Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

L'animal sauvage en représentation(s). Diversités historiques et géographiques des images et des statuts

Seconde partie. Introduction

Texte intégral

1Les animaux sauvages, chassés ou protégés, n’échappent pas à leur utilisation symbolique par l’homme. L’imaginaire collectif associe, voire mélange les figures humaines et animales depuis l’Antiquité. Par exemple, des fables d’Ésope aux caricatures de Daumier, en passant par les comics d’outre-Atlantique, les artistes jouent sur l’animalisation des hommes et l’anthropomorphisme des animaux. C’est peut-être parce que sa conduite, par définition, est supposée échapper à l’emprise humaine, que l’animal sauvage semble avoir le pouvoir de cristalliser dans l’espace et dans le temps les représentations qui lui sont associées. Car l’« image sociale » de l’animal nous emmène bien au-delà de ses caractéristiques biologiques objectives… Quelques études de cas seront présentées ici, bien loin d’épuiser ce vaste sujet.

2Émilie-Anne Pépy nous entraîne dans les montagnes du massif de la Chartreuse, entre Grenoble et Chambéry, pour examiner le cas très spécifique d’un territoire monastique, isolé du reste du monde en vertu d’une règle qui en limite strictement l’accès, et qui perdure jusqu’au XIXe siècle. Interdites aux chasseurs, les forêts du Désert de la Grande-Chartreuse abritent une abondante faune sauvage, et l’ours y demeure toléré tant qu’il ne porte pas préjudice à l’élevage pratiqué par les moines. L’invention du « méchant ours » est postérieure à la Révolution, lorsque est supprimée la clôture monastique, et avec elle, les règles d’une coexistence plus ou moins pacifique avec l’animal. Devenu une proie potentielle pour les membres des sociétés de chasse amateurs de trophées et d’aventures, l’ours disparaît progressivement des Alpes françaises au cours du XIXe siècle. Paradoxalement, c’est à ce moment que se cristallise autour de cet animal un imaginaire de terreur, relayé par la presse et la littérature cynégétique. En Chartreuse, l’ours, « farouche solitaire », se fond remarquablement dans une identité territoriale très spécifique, qui est celle du Désert des moines.

3Quittons les sommets alpins, pour explorer avec Nathalie Blanc l’intimité des cités du début du IIIe millénaire. Elle analyse avec finesse les divers sens qu’attribuent à la présence des blattes dans leurs logements les citadins auprès desquels elle a enquêté. Ces insectes indésirables ont le pouvoir de faire surgir les images que tout un chacun attache à son environnement domestique. La présence du cafard en trahit la mauvaise gestion, ou plutôt l’impossibilité de son contrôle, tout comme d’autres animaux pour lesquels la fin du XXe siècle a inventé des politiques urbaines spécifiques (pigeons, étourneaux, chiens et chats, etc.).

4Au-delà des représentations dont ils font l’objet, les animaux sauvages sont susceptibles d’engendrer un certain nombre de pratiques, voire de politiques publiques. C’est ce que nous démontre Stéphane Frioux, qui nous plonge dans l’angoisse des hygiénistes de la Belle Époque à l’égard des facteurs potentiels de maladies. Au temps de la diffusion des idées de Pasteur et de ses disciples, la ville est considérée comme pathogène, alors que la stagnation de la démographie française suscite toutes les inquiétudes. Les insectes, comme d’autres éléments de l’environnement urbain (que l’on songe en particulier à l’eau, vecteur de fièvre typhoïde, ou aux rats), sont des facteurs de maux évitables. Les mouches sont suspectées de transmettre des microbes, jusqu’au terrible vibrion cholérique ; les moustiques renvoient aux fléaux du monde tropical (paludisme), qu’on ne veut plus voir au sein du monde dit « civilisé ». Il ne s’agit pas alors de biodiversité ou de cohabitation entre les sociétés occidentales et les insectes (enjeu soulevé de nos jours par la défense des abeilles), mais bel et bien d’une « croisade » sanitaire. Comme dans le cas des blattes, l’animal indésirable, pourchassé par les inventions chimiques, trouve refuge dans les nouvelles infrastructures d’assainissement créées pour améliorer l’hygiène dans l’espace urbain, et démontre ainsi à l’homme que la technique a des effets inattendus…

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable