Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'homme à la conquête du sauvage. Recompositions et domestications

Discours et réalités autour de la naissance des activités ostréicoles en France

Olivier Levasseur

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, on consultera avec profit Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, (...)

1La domestication des espèces est sans doute l’un des plus anciens rêves de l’homme. Dans le cas des espèces marines, le milieu constitue un obstacle longtemps infranchissable. Dès le XVIIIe siècle, la question de la domestication du milieu marin, et au-delà celle des espèces marines, se pose avec une nouvelle acuité. Le modèle de l’élevage – notamment bovin – est-il transposable aux eaux salées1 ?

  • 2 Elle voit le jour au cours des deux décennies 1850-1860, lorsque l’on découvre des moyens efficaces (...)

2La réussite la plus éclatante, au XIXe siècle, est sans conteste celle de l’ostréiculture. Bien qu’il s’agisse d’une activité littorale récente2, ses origines remontent pourtant à l’Ancien Régime, lorsque les premiers inspecteurs des pêches (poste créé à partir de 1726) constatent une baisse importante des prises. Ils régulent alors la pêche des huîtres avec un corpus réglementaire et législatif.

3Dès cette époque, au-delà d’une volonté normative d’un État qui cherche à reprendre le contrôle sur ses littoraux, les enjeux sociaux, économiques et environnementaux de gestion et de partage des espaces et des ressources sont soulignés. L’une des illustrations les plus éclatantes en sera la mission menée par l’inspecteur des pêches Chardon et le naturaliste Dicquemare sur les côtes normandes et bretonnes en 1785. Déjà, on relève les interrogations des agents de l’État sur les potentialités de développement d’une filière ostréicole qui ne peut prendre corps en raison d’une insuffisance des connaissances sur la biologie de l’huître. Les changements de régimes politiques et le moindre intérêt de l’État pour ses littoraux vont affaiblir durablement les prémices des politiques alors mises en place.

4C’est dans les années 1840 que les activités ostréicoles reviennent sur le devant de la scène : des particuliers mènent alors des expériences de captage. Elles vont être relayées par l’État avec l’avènement du Second Empire (1851) et la personne de Victor Coste, qui se voit confier la mission de repeupler les bancs d’huîtres naturels. L’État va alors investir massivement dans des expériences ostréicoles d’ampleur, mais va parallèlement mettre en place un nouveau corpus réglementaire. Même si son rôle est alors parfois vigoureusement contesté, cette période est celle de la naissance de l’ostréiculture contemporaine.

5Nous nous proposons ici de présenter les politiques de développement et de gestion des activités ostréicoles sur les littoraux français au cours de ces deux siècles. Celles-ci ont eu comme principal effet de remodeler les littoraux et d’y imprimer, non sans soubresauts, les marques d’une anthropisation à un niveau jusqu’alors jamais atteint.

L’Ancien Régime

6Le XVIIIe siècle marque un tournant dans la gestion des ressources marines : on s’inquiète des baisses des captures et on met peu à peu en place les prémices d’une politique « raisonnée ». La pêche des huîtres, telle qu’elle est pratiquée, est vite confrontée à un problème de renouvellement de la ressource et d’épuisement des stocks : nous assistons alors à la mise au point d’une législation de protection des ressources. Les contemporains prennent conscience que les bancs naturels sont une ressource finie, qu’il convient d’exploiter avec quelque circonspection. Deux tendances se dégagent : la première est la nécessité absolue de protéger la ressource, au travers d’une restriction des périodes de pêches et d’un accès réglementé aux bancs. La seconde est issue d’une réflexion qui prolonge la première : pourquoi ne pas s’affranchir des contraintes des bancs en disposant d’huîtres à volonté ? Or, ceci implique de s’interroger sur la manière dont on peut maîtriser la reproduction…

Les premières mesures de gestion

  • 3 C’est l’un des objets des inspections de François le Masson du Parc, premier inspecteur des pêches (...)

7Dès la fin des années 1720, l’État se fixe comme objectif l’élimination des droits maritimes seigneuriaux. Parmi ceux-ci, les pêcheries fixes, principales accusées dans la baisse des captures, vont être particulièrement visées : on les accuse, en effet, de retenir tout le frai à marée basse3. Pourtant, ce sont bien les huîtres qui déclenchent la prise de conscience d’une nécessaire réglementation de ce qui est considéré jusqu’alors comme une « manne illimitée » : les ressources marines. Arcachon est l’un des premiers sites à bénéficier d’une protection réglementaire à partir de 1750, lorsque le parlement de Bordeaux suspend la pêche pour une durée de trois ans. En 1753, 1754 puis 1759, l’amirauté de Guyenne interdit la pêche pendant six mois par an.

  • 4 Archives municipales de Tréguier, BB 8, délibération du 10 octobre 1763.
  • 5 Ibid., délibération du 26 octobre 1764.
  • 6 Archives départementales des Côtes-d’Armor, 9 M 15.
  • 7 Olivier Levasseur, Histoire de l’huître en Bretagne.

8L’exemple breton de Tréguier illustre particulièrement bien les difficultés à mettre en place une politique de gestion sur le long terme. La communauté de la ville montre à plusieurs reprises son souci de protection de la ressource, mais sa motivation principale est de veiller à maintenir une paix sociale mise à mal par les mauvaises récoltes ou les disettes. À la suite d’une délibération de la municipalité, le parlement de Bretagne rend en 1755 un arrêt « portant défense de draguer des huîtres sur le banc de Tréguier », hors le temps du Carême. Il fait également « défense expresse d’en exporter par la voie de l’embarquement, sous quelque prétexte que ce soit ». Trois ans plus tard, cet arrêt est annulé et l’épuisement du banc est rapide, car l’autorisation de pêcher les huîtres toute l’année produit des effets désastreux. En 1763, la municipalité estime qu’il est « à la connaissance publique, que la manne des huîtres de la rivière de Tréguier est presque perdue, et que de jours en jours les huîtres y deviennent de plus en plus rares »4. L’affaire est portée devant le parlement de Bretagne, qui, par l’arrêt du 10 octobre 1764, fait « déffense à toutes personnes de draguer des huîtres et d’en ramasser à la main dans la rivière de Tréguier hors le tems du caresme, avec injonction aux batelliers pescheurs de déposer leurs dragues au greffe de laditte communauté hors ledit tems »5. Ces interdictions sont reconduites pour six ans, mais, « ce terme expiré, les abus reprirent leur cours, et l’extrême diminution du produit de la pêche ne tarda pas à faire pressentir que bientôt disparaîtrat sans retour, ce précieux coquillage »6. À partir de 1770, la drague reprend de plus belle et c’est l’arrêt du 17 octobre 1775 qui la réglemente une fois encore : elle est autorisée uniquement du 1er février au 1er mai. Il existe d’autres exemples de réglementations locales en baie de Saint-Brieuc, à Cancale ou sur la côte méridionale de la Bretagne mais le principe retenu reste identique, il s’agit de la limitation de la durée de la pêche7.

Imaginer le futur

  • 8 Olivier Levasseur, « Épistémologie des savoirs halieutiques en France sous l’Ancien Régime ».

9Sous l’Ancien Régime et au début du XIXe siècle, la connaissance scientifique du milieu maritime est en pleine construction8. Dans le cadre de recherches privées, ou d’académies provinciales, des mémoires divers sont soumis au regard d’un public souvent restreint. Peu à peu, l’État reprend à son compte ces recherches et en écarte progressivement ses initiateurs.

10L’axe privilégié de réflexion tourne autour de la manière de disposer d’huîtres à volonté. Le Normand Tiphaigne de la Roche se prend à rêver :

  • 9 Tiphaigne de la Roche, Essai sur l’histoire œconomique des mers occidentales de France, Paris, C. J (...)

Aidez la nature, allez dans le tems de la fécondation sur une huîtrière, pêchez des huîtres fécondes & prêtes à donnez leur semence, répandez ces huîtres sur les rochers que vous voulez peupler, peut-être la Nature n’attend-elle que ce secours pour les revêtir de cet excellent coquillage […]. Que de peines et de soins ne se donne-t-on pas pour ensemencer la terre ? Sans cela, quelque féconde qu’elle soit, pourroit-elle fournir à la moindre partie nos besoins ? Dans la mer nous avons des semences de coquillages, nous avons des fonds incultes, mais fertiles et nous restons dans l’inaction.9

  • 10 Ibid., p. 275.

11Au-delà de ces pensées assez représentatives du manque d’informations sur la biologie des espèces, Tiphaigne propose des solutions : il s’agit de mener des « essais à faire sur la propagation des huîtres », mais également de favoriser le développement de réservoirs à poissons établis dans les lagunes littorales, ce qui permettrait de préserver la ressource et de réguler les prises10. Nous ne pouvons qu’être frappés par le fait que ce sont justement sur ces deux domaines précis que vont porter les voyages d’études de Victor Coste durant le Second Empire, et que l’on observe une grande similitude avec les discours tenus un siècle plus tard. Les missions de Chardon et Dicquemare sur les côtes normandes et bretonnes en 1785 ne se contentent pas d’une compilation de rapports, car ces deux commissaires mènent une véritable enquête, avec auditions de témoins et visites sur le terrain. Leur but avoué est de s’intéresser avant tout

  • 11 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, C 1594.

… aux points les plus essentiels et les plus propres à éclairer, sur la protection qu’il importe d’accorder, afin que les huitrières ne soient point détruites, qu’au contraire elles puissent être multipliées ; car à certains égards, il seroit possible de cultiver quelques parties de la mer, par la multiplication des animaux utiles.11

  • 12 Archives nationales, fonds Marine C554.

12Logiquement, il doit être possible de trouver un moyen de « cultiver la mer », mais la reproduction de l’huître est « l’une des choses sur lesquelles la nature a étendu son voile »12. Remarquons encore que ce discours n’est pas isolé et que l’idée d’une culture des huîtres est bien présente dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : dès cette époque, les pistes du développement ultérieur des aquacultures sont donc identifiées, mais il faudra pourtant attendre presque un siècle supplémentaire avant qu’elles ne s’éveillent réellement.

  • 13 Ibid. Ce Mémoire sur les huîtres énumère leurs ennemis : ce sont les vers, les crabes, les astéries (...)

13Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les activités « ostréicoles » paraissent s’effectuer sans heurts, essentiellement parce que l’on ne s’en soucie guère. Au cours de la seconde moitié du siècle, la situation évolue rapidement en raison de l’épuisement partout constaté des bancs. Les premiers accusés sont les hommes13, ce qui explique la multiplication d’arrêts du Conseil, de jugements, d’enquêtes qui permettent alors de mieux encadrer les activités ostréicoles. Cependant, nous assistons à une prise de conscience : il faut s’impliquer d’avantage dans l’étude desdites activités et de leur impact, et tenter de reconstituer, d’une manière ou d’une autre, les bancs dévastés.

Le XIXe siècle : la naissance de l’ostréiculture contemporaine

Une difficile gestation : l’établissement d’un cadre législatif

  • 14 Ainsi que des décrets d’application du 4 juillet 1853.

14La période révolutionnaire n’introduit pas de rupture majeure dans l’histoire de l’occupation des littoraux, l’essentiel de l’activité réglementaire concernant avant tout les pêcheries. Signalons qu’en 1806, à l’initiative de Napoléon Ier, une refonte de la législation relative aux pêches est envisagée, sans toutefois aboutir. Le décret du 9 janvier 185214 marque un véritable tournant en ce qui concerne notre propos. L’article 2 indique

… qu’aucun établissement de pêcherie, de quelque nature qu’il soit, aucun parc, soit à huîtres, soit à moules, aucun dépôt de coquillages ne peuvent être formés sur le rivage de la mer, le long des côtes, ni dans la partie des fleuves, rivières, étangs et canaux où les eaux sont salées, sans une autorisation spéciale délivrée par le ministère de la Marine.

  • 15 Finalement publié en 1915.

15En raison du retard dans la publication du règlement d’administration publique censé préciser les conditions d’attribution15, l’administration de la Marine aura les mains libres pour délivrer une autorisation précaire et révocable, sans limitation de durée jusqu’au décès du titulaire. L’un des mérites de ce décret est de clarifier les situations parfois très diverses des établissements de pêche qui coexistent jusqu’alors, mais aussi et surtout peut-être de mettre en place un cadre juridique favorisant l’arrivée de nouveaux exploitants sur les littoraux grâce à l’essor de l’ostréiculture. Ceci permet en outre, au grand dam des exploitants, de supprimer un grand nombre de pêcheries fixes, principales victimes de cette politique. Elles sont en effet considérées comme des privatisations d’un espace littoral public : plusieurs centaines de pêcheries fixes sont supprimées dans les années 1850 et 1860. Toutefois, la Marine va progressivement assouplir sa position : certaines d’entre elles furent autorisées ou maintenues, soit en raison de leur contribution à la lutte contre l’érosion littorale, soit parce qu’elles peuvent être considérées comme de véritables réservoirs à poissons en eaux salées.

16Dans l’ensemble des discours tenus à la fin des années 1850 et au début des années 1860, on retrouve l’idée que l’ostréiculture alors balbutiante va permettre d’accroître les effectifs de l’Inscription maritime, nourrissant ainsi en équipages une marine de guerre dont les missions et le champ d’action s’accroissent sans cesse avec les conquêtes coloniales et le développement du commerce maritime. La Marine va alors favoriser le développement des établissements de pêche, notamment les parcs à huîtres. Une mesure importante est l’autorisation donnée par Hamelin, secrétaire d’État, de création des parcs à huîtres par les inscrits maritimes en 1858. Les concessions accordées jusqu’alors ne sont que des transformations de dépôts d’huîtres en parcs. L’ensemble de cette nouvelle législation est pourtant perfectible, puisque les détenteurs de concessions tendent à s’en croire propriétaires, tout en n’y investissant guère en raison de leur précarité.

17Pour résumer, l’ostréiculture bénéficie donc alors de toute l’attention de la Marine, selon trois axes principaux :

  • le repeuplement des huîtrières dévastées ;

  • le soutien aux expériences scientifiques et l’amélioration des techniques employées ;

  • une campagne intense de communication en direction des pêcheurs pour les inciter à s’investir dans cette nouvelle activité.

Victor Coste, la conquête des littoraux

  • 16 Victor Coste (1809-1873) s’intéresse dans un premier temps à la pisciculture en eaux douces. Il est (...)
  • 17 Olivier Levasseur, « Les cultures de l’eau : la naissance des aquacultures en France au XIXe siècle (...)

18Le Second Empire est une période particulièrement féconde dans le domaine des aquacultures, que l’on perçoit alors comme une solution potentielle aux problèmes chroniques de ravitaillement. Napoléon III va encourager les efforts de recherches à un niveau jusqu’ici jamais atteint, soutenant une politique d’expérimentation censée fournir une impulsion décisive à une industrie naissante, celle de « la culture de l’eau », des produits de la mer. À partir des années 1852-1853 et pour une quinzaine d’années, le nom de Victor Coste16 apparaît et devient incontournable dans l’histoire des aquacultures françaises. Le soutien financier et institutionnel de l’État va lui permettre de mettre en œuvre des expériences scientifiques qui visent à maîtriser la reproduction des espèces aquatiques17.

  • 18 La seconde édition date de 1861. Elle est plus complète puisqu’on y trouve notamment les rapports d (...)

19Coste se voit confier en 1852 une mission d’observation en Italie, et notamment sur les rives du lac Fusaro (près de Cumes dans la baie de Naples), afin d’étudier « ce qui s’y fait » : il y existe des bancs artificiels d’huîtres car les Italiens maîtrisent la technique du captage. À son retour, il rédige un rapport, le Voyage d’exploration sur le littoral de la France et de l’Italie, qui paraît en 185518. Sa conclusion est évidente :

  • 19 Victor Coste, « Industrie du lac Fusaro », Voyage d’exploration sur le littoral de la France et de (...)

… importée dans les étangs salés de notre littoral, l’industrie du Fusaro serait une véritable richesse pour nos populations ; étendue, en la modifiant, à l’exploitation des bancs naturels qui existent au sein des mers, elle prendrait les proportions d’une entreprise d’utilité générale.19

  • 20 Service historique de la Défense, Marine Vincennes, CC5187. L’empereur lui rend même visite dans so (...)

20Bien qu’accaparé dans un premier temps par le lancement de la pisciculture impériale d’Huningue (consacrée aux poissons d’eau douce), Coste n’en néglige pas pour autant les eaux salées. Le 10 mars 1857, il est officiellement prévenu que Napoléon III a manifesté l’intention de lui confier « le soin de procéder à des études et à des expériences sur la pisciculture maritime »20. En fait, ses efforts portent surtout sur la culture des huîtres. Les objectifs de Coste sont multiples : il s’agit de repeupler des bancs, d’ouvrir la voie à d’éventuels nouveaux exploitants en montrant aux populations riveraines les moyens techniques à employer, et de permettre « la mise en culture », selon sa propre expression, des littoraux. Animé d’une foi inébranlable dans le triomphe de la science et le progrès social qu’elle ne manquera pas de provoquer, son idée est alors de montrer que « l’industrie pouvait étendre son action jusqu’aux profondeurs de la mer dans des régions qui jamais ne découvrent ». Il juge par ailleurs qu’elle est également

  • 21 Jules Cloquet, Rapport à la Société d’acclimatation, 1861.

… en mesure d’attirer et de fixer la récolte sur des terrains émergents où, à marée basse, on donne des soins au coquillage, comme dans nos jardins aux fruits de nos espaliers. Cette entreprise ne saurait être accomplie que par la prévoyante initiative des Gouvernements. À eux seuls incombe le devoir de veiller à la conservation et au développement de cette source d’alimentation : car le domaine des mers est une propriété sociale.21

21Le premier site expérimental retenu est la baie de Saint-Brieuc sur les côtes septentrionales de la Bretagne. Coste y fait immerger en 1857-1858 des huîtres de Chausey et de Cancale sur dix gisements représentant 1 000 hectares. Elles sont censées repeupler les bancs détruits quelques années auparavant. Il crie victoire dès janvier 1859 :

  • 22 Victor Coste, « Rapport à l’empereur », Le Moniteur, 13 janvier 1859.

Il y a six mois à peine que ces mesures sont en voie d’exécution, et déjà les promesses de la science se traduisent en une saisissante réalité. Les trésors que la persévérante application de ses méthodes accumule sur ces champs en pleine germination, dépassent les rêves de ses plus ambitieuses espérances.22

22De tels résultats vont provoquer l’enthousiasme des commentateurs :

Le rendement de cette industrie sera donc inépuisable, puisqu’on peut immerger autant d’appareils collecteurs de semence que l’on désire […]. Le golfe de Saint-Brieuc deviendra un véritable grenier d’abondance si, par la jonction des bancs déjà créés, on le convertit tout entier en un vaste champ d’expérimentation.

  • 23 Louis Figuier, « La culture des huîtres », L’année scientifique, Paris, Furne, 1860, p. 270-272.

23Il n’en faut pas plus pour juger que ces résultats sont décisifs et qu’« à partir de notre époque, une ère nouvelle s’ouvre à l’industrie, qui commence à étendre son empire sur les lois mêmes de la vie, et qui va trouver de nouvelles richesses dans l’application directe des découvertes de l’histoire naturelle »23. Toutefois, cette expérience connaît un échec retentissant deux ans plus tard, notamment en raison de la violence des courants.

24D’autres expériences sont menées au cours de la même période en Bretagne, dans la rade de Brest, dans le Trieux et le Jaudy (Côtes-du-Nord). Elles se soldent toutes par des échecs, soit en raison de conditions locales défavorables, soit en raison du pillage intensif par les populations riveraines. D’autres parcs établis sur les côtes des îles de Ré et d’Oléron ou de La Rochelle connurent, eux aussi, de rapides échecs, tout comme ceux de Méditerranée (notamment dans l’étang de Thau et en rade de Toulon). D’autres expériences connaissent un devenir plus heureux comme l’établissement de la « réserve impériale » de Penfoulic (Finistère) en 1860, constituée à partir d’huîtres britanniques, qui remplit son rôle de fournisseur d’huîtres pour repeupler d’autres zones sinistrées. Mentionnons encore Pénerf (Morbihan) où Coste reprend un parc expérimental créé par le ministère de la Marine pensant le convertir en un centre de production destiné aussi à fournir des huîtres en vue de réensemencer des bancs dévastés dans le Morbihan.

  • 24 F. F. De Bon, « L’ostréiculture en France », La pisciculture fluviale et maritime en France, Jules (...)
  • 25 Charles Boubès, L’ostréiculture à Arcachon, Bordeaux, G. Delmas, 1909.

25Tous les textes relatifs à ces expériences mentionnent leur triple but : il s’agit d’expérimentations scientifiques in situ, mais elles sont également destinées à affirmer la dimension « pédagogique » du projet : il faut montrer la voie et inciter les pêcheurs, les populations riveraines mais aussi les investisseurs à s’impliquer dans le développement de cette nouvelle activité. Les littoraux vont alors se couvrir de concessions et le bassin d’Arcachon en est sans doute l’un des exemples les plus spectaculaires : Coste y crée en 1860 les deux parcs impériaux du Grand Cès et de Crastorbe, « deux parcs modèles qui doivent constituer des foyers de reproduction pour tout le bassin et servir à expérimenter les divers appareils collecteurs imaginés jusque-là »24. Ces parcs vont connaître de rapides succès et un troisième est établi à Lahillon en 1863. Ils cessent de fonctionner sous cette forme en 1872, lorsque l’industrie privée prend le relais et qu’ils atteignent donc le but qui leur avait été assigné au départ : il existe 500 parcs en 1870, mais 2 600 en 187525 !

26Malgré des échecs qui tempèrent ses réussites éclatantes, Coste est un pivot essentiel dans le passage d’une science de laboratoire à une science appliquée, modifiant à jamais les environnements littoraux. Son optimisme, bien que souvent démenti dans les faits, est partagé par de nombreux acteurs de cette aventure, dont la Société impériale d’acclimatation. En 1867, les travaux aquacoles de cette dernière sont présentés ainsi :

  • 26 Charles Millet, « De l’industrie des pêches », La production animale et végétale, études faites à l (...)

La production est pour ainsi dire illimitée, et l’aquiculture n’y éprouve d’autres entraves que celles qui, sur des étendues assez restreintes, résultent des besoins de la navigation et de la défense des côtes […] La mer présente des ressources inépuisables. Elle peut d’ailleurs être mise en culture sur une vaste étendue de rivages qu’il est facile de transformer en champs producteurs de zoophytes et de coquillages.26

Une vision remise en cause

27Tout le monde ne partage pas cette vision idyllique des choses et Coste est violemment contesté. Il faut distinguer deux types d’opposants : le premier est celui d’un scientifique comme Charles Millet, qui conteste les méthodes employées et leurs résultats, mais ne remet nullement en cause le but à atteindre. Le second, tel Jean Baptiste Antoine Rimbaud, attaque le principe même de cette nouvelle ostréiculture, à la fois dans ses dimensions techniques mais aussi sociales.

28Millet, retraçant l’histoire de l’ostréiculture en 1870, cite abondamment Coste, « ne serait-ce que pour faire apprécier ce que peuvent être, en pareille matière, les erreurs d’un savant qui sacrifie tout à des conceptions purement théoriques ». Ayant retranscrit intégralement le rapport de Coste sur l’expérience de la baie de Saint-Brieuc, il peut conclure :

  • 27 Charles Millet, La culture de l’eau, Tours, Mame, 1870, p. 59.

Voici la vérité : les résultats ont été absolument nuls, et il a fallu renoncer à poursuivre l’œuvre entreprise […]. Les bancs que l’on avait cru pouvoir repeupler ne sont pas reconstitués, et la baie de Saint-Brieuc est aujourd’hui dépourvue d’huîtres.27

29Sur la façade atlantique, passé le premier engouement, cet

… empressement, cet enthousiasme même que l’on a imprudemment provoqués, ont eu de déplorables conséquences, car les habitants de l’île, en grand nombre, ont délaissé la culture de leurs vignes ou de leurs terres pour se livrer, sur la côte, à une industrie dont les résultats étaient, sinon chimériques, du moins très problématiques ; ils ont dépensé, presque en pure perte, non seulement leur temps, mais encore leurs modestes économies.

30La situation n’est guère plus brillante ailleurs : sur le littoral méditerranéen, « toutes les tentatives de repeuplement ou d’établissement de bancs n’ont pas été couronnées de plus de succès qu’à Saint-Brieuc ». En rade de Toulon, dans le parc « dans lequel on a englouti des sommes considérables, on ne retrouve plus que des écailles vides, qui ne produiront même pas un blâme sévère contre les inventeurs de cette ruineuse mystification » (p. 61). Sa conclusion, péremptoire, est que « la science y a perdu son prestige, et l’ostréiculture y a compromis son avenir » (p. 66). Cependant, Millet ne remet aucunement en cause le principe du soutien de l’État, mais plutôt la personne même de Coste (et sa proximité avec le régime impérial).

31Les critiques n’émanent pas que de scientifiques, mais aussi du sérail. Commissaire de la Marine, Jean Rimbaud se livre en 1869 à une attaque en règle, bien qu’indirecte, contre Victor Coste, conçue comme une réponse à une série d’articles rédigés par le rédacteur en chef du Nouvelliste, Esprit Privat. Son argumentation se résume de la manière suivante : depuis que l’on a eu l’idée de transformer l’océan en une véritable fabrique de substance alimentaire, où l’industrie attirerait et fixerait, à son gré, la récolte dans les lieux qu’elle lui assignerait,

… bon nombre d’expériences ont été poursuivies, sous la protection et avec l’assistance du département de la Marine, dans le but d’organiser des exploitations artificielles de la mer et de remplir ainsi le programme scientifique.

32Cependant, il considère que « c’est poursuivre une chimère que de vouloir gérer la production de la mer comme nous gérons celle de la terre ».

[Pour lui,] l’agriculture est un fait, mais l’aquiculture n’est qu’une supposition ou un amusement scientifique […]. Nous sommes convaincus que la pisciculture, la mytiliculture et l’ostréiculture ne sont que des parasites de l’exploitation naturelle de la mer, légalement réservée, en France, aux marins de l’Inscription.

  • 28 Toutes ces citations sont extraites de J. Rimbaud, L’industrie des eaux salées, Paris, Challamel aî (...)

33Les entreprises aquicoles sont donc ainsi au mieux inutiles, et s’opposent même à l’un des buts annoncés : « celui du développement de la pêche, seule industrie raisonnable du domaine aquatique. » Mais, ajoute-t-il, « les eaux salées ne renferment rien qui ne soit susceptible de domestication et de culture ». Il s’attaque ensuite à l’aquiculture comme exploitation du bien commun et, contrant l’argument de Coste, affirme que « l’aquiculture marine, dans toutes ses branches n’est que l’expression d’une pensée de monopole et ne peut produire qu’à de dangereux empiétements sur le domaine social ». Comment peut-on en effet « tout en déclarant le domaine des mers propriété sociale, y former le vœu d’y voir s’étendre la propriété privée » ? L’arrivée massive de nouveaux exploitants, étrangers au milieu maritime, va donc priver de revenus ceux qui sont, aux yeux de Rimbaud, les seuls habilités à l’exploiter, en multipliant les concessions qui ne sont que des privatisations masquées. « Établir que l’aquiculture est ou n’est pas une industrie utile est bien plus une question économique qu’une question d’histoire naturelle. »28

34Les critiques sont donc diverses mais sont toutes centrées sur la manière dont Coste envisage la mise en culture des littoraux et en particulier le rôle qui doit revenir à l’État. Elles se feront d’autant plus vives lorsque l’Empire disparaît. Coste devient alors le symbole d’un régime déchu et ses idées sont en grande partie écartées. Son point de vue s’efface d’autant plus rapidement qu’il décède en 1873, ce qui coïncide avec une nouvelle phase dans le développement de l’ostréiculture, celle des entrepreneurs privés et du lotissement massif des estrans. Le rôle de l’État se concentre alors sur la régulation de cette activité, et non plus sur la transmission de techniques de production. L’ostréiculture contemporaine est née.

Conclusion

35Si l’Ancien Régime est marqué par l’émergence de la gestion des ressources marines, le XIXe siècle est celui de la naissance de l’ostréiculture : sous l’action conjuguée des acteurs locaux et des services de l’État, les littoraux connaissent dans la seconde moitié du xix e siècle une profonde transformation. Les estrans quittent leur statut antérieur d’espaces marginaux pour devenir de véritables prolongements des finages communaux, massivement anthropisés à un niveau jusqu’alors jamais atteint. L’État a donc permis, au-delà des difficultés initiales, la mise en place puis l’accompagnement du développement d’un nouveau rapport à l’estran, ce qui constitue un modèle unique en Europe. Si l’épisode Coste a été un échec relatif, c’est que les techniques d’exploitation ne sont pas alors entièrement définies :

  • 29 Fernand Landrin, « L’ostréiculture », La Nature, n° 862, 7 décembre 1889, p. 8.

[depuis Coste,] l’industrie ostréicole a fait des progrès considérables ; et ce qui n’était alors qu’une expérience scientifique est devenu aujourd’hui une industrie des plus prospères, source de richesse sur nos côtes, en même temps que jouissance pour les gourmets…29

Bibliographie

Coste Victor, Voyage d’exploration sur le littoral de la France et de l’Italie, Paris, Imprimerie nationale, 1855.

Hautefeuille Laurent-Basile, Les pêches maritimes en France, leur état actuel, moyens de les rétablir et de les développer, Paris, Librairie A. Franck, 1861.

Levasseur Olivier, Histoire de l’huître en Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2006.

Levasseur Olivier, « Les cultures de l’eau : la naissance des aquacultures en France au XIXe siècle », L’environnement au regard des sciences sociales, les sciences sociales à l’épreuve de l’environnement, n° 48 des Annales des Mines, série Responsabilité et environnement, 2007, p. 82-90.

Levasseur Olivier, « Épistémologie des savoirs halieutiques en France sous l’Ancien Régime », La mesure du savoir : études sur l’appréciation et l’évaluation des savoirs, Pascale Hummel et Frédéric Gabriel éd., Paris, Philologicum, 2007.

Orfila Gérard, 1990, Droit de la conchyliculture et de l’aquaculture marine, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 1990.

Notes

1 Sur ce sujet, on consultera avec profit Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, 2003.

2 Elle voit le jour au cours des deux décennies 1850-1860, lorsque l’on découvre des moyens efficaces de capter le naissain et donc de s’affranchir – dans une certaine mesure seulement – des contraintes liées aux bancs naturels.

3 C’est l’un des objets des inspections de François le Masson du Parc, premier inspecteur des pêches du royaume à partir de 1726.

4 Archives municipales de Tréguier, BB 8, délibération du 10 octobre 1763.

5 Ibid., délibération du 26 octobre 1764.

6 Archives départementales des Côtes-d’Armor, 9 M 15.

7 Olivier Levasseur, Histoire de l’huître en Bretagne.

8 Olivier Levasseur, « Épistémologie des savoirs halieutiques en France sous l’Ancien Régime ».

9 Tiphaigne de la Roche, Essai sur l’histoire œconomique des mers occidentales de France, Paris, C. J. B. Bauche, 1760, p. 262-265. Le discours de Victor Coste un siècle plus tard ne sera pas différent.

10 Ibid., p. 275.

11 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, C 1594.

12 Archives nationales, fonds Marine C554.

13 Ibid. Ce Mémoire sur les huîtres énumère leurs ennemis : ce sont les vers, les crabes, les astéries, les anémones de mer mais aussi et surtout l’homme, puisque « de tous les ennemis des huîtres, il n’y en a peu comme de plus capable de les détruire entièrement que l’homme, par le peu de ménagement qu’il apporte à leur conservation et à leur pêche… ».

14 Ainsi que des décrets d’application du 4 juillet 1853.

15 Finalement publié en 1915.

16 Victor Coste (1809-1873) s’intéresse dans un premier temps à la pisciculture en eaux douces. Il est nommé professeur d’embryologie comparée au Collège de France en 1844 et entre à l’Académie des sciences en 1851. C’est un proche de la famille impériale puisqu’il est également médecin personnel de l’impératrice Eugénie.

17 Olivier Levasseur, « Les cultures de l’eau : la naissance des aquacultures en France au XIXe siècle ».

18 La seconde édition date de 1861. Elle est plus complète puisqu’on y trouve notamment les rapports de Coste sur l’expérience en baie de Saint-Brieuc.

19 Victor Coste, « Industrie du lac Fusaro », Voyage d’exploration sur le littoral de la France et de l’Italie, p. 102.

20 Service historique de la Défense, Marine Vincennes, CC5187. L’empereur lui rend même visite dans son laboratoire du Collège de France le 10 mars 1858.

21 Jules Cloquet, Rapport à la Société d’acclimatation, 1861.

22 Victor Coste, « Rapport à l’empereur », Le Moniteur, 13 janvier 1859.

23 Louis Figuier, « La culture des huîtres », L’année scientifique, Paris, Furne, 1860, p. 270-272.

24 F. F. De Bon, « L’ostréiculture en France », La pisciculture fluviale et maritime en France, Jules Pizzeta éd., Paris, J. Rotschild, 1880, p. 323.

25 Charles Boubès, L’ostréiculture à Arcachon, Bordeaux, G. Delmas, 1909.

26 Charles Millet, « De l’industrie des pêches », La production animale et végétale, études faites à l’exposition universelle de 1867 par la Société impériale d’acclimatation, Paris, E. Dentu, 1867, p. 136.

27 Charles Millet, La culture de l’eau, Tours, Mame, 1870, p. 59.

28 Toutes ces citations sont extraites de J. Rimbaud, L’industrie des eaux salées, Paris, Challamel aîné, 1869.

29 Fernand Landrin, « L’ostréiculture », La Nature, n° 862, 7 décembre 1889, p. 8.

Auteur

Chercheur associé au cerhio (Centre de recherches historiques de l’Ouest) - solito (Histoire et science sociales du littoral et de la mer), umr cnrs 6258

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable