Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

Les territoires du sauvage. Les grands prédateurs, risque pour les sociétés humaines et /ou éléments de patrimoine naturel régional ?

Du bon usage de l’animal sauvage. Exemple d’un mode d’équarrissage écologique

Sophie Bobbé

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Sergio Dalla Bernardina, L’utopie de la nature ; Anne Vourc’h et Valentin Pelosse, C (...)

1On a bien souvent tendance à opposer biodiversité et agriculture à partir des objectifs respectifs qui les sous-tendent. Cette vision repose en partie sur les rapports coutumiers que les agriculteurs entretiennent avec le sauvage, perçu comme potentiellement dangereux et appréhendé à travers des activités qui relèvent plus de la destruction et de la prédation1 que de la protection ou d’une relation de commensalisme de bon aloi. Or une récente expérience d’équarrissage naturel, dans laquelle des rapaces nécrophages nouvellement introduits dans les Grands Causses jouent un rôle de tout premier ordre, oblige à repenser le rapport entre protection de la nature et agropastoralisme, très souvent présentés comme antagonistes. Très tôt, les promoteurs de cette nouvelle forme de gestion de la mort animale postulent l’existence de bénéfices réciproques et la potentialité d’intérêts partagés pour ces deux champs d’activités.

  • 2 Pour une anthropologie générale de l’histoire de nos représentations de la nature, voir Raphaël Lar (...)

2Comment aborder d’un regard ethnologique l’émergence de cette nouvelle pratique ? D’emblée, on serait tenté de la lire à la lumière de l’opposition tradition/modernité à l’œuvre dans la plupart des terrains (et des textes ethnologiques) contemporains : d’un côté, les résistances d’une société rurale au changement, de l’autre, les préoccupations d’un gestionnaire qui, pour légitimer la présence d’une espèce, revendique son utilité dans l’écosystème agro-pastoral. Ici une série de questions s’imposent : quel accueil les éleveurs réservent-ils à ce nouvel acteur local ? Quelle incidence la présence du vautour fauve a-t-elle sur les modes d’équarrissage existants ? La prise en compte de cet équarrisseur naturel, véritable auxiliaire sauvage, incite-t-elle les éleveurs à délaisser des conceptions traditionnellement fondées sur des principes de fonctionnalité (« utile », « nuisible », « bénéfique », « dangereux ») au profit d’un regard plus écocentré sur leur environnement2 ?

Élevage en terrain caussenard

  • 3 Il déclina à la fin du XIXe siècle pour s’éteindre, en France, dans le Sud des Alpes et disparaître (...)
  • 4 Philippe Evrard, « Lecture », L’utilisation des terres peu productives : le causse Méjan, A. Brun, (...)

3Avant que la lutte pluriséculaire contre les prédateurs et les campagnes de destruction orchestrées par l’État français ne viennent à bout des vautours caussenards3, ces derniers participaient à l’élimination des rebuts de l’exploitation. L’agriculture, qui constituait la base de l’économie caussenarde et cévenole, se caractérisait par l’association polyculture/élevage laitier, notamment depuis l’installation de la première laiterie par l’industrie de Roquefort-sur-le-Méjean en 1899, qui prendra un véritable essor durant l’entre-deux-guerres. Au cours des années 1950-1960, les élevages comptent 100 à 150 bêtes en moyenne. Puis la stagnation du prix du lait va entraîner une reconversion en élevage ovin viande. La modernisation des techniques d’élevage et de culture se poursuit jusque dans les années 1970 (traite mécanique, aliments concentrés, motorisation…), entraînant une productivité accrue (50-60 l. /brebis/an en 1950 contre 159 l. /brebis/an en 1991) et le maintien des exploitations, ce qui n’est pas le cas dans les Cévennes où l’on observe un déclin de ces activités. Même si le Méjean a exceptionnellement bien résisté à la crise économique, il n’en demeure pas moins que, comme les autres milieux ruraux et agricoles de faible densité de population humaine, le nombre des exploitations agricoles a chuté de 12 % en une décennie (passant de 93 à 56 entre 1970 et 1991). Sur ce causse, on a longtemps eu affaire à une quasi-monoproduction ovine qui intéresse la quasi-totalité du plateau (33 000 hectares) lequel compte 10 % de zones cultivables et peu de pelouses riches, obligeant les éleveurs à réaliser de grands parcours4. La diminution du nombre d’exploitations s’est accompagnée d’une augmentation de la taille des troupeaux ovins (de 199 à 341 têtes en moyenne pour la période 1970-1991) ; la hausse du coût des intrants et la baisse du prix de la viande incitent les éleveurs à accroître l’effectif et/ou la productivité des animaux.

  • 5 Les éleveurs du Méjean peuvent bénéficier de la labellisation « Agneau de parcours » mise en place (...)
  • 6 Si la plupart des données ici rapportées concernent essentiellement le causse Méjean, cela tient au (...)
  • 7 Marianne Cohen et al., « Les pratiques pastorales sur le causse Méjan et leur évolution récente », (...)

4Aujourd’hui, sur les 53 exploitations installées sur le causse Méjean (soit un total de 30 000 brebis), les deux tiers investissent la filière viande avec des brebis « Blanche du Massif central » (BMC) tandis que le troisième tiers trait des brebis de race Lacaune pour les fromageries locales (Roquefort, Fédou)5. Sur le causse Noir, en revanche, les éleveurs sont essentiellement tournés vers la production d’agneaux. Les éleveurs récemment installés se lancent davantage dans la filière lait6. Les élevages caussenards se distinguent de ceux des autres massifs par la taille de leurs troupeaux ovins. Les troupeaux comptent environ 300 à 400 brebis (on trouve quelques GAEC de 900 brebis)7. Aujourd’hui, 20 % des exploitations caussenardes développent une pluriactivité (notamment l’écotourisme) ce qui correspond à la moyenne nationale (22 %).

L’équarrissage, entre tradition et modernité

5Jusqu’au début du XXe siècle, l’équarrissage ne fait pas encore l’objet d’une réglementation. L’éleveur caussenard incinère, enterre (notamment en période d’épidémies) ou encore jette le cadavre dans un aven, à l’instar de nos ordures ménagères sur les décharges municipales à ciel ouvert, pour le plus grand plaisir des sangliers, renards, corbeaux, chiens et autres opportunistes.

  • 8 La loi du 2 février 1942 du Code rural. La première loi (Martel) interdisant les charniers sauvages (...)
  • 9 Ferso-Bio est l’équarrisseur qui œuvre dans la région. Généralement, il n’y a qu’un équarrisseur pa (...)
  • 10 Marcel Jollivet, « Être éleveur sur un causse : le Méjan », Annales du parc national des Cévennes, (...)
  • 11 Voir Cahier technique. Placettes d’alimentation, LPO (Ligue pour la protection des animaux), n° 1, (...)

6Concomitamment à la disparition des vautours caussenards dans les années 1945, se met en place une réglementation qui interdit les charniers sauvages8. Malgré cela, l’abandon des cadavres dans les avens est encore très répandu dans les zones de pastoralisme de montagne. Pour endiguer tout risque sanitaire (notamment la pollution des nappes phréatiques), la loi du 31 décembre 1975 (n° 75-1336) vient conforter les dispositions existantes, obligeant l’éleveur à faire appel, contre rémunération, à l’équarrisseur régional (lorsque ces pertes dépassaient 40 kg)9. Mais dans cette région de moyenne montagne où se pratique l’élevage extensif10, la rentabilité de l’équarrissage industriel est faible – les distances à parcourir sont importantes, les coûts sont souvent élevés notamment en cas de pertes ordinaires (une ou deux bêtes). C’est dans le contexte des crises de l’encéphalopathie spongiforme bovine et de la fièvre aphteuse où les questions de santé publique sont plus que jamais à l’ordre du jour que la gestion de l’équarrissage devient un enjeu majeur à l’échelle nationale (comme au niveau communautaire). Plus de 400 000 tonnes de cadavres sont traitées chaque année en France (dont 133 000 tonnes de cadavres ovins), soit un coût de 1,52 million d’euros par an dans le seul département de l’Aveyron11.

7Il faut attendre la loi du 26 décembre 1996 (no 96-1139) pour que l’équarrissage soit inscrit dans les missions du service public, ce qui sera effectif en 1997. Il n’en demeure pas moins que le retrait des carcasses reste problématique, et que les Caussenards continuent de se débarrasser « discrètement » des bêtes mortes.

La réintroduction d’une espèce protégée ou l’arrivée d’un équarrisseur potentiel

  • 12 En 1998, le FIR fusionne avec la LPO créée en 1912 (qui comptait 35 000 membres en 2004). L’antenne (...)
  • 13 Aucun système de collecte par l’administration du parc national ou par une association de protectio (...)
  • 14 Quinze ans plus tôt, une première tentative de lâcher de vautours, menée en 1968, avait échoué susc (...)

8Dans les années 1980, ces cadavres intéressent un nouvel acteur local d’origine exogène, le vautour fauve (Gyps fulvus), classé espèce protégée. C’est dans le contexte des nouvelles orientations européennes en matière de protection et de gestion environnementales, et sous la pression des milieux scientifique et écologiste, que la réintroduction du vautour fauve est lancée dans les Grands Causses par le Fonds d’intervention pour les rapaces (FIR-LPO12) et le parc national des Cévennes (PNC). Soixante et un vautours fauves pyrénéens13 sont lâchés dans les gorges de la Jonte entre 1981 et 1986 dans un contexte social favorable14 :

On avait la chance d’avoir encore de vieux agriculteurs qui avaient connu les vautours et ils savaient que ce ne sont pas des oiseaux agressifs et dangereux. Ça n’empêche qu’ils ne voyaient pas pourquoi on allait dépenser autant d’argent pour les réintroduire, ils ne voyaient pas à quoi cela allait servir. Ils trouvaient que c’était un peu romantique. (un agent du PNC)

  • 15 Quelque 50 oiseaux prendront leur envol dans les gorges de la Vis, à environ 40 km du premier site. (...)

9Ces opérations se révélant un véritable succès, d’autres suivront entre 1993 et 199715. En 2005, la population est estimée à 130 ou 140 couples environ (et plus de 300 individus) parmi lesquels on dénombre encore une vingtaine de vautours « fondateurs » des colonies caussenardes.

  • 16 La directive Habitats (21 mai 1992), relative à la conservation des habitats naturels, de la faune (...)
  • 17 Ratifiée par la France en 1979, la convention de Berne vise la conservation de la vie sauvage et du (...)
  • 18 Raphaël Larrère, « Gestion concertée de la biodiversité, agriculture et développement local en mont (...)

10Ces campagnes successives de réintroduction pourraient aujourd’hui sembler banales si elles ne s’étaient pas très tôt inscrites dans une problématique qui sort du strict cadre protectionniste, révélant ainsi leur caractère remarquable. Rappelons qu’au début des années 1990, l’État français, fidèle à ses engagements dans les directives européennes (Habitats16) et les conventions internationales (Berne17 et Bonn en 1990, Rio en 1992), prône le rapprochement entre agriculture et biodiversité (en accord avec la Politique agricole commune) en encourageant les pratiques agricoles favorables à la sauvegarde de l’environnement et au développement rural18.

  • 19 Guy Joncour, Les vautours, collaborateurs naturels de l’équarrissage en France, Landerneau, LPO-VET (...)

11Soucieux de placer leurs actions non seulement dans une politique de restauration de la biodiversité mais aussi dans une réflexion sur les pratiques agropastorales locales, les promoteurs des réintroductions ont pris soin de souligner l’utilité que représentent ces rapaces nécrophages en région d’élevage ovin, véritable alternative écologique au système classique d’équarrissage industriel19. C’est dans ce contexte que l’éventail des usages en matière d’équarrissage s’est diversifié.

Polymorphie des pratiques d’équarrissage caussenard

  • 20 Villaret, Cassagnes et Croupillac sont les charniers utilisés ; 90 % des carcasses sont déposées à (...)
  • 21 Soit un poste à mi-temps à la LPO, 80 à 90 jours par an de temps de travail, et plus de 7 500 km pa (...)
  • 22 Cette biomasse, associée à une répartition régulière des mortalités, pourrait permettre d’entreteni (...)

12Tandis que, pour certains éleveurs, l’équarrisseur industriel est une solution satisfaisante, et pas seulement en cas de « grosse casse », un deuxième système, contemporain de l’arrivée des vautours fauves, est mis en place par les acteurs de la réintroduction (PNC, LPO) à la fin des années 1980 avec l’accord des services vétérinaires des départements concernés (Gard, Lozère, Aveyron). Pour approvisionner les charniers lourds20 et garantir la pérennité de la colonie de vautours fauves par un apport suffisant de nourriture en période de reproduction, une collecte des bêtes mortes est organisée chez les éleveurs. Jusqu’en 1987, les gestionnaires des vautours se fournissaient aux abattoirs de Saint-Affrique. La LPO intervient sur le causse Noir, le Sauveterre et la vallée du Tarn tandis que le PNC se charge des Cévennes et du causse Méjean. Bien que les éleveurs apprécient ce ramassage car les brebis mortes sont retirées dans les 24 heures, ils ne sont que 116 au total vivant « … sur la zone des vautours, à faire appel à l’un de ces deux gestionnaires, ce qui est bien peu » (un agent LPO)21. Le PNC estime collecter chez 20 % des éleveurs (soit 43 exploitants) vivant dans son périmètre d’action tandis que la LPO est appelée par 73 éleveurs. En 2004, cette collecte représentait 1 300 cadavres environ (dont 280 pour le PNC en 2005), ce qui est peu au regard des 4 000 brebis et 10 500 agneaux qui meurent chaque année dans les Grands Causses22. Depuis 2002, la LPO a été déclarée équarrisseur officiel, ce qui l’autorise à se rendre, sur simple appel de l’éleveur, dans son exploitation pour récupérer les bêtes mortes.

  • 23 L’arrêté interministériel (ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affair (...)
  • 24 Un dossier de demande de placette (avec descriptif de l’exploitation) est transmis à la préfecture (...)
  • 25 Données fournies par la LPO, 2004.
  • 26 Cahier technique. Placettes d’alimentation, LPO Grands Causses, Paroles d’oiseaux, n° 1, 2001, p. 9

13À partir de 1998, une nouvelle modalité d’équarrissage est créée dans le cadre d’une nouvelle réglementation23 ; il s’agit pour l’éleveur qui en fait la demande d’installer sur son exploitation une « placette individuelle d’alimentation » des vautours sous le contrôle de la DSV (Direction des services vétérinaires) et après accord préfectoral24. « Dans le cadre du suivi scientifique de la réintroduction ou de la sauvegarde de certaines espèces animales menacées… » (article 1 de l’arrêté du 7 août 1998), l’éleveur s’inscrit dans une démarche scientifique en faveur du soutien aux mesures environnementales en matière d’agriculture raisonnée. Chaque année, une vingtaine de bêtes en moyenne sont déposées sur chacune des placettes existantes – en 2007, on dénombre 25 placettes dans l’Aveyron, la Lozère et le Gard. Le dépôt annuel sur l’ensemble des placettes est estimé à 12 tonnes, ce qui est bien peu au regard des 12 000 tonnes de cadavres produits chaque année dans le seul département de l’Aveyron25. Lorsque les pertes dépassent 300 kg (notamment en période d’agnelage de janvier à mars, ou en été lorsque les éleveurs désaisonnalisent les naissances), l’éleveur doit donc faire appel à l’équarrisseur industriel ou à la collecte locale (LPO, PNC). Du côté des gestionnaires, il est primordial de promouvoir ce système et d’impliquer les exploitants agricoles dans le nourrissage de ces nécrophages : la placette d’alimentation étant « la suite logique des charniers créés au début de ces opérations »26. Ce système d’équarrissage écologique permet le recyclage direct des déchets, évite le déplacement des carcasses et annule tout risque de contamination entre les élevages.

Du bricolage illicite à la contractualisation individuelle des placettes

14Au regard du nombre de bêtes collectées par le PNC et la LPO, et du faible effectif de placettes individuelles d’alimentation, on serait enclin à conclure que la grande majorité des éleveurs font appel au service de l’équarrisseur industriel. Pourtant, ce système n’a que très rarement leur préférence.

  • 27 Bien que nos interlocuteurs nous aient parfois parlé de tels comportements anar - chiques, nous n’a (...)

15Depuis l’arrivée des vautours dans la région, on observe une reprise de la dépose, couramment pratiquée avant 1945, lorsque les vautours indigènes occupaient encore les falaises caussenardes. Effectuée de façon raisonnée et responsable, cette dépose s’effectue dans l’espace privé au sein de l’exploitation – l’éleveur ayant le souci de voir le (s) cadavre(s) « vite nettoyé(s) ». À la différence de l’abandon sauvage et anarchique qui ne bénéficie pas aux vautours27, cette dépose, bien qu’illicite, s’inscrit parfaitement dans la politique de soutien aux nécrophages réintroduits.

Sur le Méjean, il n’y a pas de tradition d’appeler l’équarrisseur. Quand les premiers vautours ont commencé à voler, après le deuxième lâcher de 1981, nous, on avait nos charniers et on faisait la collecte dans les fermes dans un rayon de 50 km. On avait 4-5 charniers. Eux, ils nous ont aidés. Sans demander à personne, ils allaient y déposer leurs carcasses. Aujourd’hui, la plupart ont une placette officieuse. (Un garde, PNC)

16Est-ce la grande visibilité de ces oiseaux dans le ciel caussenard ou le sentiment d’œuvrer pour la Cause animale qui incite certains éleveurs à agir de la sorte ? Sont-ils mus par une sensibilité idéologique forte ou par un pragmatisme que l’efficacité des vautours vient conforter ? Pourquoi préfèrent-ils la placette officieuse au ramassage gratuit offert par les gestionnaires des vautours ? Il n’y a pas de réponse univoque pour expliquer a posteriori les agissements en cours depuis plus de vingt ans ; chacune des hypothèses formulées a compté à un moment ou un autre dans l’esprit des éleveurs rencontrés. La grande majorité des éleveurs des Grands Causses s’assurent l’alternative et choisissent l’équarrissage ad hoc, au cas par cas :

171. La vingtaine d’éleveurs qui possèdent une placette individuelle d’alimentation apprécient l’indépendance qu’elle procure et, en cas de pertes importantes, font appel au PNC ou LPO (suivant leur lieu d’implantation). Généralement en bons termes avec le « collecteur gestionnaire » des vautours fauves – certains pour des raisons idéologiques (rares sont ceux qui sont membres de la LPO ou d’une autre association de protection de la nature), d’autres pour des raisons strictement pragmatiques (pour services rendus) –, ils apprécient son travail et entretiennent des rapports de confiance avec lui. Ces éleveurs conjuguent volontiers le système placette et le système collecte des gestionnaires (évitant les services de l’équarrisseur industriel).

18Si ces propriétaires de placettes s’inscrivent dans une véritable démarche scientifique, affichant leur engagement et leur soutien à la sauvegarde de la biodiversité, ils n’en deviennent pas pour autant des ornithologues patentés ou des adhérents à des associations naturalistes. Ils apprécient la présence des vautours, y compris sur le plan esthétique. C’est de façon empirique qu’ils ont acquis des connaissances, à force d’observer des curées sur leur placette.

192. À l’instar des détenteurs de placettes officielles qui conservent deux solutions d’élimination des bêtes mortes, ceux qui n’en possèdent pas – soit la grande majorité des exploitants caussenards – ont toujours une alternative. Ils se divisent en deux catégories :

20– La première catégorie considère la collecte locale de la LPO et du PNC comme la solution idéale car elle est gratuite et efficace. Leur choix est avant tout pragmatique. Comme le souligne très justement un technicien de la LPO, les éleveurs « savent que l’équarrisseur ne viendra jamais jusqu’au fin fond du causse Noir ». C’est bien souvent par le bouche-àoreille qu’ils ont eu connaissance de l’efficacité de la collecte de la LPO et du PNC, abandonnant alors l’équarrissage industriel : « Moi je préfère, c’est plus propre et plus rapide… On n’a pas à supporter l’odeur d’une bête crevée dans un coin de la cour en attendant l’équarrisseur industriel » (un éleveur, causse Noir).

  • 28 Sur les placettes situées sur les causses du Larzac, soit à 18 km à vol d’oiseau des sites de nidif (...)

21Parmi ces éleveurs qui privilégient la collecte locale, plusieurs possèdent un emplacement où ils déposent les bêtes mortes, comptant sur l’efficacité des vautours28. Ce sont précisément ceux que la LPO et le PNC tentent de convaincre d’officialiser leur placette d’autant qu’ils entretiennent avec eux de bonnes relations : « Il y en a qui ont envie d’officialiser leur placette, d’autres qui, parce qu’ils sont chez eux, pensent qu’ils peuvent continuer comme ça » (un agent, PNC).

22– Parmi les éleveurs qui n’ont pas de placette officielle, une seconde catégorie recourt au service de l’équarrisseur industriel, ce qui ne les empêche pas de réserver un emplacement qu’ils désignent par le terme « placette » pour les « pertes ordinaires ». Bien que les gestionnaires des vautours aient souvent connaissance de ces installations clandestines, ils ne souhaitent pas officialiser cet emplacement – ce qui les obligerait à se soumettre à des contrôles. Ils préfèrent garder leur distance avec l’autorité administrative comme avec le discours militant des associations de protection de la nature. Ils n’en apprécient pas moins la présence des vautours ; ils en profitent et ils le disent.

Les rapaces nécrophages, nouvel acteur du système pastoral ?

23En associant les rapaces à l’écosystème pastoral caussenard, les éleveurs leur reconnaissent le rôle d’auxiliaire. Qu’ils agissent dans un cadre légal ou illégal (placette officielle ou officieuse, collecte par les gestionnaires), les éleveurs deviennent pourvoyeurs de nourriture, « nourrisseurs » directs (dans le cas de dépôts sur leurs exploitations) ou indirects (lorsqu’ils font appel à la LPO ou au PNC). Dans leur mode de pensée, ils intègrent ainsi les vautours à l’élimination des déchets. En témoigne la formule souvent utilisée dans les messages qu’ils déposent sur le répondeur téléphonique de la LPO : « Vous pouvez passer ; on a une brebis pour les oiseaux » (un agent, LPO). Pour ces éleveurs, il s’agit avant tout d’un commensalisme de bon aloi adossé à une relation d’utilité réciproque.

24Il en va tout autrement de ceux qui font appel à l’équarrisseur industriel car le rebut de leurs activités n’est jamais destiné aux nourrissages des vautours. Dans ce cas, il s’agit avant tout de se débarrasser des déchets de leur élevage. Ils restent une minorité, car la plupart possèdent une placette officieuse. Il ne nous a pas été possible de vérifier leurs dires, ni de connaître le nombre exact d’éleveurs qui recouraient uniquement aux services de l’équarrisseur industriel. Dans les rares cas de dépose sauvage dans un aven, l’éleveur ne prend pas en compte la présence des nécrophages. Il ne s’inquiète pas des règles sanitaires ni des risques de pollution. Pour lui, la bête morte est une immondice, un déchet dont on se débarrasse au plus loin (jamais sur l’exploitation) sans se soucier de son devenir. Jeté dans un gouffre, le cadavre rendu inaccessible aux vautours sera néanmoins consommé par les autres opportunistes nécrophages (renard, sanglier, chien divaguant…).

  • 29 Une liste d’hébergements et de lieux de restauration se trouve sur le site Internet du Belvédère (h (...)

25Outre la valeur utilitaire ou esthétique des vautours, on ne peut manquer d’évoquer l’intérêt économique que les vautours représentent dans cette région très visitée. Construit dans les gorges de la Jonte, le Belvédère des vautours (géré par la Société d’économie mixte de la Lozère) offre aux touristes, de mars à novembre, la visite du musée, une animation vidéo commentée et la possibilité d’observer les oiseaux in situ (une caméra a même été installée sur la falaise filmant les activités des animaux dans leur nid)29. Très conscients de l’attrait touristique que suscitent les vautours, certains éleveurs utilisent la présence des rapaces nécrophages dans la promotion de leurs services hôteliers, offrant à leur clientèle le spectacle d’une curée.

L’équarrisseur naturel, un trait d’union entre les gestionnaires et les éleveurs

  • 30 En Aveyron, l’arrêté préfectoral du 19 décembre 2002 (n° 2002-353-8 2002) réquisitionne une associa (...)

26En se substituant à l’équarrisseur industriel, par ailleurs trop souvent absent, la LPO et le PNC ajoutent à leur rôle de « réintroducteur », celui de nourrisseur, puis d’équarrisseur30, répondant ainsi aux besoins des rapaces nécrophages et des éleveurs. Au-delà de la nécessité immédiate de fournir des ressources alimentaires aux oiseaux (notamment en hiver), les gestionnaires y ont un autre intérêt. En affichant ouvertement des intérêts convergents, cette collecte permet de renforcer les liens entre une administration publique (le PNC), trop souvent perçue comme contraignante et policée, et une population locale très communautaire.

Les autres antennes du PNC qui n’ont pas de ramassage ont plus de mal à connaître les agriculteurs de la zone périphérique comme les nouveaux installés. Si on n’avait pas les vautours et le ramassage, on connaîtrait bien moins les agriculteurs. (Un agent, PNC)

27Grâce à sa présence régulière auprès des éleveurs, le milieu associatif (la LPO) se rapproche d’une communauté agricole peu familiarisée avec le discours militant naturaliste qu’il tient informée des opérations de baguage et du suivi scientifique des colonies. Répondre aux questions des plus curieux, convaincre les réticents, se faire connaître en affichant des intentions honorables et bénéfiques pour tous. En retour, les éleveurs, souvent stigmatisés par les militants de la cause environnementale, deviennent plus fréquentables.

28Si le nourrissage officieux bénéficie totalement aux colonies de vautours, il est clair qu’il échappe à tout contrôle. Et c’est peut-être là que le bât blesse. Ceux qui le pratiquent ne veulent pas être l’objet de contrôle supplémentaire. Si tous reconnaissent le bénéfice des actions menées par les gestionnaires, ils ne souhaitent pas pour autant se retrouver au service de ces derniers. La collecte, comme la placette (officielle ou officieuse), c’est avant tout pour les vautours.

Conclusion

29Que l’acceptation des vautours repose sur un opportunisme ordinaire, un engagement idéologique ou une neutralité bienveillante, l’animal est presque toujours intégré aux systèmes d’équarrissage coexistant au sein de l’exploitation. La grande majorité des éleveurs se réservent une alternative officieuse à la solution officielle retenue (les placettes non déclarées sont connues et très répandues). Certains jouent le jeu des gestionnaires de l’espèce et participent activement au nourrissage de cet équarrisseur naturel en acceptant une placette individuelle d’alimentation (ils sont peu nombreux) ; d’autres (qui constituent une large majorité) font de même à l’abri des regards indiscrets. Qu’ils choisissent ou non d’officialiser leur placette, tous ont intégré le vautour comme mode d’équarrissage naturel et efficace, y compris ceux qui choisissent de faire appel aux collecteurs industriels.

30La coexistence de ces deux registres de gestion de la mort animale (légale ou illégale) tient en partie au refus de contrôle administratif et, dans une moindre mesure, à la distance que certains veulent maintenir avec l’idéologie protectionniste. Si ces derniers n’ont pas envie d’être assimilés à des écologistes, reste que leur rapport à l’oiseau n’a rien à envier à ces derniers. Disons qu’ils sont parvenus à instaurer un commensalisme avec ce sauvage protégé. Mais la pérennité de cette relation d’intérêt réciproque repose également sur la capacité à gérer l’effectif des colonies. Il est clair qu’ils ne manqueraient pas de demander des comptes aux gestionnaires des réintroductions et des collectes si le nombre de vautours devenait à leurs yeux trop important. Ainsi souhaitent-ils vivre en bonne intelligence avec un sauvage potentiellement contrôlable, utile pour leurs activités comme pour le développement économique de la région. On est bien ici en présence d’une nouvelle forme de gestion du sauvage, un sauvage maîtrisable au service d’une pratique agricole écologiquement raisonnée.

Bibliographie

Bobbé Sophie, « Gestions faunistiques, cultures des sauvages et brouillage des catégories », Communications. Nouvelles figures du sauvage, Sophie Bobbé éd., 2004, n° 76, p. 203-220.

Bornard André et Brau-Naugue Catherine, Le pastoralisme en France à l’aube des années 2000, Montpellier, Association française de pastoralisme (Pastum) - Éditions de la Cardère, 2000.

Brun André, Chassany Jean-Paul et al., Le causse Méjan, Montpellier, INRA Éditions, 1978, 5 tomes.

Dalla Bernardina Sergio, L’utopie de la nature, Paris, Imago, 1996.

Larrère Raphaël et Larrère Catherine, Du bon usage de la nature, Paris, Aubier (Alto), 1997.

Lhuillier Claude, Observer pour agir, pastoralisme, environnement et développement sur le causse Méjan, Montpellier, INRA-ESR, 1993.

Mazoyer Marcel et Roudart Laurence, Histoire des agricultures du monde. Du néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil (Points), 1997.

Micoud André, « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage “naturalisé” vivant ? », Natures, sciences, sociétés, n° 1 (3), 1993, p. 202-210.

Pelosse Valentin, « (Ré) introduction d’espèces et agriculture : de l’anthropisation à l’artificialisation », Économie rurale, n° 208-209, 1992, p. 101-105.

Pelosse Valentin et Micoud André, Sauvage et domestique, n° 129-130 des Études rurales, 1995.

Sarrazin François, Bobbé Sophie, Boumellassa Houssein, Buron-fosse Thierry, Gault Agnès et Virondeau Anthony, « Rôle des rapaces nécrophages dans la gestion de l’équarrissage », Séminaire sur les placettes d’alimentation mises en œuvre à l’intention des rapaces nécrophages, dans le cadre du LIFE Vautour Percnoptère, 2004.

Sarrazin François, Bobbé Sophie, Boumellassa Houssein, Buronfosse Thierry et Gault Agnès, « Linking farmers and biodiversity : the role of vultures as natural scavengers », 19th Annual Meeting of the Society for Conservation Biology, Brasilia, juillet 2005.

Veyret Paul, Géographie de l’élevage, Paris, Gallimard, 1951.

Vialles Noëlie, Le sang et la chair. Les abattoirs de l’Adour, Paris, Éditions Mission du patrimoine ethnologique, 1987.

Notes

1 Voir notamment Sergio Dalla Bernardina, L’utopie de la nature ; Anne Vourc’h et Valentin Pelosse, Chasser en Cévennes. Un jeu avec l’animal, Paris, Éditions du CNRS, 1988.

2 Pour une anthropologie générale de l’histoire de nos représentations de la nature, voir Raphaël Larrère et Catherine Larrère, Du bon usage de la nature.

3 Il déclina à la fin du XIXe siècle pour s’éteindre, en France, dans le Sud des Alpes et disparaître des Grands Causses du Sud du Massif central en 1945.

4 Philippe Evrard, « Lecture », L’utilisation des terres peu productives : le causse Méjan, A. Brun, J.-P. Chassany et al., n° 15 de Recherches économiques et sociales, 1979, p. 343-353.

5 Les éleveurs du Méjean peuvent bénéficier de la labellisation « Agneau de parcours » mise en place par le parc national des Cévennes qui garantit l’utilisation des ressources pastorales.

6 Si la plupart des données ici rapportées concernent essentiellement le causse Méjean, cela tient au fait que, depuis les années 1960, celui-ci a fait l’objet de nombreuses recherches – ce qui ne fut pas le cas pour le causse Noir et le Sauveterre. Cette disparité d’informations empêche une analyse comparative approfondie des activités agropastorales pratiquées sur les trois Causses.

7 Marianne Cohen et al., « Les pratiques pastorales sur le causse Méjan et leur évolution récente », Colloque Grands Causses, Millau, 21 au 23 octobre 1993, p. 1-13.

8 La loi du 2 février 1942 du Code rural. La première loi (Martel) interdisant les charniers sauvages date de 1903.

9 Ferso-Bio est l’équarrisseur qui œuvre dans la région. Généralement, il n’y a qu’un équarrisseur par département ; la répartition géographique de leur rayon d’action résulte d’une entente de l’ensemble des entreprises. Voir Houssein Boumellassa, Rapaces nécrophages : concilier conservation de l’espèce et minimisation des dépenses, vers un renforcement du lien agriculture-environnement, DEA en économie de l’environnement et gestion des ressources naturelles, Nanterre, 2004.

10 Marcel Jollivet, « Être éleveur sur un causse : le Méjan », Annales du parc national des Cévennes, Observatoire Causses-Cévennes, n° 4, 1989. Voir aussi Pierre-Louis Osty, « Pratiques d’élevage et paysages du causse Méjan », Économie rurale, n° 128, 1978, p. 15-22, et Pierre-Louis Osty et Caroline Auricoste, « Une image des élevages du Causse : évolutions récentes (1975-1983) et questions pour l’avenir », Annales du parc national des Cévennes, n° 4, 1989, p. 15-54.

11 Voir Cahier technique. Placettes d’alimentation, LPO (Ligue pour la protection des animaux), n° 1, 2001, p. 9.

12 En 1998, le FIR fusionne avec la LPO créée en 1912 (qui comptait 35 000 membres en 2004). L’antenne LPO Grands Causses est issue de cette fusion. La LPO est le représentant officiel de BirdLife International en France.

13 Aucun système de collecte par l’administration du parc national ou par une association de protection de la nature n’existe dans les Pyrénées, où l’éleveur doit faire appel à l’équarrisseur industriel, lequel rechigne à se déplacer lorsque la collecte est faible et les bêtes mortes loin des chemins carrossables. En période d’estive, conformément à la législation, les cadavres sont laissés sur place.

14 Quinze ans plus tôt, une première tentative de lâcher de vautours, menée en 1968, avait échoué suscitant une vive polémique dans le milieu scientifique.

15 Quelque 50 oiseaux prendront leur envol dans les gorges de la Vis, à environ 40 km du premier site. Voir Michel Terrasse, Constant Bagnolini et al., « Re-introduction of Griffon vulture (Gyps fulvus fulvus) in the Massif Central-France », Raptor Conservation Today, B.-U. Meyburg et R. D. Chancellor éd., New York, WWGBP - The Pica Press, 1994, p. 479-491.

16 La directive Habitats (21 mai 1992), relative à la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore sauvages, a pour objectif d’assurer le maintien de la diversité biologique ainsi que le maintien ou le rétablissement des habitats et des espèces.

17 Ratifiée par la France en 1979, la convention de Berne vise la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe.

18 Raphaël Larrère, « Gestion concertée de la biodiversité, agriculture et développement local en montagne », Montagnes méditerranéennes, n° 18, 2003, p. 65-73.

19 Guy Joncour, Les vautours, collaborateurs naturels de l’équarrissage en France, Landerneau, LPO-VETARVOR, 1999.

20 Villaret, Cassagnes et Croupillac sont les charniers utilisés ; 90 % des carcasses sont déposées à Villaret.

21 Soit un poste à mi-temps à la LPO, 80 à 90 jours par an de temps de travail, et plus de 7 500 km parcourus pour le PNC.

22 Cette biomasse, associée à une répartition régulière des mortalités, pourrait permettre d’entretenir environ 1 700 vautours chaque année. La réalité est bien évidemment différente car les cadavres ne sont pas tous disponibles et la mortalité n’est pas régulièrement répartie sur l’année ; voir Michel Chassagnes, Les vautours, équarrisseurs naturels des Grands Causses, thèse de vétérinaire, École nationale vétérinaire, Lyon, 1998.

23 L’arrêté interministériel (ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, et ministère de l’Écologie et du Développement durable) du 7 août 1998 fixe le cadre réglementaire permettant de créer des placettes d’alimentation dans un contexte de conservation à objectifs scientifiques.

24 Un dossier de demande de placette (avec descriptif de l’exploitation) est transmis à la préfecture après avoir été instruit par les services vétérinaires.

25 Données fournies par la LPO, 2004.

26 Cahier technique. Placettes d’alimentation, LPO Grands Causses, Paroles d’oiseaux, n° 1, 2001, p. 9.

27 Bien que nos interlocuteurs nous aient parfois parlé de tels comportements anar - chiques, nous n’avons pas rencontré d’éleveurs qui revendiquaient l’abandon systématique de bêtes mortes sans se soucier de les rendre accessibles aux vautours.

28 Sur les placettes situées sur les causses du Larzac, soit à 18 km à vol d’oiseau des sites de nidification des colonies, les premiers vautours arrivent une heure après un dépôt de carcasse.

29 Une liste d’hébergements et de lieux de restauration se trouve sur le site Internet du Belvédère (http://www.vautours-lozere.com/).

30 En Aveyron, l’arrêté préfectoral du 19 décembre 2002 (n° 2002-353-8 2002) réquisitionne une association pour l’exécution du service public de l’équarrissage. La LPO Grands Causses est alors rétribuée au prorata du nombre de carcasses collectées dans la partie aveyronnaise où est réalisée la collecte. En 2003, elle a collecté 314 ovins de plus de 18 mois (30 % environ du total de la collecte), soit 22 tonnes. Les éleveurs qui se spécialisent sur l’agneau d’engraissement ne produisent pas de bêtes adultes. Par la suite, le PNC deviendra également équarrisseur officiel.

Auteur

Anthropologue, chercheuse associée au iiac - centre Edgar Morin, umr 8177

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable