Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'homme à la conquête du sauvage. Recompositions et domestications

Troisième partie. Introduction

Texte intégral

1À partir du XIXe siècle, reste-t-il encore des animaux « sauvages » ? La question pourrait paraître abrupte, voire contradictoire par rapport à ce que l’on sait des avancées législatives en matière de protection de la nature, du vivant et de l’environnement. Pourtant, au XIXe siècle, il n’est plus guère d’espaces refuges pour la faune sauvage ; les campagnes sont encore des « mondes pleins » densément peuplés, sous l’œil d’un État central dont les administrations se sont largement étoffées depuis l’Ancien Régime ; même les « territoires du vide », littoraux et montagnes, n’échappent plus à la curiosité des premiers touristes, profitant d’un réseau de communication qui ne cesse de se densifier. C’est dans ce contexte que les communications d’Olivier Levasseur, Jean-François Malange et Éric Baratay amorcent une réflexion sur les évolutions en cours dans le rapport de la société à l’animal sauvage. Le phénomène d’artificialisation, voire de domestication du sauvage, à l’œuvre dans le champ des pratiques matérielles, est contrebalancé par ses recompositions imaginaires, qui font notamment la part belle à l’exotisme des représentations, comme si l’animal sauvage était renvoyé à l’inconnu des continents lointains.

2À partir du XVIIIe siècle, certaines espèces sauvages deviennent assimilables à de véritables ressources, dont l’homme pourrait scientifiquement maîtriser la croissance. C’est particulièrement le cas pour les milieux aquatiques. Au XIXe siècle, prévaut une démarche empirique et expérimentale dans les domaines de l’ostréiculture et de la pisciculture, qui débouche sur une artificialisation de la faune des littoraux et des rivières. Olivier Levasseur montre que l’État s’est fortement investi dans la logique productiviste qui sous-tend l’élevage des huîtres, et qui contribue à associer l’océan à un nouvel Éden nourricier. Toutefois, ce phénomène d’intervention humaine sur la vie des animaux sauvages aquatiques n’est pas seulement imputable à des logiques gestionnaires impulsées par les hautes sphères. Dans le cas des poissons d’eau douce, Jean-François Malange met en lumière les stratégies des associations piscicoles, qui subordonnent la question de la reproduction de la faune aquatique à celle, politiquement plus percutante, de la qualité des eaux de rivière.

3Enfin, le cas des zoos est également à mettre en relation avec le développement des pratiques de loisirs dans la société du XIXe siècle, phénomène qui accroît le champ de relations possibles avec l’animal « sauvage » ou supposé tel. Éric Baratay explique comment l’imaginaire qui se cristallise autour de l’animal sauvage parqué et exposé dans les zoos des deux siècles passés s’apparente à un véritable miroir des valeurs sociales de l’époque. C’est peut-être bien parce que l’homme a tissé toutes ces relations, allant de l’intervention sur les phénomènes biologiques à l’utilisation « culturelle » de l’animal sauvage, que notre XXIe siècle se trouve confronté à une difficile redéfinition du rapport entre l’espèce humaine et ses homologues animaux.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable