Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

Les territoires du sauvage. Les grands prédateurs, risque pour les sociétés humaines et /ou éléments de patrimoine naturel régional ?

La disparition des loups ou essai d’écologie historique

Éric Fabre et Julien Alleau

Texte intégral

1Si les loups ont disparu du territoire métropolitain, plus ou moins tôt dans les XVIIIe et XIXe siècles selon les régions, c’est parce qu’on les a activement chassés. Certes, l’affirmation est triviale, mais elle mérite qu’on s’y penche à nouveau en changeant le regard classiquement porté sur le phénomène de disparition de la grande faune. N’affirmer que le rôle actif de l’homme, c’est oublier que l’on observe un objet biologique : c’est nier la dimension écologique du problème. Inversement, n’invoquer que des processus naturels, non anthropiques, rendrait cette disparition an historique. La combinaison des deux regards, celui du naturaliste et celui de l’historien, est donc requise. Ce texte veut exposer cette démarche bidisciplinaire.

2Cette recherche, outre son aspect fondamental, répond à une demande de gestionnaires de l’espace confrontés au retour du loup. L’hypothèse de travail est la suivante : la mise en exergue et la hiérarchisation des facteurs de sa disparition peuvent-elles apporter des éléments biologiques et humains de prévision de son expansion contemporaine ? Bien sûr, les territoires actuellement concernés ne se superposent pas à des entités historiques génératrices d’archives ; les recoupements en sont d’autant plus difficiles. La démarche consiste donc, dans un premier temps, à tester sur de petits territoires une méthode de mise en forme et d’interprétation des données historiques relatives au milieu de vie des populations lupines, avant de l’étendre à de plus vastes entités géographiques.

Écologie historique ? Une expression déjà connue

3Si l’écologie historique existe déjà, tout du moins en tant qu’expression, elle n’est le plus souvent le fait ni d’écologues, ni d’historiens. Notre propos n’est pas ici de formaliser ce qui pourrait se cacher derrière ces mots, encore moins d’en poser les bases théoriques, mais seulement de prendre conscience de la lacune écologique des démarches se proclamant de l’écologie historique et d’inciter à une réflexion couvrant réellement les champs disciplinaires de l’histoire et de l’écologie.

  • 1 Une population est formée de tous les individus d’une même espèce partageant les mêmes ressources n (...)
  • 2 Rappelons qu’un écosystème n’est pas un espace géographique mais l’ensemble des interactions entre (...)

4L’écologie est une discipline de la biologie se donnant pour but d’étudier l’ensemble des relations que des populations entretiennent entre elles et avec leur milieu1. Pour l’écologue, l’histoire est un outil, un ensemble de méthodes permettant d’accéder à des données pour lui normalement acquises par l’expérience ou l’observation de terrain, mais inaccessibles quand l’écosystème considéré a disparu2.

  • 3 François de Beaufort, Écologie historique du loup Canis lupus L. 1758 en France.
  • 4 C’est-à-dire sa place dans la classification du vivant (taxonomie) et sa position phylogénétique pa (...)

5Ainsi, il faut insister sur le travail novateur de François de Beaufort3, intégrant à la fois des questionnements biologiques – position systématique, chorologie4, etc. – et historiques à propos du rythme et de la géographie de la disparition du loup de France. S’il n’est pas le premier biologiste à utiliser des sources d’archives pour s’offrir un recul temporel sur son objet d’étude, force est de constater qu’il est le premier à le faire avec une telle ampleur.

6Mais François de Beaufort fait-il réellement œuvre d’écologue ? Ce n’est absolument pas diminuer la richesse et la nouveauté de sa démarche que d’affirmer que non. Et comment aurait-il pu le faire, à l’échelle nationale qui était la sienne ?

  • 5 La niche écologique n’est pas un milieu mais l’ensemble des facteurs contraignant une population. U (...)

7Mettre les populations lupines en relation avec leur milieu de vie, c’est d’abord inventorier tous les éléments du milieu agissant sur leur biologie, en termes d’écologie : les facteurs de leur niche écologique5. Il faut ensuite alimenter la connaissance de chacun de ces facteurs : c’est là que la méthode historique doit intervenir face à des écosystèmes disparus. Qu’est-il possible de retrouver dans les archives, concernant les caractéristiques du milieu ? Comment accéder à ces informations ? Quelles données en extraire qui soient acceptables par l’historien, après l’étape basique de la critique des sources ? Ensuite, la voix de l’écologue doit mettre en harmonie les notes issues des archives. Les méthodes d’analyse quantitatives, dont la justification est parfois discutée en histoire mais qui forment la base de l’outillage du scientifique, peuvent alors être mobilisées.

  • 6 Pour un exemple d’essai de perception de la grande faune à partir de ces guides et récits, voir Phi (...)

8En travaillant à l’échelle de la paroisse et de la commune, nous espérons accéder aux données élémentaires alimentant la niche écologique du loup. L’occupation du sol se retrouve dans les compoix et cadastres ; la pression humaine sur le territoire se quantifie dans les enquêtes démographiques, mais se qualifie selon les modalités de la répartition des hommes dans l’espace et dans les catégories socioprofessionnelles ; le cheptel se décrit également en termes de têtes de différentes espèces, mais aussi selon ses modes de gardiennage, ses fluctuations saisonnières qu’il y ait ou pas de transhumance, etc. Les guides naturalistes, parfois les récits de voyage, décrivent la grande faune, proie sauvage des loups6.

  • 7 Parmi une large bibliographie : Robert Delort, Les animaux ont une histoire ; Xavier de Planhol, Le (...)

9Loin de nous l’idée de faire table rase des travaux fondamentaux de géographes ou d’historiens7. Nous ne prétendons pas, non plus, livrer une démarche qui soit opérante sans que de nombreuses discussions critiques en solidifient les fondements théoriques et améliorent la mise en œuvre pratique. Nous souhaitons simplement, par la fertilité du croisement des regards disciplinaires, mieux comprendre un processus affectant un objet biologique perçu dans un temps historique.

Mise en œuvre pratique

  • 8 Thérèse Sclaffert, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge.
  • 9 Georges Pichard, Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789.
  • 10 Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup : approche de la relati (...)

10La démarche est expérimentée sur les 45 communes (180 000 hectares) du parc naturel régional du Verdon, partagé entre les départements du Var, au sud, et des Alpes-de-Haute-Provence, au nord des profondes gorges du Verdon (carte 1). En montagne sèche méditerranéenne, le milieu est traditionnellement voué à l’élevage ovin8, le surpâturage pouvant atteindre un point critique9. Les données ici utilisées sont issues d’un travail commandé par le parc10. Les variables considérées sont de deux types : celles qui réfèrent aux loups, et celles qui participent de la description de leur environnement.

11La présence de loups est attestée par la destruction effective d’animaux, bien souvent des louveteaux pris à la tanière, mais aussi par la demande de battues émanant des autorités locales, consuls ou maires. En réalité, ce n’est qu’au regard des hommes que les grands prédateurs sont problématiques. Ce second type d’information relève de la perception de la nuisance par les communautés, bien plus que des dégâts réels causés par les loups. On peut imaginer que, selon les communautés et les périodes, l’apparition de la peur et sa traduction en demande de battue obéissent à des règles différentes. Dans quelle mesure ces seuils varientils ? Et selon quels stimuli ? Quoi qu’il en soit, toute demande de battue révèle bien la présence d’une « bête malfaisante » dans le territoire d’une communauté, ou dans sa zone d’interconnaissance.

  • 11 Le détail des sources utilisées, et leur analyse critique, est dans Éric Fabre et Julien Alleau, Ét (...)

12Dans les départements du Var et des Alpes-de-Haute-Provence, les données concernant les battues sont systématiquement recherchées11. Pour le XIXe siècle, la série K (collection des décrets préfectoraux, archives départementales) est mobilisée : les autorisations de battues y sont noyées parmi les autres décrets préfectoraux. La comptabilité du département, en série N, garde trace des primes versées pour la destruction d’un loup. La série M est utilisée relativement aux affaires agricoles mais aussi dans le cadre du volet sanitaire lié à la rage. Enfin, les archives des sous-préfectures en série Z sont consultées. En ce qui concerne l’Ancien Régime, les registres comptables des vigueries de Moustiers et de Barjols, en série C, sont riches d’informations : de très nombreux bordereaux et certificats délivrés aux chasseurs sont conservés. Les archives communales déposées peuvent indifféremment renfermer des documents des XVIIIe et XIXe siècles.

Carte 1 : Limites administratives du territoire du parc naturel régional du Verdon (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 4)

Carte 1 : Limites administratives du territoire du parc naturel régional du Verdon (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 4)
  • 12 Éric Fabre et Claire Vernet, « Évolution de l’occupation du sol dans les Alpes-de-Haute-Provence (d (...)

13La description des conditions de vie du loup fait appel à une grande diversité de sources. Le cadastre napoléonien donne l’occupation du sol dans chaque commune, synthétisée en terme d’ager, saltus et silva, vers le maximum démographique des années 1830-184012. L’analyse de la répartition de la population humaine s’appuie sur les recensements des séries C et M.

Traitement cartographique des données

14Les données relatives à la présence de loups et aux conditions du milieu dans lequel ils vivent sont traitées par cartographie. Dans un premier temps sont superposés le nombre de battues et l’occupation du sol dominante (carte 2). Le territoire du Verdon présente trois visages. La partie orientale, buttant sur les reliefs alpins et en grande partie occupée par des chaînons calcaires préalpins aux structures particulièrement accidentées, est le domaine des terres vagues, des landes et des pâturages d’altitude : le saltus y domine. La région occidentale se partage entre le nord agricole, aux vastes domaines du plateau de Valensole alors que, au sud des gorges, la forêt occupe l’essentiel de l’espace. Le nombre de battues aux loups réclamées par les autorités locales et autorisées par le préfet durant le XIXe siècle fluctue selon les communes entre quelquesunes et une quarantaine. Si c’est une commune forestière qui montre la nuisance la plus forte, aucune logique géographique ne se dégage relativement à la seule occupation du sol dominante. De plus, le nombre de battues est variable selon les communes à l’intérieur de chacune des trois zones : ce facteur pris isolément ne saurait être explicatif.

15La prise en compte de la forêt, perçue par l’importance du couvert forestier en proportion de la surface communale, et la superposition du nombre de loups pour lesquels une prime a été payée entre 1750 et 1789, montrent que les territoires les plus boisés sont loin d’être ceux où les loups ont le plus à souffrir des hommes. On pointe la combinaison d’un facteur biologique : le loup est essentiellement un animal de milieux ouverts, et d’un facteur historique : les hommes et leurs ovins sont moins abondants dans les forêts de telle sorte que la confrontation est rare.

  • 13 Pour un exemple local : Éric Fabre, « Le cheptel de la Haute-Provence au XIXe siècle vu au travers (...)
  • 14 Le réaffouagement de 1772-1776 est une enquête sur les biens et les structures démographiques, écon (...)

16Renseigner correctement les unités spatiales formant la base cartographique est une difficulté de la méthode, inhérente à la démarche historique. Le cas du cheptel l’illustre. Bien que les informations mises en avant par les enquêtes agricoles du XIXe siècle soient nombreuses et établies de façon standardisée sur le territoire national, elles doivent être très nuancées. Le recul historiographique quant à leur utilisation est important, à quelque échelle que l’on se place13. Dans l’Ancien Régime, les enquêtes ne sont ni centralisées ni générales, réduisant la carte à de petits territoires : nous utilisons un réaffouagement de 1774 découvert pour la seule viguerie de Moustier14. À partir des quelques communautés pour lesquelles les données sont disponibles, il est évident que le nombre de loups tués dans la seconde moitié du XVIIIe siècle est en rapport direct avec le nombre de têtes de menu bétail (carte 3).

Carte 2 : Nombre de battues aux loups et occupation du sol (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 35)

Carte 2 : Nombre de battues aux loups et occupation du sol (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 35)

Carte 3 : Nombre de loups tués et menu bétail dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 44)

Carte 3 : Nombre de loups tués et menu bétail dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 44)

17Ainsi, quelques cas de chasses actives conduites par un homme seul, loin du finage de la communauté, sont connus par des attestations de paiement qui précisent le lieu de destruction du loup et le moyen utilisé, en des récits relevant parfois de l’épopée. Mais, le plus souvent, la présence de loups ne s’exprime qu’au travers des nuisances qu’ils induisent, sur les troupeaux ovins en particulier, par les demandes de battues et les autorisations préfectorales. Mais les loups sont des animaux mobiles, et l’approche statique directement issue des documents ne peut suffire.

Pour aller au-delà

18Capables de parcourir quelques dizaines de kilomètres en une nuit, les loups font preuve d’une mobilité étonnante : il faut donc l’intégrer dans la vision spatialisée de la relation qu’entretient l’animal avec son milieu. Mais l’aptitude de l’espèce à se déplacer ne peut se percevoir à l’aune des capacités humaines, et la perception des freins et des potentialités qu’offre le milieu vis-à-vis de la biologie des loups est impérative. Au-delà des déplacements, c’est donc toute l’écologie de l’espèce qui est mobilisée.

  • 15 Françoise Burel et Jacques Baudry, Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications.
  • 16 Par exemple, dans un paysage bocager, les prairies forment la matrice alors que les bosquets sont d (...)

19L’écologie du paysage, branche émergente de l’écologie générale qui s’efforce d’intégrer le temps et l’espace dans la description et l’interprétation des processus écologiques, reconnaît dans la mosaïque paysagère quelques types fondamentaux15. La « matrice » est l’élément de fond qui occupe l’essentiel du milieu. Les « taches », éléments d’une autre nature que ceux de la matrice, sont reliées par des « corridors » qui peuvent être de même nature que ceux de la matrice, des taches ou encore en être différents16. Or, tous ces éléments n’offrent pas les mêmes potentialités. Pour une espèce donnée, seule la matrice ou un type particulier de tache permet la mobilité, ou la nutrition, ou la rencontre sexuelle, etc. Entrent donc en compte la nature de la matrice et des taches, mais aussi l’organisation spatiale de l’ensemble.

20Le travail de l’historien, ainsi questionné par l’écologue, est complexe. Aux données quantitatives dont un aperçu a été fourni supra, il convient d’apporter une mise en forme, une description de l’organisation à une échelle spatiale compatible avec l’écologie du loup. Qu’un compoix ou un cadastre révèle qu’un territoire contient telle ou telle surface de bois est informatif. Mais il faut aller au-delà en étant capable de décrire l’organisation de ces boisements. Existe-t-il de grands ensembles aux limites du finage ? Sommes-nous en présence d’un ensemble de taches réparties sur toute la surface du finage ? Ou ces taches sont-elles séparées par des milieux dont la perméabilité est faible (ou forte) pour l’espèce considérée ? Ces quelques exemples ne peuvent épuiser le questionnement.

21À la pertinence du choix des variables dégagées par l’écologue, à la capacité de l’historien de les alimenter en données critiquées, s’ajoute alors le défi de leur spatialisation, démarche s’apparentant à celle de la géographie historique. L’approche disciplinaire, aussi aboutie soit-elle, ne peut donc suffire pour cerner un objet biologique dans un temps historique.

Conclusion

  • 17 Pour reprendre le titre d’une émission de Jean-Noël Jeanneney sur France Culture.

22Le parc naturel régional du Verdon voit le loup à ses portes. En une volonté de « concordance des temps »17, ses gestionnaires suivent sa dynamique de retour et souhaitent comprendre celle de sa disparition. L’objet de cet article est de montrer que, derrière cette question apparemment historique, se cache un champ intellectuel plus vaste. Le loup est un animal : il faut donc prendre en compte ses aptitudes et exigences écologiques pour en écrire l’histoire.

23S’il s’agissait de décrire et de comprendre les interactions entre le loup et son milieu, entre le milieu du xviiie et la fin du XIXe siècle, le présent texte ne montrerait que des éléments somme toute évidents par rapport à la biologie de l’espèce. Il est abattu là où les hommes et les troupeaux sont nombreux alors que peu de demandes de battues émanent des communautés essentiellement forestières parce que, même si le loup y est abondant, il n’y génère que rarement des nuisances.

24Mais le propos n’est pas là. Il est une tentative de travail coopératif entre écologie et histoire, en un essai d’écologie historique prenant au mieux en compte la dimension écologique de l’objet étudié dans un cadre historique : quels sont les facteurs à privilégier pour comprendre la dynamique de disparition du loup, et comment, en respectant la méthode historique de critique des sources, les mettre en œuvre ? Ensuite, dans une seconde étape, comment, en tenant compte de la mobilité des loups, expliquer leur nuisance ?

25Notre territoire est trop petit pour supporter pleinement un tel questionnement mais, avant d’investir de grands espaces géographiques dans une recherche historique en elle-même complexe, nous montrons que notre essai d’écologie historique, par la confrontation critique de deux disciplines, offre l’opportunité d’un nouveau regard sur le loup dans l’histoire.

Bibliographie

Baratay Éric et Mayaud Jean-Luc, « L’histoire de l’animal. Bibliographie », Cahiers d’histoire, n° 47, 1997, p. 443-480.

Burel Françoise et Baudry Jacques, Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications, Paris, Éditions Tec & Doc, 1999.

Beaufort François de, Écologie historique du loup Canis lupus L. 1758 en France, doctorat d’État, Université de Rennes I, 1988, 4 tomes.

Planhol Xavier de, Le paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 2004.

Delort Robert, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1982.

Fabre Éric, « Le cheptel de la Haute-Provence au XIXe siècle vu au travers des enquêtes agricoles dans la haute vallée du Sasse », Chroniques de Haute-Provence, n° 351, 2004, p. 139-154.

Fabre Éric et Alleau Julien, État de l’environnement et disparition du loup : approche de la relation sur le territoire de l’actuel parc naturel régional du Verdon (1750-1890), rapport de recherche pour le parc naturel régional du Verdon, 2006.

Orsini Philippe et Fabre Éric, « Le loup : quelques éléments sur sa disparition de Haute-Provence au XIXe siècle », Bulletin du comité scientifique du parc naturel régional du Verdon, n° 1, 2006, p. 121-153.

Pichard Georges, Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789, thèse de doctorat en histoire, Université de Provence, 1999.

Sclaffert Thérèse, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1959.

Notes

1 Une population est formée de tous les individus d’une même espèce partageant les mêmes ressources nutritives, reproductrices, spatiales, etc.

2 Rappelons qu’un écosystème n’est pas un espace géographique mais l’ensemble des interactions entre les éléments vivants (biocénose) et non vivants (biotope) du milieu.

3 François de Beaufort, Écologie historique du loup Canis lupus L. 1758 en France.

4 C’est-à-dire sa place dans la classification du vivant (taxonomie) et sa position phylogénétique par rapport aux autres canidés (systématique au sens strict). La chorologie est l’étude de la distribution géographique des populations, avec explication historique de cette répartition.

5 La niche écologique n’est pas un milieu mais l’ensemble des facteurs contraignant une population. Une niche n’est donc pas « occupée » mais « réalisée ». Elle est découpée, pour la commodité de l’analyse, en niches partielles : trophique, comportementale, spatiale, etc.

6 Pour un exemple d’essai de perception de la grande faune à partir de ces guides et récits, voir Philippe Orsini et Éric Fabre, « Le loup : quelques éléments sur sa disparition de Haute-Provence au XIXe siècle ».

7 Parmi une large bibliographie : Robert Delort, Les animaux ont une histoire ; Xavier de Planhol, Le paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique ; Éric Baratay et Jean-Luc Mayaud, « L’histoire de l’animal. Bibliographie ».

8 Thérèse Sclaffert, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge.

9 Georges Pichard, Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789.

10 Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup : approche de la relation sur le territoire de l’actuel parc naturel régional du Verdon (1750-1890).

11 Le détail des sources utilisées, et leur analyse critique, est dans Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup…

12 Éric Fabre et Claire Vernet, « Évolution de l’occupation du sol dans les Alpes-de-Haute-Provence (début du XIXe-fin du XXe siècle) : approche communale à partir de données cadastrales », Méditerranée, n° 107, 2006, p. 35-42.

13 Pour un exemple local : Éric Fabre, « Le cheptel de la Haute-Provence au XIXe siècle vu au travers des enquêtes agricoles dans la haute vallée du Sasse ».

14 Le réaffouagement de 1772-1776 est une enquête sur les biens et les structures démographiques, économiques et sociales des communautés en vue d’une imposition plus juste des feux. Il s’agit d’une révision de l’affouagement précédent (1730-1735).

15 Françoise Burel et Jacques Baudry, Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications.

16 Par exemple, dans un paysage bocager, les prairies forment la matrice alors que les bosquets sont des taches reliées par des haies, qui sont des corridors.

17 Pour reprendre le titre d’une émission de Jean-Noël Jeanneney sur France Culture.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Limites administratives du territoire du parc naturel régional du Verdon (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 4)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 2 : Nombre de battues aux loups et occupation du sol (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 35)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 3 : Nombre de loups tués et menu bétail dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (d’après Éric Fabre et Julien Alleau, État de l’environnement et disparition du loup, p. 44)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteurs

Maître de conférences en écologie à l’iut de Provence et chercheur en histoire au crhq, université de Caen Basse-Normandie

Doctorant au crhq (Centre de recherche d’histoire quantitative), allocataire du Conseil régional de Basse-Normandie

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable