Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'animal sauvage en représentation(s). Diversités historiques et géographiques des images et des statuts

Les insectes, menace pour la ville à la Belle Époque ?

Stéphane Frioux

Texte intégral

  • 1 Les bateaux prirent le nom de la compagnie exploitant cette ligne : « Bateaux Mouches ». Émile Plas (...)
  • 2 « Les Abeilles de la Saône. Comment elles sont nées des défuntes “mouches” qui descendaient elles-m (...)
  • 3 Une utilisation négative, parmi tant d’autres, de la mouche dans une expression se trouve dans les (...)
  • 4 Pierre-Yves Saunier, L’esprit lyonnais XIXe-XXe siècle. Genèse d’une représentation sociale, 1995.

1Le fait d’évoquer les mouches à Lyon aurait pu revenir à jouer avec les mots : si le quartier de l’ENS, où s’est tenue la journée d’étude dont est issu le présent ouvrage, est connu aujourd’hui du grand public par son stade de football éponyme, Gerland, il possède un autre nom bien plus employé au XXe siècle, « La Mouche ». Nom qui serait d’ailleurs passé dans le langage courant puisque selon certaines sources, le vocable « bateaux-mouches » viendrait du quartier de La Mouche, où l’on aurait pour la première fois fabriqué ce type de bateau, pour exploiter une ligne entre les quartiers de la Mulatière et de Vaise en 18621. Les insectes avaient d’ailleurs bien envahi le vocabulaire nautique lyonnais, puisqu’on trouvait également des « abeilles » et des « guêpes »2. Voilà bien une des seules visions positives de cet animal3, et de ce quartier, car les Lyonnais l’évoquaient à travers l’expression « les odeurs de La Mouche »4, avec ses usines de produits chimiques, d’utilisation des vidanges des fosses d’aisances lyonnaises, puis ses abattoirs.

2Élargissons l’approche, en nous intéressant aux interactions entre ces diptères et la société urbaine d’il y a un siècle. Ajoutons aux mouches, dans la catégorie des insectes « non désirés », inutiles – contrairement à l’abeille – et même nuisibles, les moustiques, qui deviennent à la fin du xix e siècle un véritable ennemi de la santé humaine et en particulier de l’homme blanc :

  • 5 Jules Guiart, « Les moustiques. Importance de leur rôle en médecine et en hygiène », Annales d’hygi (...)

Jusqu’en ces dernières années, écrit un médecin en 1900, on considérait les moustiques comme des voisins très incommodes, mais nul ne songeait certainement que ces petits insectes buveurs de sang pouvaient constituer un des plus dangereux fléaux de l’humanité et s’opposer en particulier à la colonisation de l’Européen dans les pays chauds.5

  • 6 Robert Delort, Les animaux ont une histoire, p. 91.
  • 7 « Rôle des mouches dans la propagation des maladies », Annales d’hygiène publique, n° 20, 1888, p. (...)

3Les découvertes médicales de la révolution microbiologique affectent en effet les mouches et les moustiques d’un pouvoir de destruction. Classées dans la catégorie des animaux nuisibles, que Robert Delort définit comme animaux considérés comme « des agresseurs qui, affrontant délibérément, voire sélectivement les sociétés humaines, les ont arrachées à l’indifférence, ont frappé leur attention, les ont obligées à s’en subir, à s’en protéger, à lutter contre eux »6, les mouches sont non seulement des vecteurs potentiels et « inconscients »7 de maladies, mais elles sont généralement associées à des endroits malsains ou des matières nuisibles, dans un grand mélange qui rassemble les anciennes théories de la médecine néohippocratique et les nouveaux apports de la bactériologie.

  • 8 On n’évoquera donc pas dans cet article les grandes campagnes de démoustication et d’assainissement (...)
  • 9 Pierre Darmon, L’homme et les microbes.
  • 10 Dr Stephen Coudray, La mouche et l’hygiène, Paris, Paul Dupont, 1913.
  • 11 Par exemple, « Les mouches et la dissémination du choléra », Revue d’hygiène et de police sanitaire(...)

4Notre regard se portera plus particulièrement sur le milieu urbain8 de la Belle Époque et des années d’entre-deux-guerres, tout en s’élargissant parfois à la seconde moitié du XIXe siècle. Cela permet d’examiner la question d’un changement de représentation scientifique à l’égard des mouches avant et après l’avènement de la bactériologie, qui multiplie les hantises à l’égard de l’infiniment petit9. Lors de cette Belle Époque, les médecins, pharmaciens, architectes et ingénieurs édictent des principes d’hygiène à propos de tous les aspects de la vie sociale : ce n’est donc pas étonnant que le professeur Blanchard dirige à Paris en 1913 une thèse de médecine sur « La mouche et l’hygiène »10, sujet qui faisait déjà partie de l’actualité des revues d’hygiène et de médecine11, à une époque où la médecine prouve le rôle des animaux dans la transmission de maladies :

  • 12 Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, p. 206.

… le bacille de la peste est inoculé par les puces du rat noir ; le plasmodium de la malaria est véhiculé par les moustiques ; le virus de la grippe est disséminé par les porcs ou les eaux, etc. Ces découvertes créent une obsession de l’hygiène, une crainte du contact avec les bêtes et de la contagion.12

5La révélation du péril potentiel de ces insectes pour les sociétés humaines, y compris urbaines, à la fin du XIXe siècle, engendre des stratégies de défense de la part de l’espèce humaine. Les mouches et les moustiques, tout en nous renvoyant à une époque de l’histoire de la médecine et de l’hygiène, nous révèlent également le mouvement concomitant en faveur de l’amélioration de l’environnement quotidien des citadins.

Fléau ou victimes ? Un regard savant indulgent et sympathique aux insectes

  • 13 Jules Michelet, L’insecte, Paris, Hachette, 1863, p. 20.
  • 14 Ibid., p. VII.
  • 15 En 1796, il publie à Brive son Précis des caractères génériques des insectes, disposés dans un ordr (...)

6La ville abrite depuis longtemps, et particulièrement depuis le XVIIIe siècle, des sociétés savantes, des naturalistes et de nombreux entomologistes du dimanche qui partent chercher de nouvelles espèces de papillons, de sphaignes ou autres petites bêtes venant enrichir leurs collections. Ainsi, l’historien Jules Michelet s’adonne tout entier à sa passion, lorsqu’il va faire des expériences naturalistes en Suisse : « … une mouche nous dérobait les Alpes. L’agonie d’un coléoptère qui fut dix jours à mourir nous a voilé le mont Blanc. »13 Michelet consacre donc un tome de son Histoire naturelle à L’insecte, en prenant le parti de combattre « cet arrêt définitif d’un rêveur allemand qui tranche leur procès d’un mot : “Le bon Dieu a fait le monde ; mais le Diable a fait l’insecte” »14. Ce témoignage représente bien une période où l’entomologie est valorisée par les élites citadines : durant plus d’un siècle, le milieu scientifique limousin célèbre ainsi la mémoire du « Prince de l’entomologie », le Briviste Pierre-André Latreille (1762-1833). Prêtre réfractaire, emprisonné à Bordeaux, il se plaisait à raconter qu’il devait la vie à un insecte qu’il avait découvert dans sa geôle15.

  • 16 Maurice Agulhon, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe si (...)

7Mais la ville du XIXe siècle est aussi, on le sait, un lieu de violences contre les animaux : brutalité des cochers envers les chevaux, spectacle des boucheries et tueries particulières, sont particulièrement emblématiques de ces attitudes qui font couler « le sang des bêtes » et provoquent, en retour, les premières mesures de protection des animaux, comme la loi Grammont (1850)16.

8Si la sensibilité à l’égard des violences faites aux bêtes concerne alors les animaux domestiques, certains auteurs sont conscients du fait que les mouches et autres insectes subissent également des méchancetés humaines quotidiennes. Dans le chapitre « Guerre aux mouches » de son ouvrage Nos cruautés envers les animaux, le Dr Henry Blatin, vice-président de la Société protectrice des animaux, rappelle l’opinion d’un écrivain sur la cage à mouches :

  • 17 Dr Blatin, Nos cruautés envers les animaux au détriment de l’hygiène, de la fortune publique et de (...)

Moi, je trouve l’invention odieuse. C’est l’encouragement au meurtre […] L’enfant les décime, les empale, leur coupe en riant les ailes, les guillotine entre deux queues de cerises. Les savants prétendent que les mouches meurent quand vient l’hiver : les savants se trompent. Et, s’il n’est plus de mouches à la fin de l’automne, c’est que les vacances ont passé sur la race, et que les collégiens, tout en baillant, ont organisé, pour se désennuyer, les massacres de septembre.17

9Dans le chapitre suivant, « La mort des insectes », Blatin invite à ne plus « commettre de petites lâchetés volontaires, de petites cruautés inutiles, dans le but d’étudier, de posséder des insectes, ou de s’en préserver, et de les détruire ». Il se félicite que les entomologistes, qui se préoccupent de la souffrance des insectes, aient trouvé un moyen de les asphyxier par chloroforme (p. 293-294).

  • 18 Jules Michelet, L’insecte, déjà cité, p. 306.

10Pour les défenseurs des animaux, quelles que soient les espèces, la violence que l’homme inflige aux insectes est caractéristique de son manque de « civilisation ». « Les insectes nous répugnent, nous inquiètent, parfois nous font peur, juste en proportion de notre ignorance. Presque tous, spécialement dans nos climats, sont pourtant inoffensifs. »18 À travers le récit d’un jour où il faillit tuer un bourdon, Michelet décrète que l’homme « ne peut rien supporter. Ce roi de la création, comme tous les rois, est violent ; à la moindre contradiction, il s’emporte, il éclate, il tue » (ibid.).

11Au contraire, l’insecte est pour Michelet un animal qui possède une moralité, un sens de la société, une capacité de résistance importante : « L’insecte brave impunément les miasmes méphitiques, les fortes odeurs. L’araignée n’y résiste pas » (p. 377).

  • 19 M. Breton et Lucien Bruyant, « Mouches non piqueuses et maladies », RHPS, n° 35, décembre 1913, p. (...)

12S’il peut être source d’admiration, de connaissance, de jeux d’enfants cruels, l’insecte n’en demeure pas moins, dans la plupart des écrits contemporains de la révolution bactériologique, une bête menaçante qui infeste les villes et plus encore les campagnes. Certains entomologistes, loin d’en prendre la défense, participent d’ailleurs à l’éducation du public pour mener la lutte contre les mouches. Les hygiénistes en font une espèce profondément hostile à l’homme, en rappelant que dans l’Antiquité, on invoquait des divinités, comme Belzébuth ou Myagros, pour se protéger des mouches, et que le Dieu de Moïse avait envoyé les mouches contre le Pharaon d’Égypte19.

Peurs hygiénistes de la Belle Époque : les raisons de la « croisade »20 contre les insectes

Des insectes vecteurs de maladies…

  • 21 Dr Cayrel, « La destruction des rats dans les tranchées. Résultats d’une première campagne », Annal (...)
  • 22 Dr G. Borne, « Prophylaxie et destruction des parasites de l’homme », RHPS, novembre-décembre 1914, (...)
  • 23 « Rôle des mouches dans la propagation des maladies », Annales d’hygiène publique, n° 20, 1888, p. (...)

13En effet, dans les dernières années du XIXe siècle et les premières du XXe, les mouches et les moustiques sont un des objets d’étude et d’inquiétude des plus grands hygiénistes internationaux, au même titre que les rats21 (une épidémie de peste frappe Marseille et Paris durant l’été 1920) et les poux22 (typhus). On les tient pour un « véhicule inconscient de maladies infectieuses » et on considère que « l’entomologie microbique est une science d’un grand avenir »23.

  • 24 M. Breton et Lucien Bruyant, « Mouches non piqueuses et maladies », déjà cité, p. 1391.

14On accuse ainsi les mouches d’avoir joué un rôle dans les épidémies les plus célèbres de l’époque (fièvre typhoïde dans l’armée américaine lors de la guerre contre l’Espagne en 1898, maladies contractées pendant la guerre du Transvaal, épidémie de choléra de 1900 qui atteint Berlin en 1905) : en bref, « un nombre considérable d’observations et de documents [ont été] accumulés […] sur le rôle infectieux des mouches »24. En 1903, le professeur de médecine parisien André Chantemesse publie une étude qui fait référence, Mouches et choléra. De nombreux articles sur le sujet continuent d’être publiés dans les revues d’hygiène (12 dans les seules Annales d’hygiène publique entre 1904 et 1921). Dans l’entre-deux guerres, un précis d’hygiène lyonnais résume le savoir acquis :

  • 25 Jules Courmont, Charles Lesieur et Anthelme-Jean Rochaix, Précis d’hygiène, 3e édition, Paris, Mass (...)

Les mouches communes sont capables de disséminer la tuberculose (J. Courmont et André), le choléra (Chantemesse et Correl), la fièvre typhoïde, la dysenterie, l’ophtalmie purulente. Les punaises des lits, constamment en contact avec les crachats et les linges, contribuent également à la dissémination de divers microbes, en particulier des bacilles de la peste et de la tuberculose, etc.25

15Quant aux moustiques, ils sont bien sûr l’un des hôtes malfaisants des zones humides européennes que l’on tente de drainer et de mettre en valeur depuis déjà longtemps (mais l’effort s’était accéléré au XIXe siècle dans les Landes ou en Sologne) et des régions tropicales. Un nombre important de soldats, de missionnaires et d’autres colons blancs payent un lourd tribut aux maladies comme la fièvre jaune ; les populations locales ne sont pas exemptes (paludisme).

  • 26 Dr Calmette, RHPS, mai 1906, p. 434.
  • 27 Ibid. : débat entre le Dr Drouineau qui déclare : « En dehors de la tuberculose, les mouches me sem (...)
  • 28 Compte rendu de l’ouvrage de M. Megnin, La faune des cadavres, Paris, Masson, 1894, dans RHPS, janv (...)
  • 29 Dr Jean Legendre, « La question des mouches sur le front », RHPS, 1917, p. 55-64.

16Ainsi, la Belle Époque voit se renforcer, preuves bactériologiques à l’appui, la certitude que les insectes peuvent jouer « un très grand rôle dans la propagation des maladies contagieuses »26, même si le débat existe déjà sur « le facteur mouches » dans la cause des maladies27. Les mouches répugnent car elles prolifèrent dans tous les endroits où l’on trouve de la putréfaction : certaines espèces d’insectes appartiennent aux « escouades de travailleurs » des cadavres28 et d’autres infestent le front durant les étés de guerre29.

… qui n’épargnent pas les villes et mobilisent les citadins

  • 30 Dr Henry Thierry, RHPS, mai 1906, p. 435.
  • 31 Dr Laveran, « Sur la destruction des moustiques », RHPS, novembre 1913, p. 1207-1208.
  • 32 J. Chatin, « Des moustiques à Paris. Moyens d’arrêter leur développement », Annales d’hygiène, 1904 (...)

17Les moustiques sont également présents dans l’esprit des hygiénistes urbains, tel le docteur Henry Thierry qui fait remarquer en 1906 à ses collègues de la Société de médecine publique qui s’apprêtent à voter un vœu en faveur de la destruction des mouches dans les hôpitaux, que ce vœu « vise également les moustiques », étant donné qu’« à Paris, dans maints quartiers, et notamment dans la plaine Monceau, les moustiques abondent depuis quelques années »30. La population s’en plaint : en 1912, la commission d’hygiène du VIIIe arrondissement est saisie de nombreuses plaintes relatives à l’abondance des moustiques, qui concernent le carrefour du boulevard Haussmann et de l’avenue Percier, la région du faubourg Saint-Honoré voisine de l’avenue Montaigne31. Quelques années plus tôt, le maire du Ve arrondissement avait découvert des foyers de moustiques dans l’eau stagnant dans les gouttières32. Les mots « nuisance » ou « incommodité » remplacent cependant progressivement le danger sanitaire potentiel du moustique. En 1886, on recense encore 131 cas de paludisme dans le quartier de Maison-Blanche, et les dernières séquelles du mal sont observées au cours de l’Exposition de 1900.

18La géographie des zones urbaines infestées par les moustiques est également une topographie, selon Jules Guiart :

  • 33 Jules Guiart, « Les moustiques… », déjà cité, p. 415.

Il est bon de noter que les moustiques tendent à se dissiper suivant un plan horizontal, s’élevant à peine de quelques mètres au-dessus du sol. C’est ce qui nous explique pourquoi une légère altitude suffit à préserver des fièvres palustres et de la fièvre jaune. C’est ainsi qu’à Constantine, par exemple, l’intérieur de la ville est très sain, tandis qu’à 100 mètres au-dessus, sur le bord du Rummel, le paludisme règne avec une intensité redoutable. De même on a remarqué que dans une ville infestée, comme celle de Rome, les quartiers élevés sont épargnés, et que dans les quartiers bas les habitants des étages supérieurs d’une maison sont moins exposés que ceux du rez-de-chaussée.33

  • 34 Dr Raphael Blanchard, Deux principes d’hygiène : de l’eau pure et pas d’insectes ! Conférence faite (...)
  • 35 Association qui propose de provoquer un mouvement national pour la conservation de la santé publiqu (...)

19Face à ce péril prouvé, faire l’éducation et l’opinion du peuple apparaît dès lors une nécessité absolue. De chaque côté de l’Atlantique, les mots d’ordre des sommités du monde médical sont donc clairs : « Détruisez les insectes parasites, vivez à l’abri des Poux et des Puces ; détruisez les rats » dit le Dr Blanchard34, membre de l’académie de médecine, président de la Ligue sanitaire française35, qui proclame dans une conférence en 1915 qu’il y a « deux principes d’hygiène : de l’eau pure et pas d’insectes ! ». Des instructions sont produites par les savants ou même l’administration.

  • 36 Dr Vaillard, « Mesures à prendre contre les mouches », Annales d’hygiène, série 4, n° 19, 1913, p. (...)

À cet égard, l’exemple des États-Unis mérite d’être cité [écrit un médecin en 1913]. Une véritable croisade s’organise dans ce pays, à laquelle prennent part des officiers de santé, médecins, associations médicales ou autres, autorités sanitaires, stations entomologiques, presse périodique et aussi le public lui-même.36

  • 37 « L’extermination des mouches aux États-Unis », Revue municipale, 16 novembre 1917, p. 208-209.
  • 38 La technique sanitaire et municipale [TSM], n° 24, supplément du 15 décembre 1912, p. 142.

20On crée des ligues, des comités régionaux et locaux qui, par des conférences populaires, des notices, des articles de journaux s’efforcent de vulgariser le danger des mouches et les moyens de s’en protéger. Des clubs de femmes, telle la ligue municipale des femmes de Boston, s’enrôlent dans la croisade (ibid.). À Saint-Louis, pour que la population regarde la mouche « avec autant de répugnance qu’un serpent à sonnettes », on emploie des méthodes de propagande (affiches, projections cinématographiques, etc.). Une affiche « donne le frisson : elle représente une énorme mouche sous laquelle on lit ces mots : “Si vous ne me tuez pas, je vous tuerai” ». Enfin, on envisage de créer un concours entre écoliers avec des récompenses de 10 cents pour 100 mouches tuées rapportées le dimanche37. À Dublin, la municipalité fournit gratuitement des récipients pouvant contenir 3000 mouches chacun et paie 30 centimes pour chaque récipient rempli38.

  • 39 Jules Guiart, « Les moustiques… », déjà cité, respectivement p. 425 et 437.

21Préparer une « croisade internationale », « déclarer la guerre à la gent insecte »39 : comment les intentions que traduit ce vocabulaire martial se concrétisent-elles ?

Prévenir le danger des mouches et/ou éradiquer ces « hôtes incommodants » : combattre l’insecte en ville

La destruction des insectes et de certains animaux, mouches, moustiques, rats, etc., porteurs de parasites dangereux doit être poursuivie sans relâche. La technique sanitaire et municipale, devise placée sous le titre du numéro d’avril 1934.

  • 40 RHPS, septembre-octobre 1907.
  • 41 Pierre Darmon, L’homme et les microbes, déjà cité, p. 498. Le jury comprenait les professeurs Broua (...)

22Les mouches et insectes apparaissent donc à cette époque comme des dangers à combattre et leur extermination est une tâche salutaire, à laquelle œuvrent ceux qui s’intéressent aux progrès de la « technique sanitaire ». Le 6e vœu du Congrès international d’hygiène de Berlin (1907) demande d’ailleurs que « des études internationales [soient] entreprises en vue de la destruction des mouches »40. Deux ans plus tôt, en France, le journal Le Matin instituait un prix de 10 000 francs destiné à récompenser celui qui découvrirait le meilleur procédé de destruction des mouches. Deux cent soixante-cinq mémoires furent adressés à la rédaction et soumis à un jury composé de sommités médicales. Le prix fut attribué à un mémoire intitulé Delenda musca, recommandant l’extermination des mouches par l’huile de schiste41.

23Au fil des ans apparaissent différents aspects de destruction possible des mouches : d’abord des remèdes radicaux, chimiques, qui se perfectionnent au fil des ans, puis des moyens de prévention (qui paraissent évidents aux hygiénistes, mais sont lents à appliquer) participant à la conquête de la propreté urbaine. Enfin, la lutte contre les mouches est intégrée dans le problème plus vaste de l’évacuation et de la gestion des déchets urbains. En somme, à la Belle Époque, les mouches nous révèlent les problèmes de l’assainissement urbain.

Désinsection – désinfection

  • 42 Jules Courmont, Charles Lesieur et Anthelme-Jean Rochaix, Précis d’hygiène, déjà cité, p. 578. Cita (...)

24Comme les mouches peuvent emporter les germes des malades tuberculeux ou des personnes atteintes de dysenterie ou de typhoïde, « dans un certain nombre de cas, la désinsection doit être le complément nécessaire de toute désinfection »42.

  • 43 En 1921, l’hygiéniste Edmond Bonjean, membre du Conseil supérieur d’hygiène publique de France, fai (...)

25Pour mener à bien cette extermination, on dispose de plusieurs moyens : en premier lieu, les gaz43 et poudres insecticides, depuis la combustion du soufre, à la fois « le plus facile, le moins coûteux et le plus efficace des procédés de désinfection » selon nos scientifiques lyonnais, jusqu’à la poudre de pyrèthre, « très populaire, sans danger, mais sans grande efficacité », en passant par les procédés plus coûteux à l’anhydride sulfureux, ou l’« extrêmement toxique » acide cyanhydrique. D’ingénieux savants et/ou inventeurs imaginent des procédés à base de lampes spéciales ; enfin, il reste toujours les « moustiquaires de lits, les voilettes, les gants, les grillages métalliques » et d’autres moyens de prévention.

  • 44 Dr Vigne et Roman, « La lutte contre les moustiques à Lyon », Syndicat des médecins hygiénistes fra (...)

26Reste que l’on n’a pas une confiance aveugle dans les capacités insecticides de tous ces procédés chimiques : on essaye donc également contre ces myriades d’êtres malsains l’arme de la nature elle-même. Contre les moustiques, on tente d’entretenir, dans les lacs et canaux, des « poissons larvivores ». Mais les poissons, comme les oiseaux insectivores, ne sont pas suffisamment nombreux dans les agglomérations urbaines pour constituer un élément important de protection. En Amérique, on aurait pratiqué avec succès, au bord du lac Michigan, l’élevage des chauvessouris44.

Illustration 1 : Extrait des Principes d’hygiène, brochure distribuée par la Fondation Rockefeller au début des années 1920

Illustration 1 : Extrait des Principes d’hygiène, brochure distribuée par la Fondation Rockefeller au début des années 1920

Hygiène publique : assainissement des habitations et des établissements collectifs, hygiène des commerces et éducation de la population

  • 45 M. Breton et Lucien Bruyant, « Mouches non piqueuses et maladies », déjà cité, p. 1426.

27L’obsession des mouches participe à la critique virulente des étalages alimentaires et de « l’habitude néfaste qui consiste à laisser au grand air, pour les besoins de la vente, les pâtisseries, les viandes, les sucreries »45.

28Pour se protéger des mouches, en plus de l’application des remèdes chimiques déjà évoqués, les hygiénistes recommandent de laisser les maisons dans l’obscurité, de grillager les ouvertures, en saison chaude.

  • 46 Dr Vigne et Roman, « La lutte contre les moustiques à Lyon », déjà cité.

29Il s’agit donc de se discipliner, dans les habitations particulières comme dans les établissements collectifs (tout spécialement les hôpitaux, où des mesures d’hygiène doivent être prises à l’égard des crachoirs des tuberculeux ou des vases de nuit des patients atteints de typhoïde). Discipline qui fait complètement défaut dans les campagnes, et a fortiori chez les peuples indigènes (ibid., p. 1433), mais également parmi les propriétaires et locataires d’immeubles lyonnais46.

30Ainsi, la propreté urbaine est indissociable de celle du foyer bien tenu… qui passe par :

  1. L’entretien et la désinfection de la fosse d’aisances : un contrôle ou une vidange produisent des nuages de moustiques qui en profitent pour « s’évader en masse » et mettre en émoi les riverains ; tout ceci parce que les propriétaires avaient négligé de mettre en pratique les conseils donnés pour la lutte anti-larvaire (ibid.).

    • 47 Jules Renault, « Compte rendu de “Dangers du tout à la rue” », par le Dr Tachard, Annales d’hygiène (...)

    La boîte à ordures, la fameuse « poubelle » (dont le couvercle se répand lentement dans les premières décennies du XXe siècle, car « dans la rue toute matière stagnante est exposée à la fermentation ; le fumier des animaux y trouve des éléments de culture intensive, au milieu desquels vont éclore les mouches et autres insectes dont les nuisances ne sont pas encore toutes connues »47).

31À propos du danger des mouches, comme en bien d’autres matières sanitaires, la voix des hygiénistes loue les efforts pionniers des autres pays et blâme le « retard français ». À la Belle Époque, certaines villes d’Amérique du Nord provoquent, paraît-il, l’étonnement satisfait des visiteurs par la rareté, sinon l’absence de mouches. Ces villes se distinguent aussi par leur souci vigilant de la propreté générale, par les mesures d’édilité, de voirie, d’hygiène urbaine ou privée destinées à l’obtenir – souci corrélatif des mesures d’éducation de la population signalées plus haut. Les hygiénistes français utilisent donc l’argument du péril sanitaire que pourraient causer les mouches pour étayer leur discours constamment répété en faveur de « l’assainissement des villes ».

« Là où il y a propreté absolue, il n’y a pas de mouches »48 : lutte contre les mouches et amélioration de l’environnement urbain

  • 48 Phrase issue d’une notice distribuée aux États-Unis par le Bureau de la santé de la Floride, citée (...)
  • 49 Le verbe est utilisé de façon quasi systématique pour évoquer la présence des mouches dans les endr (...)
  • 50 « L’extermination des mouches aux États-Unis », déjà cité, p. 208-209.
  • 51 Olivier Faure, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? ».

32Les mouches « pullulent »49 dans tous les lieux des villes où l’on trouve de la matière organique en décomposition, autour des carcasses de viande ou des dépôts de peaux. Pour les Américains, il convient d’abord « de faire disparaître de la ville le fumier de cheval. Alors, en ne négligeant pas les ordures et les cadavres d’animaux, il ne restera à la mouche que très peu d’endroits pour éclore et se développer »50. La prévention contre les insectes indésirables s’inscrit dans un combat plus large d’expulsion de la ville des activités qui traitent la matière organique en décomposition et des animaux sources de déjections, comme les chevaux et les bovins51. Le constat est clair : la ville de la Belle Époque n’a qu’à s’assainir pour se débarrasser des mouches. Cet assainissement est délicat, souvent encore embryonnaire, et la croisade contre les insectes nuisibles impose donc une gestion modernisée de l’évacuation des déchets urbains.

  • 52 Archives municipales d’Annecy, 4O 24, lettre d’E. Lotz.

33Les entreprises de la toute jeune industrie du génie sanitaire, qui proposent aux villes d’adopter des systèmes nouveaux d’équarrissage, d’épuration des eaux usées ou de traitement des ordures ménagères, abreuvent les techniciens et les élus de brochures décrivant leurs systèmes et utilisent d’ailleurs la « suppression des mauvaises odeurs et des mouches » comme argument récurrent. Ainsi, un hygiéniste propose à Annecy une station d’épuration en assurant que « les mouches, qui en été pullulent à la surface du liquide, seront éloignées en badigeonnant les parois externes de l’ouvrage d’huile de schiste »52.

  • 53 « Valeur comparée de l’épuration biologique et de l’épandage agricole », RHPS, juin 1906, p. 472.

34Le Dr Calmette, un des plus fervents importateurs en France de cette technique des stations d’épuration artificielle des eaux d’égout, fait des mouches un argument contre la technique concurrente de sa méthode : l’épandage agricole des eaux usées. Il critique les champs de Gennevilliers qui sont la fierté des ingénieurs de l’assainissement de Paris, en rappelant que « pendant les mois d’été, les mouches abondent dans les champs d’épandage »53.

  • 54 Archives municipales d’Annecy, 1O 327, prospectus de la société des Forges de Strasbourg.
  • 55 « Ils nourrissent de nombreuses colonies de rats, assurent la pullulation de mouches, et dégagent u (...)
  • 56 Archives municipales d’Aix-les-Bains, 1O 126, séance du conseil municipal du 10 mai 1927.
  • 57 Stéphane Frioux, « Villes et entreprises : acteurs de l’assainissement urbain en France (fin XIXe s (...)

35La société des Forges de Strasbourg qui fabrique des poubelles explique dans les années 1920 que grâce à son système de poubelle « le pullulement des rats sera évité […]. Les mouches ne seront plus attirées dans les cuisines par la présence des ordures en vrac et à découvert ». Sa propagande pour des systèmes ingénieux qui évitent les mouches rejoint une autre hantise des hygiénistes contemporains, un homme vecteur potentiel de danger : « le chiffonnier qui, continuellement plongé dans l’ordure, transporte lui aussi, des microbes dangereux. »54 C’est ainsi que pour supprimer le chiffonnage et les dépôts servant d’abris aux rats, mouches et autres « nuisibles »55, la France s’oriente au début du XXe siècle vers l’incinération des ordures ménagères. Le Dr Calmette, toujours en première ligne du mouvement hygiéniste, s’en déclare partisan en 1910. Mais la méthode s’implante beaucoup moins rapidement qu’en Angleterre, par exemple, principalement pour des problèmes de frilosité édilitaire à l’égard de la dépense et de résistance du lobby agricole. Par exemple, le conseil municipal d’Aix-les-Bains estime, à la fin des années 1920, que l’incinération exige des immobilisations très importantes de capitaux et l’entretien d’un personnel spécialisé. Or, dans une ville d’eaux, où hors saison l’usine est condamnée à tourner à vide, l’investissement s’avérerait peu rentable : les conseillers décident « de faire recouvrir chaque jour les ordures fraîches d’une épaisse couche de terre ; et de compléter l’opération par une aspersion au moyen de lait de chaux ou d’un antiseptique propre à éloigner les mouches » (coût de la mesure : 15 000 francs financés par la taxe de séjour)56. Toutefois, l’incinération connaît, en France, dans l’entre-deux-guerres, son premier âge d’or57.

Où l’on retrouve les moustiques…

  • 58 Archives municipales de Saint-Étienne, 5I 3, lettre du directeur du bureau d’hygiène de Bordeaux, 2 (...)
  • 59 Ibid., circulaire de Je sais tout, 11 février 1938.

36Les médecins hygiénistes ne relâchent pas non plus la vigilance à l’égard des moustiques, « ces hôtes incommodants »58, contre lesquels le journal Je sais tout veut lancer « une grande campagne » à la veille de la seconde guerre mondiale pour sauver les stations balnéaires françaises59.

  • 60 Dr Vigne et Roman, « La lutte contre les moustiques à Lyon », déjà cité.

37À Lyon, au tournant des années 1930, les moustiques sont partout où l’eau stagne : le Culex qui infestait déjà Paris au tout début du XXe siècle se rencontre dans le canal des Charpennes près du Parc de la Tête d’Or, mais également à la faculté de médecine Rockefeller ou dans les bâtiments universitaires sur les quais. L’anophèle, hôte des milieux tropicaux et des étangs de la Dombes, hante les lônes du Rhône à Gerland. Comble pour les hygiénistes, les moustiques font preuve d’une faculté d’« adaptation à l’urbanisme moderne » : en effet, alors que l’on pensait que les moustiques étaient attirés par les fosses septiques, on a procédé à une enquête en 1920 dans une série d’immeubles signalés comme particulièrement infestés par les moustiques. Il ressort que les Culex trouvent un milieu favorable dans les fosses munies de chasse d’eau et reliées à l’égout (50 % environ des échantillons dans ce cas contenaient des larves de Culex)60.

38Tout se passe donc un peu comme si l’assainissement urbain chassait les mouches (et plus encore les germes de la typhoïde et du choléra), mais favorisait la résistance des moustiques…

  • 61 Voir les fables de La Fontaine, comme « Le Coche et la Mouche » ou bien « La Mouche et la Fourmi », (...)
  • 62 Archives municipales de Villeurbanne, 5J 2 et archives municipales de Roanne, 7O 33.
  • 63 Un exemple pris dans la ville de l’auteur : sur le site http://www.mairie-villeurbanne.fr/, un ongl (...)

39Une vision traditionnellement négative des mouches et d’autres insectes, qui précédait la Belle Époque61, a été confortée par l’avènement de l’hygiène moderne, qui fait des mouches et des moustiques les principaux animaux ennemis de la santé humaine. Le milieu urbain du début du xx e siècle est encore plein de lieux abritant des éléments en putréfaction : il regorge de nids où pullulent les mouches. C’est sans doute à cette époque que sont posées les bases d’un urbanisme soucieux d’éviter le plus possible la présence des animaux considérés comme « nuisibles » dans la ville. Cet urbanisme s’est trouvé d’autres cibles dans les années 1960-1970, tels les pigeons ou les étourneaux62, et la vigilance des citoyens envers les « nuisibles » n’a cessé de se perpétuer, voire d’être encouragée, jusqu’à nos jours63.

  • 64 Je renvoie aux travaux actuels de Nathalie Jas sur les produits phytosanitaires au XXe siècle et au (...)

40Le dégoût envers les mouches s’est prolongé jusqu’à aujourd’hui, bien que le caractère négatif de son image ait été nuancé au fil des chansons et autres productions audiovisuelles. La mouche en est arrivée à être presque sympathique, tandis que le moustique, par ses piqûres, reste un ennemi. Si la propagande hygiéniste et la hantise des mouches appartiennent désormais à l’histoire dans les pays occidentaux, le présent est plus attentif au rôle bénéfique des insectes et anxieux à l’égard de la nocivité des produits chimiques jadis conçus pour les éradiquer64.

  • 65 Dr Loir, « La mouche et ses dangers », RHPS, 1922, p. 647.
  • 66 Site Internet : http://www2.mnhn.fr/mouches (consulté pour la dernière fois le 24 avril 2009).

41Signalons enfin dans l’actualité entomophile, qu’en 1922 circulait en France de muséum en muséum une exposition sur « La Mouche et ses dangers »65, mais qu’en 2007, le plus haut lieu de l’entomologie, le Muséum d’histoire naturelle, a consacré une exposition à « ces mal aimées »66, où l’on pouvait même voter pour ou contre les mouches et participer à leur « procès » !

Bibliographie

Agulhon Maurice, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe siècle », Romantisme, n° 31, juin 1981, p. 81-109.

Baratay Éric, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, 2003.

Darmon Pierre, L’homme et les microbes, Paris, Fayard, 1999.

Delort Robert, Les animaux ont une histoire, Paris, Fayard, 1984.

Faure Olivier, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? », Cahiers d’histoire, n° 3-4, 1997, p. 555-573.

Frioux Stéphane, « Villes et entreprises : acteurs de l’assainissement urbain en France (fin XIXe siècle - milieu XXe siècle) », Histoire urbaine, n° 18, avril 2007, p. 125-140.

Saunier Pierre-Yves, L’esprit lyonnais XIXe-XXe siècle. Genèse d’une représentation sociale, Paris, CNRS Éditions, 1995.

Notes

1 Les bateaux prirent le nom de la compagnie exploitant cette ligne : « Bateaux Mouches ». Émile Plasson, cofondateur de la compagnie, gagna le concours de Paris pour une desserte de la ville par bateaux en 1867 et en obtint la concession d’exploitation. Trente bateaux furent construits par les chantiers lyonnais.

2 « Les Abeilles de la Saône. Comment elles sont nées des défuntes “mouches” qui descendaient elles-mêmes des “Guêpes” », Le Progrès, 20 mai 1923.

3 Une utilisation négative, parmi tant d’autres, de la mouche dans une expression se trouve dans les reproches que les instituteurs faisaient aux écoliers qui écrivaient en faisant des « pattes de mouche »… pattes de mouche qui sont, en fait, les endroits où l’insecte conserve les germes qu’il a récoltés et peut disséminer ensuite.

4 Pierre-Yves Saunier, L’esprit lyonnais XIXe-XXe siècle. Genèse d’une représentation sociale, 1995.

5 Jules Guiart, « Les moustiques. Importance de leur rôle en médecine et en hygiène », Annales d’hygiène publique, 1900, p. 407.

6 Robert Delort, Les animaux ont une histoire, p. 91.

7 « Rôle des mouches dans la propagation des maladies », Annales d’hygiène publique, n° 20, 1888, p. 574.

8 On n’évoquera donc pas dans cet article les grandes campagnes de démoustication et d’assainissement des milieux humides.

9 Pierre Darmon, L’homme et les microbes.

10 Dr Stephen Coudray, La mouche et l’hygiène, Paris, Paul Dupont, 1913.

11 Par exemple, « Les mouches et la dissémination du choléra », Revue d’hygiène et de police sanitaire [RHPS], 1893, p. 85 et « Mouches et choléra », p. 847.

12 Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, p. 206.

13 Jules Michelet, L’insecte, Paris, Hachette, 1863, p. 20.

14 Ibid., p. VII.

15 En 1796, il publie à Brive son Précis des caractères génériques des insectes, disposés dans un ordre naturel.

16 Maurice Agulhon, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe siècle », p. 81-109. Olivier Faure, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? », p. 555-573.

17 Dr Blatin, Nos cruautés envers les animaux au détriment de l’hygiène, de la fortune publique et de la morale, Paris, Hachette et Cie, 1867, p. 273.

18 Jules Michelet, L’insecte, déjà cité, p. 306.

19 M. Breton et Lucien Bruyant, « Mouches non piqueuses et maladies », RHPS, n° 35, décembre 1913, p. 1392.

20 Ibid., p. 1434. Le terme de « croisade » est employé dans la page suivante.

21 Dr Cayrel, « La destruction des rats dans les tranchées. Résultats d’une première campagne », Annales d’hygiène publique, 1915, p. 50-63. Voir aussi « La lutte contre les rats », RHPS, n° 42, 1922, p. 852-857.

22 Dr G. Borne, « Prophylaxie et destruction des parasites de l’homme », RHPS, novembre-décembre 1914, p. 955-963.

23 « Rôle des mouches dans la propagation des maladies », Annales d’hygiène publique, n° 20, 1888, p. 574.

24 M. Breton et Lucien Bruyant, « Mouches non piqueuses et maladies », déjà cité, p. 1391.

25 Jules Courmont, Charles Lesieur et Anthelme-Jean Rochaix, Précis d’hygiène, 3e édition, Paris, Masson, 1925, p. 578.

26 Dr Calmette, RHPS, mai 1906, p. 434.

27 Ibid. : débat entre le Dr Drouineau qui déclare : « En dehors de la tuberculose, les mouches me semblent peu dangereuses » et le Dr Calmette qui répond : « Et toutes les maladies éruptives ? Les mouches ne peuvent-elles pas transporter les squames de variole, rougeole ou scarlatine ? »

28 Compte rendu de l’ouvrage de M. Megnin, La faune des cadavres, Paris, Masson, 1894, dans RHPS, janvier 1895, p. 54.

29 Dr Jean Legendre, « La question des mouches sur le front », RHPS, 1917, p. 55-64.

30 Dr Henry Thierry, RHPS, mai 1906, p. 435.

31 Dr Laveran, « Sur la destruction des moustiques », RHPS, novembre 1913, p. 1207-1208.

32 J. Chatin, « Des moustiques à Paris. Moyens d’arrêter leur développement », Annales d’hygiène, 1904, p. 104.

33 Jules Guiart, « Les moustiques… », déjà cité, p. 415.

34 Dr Raphael Blanchard, Deux principes d’hygiène : de l’eau pure et pas d’insectes ! Conférence faite le 2 juillet 1915, au dépôt d’éclopés de la Courneuve, Paris, offert par l’Assistance aux dépôts d’éclopés, p. 16.

35 Association qui propose de provoquer un mouvement national pour la conservation de la santé publique grâce à l’extinction des causes de maladies, et entreprend spécialement la lutte contre la mouche, le rat et autres animaux vecteurs des parasites engendrant les maladies épidémiques.

36 Dr Vaillard, « Mesures à prendre contre les mouches », Annales d’hygiène, série 4, n° 19, 1913, p. 420.

37 « L’extermination des mouches aux États-Unis », Revue municipale, 16 novembre 1917, p. 208-209.

38 La technique sanitaire et municipale [TSM], n° 24, supplément du 15 décembre 1912, p. 142.

39 Jules Guiart, « Les moustiques… », déjà cité, respectivement p. 425 et 437.

40 RHPS, septembre-octobre 1907.

41 Pierre Darmon, L’homme et les microbes, déjà cité, p. 498. Le jury comprenait les professeurs Brouardel, Chantemesse et Émile Roux, directeur de l’Institut Pasteur.

42 Jules Courmont, Charles Lesieur et Anthelme-Jean Rochaix, Précis d’hygiène, déjà cité, p. 578. Citations suivantes, p. 579.

43 En 1921, l’hygiéniste Edmond Bonjean, membre du Conseil supérieur d’hygiène publique de France, fait l’apologie du gaz sulfureux-sulfurique dans « Lutte contre les rats, les insectes, les parasites par le gaz sulfureux-sulfurique. Appareil Clayton nouveau Notyalc », RHPS, 1921, p. 250-268.

44 Dr Vigne et Roman, « La lutte contre les moustiques à Lyon », Syndicat des médecins hygiénistes français. Ve Réunion provinciale, Lyon, 1932.

45 M. Breton et Lucien Bruyant, « Mouches non piqueuses et maladies », déjà cité, p. 1426.

46 Dr Vigne et Roman, « La lutte contre les moustiques à Lyon », déjà cité.

47 Jules Renault, « Compte rendu de “Dangers du tout à la rue” », par le Dr Tachard, Annales d’hygiène publique, septembre 1905 », RHPS, mai 1906, p. 453.

48 Phrase issue d’une notice distribuée aux États-Unis par le Bureau de la santé de la Floride, citée par Dr Vaillard, « Mesures à prendre contre les mouches », déjà cité, p. 428.

49 Le verbe est utilisé de façon quasi systématique pour évoquer la présence des mouches dans les endroits où se trouve de la matière organique (étalages, abattoirs, dépôts d’ordures).

50 « L’extermination des mouches aux États-Unis », déjà cité, p. 208-209.

51 Olivier Faure, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? ».

52 Archives municipales d’Annecy, 4O 24, lettre d’E. Lotz.

53 « Valeur comparée de l’épuration biologique et de l’épandage agricole », RHPS, juin 1906, p. 472.

54 Archives municipales d’Annecy, 1O 327, prospectus de la société des Forges de Strasbourg.

55 « Ils nourrissent de nombreuses colonies de rats, assurent la pullulation de mouches, et dégagent une odeur nauséabonde qui se fait sentir à plusieurs hectomètres tout au moins », TSM, mai 1936, p. 98. « Les dépôts d’immondices sont en quelque sorte de véritables foyers d’infection où pullulent les mouches et les rats, agents propagateurs par excellence de toutes les maladies transmissibles » (rapport du maire d’Avignon au conseil municipal, 7 février 1930, Archives municipales d’Avignon, 1J 217). « Les ordures y sont en perpétuelle fermentation ; insectes et mouches attirés par les déchets culinaires, croissent et multiplient, puis se répandent alentour avec les microbes pathogènes dont ils sont porteurs », TSM, octobre 1937, p. 277.

56 Archives municipales d’Aix-les-Bains, 1O 126, séance du conseil municipal du 10 mai 1927.

57 Stéphane Frioux, « Villes et entreprises : acteurs de l’assainissement urbain en France (fin XIXe siècle - milieu XXe siècle) », p. 125-140.

58 Archives municipales de Saint-Étienne, 5I 3, lettre du directeur du bureau d’hygiène de Bordeaux, 22 novembre 1937.

59 Ibid., circulaire de Je sais tout, 11 février 1938.

60 Dr Vigne et Roman, « La lutte contre les moustiques à Lyon », déjà cité.

61 Voir les fables de La Fontaine, comme « Le Coche et la Mouche » ou bien « La Mouche et la Fourmi », où la mouche symbolise le monde du courtisan, de la fausseté : la fourmi travailleuse lui rétorque : « vous hantez les palais, mais on vous y maudit. »

62 Archives municipales de Villeurbanne, 5J 2 et archives municipales de Roanne, 7O 33.

63 Un exemple pris dans la ville de l’auteur : sur le site http://www.mairie-villeurbanne.fr/, un onglet en haut de page intitulé « j’alerte la mairie » renvoie l’internaute sur une page où il peut alerter la mairie sur différentes nuisances. La première entrée dans la liste est « Nuisances animales », avec respectivement les « animaux parasites », « insectes », « termites », « guêpes », « pigeons », « animaux errants » et « rongeurs » (site consulté le 24 avril 2009).

64 Je renvoie aux travaux actuels de Nathalie Jas sur les produits phytosanitaires au XXe siècle et au débat sur les risques des pesticides pour les apiculteurs et leurs abeilles.

65 Dr Loir, « La mouche et ses dangers », RHPS, 1922, p. 647.

66 Site Internet : http://www2.mnhn.fr/mouches (consulté pour la dernière fois le 24 avril 2009).

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Extrait des Principes d’hygiène, brochure distribuée par la Fondation Rockefeller au début des années 1920
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

Auteur

Doctorant en histoire contemporaine, umr larhra, université de Lyon, responsable du laboratoire junior pradis-graique, ens lsh (2005-2008), agrégé-répétiteur, ens lsh

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable