours du XIXe siècle. En effet, on assiste à une « artificialisation » du milieu aquatique, dans le sens où de nombreux alevins issus de piscicultures sont déversés de façon massive dans tous les cours d’eau français. Dans le même temps, un souci de protection et d’étude des rivières voit peu à peu le jour. L’expression « sauvage aquatique » ne semble pas employée à cette époque. Elle nous servira cependant à désigner la faune des cours d’eau dans son état naturel et originel. Les ouvrages spécialisés prouvent que les hommes du xix e siècle ont une vision large du monde des eaux. Lorsqu’on cherche la définition du mot « poisson », on s’aperçoit que leurs conceptions sont plutôt simples : « Le poisson est la dernière classe des animaux vertébrés […] Les poissons habitent exclusivement l’eau : douce dans les fleuves, les rivières, les étangs, salée dans les mers et certains lacs, chaque eau possède des espèces spéciales. »3 Seule la loutre semble constituer l’ennemi fatal des poissons et passe pour être en partie responsable de leur raréfaction. Pour toutes les personnes qui s’intéressent au monde aquatique, il faut créer artificiellement du poisson, pour conserver et maintenir l’existence de la faune aquatique. Comment expliquer ces discours et quelles en sont les conséquences ?

  • 4 Geneviève Delbos, « De la nature des uns et des autres : à propos du dépeuplement des eaux marines  (...)
  • 5 Max Thibault, « Éléments de problématique du saumon atlantique en France », La restauration des riv (...)
  • 6 Franz-Josef Brüggemeier, « Le dépérissement de la forêt (Waldsterben) : construction et déconstruct (...)

3Il faut replacer ces propos dans la vision, courante à l’époque, d’un dépeuplement des cours d’eau français. Un certain nombre de chercheurs se sont attachés à étudier cette thématique, entre autres Geneviève Delbos4 et Max Thibault, qui a concentré ses efforts sur l’histoire du saumon5. Ces deux chercheurs constatent dans les archives la récurrence du thème de l’épuisement des ressources aquatiques par la pêche. C’est un motif très ancien qui se décline sous plusieurs expressions : « les fonds se dépeuplent », « les eaux s’épuisent »… Max Thibault remarque que le dépeuplement est régulièrement affirmé et qu’à partir de la fin du XIXe siècle, est tenu un discours catastrophiste en matière de pêche, voisin de celui des forestiers6. La problématique est bel et bien de voir comment se construisent et se propagent de telles représentations et comment, au fil de leurs reformulations, elles deviennent des données incontournables du réel dans la conscience collective. De fait, ces conceptions ont eu des conséquences sur les pratiques de gestion des milieux naturels.

  • 7 Archives départementales de la Haute-Vienne, I/L 75, Congrès de l’arbre et de l’eau, M. Poher, « No (...)

4Dès les années 1840, les hommes ont cherché à avoir une connaissance plus ou moins claire des cours d’eau et du milieu aquatique. Une mobilisation forte de tous les acteurs sociaux se met en place : pêcheurs, pisciculteurs, scientifiques, hommes d’État. Les résultats de quelques enquêtes et la multiplication des échanges au sein de ces réseaux ont progressivement amené à juger que le domaine halieutique de la France était dans une « situation déplorable »7. La pêche à la ligne et la pisciculture se sont démocratisées au fil du temps, traduisant une sorte de fascination piscicole. À la fin du XIXe siècle avec l’essor des sociétés de pêche, se développe une parole plus « populaire » qui insiste sur les méfaits de l’industrie à l’égard de la faune aquatique, et qui progressivement construit une alliance avec les pouvoirs publics dans le but de « conserver » les cours d’eau (qualité de l’eau et quantité de poissons).

  • 8 G. Albert-Petit et al., La pêche moderne. Encyclopédie du pêcheur, Paris, Larousse, 1933, p. VII-IX

5Au XXe siècle, tous ces hommes se sont impliqués à tel point qu’on a pu les désigner comme des « amis de la nature »8. Le résultat final de l’action humaine durant le siècle étudié est bel et bien un grand paradoxe : on veut et on réintroduit du soi-disant « sauvage », qui n’est finalement que du « sauvage artificiel », dont l’avenir s’est bien souvent révélé incertain, quelles que soient les périodes ou les espèces.

L’évolution des rapports entre les hommes et la faune aquatique d’eau douce aux XIXe et XXe siècles

  • 9 Lucien Bély éd., Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2005, p. 250-251.

6Le xviii e siècle est le premier grand moment où l’État français commence à prendre en compte le problème de la sauvegarde des cours d’eau. C’est Colbert qui a été le grand organisateur de la police des Eaux et Forêts. L’ordonnance de 1669 a codifié les textes épars, établi des périodes d’interdiction, dressé une nomenclature d’engins prohibés pour la pêche9. Au XVIIIe siècle, on conçoit encore les eaux douces dans une perspective économique d’exploitation et de subsistance alimentaire. Au XIXe siècle, sous l’influence britannique, la pêche à la ligne se démocratise et les sociétés se développent, jusqu’à connaître un véritable essor dans la période 1890-1930. Le thème du dépeuplement et une volonté accrue de gérer la faune aquatique constituent deux des moteurs culturels qui permettent cette structuration sociale.

  • 10 Voir, à ce propos, les procès-verbaux de justice de première instance aux archives départementales, (...)
  • 11 Alain Corbin, « Les balbutiements d’un temps pour soi », déjà cité, p. 324.

7Dans la première moitié du XIXe siècle, toutes les classes de la société pêchent mais pas de la même manière. La pêche à la ligne en tant que loisir est d’abord le fait des élites. À partir des années 1820-1830, la France commence à produire quelques traités de pêche dans lesquels il est question des mœurs des poissons et de la meilleure façon de les attraper. Mais ces écrits circulent à l’intérieur de cercles restreints. Dans le même temps, persistent des pratiques populaires d’exploitation du sauvage comme denrée alimentaire (pêche à la main ou autres actes de braconnage10), qui, avec le temps, deviennent de plus en plus minoritaires. Alain Corbin souligne que « mieux que le jardinage, mieux que le bricolage, la pêche à la ligne symbolise le temps pour soi »11. Les témoignages insistent sur l’isolement et l’oubli des soucis procurés par cette activité. Deux pêches coexistent et interagissent à la fin du XIXe siècle : une pêche traditionnelle (la pêche dominicale de l’ouvrier, celle « des gens de peu ») et une pêche sportive (celle des sportsmen, notamment la pêche à la mouche). L’essor progressif de la pêche et la naissance de la pisciculture moderne amènent peu à peu un désir de repeuplement des rivières.

8En 1842, deux pêcheurs de La Bresse, dans les Vosges, font surgir une méthode révolutionnaire pour la propagation artificielle des salmonidés :

  • 12 Archives nationales F10 1762 : note remise à monsieur Magne, ministre du Commerce, de l’Agriculture (...)

Presque complètement illettrés, Rémi et Géhin, croyant les ruisseaux où ils pêchaient entièrement dépeuplés, eurent la pensée qu’ils pourraient faire éclore artificiellement le poisson, et recouvrer de sorte leurs moyens d’existence.12

  • 13 Le mérite de l’invention de la fécondation artificielle revient à un Allemand, Étienne Louis Jacobi (...)
  • 14 Jean-Luc Mayaud, 150 ans d’excellence agricole en France, histoire du concours général agricole, Pa (...)
  • 15 Jules Carpentier, La pêche raisonnée et perfectionnée, Paris, Librairie Audot, 1879, p. 193.

9Il convient de dire qu’ils ont redécouvert, sans le savoir, une méthode déjà mise au point au XVIIIe siècle13. Milne Edwards (enquêteur à l’académie des sciences et doyen de la faculté des sciences de Paris) va à La Bresse observer leurs découvertes. Il est emballé et rend un rapport élogieux. Il y voit un moyen efficace pour lutter contre le dépeuplement des eaux. La grande presse parisienne fait très vite état de leurs travaux. Le mouvement piscicole pour les eaux douces françaises est alors lancé, notamment auprès des élites. Celles-ci se sont intéressées, dès la fin du XVIIIe siècle, aux progrès de l’agriculture et dans les années 1840, on note l’apparition des comices agricoles14. Le plus souvent, ces élites sont les membres fondateurs des sociétés de pêcheurs. À partir des années 1860, l’État encourage leur création. Par exemple, le ministre des Travaux publics se félicite le 7 février 1876 de la création de l’une des toutes premières sociétés de pêche à la ligne : celle d’Hesdin dans le Pas-de-Calais15. Le développement de la pêche et de la pisciculture s’inscrit d’abord dans un mouvement d’ensemble par lequel l’État cherche les moyens d’améliorer la production des ressources alimentaires et de mettre fin aux disettes. Les dirigeants français souhaitent ainsi inclure un maximum de personnes dans la gestion des cours d’eau. Et qui mieux que les pêcheurs pouvait, à l’échelle locale, constituer des acteurs de premier plan ?

10Même si c’est à des fins égoïstes ou de simple loisir, c’est bien le souhait de protéger les poissons et de les voir se développer en quantité qui fait que les pêcheurs à la ligne se regroupent et s’organisent. Par exemple, l’article 1 des statuts de la société de Cahors révèle qu’il est créé en 1888

  • 16 Archives départementales du Lot, 4 M 60 : Sociétés de chasse et de pêche.

… une société sous le titre de société de pisciculture du Lot. Tout en favorisant la pêche à la ligne, la société a surtout pour but l’acclimatation dans le Lot de nouvelles espèces de poissons, la protection des espèces utiles déjà existantes et la destruction des espèces nuisibles.16

  • 17 Annuaire des associations de pêcheurs à la ligne de France, Toulouse, Imprimerie spéciale de l’annu (...)

11Les membres fondateurs de cette société affichent donc clairement un réel souci de protection des cours d’eau de leur département. Ces quelques lignes contiennent l’essentiel des liens et des enjeux qui existent dans le monde de la pêche à la fin du XIXe siècle. Les pêcheurs amateurs se regroupent et s’intéressent de façon très approfondie à l’état et au devenir des rivières. Persuadés du bien-fondé de leurs actions, ils entendent pratiquer leur passion, tout en agissant directement sur la faune aquatique, par l’immersion de certaines espèces jugées bienfaisantes (la truite arc-en-ciel, la carpe et la perche dans le cas de la société de Cahors17) et par l’élimination directe des espèces perçues comme indésirables. Pour cela, les nouvelles connaissances en matière de pisciculture ont été diffusées et intégrées par le plus grand nombre. À partir des années 1880-1890, de plus en plus de sociétés construisent des bassins dans le but de faire grandir des alevins.

  • 18 Archives départementales de la Haute-Garonne, S 145 : dossier sur l’établissement de piscicultures (...)

12De grands établissements de pisciculture, administrés par des pêcheurs, voient le jour. Forte de ses 1 507 membres actifs, la société de pêche de Toulouse a mis en place un comité de 100 membres dit « d’aquiculture », formé dès 1899 en vue de faire construire des bassins d’élevage à l’Embouchure, dans un établissement nommé les Filtres (ibid., p. 45-47). Un versement annuel de 20 francs est imposé à chacun des membres du comité. Les fonds provenant des cotisations devaient être affectés à l’entretien et au fonctionnement de cette pisciculture « grâce à laquelle des quantités innombrables d’alevins sont immergés tous les ans » (ibid.). Cependant, des difficultés financières et techniques les ont amenés à collaborer avec un organisme déjà existant au sein de la ville, la pisciculture de l’université de Toulouse (ibid.). La collaboration semble avoir été fructueuse : en échange de moyens financiers et de maind’œuvre, la pisciculture fournit de nombreux alevins à la société toulousaine pour effectuer des opérations dites de repeuplement. Les dépenses annuelles moyennes de la société de pêche sont de 3 000 francs dans les deux premières décennies du XXe siècle, et cette somme sert avant tout à assurer l’alevinage en poissons blancs (carpes, gardons, tanches) des 48 km de rivière qui sont sous sa gestion18. Prolongeant l’action pionnière de Rémi et Gehin, la majorité des pêcheurs ont porté principalement leurs efforts sur l’espèce la plus répandue et la plus recherchée de l’époque : la truite fario.

Le cas d’une espèce autochtone, la truite : entre fascination et désir de contrôle du « sauvage » aquatique

13Les deux pêcheurs vosgiens ont manifestement connu le succès en prenant la nature comme modèle et en observant la façon dont les truites se reproduisaient, moment vital pour la survie de l’espèce que l’on désigne par le terme de « frai » :

  • 19 Archives nationales F10 1762 : note remise à monsieur Magne, ministre du Commerce, de l’Agriculture (...)

Ils s’imaginèrent de prendre la nature sur le fait et, pour surprendre son secret, ils eurent la constance de passer les jours et les nuits, immobiles dans l’eau, se relayant l’un l’autre. Ils commencèrent cette œuvre en 1842, ils la continuèrent en silence et à peu près ignorés, ils arrivèrent ainsi à découvrir successivement les procédés à l’aide desquels ils se procuraient des œufs, les fécondaient, les faisaient éclore, et élevaient ainsi des poissons, en les parquant suivant leurs différents ages.19

14Il est difficile de déterminer si ces deux pêcheurs ont bien agi de la sorte ou si c’est le discours de l’époque. Dans ce dernier cas, il faut prendre un peu de distance et attribuer cette représentation au courant romantique de rapprochement homme/nature. En outre, ces quelques mots retranscrivent bien le mélange de fascination, de patience, d’observation et d’application qui a apparemment permis aux deux hommes d’arriver à leur fin. Ils ont dompté la nature pour subvenir à leurs besoins alimentaires, et dans le même temps, ils ont révolutionné les connaissances en matière de pisciculture au milieu du XIXe siècle. Ce qu’il est primordial de souligner, ce sont les modalités socioculturelles qui ont peu à peu engendré la reconstitution d’une nature aquatique « sauvage » quasiment fantasmée.

  • 20 Paul Vivier, Le centenaire du repeuplement artificiel des cours d’eau à truites, Paris, Station cen (...)
  • 21 Olivier Levasseur, « Les cultures de l’eau : la naissance des aquacultures en France au XIXe siècle (...)

15À partir de cette redécouverte anecdotique, la pisciculture a connu un véritable développement national. On demande Gehin partout : il donne des conseils aux préfets des Basses-Pyrénées et introduit la truite dans le lac du Bouchet (Haute-Loire)20. Entre 1842 et la fin des années 1850, le repeuplement des rivières et des lacs en truites semble devenir une véritable obsession d’État, sous la houlette de Victor Coste (à partir des années 1852-1853 et pour une quinzaine d’années). Il bénéficie d’un soutien financier et institutionnel lui permettant de mettre en œuvre des implantations scientifiques, et qui visent à atteindre le même but : la maîtrise de la reproduction des espèces sauvages et le repeuplement massif du domaine piscicole français. Victor Coste est un proche de la famille impériale puisqu’il fait également office de médecin personnel de l’impératrice Eugénie. Cette proximité lui permet d’obtenir des fonds de Napoléon III afin de fonder en 1852 l’établissement de Huningue (dans l’actuel Haut-Rhin)21.

  • 22 BNF (site de Richelieu) : cartes et plans, Ge C 6623 : Ponts et Chaussées. Département du Haut-Rhin (...)
  • 23 Henri de la Blanchère, Nouveau dictionnaire général des pêches, Paris, Delagrave, 1868, p. 201-202.

16Coste organise et dirige cet établissement, surnommé le « Château des poissons » (ibid.). Dix-huit ans après sa création, au moment où on dut le céder à l’Allemagne suite au traité de Francfort, cet établissement avait produit de 90 à 100 millions d’œufs fécondés22. Parmi les réussites incontestables, il faut citer l’introduction des corégones (espèce de salmonidé qui ressemble au hareng et dont la chair est hautement estimée23) dans le lac Chauvet (Puy-de-Dôme), qui existent encore, et dans le lac des Settons (Nièvre) – où ils se sont conservés jusqu’à une vidange à la fin des années 1980. Le rayonnement d’Huningue, tant en termes de savoir-faire que d’œufs fécondés, a été immense à l’étranger : Suisse, Bavière, Prusse, Autriche, Angleterre, Russie, Italie, Hollande. Après 1870, Huningue a été géré par l’association piscicole allemande, le Deutsche Fischereiverein, jusqu’en 1905, date à laquelle il devint propriété privée. Huningue fut également fortement mis à contribution pour fournir des œufs à tous ceux qui tentaient des expériences de repeuplement, au premier rang desquels les pêcheurs.

17Au milieu du XIXe siècle, la pisciculture moderne se développe en France, traduisant le besoin de sauvage de cette époque, ainsi que la volonté accrue de lutter contre le dépeuplement. Les élites nourrissent de grandes illusions et utilisent la pisciculture pour donner chair à leurs désirs de domestication de la nature. Daumier a bien repéré cette tendance en mettant en scène une danse de poissons autour d’un savant qui paraît exprimer une profonde satisfaction.

  • 24 Nelson Cazeils, Autrefois la pêche en eau douce. Insolite, histoires, traditions et savoirfaire, Re (...)

18Ce qui semble clairement se produire dans la seconde moitié du XIXe siècle est une mutation marquée des relations des hommes à leur environnement. Les actions sur le milieu aquatique sont directes et, de fait, la faune est profondément modifiée par l’alevinage massif de salmonidés, par l’acclimatation d’espèces de poissons en des lieux où elles n’étaient pas présentes jusque-là. Pourtant, les succès tant espérés n’ont pas vraiment été au rendez-vous : on peut parler de semi-échec24. Face aux espoirs déçus, les scientifiques se tournent vers des espèces allochtones : en particulier, la truite arc-en-ciel, le saumon de Californie et le poisson-chat.

Illustration 1 : Lithographie de Daumier, mars 1856. La pisciculture. Perfectionnement de l’éducation des poissons savants du collège de France (collection privée)

Illustration 1 : Lithographie de Daumier, mars 1856. La pisciculture. Perfectionnement de l’éducation des poissons savants du collège de France (collection privée)

Le cas de deux espèces allochtones, le saumon de Californie et le poisson-chat : complexification du « sauvage » aquatique

Le saumon de Californie et l’aquarium du Trocadéro à Paris

  • 25 Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, n° 5, mai 1903, p. 69-72.
  • 26 Jousset de Bellesme, La pisciculture en France de 1884 à 1900. L’aquarium du Trocadéro, l’enseignem (...)

19Le numéro de mai 1903 du Bulletin suisse de pêche et de pisciculture vante les splendides résultats de la culture artificielle du saumon en Amérique25. Cette espèce de saumon a aussi provoqué un engouement en France, dans la droite ligne du mouvement piscicole lancé depuis les années 1850. C’est l’aquarium du Trocadéro de 1884 à 1900, sous l’égide de son directeur Jousset du Bellesme, qui semble avoir eu le plus de succès pour implanter cette espèce dans de nombreux cours d’eau. L’aquarium du Trocadéro a été originellement construit dans la perspective de l’Exposition universelle tenue à Paris en 187826. Au départ, il ne devait servir que de bassin d’ornement mais il a finalement été récupéré par la mairie de Paris qui y a maintenu un service de pisciculture et d’expérimentation. Même si les moyens et les subventions allouées étaient, selon son directeur, peu élevés, de nombreuses actions en matière de gestion de la faune aquatique ont été expérimentées, en particulier pour le saumon de Californie.

Les premiers essais d’élevages de salmonides américains dans les bassins du Trocadéro furent très remarqués du public, et attirèrent l’attention de la presse. Ce qui frappait surtout les nombreux visiteurs, ce fut la rapidité avec laquelle croissaient les jeunes truites et les jeunes saumons, et aussi la simplicité de cet élevage dont l’exemple mis ainsi sous les yeux eut ce premier résultat, d’engager une foule de personnes à essayer d’obtenir dans leurs étangs ou dans les cours d’eau, ce qu’elles voyaient au Trocadéro. (p. XIII)

20Même s’il convient de nuancer les propos très enthousiastes de Jousset du Bellesme, on peut dire que les expérimentations menées sur le saumon ont fait parler d’elles grâce à leur relatif succès. Son taux de croissance est présenté comme supérieur à celui de la truite. La meilleure preuve de ces qualités pour Jousset du Bellesme est qu’à partir de 350 alevins – effectif qu’il juge comme étant « un faible contingent » (p. 9) – il a pu tirer des millions d’œufs qu’il a répandus pendant dix-huit années dans toutes les rivières de France. Par exemple en 1890, ce ne sont pas moins de 45 048 œufs de saumons de Californie qui furent fécondés entre le 28 septembre et le 19 octobre, période qui correspond, peu ou prou, au moment de sa reproduction. Le nombre important d’œufs obtenus témoigne de la croyance en cette nouvelle espèce mais montre aussi le travail important qui y a été consacré.

  • 27 Jean-François Malange, À la recherche d’une socio-histoire des pratiques de pêche à la ligne en Fra (...)

21La distribution géographique des œufs de salmonidés (dont ceux de saumons de Californie) obtenus de façon artificielle au Trocadéro a manifestement concerné tout le territoire national (p. 503). C’est tout de même le Nord de la France qui a été largement privilégié : il s’agit du bassin fluvial de la Seine (l’Oise et l’Eure notamment). D’autres secteurs ont retenu l’attention des dirigeants de l’aquarium : le plateau de Langres, le cours du Rhône, le bassin fluvial de la Loire, ainsi que le gave de Pau et le gave d’Oloron. La prédilection pour la Seine s’explique par la proximité de celle-ci : les conditions de transport des œufs de poissons n’étaient très certainement pas optimales. L’impressionnante surface concernée par ces distributions (notamment les plus lointaines à l’extrême sud du pays) amène à supposer l’existence de divers relais à l’échelle locale. Les sociétés de pêche à la ligne fraîchement créées ont constitué un maillon fort de cette colossale entreprise de repeuplement27. Cette mobilisation d’hommes et de moyens illustre bien le mouvement en faveur du milieu aquatique qu’a connu la seconde moitié du XIXe siècle en France, mouvement jusque-là inédit. Le repeuplement des eaux françaises ne trouve pas d’issue probante grâce au saumon de Californie. Ponctuellement, d’autres essais d’acclimatation ont été tentés dans les eaux françaises, mais également sans succès : un rapport daté du 24 avril 1924 de l’inspecteur des Eaux et Forêts chargé de veiller sur le département du Gers donne un exemple précis à propos de

  • 28 Archives départementales du Gers, 4M 52.

… la perche soleil introduite dans les divers cours d’eau du département vers 1904 par quelques sociétés de pêcheurs à la ligne. Elle s’est acclimatée facilement dans nos rivières… mais pêcheurs et consommateurs déplorent l’introduction de cette espèce dans nos rivières.28

Illustration 2 : Une opération de pisciculture à l’aquarium du Trocadéro de Paris (E.-P Juillerat, « L’établissement de pisciculture du Trocadéro », La science illustrée, n° 156, 22 novembre 1890, p. 409)

Illustration 2 : Une opération de pisciculture à l’aquarium du Trocadéro de Paris (E.-P Juillerat, « L’établissement de pisciculture du Trocadéro », La science illustrée, n° 156, 22 novembre 1890, p. 409)

22D’autres espèces étrangères, comme le poisson-chat, ont suscité une mobilisation relativement importante.

Le poisson-chat : nouveau salut pour les eaux françaises ?

23Le saumon de Californie n’est pas la seule espèce à avoir suscité espoir et enthousiasme. L’exemple du poisson-chat est, lui aussi, très révélateur de la profondeur de l’engagement des hommes de ce temps pour repeupler les eaux françaises. Un article tiré de La Nature et reproduit dans le Bulletin suisse de pêche et de pisciculture de 1903 résume bien les grandes étapes des essais d’acclimatation de ce poisson américain qui, selon les spécialistes de l’époque, avait toutes les qualités requises pour repeupler à foison l’ensemble des bassins hydrographiques français :

  • 29 Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, n° 2, février 1903, article tiré de « L’amiure ou pois (...)

… malgré la prodigieuse fécondité des poissons, ceux-ci n’existeront plus qu’à l’état de souvenir dans nos cours d’eau dévastés. En présence de cette situation on a cherché si l’on ne pourrait pas tenter d’acclimater chez nous des espèces capables de résister à cette pollution industrielle ; l’attention s’est portée tout spécialement sur un poisson bien connu aux États-Unis, l’amiure ou poisson-chat (cat-fish). Parmi les 12 espèces appartenant à cette famille, on a choisi la plus facile à acclimater et la plus succulente et l’amiure sombre (Amiurus nébulosus) est celui qui donna les meilleurs résultats […]. La chair du poisson-chat est tendre et savoureuse, avec une seule arrête comme chez l’anguille, aussi, aux États-Unis, voit-on servir ce poisson à de nombreux amateurs qui le préfèrent à la truite.29

24Après quelques années d’expérimentation en Belgique, l’élite de la pisciculture européenne semble convaincue du succès total de l’acclimatation du poisson-chat dans les cours d’eau du Vieux Continent. Des déversements d’alevins ont eu lieu dans le canal de la Meuse, dans des pièces d’eau à Vigneux (Seine et Oise). Ces opérations soulevèrent des critiques de la part de certains « qui dénoncèrent le nouveau poisson comme une espèce malfaisante, destinée à anéantir nos espèces indigènes » (ibid.). L’auteur de La Nature finit son article en disant « qu’en ce moment nous demandons l’autorisation d’en déverser dans la Seine, à Athis, puis dans d’autres régions françaises, à la grande joie des gourmets et de nos confrères les pêcheurs à la ligne » (ibid.). Le poisson-chat semble donc remporter une majorité de suffrages auprès des pêcheurs. C’est la seule espèce, après la truite, qui, au début du XXe siècle, est à l’origine d’un enthousiasme collectif.

  • 30 A. Corsion, « Peut-on détruire le poisson-chat ? », Au bord de l’eau, n° 20, 15 novembre 1936, p. 1 (...)
  • 31 A. Corsion, « Un grand destructeur de poissons-chats », Au bord de l’eau, n° 27, 15 juin 1937, p. 2 (...)
  • 32 Aucun autre renseignement n’a pour l’instant été trouvé sur la suite des actions menées face à cett (...)

25Moins de trente-cinq ans plus tard, l’opinion des pêcheurs sur ce poisson allogène a radicalement changé : deux articles tirés de la revue de pêche Au bord de l’eau donnent le ton. Le premier article paraît le 15 novembre 1936 et s’intitule « Peut-on détruire le poisson-chat ? ». Dès les premiers mots, cette espèce est catégorisée comme un adversaire farouche des pêcheurs à la ligne : « L’alerte ayant été donnée, la paisible corporation des pêcheurs est partie en guerre contre le poisson-chat, en attendant de pouvoir le faire contre les autres ennemis de son sport. »30 Cet article est écrit par le secrétaire de la société de pêche d’Angers (L’Ablette angevine), qui se présente comme « le premier, à dénoncer, d’une façon formelle, le danger que pouvait faire courir à notre cheptel aquatique et par contrecoup à nos associations de pêcheurs à la ligne, la propagation du “chat” » (ibid.). L’auteur ne précise pas de façon explicite les dangers réels que constitue le poisson-chat pour le milieu aquatique français. Il précise seulement que ses demandes de pêches exceptionnelles auprès de l’administration pour éradiquer les « chats » ont d’abord été refusées car « en 1935, la pullulation n’était pas absolument démontrée ». Ce détail est précieux à double titre. Tout d’abord, cela signifierait que le basculement complet du jugement des pêcheurs sur le poisson-chat se situe au milieu des années 1930. Ensuite, il semble que ce changement radical de position est dû à une prolifération galopante qui asphyxierait les autres espèces de poissons. Le contraste entre les espoirs mis dans cette espèce en 1903 et le désir de destruction qu’elle suscite trente ans plus tard est édifiant… Le secrétaire de la société d’Angers préconise deux moyens pour mener la guerre aux « chats » : une éradication des alevins au moment de la reproduction et la pose de filets à mailles très fines pour le reste de l’année. Ces recommandations d’un pêcheur à la ligne constituent un véritable paradoxe car la défense de la période du frai et l’interdiction de la pêche au filet sont habituellement deux des principaux chevaux de bataille des passionnés de pêche. Face à une espèce de poisson jugée indésirable, les pêcheurs n’hésitent pas à employer des arguments et des méthodes qui constituent, pour eux, en temps normal, des aberrations. Le deuxième article, signé du même auteur, paraît un peu moins d’un an plus tard, le 15 juin 193731. Il y fait l’éloge d’un des membres de sa société de pêche qui a consacré beaucoup de son temps personnel à exterminer nombre de « chats ». L’article relate, photographies à l’appui, l’action « glorieuse » de ce pêcheur qui est présenté comme œuvrant pour le bien-être collectif32. Aujourd’hui, le poisson-chat est bel et bien présent aux quatre coins de l’Hexagone. Les espoirs quant à ses capacités extraordinaires à se reproduire ne semblent donc pas avoir été déçus. Mais il est classé « poisson nuisible » dans la majorité de nos départements. Ceci montre bien que les conséquences des modifications apportées au milieu aquatique ne peuvent réellement se mesurer qu’à long terme.

Illustration 3 : Photographie illustrant l’article « Peut-on détruire le poisson-chat ? » de la revue Au bord de l’eau, 2e année, n° 20, 15 novembre 1936

Illustration 3 : Photographie illustrant l’article « Peut-on détruire le poisson-chat ? » de la revue Au bord de l’eau, 2e année, n° 20, 15 novembre 1936

Conclusion : de la relativité du « sauvage » aquatique…

  • 33 Cité dans le Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, mars-avril-mai 1902, p. 29.

La plupart des poissons peuvent être cultivés artificiellement dans les établissements piscicoles, et si l’on ne peut sauver les bêtes menacées par la contamination des rivières, on pourra, du moins, les remplacer quand elles auront péri.
Le petit journal
, 12 mars 190233.

26Au début du XXe siècle, les pêcheurs, les pisciculteurs et les représentants de l’État français restent persuadés qu’il est possible de recréer artificiellement du « sauvage ». De la même façon que l’on change la pièce défectueuse d’une automobile, ils ont l’impression que la faune aquatique est renouvelable à volonté par le biais de la pisciculture. Alors qu’aucune évaluation sérieuse, quantitative ou qualitative, ne semble avoir été entreprise pour mesurer la véracité du « dépeuplement des rivières », les sources montrent un extraordinaire enthousiasme pour lutter contre ce soi-disant fléau national. Certes, cette croyance n’est pas nouvelle. Mais les conséquences socioculturelles qu’elle entraîne, à l’échelle des acteurs concernés, reste certainement une grande première.

27La période des années 1850 aux années 1890 est un moment où la volonté de repeupler les rivières est très forte. Toutes les attentions sont alors portées sur la truite, considérée comme l’espèce reine en France. Avec le développement de la pêche et la diffusion des techniques de pisciculture, l’ensemble des acteurs sociaux agissent directement sur la faune aquatique. Les alevinages massifs de truites ont artificialisé les milieux naturels. Dans l’esprit des pêcheurs, le but ultime de ces pratiques est de retrouver l’abondance passée des fleuves et des rivières et de recréer du « sauvage » par des moyens techniques. À partir des années 1900, les résultats contrastés des expériences menées jusque-là amènent pêcheurs et pisciculteurs à s’intéresser à des espèces venues de l’étranger : saumon de Californie, poisson-chat. On peut donc conclure à la relativité des définitions et des conceptions en fonction des croyances et des actions de l’homme sur l’environnement. Pendant plus d’un demi-siècle, la définition du « sauvage » a été, en matière aquatique et piscicole, toute relative et parfois même dénuée de sens. L’année 1908 marque une nouvelle étape dans les relations hommes/poissons.

  • 34 La pêche illustrée [revue mensuelle du Fishing-Club de France], n° 2, 15 février 1910, p. 23.

28C’est en effet en 1908 que naît le Fishing-Club de France (FCF), une association qui concrétise une vaste cohésion nationale contre l’infection systématique des cours d’eau34. Cette institution, dans la droite ligne des sociétés savantes et des « clubs » de loisirs des classes aisées tel le Touring Club de France, était constituée d’une multitude d’individus, d’horizons sociaux très variés : du modeste pêcheur du dimanche, au plus haut dignitaire de l’État (inspecteurs des Eaux et Forêts), en passant par de nombreux notables et même de grands hygiénistes reconnus. Les actions concrètes du FCF n’ont pas pérennisé les pratiques des alevinages massifs. Plutôt que d’agir directement dans la composition de la faune aquatique, le FCF a voulu apprendre à mieux la connaître par le biais de vastes enquêtes sur les populations de poissons peuplant les cours d’eau. Il a ensuite cherché à identifier les causes de la raréfaction des espèces (pollution, surpêche…). La survie du sauvage n’est donc plus conçue qu’au travers d’une action directe sur sa composition, mais sur les mesures à prendre pour le conserver, en modifiant notamment les pratiques humaines qui peuvent l’affecter.

Bibliographie

Bacot Paul, Baratay Éric, Barbet Denis, Faure Olivier, Mayaud Jean-Luc dir., L’animal en politique, Paris, L’Harmattan, 2003.

Baratay Éric, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, 2003.

Corbin Alain, « Les balbutiements d’un temps pour soi. La pêche à la ligne et la polarisation des heures », L’avènement des loisirs, Paris, Aubier, 1995.

Kinsey Darin, « Creating fish in illimitable numbers : the nineteenth century “aquatic révolution” in France and its export to North America », History and sustainability, Third International Conference of the European Society for Environmental History (Florence, Italy, 16-19 February 2005), Naples, Cnr Istuto di Studi sulle Sociéta del Mediterrane, 2005, p. 264-268.

Levasseur Olivier, « Les cultures de l’eau : la naissance des aquacultures en France au XIXe siècle », L’environnement au regard des sciences sociales, les sciences sociales à l’épreuve de l’environnement, n° 48 des Annales des Mines, série Responsabilité et environnement, octobre 2007, p. 82-90.

Malange Jean-François, « Pêche à la ligne et gestion des ressources piscicoles. Le Sud-Ouest de la France de la fin des années 1880 à la fin des années 1930 », L’environnement au regard des sciences sociales, les sciences sociales à l’épreuve de l’environnement, n° 48 des Annales des Mines, série Responsabilité et environnement, octobre 2007, p. 91-99.

Thomazi Auguste, Histoire de la pêche des âges de la pierre à nos jours, Paris, Payot, 1947.

Winthrop Michel, 100 ans de pêche en eau douce, Pantin, Flammarion, 2001.

Notes

1 Le petit journal, 12 mars 1902, cité dans le Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, mars-avril-mai 1902, p. 29.

2 Alain Corbin, « Les balbutiements d’un temps pour soi. La pêche à la ligne et la polarisation des heures », p. 324-340.

3 Henri de la Blanchère, Nouveau dictionnaire général des pêches, Paris, Delagrave, 1868, p. 644-645.

4 Geneviève Delbos, « De la nature des uns et des autres : à propos du dépeuplement des eaux marines », Du rural à l’environnement, Nicole Mathieu et Marcel Jollivet éd., Paris, ARF Éditions - L’Harmattan, 1989, p. 50-63.

5 Max Thibault, « Éléments de problématique du saumon atlantique en France », La restauration des rivières à saumon, Paris, INRA Éditions, 1987, p. 413-425. On peut aussi citer « Aperçu historique sur l’évolution des captures et des stocks », Le saumon atlantique, biologie et gestion de la ressource, Plouzané, IFREMER, 1994, p. 175-183, ou bien encore « Premiers éléments de l’éco-histoire du saumon atlantique en France », Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement, Corinne Beck et Robert Delort éd., Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 147-154.

6 Franz-Josef Brüggemeier, « Le dépérissement de la forêt (Waldsterben) : construction et déconstruction d’un problème d’environnement », Le démon moderne. La pollution dans les sociétés urbaines et industrielles d’Europe, Christoph Bernhardt et Geneviève Massard-Guilbaud éd., Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2002, p. 75-90.

7 Archives départementales de la Haute-Vienne, I/L 75, Congrès de l’arbre et de l’eau, M. Poher, « Nos étangs », 1913, p. 110-115.

8 G. Albert-Petit et al., La pêche moderne. Encyclopédie du pêcheur, Paris, Larousse, 1933, p. VII-IX.

9 Lucien Bély éd., Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2005, p. 250-251.

10 Voir, à ce propos, les procès-verbaux de justice de première instance aux archives départementales, série U.

11 Alain Corbin, « Les balbutiements d’un temps pour soi », déjà cité, p. 324.

12 Archives nationales F10 1762 : note remise à monsieur Magne, ministre du Commerce, de l’Agriculture et des Travaux publics, le 6 août 1853 par A. Doulay de la Meurthe.

13 Le mérite de l’invention de la fécondation artificielle revient à un Allemand, Étienne Louis Jacobi (1711-1784), qui fit connaître sa méthode en 1763 dans un journal local : Hannôver Magazin . En 1772, Duhamel du Monceau traduit cette méthode dans son Traité général des pêches . Mais la méthode de Jacobi tomba dans l’oubli jusqu’au milieu du XIXe siècle.

14 Jean-Luc Mayaud, 150 ans d’excellence agricole en France, histoire du concours général agricole, Paris, Belfond, 1991.

15 Jules Carpentier, La pêche raisonnée et perfectionnée, Paris, Librairie Audot, 1879, p. 193.

16 Archives départementales du Lot, 4 M 60 : Sociétés de chasse et de pêche.

17 Annuaire des associations de pêcheurs à la ligne de France, Toulouse, Imprimerie spéciale de l’annuaire des associations de pêcheurs à la ligne, 1901, p. 55.

18 Archives départementales de la Haute-Garonne, S 145 : dossier sur l’établissement de piscicultures des Filtres.

19 Archives nationales F10 1762 : note remise à monsieur Magne, ministre du Commerce, de l’Agriculture et des Travaux publics, le 6 août 1853 par A. Doulay de la Meurthe.

20 Paul Vivier, Le centenaire du repeuplement artificiel des cours d’eau à truites, Paris, Station centrale d’hydrobiologie appliquée, 1957.

21 Olivier Levasseur, « Les cultures de l’eau : la naissance des aquacultures en France au XIXe siècle », L’environnement au regard des sciences sociales, les sciences sociales à l’épreuve de l’environnement, n° 48 des Annales des Mines, série Responsabilité et environnement, octobre 2007, p. 82-90.

22 BNF (site de Richelieu) : cartes et plans, Ge C 6623 : Ponts et Chaussées. Département du Haut-Rhin. Établissement de pisciculture de Huningue. Plan général, échelle : 1/2000. Strasbourg, E. Simon imp., 1866.

23 Henri de la Blanchère, Nouveau dictionnaire général des pêches, Paris, Delagrave, 1868, p. 201-202.

24 Nelson Cazeils, Autrefois la pêche en eau douce. Insolite, histoires, traditions et savoirfaire, Rennes, Éditions Ouest-France (Mémoires), 2003, p. 88.

25 Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, n° 5, mai 1903, p. 69-72.

26 Jousset de Bellesme, La pisciculture en France de 1884 à 1900. L’aquarium du Trocadéro, l’enseignement municipal de pisciculture, les sociétés de pêche, l’initiative privée, Paris, J. B. Baillière et fils, 1909, p. I-XV.

27 Jean-François Malange, À la recherche d’une socio-histoire des pratiques de pêche à la ligne en France de 1800 à nos jours, mémoire de DEA, Patrick Cabanel et Jean-Marc Olivier dir., Université de Toulouse Le Mirail, 2005.

28 Archives départementales du Gers, 4M 52.

29 Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, n° 2, février 1903, article tiré de « L’amiure ou poisson chat » d’Arthur Good, La nature, p. 29-30.

30 A. Corsion, « Peut-on détruire le poisson-chat ? », Au bord de l’eau, n° 20, 15 novembre 1936, p. 17.

31 A. Corsion, « Un grand destructeur de poissons-chats », Au bord de l’eau, n° 27, 15 juin 1937, p. 21.

32 Aucun autre renseignement n’a pour l’instant été trouvé sur la suite des actions menées face à cette espèce.

33 Cité dans le Bulletin suisse de pêche et de pisciculture, mars-avril-mai 1902, p. 29.

34 La pêche illustrée [revue mensuelle du Fishing-Club de France], n° 2, 15 février 1910, p. 23.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Lithographie de Daumier, mars 1856. La pisciculture. Perfectionnement de l’éducation des poissons savants du collège de France (collection privée)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Illustration 2 : Une opération de pisciculture à l’aquarium du Trocadéro de Paris (E.-P Juillerat, « L’établissement de pisciculture du Trocadéro », La science illustrée, n° 156, 22 novembre 1890, p. 409)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Illustration 3 : Photographie illustrant l’article « Peut-on détruire le poisson-chat ? » de la revue Au bord de l’eau, 2e année, n° 20, 15 novembre 1936
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Professeur certifié d’histoire géographie au collège Salinis d’Auch, doctorant en histoire contemporaine, laboratoire Framespa (umr 5136), université de Toulouse 2, Le Mirail

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable