Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

Les territoires du sauvage. Les grands prédateurs, risque pour les sociétés humaines et /ou éléments de patrimoine naturel régional ?

Renouveler l’approche géographique en environnement : l’ours des Pyrénées, entre territoires et géopolitique

Farid Benhammou

Texte intégral

1Les animaux font partie des « oubliés de la géographie ». Même la biogéographie, qui a su replacer ses approches dans un cadre social et culturel, néglige le champ de la grande faune. Pourtant, bon nombre d’espèces animales posent des problèmes territoriaux, écologiques et socioculturels, à propos desquels le géographe a son mot à dire. Au sujet des relations entre société et nature, et entre groupes humains au sujet de la nature, l’étude des grands prédateurs en France (ours, lynx, loup) représente des cas d’école1. Les problématiques posées exacerbent même les aspects politiques et conflictuels inhérents aux questions environnementales. Le retour des grands prédateurs est révélateur de toute une série d’enjeux concernant des zones rurales plus ou moins marginales. Ces territoires connaissent des mutations ainsi qu’une demande de protection de l’environnement qui parcourt toute la société, mais cette exigence n’est pas sans rencontrer des résistances. Elles prennent bien souvent des formes plus complexes que la caricaturale opposition entre des ruraux a priori hostiles à la conservation de la nature, et des citadins écologistes rêvant d’une nature sans homme, soutenus par un État central. Ce poncif qui a la vie dure doit être sérieusement nuancé.

  • 2 Farid Benhammou, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours, une géopolitique locale de l’environne (...)

2Le propos présenté ici reprend et synthétise une démarche de thèse qui se fonde sur une recherche de terrain et une revue documentaire sur les grands prédateurs en France2. Pour l’ours, ce travail s’appuie notamment sur une campagne d’une centaine d’entretiens (de mai 2001 à mai 2005) menée à travers les Pyrénées au sujet du rétablissement d’une population d’ours dans ce massif. Avant d’aborder l’historique du dossier de l’ours, nous brosserons à grands traits un tableau de l’attitude des géographes face à l’étude de l’environnement et des animaux. Nous verrons ensuite en quoi cette espèce emblématique permet d’analyser les évolutions territoriales et environnementales d’une région, sous un angle de géographie politique, voire de géopolitique. Enfin, nous élargirons à la question du positionnement du chercheur, dans le cadre de recherches s’attachant à un problème écologique sensible.

Les géographes français, les animaux et l’environnement

Enrichir les approches des géographes

  • 3 Estienne Rodary, « Pour une géographie politique de l’environnement », Écologie politique, n° 27, 2 (...)
  • 4 Élisée Reclus, La Terre, description des phénomènes de la vie du globe, Paris, Hachette, 1869.
  • 5 Claude et Georges Bertrand, « Territorialiser l’environnement. Un objectif pour la géographie », p. (...)
  • 6 Georges Bertrand, « La géographie physique contre nature ? », Géodoc, n° 8, 1978, p. 67.
  • 7 On reproche souvent au biologiste de la conservation d’être trop marqué par une idéologie « environ (...)
  • 8 Yves Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre.
  • 9 Nous renvoyons le lecteur à l’article de Nathalie Blanc présent dans la deuxième partie de cet ouvr (...)

3L’objectif n’est pas de faire le point sur tous les travaux de géographes portant sur l’environnement, mais de nous intéresser aux postures de certains d’entre eux, notamment quand ils ont travaillé sur les animaux. La question de l’environnement, en tant que problématique de conservation de la nature, a été et demeure relativement délaissée par les géographes3. Pourtant, dès le XIXe siècle, Élisée Reclus, marginalisé par la tradition géographique française, constate les effets des transformations anthropiques des milieux, et dénonce les dégradations de la nature4. Ainsi, la géographie de l’environnement a longtemps « sonné faux aux oreilles des géographes », comme l’a exprimé Georges Bertrand5. Alors que ses bases disciplinaires, à la croisée entre sciences naturelles et sciences humaines, auraient pu conduire très tôt à en faire la discipline de l’environnement, la géographie s’est longtemps détournée de cette opportunité. Il en vient même à dire que la géographie et paradoxalement surtout la géographie physique étaient devenues « contre nature »6. De plus, les géographes ont laissé le terrain de l’environnement à leur discipline cousine, l’écologie, que l’on a tôt fait de confondre avec un militantisme7. Pourtant, comme le soulignait déjà Yves Lacoste en 19768, les problèmes d’environnement, alors oubliés de la géographie, sont aussi des problèmes politiques. Que dire dès lors d’une géographie qui s’intéresserait à la faune ? L’animal est-il une contrainte, une richesse, un risque, une ressource, un patrimoine ? La géographie a longtemps sous-estimé sa valeur heuristique. À ce titre, les propos de Nathalie Blanc et de Marianne Cohen ont apporté un renouvellement de l’analyse, en s’intéressant notamment à la place de la nature en ville, à travers le cas de certains animaux : blattes, chats, pigeons9

  • 10 Paul Arnould, « La recherche française en biogéographie », BAGF, n° 4, 1994, p. 404-413.

4La géographie physique a longtemps été dominée par l’étude de phénomènes abiotiques, avec une place importante réservée à la géomorphologie. Quant à la biogéographie, elle s’est exclusivement intéressée au végétal. Cette situation est d’ailleurs déplorée par Paul Arnould, qui pense que les biogéographes auraient tout intérêt à investir ce champ de la faune, notamment de la grande faune, et ce, également dans un objectif de défense contextualisée10. La notion de territoire, dont les géographes n’ont pas le monopole, est une entrée pertinente. Elle est très présente en éthologie, la science qui étudie les comportements animaux. Or l’animal, en tant que « vecteur de la relation homme/milieu », oblige à revisiter la catégorie « territoire » – le territoire étant une assise à la fois concrète et sensible déterminée par des limites, une appropriation et une domination. Pour la question de l’ours dans les Pyrénées, il s’agit bel et bien d’un élément naturel, représentant tout à la fois contraintes ou atouts territoriaux en fonction des acteurs et des activités concernées.

5Cependant, Nathalie Blanc et Marianne Cohen ne donnent pas de démarches préétablies, ce qui ouvre le champ à notre approche :

  • 11 Nathalie Blanc et Marianne Cohen, « L’animal, une figure de la géographie contemporaine », déjà cit (...)

… nous pensons que l’animal a une valeur heuristique pour le géographe, l’amenant à renouveler sa réflexion sur l’espace, sur le rapport homme-milieu et le fonctionnement de ce dernier, et à participer à la réflexion collective de la communauté scientifique sur les questions d’environnement […] la pertinence de l’animal, pour le géographe, ne repose pas simplement sur sa localisation : son exploitation et sa représentation signalent le renouveau du géographique comme lieu (et enjeu) du politique.11

6À la lumière de cela, nous pensons que :

  • l’animal est un outil d’analyse particulièrement pertinent dans le cadre d’une requalification des territoires ;

  • l’animal peut être vu comme un symptôme du rapport des sociétés à la nature, dans leurs dimensions matérielles, socioculturelles, politiques et stratégiques, et ce, à la lumière des nouveaux enjeux environnementaux ;

  • l’animal demeure un élément d’un milieu biophysique, plus ou moins humanisé, qu’il s’agisse d’une espèce commune ou emblématique.

  • 12 Coralie Mounet et Pierre-Aymard Biron, « Pour une gestion concertée de la faune sauvage. L’exemple (...)
  • 13 Xavier de Planhol, Le paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Pa (...)

7D’autres démarches ont également abordé ces thématiques12. Celle de Xavier de Planhol, par exemple, se révèle très critique sur la protection de la nature, et s’inscrit davantage dans des travaux de zoogéographie historique13.

  • 14 Farid Benhammou et Laurent Mermet, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de (...)
  • 15 Voir les thèses de Maya Leroy, Gestion stratégique des écosystèmes dans un contexte d’aide internat (...)
  • 16 Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, Hachette, 1994.

8Nous pensons que l’articulation de l’approche géopolitique et de l’analyse stratégique de la gestion de l’environnement (ASGE) est pertinente pour l’étude de la faune et de l’environnement, surtout dans une optique de protection contextualisée14. Celle-ci s’inscrit dans la continuité des travaux initiés par Laurent Mermet dès le début des années 1980, qui débouchèrent sur une théorie de la pratique de la gestion environnementale, enrichie par des travaux ultérieurs15. Elle se caractérise, en premier lieu, par une vision systémique des situations de gestion, en insistant tout particulièrement sur les logiques « système-acteur ». Dans un deuxième temps, elle accorde une attention particulière à une mise en protection de l’environnement dans le cadre de différentes crises écologiques existantes. Elle revendique un placement du chercheur assumant son positionnement normatif. Il ne s’agit pas d’une discipline rigide mais plutôt d’un cadre d’analyse adaptable, qui relève du savoir scientifique tout comme la géographie16. C’est sans peine que l’ASGE peut être articulée avec d’autres approches comme celle de la géopolitique par exemple.

  • 17 Nous nous inspirons de la terminologie de l’École française de géopolitique, dont le principal init (...)
  • 18 Élevage, principalement de montagne en France, fondé sur des mouvements saisonniers de troupeaux. C (...)

9La géopolitique, qui consiste à étudier les conflits mettant en jeu des rivalités de pouvoir entre des groupes différents au sujet de territoires, s’applique très bien à des échelles locales, et notamment à des questions d’environnement, par essence conflictuelles17. Le conflit lié à l’ours en est un bel exemple, puisque l’on parle parfois de « guerre de l’ours », opposant farouchement des partisans de la conservation aux détracteurs de ces espèces, et cela à différentes échelles (communale, cantonale, régionale, nationale et internationale). La question de la conservation de l’ours en particulier et celle des grands prédateurs en général sont des questions d’environnement et de territoire. En effet, à quels usages vouer des zones rurales montagnardes où survivent certaines activités humaines en situation difficile comme le pastoralisme18 ? La chasse, le tourisme, l’exploitation forestière cherchent également à y maintenir leur place, alors que parallèlement, un courant d’opinion est demandeur d’un minimum d’espace de nature préservée dans ces territoires. C’est justement ce multi-usage et ses mutations qui rendent ces questions si conflictuelles et si politiques.

Carte 1 : La régression de la population d’ours bruns dans les Pyrénées (carte réalisée par F. Benhammou et R. Assand en 2005 d’après des données de J.-J. Camara et J.-M. Parde, L’ours, Encyclopédie des carnivores de France, déjà cité, et G. Caussimont, Avec le naturaliste sur les pas de l’ours brun des Pyrénées).

Carte 1 : La régression de la population d’ours bruns dans les Pyrénées (carte réalisée par F. Benhammou et R. Assand en 2005 d’après des données de J.-J. Camara et J.-M. Parde, L’ours, Encyclopédie des carnivores de France, déjà cité, et G. Caussimont, Avec le naturaliste sur les pas de l’ours brun des Pyrénées).

10En outre, l’imaginaire de la « bête » ne laisse pas indifférent, et accroît la portée dramatique des événements qui lui sont liés. À ce titre, chaque force en présence, pro-ours et anti-ours pour faire simple, va alors tenter de manier à son avantage les « représentations géopolitiques », comme dirait Yves Lacoste. En effet, en utilisant les médias, en cherchant à séduire l’opinion publique, chaque acteur va soit tenter de se mettre dans la position de la victime, soit mettre en scène telle ou telle thématique, comme le danger de la perte de la biodiversité, la disparition du pastoralisme et de l’« Homme » avec un grand H. La presse n’hésite pas à utiliser, dans ses titres et ses unes, un vocabulaire alarmiste ou guerrier. Dans l’ensemble, les médias ont du mal à rendre compte des rapports de force changeants entre les deux camps. Ceux-ci sont d’ailleurs en lien direct avec le terrain : à la mort de l’ourse Cannelle en 2004, ce sont plutôt les protecteurs de l’ours qui ont eu l’avantage auprès des pouvoirs publics ; à l’inverse, lors de la réintroduction de 2006, des acteurs disparates antiours ont été redynamisés, et ont vu leur mobilisation efficacement relayée par les médias locaux et nationaux.

Histoire et géographie du dossier de l’ours : le Béarn et les Pyrénées centro-orientales

  • 19 Voir Jean-Jacques Camarra et Jean-Michel Parde, L’ours (Ursus arctos), Encyclopédie des carnivores (...)

11Au fil des années, le dossier de l’ours des Pyrénées a fini par devenir emblématique des problèmes de conservation de la faune en France. Déjà ancien, le déclin de l’espèce s’est particulièrement accéléré au XXe siècle19. Cette espèce, dont l’aire de répartition s’est réduite en îlots éloignés, de plus en plus petits, se trouve aujourd’hui dans une position critique en France (carte 1). La population actuelle d’ours dans le massif, de 19 à 23 animaux, provient de deux origines différentes, si bien que jusqu’à récemment, le dossier de l’ours recouvrait deux volets tout à fait distincts (carte 2).

Carte 2 : Localisation des ours et des principaux acteurs territorialisés (carte réalisée par F. Benhammou et R. Assand en 2005 d’après des données du Réseau ours brun et du Pays de l’ours - ADET).

Carte 2 : Localisation des ours et des principaux acteurs territorialisés (carte réalisée par F. Benhammou et R. Assand en 2005 d’après des données du Réseau ours brun et du Pays de l’ours - ADET).
  • 20 Claude Dandaletche, La cause de l’ours, Paris, Sang de la Terre, 1993.
  • 21 Laurent Mermet, « L’Institution patrimoniale du Haut-Béarn : gestion intégrée de l’environnement ou (...)
  • 22 ASCA et Christopher Servheen, État des lieux de la population ursine et de son habitat dans le Haut (...)

12Le volet béarnais correspond à un reliquat de plantigrade autochtone, qui regroupait moins d’une dizaine de spécimens au début des années 1990, exclusivement concentrés en Béarn. Aujourd’hui, il comporte vraisemblablement moins de 4 ours, la dernière femelle, Cannelle, ayant été abattue en novembre 2004. Sans intervention, la population est condamnée à l’extinction. Les tentatives des années 1980 pour mettre en place une gestion concertée des ours béarnais (plan Ours de 1984, programme Ours de 1988) se sont heurtées à une résistance forte d’une coalition d’élus locaux, de représentants agricoles et de chasseurs, s’appuyant sur le ministère de l’Agriculture, ses services déconcentrés et les établissements publics. Les conflits intenses qui en ont découlé ont défrayé la chronique dans les années 1980 et jusqu’en 1991, culminant avec la « guerre de l’ours », qui résultait, entre autres, de la mise en réserve d’un espace minimum vital pour la préservation des derniers ours pyrénéens, les réserves Lalonde20. À la suite de ces conflits, certains acteurs locaux (élus, chasseurs, socioprofessionnels agricoles), aidés par des services du ministère de l’Agriculture, remportent l’épreuve de force en 1993, et obtiennent que leur soit confiée la gestion de l’ours et des aménagements de pistes en montagne. Or, les travaux de celles-ci dans le milieu nuisent aux espaces naturels nécessaires à la conservation de l’espèce. À cette fin, un syndicat mixte, l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB), est créé en 199421. Les acteurs locaux et nationaux favorables à l’ours, associations de protection de l’ours et services techniques du ministère de l’Environnement, sont alors largement dépossédés du dossier de l’ours en Béarn. Ils voient s’éloigner la perspective d’un renforcement de population, jugé pourtant nécessaire par les biologistes de terrain et une expertise indépendante22.

  • 23 Deux des femelles sont mortes accidentellement en 2006 et 2007 (chute en montagne, collision avec u (...)

13Un deuxième volet du dossier ours s’ouvre alors dans les Pyrénées centrales, plus à l’est. En effet, un groupe d’élus locaux de la Haute-Garonne montagnarde, encouragé par Artus, une importante association de défense de l’ours, décide de créer en 1991 l’ADET (Association pour le développement économique et touristique de la haute vallée de la Garonne, devenue par la suite Pays de l’ours – ADET). Le but de l’association est de réintroduire des ours, afin de valoriser écologiquement et économiquement cette zone rurale fragile. À l’époque, il ne resterait qu’un seul ours autochtone dans les Pyrénées centrales. À partir de 1993, le blocage de la situation dans le Haut-Béarn conduit le ministère de l’Environnement, d’abord réticent, à changer de stratégie. Celui-ci souhaite soutenir alors le dossier de l’ADET, qui, dès lors, prend forme assez rapidement. Une réintroduction de 3 ours de Slovénie (2 femelles et 1 mâle) a donc lieu en 1996 et 1997. Les lâchers ont lieu dans la forêt de Melles en Haute-Garonne (carte 2). Les femelles étant pleines, 4 oursons issus des deux portées survivent, une des mères est abattue par un chasseur ; en comptant le grand mâle slovène ainsi que les ours issus des reproductions ultérieures, l’effectif atteint est de 11 à 15 ours. Les populations n’étant biologiquement pas viables, 5 ours23 de Slovénie ont été réintroduits en 2006 (carte 3). Ces ours, notamment les jeunes, sont beaucoup plus mobiles que certains ne l’avaient prévu, si bien qu’ils se trouvent répartis des Pyrénées-Atlantiques aux Pyrénées-Orientales, soit sur toute la chaîne des Pyrénées. Ainsi, c’est à l’échelle du massif pyrénéen que les acteurs hostiles et favorables à l’ours se structurent.

Carte 3 : Localisation des lâchers d’ours en 2006 (d’après les données de l’association Pays de l’ours - ADET, 2006).

Carte 3 : Localisation des lâchers d’ours en 2006 (d’après les données de l’association Pays de l’ours - ADET, 2006).

14Ce dossier de l’ours est donc complexe. Comme dans beaucoup de questions environnementales, ce sont avant tout des considérations politiques et non biologiques qui guident les décisions. Ainsi, les enjeux liés à l’ours dépassent les aspects purement écologiques.

L’ours, révélateur d’évolutions territoriales et socioenvironnementales

Le thème de la confiscation des territoires

On sent bien que ce sont nos territoires qui sont convoités pour servir à autre chose […]. On a trop laissé la parole à d’autres qui n’avaient pas nos références historiques, culturelles, à d’autres qui n’étaient pas issus du milieu agricole, rural pyrénéen, il fallait qu’on reprenne l’initiative […]. C’est Nous les Pyrénées, c’est pas eux qui vont nous imposer ça. (Une éleveuse des Hautes-Pyrénées, responsable d’une association anti-ours)

15Pour plusieurs éleveurs des Pyrénées rencontrés, les prédateurs sauvages et la réintroduction de l’ours ne sont que des moyens utilisés pour se débarrasser d’eux. Mais cette théorie du complot a deux visages. D’un côté, les acteurs agropastoraux pensent que l’on veut les remplacer par une nature sauvage où ils n’auraient plus leur place ; de l’autre, ils refusent qu’on plaque sur eux une vision archaïque qui les infantilise, et qui les empêche d’être des « hommes du XXIe siècle ». En Béarn, les jeunes éleveurs ont souvent une image très négative du berger pratiquant le gardiennage permanent. Pour eux, cette situation s’apparente à un retour au système du cadet de famille : une régression, ces personnes étant jadis sacrifiées socialement pour veiller sur le troupeau. Avec l’ours, ils ont là un ennemi concret. La Politique agricole commune (PAC), à l’origine de mutations plus graves pour les éleveurs de montagne, est moins médiatiquement décriée car totalement désincarnée.

  • 24 Henri Mendras, Les sociétés paysannes, Paris, Gallimard, 1995, p. 122.

16À travers l’ours, c’est bien souvent l’extérieur qui est stigmatisé : les « écolos », Paris, Bruxelles… Les conflits autour des grands prédateurs sont fréquemment expliqués schématiquement en recourant à ce cadre. En fait, ces espèces incarnent des peurs qui ont davantage trait aux évolutions des sociétés rurales françaises. La montagne a connu la même évolution culturelle que le reste de la France urbaine et rurale : de la représentation de l’espace aux modes de vie, les populations rurales ont changé, et se rapprochent fortement des populations urbaines (aspiration aux loisirs, recours aux grandes surfaces, etc.). Le groupe social agricole est maintenant minoritaire quantitativement, en campagne et en montagne. Beaucoup d’habitants du Haut-Béarn travaillent à Oloron-Sainte-Marie ou à Pau. Les activités principales concernent désormais le tourisme et les services. Un brassage sociologique s’est produit inévitablement, et comme l’écrit Henri Mendras, « il n’y a plus guère de différences entre urbains et ruraux, tant par les attitudes que pour les modes de vie […]. Les Français, urbains et ruraux, témoignent d’un fort attachement à la campagne, à la nature, à l’environnement »24. Mais ces évolutions déplaisent à certains groupes, car elles se sont aussi accompagnées d’un changement de l’occupation de l’espace, la campagne étant devenue surtout un lieu de vie, plus qu’un lieu de production.

L’ours : bouc émissaire des difficultés agricoles ?

  • 25 Dans les Alpes, les seuils sont supérieurs, allant parfois de 1 000 à 2 000 brebis pour un unique b (...)
  • 26 Les termes de berger et d’éleveur recouvrent des réalités différentes. L’éleveur est le propriétair (...)

17Les grands prédateurs en général se trouvent être les révélateurs et les boucs émissaires de la mutation douloureuse du pastoralisme de montagne. Il n’est pas toujours pertinent d’associer terme à terme présence d’ovins en montagne avec vie et dynamisme humains. La PAC, après avoir contribué à la disparition de la polyculture de montagne, a encouragé un processus d’accroissement et de réorganisation du cheptel ovin par une politique de primes favorisant le nombre de têtes, le quantitatif au détriment du qualitatif. Dans les Pyrénées centrales, les autres activités agricoles n’ont plus été viables, et l’élevage ovin s’est imposé non comme l’activité la plus rentable sur un plan économique, mais comme la seule possible. Les pratiques pastorales, en l’absence de prédateurs, ont permis de concentrer et d’accroître les troupeaux, tout en ne maintenant qu’un gardiennage limité. Comme les ressources créées par cet élevage orienté exclusivement vers la viande sont peu importantes, le seuil de rentabilité d’embauche d’un berger par plusieurs éleveurs groupés pour l’estive varie de plusieurs centaines de brebis à plus de 1 000 têtes25. Plusieurs éleveurs ne visitent leurs troupeaux que quelques fois par semaine. Il apparaît clairement que ce type d’activité a évolué vers une faible présence humaine. Ce n’est pas parce qu’une montagne est pleine de moutons qu’elle est vivante. Or, les évolutions des pratiques ont eu tendance à marginaliser le berger ou les bergers26, alors que la taille des troupeaux augmentait et que leur nombre diminuait. Les éleveurs, en outre, se sont peu à peu désintéressés de l’entretien des milieux, n’y trouvant aucun intérêt agronomique ou économique. Le travail de l’exploitation se concentre sur une seule personne (entretien des bêtes, récolte du foin, surveillance, gestion administrative…) ; à cette difficulté s’ajoutent les évolutions de la profession et les impératifs de la filière ovine.

  • 27 Ces dérangements divers sont ceux causés par des prédations autres que celles des loups. Les dégâts (...)

18Avec l’arrivée d’un prédateur, la précarité croissante de cette activité ovine a pu devenir localement encore plus criante. Il est vrai que la plupart des systèmes d’exploitation ovine ne prenaient pas en compte la prédation, de quelque nature qu’elle soit. Les dégâts d’ours avérés et remboursés représentent près de 200 brebis par an sur les 600 000 qui fréquentent le massif pyrénéen, alors que l’on estime la mortalité fortuite, toutes causes confondues, de 17 000 à 25 000 têtes. Par ailleurs, les épizooties (meurtrières dans le cheptel ovin du Sud de la France jusqu’en 1998 et de nouveau depuis 2008), les dérangements divers aux troupeaux27 et, surtout, la concurrence des agneaux néo-zélandais sont des menaces qui pèsent bien davantage sur l’élevage ovin viande, tel qu’il se pratique dans les montagnes françaises.

  • 28 Jean-Pierre Legeard, « Une histoire d’économie racontée aux brebis de Provence et d’ailleurs », Le (...)
  • 29 Corinne Eychenne-Niggel, « Trente ans de relance pastorale en Ariège : le temps de la maturité », P (...)

19Les pratiques actuelles dans l’élevage ovin ne viennent nullement d’une ruralité archaïque ou d’une tradition figée. Depuis une cinquantaine d’années, l’usage agricole de la montagne et l’activité pastorale n’ont cessé d’être contraints de s’adapter aux changements28, souvent synonymes de la disparition d’éleveurs et de bergers, sans que cela semble alerter les pouvoirs publics et la communauté scientifique outre mesure. En Ariège par exemple, l’élevage ovin s’est certes « modernisé » en se spécialisant, mais au prix de la disparition de 60 % des exploitations de 1979 à 200029.

  • 30 Le RBE est l’équivalent du chiffre d’affaires. Il est intéressant de voir que c’est la politique d’ (...)
  • 31 Agreste, « Les résultats économiques en 36 fiches thématiques », Cahier Agreste, n° 1, 2002, p. 11- (...)
  • 32 Jean-Pierre Legeard, « Une histoire de brebis racontée aux brebis de Provence et d’ailleurs », déjà (...)

20Les pouvoirs publics et les représentants agricoles ont laissé l’élevage de montagne tendre vers une activité aux traits à la fois extensif et intensif, en ne bénéficiant d’aucun des avantages de ces types de développements. Paradoxalement, le système de subventions, insuffisant et mal pensé, n’a contribué qu’à marginaliser davantage le pastoralisme. Bien qu’elles représentent moins de 5 % du total des aides agricoles, elles contribuent à hauteur de 80 % en moyenne au revenu brut d’exploitation30 des éleveurs ovins31. La situation actuelle de l’élevage ovin résulte beaucoup de la PAC, dont la structure des aides a surtout favorisé les céréaliers français et les éleveurs britanniques dans les années 1980, alors que la filière avait besoin de soutien pour se restructurer et faire face à la concurrence32. Un système « productiviste » précaire a donc été encouragé de fait, puisque la course à la prime poussait à avoir de plus en plus de têtes, sans se soucier des effets sur le territoire. La prime à l’herbe a, par la suite, ajouté une incitation à entretenir les espaces difficiles de montagne. Plus récemment, les louanges des vertus agro-environnementales ont pris de l’ampleur dans les discours, mais cela n’a pas vraiment été suivi par une politique concrète d’encouragement. Certains services déconcentrés du ministère de l’Agriculture et des organismes agricoles d’aménagement ont favorisé des expertises, des initiatives et des travaux constructifs en termes d’entretien et d’exploitation pastorale des milieux. Cependant, cela ne concerne pas tous les territoires montagnards qui en auraient besoin, et les moyens ne sont pas toujours au rendez-vous. Ces grands prédateurs soulèvent donc de vrais enjeux territoriaux, politiques et économiques qui ne sont que très rarement traités.

Une récupération politique

  • 33 Renaud de Bellefon, Du terroir au territoire : histoire des guides de haute montagne en France, thè (...)
  • 34 Bertrand Hervieu et Jean Viard, L’archipel paysan. La fin de la république agricole, La Tour d’Aigu (...)
  • 35 Francis Chevillon, « Pastoralisme, ours, biodiversité : pour une montagne vivante… », La cohabitati (...)

21Ces bouleversements précédemment mentionnés, maintenant anciens, sont mal vécus par le milieu agricole. Beaucoup d’élus ont souvent opéré une récupération politique. L’ours, par exemple, est utilisé comme le symbole d’une attaque supplémentaire contre un monde qui a déjà été majoritairement victime d’autres mutations, peut-être moins passionnelles, mais bien plus profondes (exode rural, concentration agricole…). La violence symbolique représentée par la réintroduction de l’ours génère un discours sur la défense de l’identité et des racines : « L’identité pyrénéenne, c’est d’abord nos racines, et nos racines, excusez-moi, elles sont agricoles », disait le député ariégeois Augustin Bonrepaux, lors d’une réunion publique à Toulouse en juin 2000. En fait, la présence des grands prédateurs révèle un véritable malaise. L’activité pastorale n’est pas viable économiquement, mais elle évolue vers d’autres fonctions. Elle tend à être rémunérée non pas pour sa production matérielle, mais pour un service qu’elle peut procurer en entretenant les paysages. Mais cet aspect est difficilement conforme aux canons de l’identité paysanne, revisitée par les principales organisations agricoles gagnées à l’idéologie productiviste. Ce malaise est également très fort car les milieux agricoles refusent de concevoir un partage de l’espace dans lequel ils ne sont plus dominants. Ce partage de l’espace existe et est ancien. Les travaux de Renaud de Bellefon sur l’histoire des guides de montagne montrent que ce partage remonte au XIXe, voire au XVIIIe siècle par endroits, dans les Pyrénées et dans les Alpes33. En montagne, les paysans et les éleveurs ont dû cohabiter, voire céder la place aux forestiers, aux guides de montagne, aux colporteurs… Cependant, à écouter le discours développé par les opposants à l’ours, les seuls vrais tenants des territoires de montagne restent les éleveurs. Les autres sont présentés comme « tolérés ». Le prédateur est alors rejeté car il est vu comme l’outil de ces envahisseurs. Les agriculteurs restent influents localement, car ils bénéficient de l’ancienneté des réseaux clientélistes, de la localisation diffuse de leur vote et de l’existence de clans qui les lient à la sphère politique locale34. Le monde pastoral a néanmoins changé, lui aussi, sociologiquement, puisqu’il est perméable aux idées de protection de l’environnement et de prédateurs, comme l’a montré la constitution de l’Association pour la cohabitation pastorale (ACP) dans les Pyrénées, dont il sera question plus loin35.

Des conflits au sujet de la conservation de la nature et des territoires de montagne

Des « contre », des « pour » et… des pragmatiques

  • 36 Farid Benhammou, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours, une géopolitique locale de l’environne (...)
  • 37 Laurent Mermet, « L’Institution patrimoniale du Haut-Béarn : gestion intégrée de l’environnement ou (...)
  • 38 Françoise Plet, « Colères paysannes face à l’État », Hérodote, no 69-70, 1993, p. 170-184.

22Face aux réactions suscitées par la présence de l’ours, les médias et les pouvoirs publics donnent une large audience aux opposants les plus radicaux à ces espèces, même si les enquêtes d’opinion locale et nationale sont favorables à leur protection. Ainsi, les acteurs hostiles à l’ours revendiquent le monopole de la légitimité du local. Ils seraient les seuls à avoir le droit de parler au nom des populations vivant dans ces régions. Les organisations agricoles jouent à plein cette carte et sont activement relayées par des élus, souvent membres de l’ANEM (Association nationale des élus de montagne). Les députés pyrénéens comme Jean Lassalle et Augustin Bonrepaux n’hésitent pas à mettre en avant leur mandat républicain pour affirmer qu’ils représentent la seule vraie opinion des « montagnards ». Même si l’opposition aux prédateurs est une réalité, notamment dans le monde de l’élevage, cela fait peser localement une ambiance qui n’est pas propice au débat. En effet, les personnes favorables à l’ours peuvent subir des pressions très lourdes dans les vallées. Dans ces territoires peu peuplés, les opinions de chacun sont vite connues, d’où une discrétion ou une neutralité d’apparence fréquentes sur ces sujets. Le pragmatisme de plusieurs éleveurs acceptant les mesures de protection des troupeaux – considérés comme des traîtres – en fait parfois la cible de violences sociales voire physiques. En 2004, dans les Hautes-Pyrénées, des éleveurs transhumants d’Aveyron ont été exclus des estives de Barèges, car ils avaient accepté un chien de protection et le financement d’un berger par les crédits du plan Ours. Les exemples de ce type sont nombreux. Cette violence n’a pas de réciproque dans le camp favorable à l’ours. Nous pouvons en esquisser un faisceau d’explications développé dans notre thèse36. Premièrement, la pratique militante favorable à l’ours est faite d’actions concrètes sur le terrain, d’expertises ou d’usages associatifs pacifiques (bulletins d’information, courriers aux autorités, outils juridiques). Ensuite, sur le papier, le droit et les dispositifs réglementaires, en l’occurrence la protection de l’ours, sont du côté des environnementalistes. La pratique des militants hostiles à l’ours est différente, même s’ils ont des élus influents de leur côté et certains services administratifs conciliants37. La violence est périodiquement sollicitée car, d’une part, elle s’inscrit dans une tradition de violence paysanne ayant toujours bénéficié d’une clémence des autorités38. D’autre part, les agressions physiques de certains éleveurs envers d’autres, plus pragmatiques, ou encore les actes de vandalisme commis, s’inscrivent dans la difficile crise-mutation que vit le monde de l’élevage de montagne. Le désintérêt des pouvoirs publics et le sentiment d’abandon, déjà évoqués, s’ajoutent à des contextes économiques particuliers. En conformité avec les analyses de Françoise Plet, les militants allant en première ligne dans les manifestations et commettant les actes les plus violents sont quasi systématiquement de petits éleveurs dans des situations socio-économiques difficiles. Enfin, la coïncidence entre la réintroduction de l’ours de 2006 et la nouvelle PAC, encore plus mal supportée mais peu médiatisée, semble une clé d’analyse supplémentaire.

  • 39 Voir IFOP, WWF et Pays de l’ours - ADET, Les Français revendiquent la présence de l’ours dans les P (...)
  • 40 Alain Reynes, « Éléments de compréhension de la relation éleveur/ours en Pyrénées centrales par l’a (...)

23La situation est loin d’être monolithique dans les territoires de montagne, y compris dans le monde agricole. Confrontés aux ours, la plupart des éleveurs finissent par adapter leurs pratiques, grâce à l’appui des pouvoirs publics. Bon nombre réussissent même à intégrer les prédateurs comme une variable de leur exploitation. Cela est particulièrement valable pour l’ours dans les Pyrénées, où les prédations sont moindres que celle du loup, et où de nombreuses mesures efficaces ont été encouragées. Ainsi, l’utilisation de chiens de protection patou et l’aide à l’embauche de bergers ont non seulement permis de diminuer les dégâts de l’ours, mais également les pertes liées aux attaques de chiens. De plus, des acteurs locaux œuvrent sur le terrain pour favoriser l’acceptation de l’ours dans les Pyrénées. À la suite de leur travail, les sondages de 2003 et 2005 montrent que les Pyrénéens, zone de montagne comprise, sont favorables à 77 % au sauvetage de l’ours dans les Pyrénées par des opérations de réintroduction39. Le Fonds d’intervention écopastorale (FIEP) a été pionnier en Béarn car dès 1975, cette association a initié les premières indemnisations d’attaques d’ours et des aides directes aux bergers pour favoriser la cohabitation (prêts de radiotéléphones, premiers héliportages de matériel), dispositifs repris par les pouvoirs publics et généralisés aujourd’hui. De même, dans les Pyrénées centrales, Pays de l’ours – ADET est une association regroupant des élus locaux et des acteurs économiques locaux (restaurateurs, commerçants, accompagnateurs en montagne, éleveurs). Elle cherche à valoriser le territoire concerné par la réintroduction, en faisant la promotion d’un développement local misant sur l’image environnementale et touristique de l’ours. Elle a mis en place des partenariats en échange de quoi elle assure la promotion et le soutien aux activités économiques. Pays de l’ours - ADET mène une réflexion sur le développement durable, notamment en direction du monde pastoral40. Elle a notamment aidé l’association d’éleveurs et d’usagers de la montagne, l’Association pour la cohabitation pastorale (ACP), à lancer « le Broutard du pays de l’ours », un agneau de montagne dont l’élevage respecte un cahier des charges à la fois agricole et environnemental. La cohabitation avec l’ours et toute la biodiversité de montagne y figurent en bonne place.

Quelles perspectives pour l’ours et les territoires concernés ?

  • 41 Pour plus d’éléments sur l’utilisation d’une rhétorique de concertation utilisée au détriment de la (...)

24La protection de l’ours revêt une symbolique forte dans le cadre de la conservation de l’environnement en France. Bénéficiant d’une image locale et nationale de patrimoine culturel et naturel, sa sauvegarde est mise en avant car ses besoins écologiques obligent à prendre en compte de vastes territoires, dans lesquels les mesures de préservation bénéficieraient à des milieux remarquables et à des espèces végétales et animales bien moins mobilisatrices (plantes endémiques, grands tétras, desman des Pyrénées…). À la suite de la mort de Cannelle en novembre 2004, qui a suscité des remous en France, l’État français a décidé de passer outre l’imbroglio politique et l’instrumentalisation de la question de l’ours en Béarn41 Dès janvier 2005, le ministre de l’Écologie, à l’époque Serge Lepeltier, propose la réintroduction d’une quinzaine d’ours femelles sur plusieurs années. Après la mobilisation de militants d’associations agricoles et l’hostilité médiatisée de certains élus béarnais et ariégeois, ce programme a été réduit à 5 animaux par Nelly Olin, la remplaçante de Serge Lepeltier à l’Écologie. Les anciens dirigeants de l’IPHB, qui ont longtemps profité des financements importants au titre de l’ours sans rien faire de concret pour sa protection (tableau 1), tentent alors de faire partie des principaux leaders de cette opposition. La conséquence environnementale de cette instrumentalisation politique est qu’aucune ourse ne sera réintroduite en Béarn, alors que la souche d’ours pyrénéens est uniquement constituée de mâles et que plusieurs élus locaux béarnais, malgré de fortes pressions locales, avaient proposé leur commune comme territoire de lâcher.

  • 42 Farid Benhammou et Laurent Mermet, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de (...)

25Ainsi la réintroduction de 2006 s’est faite dans les Pyrénées centrales (Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées), dans les territoires fréquentés principalement par les descendants des ours slovènes importés en 1996-1997, où des acteurs et des élus locaux agissent concrètement en faveur du plantigrade. Pourtant, se calant sur des réseaux anti-ours en dormance depuis 200342, une mobilisation politique et agricole s’est fortement mise en place à partir du printemps 2006, débouchant sur des actes de vandalisme dans le village d’Arbas (siège de l’association Pays de l’ours - ADET) et une volonté de contrôle des principaux axes routiers pour empêcher la réintroduction. Paradoxalement, les réunions de concertation mises en place par les autorités dès 2005 ont contribué à renforcer le mouvement, en donnant des arènes à des opposants à l’ours lors des réunions publiques où ils rendent houleux les débats.

26Les grands prédateurs arrivent souvent dans des contextes où les territoires ruraux concernés connaissent un malaise socioéconomique. Même s’ils incarnent ce retour du « sauvage », il est indéniable qu’ils ont orienté l’attention sur des zones et des activités humaines, le pastoralisme ovin notamment, dont peu d’acteurs publics se souciaient sérieusement. Sans pour autant nier ces nouvelles contraintes, il était facile pour l’ours d’incarner soudainement des difficultés davantage liées à la déprise rurale, aux changements sociologiques et à la concurrence internationale. Paradoxalement, les prédateurs sauvages ont même permis le dégagement de moyens humains et financiers. L’exemple le plus flagrant est le cas de l’ours : plus de la moitié des fonds d’accompagnement de sa présence servent à créer des emplois de bergers et à faciliter les pratiques d’élevage en montagne (tableau 2). Mais des aides estampillées « prédateurs » persistent à garder une image négative auprès d’une grande frange de la profession agricole. Face à une PAC frustrante, lointaine et un malaise de ces territoires ruraux marginaux, la réintroduction de l’ours met en présence des acteurs bien identifiés, aux positions peu assurées (administration de l’environnement, écologistes et même ours), et provoque une attention politico-médiatique toute nouvelle. Cela souligne la nécessité de dénouer des causalités politiques, sociales et agricoles pour saisir des problèmes d’environnement à la forte dimension territoriale.

Tableau 1 : Bilan des dépenses prévues et réalisées par l’IPHB de 1994 à 1999 (d’après les données fournies par l’IPHB, 2000).

Tableau 1 : Bilan des dépenses prévues et réalisées par l’IPHB de 1994 à 1999 (d’après les données fournies par l’IPHB, 2000).

* Groupement d’intérêt cynégétique

27Le 31 janvier 1994, le ministère de l’Environnement et les représentants des vallées béarnaises signent pour 5 ans (1994-1999) la Charte de développement durable des vallées béarnaises et de protection de l’ours. Une nouvelle charte n’a été établie qu’un 2004 et de 2000 à 2003 l’IPHB a fonctionné hors cadre, sur fonds publics régionaux (environ 20 %) et sur fonds d État (80 %). De 2000 à 2003 le ministère en charge de l’Environnement a dû verser près de 122 000 € par an dont une bonne part pour les frais de fonctionnement de l’IPHB (information DIREN). Les principales actions engagées pour la conservation de l’ours, telles que l’héliportage, la plantation d’arbres fruitiers, sont des mesures indirectes qui ne lui sont pas spécifiques. Des mesures directes de sauvegarde de l’espèce (mise en place d’aires protégées ou réintroductions par exemple) n’ont pas été mises en œuvre. Les frais de fonctionnement à eux seuls sont nettement supérieurs aux dépenses pour la protection de l’ours. Ces chiffres montrent que l’animal est le grand oublié de ce programme qui porte pourtant son nom.

Tableau 2 : Coût du programme de restauration de l’ours dans les Pyrénées de 2004 à 2007 (données DIREN Midi-Pyrénées et ministère de l’Écologie et du Développement durable, Plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées 2006-2009).

Tableau 2 : Coût du programme de restauration de l’ours dans les Pyrénées de 2004 à 2007 (données DIREN Midi-Pyrénées et ministère de l’Écologie et du Développement durable, Plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées 2006-2009).

* Présence de dépenses exceptionnelles en lien avec les opérations de réintroduction.

Bibliographie

ADDIP-IDAMP (Association pour le développement durable de l’identité pyrénéenne et Association interdépartementale de défense de l’agriculture de montagne), La colère des Pyrénées, recueil de témoignages, 2001.

Ours slovène. Pourquoi nous disons non, 2001.

Benhammou Farid, « Les grands prédateurs contre l’environnement ? Faux enjeux pastoraux et débat sur l’aménagement des territoires de montagne », Courrier de l’environnement de l’INRA, no 48, février 2003, p. 5-12.

Vivre avec l’ours, Saint-Claude-de-Diray, Éditions Hesse, 2005.

Crier au loup pour avoir la peau de l’ours, une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France, thèse de 3e cycle, Agro-Paris-Tech’ – ENGREF (École nationale du génie rural des Eaux et Forêts), Paris, 2007.

Benhammou Farid, Bobbé Sophie, Camarra Jean-Jacques et Reynes Alain, L’ours des Pyrénées : les 4 vérités, Toulouse, Privat, 2005.

Benhammou Farid et Mermet Laurent, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de la nature : le cas de l’ours des Pyrénées », Nature, sciences, sociétés, n° 11, 2003, p. 381-393.

Benhammou Farid et al. éd., La cohabitation hommes/grands prédateurs en France (ours et loup) : enjeux didactiques pour la conservation de la nature et le développement durable ?, Actes du colloque du 21 et 22 mars 2004 au muséum d’Orléans, Recherches naturalistes, n° 14, 2004.

Bertrand Claude et Bertrand Georges, « Territorialiser l’environnement. Un objectif pour la géographie », Une géographie traversière. L’environnement à travers territoires et temporalité, Paris, Arguments, 2002 (réédition de l’article publié dans le numéro 37 de Géodoc en 1992).

Bobbé Sophie, L’ours et le loup, essai d’anthropologie symbolique, Paris, MSH-INRA Éditions, 2002.

Caussimont Gérard, Avec le naturaliste sur les pas de l’ours brun des Pyrénées, Pau, FIEP-Loubatière, 1997.

Lacoste Yves, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976.

Latour Bruno, Le métier de chercheur : regard d’un anthropologue, Paris, INRA Éditions, 2001.

Mermet Laurent, « Ouvrir de nouveaux espaces critiques – clarifier, renouveler, “pluraliser” les ancrages normatifs des recherches », N. Berny, A. Emerit et L. Mermet, Concertation, décision, environnement – regards croisés, n° 3, 2004.

Ministère de l’Écologie et du Développement durable, Plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées 2006-2009, 2006, consultable sur http ://ours.ecologie.gouv.fr

Notes

1 Pour un propos plus général sur les grands prédateurs en France, se reporter à http ://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/breves/2006/3.htm ; sur la question de l’ours, voir Benhammou 2005a et 2005b.

2 Farid Benhammou, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours, une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France.

3 Estienne Rodary, « Pour une géographie politique de l’environnement », Écologie politique, n° 27, 2003, p. 91-111.

4 Élisée Reclus, La Terre, description des phénomènes de la vie du globe, Paris, Hachette, 1869.

5 Claude et Georges Bertrand, « Territorialiser l’environnement. Un objectif pour la géographie », p. 154.

6 Georges Bertrand, « La géographie physique contre nature ? », Géodoc, n° 8, 1978, p. 67.

7 On reproche souvent au biologiste de la conservation d’être trop marqué par une idéologie « environnementaliste ». Cependant, l’agronome qui cherche à obtenir le rendement maximum d’un élevage porcin, ou le géographe aménageur qui appelle de ses vœux des autoroutes et des axes de TGV, sont tout autant empreints d’idéologie : le productivisme dans le premier cas et le culte sans frein du développement dans le second.

8 Yves Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre.

9 Nous renvoyons le lecteur à l’article de Nathalie Blanc présent dans la deuxième partie de cet ouvrage. Voir aussi Nathalie Blanc, Les animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 2000 ; Nathalie Blanc et Marianne Cohen, « L’animal, une figure de la géographie contemporaine », Espaces et sociétés, n° 110-111, 2001, p. 25-40.

10 Paul Arnould, « La recherche française en biogéographie », BAGF, n° 4, 1994, p. 404-413.

11 Nathalie Blanc et Marianne Cohen, « L’animal, une figure de la géographie contemporaine », déjà cité, p. 25-40.

12 Coralie Mounet et Pierre-Aymard Biron, « Pour une gestion concertée de la faune sauvage. L’exemple de la Vanoise », Actes du colloque La gestion concertée dans les espaces naturels protégés de montagne (Le Pradel, 22-23 mai 2003), Montagnes méditerranéennes, n° 18, 2003, p. 39-45.

13 Xavier de Planhol, Le paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 2004.

14 Farid Benhammou et Laurent Mermet, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de la nature : le cas de l’ours des Pyrénées ».

15 Voir les thèses de Maya Leroy, Gestion stratégique des écosystèmes dans un contexte d’aide internationale : engagements environnementaux et dispositifs de gestion dans la vallée du fleuve Sénégal, thèse de doctorat en sciences de l’environnement, Paris, ENGREF, 2004 ; Raphaël Billé, La gestion intégrée du littoral se décrète-t-elle ? Une analyse stratégique de la mise en œuvre, entre approche programme et cadre normatif, thèse de doctorat en sciences de l’environnement, Paris, ENGREF, 2004. Voir aussi Laurent Mermet et al., « Analyse stratégique de la gestion environnementale : un cadre théorique pour penser l’efficacité en matière d’environnement », Nature, sciences, sociétés, n° 13, 2005, p. 127-137.

16 Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, Hachette, 1994.

17 Nous nous inspirons de la terminologie de l’École française de géopolitique, dont le principal initiateur est le géographe Yves Lacoste. On peut distinguer, en effet, une géopolitique externe, classique, qui étudie les problèmes de dimension internationale, mais également une géopolitique interne qui aborde les questions à l’intérieur même d’un État. Pour plus de développements sur le sujet, voir Yves Lacoste éd., Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1995, et concernant l’analyse stratégique et géopolitique appliquée à l’environnement se reporter à Farid Benhammou et Laurent Mermet, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de la nature : le cas de l’ours des Pyrénées », p. 381-393.

18 Élevage, principalement de montagne en France, fondé sur des mouvements saisonniers de troupeaux. Ces migrations, aussi appelées transhumances, se font dans le cadre de « l’estive » qui est à la fois la période et la zone où vont paître les bêtes en montagne.

19 Voir Jean-Jacques Camarra et Jean-Michel Parde, L’ours (Ursus arctos), Encyclopédie des carnivores de France, fasc. 5, Paris, Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM), 1992 ; Gérard Caussimont, « La population d’ours bruns dans les Pyrénées françaises et espagnoles, historique d’un déclin : l’exemple des Pyrénées occidentales », Actes du XVIe colloque de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (17-18 octobre 1992, Grenoble, Muséum d’histoire naturelle), 1992, p. 101-106.

20 Claude Dandaletche, La cause de l’ours, Paris, Sang de la Terre, 1993.

21 Laurent Mermet, « L’Institution patrimoniale du Haut-Béarn : gestion intégrée de l’environnement ou réaction anti-environnementale ? », Responsabilité Environnement, n° 21, 2001, p. 9-21, et du même auteur, « Homme ou vie sauvage ? Société locale ou bureaucratie centrale ? Faux dilemmes et vrais rapports de force », Responsabilité Environnement, n° 28, 2002, p. 13-21, articles disponibles sur : http://www.rgte.centre- cired.fr/rgte/IMG/pdf/RE_21_-_09-21.pdf et http://www.rgte.centre-cired.fr/rgte/IMG/pdf/faux_dilemmes.pdf.

22 ASCA et Christopher Servheen, État des lieux de la population ursine et de son habitat dans le Haut-Béarn. Stratégies de conservation et de renforcement éventuel, Rapport de phase 1, ASCA (commande de l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn, 1996).

23 Deux des femelles sont mortes accidentellement en 2006 et 2007 (chute en montagne, collision avec un véhicule).

24 Henri Mendras, Les sociétés paysannes, Paris, Gallimard, 1995, p. 122.

25 Dans les Alpes, les seuils sont supérieurs, allant parfois de 1 000 à 2 000 brebis pour un unique berger.

26 Les termes de berger et d’éleveur recouvrent des réalités différentes. L’éleveur est le propriétaire du troupeau tandis que le berger, souvent salarié, est responsable du gardiennage et de la conduite des bêtes. Un berger peut être éleveur, c’est-à-dire avoir des bêtes à lui, qu’il mêlera au troupeau d’un ou plusieurs éleveurs pour l’estive. Tous les éleveurs n’ont pas forcément de berger salarié, et certains s’arrangent pour assurer eux-mêmes le gardiennage.

27 Ces dérangements divers sont ceux causés par des prédations autres que celles des loups. Les dégâts des chiens divaguants sont une gêne ponctuelle ou chronique, qui peut sérieusement handicaper un éleveur. Pour la plupart des éleveurs, cela est vécu et perçu différemment. Voir Sophie Bobbé, « Entre domestique et sauvage : le cas du chien errant. Une liminalité bien dérangeante », Courrier de l’environnement de l’INRA, n° 40, 2000, p. 66-74, et Julia Pistolési, La prédation des troupeaux domestiques dans les Pyrénées méditerranéennes françaises : dégâts de chiens en divagation et réflexion préalable au retour du loup (Canis lupus), Montpellier, ENSAM-SIME, 1998.

28 Jean-Pierre Legeard, « Une histoire d’économie racontée aux brebis de Provence et d’ailleurs », Le pastoralisme en France à l’aube de l’an 2000, A. Bornard et C. Brau-Nogué éd., hors-série de Pastum, revue de l’Association française de pastoralisme, 2000, p. 23-32.

29 Corinne Eychenne-Niggel, « Trente ans de relance pastorale en Ariège : le temps de la maturité », Pastoralisme et Environnement, n° 16 de Sud-Ouest européen, 2003, p. 5-14.

30 Le RBE est l’équivalent du chiffre d’affaires. Il est intéressant de voir que c’est la politique d’indemnisations des dégâts dus au loup qui pousse les représentants de l’élevage à dire publiquement qu’ils veulent vivre de leur travail, et non de subventions publiques. Cette prise de position n’a pas été décelée dans le cadre des subventions classiques (prime à l’herbe, prime compensatrice ovine, etc.). Voir Farid Benhammou, La réapparition du loup en France : protection contre-nature ou cohabitation durable ?, mémoire de maîtrise de géographie, Université d’Orléans, 1999.

31 Agreste, « Les résultats économiques en 36 fiches thématiques », Cahier Agreste, n° 1, 2002, p. 11-49.

32 Jean-Pierre Legeard, « Une histoire de brebis racontée aux brebis de Provence et d’ailleurs », déjà cité.

33 Renaud de Bellefon, Du terroir au territoire : histoire des guides de haute montagne en France, thèse de doctorat en histoire, Université de Toulouse Le Mirail, 1997.

34 Bertrand Hervieu et Jean Viard, L’archipel paysan. La fin de la république agricole, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.

35 Francis Chevillon, « Pastoralisme, ours, biodiversité : pour une montagne vivante… », La cohabitation hommes/grands prédateurs en France (ours et loup) : enjeux didactiques pour la conservation de la nature et le développement durable ?, p. 131-132.

36 Farid Benhammou, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours, une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France.

37 Laurent Mermet, « L’Institution patrimoniale du Haut-Béarn : gestion intégrée de l’environnement ou réaction anti-environnementale ? », déjà cité.

38 Françoise Plet, « Colères paysannes face à l’État », Hérodote, no 69-70, 1993, p. 170-184.

39 Voir IFOP, WWF et Pays de l’ours - ADET, Les Français revendiquent la présence de l’ours dans les Pyrénées, document de présentation du sondage réalisé par l’IFOP, 2003 ; IFOP, Les Pyrénéens et la conservation de l’ours, sondage réalisé pour Pays de l’ours - ADET, synthèse, 2005. Fin 2008, un sondage commandé par la DIREN Midi-Pyrénées confirme ces tendances, hormis dans la zone montagneuse ariégeoise où l’activisme des anti-ours donne une légère majorité au rejet de la réintroduction d’ours de 2006.

40 Alain Reynes, « Éléments de compréhension de la relation éleveur/ours en Pyrénées centrales par l’approche systémique », La cohabitation hommes/grands prédateurs en France (ours et loup) : enjeux didactiques pour la conservation de la nature et le développement durable ?, p. 123-130.

41 Pour plus d’éléments sur l’utilisation d’une rhétorique de concertation utilisée au détriment de la protection des ours en Béarn, voir Laurent Mermet « L’Institution patrimoniale du Haut-Béarn : gestion intégrée de l’environnement ou réaction antienvironnementale ? », déjà cité, p. 9-21, et du même auteur, « Homme ou vie sauvage ? Société locale ou bureaucratie centrale ? Faux dilemmes et vrais rapports de force », déjà cité, p. 13-21.

42 Farid Benhammou et Laurent Mermet, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de la nature : le cas de l’ours des Pyrénées ».

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La régression de la population d’ours bruns dans les Pyrénées (carte réalisée par F. Benhammou et R. Assand en 2005 d’après des données de J.-J. Camara et J.-M. Parde, L’ours, Encyclopédie des carnivores de France, déjà cité, et G. Caussimont, Avec le naturaliste sur les pas de l’ours brun des Pyrénées).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 2 : Localisation des ours et des principaux acteurs territorialisés (carte réalisée par F. Benhammou et R. Assand en 2005 d’après des données du Réseau ours brun et du Pays de l’ours - ADET).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte 3 : Localisation des lâchers d’ours en 2006 (d’après les données de l’association Pays de l’ours - ADET, 2006).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 1 : Bilan des dépenses prévues et réalisées par l’IPHB de 1994 à 1999 (d’après les données fournies par l’IPHB, 2000).
Légende * Groupement d’intérêt cynégétique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 2 : Coût du programme de restauration de l’ours dans les Pyrénées de 2004 à 2007 (données DIREN Midi-Pyrénées et ministère de l’Écologie et du Développement durable, Plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées 2006-2009).
Légende * Présence de dépenses exceptionnelles en lien avec les opérations de réintroduction.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6491/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Docteur de l’engref - Agro-Paris-Tech

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable