Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'animal sauvage en représentation(s). Diversités historiques et géographiques des images et des statuts

Imaginaire du sauvage : l’ours sur le territoire de la Grande-Chartreuse

Émilie-Anne Pépy

Texte intégral

1Alors que l’ours pyrénéen suscite depuis plusieurs décennies l’enthousiasme des chercheurs en sciences sociales, l’histoire de l’ours des Alpes, espèce dont seuls survivent quelques spécimens dans les années 1920-1930, demeure un champ moins défriché. L’objectif de cet article est moins d’examiner les modes de vie de l’animal et ses relations avec les hommes, que de voir en quoi il s’intègre dans un imaginaire spatial très spécifique, celui du Désert de la Grande-Chartreuse. Le monastère occupe le fond d’un vallon abrupt, dominé par les pentes du Grand Som. Le territoire de la Grande-Chartreuse se compose de grandes forêts de « bois noirs » (épicéas, sapins, pins) mêlés de « bois blancs » (hêtres, érables…), au-dessus desquelles s’étendent les prairies d’alpage. L’ampleur du couvert forestier, à des altitudes modérées, procure un biotope favorable à l’ours. Après 1800, de multiples témoignages attestent la présence du plantigrade dans l’entourage immédiat des bâtiments conventuels. En revanche, il n’a laissé que des traces très discrètes dans les archives monastiques entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Pourquoi l’ours, muet dans les sources de l’époque moderne, se réveille-t-il grondant et menaçant après la Révolution ? Le regard porté sur les animaux sauvages a évolué, les pratiques de cohabitation plus ou moins pacifiques laissant place à la chasse ouverte.

  • 1 Laurent Bidot, Histoire de la Grande-Chartreuse en BD, Grenoble, Glénat, 2001, p. 6. La planche con (...)

2Pourtant l’ours, que l’on compare volontiers au moine chartreux avide de solitude au fond des montagnes, est demeuré un animal emblématique qui fait encore aujourd’hui partie de l’imaginaire cartusien1. Il s’agit de comprendre comment cet animal discret et somme toute banal sous l’Ancien Régime a été absorbé dans l’identité territoriale du Désert, dont il symbolise les aspects les plus sauvages.

XIXe siècle : l’ours en spectacle

3Quasiment absent des sources avant la Révolution, l’ours effectue une percée spectaculaire à partir du début du XIXe siècle.

Une curiosité pour les premiers touristes se rendant à la Grande-Chartreuse

  • 2 François Walter, Les figures paysagères de la nation : territoire et paysage en Europe (XVIe-XXe si (...)

4Parmi ceux qui accomplissent le voyage à la Grande-Chartreuse, restituée aux religieux en 1816, se trouvent des naturalistes dans l’âme, curieux des spécificités de la faune montagnarde. Dans le récit qu’il livre d’une excursion effectuée en 1822, E. F. M. Dupré-Deloire mêle émotions esthétiques et religieuses et observations à caractère scientifique, révélant l’évolution du regard porté sur la nature2. Au début de son périple, il rencontre un garde forestier qui l’instruit des us et coutumes des ours qu’il a l’habitude de rencontrer :

  • 3 E. F. M. Dupré-Deloire, Voyage à la Grande-Chartreuse, Valence, L. Borel, 1830, p. 58-60.

Naturellement paisible, mais brutal par le sentiment de sa force, l’ours de ces montagnes, nourri de fruits et de végétaux, attaque rarement les troupeaux, et ne devient féroce que par le besoin impérieux de la faim, ou celui, plus terrible encore, de protéger ses petits. Dans le printemps et à l’automne, ces deux circonstances le rendent également dangereux. Au temps de son réveil, amaigri par un long jeûne, il se rue au travers des pâturages, et, dédaignant les bergers et les chiens, il choisit dans le troupeau dispersé le mouton le plus gras et l’emporte dans sa retraite. Dans l’arrière saison, marchant encore avec sa compagne, entouré de ses oursins [ sic] qu’il doit bientôt abandonner pour ne plus les reconnaître, il veille sur eux avec inquiétude, et sa rencontre n’est jamais sans péril. Notre garde l’avait éprouvé depuis peu : caché derrière une roche, il n’avait pas osé tirer sur une ourse qui passait à sa portée avec ses deux oursins ; l’un de ceux-ci l’ayant aperçu, s’était brutalement rapproché de sa mère qui l’avait renversé d’un coup de patte. Il craignit de provoquer avec un seul coup cet animal dont la grosseur lui parut prodigieuse.3

5En poursuivant son chemin, le touriste a le loisir d’observer par lui-même deux ours qui ne lui témoignent aucune agressivité et le laissent continuer. Le témoignage de Dupré-Deloire laisse à penser que la présence de l’ours dans le massif de Chartreuse n’a rien d’exceptionnel et qu’il est possible au simple excursionniste d’en croiser un à peu de frais ; ce que confirme l’anecdote que relate André Pascal, ancien médecin du monastère, à propos d’un passage rocheux étroit nommé la « Pierre de l’Ours » :

  • 4 André Pascal, Le Désert de la Grande-Chartreuse, description historique et anecdotique, Grenoble, M (...)

En 1817, un ouvrier du monastère, nommé Pivot, descendant un jour de grand matin par ce sentier, aperçut quelque chose d’étrange sous cette voûte naturelle. […] tout à coup, un ours énorme se dresse sur ses pattes, pousse un grognement effroyable et se précipite dans la forêt. Pivot […] n’a jamais pu me dire lequel des deux avait été le plus effrayé.4

6Pesant en moyenne 150 kg, le plantigrade est généralement végétarien et craintif, même s’il ne dédaigne pas s’approcher des zones cultivées pour profiter des pousses d’orge et d’avoine dont il est friand. Il ne s’en prend pas à l’homme, même si les femelles protégeant leurs petits peuvent se révéler dangereuses pour qui les surprend.

Intensification de la chasse au « monstre »

  • 5 Bernard Prêtre, Les derniers ours de Savoie et du Dauphiné, de Genève à Barcelonnette, Grenoble, Éd (...)

7La présence des ours à proximité du monastère est confirmée par la presse, qui s’inquiète de la multiplication des animaux dans les montagnes iséroises, et particulièrement en Chartreuse (tableau 1). Ils sont accusés de ravager les champs d’avoine et de représenter un risque pour les troupeaux. Ces apparitions spectaculaires traduisent moins une augmentation de la population d’ursidés dans les massifs qu’une sensibilité accrue aux méfaits dont ils sont rendus responsables. Bernard Prêtre a tenté d’évaluer le nombre d’ours dans les principaux massifs alpins à l’horizon des années 18005. Il y aurait eu une vingtaine de plantigrades dans le massif de Chartreuse en 1800, essentiellement dans sa partie méridionale ; leur nombre tombe à 4 en 1860, et les discussions demeurent pour savoir s’il restait un seul survivant au début du XXe siècle. C’est en effet à partir des années 1800 que la chasse à l’ours est devenue systématique dans les Alpes. Bernard Prêtre retient comme facteurs explicatifs la suppression du droit de chasse restrictif d’Ancien Régime ; l’impact des guerres révolutionnaires et la mise en place du service militaire, qui ont contribué à démocratiser la possession d’un fusil ; la division des anciennes propriétés nobles ou ecclésiastiques, et l’ouverture de vastes espaces avec la naissance du tourisme. Il est également primordial de prendre en compte l’évolution du regard porté par la société sur les animaux sauvages, tant du point de vue des champs que du point de vue des villes.

Tableau 1 : Exemples d’ours observés dans le massif de Chartreuse (1re moitié du XIXe siècle)

Tableau 1 : Exemples d’ours observés dans le massif de Chartreuse (1re moitié du XIXe siècle)
  • 6 Faige-Blanc, dit Alpinus, est originaire de Voiron au pied de la Chartreuse ; il est l’auteur d’un (...)

8Dans le monde rural, l’ours ou le loup sont demeurés d’inévitables compagnons d’existence ; mais la situation de trop-plein démographique rend d’autant plus précieux les produits de la terre et de l’élevage, et d’autant moins supportable la concurrence des prédateurs ou des nuisibles. On possède désormais les armes pour les éradiquer, dans un cadre juridique favorable. C’est ainsi que les montagnards qui participent aux battues contre les ours craignent davantage pour leurs récoltes ou leur bétail que pour leur vie. Pour certains, plus téméraires, la chasse solitaire aux grands prédateurs est aussi l’occasion d’empocher les primes promises par les autorités préfectorales, tout en se construisant un statut de héros. C’est avec un humour caustique que le ruraliste dauphinois Alpinus6 raille le point de vue des citadins sur les animaux sauvages. Il milite pour une éthique de la chasse à mille lieues des battues officielles dont il se gausse :

  • 7 Roger Canac éd., La Chartreuse et le pays de Voiron selon Alpinus, Grenoble, Presses universitaires (...)

Un ours gigantesque ravageait depuis plusieurs années les versants orientaux du Petit Som, au nord du couvent de la Grande-Chartreuse. Ici ravager doit s’entendre : vivre paisiblement de racines au fond des bois. N’importe, une battue fut prêchée contre le monstre, et, le 30 août, avant l’aube, ses retraites étaient cernées par trois cents chasseurs d’espèces variées. [La battue est un échec. Le narrateur et son groupe, assoiffés, entrent chez un paysan pour quérir de l’eau. Quelle n’est pas leur surprise d’y trouver l’ours et le « crétin du hameau » qui vient de le tuer …]
J’ai toute ma vie regretté qu’un photographe en voyage ne se soit pas rencontré là pour fixer la scène : vingt chasseurs de la ville, bien armés et bien équipés, membres pour la plupart de l’Académie delphinale et autres sociétés discrètes. Et, d’un autre côté, un crétin goîtreux [sic] […] portant son espèce de regard alternativement sur ses rivaux et sur sa victime.7

9Ce témoignage est à manier avec précaution : le dénigrement de l’esprit et du mode de vie urbains, nécessairement républicain et corrompu, par opposition à la sagesse des campagnes millénaires, est à relier avec les sympathies légitimistes du narrateur. Son adaptation à un monde en plein bouleversement se traduit par une nostalgie indéfectible à l’égard d’un passé rural sublimé. Il rend hommage à ceux qui restent en contact avec la nature. Le chasseur modèle est un solitaire, qui s’efforce de connaître « l’emploi du temps » de l’ours dont il a fait son adversaire ; un dénommé Vialy, modeste habitant de Saint-Laurent-du-Pont, peut s’enorgueillir de ses 31 ours tués dans le massif de Chartreuse. Néanmoins, Alpinus a su capter l’évolution du regard des citadins sur la vie sauvage. Avides de sensations fortes, imprégnés de littérature romantique, ils sillonnent des espaces jusqu’alors inconnus et transforment un plantigrade généralement végétarien et peureux en monstre sanguinaire.

  • 8 Henri-Frédéric Faige-Blanc, dit Alpinus, La chasse alpestre en Dauphiné, Grenoble, Baratier frères (...)

Alexandre Dumas, à son début dans les charmants écrits qui devaient tant amuser tout son siècle, a commis une action mauvaise […]. Voulant dramatiser ses impressions et les sabler, il a fait de cet animal un monstre féroce. […] Ainsi raconta le maître, et, dès lors, […] nous avons vu défiler sur ses traces tout un monde d’écrivains prétendus cynégétiques. L’ours alors en a vu de belles ! À sa profonde surprise, s’il savait lire, il s’est toujours, depuis ce temps, élancé sur l’homme, « l’œil sanglant et la gueule écumante ». Invariablement il a manifesté son approche par « les roches volant en éclats » et par « les épicéas déracinés » comme de faibles poireaux. Les taureaux et l’homme lui-même ont fait désormais sa pâture, et les moutons n’ont plus servi qu’à le gargariser.8

  • 9 Henri-Frédéric Faige-Blanc, dit Alpinus, La chasse alpestre en Dauphiné, déjà cité, p. 33.

10À aucun moment, Alpinus n’envisage que la chasse à l’ours (qu’il apprécie, à la manière d’un sport, tant qu’elle demeure loyale) puisse mener à une disparition de l’espèce. Toutefois, il déplore cette modernité qui signe la fin d’une cohabitation pacifique avec l’ours, qualifié de « bête de bon et affectueux voisinage, qu’on est contraint d’éloigner parfois pour ses trop grandes familiarités avec les pommes et les avoines »9.

11Sous l’Ancien Régime, les relations entre l’homme et l’ours étaientelles si iréniques que le laisse entendre notre ruraliste ?

xvie-xviie siècles : une cohabitation discrète

12Les sources ne sont guère prolixes à ce sujet. À l’échelle du territoire de la Grande-Chartreuse, il faut se contenter d’indices pour tenter de reconstituer la cohabitation entre les moines et ces animaux.

Les chartreux et les ours : le murmure des archives

13La création du Désert des moines procède avant tout d’une initiative spirituelle, puisqu’il doit garantir paix et solitude aux premiers pères chartreux. En 1100, la charte de l’évêque Hugues énumère les limites du Désert de Chartreuse, garanties par le pouvoir de l’Église. Ne peuvent les franchir, sous peine d’excommunication, ni les femmes, ni les hommes en armes, qu’ils soient soldats ou simples chasseurs. Le Désert est conçu comme une institution dans la règle des chartreux, il s’agit d’un espace sacré isolant les solitaires du reste du monde. La chasse y est formellement interdite aux étrangers. Il serait bien entendu totalement anachronique d’y voir une volonté de protéger la faune. Il importe avant tout aux moines de se garantir sécurité et solitude dans l’enceinte du Désert, d’où sont bannis le va-et-vient des hommes et la violence des armes. De plus, contrairement à la pêche, la chasse n’a rien d’une nécessité pour l’institution. En effet, les chartreux se nourrissent uniquement de poisson, fromage, œufs, produits laitiers, légumes et pain, et la règle n’autorise la consommation de viande qu’en cas de maladie. Un épisode de la Vie de dom Jérôme Marchand, qui assuma les fonctions de prieur général à la fin du XVIe siècle, apporte un éclairage intéressant sur les rapports qu’entretient le monde cartusien avec la faune.

  • 10 Claude P. Delle, Histoire ou antiquitez de l’état monastique et religieux, Paris, François André Pr (...)

Sa douceur s’étendoit jusqu’aux animaux, qu’il considéroit comme des créatures de Dieu, à l’exemple de plusieurs Saints, qui ne pouvoient souffrir qu’on leur fit du mal. Dieu fit paroître que cette douceur ne lui déplaisoit point par l’accident que je vas raconter. Un Frère qui l’accompagnoit dans les Montagnes prit un fusil sur son épaule à dessein de tirer sur les Oiseaux qu’il pourroit rencontrer. Le R. Père lui défendit de le faire, lui disant de laisser vivre ces pauvres animaux. Le Frère le laissa aller environ cent pas devant lui ; & voïant des oiseaux, il ne voulut pas manquer son coup ; mais son fusil creva & lui emporta la main, qui ne tenoit plus qu’à la peau. Le Père qui avoit entendu le coup, le vint trouver promptement, le reprit de sa désobéissance & lui envelopa la main de son mouchoir ; quand il fut de retour au Monastère la main se trouva parfaitement guérie.10

  • 11 Marie-Hélène Tesnière, Bestiaire médiéval, enluminures, Paris, Bibliothèque nationale de France, 20 (...)

14Le récit de ce miracle montre que la mansuétude de dom Jérôme envers les animaux est considérée comme particulièrement remarquable, parce qu’elle n’a pas cours dans les montagnes de Chartreuse. À l’instar de saint François d’Assise, le prieur manifeste son amour de la Création en considérant la vie animale comme un don de Dieu qu’il n’est pas bon de détruire11. Pour le biographe, cette vision du monde témoigne d’une grandeur d’âme d’autant plus remarquable qu’elle n’est pas partagée par la familia cartusienne. Dom Jérôme remet en question des pratiques on ne peut plus courantes. Rien d’étonnant à ce que ce frère se munisse d’une arme pour partir chasser les oiseaux, davantage par goût que par nécessité semble-t-il. Il est d’ailleurs puni pour son péché de désobéissance, et non pour avoir tenté de tuer ses proies. Les frères et les serviteurs de la Grande-Chartreuse qui veillent sur les troupeaux tiennent à portée de main des fusils, piques et autres gourdins. On retrouve trace de ces armes dans les inventaires de 1790 : elles sont entreposées dans un grenier du pavillon d’Allemagne, baptisé « arsenal ». Les comptes révèlent, par ailleurs, des acquisitions régulières de fusils et pierres à fusil.

Tableau 2 : Références aux animaux sauvages dans les comptes des obédiences de la Grande-Chartreuse au Désert (XVIe-XVIIIe siècles)

Tableau 2 : Références aux animaux sauvages dans les comptes des obédiences de la Grande-Chartreuse au Désert (XVIe-XVIIIe siècles)

15Même si certains ont pu en faire une distraction comme ce frère miraculé, la chasse sur le territoire de la Grande-Chartreuse a une vocation essentiellement défensive. Les archives du monastère restent quasiment muettes sur la présence d’animaux sauvages dangereux, comme les loups et les ours. Seuls quelques indices, extraits des livres de comptes, témoignent de leur rencontre avec l’homme. Ceux-ci n’ont été que très partiellement conservés pour la fin du XVIe siècle et pour le XVIIe siècle ; en revanche, on dispose de séries plus complètes à partir du milieu du XVIIIe siècle. Dans les comptes des obédiences, les références aux animaux se comptent sur les doigts de la main, et concernent seulement les ours ou les renards, mais jamais les loups (Tableau 2).

16Des sources monastiques, on retiendra seulement que les serviteurs préposés aux granges sont armés, et que leur provision de pierres à fusil est régulièrement renouvelée. Au XVIIIe siècle, les chartreux dotent systématiquement leurs gardes-bois de fusils de chasse. Les dépouilles d’ours, très peu nombreuses dans les comptes, ne témoignent pas d’une extermination systématique de ces animaux, à moins que les moines n’aient préféré conserver les peaux pour leur propre usage plutôt que de les vendre. Ce qui est toutefois très peu probable, puisque les statuts cartusiens préconisent l’usage de tissus grossiers, et non d’ostentatoires fourrures, pour les besoins quotidiens.

L’apport des témoignages indirects

17Pour voir s’animer les créatures sauvages, il faut regarder de nouveau du côté des récits de voyage. Abraham Gölnitz, géographe originaire de Dantzig, demeure l’unique référence pour le début du XVIIe siècle, et sa relation fut reprise par de nombreux auteurs.

  • 12 Abraham Gölnitz, Ulysses Belgico-Gallicum, Amsterdam, Elzevier, 1631.

Avançons vers le couvent. Dès que le pont est traversé on rencontre une porte fermée ; celle-ci est ouverte et refermée aussitôt par un frère lai revêtu d’un habit religieux. Nous montons par un chemin étroit vers un vaste édifice, ressemblant à une maison de campagne, servant aux ouvriers du monastère. Là se trouvent une étable et une écurie pour les montures, et les étrangers n’ont plus à s’en occuper tant qu’ils restent dans le couvent. Sur les battants de la porte on voit attachées des têtes d’ours énormes ; on tue, en effet, beaucoup de ces animaux errants dans ce désert et cette solitude montagneuse.12

  • 13 Émilie-Anne Pépy, « Désert terrible ou reflet de l’Éden : représentations des montagnes de la Grand (...)

18De la visite de Gölnitz à la Grande-Chartreuse demeure l’image d’un espace hostile, où seules les espèces les plus menaçantes sont représentées13.

  • 14 Sophie Bobbé, L’ours et le loup, essai d’anthropologie symbolique, Paris, INRA Éditions, 2002.
  • 15 Pierre Prion, Pierre Prion, scribe : mémoires d’un écrivain de campagne au XVIIIe siècle, présenté (...)
  • 16 Joseph-Benjamin Vives, Voyage à la Grande-Chartreuse du Dauphiné ; précédé de La vie de saint Bruno(...)

19Si ce type de source confirme la présence d’ours dans le Désert, sous un angle plus dramatique que les livres de comptes du monastère, elle ne permet pas davantage d’évaluer leur nombre, ni la qualité des rapports de cette population avec l’homme sur le territoire cartusien. L’exhibition des trophées sur les battants de la porte semble confirmer l’aspect exceptionnel de ce genre de prise14. Cette pratique n’est plus attestée dans les récits de voyage après 1650, soit que le nombre d’ours tués ait diminué, soit que l’usage s’en soit perdu. Il est sans doute raisonnable de supposer que la présence du plantigrade sur le territoire de la Grande-Chartreuse n’était pas vécue comme une menace intolérable, mais plutôt intégrée comme une donnée inhérente à la vie montagnarde, inévitable et naturelle. La présence des serviteurs armés veillant sur la sécurité des troupeaux dissuadait sans doute l’ours de s’y attaquer trop fréquemment. Le récit de voyage de Pierre Prion15 (1733) fait référence, à plusieurs reprises, aux mâtins qu’emploient les chartreux pour décourager les bêtes sauvages, sans doute avec autant d’efficacité que les fusils. Avec faconde, le Méridional raconte d’ailleurs comment il réchappa à une attaque de loups en quittant le monastère : « Si trois chiens de parc ne fussent venus à leur poursuite, je serais encore sur l’arbre. » Son témoignage peut être soupçonné d’exagération ; c’est le seul récit d’attaque de « loups » sur le domaine cartusien et leur mode opératoire paraît si étonnant qu’on peut légitimement se demander si le narrateur n’a pas tout simplement enjolivé une rencontre avec des chiens errants. Pierre Prion est d’emblée très sensible à l’atmosphère inconnue de la montagne. Il a passé sa nuit à la Grande-Chartreuse à guetter « le hurlement de l’ours et du loup, et de l’autre côté le glapissement d’autres féroces animaux ». Néanmoins, le recours aux chiens pour surveiller les troupeaux et protéger les activités humaines constitue une réalité montagnarde qui n’a pas échappé à ce témoin. Cette pratique a toujours cours au milieu du xix e siècle, d’après les témoignages des touristes16.

L’ours symbole d’un territoire sauvage

20L’histoire des relations entre les hommes et l’ours, et plus particulièrement des pratiques des moines chartreux vis-à-vis de la faune montagnarde, demeure fragmentaire jusqu’à l’époque contemporaine. Le désenclavement des espaces de montagne et l’évolution des discours sur le sauvage contribuent alors à faire sortir l’ours de sa retraite. Le discret plantigrade a été promu au rang de monstre écumant. Ce glissement peut s’expliquer par les évolutions culturelles du XIXe siècle. Dans le cas de la Grande-Chartreuse, il s’agit de comprendre comment l’animal est intégré à un imaginaire spatial particulier.

Le territoire de la Grande-Chartreuse, un refuge pour les animaux sauvages ?

  • 17 Émilie-Anne Pépy, « Les limites de la Grande-Chartreuse, une frontière entre espace sacré et espace (...)

21Bernard Prêtre a pu le remarquer sur l’ensemble des massifs alpins : en 1800, l’ours est souvent présent sur les anciennes possessions monastiques. Dans le cas de la Grande-Chartreuse, la clôture du Désert interdisait l’accès des forêts et des prairies aux chasseurs. Frères et serviteurs se contentaient, le cas échéant, de défendre les troupeaux, sans traquer systématiquement l’ours. Certes, les bois ont commencé à être exploités à la fin du XVIIe siècle, notamment pour alimenter les artifices métallurgiques implantés sur les cours d’eau. Néanmoins, de vastes pans de forêts sont demeurés inaccessibles aux bûcherons. D’autre part, en 1730, la gestion des forêts du domaine cartusien a été retirée aux moines pour être confiée au ministère de la Marine, qui en a renforcé la protection. Malgré la relative ouverture économique du Désert et l’amélioration de ses accès au XVIIIe siècle17, cet espace demeure donc un refuge propice au maintien de la faune sauvage. Sous la plume d’André Pascal, l’animal deviendrait un enjeu de luttes sociales, les chartreux étant accusés de laisser proliférer les nuisibles. L’interdiction de chasser qui pesait sur le Désert aurait représenté une contrainte intolérable pour les populations du massif.

  • 18 André Pascal, Le Désert de la Grande-Chartreuse, ou histoire des chartreux d’après leurs archives, (...)

La Révolution les ayant débarrassés de ces entraves et de ces servitudes féodales si onéreuses pour eux, ils se contentèrent de la satisfaction de voir partir leurs oppresseurs et tournèrent toute leur rancune contre les animaux sauvages qui avaient multiplié sous la protection des moines. La chasse devint leur passion dominante […] on mangeait la chair et on allait vendre les fourrures à Grenoble.18

  • 19 Henri-Frédéric Faige-Blanc, dit Alpinus, La chasse alpestre en Dauphiné, déjà cité, p. 78-82.

22En 1792, les chartreux ont dû abandonner le monastère. Leur retour ne s’effectue qu’en 1816. Entre-temps, les domaines ont été démembrés et vendus comme biens nationaux. La clôture du Désert est brièvement restaurée entre 1816 et 1830 ; puis l’État récupère le patrimoine forestier et rétablit la libre circulation des gens. Cependant, le système agropastoral cartusien a été démantelé. Les bâtiments agricoles où les frères veillaient sur les troupeaux sont demeurés à l’abandon. Il y a tout lieu de supposer que l’ours a pu profiter de cet ensauvagement de l’espace pour étendre son propre territoire ; ce qui expliquerait la fréquence de ses apparitions au début du XIXe siècle. Après 1830, l’entrée du Désert n’est plus interdite, ni aux dames qui sont accueillies dans les bâtiments de l’« infirmerie » à proximité du monastère, ni aux hommes armés qui découvrent dans les vastes forêts un fructueux terrain de chasse. Alpinus fait ainsi remarquer que les chasseurs de chamois affectionnent l’un des versants du Grand Som dominant les toits du monastère, autrefois sous la haute surveillance des gardes forestiers des chartreux. Au milieu du siècle, Vialy et ses compères y tuent des hardes entières19. C’est ainsi qu’au cours du XIXe siècle, les équilibres écologiques que maintenait la clôture du Désert sont rompus, et les espèces les plus fragiles, comme l’ours, se trouvent décimées.

L’ours imaginaire, une composante de l’identité territoriale cartusienne

  • 20 Description en vers latins effectuée en 1508 par Benoît Zacharie de Vicence, citée par Dr Guérin, V (...)
  • 21 Michel’Angelo Mariani, Il piu curioso e memorabile della Francia, Venise, Presso Gio : Giacomo Hert (...)
  • 22 Anne-Marie Helvétius, « Le saint et la sacralisation de l’espace en Gaule du Nord d’après les sourc (...)

23Deux traditions font état d’un lien symbolique entre les bêtes sauvages et le Désert de la Grande-Chartreuse. Il faut tout d’abord examiner, dans les hagiographies de saint Bruno, l’épisode où saint Hugues dépeint la nature des lieux qu’il destine aux candidats à la solitude : nulle âme qui vive, des roches déchirées, « solis feris pervia » (seulement accessibles aux bêtes sauvages). Une seconde tradition, plus tardive, affirme au contraire que la solitude du Désert est telle que même les bêtes sauvages s’en tiennent écartées : « Hic semper nebulaeque graves, hic nulla ferarum » (Là il y a toujours une brume épaisse, mais pas de bêtes sauvages)20. Certains vont jusqu’à affirmer que le caractère sacré du Désert en éloigne les animaux néfastes : « Les bêtes sauvages elles-mêmes, horrifiées par tant de sauvagerie, n’y font pas leur nid, peut-être aussi parce qu’elles n’osent pas s’approcher de ce lieu de sainteté. »21 Cette seconde tradition est issue de la même matrice religieuse que la première ; dans les deux cas, les caractéristiques de l’espace du Désert sont autant de topoï qui participent du genre de l’hagiographie. Les descriptions n’ont pas pour objectif un quelconque réalisme ; elles font du Désert un repoussoir à la hauteur de la piété héroïque de ceux qui sont prêts à l’habiter. Les « bêtes sauvages » symbolisent le saltus par rapport à l’ ager dans l’imaginaire médiéval ; le saint, lorsqu’il se retire au désert pour suivre les pas de Jésus-Christ, rencontre bien souvent des créatures féroces qui représentent la nature indomptée, voire la tentation diabolique22.

24À l’époque moderne, rares sont les récits de voyage qui témoignent de la présence d’ours ou autres animaux sauvages sur le territoire de la Grande-Chartreuse. En revanche, les écrits d’inspiration religieuse maintiennent la tradition médiévale, dont ils reprennent les topoï de la description du Désert ; les « bêtes féroces » demeurent discrètes, toujours associées aux rocs stériles et aux brouillards perpétuels.

25Au XIXe siècle, les récits de voyage se répartissent en trois catégories :

  • la tendance « naturaliste », où le touriste s’efforce de faire œuvre de géographe en décrivant ce qu’il voit ;

  • la tendance « édénique », inspirée de la théologie naturelle : on dépeint une nature riante, aimable, à l’image des beautés de la création divine, et qui ne présente rien de menaçant ;

  • la tendance « romantique », qui s’appuie sur l’imaginaire religieux du Désert et y agrège de nouvelles strates, en puisant dans le registre du sensationnel.

  • 23 Miss Pardoe, The river and the desart, or recollection of the Rhône and the Chartreuse, Londres, He (...)
  • 24 H. de C., « Voyage à la Grande-Chartreuse », Revue provinciale, 1er volume, samedi 25 juin 1831, Ly (...)

26Pour les voyageurs « romantiques », le Désert abrite nécessairement des ours et des loups, représentants d’une nature sauvage, hostile, effroyable et propre à faire naître les sentiments les plus élevés dans l’âme humaine. Une touriste anglaise laisse ainsi galoper son imagination en décrivant les alentours des chapelles de la Vierge et de saint Bruno : « brocken masses of rock, surrounded by a thick underwood, and affording shelter to the bear and the wolf » (Des amas de rocs brisés au cœur d’un épais sous-bois, qui sert de refuge à l’ours et au loup)23. Par ailleurs, la matrice religieuse sert encore de référence à certaines descriptions, mais l’ours remplace les brumeuses « bêtes sauvages » : « L’évêque de Grenoble leur indiqua [le désert] de la Grande-Chartreuse, vaste et sombre solitude qui n’avait encore retenti que du rugissement des ours et du bruit des torrens. »24 Le témoignage caustique d’Élisée Levrat dénonce l’existence d’une certaine littérature qui déforme l’attrait spirituel du Désert ; les ours sont mis sur le même plan que les visions fantomatiques de moines torturés :

  • 25 Élisée Levrat, « Visite à la Grande-Chartreuse en 1836 », Archives historiques du Dauphiné. Recueil (...)

… je n’ai point à vous émouvoir par des histoires d’ours rencontrés, combattus et tués dans le désert, par les récits fantastiques de quelque chartreux, venant à la pâle clarté de sa lanterne de corne, errer au milieu des cloîtres […]. Mes émotions ont été puisées au milieu du calme monastique […] ; l’air de religion que l’on respire dans ces régions aériennes qui semblent plutôt appartenir au Ciel qu’à la terre, voilà ce qui m’a frappé.25

27Bien différent est le ton du « bon Achille Raverat », qui égaie le récit de son ascension du Grand Som (1860) d’une anecdote qui fait la part belle à la légende de l’ours sanguinaire. Sur le ton du guide touristique, il explique l’origine du toponyme « le Saut-du-Chartreux ».

  • 26 Achille Raverat, À travers le Dauphiné : voyage pittoresque et artistique par le bon Achille Ravera (...)

Un moine revenait de cueillir de ces plantes rares qui ne croissent que sur ces hauteurs désolées ; poursuivi par un ours, il se trouva acculé contre le rocher, sans autre alternative pour échapper à la dent cruelle de son ennemi que d’affronter sa fureur en luttant corps à corps avec lui, ou de s’élancer dans l’abîme. Il prit ce dernier parti, après avoir recommandé son âme à Dieu. Une saillie du rocher et des broussailles le retinrent dans sa chute, où il se fût broyé mille et mille fois si la Providence n’eût veillé sur lui. Suspendu entre ciel et terre, voyant l’ours s’efforcer d’arriver jusqu’à lui, ayant à résister aux attaques non moins dangereuses des vautours, il resta deux ou trois jours dans cette affreuse position […]26

28Ce récit entremêle des thématiques qui font le succès touristique de la Grande-Chartreuse : le mystère de la liqueur dont les ingrédients demeurent secrets, le caractère exceptionnel des lieux où les miracles furent légion, sans compter le frisson d’excitation que procure l’évocation de l’ours. Pourtant, celui-ci a quasiment disparu du massif de Chartreuse en 1860, victime d’une chasse systématique. À sa présence physique se substitue une aura mythique qui s’intègre parfaitement dans l’imaginaire ancien du Désert.

29Au XIXe siècle, le territoire de la Grande-Chartreuse n’est plus un espace clos : l’aménagement de routes par l’État draine vers le Désert un flux touristique sans précédent. Comme l’analyse Gérard Chaix, l’heure est à la restauration de l’influence du monastère sur son territoire perdu. Le succès du commerce des liqueurs après 1830 lui procure de confortables revenus, réinvestis en partie dans les secours aux populations du massif et dans la mise en place d’institutions charitables comme l’hôpital de Saint-Laurent-du-Pont. Toute une littérature, issue du monde cartusien et qui rencontre des échos dans les milieux catholiques, se félicite de la situation temporelle du monastère, et en exalte la dimension spirituelle en insistant sur la re-sacralisation du Désert. La fabrication du mythe de l’ours comme symbole d’une nature sauvage, alors même que celle-ci l’est de moins en moins, est à replacer dans ce contexte social et culturel. L’ours fait partie de la panoplie imaginaire de ceux qui défendent le caractère sacré, mystérieux et solitaire du Désert, et qui refusent le désenchantement de la montagne profane. L’exemple de l’ours en Chartreuse concerne certes un microterritoire dont l’identité religieuse demeure tout à fait exceptionnelle ; néanmoins, il donne un aperçu des mécanismes par lesquels cet animal a pu être érigé en totem de la nature sauvage, ce qui explique la passion des débats autour de la question de sa réintroduction.

Bibliographie

Baratay Éric, L’Église et l’animal (France, XVIIe-XXe siècle), Paris, Cerf, 1996.

Cabantous Alain, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 2002.

Chaix Gérard, « La montagne et les chartreux. Imaginaire et réalité d’un refuge (1816-1903) », S. Brunet, D. Julia et N. Lemaître, Montagnes sacrées d’Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 317-325.

Corvol Andrée éd., Forêt et chasse : Xe-XXe siècle, Actes du colloque international (Paris, École normale supérieure, septembre 2003), Paris, L’Harmattan, 2004.

Kalof Linda, Looking at Animals in Human History, Londres, Reaktion Books, 2007.

Landry Donna, The Invention of the Countryside : Hunting, Walking and Ecology in English literature, 1671-1831, New York, Palgrave, 2001.

Moriceau Jean-Marc, Histoire du méchant loup, 3000 attaques sur l’homme en France, XVe-XXe siècles, Paris, Fayard, 2007.

Pastoureau Michel, L’ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007.

Pépy Émilie-Anne, Espace sacré, espace profane ; le territoire de la Grande-Chartreuse, fin XVIe siècle-fin XVIIIe siècle, thèse de doctorat en histoire, Université Grenoble II, 2008.

Salvadori Philippe, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1996.

Notes

1 Laurent Bidot, Histoire de la Grande-Chartreuse en BD, Grenoble, Glénat, 2001, p. 6. La planche consacrée à l’arrivée de saint Bruno et ses disciples dans le Désert met en scène un espace montagnard uniformément boisé, refuge pour les bêtes sauvages, représentées par un ours dissimulé dans les buissons.

2 François Walter, Les figures paysagères de la nation : territoire et paysage en Europe (XVIe-XXe siècle), Paris, EHESS, 2004.

3 E. F. M. Dupré-Deloire, Voyage à la Grande-Chartreuse, Valence, L. Borel, 1830, p. 58-60.

4 André Pascal, Le Désert de la Grande-Chartreuse, description historique et anecdotique, Grenoble, Maisonville et fils, 1868, p. 172.

5 Bernard Prêtre, Les derniers ours de Savoie et du Dauphiné, de Genève à Barcelonnette, Grenoble, Éditions de Belledonne, 2001.

6 Faige-Blanc, dit Alpinus, est originaire de Voiron au pied de la Chartreuse ; il est l’auteur d’un feuilleton à succès sur les chasses alpestres, fruit de ses expériences et observations durant la seconde moitié du XIXe siècle.

7 Roger Canac éd., La Chartreuse et le pays de Voiron selon Alpinus, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1990, p. 139-140.

8 Henri-Frédéric Faige-Blanc, dit Alpinus, La chasse alpestre en Dauphiné, Grenoble, Baratier frères et Dardelet, 1874, p. 4-5. Concernant le rôle de la littérature cynégétique dans le processus de construction de la catégorie du « fauve » auquel on prête des caractéristiques de férocité et dangerosité, voir Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal : histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

9 Henri-Frédéric Faige-Blanc, dit Alpinus, La chasse alpestre en Dauphiné, déjà cité, p. 33.

10 Claude P. Delle, Histoire ou antiquitez de l’état monastique et religieux, Paris, François André Pralard, 1649, p. 36-37.

11 Marie-Hélène Tesnière, Bestiaire médiéval, enluminures, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2005, p. 57 : les bonnes relations entre les saints et les animaux symbolisent « le temps de paix messianique où toutes les créatures s’uniront dans une même louange au Créateur ». Voir aussi Éric Baratay, « La chasse, une offense à la Création ? », Histoire du christianisme, n° 18, octobre 2003, p. 22-27.

12 Abraham Gölnitz, Ulysses Belgico-Gallicum, Amsterdam, Elzevier, 1631.

13 Émilie-Anne Pépy, « Désert terrible ou reflet de l’Éden : représentations des montagnes de la Grande-Chartreuse », Traditions et modernités, vol. 12 de la revue Histoire des Alpes - Storia dell Alpi - Geschichte der Alpen, 2007, p. 261-272.

14 Sophie Bobbé, L’ours et le loup, essai d’anthropologie symbolique, Paris, INRA Éditions, 2002.

15 Pierre Prion, Pierre Prion, scribe : mémoires d’un écrivain de campagne au XVIIIe siècle, présenté par Emmanuel Le Roy Ladurie et Orest Ranum, Paris, Gallimard, 1985.

16 Joseph-Benjamin Vives, Voyage à la Grande-Chartreuse du Dauphiné ; précédé de La vie de saint Bruno, Nîmes, Soustelle-Gaude, 1855, p. 60 : « On aperçoit la bergerie de Bovine occupée pendant l’été par d’innombrables moutons venus de la Provence. […] elle est gardée par de redoutables sentinelles, c’est-à-dire par ces énormes chiens de la Camargue qui se défendent contre les loups et parfois même contre les ours de ces forêts. »

17 Émilie-Anne Pépy, « Les limites de la Grande-Chartreuse, une frontière entre espace sacré et espace profane ? », Les frontières en question, Noémie Auzas, Nadja Cohen et Sébastien Scarpa éd., Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2007, p. 39-50.

18 André Pascal, Le Désert de la Grande-Chartreuse, ou histoire des chartreux d’après leurs archives, déjà cité. Dans cette réédition d’un premier ouvrage, l’auteur prend position contre le paternalisme mené par les chartreux vis-à-vis des habitants des vallées, et dénonce un système oppressif auquel la Révolution avait mis fin, mais qui semble renaître de ses cendres à la fin du XIXe siècle.

19 Henri-Frédéric Faige-Blanc, dit Alpinus, La chasse alpestre en Dauphiné, déjà cité, p. 78-82.

20 Description en vers latins effectuée en 1508 par Benoît Zacharie de Vicence, citée par Dr Guérin, Voyage à la Grande-Chartreuse et à la trappe d’Aiguebelle, Avignon, Séguin aîné, 1826, p. 41.

21 Michel’Angelo Mariani, Il piu curioso e memorabile della Francia, Venise, Presso Gio : Giacomo Hertz, 1673, p. 190-193.

22 Anne-Marie Helvétius, « Le saint et la sacralisation de l’espace en Gaule du Nord d’après les sources hagiographiques », Michel Kaplan éd., Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident, études comparées, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 137-161.

23 Miss Pardoe, The river and the desart, or recollection of the Rhône and the Chartreuse, Londres, Henry Colburn publisher, 1838, p. 238.

24 H. de C., « Voyage à la Grande-Chartreuse », Revue provinciale, 1er volume, samedi 25 juin 1831, Lyon, Laurent, 1831, p. 159-160.

25 Élisée Levrat, « Visite à la Grande-Chartreuse en 1836 », Archives historiques du Dauphiné. Recueil de pièces diverses pour servir à l’histoire générale du Dauphiné, t. X, p. 321-326.

26 Achille Raverat, À travers le Dauphiné : voyage pittoresque et artistique par le bon Achille Raverat, Grenoble, Maisonville et fils et Jourdan, 1861, p. 76-77.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Exemples d’ours observés dans le massif de Chartreuse (1re moitié du XIXe siècle)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 2 : Références aux animaux sauvages dans les comptes des obédiences de la Grande-Chartreuse au Désert (XVIe-XVIIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Docteure en histoire moderne, chercheuse associée au larhra, université de Lyon, ater ens lsh, membre du laboratoire junior pradis-graique, ens lsh (2005-2008)

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable