Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'animal sauvage en représentation(s). Diversités historiques et géographiques des images et des statuts

La blatte, ou le monde en images

Nathalie Blanc

Texte intégral

  • 1 L’hypothèse est que nos mondes s’apparentent à des systèmes vivants qui se transforment selon une d (...)

1L’imagination, source d’images et de récits, participe des modes de pensée qui ancrent esthétiquement l’environnement, cadre de représentation des rapports individuels et collectifs au monde. Un tel mode de pensée, à l’exemple du cristal1, favorise la cohérence formelle de l’environnement. Le cafard lui-même, insecte inséré dans l’environnement urbain, est une image qui permet d’évoquer un monde. Plus d’une centaine d’enquêtes concernant les représentations et pratiques vis-à-vis des cafards (ou blattes de son nom scientifique) ont été réalisées par une équipe de sciences sociales auprès de citadins d’immeubles d’habitat collectif ou de maisons individuelles dans des grandes villes françaises (Paris, Lyon, Rennes). Ce travail original dans sa forme et son fond montre à quel point l’environnement vécu ressort d’un rapport esthétique aux lieux (et à l’animal qui s’y trouve).

2Après quelques éléments de cadrage concernant notre approche de l’esthétique et la méthodologie d’enquête, on abordera, dans un premier temps, le rôle de l’imagination dans la fabrication de l’espace de vie collectif, puis celui de la métaphore, avant de voir à quel point l’animal, et plus particulièrement le cafard et sa mobilité – sa motilité ? –, constitue un élément essentiel de l’apprivoisement et de la domestication de l’espace urbain. Bien sûr, il ne faut pas penser seulement aux aspects positifs d’un tel apprivoisement : l’apprivoisement de son espace de vie, la création d’un environnement familier comprennent également des images qui permettent de penser les aspects difficiles de la vie en ville et les déceptions qu’elle réserve. Le cafard est un insecte d’origine tropicale dont la présence dans l’espace urbain ouvre sur le fait que la ville n’est pas seulement un univers artificiel et contrôlé, mais également un univers poreux par les interstices duquel les bêtes se glissent.

  • 2 Ce travail s’inscrit dans un courant de recherche et de pratiques qui visent à apprécier la composa (...)

3Qu’entend-on alors par esthétique ? Ce n’est pas un domaine spécialisé de la philosophie qui nous intéresse ici : ni philosophie de l’art, ni philosophie du beau, ni théorie du goût. Nous nous appuyons sur un courant de recherche, l’esthétique environnementale2, qui se développe actuellement dans le monde anglo-saxon. Les chercheurs qui le composent entendent dépasser les références aux œuvres d’art et aux paysages qui constituaient le cadre exclusif des réflexions esthétiques pour accorder une place privilégiée à l’expérience esthétique de la nature et des environnements quotidiens.

  • 3 Emily Brady, « Vers une véritable esthétique de l’environnement », Esthétique et espace public, Nat (...)

[La philosophe Emily Brady] reconnaît que les environnements naturels ne sont pas essentiellement éprouvés comme des paysages mais plutôt comme des environnements au sein desquels le sujet esthétique apprécie la nature comme dynamique, changeante et en évolution. Il s’agit d’une approche esthétique qui, selon ses différentes formes, puise ses racines dans la connaissance écologique, l’imagination, l’émotion et une nouvelle compréhension de la nature comme porteuse de son propre récit.3

4Il existe une saisie esthétique de l’environnement ; la perspective esthétique n’est pas réservée à l’art ou encore aux monuments culturels.

Cadre de l’enquête

  • 4 Dans les années 1980, inscrits dans de grands programmes de recherche interdisciplinaire, des socio (...)
  • 5 Colette Pétonnet, « Le cercle de l’immondice, postface anthropologique », p. 108.

5Cette recherche a mobilisé une équipe pluridisciplinaire associant des écologues spécialistes de Blattella germanica, espèce d’insectes, à des géographes. Les écologues, ayant très vite formulé l’hypothèse que le « rapport citadin/blatte » avait une importance décisive dans la compréhension de la dynamique de population de blattes, firent appel à des géographes, pour conduire une analyse des pratiques et des représentations concernant cet animal dont le milieu naturel est urbain. Le travail a porté uniquement sur Blattella germanica qui est une espèce de petite taille (12-15 mm au stade adulte) de couleur brun clair avec deux bandes longitudinales noires. Cette espèce omnivore et cosmopolite ne s’est pas adaptée aux différents climats sous lesquels elle se développe, mais a, au contraire, cherché des microclimats favorables correspondant à ses propres exigences écologiques. De ce fait, on trouve Blattella germanica uniquement dans des locaux habités, mais comme une autre de ses exigences est la présence d’abris, on n’a pas la même probabilité de la trouver partout dans une habitation : cette espèce grégaire fréquente préférentiellement les cuisines, les endroits où l’on stocke de la nourriture et les salles de bain – là où il y a nourriture, eau, chaleur supplémentaire (appareils de cuisson, moteurs d’appareils électroménagers, chaudière à gaz, en plus du chauffage général de l’habitation) et abris… En fait, cette espèce, plutôt que de s’adapter au milieu urbain, se soustrait aux variations climatiques extérieures et aux variations saisonnières et s’installe à l’intérieur des habitations. Dans ce milieu urbain, elle n’occupe pas la rue, ni les parcs. Elle se trouve donc principalement dans des immeubles collectifs et, dans ces immeubles, dans des appartements occupés régulièrement. C’est la ville elle-même qui engendre une espèce à l’écologie urbaine, la blatte. Pour les géographes, le choix du cafard (ou de la blatte) comme entrée d’étude des représentations de la nature en ville a été dicté au départ par deux impératifs : le premier était celui de l’interdisciplinarité propre à une tradition française de recherche sur l’environnement4 ; le second était de réfléchir aux aspects sombres de la vie en ville, de prendre la ville à rebours, c’est-à-dire de considérer le cafard comme nature (ce qui pouvait se justifier du point de vue des écologues) mais qui, manifestement, du point de vue des représentations communes des habitants, ne l’était pas. Dès lors, il était évident que la question de ce qui jouait dans les représentations de la nature allait se poser ; en effet, qu’est-ce qui explique que le cafard ne renvoie pas l’idée de nature ? Qu’est-ce qui justifie l’ostracisme dont il est l’objet ? La majeure partie des arguments sont, on peut le dire, de nature esthétique. En effet, toute une catégorie d’arguments a à voir avec les caractéristiques morphologiques de l’animal. La description du cafard met en évidence les aspects répugnants : « objet rampant », « sales » ou « grosses bêtes », « petites pattes monstrueuses », et plus précisément « petites bestioles noires et marron ». La forme, la taille, la couleur, le mode de locomotion (élément fréquemment mentionné), le caractère rampant de même que le grouillement – « ce n’est jamais agréable de voir des bêtes grouiller dans l’appartement » – et donc la reproduction, provoquent la répulsion. Une autre catégorie d’arguments tient à la nature de la ville ou, plus exactement, à la modernité à laquelle elle renvoie. Cette dernière est étroitement associée à la question de l’hygiène. En France, l’hygiénisme urbain a une importance particulière qui donne raison à Colette Pétonnet, anthropologue, quand elle écrit : « La ville occidentale est propre parce que cet univers artificiel, lieu par excellence de la domestication du temps et de l’espace, de la lumière et des saisons, est tendu depuis des siècles par l’effort de parfaire la maîtrise de la nature. »5 C’est ainsi qu’ont été successivement chassés l’eau stagnante, la boue, la neige, la poussière, les animaux et les déchets, vaincus le froid et la nuit, construits des espaces artificiels en plus grand nombre et de plus grande taille. Que signifie, dès lors, cette insistance des urbains à prôner la propreté de la ville, à la souhaiter plus grande encore ? C’est ainsi que l’espace urbain se rétrécit aux dimensions de l’appartement d’où a disparu toute souillure, du chez soi où règne la pureté. Ainsi est-il question de l’image de la ville, des représentations auxquelles, encore aujourd’hui, elle est associée et de ce qu’évoque la présence animale en ville. Une dernière catégorie d’arguments ne renvoie pas à l’ordre urbain, c’est-à-dire à une image de la ville. Elle invite à prendre en considération les caractéristiques organiques de l’animal : celui-ci, qui naît et croît dans un espace qui ne lui est pas réservé, se multiplie et envahit cet espace. La seule vision du cafard suffit à évoquer cette possibilité. En quoi un tel énoncé enrichit-il la question de l’esthétique environnementale ? En quoi concerne-t-il même la problématique d’un engagement esthétique ?

L’imagination, cadre d’expérimentation de l’esthétique

  • 6 Le style de son habitat prolonge et systématise le travail de découpage symbolique opéré par la per (...)

6L’hypothèse formulée est la suivante. Au contact du cafard, l’imagination se déploie et permet de construire une représentation de son environnement. Elle concerne l’expérience esthétique de la forme, de la couleur et de l’insertion dans l’environnement de l’insecte ; elle concerne l’environnement urbain que transfigure la présence de l’animal. La manière dont les individus ordinaires usent de leur imagination, de l’idée qu’ils se font du cafard au travers de l’expérience esthétique qu’ils en ont pour composer leur environnement en négatif ou en positif en atteste la vivacité. Certains environnements sont de mauvais goût, d’autres de bon goût, tandis que certains ne parviennent à exister que par bribes. Tous ont une présence esthétique : celle que manifeste le locuteur quand il en témoigne par le récit ou par le mode d’habiter6 ; celle aussi de la manière dont l’environnement apparaîtra aux yeux d’un public éventuel. J’exposerai à présent brièvement la place que l’imagination donne au cafard avant de fournir quelques éléments sur la manière dont la métaphore fait de cet insecte un véhicule puissant d’autres types de représentations.

7L’imagination est définie comme la faculté d’élaborer des images à partir d’actes antérieurs de perception ; soit elle sert à se représenter des objets qui ne sont pas là ; soit à inventer de nouveaux objets à partir de ceux que l’on connaît déjà. L’imagination qui se trouve être un moteur puissant d’introduction de nouveaux éléments dans l’espace public se déploie extraordinairement quand il s’agit du cafard. On l’imagine sombre et, dès lors, c’est une bête que l’on associe étroitement à la technique : les tuyaux d’immeubles, les interstices du bâti, les failles de toutes sortes, sont sa « maison » ; il y niche, s’y réfugie quand on le chasse, s’y tapit pour mieux envahir les espaces familiers. C’est donc un animal de l’ombre. Il gît dans les réserves du familier. Notons, par exemple, la manière dont cette dame perçoit le cafard et les endroits où il se réfugie. Pragmatique, son rapport aux cafards n’est pas de l’ordre de l’obsession :

C’est un problème, ça fait sale, j’en ai horreur. Avant quand j’en voyais un, je l’écrasais et puis c’était fini… Mais le fait que ça aille dans les placards, que ça aille partout, on se demande si une telle bête ne peut pas transporter des microbes. Ce n’est pas la bête elle-même… Parfois même je l’attrapais avec la main… Non, c’est ce que cela représente : cela représente la saleté, je ne le supporte pas. Je n’ai pas peur ; si j’en vois une que je n’ai pas écrasée, je ne vais pas me mettre à quatre pattes dans la cuisine jusqu’à la retrouver ! Le soir, si j’allume la cuisine, j’en vois. Cela ne me gêne pas, mais cela m’embête, question propreté…

8Ainsi elle ne comprend pas pourquoi ces animaux sont là et se demande si ce n’est pas la saleté de son appartement.

Quand j’en vois une, je dis zut, qu’est-ce qu’il y a ? Si vous en voyez une, c’est qu’il y en a d’autres. Une, c’est le commencement. Pourtant, derrière ma gazinière et le frigidaire, il ne devrait pas y en avoir, parce que j’ai ma machine à laver qui fuit, et à chaque fois qu’elle fuit, je déménage tout pour nettoyer, alors je ne sais pas d’où ça vient. Une fois, j’en ai vu une qui tombait de la bouche d’aération ; il y en a peut-être qui tombent et qu’on ne voit pas.

9Cette bestiole représente également la pauvreté et redouble le sentiment d’exclusion qui caractérise les habitants de ces quartiers périphériques dits difficiles. Ainsi une femme qui habitait avant à la campagne nous restitue le sentiment de honte qui l’habite via le récit de sa vie en collectivité :

Les gens n’étaient pas habitués à nous voir évoluer dans un cadre comme celui-ci. C’est là qu’on fait le tri de ses amis. C’est pareil pour l’immeuble, les gens disent : « Tu as vu où tu habites, tu as vu comment ça sent, tu as vu comment les gens sont, tu as vu leur couleur. » Moi, c’était clair, j’ai prévenu les gens qui arrivaient ici. Il y a des cafards : si cela vous gêne, vous partez, si cela ne vous gêne pas, vous restez.

10Il semble donc bien que ses pratiques envers le cafard procèdent d’une lutte plus générale pour s’ajuster à un lieu qui représente « la zone », et à des pratiques qu’ont certains habitants dans ce lieu (intolérance mutuelle, irresponsabilité…). Cette habitante cherche à améliorer ses conditions de vie.

11Dans le même registre, cet animal de l’ombre représente l’étranger, l’autre qui, dans ces immeubles d’habitat collectif du Sud de Rennes, ville française de Bretagne d’environ 292 000 habitants, peut être représenté comme un problème. Comme l’explique une enquêtée : « Une année, on était rentré de vacances, ça grouillait sur les murs. Cela a dû venir de quelque part. Les gens disent que c’est dû aux Arabes. D’où cela vient et comment c’est arrivé, alors là je n’en sais rien… » Deux raisons sont apportées : premièrement, l’insecte est sombre d’aspect, aime la nuit et, deuxièmement, il aime la chaleur :

Je n’ai jamais étudié le comportement du cafard. J’ai simplement remarqué que l’on ne les voyait pas dans la journée, et qu’il sort le soir. Une fois, j’ai été en Tunisie et je suis rentrée dans un magasin et il y en avait. Il paraît que dans les pays chauds, il y en a beaucoup.

  • 7 Keith Thomas, Dans le jardin de la nature, p. 249.

12Ces deux caractéristiques de l’animal servent à le rattacher à l’étranger qui, en France, vient du Sud et a une peau mate. Le livre de Keith Thomas en offre un exemple frappant7 . L’auteur analyse l’exclusion qui frappe des animaux et des parties de l’humanité entre le xvi e siècle et le xix e siècle. Il cite une lettre qu’un ami des animaux lui écrit en 1979. Les cafards ont envahi sa maison : « Je déteste faire la guerre aux cafards. Ils ont autant le droit de vivre que les noirs Zoulous. Mais dans un cas comme dans l’autre, que faire ? » L’imagination se révèle alors susceptible d’enrichir la vie collective à partir de l’animal dont la présence est contestée dans l’espace urbain : c’est un symptôme, la traduction vivante d’une difficulté à vivre en ville, difficulté objective tout d’abord, les immeubles mal entretenus, les pelouses dégradées, la vie sociale conflictuelle en étant la démonstration, difficulté subjective aussi dans la mesure où le cafard engendre un mal-être en ville. L’exclusion double quand il s’agit du cafard : il est non seulement symptomatique de la pauvreté du quartier (ou de l’habitat) mais également de sa saleté. De fait, les détails animaliers contribuent à produire le cafard comme un signe d’une certaine « infamie » sociale.

La métaphore cadre d’expérience du réel

  • 8 Pour Hannah Arendt : « Analogies, métaphores et emblèmes sont les fils par lesquels l’esprit retien (...)

13Outre l’imagination, plusieurs métaphores ancrent le cafard dans l’univers quotidien. La métaphore est l’un des opérateurs essentiels de nouvelles figurations du réel et de nouvelles liaisons entre monde naturel et monde social. La métaphore constitue l’une des « prises » esthétiques8.

  • 9 Keith Thomas, Dans le jardin de la nature.
  • 10 Philippe Descola, Par-delà nature et culture. D’un côté, dit l’auteur, il y a les corps, « la physi (...)

14La métaphore est donc un lien et même l’une des modalités du tissage des liens entre monde naturel et social ; un lien, ou mise en relation des mondes, essentiel au fonctionnement des sociétés. C’est une tendance permanente de la pensée humaine de projeter sur le monde naturel (et en particulier sur le règne animal) des catégories et des valeurs provenant de la société humaine, puis de s’en resservir pour critiquer ou renforcer l’ordre humain, en justifiant quelque disposition particulière, sociale et politique, par la raison qu’elle est d’une certaine manière plus « naturelle » que toute autre9. Mais il est vrai que l’ontologie occidentale caractérisée par la coupure sujet/objet n’est qu’une des ontologies possibles10 . Un exemple : les habitants utilisent une métaphore pour évoquer l’endroit d’où viennent les cafards. C’est la métaphore du « nid ». Le nid qui se trouve sous l’immeuble (ou dans ses fondations) représente l’invasion potentielle, le grouillement de l’animal et sa capacité à envahir les espaces familiers. De là, le cafard se prête à l’exercice qui consiste à le référer à l’étranger ; il est à l’origine d’un discours qui permet de penser sa présence en ces cités. Cette métaphore n’est pas positive, est même l’incarnation d’un racisme quotidien, mais permet de mieux comprendre les liens tissés entre monde naturel et social, entre bêtes et hommes dans un univers hautement symbolique. On peut penser que le cafard lui-même opère comme une métaphore. Par exemple, l’étymologie du mot « cafard » est un merveilleux traceur de la construction métaphorique des rapports des êtres humains aux choses. Les termes utilisés pour nommer cet insecte, blatte (dénomination scientifique) et cafard (terme vulgaire), mettent en évidence le fait que le terme de cafard comme celui de blatte renvoient à la vie nocturne de l’animal. En effet, cafard (1589) est emprunté probablement à l’arabe Kafir « qui n’a pas la foi ». Le suffixe péjoratif « -ard » a remplacé la combinaison initiale. Le mot a été repris avec le sens religieux de « faux dévot », « hypocrite » employés de manière polémique au xvi e siècle, notamment pendant les guerres de religion. Il semble que le sens usuel de blatte, relevé dès 1542, soit un emploi métaphorique du sens de « faux dévot », l’animal étant de couleur noire et se dérobant à la lumière. Ce sens est d’abord régional (Normandie, Berry) et se diffuse au xix e siècle dans le français général. Le terme blatte, terme englobant divers insectes « qui fuient la lumière » (Pline), va dans le même sens. Par l’intermédiaire du latin scientifique blatta, les naturalistes de la seconde moitié du xviii e siècle ont fixé son emploi comme nom générique du cafard. Les mœurs nocturnes de l’animal jouent donc beaucoup dans les représentations et les pratiques à son égard, comme en témoignent nombre de textes littéraires (où le cafard pullule, menace, doit être détruit, génère un malaise…). L’univers métaphorique est un « pont suspendu au-dessus du réel » dont il met en évidence la profondeur illusoire. La métaphore renvoie avant tout à l’expérience esthétique. Le jugement qui confère à telle ou telle métaphore un statut plus important au point que certaines apparaissent tissées d’évidence – comme le coucher du soleil – est un jugement qui reconnaît cette universalité de l’expérience esthétique. La métaphore ouvre un lien au réel, offre la possibilité de contribuer à la valeur des lieux : en attribuant un terme à un autre terme, on n’enrichit pas uniquement la description du premier terme, mais on lui attribue une valeur. La métaphore valorise un type poétique, imaginatif de saisie du réel ; elle manifeste une conscience des relations qui unissent à l’environnement. Ainsi est-il possible de lier esthétique et éthique, par la prise de conscience d’une relation plus ou moins plaisante au monde. L’expérience esthétique et sa généralisation dans l’espace public par le jugement fonctionnent comme des expériences de réattribution de la valeur à partir des individus et des petits groupes… La métaphore opère comme un lien cosmique.

La domestication de l’espace

15En ce sens, il est évident que la pensée du cafard introduit à une pensée des espaces d’habitat, du logement à l’immeuble, de l’immeuble au quartier voire à la ville. Outre favoriser la pensée des lieux, le cafard permet de les pratiquer. En effet, la plupart des habitants disent chasser l’insecte à coups de bombe ou même en utilisant de la poudre, des pièges, avec précaution par égard aux enfants ou aux animaux domestiques. Notons simplement que ce sont surtout les hommes qui le tuent avec le pied ou avec la main. Des personnes se relèvent la nuit, essaient de surprendre ces insectes, en allumant la lumière brusquement, afin de pouvoir les tuer et adoptent ainsi un comportement de chasseur. D’autres lessivent tout à l’eau de Javel. De fait, les pratiques d’éradication de l’animal conduisent également à une certaine radicalité sur le plan des représentations de l’espace urbain. La pratique du cafard traduit une conflictualité toujours latente : le mal-être est une dimension de la vie en ville. Le monde en images du cafard est glauque… Il est évident que le cafard n’est pas désiré dans l’enceinte urbaine : sa présence montre une ville mal gérée, défaillante. Cependant, il participe de la nature en ville. Certes, il n’est jamais cité en exemple : ni nature, ni animal, ni domestique, ni même sauvage, le cafard est une bestiole, une saleté, un être qui n’a pas sa place dans l’espace urbain. Le cafard est l’intrusion de la saleté du dehors dans l’intimité. Il est saleté parce qu’il se trimbale partout, « mange de tout » et transporte donc la saleté avec lui. Tous les termes qui qualifient le cafard sont liés à ce sentiment : dégoût, manque d’hygiène, écœurant, sale bête. Le sentiment d’écœurement est probablement lié au fait que le cafard va sur la nourriture et n’est pas à sa place :

J’allumais la lumière et elles partaient… C’était dégoûtant ! Ce n’est pas terriblement sale, mais quand vous imaginez toutes ces petites bestioles en train de rentrer dans votre riz et votre farine… Les insectes, on a quand même du mal, ce sont des intrus à partir du moment où ils ne devraient pas être là ; pas dans mes petites affaires.

16En effet, ainsi va la vieille définition de la saleté, c’est quelque chose qui n’est pas à sa place. L’appartement est un « territoire » particulier, humain. Il doit rester domestiqué. La présence des animaux n’est tolérée que dans la mesure où elle est voulue et contrôlée. Certes, une enquêtée trouve que les animaux en ville sont de l’ordre de la nature, sauf qu’il y en a trop, mais par contre, elle n’estime pas la présence du cafard naturelle en ville :

Les chiens, les chats, je trouve ça naturel. Mais en ville, il y a trop de chiens. Les gens en ont plusieurs dans les appartements. Trop pour la propreté des trottoirs et des pelouses. Le cafard devrait être exterminé. Par la vie actuelle, il est en ville, mais ce n’est pas normal. Les cafards, ce n’est pas naturel : cela représente le sale. La nature, ce n’est pas sale.

17Mais selon les éco-ethologues qui l’étudient, la présence en ville du cafard témoigne de sa naturalité : n’est-il pas là pour profiter de l’hospitalité urbaine, des milieux et des opportunités que lui offrent les espaces chauds et moites des villes modernes ?

  • 11 Nathalie Blanc, Les animaux et la ville.

18Ceint dans l’espace technique de la ville (qui souvent inspire une saine terreur mise en évidence par l’image du technocosme urbain), il est remarquable de noter que la présence du cafard en trahit la mauvaise gestion ou plutôt l’impossibilité de son contrôle montrant, a contrario, que l’apprivoisement de la vie dans ces espaces suppose d’en trouver la faille ; l’imagination, mais aussi la sensibilité, la sensorialité sont en jeu quand il s’agit de mobiliser les ressources nécessaires à la construction d’une représentation : la dimension esthétique de la ville en dépend. Sa dimension éthique également ; en effet, si l’on prend comme définition de l’éthique l’idée selon laquelle il s’agit de persévérer dans son être, l’esthétique – goût et dégoût – apparaît dès lors comme un indice fort du bienêtre en ville. Comment faire pour apprivoiser la ville ? Si les pratiques à l’égard du cafard montrent qu’il s’agit avant tout d’habiter proprement, c’est-à-dire sans bêtes, les pratiques à l’égard d’autres espèces animales, comme le chat errant dans l’espace urbain, montrent qu’au contraire, il existe des dispositifs de domestication de l’espace urbain qui passent par le fait de nourrir des animaux dans cet espace, et plus globalement, probablement, de prendre soin de la qualité de vie du milieu urbain en termes éthiques : c’est la vie alors que l’on apprécie dans un univers jugé déshumanisant et extrêmement minéral. Les habitants se réfèrent alors à un monde en images de la ville édénique où espèces vivantes et humains cohabitent harmonieusement dans un paysage réconcilié. Les pratiques des nourrisseurs d’animaux (pigeons et chats) sont, de ce point de vue, particulièrement éclairantes11. Une « nourrisseuse » d’animaux s’occupe de nourrir régulièrement de très nombreux chats à l’extérieur de chez elle. L’investissement de l’espace extérieur prend donc la forme d’une circulation entre les différents points d’un réseau, mais aussi d’une matérialisation de cette appropriation à travers le dépôt de nourriture ou la construction d’abris. Ce comportement peu répandu et mal toléré en ville n’est pas sans susciter quelques conflits « de voisinage ». Une des raisons de ce fonctionnement est l’identification à l’animal ou à la nature en ville soit comme liberté, soit comme beauté et harmonie.

19Quel rôle peut donc avoir le cafard (tout comme d’autres espèces animales) dans la sociabilité urbaine et, plus généralement, dans la possibilité d’expérimenter la ville comme un milieu de vie ? Outre le fait qu’un animal aide à se figurer la vie urbaine, il contribue également aux récits que l’on se fait en ville. De ce point de vue, on ne peut dissocier l’expérience esthétique de la ville de l’apprentissage de la vie collective. La ville est un espace spécifique – différent de la campagne – où l’apprentissage de soi dans l’environnement ne se distingue pas de l’apprentissage de la vie en société ; elle représente la possibilité d’une extase individuelle, de liberté qui incorpore (tout en les refusant) les normes collectives. Adopter une perspective esthétique pour questionner les rapports à l’animal urbain, c’est comprendre le rôle de l’image, de l’imagination dans la vie en ville, mais aussi du récit, de sa tonalité, de son style ainsi que des modes d’habiter comme présence au monde, configuration esthétique pour ordonner les rapports à un environnement jugé déshumanisant. Ainsi l’arrangement domestique constitue-t-il le relais esthétique d’un mode d’affirmation de sa présence en ville.

Bibliographie

Arendt Hannah, The life of the mind, New York, Harcourt, 1978.

Blanc Nathalie, Les animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 2000.

Vers une esthétique environnementale, Paris, Quæ (Indisciplines), 2008.

Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

Douglas Mary, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 1992.

Jolivet Marcel éd., Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, Paris, CNRS, 1992.

Pétonnet Colette, « Le cercle de l’immondice, postface anthropologique », Les annales de la recherche urbaine, no 53, 1991, p. 108-109.

Thomas Keith, Dans le jardin de la nature, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1985.

Notes

1 L’hypothèse est que nos mondes s’apparentent à des systèmes vivants qui se transforment selon une dynamique de type auto-organisationnel. L’idée est la suivante : les organismes vivants sont dotés d’un certain degré de complexité organisationnelle qui leur permet de résister au bruit, c’est-à-dire aux perturbations survenues aléatoirement dans l’environnement, mais surtout d’assimiler, d’intégrer ces perturbations pour augmenter leur degré d’organisation, leur complexité. Pour pouvoir fonctionner ainsi, nos mondes seraient un mélange « de cristal et de fumée » (voir Henri Atlan, Entre le cristal et la fumée, Paris, Seuil, 1979).

2 Ce travail s’inscrit dans un courant de recherche et de pratiques qui visent à apprécier la composante esthétique des processus d’environnementalisation compris comme des procédures actives et ouvertes d’engagement dans l’environnement. Voir Nathalie Blanc, Vers une esthétique environnementale.

3 Emily Brady, « Vers une véritable esthétique de l’environnement », Esthétique et espace public, Nathalie Blanc et Jacques Lolive éd., Rennes, Éditions Apogée - Cosmopolitiques, 2007, p. 64.

4 Dans les années 1980, inscrits dans de grands programmes de recherche interdisciplinaire, des sociologues et géographes ruraux adoptent une nouvelle approche des questions d’environnement. Ils sont particulièrement attachés à la mise en relation de niveaux d’analyse habituellement disjoints tels le naturel, le culturel, le symbolique, le matériel. La géographie urbaine reste peu concernée. Un ouvrage collectif, Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, valorise, en 1992, ces travaux interdisciplinaires consacrés essentiellement au rapport entre pratiques sociales et matérialité biophysique.

5 Colette Pétonnet, « Le cercle de l’immondice, postface anthropologique », p. 108.

6 Le style de son habitat prolonge et systématise le travail de découpage symbolique opéré par la perception. Il est, selon l’expression de Merleau-Ponty dans Signes, « l’emblème d’une manière d’habiter le monde ». Ce qu’on appelle le style pour un artiste n’est donc ni une représentation subjective (un parti pris intellectuel ou une idée du monde), ni une perception brute produisant objectivement les choses. Merleau-Ponty a démontré que cette dernière perception ne pouvait exister. Le style n’est pas une simple manière, il est le sens, il est l’œuvre même.

7 Keith Thomas, Dans le jardin de la nature, p. 249.

8 Pour Hannah Arendt : « Analogies, métaphores et emblèmes sont les fils par lesquels l’esprit retient le monde y compris quand il a perdu tout contact avec lui… Ils représentent la garantie de l’unité de l’expérience humaine. En outre, dans un processus de pensée, ils servent de guides pour permettre de trouver notre direction, de peur que nous n’errions aveuglément parmi les expériences où nos sens à défaut de connaissance certaine ne peuvent nous guider. Le simple fait que notre cerveau soit capable de trouver de telles analogies, que le monde des apparences nous rappelle des choses qui ne le soient pas, peut être vu comme une sorte de preuve que l’esprit et le corps, la pensée et la sensibilité, l’invisible et le visible, sont faits pour vivre ensemble… » (The life of the mind, p. 109. Ma traduction).

9 Keith Thomas, Dans le jardin de la nature.

10 Philippe Descola, Par-delà nature et culture. D’un côté, dit l’auteur, il y a les corps, « la physicalité ». De l’autre, « l’intériorité ». Face à un autrui quelconque, humain ou non humain, je peux supposer soit qu’il possède des éléments de physicalité et d’intériorité identiques aux miens, soit que son intériorité et sa physicalité sont distinctes des miennes, soit encore que nous avons des intériorités similaires et des physicalités hétérogènes, soit enfin que nos intériorités sont différentes et nos physicalités analogues. Ces formules définissent quatre grands types d’ontologies, c’est-à-dire de systèmes de propriétés des existants que l’on appellera, par convention, le totémisme, l’analogisme, l’animisme et le naturalisme (la posture occidentale).

11 Nathalie Blanc, Les animaux et la ville.

Auteur

Chargée de recherche cnrs umr ladyss 7533, université Paris 7

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable